Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Première partie. État des lieux du point de vue des belles-filles

Chapitre I. La fréquentation de la parente par alliance

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La densité des relations affines peut-elle se mesurer ? Le temps consacré à celles-ci et les échanges, plus formels, de cadeaux, sont des indicateurs efficaces et éprouvés pour connaître l’ampleur de ces relations. Mais on s’intéresse ici davantage au mode de fonctionnement et au sens attribué à ces échanges qu’à leurs formes. En effet, la visite rendue, le cadeau offert peuvent relever de la seule convenance ou d’une démarche plus élective.

Les rencontres

Des relations plutôt assidues

2La relation avec les beaux-parents est dans bien des cas une relation régulière, continue et soutenue puisque le rythme le plus répandu est la visite rendue tous les huit ou quinze jours. Globalement, quelle qu’en soit la fréquence, ces rencontres se fondent sur des habitudes, des ajustements entre le jeune et l’ancien couple, la recherche d’un « statu quo », « d’un certain équilibre » (Mme Lebreton).

3La bonne entente développe les occasions de se revoir, en fréquence comme en durée. Lorsqu’au contraire la mauvaise entente domine les relations, la tendance est à l’espacement des visites. Mais il ne faut pas surestimer ce paramètre. Ainsi, la visite quotidienne est rare et n’est ni le résultat d’une entente excellente, ni source de satisfaction. Au contraire facteur de tensions, souvent à l’initiative des beaux-parents, elle génère chez la belle-fille un sentiment d’envahissement. Mme Julien explique que depuis la naissance de son premier enfant, elle reçoit la visite quotidienne de sa belle-mère. « Cela fait excuse pour voir tout le monde. » « Il y a des fois, honnêtement, quand mon mari est là, je dis : elle pourrait nous laisser […] ».

4Inversement, même en cas de conflit, la rupture totale reste exceptionnelle. Que l’on s’entende ou pas, les relations souvent perdurent, parfois même grâce aux femmes (Cf. chapitres III et IV).

La distance géographique comme régulateur ?

5Le modèle général actuel dans les relations de famille est celui de la néolocalité. Les enfants, s’ils ne l’ont déjà fait, quittent leurs parents au moment de leur mariage ou de leur union conjugale et choisissent alors une résidence propre (L. Roussel, O. Bourgignon, 1976). Toutefois, ce modèle n’implique pas une séparation géographique considérable. C. Gokalp, dans son étude sur « le réseau familial » (C. Gokalp, 1978), note que 56 % des personnes résident à moins de vingt kilomètres de leurs beaux-parents.

6Cette proximité résidentielle se retrouve dans les mêmes proportions dans notre « échantillon ». Mais les situations de cohabitation avec les beaux-parents sont exceptionnelles, rares et ponctuelles et perçues comme peu souhaitables. Les quelques expériences temporaires qui nous ont été rapportées correspondent à l’absence momentanée du mari ; ou à une grande distance géographique, lorsque la rencontre revêt la forme d’un séjour prolongé ; ou encore à une demande d’aide (financière ou pour problèmes de santé) de la part du jeune couple.

7La fréquence des visites est fortement déterminée par la distance géographique : L. Roussel, O. Bourguignon le notent, les rencontres ne sont guère possibles de manière régulière au-delà de cent kilomètres ; elles sont faciles en deçà de ce seuil (L. Roussel, O. Bourguignon, 1976). C. Gokalp a noté que, lorsque beaux-parents et beaux-enfants habitent dans la même commune, ils se voient au moins une fois par semaine dans 82 % des cas. Lorsqu’au moins cinq cents kilomètres les séparent, les personnes interrogées voient rarement leurs beaux-parents : seulement 42 % les rencontrent plus d’une fois par an (C. Gokalp, 1978). Les résultats de notre enquête vont dans le sens de ces observations : tous ceux qui se voient une fois par semaine au moins habitent à moins de vingt kilomètres les uns des autres. La distance des cent kilomètres semble marquer une limite significative : à partir d’une telle distance, les affins se voient moins fréquemment, quitte à compenser la plus faible fréquence par une durée de visite plus grande.

8La proximité facilite les relations – à moins qu’elle ne les oblige. Plus l’on habite auprès de ses beaux-parents, plus il semble difficile de ne pas les rencontrer au moins une fois par semaine. Ainsi Mme Brizeux, qui s’est installée récemment à une quinzaine de kilomètres de la demeure de sa belle-mère, se voit dans l’obligation de modifier ses habitudes vis-à-vis de celle-ci, âgée et veuve, avec laquelle elle n’avait auparavant jamais eu de relations conséquentes. Maintenant qu’elle est à Rennes, et compte tenu de sa disponibilité supposée (elle est femme au foyer), un système d’attentes s’est déclenché à son endroit : sa belle-mère la réclame davantage ; son mari l’incite à s’investir en multipliant les visites, à s’y rendre sans lui. « Ma belle-mère, je l’ai appelée hier pour lui demander de ses nouvelles. J’ai bien compris qu’elle avait l’air de me dire : tu ne viens pas me voir ». Les habitudes antérieures paraissent insuffisantes à son entourage désormais. « Maintenant que je suis là, je pense qu’il va falloir que de temps en temps et c’est normal ! que je lui fasse une petite visite. » « Maintenant, on est revenus, on a retrouvé la famille. »

9La grande distance géographique fournit à certains, belles-filles ou beaux-parents, un alibi idéal pour gérer la distance relationnelle. Ainsi Mme Ricardin, qui considère ses beaux-parents comme « une calamité », trouve avec la distance géographique une argumentation toute faite. « On ne se voyait pas beaucoup parce qu’on était toujours en déplacements. On a été des fois un an sans se voir. On était à Bordeaux, ou ailleurs. Le temps a passé vite ! (rire) ».

10Pourtant, les visites espacées ont aussi leur contrepartie. Les entrevues peu fréquentes tendent à revêtir une plus grande importance, comme si les moments partagés gagnaient en intensité et en durée ce qu’ils perdaient en caractère répétitif, en continuité. Comme si la rareté de ces moments en accentuait le caractère solennel et, éventuellement, la saveur. Le temps passé dans la belle-famille prend alors l’aspect d’un temps séparé du reste et implique une immersion en profondeur. Mme Catrin pèse le pour et le contre. « On y va une fois par mois. On a limité. Parce que [ma belle-mère] est très possessive, étouffante si on y est de trop. C’est-à-dire que si on y est, on n’est pas libre. Elle nous coince dans sa maison ». En demandant par exemple de nombreux services en matière de bricolage. « À Thierry, elle lui fait faire plein de choses. Elle nous prend. » Face à ces moments d’immersion obligée, Mme Catrin envisage d’autres modalités de rencontres plus spontanées et dont elle aurait davantage la maîtrise. « Mais d’un autre sens, elle voulait à un moment venir habiter à Rennes et moi je trouve ça très bien. Malgré ce que je peux penser. Parce qu’on aurait une porte de sortie. On ne serait pas obligés de prendre nos cliques et nos claques quand on va la voir. De faire nos valises. On irait la voir quand on en a envie, une heure, une heure et demie. On s’en va, et on revient trois jours après, une heure, une heure et demie. Alors que là, on y va pour deux jours. Donc je me disais que ce serait bien qu’elle habite à Rennes parce qu’on serait plus libre. » La seule distance géographique ne suffit pas à réguler une relation jugée déplaisante. Elle rend nécessaire une certaine planification des rencontres, plus longues et formelles, et réintroduit de la contrainte.

Visites et cycle de vie

11Trois critères significatifs fondent les étapes du cycle de vie : l’âge et la santé des beaux-parents et la présence d’enfants dans le jeune couple.

12A. Pitrou (1977) et L. Roussel (1976) remarquent une variation de la fréquence des rencontres au cours du temps. Lorsqu’un couple s’installe, il s’autonomise progressivement de ses parents. Ces auteurs ont décrit la diminution du nombre de visites lorsque le jeune couple approche des vingt-huit ans en moyenne. Le principe de néolocalité s’accompagne d’une sorte de désinvestissement à l’égard du domicile parental. Mais lorsque le couple a des enfants, le lien filial semble se resserrer, le lien affin se modifier. Ne pas avoir d’enfant est en effet un facteur d’espacement des rencontres avec les beaux-parents car l’enfant constitue une dynamique essentielle à ces échanges (Cf. chapitre IV).

13L’âge et la santé des beaux-parents influencent les modalités de la visite. On ne se rend pas chez de vieilles personnes fatiguées de la même façon ni pour les mêmes raisons que chez des gens beaucoup plus jeunes et alertes. La mauvaise santé, le déclin des beaux-parents âgés, ainsi que leur solitude du fait du veuvage notamment, augmentent le nombre des visites. Après le décès de son beau-père, Mme Hurel invitait fréquemment sa belle-mère et lui rendait une visite quotidienne. « Je me culpabilise si je sais qu’elle est seule. » « Je ne voudrais pas laisser ma mère ou mon père seuls sachant que je suis à cinq cents mètres. »

14La vieillesse inaugure une demande plus importante de la part des beaux-parents. F. Héran a mis en évidence que les relations avec la parenté prennent plus d’importance avec l’âge. Au cours de la vie, deux pôles de sociabilité cœxistent : le réseau des pairs (les amis, les collègues), important surtout dans la jeunesse et à l’âge mûr, et le réseau de parenté. L’âge venant, le nombre de parents fréquentés reste stable alors que le réseau des pairs se rétrécit : ainsi la part de la parenté augmente dans le réseau des personnes âgées, jusqu’à représenter près de la moitié des contacts (F. Héran, 1990, M. Forse, 1981 et 1991).

La durée des rencontres

15L’on réserve, pour ses beaux-parents, des visites d’assez longue durée. Dans plus de la moitié des cas, l’entrevue d’au moins une journée constitue un ordinaire des relations, les rencontres se structurant bien souvent autour d’un repas (A. Sjoren, 1983). « Refuser » les retrouvailles autour d’un repas, limiter les relations à une visite de courtoisie d’une heure ou deux au plus, témoigne d’une indifférence, d’un malaise ou de tensions. À l’opposé, passer quelquefois un weekend (ou plus) chez ses beaux-parents n’est pas une exception (J. P. Segal, 1983) – cas de figure largement déterminé par la distance géographique, on l’a vu.

16Plus exceptionnelles sont les vacances en famille. Une personne sur quatre est partie au moins une fois dans sa vie en vacances avec ses beaux-parents et quelques-unes ont passé des vacances avec un frère ou une sœur de leur conjoint. La maison de famille tient à cet égard un rôle notoire (B. Le Wita, 1988) : la résidence secondaire des beaux-parents est un lieu de retrouvailles des membres de la belle-famille et favorise les séjours prolongés. Mais les expériences de vacances collectives sont rarement réitérées – même si elles peuvent donner lieu à d’excellents souvenirs.

17Deux conceptions de la bonne distance ressortent : celles qui mettent l’accent sur la chaleur de ces rassemblements, de ces instants de vie en commun ; et celles, plus nombreuses, qui privilégient une certaine autonomie vis-à-vis de la famille étendue, le respect de la vie privée.

18Certaines évitent les vacances en commun par souci d’indépendance et par crainte d’introduire soudain une plus grande proximité qu’elles ne sauront plus par la suite assumer. Mme Rastier n’envisage un tel projet ni avec ses beaux-parents, ni avec son beau-frère et sa belle-sœur. « On s’entend très, très bien, on se voit souvent, mais je préfère ne pas partir avec eux pour ne pas casser quelque chose qui existe, parce qu’on ne sait jamais… » La prudence de Mme Rastier découle d’une expérience malheureuse faite avec des amis et de la conscience que la relation affine se situe dans la durée : quoi qu’il advienne, il faut préserver le minimum de relations incontournables.

19La crainte des innombrables concessions domine les discours. « On est quand même obligé de faire attention : à la famille, aux parents ou aux problèmes. » (Mme Lacé). Mme Langelot constate que dans ces occasions de relations prolongées, les désaccords ont plus de chances de ressurgir. « On se retrouve avec son frère et sa sœur et les enfants. Cela arrive peu mais ça arrive. Et c’est à ces moments-là que se passent quelquefois des trucs pas bien par rapport à nos désaccords sur la façon de parler aux enfants, de les éduquer. »

20Mme Bulot se distancie de la maison de famille, par crainte de l’étouffement. « Il y a la fille, la petite-fille, la tata, le tonton Alors il n’y a plus trop de place pour nous. D’abord, j’ai toujours refusé parce qu’on passe toujours son temps à faire les courses, à manger. Et puis je n’ai jamais voulu, moi, trop donner. J’avais trop peur qu’on me J’avais trop vite compris que c’était une famille comme ça, quoi (geste englobant représentant l’accaparement). »

21Ces attitudes réticentes sont majoritaires.

22Toutefois, quelques-unes insistent sur les bons souvenirs et les moments chaleureux. Mme Boismartel se rappelle la douceur de ces vacances d’été passées au bord de la mer, lorsque ses filles étaient petites. « On avait une location, il y avait de la place et ils sont venus nous rejoindre, plusieurs années avec nous. Pas pendant trois semaines mais si on partait un mois, ils venaient huit ou dix jours avec nous ». « C’est nous qui leur proposions. […] On vivait ensemble. J’ai d’excellents souvenirs. Ah oui ! Formidables ! » Les conceptions et les habitudes à l’égard des vacances en famille portent la marque de l’appartenance sociale. En milieu ouvrier, les vacances se passent presque toujours en famille. En milieu aisé, les vacances en famille prennent place autour de la maison de famille. Les classes moyennes se distancient davantage des vacances en famille (O. Schwartz, 1990 ; B. Le Wita, 1988).

23Les vacances communes avec les beaux-parents sont parfois une forme d’aide au jeune couple peu fortuné. « Mes beaux-parents ont une maison à Saint-Malo et ils nous la prêtent souvent l’été. Pendant des années, étant donné que nos fonds n’étaient pas très élévés pour prendre des vacances, donc on allait dans cette petite maison. Donc c’est arrivé qu’on passe des semaines ensemble. » (Mme Lechapelain). Mme Lebars et son conjoint, lorsqu’ils n’avaient pas encore de voiture, ont parfois bénéficié de celle de leurs beaux-parents qui leur proposaient de partager de longs trajets avec eux. « Il y a deux ans, on est allés sur la Côte-d’Azur pendant quinze jours avec eux. Ça s’est bien passé. »« Au départ, c’était pour la facilité de transport » (Mme Lebars). Cette intention d’aide introduit (ou confirme) une dissymétrie dans les relations entre belles-filles et beaux-parents, accentuant une situation de dépendance. Les vacances en commun reposent sur une invitation des uns ou des autres. Soit les beaux-parents proposent, engageant ainsi une forme d’aide ; soit ils sont invités par le jeune couple qui veille alors au bon déroulement du séjour. Cette situation explique la forme collective, l’aspect communautaire presqu’obligé. Dans un tel contexte, il est moins facile de prendre des distances, dire ses désaccords.

24Les vacances avec les beaux-frères et belles-sœurs prennent une tournure différente : elles sont davantage axées sur l’autonomie et le respect de l’intimité des uns et des autres est clairement énoncé. « Une année, on avait mis tout en commun, on n’avait qu’une tente et il y avait une marmite pour tout le monde. Mais ça a posé des problèmes si bien que maintenant, on part en vacances ensemble, mais chacun a son petit chez-soi » (Mme Chesnel). « On avait loué un appartement qui était au-dessous de celui qu’ils avaient loué. On se voyait la journée mais on n’était pas dans la même maison » (Mme Roseland). « Ça nous est arrivé une fois d’être sur le même terrain de camping mais on était très indépendants » (Mme Géhenne). De plus, ce choix se fait sur un mode plus sélectif : on part avec ceux avec qui on est susceptible de s’entendre. La situation tend à s’ériger sur le mode amical : une relation d’égal à égal, avec frais partagés en égales proportions. « On mangeait ensemble ; on partageait nos courses : c’était chacun sa part » (Mme Chesnel).

Aller seule ou accompagnée

25La moitié des personnes interrogées se rend quelquefois sans le mari chez les beaux-parents. Il s’agit en général de femmes disponibles, s’entendant bien avec leurs beaux-parents et habitant à proximité. En réalité, elles sont le plus souvent accompagnées de leurs enfants. La visite est dans ce cas une façon de favoriser les relations entre grands-parents et petits-enfants.

26Aller sans le mari et sans enfant est rare et correspond à des visites plus brèves. Une raison précise motive en général ces visites solitaires : un coup de main demandé ou rendu, ou une information. N’y aller jamais seule signifie que c’est essentiellement en tant que conjointe ou que mère que l’on se rend chez eux. Mme Ormeaux va régulièrement seule voir ses beaux-parents, mais elle est divorcée depuis seize ans et n’a jamais rompu ses relations avec eux malgré sa rupture conjugale. « Bien qu’il y ait eu la séparation et tout, j’y suis reçue quand je veux. » Les autres aident leurs beaux-parents, âgés et dépendants. Mme Rastier constate que, du fait de l’emploi du temps professionnel chargé de son mari et des activités nombreuses de ses enfants désormais adolescents, ses visites en solitaire sont de plus en plus fréquentes. « Souvent je dis : je vais y aller toute seule, faire mon petit tour, de façon à ce qu’ils aient une visite dans la semaine. C’est même pratiquement une fois sur deux que j’y vais toute seule. »

27L’autre moitié se rend toujours en présence du mari chez les beaux-parents. Cela ne signifie pas forcément que belles-filles et beaux-parents n’aient jamais de relations directes et que le mari soit médiateur de la relation. Plusieurs critères expliquent la visite en couple. Tout d’abord l’éloignement géographique mais aussi le manque de disponibilité des belles-filles (souvent déterminé par l’investissement dans une activité professionnelle) ne permettent pas la multiplicité des formes de visites. Le degré d’entente avec les beaux-parents conditionne enfin la forme des visites : les belles-filles ne s’entendant pas avec leurs beaux-parents préfèrent les rencontrer en présence de leur mari. « Moi toute seule avec elle Il faut que Laurent soit là Enfin, moi, j’ai décidé que Laurent était là parce qu’il sert de tampon. Il fait écran, donc ça va » (Mme Plessis). Enfin la présence d’enfant est déterminante. Les femmes sans enfants se rendent presque toujours en couple chez leurs beaux-parents. L’absence d’enfant correspond souvent à la précocité de l’union conjugale et donc du lien affin, ce qui exclut encore toute forme de familiarité. Ou bien elle se rapporte à une conception des relations conjugales dont nous montrons plus loin (Cf. chapitre X) qu’elle détermine le degré de liberté dans les relations avec la parenté par alliance.

Le lieu de rencontre

28Belles-filles et beaux-parents se rencontrent parfois sur leur lieu de travail (surtout lorsqu’il est commun), à l’occasion de vacances, sur le lieu d’une activité ou d’un loisir communs… Mais le cadre familial constitue en général le lieu de rencontre privilégié. Dans les deux tiers des cas, les rencontres ont lieu le plus souvent chez les beaux-parents. Seule une minorité reçoit plus qu’elle ne se rend chez les beaux-parents.

29Une enquête antérieure révélait déjà cette tendance à la dissymétrie : globalement, les enfants mariés vont plus souvent chez leurs parents que l’inverse (L. Roussel et O. Bourguignon, 1976). La forte densité des rencontres est surtout due aux visites des enfants. Mme Ricardin décrit la tendance de sa belle-mère : « Elle n’aime pas faire la route. Elle aime bien être là, mais elle est tellement habituée à être chez elle que vite ! Il faut qu’elle rentre. Ils sont retraités depuis longtemps ; ils n’ont rien qui les tient, mais Ah non Et elle a toujours l’impression de déranger. » Dans l’enquête dirigée par L. Roussel et O. Bourguignon, une mère fait remarquer que « on est chez soi chez ses parents, jamais chez ses enfants. » Dans le cas des relations par alliance non plus, les deux lieux ne sont pas équivalents, les attitudes des uns et des autres varient selon les lieux de réception. Mme Catrin constate ces différences de comportements : « Quand je vais chez elle, j’estime que je suis invitée donc je m’écrase (rire). » « Chez elle, c’est la reine. Mais chez les autres, elle est très effacée. »

30La différence de disponibilité contribue à déséquilibrer le sens des visites. Les beaux-parents, retraités, encore jeunes et alertes, sont souvent plus disponibles pour préparer un repas soigné que le jeune couple, pris dans le tourbillon de la vie professionnelle et par la présence d’enfants en bas âge. Nombreuses sont celles qui évoquent la difficulté de recevoir. Inviter les (beaux-) enfants chez soi à s’installer à une table bien garnie constitue une forme d’aide de la part du couple plus ancien.

31Le sens dominant des visites est accentué lorsque la vieillesse et la maladie restreignent la mobilité des parents. Devenus vieux et moins autonomes, ceux-ci préfèrent recevoir plutôt que se déplacer. Se rendre chez les (beaux-) enfants représente pour eux un dérangement voire une inquiétude – même si cela reste un plaisir. Toutes les belles-filles ayant des beaux-parents très âgés notent le changement. « Avant, ils venaient facilement. Mais ce n’est plus de leur âge de venir chez nous. » explique Mme Alix.

32Enfin, la maison des beaux-parents représente souvent un lieu de rencontre pour la fratrie du conjoint, un lieu de rassemblement familial informel. Les (beaux-) parents constituent un centre stratégique. Mme Renaudin ne retrouve ses beaux-frères, très pris par leurs commerces, qu’à cette occasion. Pour Mme Ozenne, l’espoir de retrouver certains des frères et sœurs de son mari constitue une motivation supplémentaire lorsqu’elle se rend chez ses beaux-parents.

33La visite chez les enfants est plus rare. Elle est aussi souvent plus brève. Les (beaux-) parents invitent plus fréquemment que ne le font les (beaux-) enfants. Lorsque les visites, au contraire, sont plus souvent orientées dans le sens beaux-parents/beaux-enfants, c’est souvent le cas de belles-mères ou de beaux-pères seuls (veufs ou divorcés) et/ou déprimés. Ils viennent chez leur belle-fille chasser l’angoisse, « se désennuyer » pour reprendre le mot de Mme Perceval. Les enfants et beaux-enfants constituent alors un réseau de relations privilégiées. Le beau-parent se rend aussi plus facilement chez une belle-fille considérée comme disponible parce que souvent présente à son domicile (mère au foyer, salariée à domicile, etc.).

34Inviter ses beaux-parents chez soi comprend un attrait : il peut être valorisant de leur montrer sa propre capacité d’autonomie. Même si cette attitude présente quelque ambivalence : n’y a-t-il pas un paradoxe à s’investir fortement dans sa relation affine pour affirmer cette autonomie ? Mme Béard ressent la nécessité de prouver à ses beaux-parents sa position d’adulte. « Elle va se proposer de m’aider mais je vais lui dire que je me débrouille. Je ne vais pas tellement la laisser m’aider, non. Je vais faire en sorte, de toutes façons, que tout soit bien prêt quand elle arrive. Pour pouvoir être disponible. » Et pour prouver aussi à sa belle-mère, excellente cuisinière, ce dont elle est capable. S’efforçant de faire ses preuves en tant que « maîtresse de maison », elle essaie d’équilibrer le sens des visites. Mme Avril aime varier les formules et inviter quelquefois. « Parce que je suis contente quand ils viennent. Parce qu’ils ne viennent pas spécialement souvent. Et ça inverse les rôles : c’est nous qui invitons. Ils sont chez nous. » Mme Avril perçoit une différence dans les deux cas. Inviter est pour elle plus actif et constitue un engagement, un investissement plus grands de sa part.

35L’invitation de ses beaux-parents chez soi comprend également un versant problématique : le risque d’empiètement et de jugement des beaux-parents sur le jeune couple et la belle-fille. La visite est une ouverture sur son univers et dévoile un style de vie, un aménagement, une organisation domestique, des dépenses, des goûts, des conceptions concernant l’éducation des enfants… La visite, surtout lorsqu’elle prend la forme d’un séjour, peut alors être ressentie comme une intrusion. Certaines préfèrent limiter le nombre de ces occasions et les formaliser. L’invitation peut revêtir pour certaines l’aspect d’une corvée. « C’est nous qui n’invitons pas. On n’a pas le souhait d’inviter la famille en général. Surtout moi. Je n’ai pas la famille en horreur, mais je ne suis pas du tout à l’aise avec des gens de ma famille chez moi. Je n’aime pas ça du tout. Je crains l’esprit critique, quelque chose comme ça. » (Mme Catrin). Ces enjeux expliquent que beaucoup préfèrent se rendre chez leur belle-mère plutôt que de l’inviter, au risque que « ce soit elle la reine chez elle. »

Les réunions de famille

36Forme la plus ritualisée des entrevues, la réunion de famille est un moment fort des relations par alliance : elle joue notamment un rôle important dans le processus d’intégration de la belle-fille à sa belle-famille (Cf. IIe partie).

37En général, les personnes rencontrées apprécient globalement ces événements familiaux, souvent perçus positivement, considérés comme constructifs et instructifs. La fête plonge la belle-fille dans l’atmosphère de sa belle-famille, lui révèle des bribes du passé. « Les réunions de famille sont très agréables. Je les entends parler de leurs souvenirs, ça me fait plaisir » (Mme Ballacey). Mme Lacé regrette la rareté de ces fêtes et l’extrême réticence de sa belle-mère. « Je trouve qu’elle ne rassemble pas assez ses enfants. Ça crée des liens, et quand on se voit peu, il y a des choses qu’on ne raconte plus. » « C’est nécessaire de se retrouver, de fêter ensemble, pas toujours sérieux. » De ces nombreux discours émane une norme : de bons (beaux-) parents rassemblent les leurs. Ils sont les garants de l’unité familiale. Sans eux surgit le risque d’éclatement.

38Les réunions de famille seraient une sorte de moments protégés, petits havres de paix. Mais l’appréciation de ces moments est surtout une question de philosophie, de valeurs. En premier lieu, se joue le goût (ou le dégoût) de la fête, le plaisir (ou déplaisir) de réunir un grand nombre de personnes. En second lieu, intervient l’importance accordée à la valeur famille en général et le degré d’investissement qu’une personne veut bien lui réserver. Celles qui apprécient les fréquents rassemblements dans leur belle-famille se disent « très famille ».

Souplesse et formalité

39Les personnes interrogées, quasi-unanimement, insistent sur l’absence de règles dans leurs rencontres avec leurs beaux-parents. Elles revendiquent en effet un grand degré de liberté dans leurs relations affines. « Il n’y a pas du tout de calendrier. » « Il n’y a pas de jour attitré », dit Mme Boismartel qui rencontre ses beaux-parents plusieurs fois par semaine. « On ne s’impose pas de se voir tant de fois par semaine » insiste Mme Manguier. Elles sont nombreuses à estimer, comme Mme Avril, que « Ça n’est pas régulier, c’est quand ça se présente. »

40Pourtant, on ne peut manquer d’être frappé par l’aspect formel des rencontres entre beaux-parents et belles-filles. Nous avons déjà insisté sur la régularité des visites. Plus généralement, la spontanéité des rencontres belles-filles/beaux-parents paraît limitée. Ces rencontres s’inscrivent dans un cadre défini, s’organisent selon des usages. Tout d’abord, on se rend rarement chez ses beaux-parents ou chez ses beaux-enfants sans prévenir. Ensuite, les rencontres se font souvent à l’occasion d’une réunion de famille, d’un anniversaire, d’un événement formel. La tendance à formaliser les rencontres s’explique par la nécessité de s’organiser à plusieurs et de concilier des exigences multiples. L’équilibre des visites entre les deux familles limite la souplesse des rencontres. De multiples contraintes renforcent ce processus. « La maison n’est pas grande, alors, il faut s’arranger avec ses sœurs : toi, quand est-ce que tu y vas ? Parce qu’on ne peut pas y aller tous ensemble. Et comme elles habitent loin aussi, il faut s’arranger » (Mme Bayou). Enfin, formaliser les relations correspond à un besoin de fixer un cadre aux visites pour poser des limites nettes aux « territoires » communs – une façon aussi de respecter et faire respecter l’intimité du jeune et du vieux couple.

  • 1 C. Gokalp (1978) et L. Roussel (1976) notent que les relations entre parents et enfants adultes re (...)

41Comment expliquer alors cette apparente contradiction entre le haut degré de formalité des relations tel que nous pouvons le constater et les discours qui nient toute contrainte. Pour les belles-filles, nier l’existence de règles et d’entraves est une manière de réclamer un certain degré de liberté dans les relations et de se rappeler qu’elles doivent garder prise sur la réalité. Revendiquer la spontanéité, la souplesse et le naturel revient aussi à se rassurer au sujet de la qualité et de l’aisance des échanges. Elles semblent tiraillées entre l’aspect pratique que fournit un système d’habitudes et la volonté de ne pas s’enfermer dans des habitudes contraignantes qu’elles ne sont pas sûres d’assumer par la suite – même s’il faut tenir compte de grandes variations selon les milieux1.

42En définitive, la façon dont sont organisées les rencontres entre belles-filles et beaux-parents structure en partie les échanges affins et en dévoile les impératifs. Elle révèle la difficulté de concilier devoir de relation, de contact et volonté de faire valoir ses territoires propres.

Les échanges de cadeaux

Les formes des échanges : fréquence, occurrences, organisation

43Trois occasions sont très fréquemment retenues. Par ordre de priorité viennent : Noël, puis les fêtes des mères et des pères, et enfin les anniversaires, surtout ceux jugés marquants (anniversaires de mariage, franchissement d’une nouvelle dizaine). À ces occasions s’ajoute parfois le cadeau en remerciement d’un service rendu, d’un hébergement prolongé. Inversement, rares sont les belles-filles qui n’ont jamais rien reçu de la part de leurs beaux-parents. Ces présents prennent la forme de cadeaux personnels (c’est-à-dire destinés à des individus) ou, plus fréquemment, de cadeaux adressés au couple. Les dons d’argent (elles sont une petite moitié à signaler cette forme de cadeau) sont toujours destinés au couple. Les beaux-parents offrent généralement à Noël, aux anniversaires des uns ou des autres et, éventuellement, aux retours de voyages. À l’occasion de la fête des mères et des pères, les beaux-parents reçoivent plus qu’ils n’offrent.

44Il n’y a pas toujours de symétrie. Lorsque le couple est jeune, il reçoit plus de cadeaux qu’il n’en fait, ou bien de plus conséquents, ce geste pouvant être compris comme une forme d’aide (financière, matérielle) au jeune ménage. « Quand j’étais jeune mariée, ma belle-mère m’offrait des choses pour la maison, genre service à café, batterie de casseroles… » (Mme Galland). Ce rapport s’inverse rapidement avec le temps, du fait de l’accroissement numérique de la famille, en particulier dans les familles nombreuses. Des beaux-parents âgés reçoivent plus de cadeaux de leurs beaux-enfants qu’ils ne leur en font. Le relais est pris par les petits-enfants, les enfants s’effaçant derrière leur progéniture. Mme Pellec décrit le processus. « On avait un cadeau quand on n’avait pas d’enfant, mais ma belle-mère ne s’en sortirait plus. Donc elle a décrété qu’à partir du moment où on avait des enfants, elle faisait des cadeaux aux enfants et plus aux parents. » Les cadeaux se font par générations alternées (de la première à la troisième génération), schéma qui rompt avec l’aspect binaire et systématique de l’échange en réintroduisant la notion de circulation.

45Le cadeau entre affins reste une affaire de femmes, quelle que soit la génération. Les deux tiers des enquêtées déclarent être chargées de l’achat et souvent du choix du cadeau pour leurs beaux-parents, soit par goût personnel, soit du fait de la défection de leur mari. « Mon mari, il dit des fois : “Tu as pensé à acheter quelque chose à maman ?” Mais je ne sais pas si il y penserait, lui… » (Mme Lerbier). La défection masculine pour la question des cadeaux déplaît parfois, mais n’est pas fondamentalement remise en cause par les belles-filles. Cette délégation recouvre souvent la question très large de la répartition des tâches dans le couple. C’est Mme Renaudin qui s’occupe de l’achat des cadeaux de ses beaux-parents tout comme elle s’occupe des achats domestiques en général. « Ah ! C’est moi ! Mon mari ne va jamais dans les magasins. Surtout pas ! Même pour acheter des chaussures, j’achète au pif ! Même les pantalons, c’est pareil, il n’essaie rien. » C’est une question d’orchestration conjugale (F. de Singly, 1976 ; M. Glaude et F. de Singly, 1986). Bien souvent le choix du cadeau est à peine discuté en couple. Mme Manguier s’en amuse : « Ah ! c’est moi ! Ouh la la ! Bien sûr, je lui en parle. “Tiens ! j’ai prévu ça pour ta mère”. Il dit oui Il s’en fiche ! Enfin, non ! Il serait vexé si je n’achetais rien à ses parents. Il serait vexé, c’est sûr. » Le mari délègue à sa femme la responsabilité du cadeau. C’est elle qui y pense, le choisit, l’achète et éventuellement qui l’offre. Pour autant, elle n’estime pas faire un cadeau en son nom propre. Mme Valence témoigne. « C’est plus ma charge que la charge du couple. » Mais elle ajoute : « Je ne vais pas dire : “c’est de moi !” » Mme Boismartel se place comme la représentante de son mari et ses filles. « Chez moi, c’est la famille ; ce n’est pas quelque chose d’individuel. »

46Parfois les belles-filles se joignent à leurs beaux-frères et belles-sœurs pour faire un cadeau commun plus conséquent. Cette formule est préférée notamment à l’occasion des anniversaires marquants, « pour les zéros et les cinq » (Mme Ozenne). Ces associations sont souples, fluctuantes. Elles ne concernent pas forcément l’ensemble de la fratrie, et les participants varient d’une année à l’autre. Les belles-filles sont souvent exclues de cette organisation, sauf quand la fratrie ne comprend pas de membre féminin. Les filles prennent plus l’initiative. « Avec ses sœurs, quand il y a la fête des mères, des anniversaires, ils achètent ensemble et puis on participe. Mais je ne m’occupe pas personnellement des achats de cadeaux. C’est souvent sa sœur qui est sur place qui s’en occupe » (Mme Bayou). « Je crois que ce n’est pas plus mal que ce soit une de ses filles qui choisisse. Elle connaît mieux quand même sa mère » (Mme Brizeux).

Le cadeau comme comptabilité

Un mode de traitement des liens familiaux

47Ces prestations matérielles sont chargées de significations. En général, offrir des cadeaux à quelqu’un veut dire que l’on souhaite sa bienveillance – et aussi que celle-ci n’est pas donnée. La distribution de cadeaux obéit en partie à des règles tacites propres à un contexte social spécifique. « Les individus qui participent à ces rituels ne sont pas libres d’imposer leur propre échelle de valeur affective à l’égard de tel ou telle » (T. Caplow, 1986). Le cadeau n’est pas seulement l’expression du degré d’investissement des belles-filles et des beaux-parents dans leurs relations affines. Il engage d’autres liens (conjugaux, parentaux) et doit être conçu comme mode de traitement des liens familiaux (N. Herpin, D. Verger, 1985). Le cadeau signe la reconnaissance de l’existence de la belle-fille aux yeux de ses affins. C’est pourquoi l’absence totale de don est perçue négativement. « Quand elle vient, elle va apporter une boîte de gâteaux, mais je ne peux pas dire que j’ai eu par ma belle-mère un beau cadeau, un souvenir. Vraiment non. » dit Mme Brizeux, déçue de n’être pas davantage prise en compte.

48Plusieurs ressentent l’inutilité de leurs efforts (et de leurs dépenses) lorsque le cadeau qu’elles offrent reste sans écho. Sensibles à l’usage qui en est fait, elles observent les réactions de leurs beaux-parents à la réception du cadeau. Celui-ci réapparaît-il les fois suivantes, les belles-filles notent que leurs affins le (la ?) prennent en considération et lui font honneur. Disparaît-il définitivement dans une armoire, elles le remarquent et concluent à la négligence et à l’ingratitude des beaux-parents. Une gestion silencieuse des relations se met en œuvre. « Je ne lui ai pas fait de cadeaux depuis deux ans, parce que le dernier cadeau que je lui ai fait, j’avais fait pas mal de boutiques à Rennes pour lui trouver un ensemble correct. Elle l’a regardé, elle a dit : “il est trop long !” Et elle l’a ramassé dans un placard. Alors, terminé ! » (Mme Le Faou). Les belles-filles se livrent à un décodage des signaux émis – ou étouffés. « Ça m’est arrivé de lui faire des cadeaux à Noël, à la fête des mères. Mais jamais beaucoup parce que jamais elle ne disait si ça lui plaisait, jamais. On ne savait jamais si ça lui faisait plaisir ou pas. Elle ouvrait et puis on ne le revoyait pas. Alors c’est très difficile de lui choisir quelque chose. » Ne percevant pas la réciproque de son geste, Mme Palluet a cessé de faire des cadeaux. Le système d’échange-cadeaux, essoufflé, s’est interrompu.

49Mme Cantin se désespère de l’indifférence affichée par ses beaux-parents. « Apparemment, ils n’en ont rien à faire, donc Moi, j’ai acheté des cadeaux, on ne les a jamais vus ! Ça ne sert à rien. » Pourtant elle persévère, même si l’achat du cadeau devient pure obligation. « C’est vraiment la corvée. »

50Au contraire, celles qui reçoivent un cadeau personnel sont sensibles au geste, ne le considérant pas comme un dû. Mme Bulot compare les façons de faire de sa mère et sa belle-mère. « Ma belle-mère fait des jolis cadeaux. Elle prend son temps, elle les choisit. Les trois petites boîtes, là, (elle les désigne), je les ai eues à Noël et il y avait des cuillères en argent dedans. Ma mère ne va pas s’enquiquiner comme ça à faire ce genre de présent. Elle est beaucoup plus pratique. Je préfère les cadeaux de ma belle-mère, c’est beaucoup plus touchant. » Oubliant ses réticences, Mme Pellec reconnaît les efforts de sa belle-mère à ce niveau. « Au niveau matériel, ça, elle assure Ça, les cadeaux Même moi, j’ai quelque chose pour mon anniversaire aussi. »

La bague de fiançailles

51Deux cas d’exception méritent d’être soulignés. Mmes Boismartel et Ormeaux ont reçu de leur belle-mère respective, cadeau suprême, sa propre bague de fiançailles. « Il y a une chose qui était formidable, raconte Mme Boismartel, c’est que, une fois qu’on était marié, à l’occasion d’une fête de famille, ma belle-mère m’a donné sa bague de fiançailles. Je ne me rappelle plus exactement quand, enfin c’était après notre mariage. » Ce don n’était pas une tradition de famille mais émanait de la propre initiative de sa belle-mère ainsi que de son beau-père, engagé lui aussi dans cette offrande. « C’était une bague que mon beau-père avait offerte à ma belle-mère pour ses fiançailles. » Un tel geste traduit la chaleur de l’accueil réservé à la belle-fille ainsi que le degré d’investissement des beaux-parents dans leur relation avec elle. Une telle manifestation est aussi une lourde responsabilité pour la belle-fille qui peut se sentir tenue à plus d’obligations et anxieuse de décevoir.

52L’histoire affine de Mme Ormeaux est marquée par un décalage social sensible : elle a épousé un homme issu d’un milieu plus modeste que le sien. Le don considérable que lui a fait un jour sa belle-mère s’insère à ses yeux dans ce contexte. « Il y a quand même quelque chose qui est à noter, c’est qu’elle m’a offert la bague de fiançailles. Elle m’a donné les moyens de Je crois que c’était un bijou de quelqu’un de sa famille qui avait des moyens financiers supérieurs aux siens. Donc elle n’a pas hésité, à ce moment-là, à me la faire passer. Pour mes fiançailles. Elle l’a fait remonter pour l’occasion. » Mme Ormeaux la porte toujours, en dépit de son divorce. Ce cadeau représentait la reconnaissance par sa belle-mère de son milieu d’origine bourgeois, milieu dont Mme Ormeaux revendique certaines valeurs. « C’était important parce que logiquement, par rapport à leurs moyens, compte tenu de leur milieu, je n’aurais pas pu espérer trouver Donc oui, c’était très important pour moi. Parce que ça correspondait à un bijou qui était tout à fait dans mes goûts. Et que je n’aurais pas imaginé chez eux. Elle aurait pu donner de l’argent à son fils pour qu’il achète un autre bijou. Alors que celui-ci était dans mes goûts et aussi de valeur. Ça, j’ai apprécié ; pour le geste et pour ce que c’était. » Pour Mme Ormeaux, ce don d’une grande portée symbolique en sous-tend un autre, ultérieur : la bague reçue sera un jour offerte, elle est destinée à circuler de génération en génération. « Je pense que je la donnerai à ma petite-fille ». Mme Ormeaux s’est approprié le bijou reçu il y a presque trente ans. La bague demeure comme un symbole de la pérennité de ses relations affines qui ont survécu aux événements, notamment son divorce.

La pertinence du don

53On le perçoit en filigrane dans les extraits d’entretiens précédents : les personnes n’accordent pas seulement de l’importance au fait de recevoir un cadeau de leurs affins mais aussi à ce qu’il représente, à sa pertinence et aux formes qu’y mettent les « donateurs ». Un cadeau décalé peut être objet de la risée de la famille. Mme Goglin raconte qu’au retour de leur dernier voyage, ses beaux-parents lui ont offert un gilet qu’elle n’a jamais osé porter. « C’est mon mari qui m’a rapporté le gilet de chez mes beaux-parents. Et il m’a dit : “tu vas être contente, tu as un beau cadeau…” (rire) Il savait bien. […] Mes garçons rigolaient. » Après quelques expériences malheureuses, Mme Goglin conclut : « Mais vous savez, les cadeaux des mémés, ce n’est pas très beau ; ce n’est pas toujours de bon goût. Enfin, chez nous. » Est-ce parce qu’ils connaissent les risques qu’ils encourent que les (beaux-) parents, souvent, préfèrent le don d’argent ?

54Lorsqu’elles reçoivent de leurs beaux-parents un cadeau qui ne leur plaît pas, la majorité tait ses sentiments, à l’image de Mme Goglin. « Je disais que c’était bien quand même. Comme le gilet, quand je l’ai eu, j’ai dit que c’était très bien. Mais ça ne me plaisait pas du tout. (rire) C’est vrai que ce n’est pas facile parce que ça part d’une bonne intention. […] Je n’étais pas à l’aise quand j’ai dit merci. » Une déception de ce registre ne s’avoue d’ailleurs pas tellement plus facilement aux parents.

55Quelques-unes préfèrent dire leur véritable sentiment, justifiant leur démarche par le risque de décalage systématique. « Je crois que c’est admis, quand je dis : “non, je n’aime pas trop…“ » (Mme Langelot). « Je me dis : c’est trop bête : elle va recommencer la prochaine fois ! Alors des fois, je lui dis. » (Mme Jean). Cependant, toutes s’accordent à dire combien une telle réaction est délicate.

56L’exemple de Mme Roseland montre bien comment les belles-filles procèdent : puisqu’il est difficile de repousser le présent affin, la prévention est de règle. Les belles-filles anticipent en faisant connaître leurs goûts de façon très directe. Elles se découvrent, se révèlent, surtout quand elles présument des décalages de goûts, d’idées. « Une fois, on était allées se promener ensemble. Et puis on avait regardé les vitrines, les magasins pour enfants. Et puis elle regarde une robe et elle dit : “c’est mignon ! Ce serait bien…” Et moi, je fais “Ah ! J’aime pas du tout !” Bon, ben, elle a vu. Et depuis ce temps-là, elle sait mes goûts. Par contre à la naissance de ma deuxième fille, elle m’a offert un truc superbe. » (Mme Roseland). Cette procédure d’anticipation semble efficace et laisse à chacun le temps de s’adapter à l’autre.

57Les belles-filles estiment également la justesse de la valeur du cadeau. Mme Bulot, par exemple, trouve ses beaux-parents (sa belle-mère surtout) un peu trop économes. « Ma belle-mère n’est pas généreuse. (baissant la voix) Elle est même un peu pingre. Moi, j’aime bien faire des petits plaisirs. Si je vois quelque chose dans une vitrine et que j’ai envie de faire plaisir à ma belle-mère, je vais lui offrir en me disant : ça fera joli avec sa nappe. Elle non, jamais spontanément. » « Elle fait des cadeaux touchants. […] Mais c’est un peu trop calculé. » L’exemple de Mme Bulot montre comment on peut se dire à la fois « touchée » par les présents de sa belle-mère et les réduire à la simple expression d’une convention. Au contraire, Mme Guillen, on le verra dans le chapitre trois, se trouve quelquefois submergée de beaux cadeaux de lingerie de la part de sa belle-mère et en ressent une vive gêne : elle qui s’apprête à faire un « beau mariage » s’engage, consciente mais impuissante, dans un processus d’endettement irréversible envers ses beaux-parents. Dans ce cas, chaque cadeau représente une souffrance. Bien des fois, elle s’est sentie vaincue, anéantie, souffrant de ne trouver en échange qu’un vague, banal remerciement – « Vous nous avez vraiment trop gâtés ! » Elle qui se définit comme fière et discrète souffre de ne pas se sentir à la hauteur.

58Un cadeau est daté. Le choix judicieux d’une occurrence ou au contraire l’oubli, le retard, sont remarqués par celles qui s’investissent dans ce type d’échange formel. Que le cadeau soit fait en temps et lieu convenables, qu’il soit de circonstance est très remarqué par Mme Cantin. Celle-ci raconte en soupirant le dernier cadeau de Noël qu’elle a reçu de ses beaux-parents. « Ah ! L’année dernière, on l’a eu au mois de septembre. Quatre mois avant ! Mes beaux-parents étaient en Tunisie, ils nous ont ramené un superbe tapis de prière en fil de soie […] Ça nous aurait fait autant plaisir, même plus, s’ils nous avaient donné cela à Noël. Tandis que là, ils avaient mis ça dans le papier, mon mari est passé (chez eux) le lundi, il me dit : Tiens ! C’est pour ton Noël […] Mais au mois de septembre ! Moi, je l’aurais gardé et je l’aurais donné le jour de Noël. D’ailleurs, à Noël, je me rappelais à peine ce qu’on avait eu, alors que c’était certainement, financièrement, le plus beau cadeau qu’ils nous aient fait. »

Formes de contre-dons

59Enfin, le cadeau est une façon de se « dédouaner » ou du moins de règler une dette légère. Mme Lechapelain, de sa propre initiative, marque ainsi sa reconnaissance envers les siens lorsqu’ils gardent ses enfants. « Ça m’arrive quelquefois, quand j’ai confié Antoine pendant deux ou trois jours, d’arriver avec un bouquet de fleurs pour ma belle-mère. J’aime bien. » Lorsque les belles-filles se font héberger plusieurs jours chez leurs beaux-parents, elles souhaitent marquer leur gratitude envers eux, les remercier de leur accueil et alléger la charge financière qu’elles peuvent représenter. Mme Avril passe ses vacances chez ses beaux-parents, son conjoint travaillant dans les environs pendant toute la saison estivale. À leur départ, ils offrent toujours un cadeau conséquent malgré leur modeste budget d’étudiants. « Cet été, comme on est resté là-bas, on leur a offert une potiche. Enfin, on trouve ça naturel. Ils nous disent toujours “Gardez votre argent pour autre chose”, mais nous, on en fait toujours. » L’hébergement prolongé n’étant pas considéré, aux yeux des jeunes gens, comme un dû, il leur fallait exprimer leur reconnaissance envers le service rendu mais d’une façon autre, bien sûr, que sous la forme d’un dédommagement financier. À ses beaux-parents, on ne verse pas une pension ; ce serait renvoyer leur demeure au statut d’hôtel-restaurant, comparer leur service ou leur repas à celui d’un hôtelier anonyme. Faire intervenir des rapports d’argent serait offensant. Le cadeau est aussi, pour ce jeune couple, une façon de montrer la conscience qu’il a de l’anormalité de cette situation de cohabitation momentanée ou du moins d’insister sur son caractère exceptionnel. En d’autres termes, il est un moyen de s’affirmer en tant qu’adultes. Les réactions des beaux-parents au cadeau reçu ne vont-elles pas souvent dans le sens d’un bougonnement réprobateur ? « Gardez ça pour vous ! » (Mme Ballacey). « Ils rouspètent. Ils nous disent “Gardez vos sous ! On n’a besoin de rien.” » (Mme Renaudin). Serait-il de bon ton de couvrir de reproches les (beaux-) enfants prodigues ? En recevant, les (beaux-) parents s’effacent symboliquement derrière la génération leur succédant. Tandis qu’en donnant, ils conservent le bénéfice de la « dette originelle » qu’ils ne voudraient pas risquer de voir s’inverser (R. Benedict, 1987).

Notes

1 C. Gokalp (1978) et L. Roussel (1976) notent que les relations entre parents et enfants adultes revêtent un degré de liberté plus grand à Paris que dans les petites villes ; plus grand dans les catégories aisées que chez les plus défavorisées.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search