Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Ni accusation, ni plaidoyer en faveur de protagonistes certes malmenés par les représentations habituelles, ce livre est d’abord motivé par la volonté d’apporter quelque connaissance au sujet d’un domaine familial jusqu’ici peu étudié pour lui-même : la parenté par alliance, appelée aussi parenté affine, c’est-à-dire la famille d’origine du conjoint, dans la société française contemporaine.

2Mais la relation par alliance se présente aussi comme un promontoire permettant de jeter un regard attentif sur les couples d’aujourd’hui, leurs liens avec la parenté et la façon dont les individus concilient (ou pas) liens de couple et liens de filiation.

Les relations d’alliance dans la société française contemporaine : état des lieux

3La question des liens d’alliance dans les sociétés sans écriture, les sociétés rurales et les sociétés anciennes a fait l’objet d’une attention soutenue : ethnologues et historiens y ont consacré de nombreuses études, dévoilant règles et stratégies matrimoniales, soulignant combien le mariage n’engage pas seulement les deux nouveaux époux mais leurs familles, leurs lignées respectives (Cf. annexes). En revanche, notre société française contemporaine, sous cet angle, est beaucoup moins connue : peu d’écrits récents témoignent de cette part de réalité familiale (C. Lemarchant, 1994).

4Pourtant, les relations par alliance (ou relations affines) sont, dans une large mesure, des relations obligées, c’est-à-dire incontournables et non électives, non choisies. Rares sont les personnes vivant en couple qui s’abstiennent de rencontrer un jour leur belle-mère, leur beau-père. Il s’agit donc d’une expérience fort répandue, qui concerne les couples non mariés tout autant que les couples mariés.

5En outre, la relation d’alliance doit être replacée dans le contexte démographique actuel. Aujourd’hui, avec l’allongement considérable de la durée de vie, il n’est pas rare que quatre générations soient juxtaposées dans le temps. L’espérance de vie à la naissance dépassant soixante-quatorze ans pour les hommes et quatre-vingt deux ans pour les femmes, selon les données de l’INSEE, la probabilité pour une femme qui se marie de connaître ses beaux-parents pour une longue période, par exemple jusqu’à l’âge de son propre départ en retraite, est importante. La relation par alliance s’inscrit donc de ce point de vue dans la longue durée.

6Enfin, la parenté par alliance continue d’alimenter notre imaginaire collectif. Tout un stock de plaisanteries et dessins humoristiques donne le ton : le comique serait le genre favori pour aborder la parenté affine, décrite à travers le personnage de la belle-mère comme une source de problèmes (Cf. annexes). Le traitement social de la relation par alliance se réduirait à la plainte ou au rire. On peut se demander si l’hostilité à laquelle font référence ces plaisanteries est inévitable ou le fait d’une époque révolue.

7Ces constats sont une invitation à mieux connaître cette relation très spécifique entre générations. S’il est vrai que les intérêts entre les deux parties divergent, quels sont-ils, compte tenu des particularités et des changements intervenus au sein des relations de famille dans notre société contemporaine ? Jusqu’où les relations par alliance sont-elles « obligées » et pourquoi ? Enfin, les femmes, si clairement mises en cause dans les représentations collectives, jouent-elles précisément un rôle décisif dans ces relations de famille spécifiques ?

Les frontières de la famille

8L’analyse de la relation par alliance permet d’engager une réflexion sur les limites, la définition et les représentations actuelles de « la » famille. Le mariage implique un individu dans de nouveaux liens de parenté. Il l’amène à réorganiser son propre réseau, à revoir son idée de famille. La parenté par alliance n’est pas simplement ajoutée à la première – la parenté d’origine – mais entraîne une redéfinition de celle-ci. L’apparition de nouvelles interactions provoque une redéfinition de nouveaux rôles, d’un nouveau cadre.

9Or, les individus ne placent pas tous au même endroit ni selon les mêmes critères la frontière entre ce qui relève de la famille et ce qui n’en relève pas. En particulier, certains font, plus que d’autres, la distinction entre la consanguinité (c’est-à-dire les liens de sang) et l’alliance (c’est-à-dire les liens contractés par le mariage, le sien ou celui d’un consanguin). A cet égard, on peut se demander quel rôle joue le temps dans l’éventuel enchevêtrement de ces deux dimensions. Dans quelle mesure la belle-famille fait-elle partie d’une « parenté réclamée », pour reprendre la belle expression de M. Segalen (1991), c’est-à-dire d’une parenté dont on revendique l’appartenance ? Dans un contexte de désaffiliation (R. Castel, 1995), de démariage, (I. Théry, 1993) où certaines relations familiales sont de plus en plus basées sur les liens d’affinités électives (I. Théry, 1998), se réclame-t-on de la parenté affine ou bien au contraire cette dernière suscite-t-elle l’indifférence ?

Couple et filiation

10L’« obligation d’engagement » dans la relation affine, pour reprendre les termes d’E. Goffman, a une résonance conjugale très forte. En effet, la plupart des individus vivant en couple ne refusent pas a priori leurs relations d’alliance, conscients de la symétrie de la situation (les parents de l’un sont les beaux-parents de l’autre). Chacun souhaite, pour entretenir de bonnes relations avec les siens, que son conjoint fasse lui-même les efforts d’adaptation nécessaires. Rencontrer ses affins s’insère dans une démarche de respect filial vis-à-vis du partenaire.

11Or, la façon dont s’articulent couple et filiation aujourd’hui fait écho à un certain nombre de spécificités de la famille contemporaine bien mises en évidence par les sociologues.

La proximité relationnelle entre parents et enfants adultes et l’importance de l’identité filiale

12La mise en couple n’implique pas, loin s’en faut, la rupture des liens entre parents et enfants. De nombreuses études, depuis les travaux précurseurs de L. Roussel, O. Bourguignon (1976) et A. Pitrou (1992) montrent la prégnance des relations entre les enfants adultes et leurs parents. La fréquence des visites, l’intensité des échanges et services (J. H. Déchaux, 1994), la valeur accordée à l’héritage (A. Gotman, 1988b) et à la mémoire familiale (A. Muxel, 1996) sont désormais attestées. Il semble même qu’aujourd’hui « la famille étendue se resserre sur l’axe étiré de la filiation », c’est-à-dire privilégie les liens intergénérationnels aux liens entre collatéraux (I. Théry, 1998).

La valorisation et la revendication de l’autonomie entre générations et l’importance de l’identité conjugale

13Pourtant, un enjeu décisif régule les relations de parenté : leur place relative par rapport aux relations conjugales.

14Dans les sociétés occidentales contemporaines, la relation conjugale prime sur les autres relations. Elle représente la plus petite distance qui puisse exister entre deux êtres. E. Shorter et J.-L. Flandrin ont analysé le processus, amorcé à partir du XVIIIe siècle, qui amène à se centrer sur le couple et la famille (E. Shorter, 1977 ; J.-L. Flandrin, 1976). La relation conjugale est devenue source de sens, norme de référence des relations interindividuelles. Ce modèle social, qui définit les normes relationnelles, ne signifie pas isolement du couple mais modification de la hiérarchisation des relations en faveur de ce dernier (F. de Singly, C. Lemarchant, 1991). Une Européenne sera-t-elle aussi émue qu’une Indienne si son conjoint, pour lui déclarer sa flamme, lui dit : « Je t’aime comme ma mère » ?

L’importance de l’affectivité et la sentimentalisation des relations au sein de la famille

15La source de légitimité de la formation d’un couple a aussi changé, en particulier dans les classes moyennes. Désormais prime l’affectif ; le sentiment amoureux est considéré comme l’unique ciment du couple. Non que ce sentiment était absent auparavant, mais il est devenu la condition de la mise en couple et de sa pérennité. Selon F. de Singly, « L’amour définit le principe idéologique qui supporte le cercle domestique : la famille conjugale “fonctionne” à l’amour » (F. de Singly, 1976). L’émergence du souci d’intimité et du sentiment domestique est concomitante de celle de la logique affective. Le principe de néolocalité découle de l’émergence de la famille conjugale. La formation d’un couple implique généralement la création d’un nouveau foyer, d’un nouvel univers domestique. Car le sentiment de famille « exige un minimum de secret » (P. Ariès, 1979).

16Dans ce contexte, la proximité entre parents et enfants adultes risque de ne pas être perçue comme légitime, mais au contraire comme un manque d’autonomie de la part des enfants, le signe que « le cordon n’a pas été coupé ». Un bon fils fait-il un bon conjoint ? L’équilibre entre les relations filiales et conjugales est parfois fragile : ce sont deux des relations les plus intimes qui soient qui entrent en jeu et peut-être en concurrence lors de la mise en couple.

17En définitive, les individus s’engageant dans une vie de couple n’en restent pas moins fils ou filles. Pourtant leur vie conjugale les amène à revoir leur lien filial. Le processus par lequel un couple s’accorde (ou non) sur la façon d’organiser les relations avec les familles de l’un et de l’autre est une question centrale : la mise en couple implique nécessairement que s’ajustent deux points de vue individuels sur la manière de se positionner face aux deux familles.

Construire la bonne distance

18Analyser les relations humaines en termes de distance est une démarche classique en sociologie, depuis les travaux précurseurs de G. Simmel (1981) et ceux des fondateurs de l’Ecole de Chicago dont le modèle spatial fournit un schéma théorique pour expliquer la distance sociale entre les acteurs (Y. Grafmeyer, I. Joseph, 1984). G. Simmel privilégie deux images, celles du pont et de la porte, pour symboliser la continuité et la discontinuité, l’unité et l’éclatement, ce qui lie et ce qui sépare.

19Cette notion est particulièrement heuristique en sociologie de la famille (F. de Singly, 1985a) et sociologie conjugale, qu’il s’agisse de couples d’ouvriers (O. Schwartz, 1990), de couples à la retraite (V. Caradec, 1994), ou de couples mixtes (G. Neyrand, 1998). Et elle permet d’approcher la diversité des normes d’échange au sein des couples (J. Kellerhals et al., 1982, F. de Singly, 1987).

20Une des préoccupations accompagnant la mise en couple est la construction d’une « bonne distance » avec la belle-famille, cette « bonne distance » étant perçue comme un optimum de la relation, ni trop englobante, ni trop distendue. Cette définition varie selon les individus, mais, dans tous les cas, se construit au fil des interactions, des échanges, dans le face-à-face ou à distance, en fonction des atouts sociaux et culturels des différents protagonistes, de leur héritage du passé et de leur projet personnel, conjugal et familial.

21Cette construction s’accompagne de réajustements d’ordre identitaire. En effet, l’identité ne se manifeste pas comme une unité figée une fois pour toute. Au contraire mouvante et évolutive, « elle est toujours construite et à (re) construire dans une incertitude plus ou moins grande, plus ou moins durable » (C. Dubar, 1991). Les étapes de la recomposition du soi des belles-filles au cours de l’expérience de la belle-famille s’inscrivent dans ce processus.

La méthode

22L’ensemble des analyses repose sur une enquête approfondie basée sur le recueil de récits de vie. Au total, quatre-vingt douze femmes d’âge et de milieux sociaux diversifiés ont été contactées entre 1987 et 1990, en Bretagne et en Normandie. Désignées par des pseudonymes afin que soit préservé leur anonymat, elles nous ont confié leur expérience de belle-fille. Les analyses, résultat d’une « pratique irréductiblement interprétative », s’efforcent de dépasser les deux écueils propres à ce type de méthodologie : l’excès d’interprétation « à l’état sauvage » et l’éparpillement en « une poussière d’éléments dispersés dont il ne surgirait aucun ordre » (O. Schwartz, 1993).

  • 1 Qu’ils soient ici remerciés de leur participation.

23Une enquête complémentaire faite avec des étudiants de l’université de Bretagne Occidentale1 donne accès à l’autre versant des relations par alliance : le point de vue des beaux-parents.

Un tableau en quatre parties

24Quatre parties composent ce tableau sur les relations d’alliance.

25La première partie vise à mettre au jour ce qui fait le contenu et la consistance de la relation entre la belle-fille et ses beaux-parents.

26Dans la seconde partie est analysé le processus d’intégration, c’est-à-dire d’insertion de la belle-fille dans sa belle-famille. Sont mis en évidence les effets des différences de milieux sociaux sur ces relations.

27La relation conjugale est à l’origine de la relation d’alliance. Mais elle en détermine également le fonctionnement et en constitue un enjeu primordial. Inversement, la relation avec les beaux-parents contribue à marquer (positivement ou négativement) la relation de couple, en en favorisant le bon fonctionnement ou au contraire en l’entravant. Tel est l’objet de la troisième partie.

28Enfin, la quatrième et dernière partie présente la belle-fille confrontée à son identité filiale. La relation par alliance n’est pas sans effet sur la relation avec la parenté d’origine ni sans être influencée par elle.

Notes

1 Qu’ils soient ici remerciés de leur participation.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search