Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Préface. Sur scène, avec sa belle-mère

François de Singly

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Daniel Evan Weiss, Noces de cendres, Gallimard/La Noire, Paris, 1998.
  • 2 Décembre 1998, avec un dessin de Claire Brétécher.

1Dans Noces de cendres1, Allison Pennybaker, jeune femme protestante, veut épouser Solomon, de religion juive. La future belle-mère ne se réjouit pas de cet événement tout en déclarant l’accepter : « N’ayez pas de scrupules à accepter […] Vous prenez mon fils. Le reste n’a pas d’importance ». Peut-être plus que dans d’autres cultures, les liens entre le fils et sa mère sont serrés – Solomon ne déclare-t-il pas à Allison : « Mon meilleur ami c’est ma mère » – et la nature de ces liens perturbe l’établissement et le maintien des relations entre les conjoints. Allison doit devenir à la fois épouse et belle-fille, et accepter une certaine concurrence. Une publicité2 met en scène autrement une idée comparable. Une femme commente à son amie au téléphone : « Ma belle-mère commence à m’avoir à la bonne, elle nous a offert un four à micro-ondes complètement délire. Le genre “tu appuies sur la touche poulet et le poulet cuit tout seul”. Même mon mari y arrive, il n’a pas pratiquement plus besoin de moi, plus du tout même. Euh, tu crois qu’elle l’a fait exprès ? ». Le mariage – le concubinage aussi, peut-être dans une moindre mesure, contraint à endosser deux rôles (au moins) qu’il faut parvenir à rendre conciliables.

2Dans ce livre, Clotilde Lemarchant analyse les manières dont les femmes doivent aujourd’hui comme hier-même si la définition des rôles d’épouse et de belle-fille s’est modifiée – cumuler ces deux rôles. La mise en œuvre de ce cumul tourne rarement à la tragédie (comme dans Noces de cendres) ou à la comédie. Il suscite néanmoins souvent des difficultés, comme on le comprend à la lecture des entretiens bien menés par Clotilde Lemarchant auprès des belles-filles. Tout au long du livre, la lectrice, le lecteur découvrira bon nombre des motifs et des processus qui produisent ces tensions, et les calculs minutieux de « la bonne distance » entre les personnages qui circulent sur la scène : une première femme qui joue les rôles d’épouse, de mère, de fille de et de belle-fille de, un premier homme qui interprète ceux d’époux, de père, de fils de et de gendre, une seconde femme avec les rôles d’épouse, de mère, de belle-mère et de grand-mère, et enfin un second homme avec ses rôles d’époux, de père, de beau-père et de grand-père. La pièce comprend plus de monde puisque les parents de l’un sont les beaux-parents de l’autre, et que les enfants du couple arrivent aussi au cours du spectacle.

3Une des raisons principales qui engendre des scènes dont le texte n’est jamais simple à jouer réside, selon moi, dans ce cumul, et dans les qualités requises pour interpréter, quasiment en même temps, ces rôles. C’est ce sur quoi je voudrais insister, avant d’élargir à une question théorique, décisive pour les familles contemporaines au sein desquelles la logique affective et relationnelle intervient beaucoup : celle des principes qui régissent le cumul de l’amour. Lorsque Solomon (dans le roman cité) affirme le maintien du lien intense avec sa mère, il trahit cette conciliation peu aisée ; il croit y parvenir en déplaçant le registre des termes de l’amour à l’amitié pour désigner la relation à sa mère.

La belle-mère comme public

4Tout d’abord, lorsqu’ils rencontrent pour un repas du dimanche, les fêtes de Noël, etc., les parents de l’un ou de l’autre, les couples doivent se montrer en quelque sorte en public. Or se conduire dans l’intimité, ou devant d’autres, ne sont pas des situations comparables. Déjà quand un couple reçoit des amis, il modifie souvent sa façon d’être ordinaire. Ainsi quelquefois des hommes qui participent au déplacement pour aller chercher les plats, au service, vont devenir plus traditionnels : restant assis, ils débouchent le vin et le servent. Tout se passe comme si la présence du public tendait à rendre le comportement des hommes et des femmes plus conforme à la définition traditionnelle des identités sexuées. Il ne s’agit pas de montrer des comportements qui pourraient être interprétés par les beaux-parents comme des failles identitaires. On pourrait prendre le cas de jeunes femmes modernes qui, dès l’annonce de la visite de la belle-mère, se sentent obligées de nettoyer le sol, d’ajouter un plat au menu, etc. ; elles se protègent ainsi du regard d’autrui, de son jugement, et du doute qui pourrait être porté sur sa conduite, et par effet d’écho, sur le bonheur présumé du couple (et donc du fils). Se produit donc un accroissement de postures jugées traditionnelles, dignes de la génération précédente : la femme se sent contrainte d’agir comme si elle était aussi la mère de son époux. Cette substitution peut engendrer, sinon un certain ressentiment, du moins un sentiment de pénibilité. Devoir jouer le répertoire de la belle-mère tout en ayant cette dernière comme public, c’est nécessairement une conduite à risques, sans obtenir en contrepartie de grandes satisfactions puisque les gestes, les recettes, les comportements que cette femme se sent obligée de « jouer » ne sont pas pour autant validées par elle, étant éventuellement accomplis à contre-emploi, et donc à contre-cœur.

5Mais le temps peut arranger les affaires, car l’actrice prend de l’assurance devant son public. Elle peut être rassurée en observant que son mari, ou son compagnon, est sur la scène avec elle, et qu’il n’est pas dans le public avec sa mère (et son père). Elle peut comprendre aussi qu’elle s’est trompée dans l’image du public puisque sa belle-mère ne demande pas obligatoirement la répétition du chez elle, qu’elle peut apprécier la nouveauté, qu’elle peut être heureuse d’apprendre. Clotilde Lemarchant aurait, peut-être, pu insister davantage sur la socialisation à l’envers, sur l’apprentissage par les (beaux)-parents de conduites plus modernes grâce à la génération suivante. Le mythe de la jeunesse, c’est-à-dire du renouvellement de soi, au cœur de la modernité des sociétés contemporaines, constitue une des valeurs de référence qui peut provoquer un certain rééquilibrage de la relation « belle-fille/belle-mère » : la belle-mère passe alors de son rôle de « critique » à un rôle d’élève inscrit dans un cours de formation continue, au moins pour un temps, ou pour certaines pratiques.

  • 3 Ce qui est objectivement une illusion, puisque même en l’absence de tout public, l’homme et la fem (...)

6Malgré tout, la situation de co-présence est source de tensions. Si la vie à deux forme une attraction pour la très grande majorité des femmes et des hommes aujourd’hui, c’est parce que les uns et les autres considèrent que la vie privée est l’espace idéal pour ne pas avoir de rôle à jouer ! Lorsqu’ils arrivent chez eux, ils sont heureux de pouvoir devenir eux-mêmes (ou de le croire). Le symbole de cette absence de rôles3 est le succès des vêtements de loisirs ou de sports, utilisés comme vêtements d’intérieur. Lorsqu’elle rentre à la maison, après une journée de travail professionnel, une femme peut avoir envie de se changer, de mettre par exemple un caleçon. Un tel habit, plus souple, ne lui fera pas oublier la grande part de travail ménager qu’elle doit assurer, mais lui donnera l’impression de l’accomplir dans des conditions plus agréables. Pour filer la métaphore avec le théâtre, elle se sentira davantage en répétition alors qu’à l’extérieur, ou à l’intérieur avec des invités, elle estime être plus en représentation.

  • 4 Jean-Claude Kaufmann, dans Le cœur à l’ouvrage (Nathan, Paris, 1998), montre aussi la possibilité (...)
  • 5 Hubert Touzard, Enquête psychosociologique sur les rôles conjugaux et la structure familiale, Édit (...)
  • 6 Que l’on nous comprenne bien, dans la réalité, les femmes ne sont pas si satisfaites d’accomplir « (...)
  • 7 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers, Presses Universitaires de France, Paris, 1990.

7Les satisfactions ou insatisfactions tirées de l’accomplissement d’un travail – domestique ou professionnel – dépendent de plusieurs facteurs : le bien-fondé de l’attribution en est un (c’est le registre auquel appartient l’égalité) ; le sentiment de ne pas être jugé, ou tout au moins, moins jugé en est un autre4. Dans une des premières enquêtes sur la division du travail conjugal, Hubert Touzard5 avait observé que les tensions internes les plus fortes étaient enregistrées lorsque la femme était dépossédée de son pouvoir de décision. C’est son mari qui effectuait la distribution des tâches et s’autorisait des jugements. Dans les couples contemporains, bon nombre d’hommes se taisent, ayant compris ce qu’ils risquent s’ils jouent le rôle de public critique. Ils sont bon public car ils sont intéressés à ce que le spectacle continue… Ces arrangements tacites conduisent à ce que le « public » – entendu comme personne ou groupe se permettant de juger – soit fréquemment peu admis dans la vie familiale. Les charmes des répétitions ont au moins le mérite, puisqu’à la différence du théâtre il n’y a pas de metteur en scène, de rester entre soi, et de créer ce climat où chacun vaque à ses occupations, sans crainte d’être jugé (ou de l’être trop sévèrement6). Les belles-mères ennuient à ce titre aussi ; elles sont construites, quel que soit leur comportement, comme des juges. Les femmes, épouses ou compagnes, craignent plus ces appréciations que celles de leurs mères : ces dernières sont un public qui, de toute façon, ne peut pas être dupe ! À quoi bon jouer à la femme qui sait bien faire les gâteaux puisque leur mère connaît bien les faiblesses dans ses domaines ? À quoi bon jouer au bricoleur lorsque le père n’a jamais pu apprendre7 à son fils à tenir un marteau ?

  • 8 Sur l’équivalence, et dans une autre perspective, on se reportera à Luc Boltanski et Laurent Théve (...)

8Le second risque, je l’ai déjà cité, avec les belles-mères, c’est le changement de rôle de l’homme qui, quittant la scène et l’équipe conjugale, préfère aller, au sens métaphorique, dans la salle pour être avec sa mère. La présence des beaux-parents c’est à tout moment le test de la loyauté conjugale : entre les différentes dimensions de l’identité masculine, laquelle prime ? Celle du mari ? Celle du fils ? On se souvient des hommes ouvriers, observés par Olivier Schwartz8, qui, sans le dire à leur épouse, rendent visite à leurs mères chaque jour. Ils ne jouent qu’un rôle à la fois : fils ou mari. Ils n’aiment pas le cumul des rôles, préférant diviser pour régner sur les cœurs.

Avoir deux mères ?

  • 9 Un problème comparable se pose pour le père et le beau-père. Et l’homme doit aussi tenter de répon (...)

9L’introduction de sa (ou de ses) belle-mère dans la vie d’une femme pose un problème théorique passionnant : celui de l’équivalence entre plusieurs personnes9. Jusqu’où cette femme peut-elle considérer sa mère et sa belle-mère sur le même plan ? Deux indicateurs révèlent l’embarras dans lequel se trouvent ces femmes lorsqu’elles doivent répondre à une telle interrogation. En terme d’adresse, rares sont les femmes qui parviennent à appeler leur belle-maman « maman ». Elles cherchent à éviter l’interpellation directe. Elles vivent positivement l’arrivée de leur premier enfant aussi pour un motif supplémentaire, la belle-mère devenant une grand-mère, il suffit donc de nommer sa belle-mère comme elle sera désignée par l’enfant.

10Le second indice est encore plus significatif. Les relations entre une belle-fille et sa belle-mère (ou son beau-père) ne deviennent excellentes, au regard de la première, que dans une situation particulière. Il faut que cette femme n’ait pas une relation excellente avec sa propre mère (père). L’équivalence n’est possible que lorsque la femme préfère en quelque sorte sa belle-mère à sa mère. Et même dans ce cas-là, le système de relations emprunte le chemin du transfert. Le cumul n’existe pas non plus.

  • 10 Norme hésitante puisque 41 % des Français interrogés par BVA, en janvier 1998, pour le compte du m (...)
  • 11 Françoise-Romaine Ouellette, « Les usages contemporains de l’adoption », in Agnès Fine (dir.), Ado (...)
  • 12 « L’adoption : le long voyage des Douste-Blazy », Paris-Match, 8 février 1996, cité par Françoise (...)

11Il semble donc difficile d’avoir deux mères, de faire comme si la belle-mère était une autre mère pour soi (sauf les conditions qui viennent d’être précisées). La taille du cœur n’est pas une excuse légitime ! Ces résistances à « traiter les belles-mères comme des mères » dérivent, selon moi, de la norme d’exclusivité inscrite dans la définition de la relation de filiation – comme d’ailleurs dans la relation conjugale10 – et non dans la relation parentale – une mère ou un père peut aimer plusieurs enfants. Selon ce repérage normatif, on n’a qu’une mère, comme on n’a qu’un père. En France, comme au Québec, l’adoption plénière « donne à l’enfant adopté une nouvelle filiation qui se substitue définitivement à celle qui a été établie pour lui à sa naissance. La filiation antérieure disparaît11 » ! Le débat sur l’accouchement sous X, procédure qui autorise une femme à laisser son enfant dès la naissance sans donner son identité de telle sorte que le bébé est sans parent, montre la force de cet argument de l’exclusivité. Ainsi Philippe Douste-Blazy, jeune père adoptif, défend cet accouchement anonyme : « Il est très important de maintenir cet anonymat pour l’équilibre de l’enfant. Il est indispensable d’avoir des repères et la famille en est un. Mais un enfant n’a qu’un père et une mère12 ». Même ceux et celles qui prônent la fin de cette mesure se rangent sous la bannière du « droit aux origines », ne prenant pas position explicitement sur la question de savoir si les individus qui sont à l’origine biologique de l’enfant sont des « parents ». Donner la vie et donner l’amour dont l’enfant a besoin sont dissociés.

  • 13 Cf. Marie-Thérèse Meulders-Klein, Iréne Théry (éds.), Les recompositions familiales aujourd’hui, N (...)
  • 14 En langue anglaise, les deux niveaux ne sont pas confondus.
  • 15 Citée par Sylvie Cadole, La relation beau-parent/bel enfant dans les familles recomposées, Thèse d (...)
  • 16 Sylvie Cadolle, op. cit., p. 524.

12La situation la plus fréquente par laquelle est appréhendée le mieux cette norme de l’exclusivité affective est celle des familles recomposées13 dans lesquelles coexistent, éventuellement, un père et un beau-père, une mère et une belle-mère. L’enfant se trouve confronté à une situation, en partie, comparable à celle de l’adulte qui a aussi, s’il se marie, une mère et une belle-mère, un père et un beau-père, bien qu’il soit dans la tradition savante de séparer absolument ces deux niveaux, malgré la similitude des mots (dans la langue française14). Les uns – les enfants des familles recomposées – et les autres – les enfants qui se marient – voient mise à côté de l’image paternelle une autre image masculine, et à côté de l’image maternelle une autre image féminine. Jusqu’où est-il possible pour les premiers de faire un transfert, tout en conservant une relation avec son père ou sa mère ? Des belles-mères refusent de prendre la place de la mère. Ainsi Marianne, nouvelle compagne d’un homme séparé et père évoque sa belle-fille : « Elle a son compte avec sa mère et sait très bien faire la distinction. Ce n’est pas moi qui vais lui raconter une histoire le soir. Loren le réclame, lui son père, et moi je me dis : “c’est son rôle”. Moi, je vais coucher Nicolas [un fils de la nouvelle union]. Je ne suis pas maternelle avec Loren, mais je ne suis pas sa mère. Je ne me comporte pas pareil avec Nicolas, mais ils n’ont pas le même âge, les différences ne se sentent pas trop15 ». Une autre femme interrogée par Sylvie Cadolle confirme comment les enfants peuvent tenir à ce principe d’exclusivité affective : « Je sais que Victor [un enfant de son compagnon, d’une union précédente] a une relation beaucoup plus câline avec sa mère, et qu’on ne nie pas la mère. Quand j’ai connu Victor, il ne supportait pas d’être embrassé par aucune femme. Seulement sa mère ». Sur scène, la belle-mère doit rester personnage secondaire, elle pourrait se voir reprocher par la critique – en l’occurrence par exemple une assistance sociale – d’être trop aimante : « D’après l’enquête sociale, la belle-mère [c’est elle-même qui parle] […] c’est anormal que les enfants m’aiment tant. J’ai un dévouement tel que ça en devient malsain16 ».

  • 17 Les mères finissent moins leur vie au domicile d’un de leurs enfants. Cette cohabitation intergéné (...)

13Ce détour par l’autre belle-mère permet de mieux comprendre, me semble-t-il, la tension inhérente à la relation entre la femme mariée (ou compagne) et sa belle-mère. Elle est inscrite dans le répertoire, et les actrices peuvent, même avec la meilleure volonté du monde, difficilement, transformer le texte, par leur jeu. L’amour que l’on porte à sa mère doit rester unique. Celui que l’on doit ensuite à sa belle-mère n’est pas défini, il est laissé à la libre interprétation des individus à une seule condition que le public ne confonde pas la scène d’amour entre une femme mariée et sa mère avec une scène d’affection entre la même femme mariée et sa belle-mère. Et le tout sous le contrôle de regards croisés, et contradictoires : celui du mari qui peut exiger que cette affection soit assez élevée, sa mère la mérite ; et celui de la mère de la femme qui estime que l’amour qu’elle reçoit ne peut pas se dédoubler. Dès lors on comprend comment, prise dans cette injonction paradoxale : « aime ta belle-mère comme ta mère, et pas comme ta mère ! », la femme ne se réjouisse pas toujours, en dépit d’une éventuelle réelle affection, de devoir jouer de concert sur la même scène que la mère de son mari17.

Notes

1 Daniel Evan Weiss, Noces de cendres, Gallimard/La Noire, Paris, 1998.

2 Décembre 1998, avec un dessin de Claire Brétécher.

3 Ce qui est objectivement une illusion, puisque même en l’absence de tout public, l’homme et la femme n’adoptent pas la règle de l’égalité à laquelle ils peuvent déclarer adhérer, jouant, sous d’autres formes, une grande partie du répertoire classique, bien connu : celui de la division des rôles masculins et féminins.

4 Jean-Claude Kaufmann, dans Le cœur à l’ouvrage (Nathan, Paris, 1998), montre aussi la possibilité offerte, pour certaines activités et dans certaines conditions, de se réfugier à l’intérieur de soi, déroulant par exemple son « petit cinéma ».

5 Hubert Touzard, Enquête psychosociologique sur les rôles conjugaux et la structure familiale, Éditions du CNRS, Paris, 1975.

6 Que l’on nous comprenne bien, dans la réalité, les femmes ne sont pas si satisfaites d’accomplir « leur » travail ménager. Elles peuvent remettre en question l’évidence des répertoires masculin et féminin.

7 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers, Presses Universitaires de France, Paris, 1990.

8 Sur l’équivalence, et dans une autre perspective, on se reportera à Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 1991.

9 Un problème comparable se pose pour le père et le beau-père. Et l’homme doit aussi tenter de répondre à cette interrogation.

10 Norme hésitante puisque 41 % des Français interrogés par BVA, en janvier 1998, pour le compte du magazine Psychologies, plutôt d’accord à l’opinion suivante : « On peut être amoureux de deux personnes à la fois ».

11 Françoise-Romaine Ouellette, « Les usages contemporains de l’adoption », in Agnès Fine (dir.), Adoptions. Ethnologie des parentés choisies, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1998, p. 153-176.

12 « L’adoption : le long voyage des Douste-Blazy », Paris-Match, 8 février 1996, cité par Françoise Rault, L’adoption comme révélateur de la compétence parentale ?, Thèse de doctorat de sociologie (direction F. de Singly), Université de Paris V, 1997.

13 Cf. Marie-Thérèse Meulders-Klein, Iréne Théry (éds.), Les recompositions familiales aujourd’hui, Nathan, Paris, 1993 ; Catherine Cicchelli-Pugeault, « Les enfants dans les familles recomposées : “le sens perdu de la famille ?” », in Gabriel Langouët, Les « nouvelles familles », L’état de l’enfance en France, Hachette, Paris, 1998, p. 109-128.

14 En langue anglaise, les deux niveaux ne sont pas confondus.

15 Citée par Sylvie Cadole, La relation beau-parent/bel enfant dans les familles recomposées, Thèse de doctorat de sociologie (direction I. Théry), Institut d’Études Politiques de Paris, 1998. Il doit y avoir différence, et en même temps le statut de cette différence au sein de la famille n’est pas légitime : une belle-mère ne doit pas devenir « marâtre », trop sévère avec ses beaux-enfants.

16 Sylvie Cadolle, op. cit., p. 524.

17 Les mères finissent moins leur vie au domicile d’un de leurs enfants. Cette cohabitation intergénérationnelle (Cf. Claudine Attias-Donfut (dir.), Les solidarités entre générations, Nathan, Paris, 1995) est contestée parce qu’elle diminue l’indépendance des femmes devant prendre en charge cette autre femme à la maison. Il faut ajouter, dans l’orientation de cette préface, un autre facteur : la charge mentale qui pèse sur le couple qui doit en permanence jouer aussi le rôle de « fils de » et de « belle-fille de » (ou l’inverse). Une telle cohabitation contraint au cumul des rôles sur la scène privée, ce qui, on vient de le voir, est peu attractif.

Auteur

Professeur à la Sorbonne, et directeur du centre de recherches sur les liens sociaux, CNRS-université de Paris V

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search