Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'exception française

 | 
Gilles Lazuech

Annexes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Annexe 1 : Les données empiriques

1Le matériel empirique sur lequel se fondent les analyses présentées dans cet ouvrage a été recueilli entre 1994 et 1998. Il est composé d’enquêtes par questionnaires, d’entretiens semi-directifs, d’observations de terrain, d’observations participantes ainsi que de documents internes publiés par les écoles.

Enquêtes par questionnaires

  • Une enquête sur les associations sportives et l’organisation des APS dans les écoles de commerce et d’ingénieurs a été réalisée entre les mois de mars et avril 1994 auprès des 154 établissements membres de la Conférence des Grandes Écoles. 117 questionnaires ont été exploités en mai et juin 1994 (enquête « Sport »).
  • Une enquête auprès de 2 000 élèves de l’école Polytechnique, de l’école des Arts et Métiers d’Angers (ENSAM), de l’école Centrale de Nantes (ECN), de l’école des Mines de Nantes (EMN), d’une école d’agriculture placée sous la tutelle du ministère de l’Agriculture (ENI TIIA), d’un institut universitaire d’ingénieurs (IRESTE), d’une école privée d’ingénieurs Arts et Métiers (ICAM), d’une école privée d’ingénieurs en électronique/informatique (ESEO), de l’école supérieure de commerce de Paris (ESCP), de l’école supérieure de commerce de Nantes (ESC. NA) et de l’école supérieure de commerce d’Angers (ESSCA). Un peu plus de 1300 questionnaires ont été exploités courant 1995 (enquête « Élèves »).
  • Une enquête par voie postale a été réalisée à l’automne 1995 auprès des chefs du personnel et des directeurs des ressources humaines des 262 entreprises de plus de 50 salariés de Loire-Atlantique sur les modalités de recrutement des cadres et ingénieurs. 151 questionnaires ont été retournés, 147 ont été exploités (enquête « Recruteurs »).
  • Une enquête par voie postale, financée par le groupe APS, s’est déroulée en février 1996 auprès des anciens élèves de six écoles d’ingénieurs et de commerce (ECN, ENSAM, IRESTE, ESCP, ESC. NA, ESSCA). Cette enquête a porté sur l’insertion professionnelle. 1 200 questionnaires ont été expédiés, 632 ont été exploités (enquête « Insertion »).
  • Une enquête par voie postale a été réalisée au printemps 1996 auprès de 300 écoles d’ingénieurs et de commerce. Elle portait sur l’organisation pédagogique, la formation, la recherche et l’internationalisation. 133 questionnaires ont été retournés (enquête « Écoles »).
  • Une enquête réalisée au printemps 1998 auprès des auteurs de la Revue Française de Gestion entre 1985 et 1998. 260 questionnaires par voie postale ont été envoyés, 104 questionnaires ont été retournés. L’enquête visait à déterminer les caractéristiques sociales et professionnelles des enseignants-chercheurs français en sciences de gestion.

Observations de terrain, observations participantes et entretiens

2Dans le cadre d’un enseignement de méthodologie à l’enquête, dispensé aux étudiants de DEUG et Licence de Sociologie entre 1994 et 1996 au département de sociologie de l’université de Nantes, ont été réalisés des observations de terrain sur les activités associatives des élèves (n = 30) ainsi que des entretiens auprès d’élèves et anciens élèves des écoles de commerce et d’ingénieurs de l’Académie de Nantes (n = 60).

3De 1993 à 1996, 53 entretiens approfondis ont été réalisés auprès d’élèves, d’enseignants et de membres de l’administration des écoles de commerce et d’ingénieurs à Paris et en Province, ainsi qu’auprès de recruteurs.

4Nous avons assisté, entre 1995 et 1998, à plusieurs séminaires et colloques organisés par la Conférence des Grandes Écoles et la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion en Entreprise au sein desquelles se trouvent des enseignants d’écoles de commerce et d’ingénieurs ainsi que des directeurs d’écoles.

5Enfin, nous avons eu de longues discussions avec des professeurs de l’école supérieure de commerce de Nantes et de l’école des Mines de Nantes.

6Que tous ceux que j’ai rencontrés lors de ce travail et ceux qui m’ont aidé dans mon entreprise reçoivent l’expression de ma chaleureuse considération.

Annexe 2 : la méthode

7Le point de vue théorique et indissociablement méthodologique qui a guidé ce travail a été de construire la recherche à partir de la notion d’espace afin de pouvoir conduire une analyse de type relationnelle. La principale difficulté méthodologique rencontrée fut de déterminer les établissements qui pouvaient être retenus dans l’espace de la formation des cadres et ingénieurs. Afin de pouvoir appuyer ce travail sur les travaux antérieurs (en particulier La noblesse d’État de P. Bourdieu) les formations qui dépendent strictement des universités (IAE, Maîtrise, DEA et DESS) ont été arbitrairement écartées pour ne garder que celles qui relèvent des écoles.

  • 1 Ce qu’illustre le fait qu’il y a plus de 200 écoles d’ingénieurs en France qui sont habilitées par (...)

8Comme aucun texte juridique ne réglemente le droit d’être ou de se désigner comme « grande école », il existe une confusion dont se saisissent certains petits établissements pour assurer leur promotion et faire illusion auprès de leur public. Certes, il aurait été possible de limiter la composition de l’espace des grandes écoles aux quelques 160 établissements officiellement membres de la Conférence des Grandes Écoles, mais on a pris le parti de considérer cette liste comme l’expression de rapports de force dans le champ de la formation (la définition des barrières à l’entrée) et d’imposition d’une réalité, interne et externe, à celui-ci1.

  • 2 Comment préparer les Grandes Écoles de Commerce et de Gestion ? Groupe Sigma Éditions. Diffusion V (...)

9Puisqu’il n’existe pas pour les formations commerciales d’équivalent à la Commission des Titres d’ingénieurs les difficultés de repérage sont plus importantes. Elles le sont encore davantage si l’on prend en compte la multiplicité des principes de définition concurrents plus nombreux pour les écoles de commerce que pour les écoles d’ingénieurs. Ainsi en 1996, seules 42 écoles de commerce avaient obtenu que leur diplôme soit visé par le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche alors que 107 écoles étaient recensées dans le guide Vuibert des Grandes Écoles de commerce2. Du côté des écoles d’ingénieurs, environ 200 établissements d’enseignement supérieur ont, en 1996, l’agrément de la Commission des Titres. La moitié est placée sous la tutelle du ministère de l’Éducation Nationale, l’autre moitié étant rattachée à divers ministères ou appartenant au secteur privé. On retiendra donc environ 300 établissements qui forment de futurs cadres et ingénieurs hors universités, soit près de 180000 élèves. Afin de lever toute illusion taxinomique on a préféré utiliser le terme générique d’écoles à celui de grandes écoles pour désigner les établissements qui sont compris dans le champ étudié (petites et grandes écoles).

Annexe 3 : l’espace des écoles

  • 3 Les principales variables qui ont été prises en compte dans l’analyse factorielle sont : écoles gé (...)

10L’analyse factorielle de correspondance3 permet de mettre en évidence les principaux traits structuraux de l’espace des écoles de commerce et d’ingénieurs. Le premier axe factoriel (qui représente 40 % de l’inertie totale) fait ressortir deux pôles principaux : un pôle constitué par les écoles de commerce et un pôle dans lequel se situe la plupart des écoles d’ingénieurs. Cette opposition recouvre les différences de statut entre les écoles qui se trouvent du côté de l’espace privé et celles qui se trouvent du côté de l’espace public, soit, également, la distinction entre les écoles qui relèvent d’une légitimation par le marché et celle dont la légitimité est garantie par l’État.

11Le second axe factoriel (qui représente 25 % de l’inertie totale) met en évidence une seconde opposition qui distingue les établissements les plus renommés, c’est-à-dire ceux dont le volume de capital scolaire, social et symbolique est le plus élevé (les écoles généralistes de premier rang dites école de la « grande porte » qui sélectionnent leurs élèves à partir des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) les plus sélectives) de ceux dont le volume global du capital est plus faible (les écoles d’ingénieurs spécialisées et les petites écoles de commerce dites écoles de la « petite porte »). La totalité des écoles de la grande porte est membre de la Conférence des Grandes Écoles (CGE) alors que ce n’est le cas que d’une école sur deux pour les établissements de rang intermédiaire et inférieur. Cette opposition recouvre également des formes d’intérêts différents liés aux écoles selon leur position : il y a d’un côté les grandes écoles généralement très attachées aux principes structuraux du champ auxquels elles doivent leur position dominante et de l’autre les petites écoles qui jouent parfois le rôle de challengers et qui sont les plus investies dans des stratégies de contestation ou de contournements des règles qui régissent traditionnellement le fonctionnement du champ. La façon dont les écoles sélectionnent leurs élèves, l’importance relative des épreuves dites d’entretien ou de personnalité lors de l’admission des élèves, la place reconnue à la recherche fondamentale ou appliquée dans l’école, le nombre d’enseignants chercheurs au regard du nombre d’enseignants venant de l’entreprise dans le corps professoral sont des indicateurs pertinents de distinction entre les écoles qualifiées de « grandes » et celles qui ont été désignées comme « petites ».

12Un troisième principe d’opposition distingue l’inégale représentation des filles et des garçons selon le type d’établissement (12 % de l’inertie totale). Les filles se font rares dans les écoles les mieux classées, leur pourcentage est très faible dans les grandes écoles d’ingénieurs généralistes mais il diminue également dans les grandes écoles de commerce ou il ne dépasse généralement pas 40 %. Par contre, la part des filles s’accroît très sensiblement dans les écoles de second rang, elle dépasse souvent 30 % dans les écoles d’ingénieurs et 50 % dans les ESC des petites villes de Province.

  • 4 Un certain nombre de médias réalisent régulièrement des classements entre les écoles (l’Expansion,(...)

13Enfin, une quatrième opposition distingue les établissements classés par la presse4 de ceux qui n’apparaissent jamais dans les classements et dont le rayonnement est beaucoup plus confidentiel. Dans les écoles non classées, généralement des petites écoles, la sélection scolaire est moins forte que dans les établissements de premier rang, parfois même ces écoles intègrent directement après le baccalauréat ou ont une préparatoire intégrée. Les petits établissements accueillent une proportion non négligeable d’élèves provenant des classes populaires ou des fractions inférieures de la classe moyenne, alors que du point de vue social et culturel les établissements les plus réputés ont un recrutement plus élitiste.

L’espace des écoles de commerce et d’ingénieurs françaises

L’espace des écoles de commerce et d’ingénieurs françaises

14Quatre sous-espaces principaux structurent l’espace des écoles de commerce et d’ingénieurs. On distingue :

  • Les écoles de commerce membres de la Conférence des Grandes Écoles (CGE). Ce sont les « parisiennes » (HEC, ESCP, ESSEC, ESC Lyon – devenue depuis 1998 l’école de management de Lyon –) et les grandes ESC de province (Lille, Rouen, Reims, Toulouse, Nantes, EDHEC, etc.), soit moins de 20 établissements. Ces écoles intègrent, après concours, des élèves qui sont issus des CPGE à Haut Enseignement Commercial. On y trouve relativement plus d’élèves dont les pères sont chefs d’entreprises de plus de 10 salariés, membres des professions libérales et cadres supérieurs du secteur privé que dans la moyenne des écoles de commerce. La part des filles est plus faible que pour l’ensemble des écoles de commerce (32 % de filles à HEC en 1992 pour une moyenne de 50 % pour l’ensemble des ESC). 65 % des écoles de ce groupe ont été créées avant la fin des années cinquante. La plupart d’entre elles sont classées dans le groupe « A » ou « B » de la revue l’Expansion. Ces écoles ont été relativement peu touchées par la crise du recrutement du début des années quatre-vingt-dix et la déclassification des diplômes, elles forment traditionnellement les futurs cadres supérieurs, voire, pour certaines d’entre elles, les cadres dirigeants des entreprises du secteur privé.
  • Les écoles de commerce non-membres de la CGE forment le second sous-groupe, elles ont des caractéristiques opposées de celles des écoles du premier groupe. La plupart sont de création récente (années soixante-dix et quatre-vingt); on les trouve en Province dans des villes de taille moyenne (St Étienne, Brest, Pau, La Rochelle, etc.). Certaines d’entre elles intègrent directement leurs élèves après le baccalauréat, parfois sans concours, pour une scolarité qui dure généralement trois, où quatre ans (ESSCA jusqu’en 1998, Institut Européen des Affaires, Institut de Management International de Paris, etc.). Elles ont un recrutement plus « petit-bourgeois » que les grandes ESC : la part des élèves qui provient de la petite bourgeoisie commerçante et artisanale y est plus importante. Les élèves ont eu des résultats scolaires moins brillants que ceux des grandes écoles de commerce comme l’indiquent des pourcentages de bacheliers scientifiques plus faibles et des pourcentages de mentions bien et très bien au baccalauréat très inférieur à ceux des grandes ESC. Ces écoles traversent des difficultés importantes de recrutement de leurs élèves, depuis le début des années quatre-vingt-dix, que traduit une très sensible augmentation des intégrations hors concours (généralement supérieures à 50 % pour les petites ESC de Province). Elles forment plutôt des cadres moyens (chefs de rayon, responsable de secteur), très rarement de futurs chefs d’entreprises.
  • Les écoles d’ingénieurs généralistes sont en général des établissements de grande taille (600 à 1 000 élèves), le nombre de filles y est plus faible que pour la moyenne des écoles d’ingénieurs (inférieur à 15 % dans la plupart des cas). Leurs élèves proviennent souvent du salariat public (enseignants, cadres supérieurs du public, etc.). Dans les plus grandes écoles toutefois la proportion d’élèves dont les pères sont chefs d’entreprises, membres des professions libérales et cadres du secteur privé s’élève. Toutes ces écoles sont membres de la CGE, elles intègrent leurs élèves sur concours après deux années passées dans une des classes préparatoires les plus sélectives. Elles sont anciennes (56 % ont été créées avant la fin des années cinquante) et réputées dans l’espace national (l’école Polytechnique, l’école des Ponts et Chaussées, l’école Centrale de Paris, l’école des Mines de Nancy, Sup’aéro, l’Institut Catholique d’arts et métiers de Lille, etc). Ces écoles sont au nombre d’une trentaine environ, elles sont implantées dans les grandes villes de Province ou, plus souvent, en région parisienne. Traditionnellement les élèves diplômés de ces écoles connaissent rapidement une évolution de carrière vers des postes d’encadrement et de management au sein des entreprises publiques ou privées.
  • Les écoles d’ingénieurs spécialistes sont près de 130, la plupart d’entre elles choisissent leurs élèves dans les classes préparatoires technologiques (TSI, TPC, MT, TB) moins sélectives scolairement et moins prestigieuses que les classes préparatoires généralistes, certaines d’entre elles intègrent les élèves juste après le baccalauréat ou après une seule année de classes préparatoires (comme l’ESEO, l’ICAM, l’école des Mines de Nantes et d’Alès, l’ENSAM, etc.). Le pourcentage de filles y est plus grand que dans les écoles du premier groupe (de l’ordre de 25 % à 30 % en sciences de la nature, sciences de la terre, chimie et biochimie, plus de 40 % en agriculture et biologie). Une fraction non négligeable des élèves provient des classes populaires et de la petite classe moyenne. Ces écoles sont très rarement citées lors des classements effectués par la presse. Une sur deux environ est membre de la CGE. À ce groupe s’ajoutent les écoles universitaires d’ingénieurs qui intègrent leurs élèves après un premier cycle d’études universitaires (DEUG, IUT, parfois BTS), ainsi que les écoles privées d’ingénieurs (à l’exception de celles qui se trouvent dans le premier groupe) soit environ 70 établissements supplémentaires.

Notes

1 Ce qu’illustre le fait qu’il y a plus de 200 écoles d’ingénieurs en France qui sont habilitées par la Commission des titres d’ingénieurs et que seules 120 figurent dans la liste de la Conférence des Grandes Écoles.

2 Comment préparer les Grandes Écoles de Commerce et de Gestion ? Groupe Sigma Éditions. Diffusion Vuibert, Paris, édition 1992.

3 Les principales variables qui ont été prises en compte dans l’analyse factorielle sont : écoles généralistes/écoles spécialistes ; écoles d’ingénieurs/écoles de commerce ; Paris/Province ; pourcentage de garçons/pourcentage de filles ; écoles membres de la Conférence des Grandes Écoles (CGE)/écoles non-membres de la CGE ; concours après classes préparatoires/admission sur titres ou concours hors prépa ; écoles classées par les médias/écoles non classées.

4 Un certain nombre de médias réalisent régulièrement des classements entre les écoles (l’Expansion, Le Monde de l’Éducation, Capital, L’Étudiant, etc.). Dans la plupart de ces revues, le principal critère utilisé est fondé sur à la hiérarchie des salaires proposés aux jeunes diplômés, ainsi que l’évolution dans les premières années des rémunérations perçues. Rarement des indicateurs de classement qui portent sur la valeur intrinsèque des formations sont intégrés pour évaluer les écoles. Le classement des écoles par les médias est une donnée à prendre avec précautions. Il fournit une réalité préconstruite d’un objet que le travail sociologique se donne justement pour tâche d’objectiver. Cependant on ne peut écarter de l’analyse des éléments d’appréciation subjectifs qui s’inscrivent sous la forme de comportements. On a pu observer, en qualité de professeur d’histoire économique dans une classe préparatoire HEC-B d’un établissement de Province, que les classements effectués par les médias et largement diffusés sont intériorisés par les élèves des CPGE sous la forme de structures objectives qui, pour beaucoup d’entre eux, guident leurs choix et leurs espérances et les conduisent, au fur et à mesure des résultats obtenus aux différents concours blancs, à ajuster leurs espérances initiales aux difficultés supposées des différents concours d’entrée. Ne pouvant retenir tous les classements, on est parti de celui qui est établi annuellement par la revue l’Expansion. Les écoles sont réparties en un groupe « A », un groupe « B » et un groupe d’écoles « non classées » en fonction de la valeur marchande des diplômes délivrés. Pour les écoles, le classement et les notations effectuées par la presse ont une forte valeur symbolique. Elles sont très attentives à leur place (telle ou telle école « monte » ou « descend » dans le classement). La cotation a aussi des effets sur le jugement que se font les élèves de leur école, et déterminent leur choix.
En 1992 la revue L’Expansion classait dans le groupe « A » des écoles d’ingénieurs : l’école Polytechnique, l’école nationale des Ponts et Chaussées, l’école nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (Sup’aéro), l’école Centrale de Paris, l’école supérieure d’électricité, l’école nationale de la statistique et de l’administration économique, l’école nationale des télécommunications, l’école nationale supérieure des Mines de Nancy, l’école nationale supérieure des Mines de Paris, l’école nationale supérieure des arts et métiers. Pour les écoles de commerce on trouvait : l’école supérieure des sciences économiques et commerciales, l’école des hautes études commerciales, l’école supérieure de commerce de Paris, l’Institut d’études politiques de Paris, l’école supérieure de commerce de Lyon.

Table des illustrations

Titre L’espace des écoles de commerce et d’ingénieurs françaises
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540