Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'exception française

 | 
Gilles Lazuech

Conclusion générale. Pour une sociologie des processus d’internationalisation

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Contribution à l’analyse sociologique des processus sociaux d’internationalisation

  • 1 N. Elias, Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1993, p. 71-174.
  • 2 On pense aux différents travaux comparatistes qui ont été menés depuis quelques années en France. (...)
  • 3 Les bourgeoisies européennes au XIXe siècle, sous la direction de J. Kocka, Paris, Belin, 1997. H.(...)
  • 4 Il ne s’agit pas dans notre esprit de nier l’intérêt que suscitent de telles recherches ni d’occul (...)

1Le processus d’internationalisation des activités économiques et des marchés est au centre des réflexions des économistes. Ces derniers se sont saisis de cet objet et ont élaboré, depuis les années 1980, les termes de globalisation et de mondialisation pour évoquer des transformations importantes qui se sont produites dans l’ordre de la production, des échanges, des flux monétaires et financiers ainsi que pour désigner les effets que ces transformations entraînent dans le fonctionnement des entreprises et dans les modes de régulation des marchés et des économies nationales. Mais si les économistes s’intéressent à certains aspects précis de l’internationalisation et de la mondialisation, ils portent peu d’intérêt, question d’objet et de tradition scientifique, aux formes spécifiques qu’ils prennent dans les autres champs sociaux. Considérer que le processus d’internationalisation est un fait social total (au sens maussien du terme) conduit à poser pour principe qu’il ne doit pas être réduit à la seule sphère économique et, par conséquent, qu’il n’intéresse pas uniquement les économistes. Pourtant les autres sciences sociales, comme le remarquait déjà Norbert Elias1, n’ont que peu étudié les configurations sociales nouvelles liées au processus d’internationalisation (à l’exception peut-être de quelques auteurs marxistes du début du siècle – R. Hilferding, R. Luxembourg et Lénine –). Au XIXe siècle, la sociologie naissante – d’Auguste Comte à Max Weber et de Ferdinand Tönnies à Émile Durkheim – s’interroge beaucoup sur les deux formes sociales pensées comme antinomiques que sont la communauté et la société mais dans un cadre qui reste généralement celui de la nation. Certes la dimension internationale n’est pas totalement absente de la réflexion. Les travaux fondateurs de Frédéric Leplay en témoignent – on pense à son ouvrage pionnier Les ouvriers européens, publié en 1855 – ainsi que des travaux plus récents qui, en sociologie, cherchent à établir des comparaisons entre différents pays dans des champs aussi divers que les sports de haut niveau, la formation des élites, les modes de recrutement des dirigeants2 et, en histoire, la récente socio-histoire des bourgeoisies européennes ou celle des états et des nations en Europe3. Cependant si ces recherches mettent en relief les différences nationales d’organisation des espaces sociaux selon un point de vue comparatiste4, elles ne font pas l’analyse des formes nouvelles de configurations sociales nées du processus d’internationalisation.

  • 5 La constitution du marché national, défini comme un espace géographique et social vaste dans leque (...)

2Intégrer le processus d’internationalisation dans le raisonnement sociologique consiste à le penser comme un processus social spécifique susceptible d’engendrer des transformations sociales, politiques et culturelles majeures. L’internationalisation doit être envisagée comme un processus dynamique qui met en relation différents champs nationaux jusqu’alors relativement autonomes et qui étaient séparés les uns des autres par des frontières physiques, culturelles, politiques et symboliques. Selon cette définition provisoire, le processus d’internationalisation engendre une configuration sociale nouvelle qui peut aboutir, suivant un processus d’évolution ni mécanique ni systématique, à la constitution d’espaces transnationaux, pour désigner à l’échelon planétaire (ou régional dans le cas de l’Union européenne par exemple), des champs relativement unifiés, comme le sont partiellement le champ économique capitaliste ou le champ scientifique. La sociogenèse du processus d’internationalisation conduit à poser l’hypothèse d’un processus lent de recomposition et d’unification des espaces sociaux nationaux dans lequel les agents individuels et collectifs, pris dans ces espaces, jouent un rôle actif. Ce point de vue problématique s’oppose à certaines approches, que l’on trouve chez certains journalistes ou essayistes, qui en font un phénomène irréversible, invincible, rapide5 et, surtout, mécaniquement imposé de l’extérieur.

  • 6 F. Braudel, Civilisation matérielle, Économie et capitalisme, Paris, Armand Colin, 1979.

3Fernand Braudel a montré de quelle façon des espaces économiques (locaux ou régionaux) relativement cloisonnés se sont au fil de la longue durée unifiés pour donner naissance à l’économie de marché capitaliste dans l’espace national et international6. Dès le XIIIe siècle, une économie internationale se constitue. Elle est, au départ, discontinue, puisque physiquement inscrite dans des lieux et des temps déterminés (les grandes foires de Lyon, d’Anvers, de Francfort, etc.), dans lesquels les boutiquiers, les négociants et les banquiers jouent un rôle actif et où les règles du jeu économique (private market) sont différentes de celles qui ont cours sur les marchés nationaux (public market). Partant de cette analyse, on peut avancer que le processus d’internationalisation conduit à ce que se constituent, à des vitesses variables, des espaces sociaux plus vastes que ceux qui existent au niveau des États-nations. Espaces mondiaux ou internationaux dans lesquels les agents établissent un certain nombre de règles communes (dont certaines servent de barrières à l’entrée) et où se nouent de nouvelles solidarités. Ces nouveaux espaces sociaux, dont les limites, qui ne sont pas toujours définitives, en forment parfois l’un des enjeux, répondent davantage à une logique de réseau que de territoire. Dès lors, à la différence des espaces nationaux, il est parfois difficile de les identifier surtout lorsqu’ils n’ont pas d’existence institutionnelle.

4Il y a plusieurs degrés dans l’internationalisation et des conditions sociales et historiques qui la rendent possible. À l’occasion de l’enquête sur l’espace des sciences de gestion en France on a mis en évidence que l’institutionnalisation de la discipline, qui s’opère dans les années soixante-dix et quatre-vingt et qui est le fruit d’un long travail de reconnaissance auprès des institutions académiques (CNRS, CNU) et de conquête de bastions universitaires stratégiques (à commencer par l’université de Paris-Dauphine et l’école Polytechnique) de la part des « anciens », n’avait pu se faire sans un certain renoncement à « l’Amérique » et, corrélativement, par l’ancrage de la discipline dans la tradition universitaire française. Au moment ou il devient possible de parler d’un espace des sciences de gestion en France, on assiste à une forte poussée de son internationalisation. Cette situation n’est paradoxale qu’en apparence. C’est parce que les jeunes chercheurs, qui arrivent dans le métier à la fin des années quatre-vingt, début des années quatre-vingt-dix, bénéficient d’une certaine sécurité professionnelle et d’une légitimité scientifique dans l’espace national qu’ils peuvent, à l’inverse de leurs aînés, prendre le risque de s’affranchir, au moins partiellement, des contraintes d’une science jugée trop hexagonale à leurs yeux, c’est-à-dire, en réalité, aux profits modérés. Profitant également d’une conjoncture favorable (la promotion d’une « communauté scientifique internationale »), d’outils de communication plus performants et d’un bagage intellectuel plus universel (ils sont plus souvent formés aux mathématiques qu’aux sciences sociales), ils inscrivent leurs recherches dans une sorte de division internationale du travail scientifique (en réalité fortement dominée par les États-Unis et l’influence grandissante des cercles managériaux de la Harvard Business School). Mais, ils sont également très attachés à l’existence et au renforcement de l’espace national des sciences de gestion et rejoignent ici les préoccupations de leurs aînés, puisque c’est dans cet espace et dans celui là uniquement qu’ils rentabilisent la quasi-totalité de leurs investissements internationaux. Ainsi l’internationalisation des sciences de gestion a pour effet de faire reconnaître par ses promoteurs un capital nouveau dans l’espace national (appartenir à une association professionnelle internationale, publier dans des revues étrangères, faire des communications à l’étranger, participer à des équipes de recherche multinationales, etc.) susceptible de dévaluer, au moins en partie, le capital strictement domestique détenu par d’autres. Ce processus n’est pas propre à l’espace des sciences de gestion. Dans La tentation hexagonale, Elie Cohen, montre avec intérêt que tout le jeu des grandes entreprises, depuis les années quatre-vingt, est d’obtenir nationalement des avantages de la part des États et des collectivités territoriales qu’elles n’obtiendraient pas, ou plus difficilement, si elles ne se présentaient pas comme globales. L’internationalisation des entreprises donne à leurs dirigeants des ressources nouvelles pour maximiser les concessions et le soutien des États bien au-delà de ce qu’elles auraient pu obtenir dans un cadre plus strictement national de l’économie.

  • 7 En réalité cette proposition est davantage une hypothèse qu’une loi générale. Elle restera à vérif (...)

5Au tout début du processus d’internationalisation, alors que les effets d’intégration et d’unification n’ont pas atteint un seuil très élevé, une nouvelle configuration sociale émerge lentement. Celle-ci n’est plus tout à fait nationale mais pas encore mondiale. De nouvelles règles apparaissent, souvent portées par des challengers (sans que cela soit systématique et obligatoire), alors que les anciennes règles, fréquemment défendues par les agents qui occupent une position dominante, continuent à exercer leurs effets7. Dès lors, de façon plus ou moins directement perceptible, un des effets du processus d’internationalisation est de produire de nouveaux enjeux qui peuvent aboutir à des transformations structurales, souvent lentes, que seule une approche historique permet d’observer.

  • 8 Voir sur ce point P. Ariès, La fin des mangeurs. Les métamorphoses de la table à l’âge de la moder (...)

Les effets de la World food
Pour donner un exemple très précis des nouveaux enjeux liés au processus d’internationalisation dans un espace national singulier, on peut prendre le cas de la consommation alimentaire. Alors que certains spécialistes français des « manières de table » évoquent une mondialisation des façons de manger, dont le produit symbole est le hamburger Big Mac associé à la formule du fast-food, d’autres, au contraire, insistent sur la vitalité en France, depuis le milieu des années quatre-vingt, de la restauration qui s’inspire du terroir, de la cuisine de pays et des produits alimentaires labellisés (les AOC). De fait, le processus de mondialisation alimentaire, que soutiennent de grands groupes français de la distribution (comme Auchan qui possède deux enseignes de restauration : Flunch et Pizza Paï ou Carrefour, implanté dans 17 pays, qui prévoit la création d’une centrale d’achat mondiale), loin de faire disparaître le « bon goût » national et le penchant culturel pour la « bonne chère » les place au centre d’un affrontement symbolique et économique. Nouvel espace où se confrontent tous les intervenants de la chaîne agro-alimentaire : agriculteurs, industriels, distributeurs, restaurateurs, etc. (les grands distributeurs, selon une logique bien comprise de marketing, sont sur tous les fronts, comme tend à le montrer le développement en supermarché des rayons bio et de produits de grandes marques ou encore les produits agro-industriels cherchant à s’identifier avec la « tradition »). Les enjeux qui traversent la cuisine professionnelle se modifient également. Si dans les années soixante-dix les oppositions étaient strictement nationales entre les partisans de la « nouvelle cuisine » – Paul Bocuse, Michel Guérard, les frères Troisgros, etc. – et les autres restaurateurs plus attachés à la cuisine bourgeoise inspirée des recettes d’Auguste Escoffier, d’Alexandre Dumaine ou de Raymond Oliver, dans les années quatre-vingt-dix, c’est la « nouvelle cuisine du terroir » qui tend à distinguer les grands chefs étoilés d’une cuisine considérée comme plus banale parce que plus internationale.
Loin de faire disparaître les particularismes liés aux traditions et à la culture nationale, le spectre de la World food, agité par certains, les avive voire les invente littéralement. Alors que les grands plats emblématiques de la cuisine dite du terroir ont été inventés récemment et qu’ils incorporent presque tous des produits « exotiques » (la tomate, le haricot américain dans le cassoulet, la pomme de terre, etc.), les défenseurs et promoteurs de l’exception culinaire française trouvent des arguments symboliques, économiques et politiques qu’ils n’avaient pas dans un état antérieur du champ et dont ils se servent pour obtenir des avantages économiques et/ou juridiques auprès des pouvoirs publics.
Les professionnels de la grande restauration et les producteurs de produits « traditionnels » trouvent de nombreux porte-parole. Le discours sur les risques de dilution de l’identité française face à la World food a trouvé, aux ministères de l’Agriculture et de la Culture, une écoute bienveillante. Certaines personnalités sont agissantes. Le souhait très officiel d’Alexandre Lazareff, directeur général du Conseil National des Arts Culinaires, en est une illustration. Dans un ouvrage récent l’auteur en appelle à une intervention de l’État pour « sauver » la grande cuisine française promue au rang de patrimoine national8. L’analyse vaut également pour comprendre la multiplication récente des labels de qualité ou des appellations d’origine qui fixent, pour les producteurs, un cahier des charges précis, sur lequel les organisations professionnelles s’appuient pour obtenir, de la part de l’État ou de l’Union européenne, des avantages divers.

6Une sociologie du processus d’internationalisation doit identifier, dans chacun des espaces nationaux, les agents individuels ou collectifs qui sont susceptibles d’introduire, de faire exister voire d’imposer, compte tenu des contraintes structurales propres à ces espaces, de nouvelles règles du jeu et de nouvelles positions qu’il conviendra de préciser. De plus, comme l’internationalisation provoque presque toujours l’apparition d’un nouveau genre de capital, différent du capital domestique, des agents, avec plus ou moins de facilités selon les ressources dont ils disposent, vont chercher à le rendre efficient dans l’espace national. Dès lors, l’identification de cette forme nouvelle de capital et des enjeux qu’elle suscite est également nécessaire.

7À l’encontre des représentations qu’en donnent fréquemment les partisans de la mondialisation, ce processus n’est pas un Deus ex machina, il n’est pas davantage une contrainte venue de l’extérieur face à laquelle les agents sociaux ont mécaniquement à s’adapter. Il y a internationalisation dans un espace social particulier parce que certains agents nationaux y ont intérêt. Les effets du processus engagé dépendent de la position qu’ils occupent dans l’espace (en particulier leur capacité à exercer un pouvoir ou une influence) et des profits anticipés qu’ils attendent d’une éventuelle modification des règles du jeu et des capitaux. C’est parce que l’internationalisation a toujours des effets spécifiques d’internalisation qu’une sociologie de ce processus est possible. Par conséquent, la forme concrète que prend le processus d’internationalisation doit être pensée comme le résultat, souvent peu prévisible, de rapports de force entre des agents ou des institutions qui agissent pour le faire exister, pour le combattre ou, plus subtilement, qui jouent sur les deux tableaux. C’est pourquoi, en fonction de la structuration singulière et de la nature des relations qui se déploient en chacun des espaces étudiés, les vitesses de changement et d’adaptation liés à ce processus sont différentes.

8Contre les idéologues de la mondialisation (experts des organisations internationales, économistes libéraux, essayistes, hommes politiques, etc.) et contre ceux qui alimentent, parfois de toute bonne fois, la peur que peuvent provoquer dans le corps social des processus de transformation lorsqu’ils sont présentés comme une très grande menace pour les formes nationales d’organisation des espaces sociaux (celles-ci sont souvent le produit de longues luttes antérieures et, pour certaines, dépositaires d’une certaine mémoire collective), on doit poser pour principe à la fois scientifique et politique que les processus d’internationalisation n’ont pas pour effet obligatoire et systématique d’entraîner la fin du national. Il est même possible que cette question soit l’enjeu principal des luttes entre les différents intervenants du champ et au centre des rapports de force qui s’y nouent. Par exemple, pour les partisans du libéralisme économique la mondialisation des marchés doit entraîner obligatoirement la fin d’une certaine forme d’intervention et de régulation de l’Etat dans les espaces nationaux, en particulier sur le marché du travail, alors que d’autres économistes, souvent néo-keynésiens, réclament de leur vœux une « gouvernance globale » dont l’effet serait de réhabiliter certaines prérogatives des Etats et de les étendre au niveau mondial.

9Un des effets des oppositions qui traversent actuellement les différents champs sociaux concernés par un processus d’internationalisation est de produire des formes d’accommodation entre les structures nationales, plus ou moins sédimentées dans des habitudes, des façons de penser, des conventions, des règles de droit, etc. et les contraintes d’adaptation qui sont importées par les partisans de l’ouverture internationale. Le développement de la pédagogie du « savoir-être » dans les grandes écoles est donc la forme singulière, peut-être transitoire, d’accommodation entre un espace qui reste fortement structuré par des principes nationaux (la norme scolaire traditionnelle) et des forces de changements liées à l’internationalisation.

  • 9 R. Eveno et J-P. Vidal « La mondialisation de la grande distribution » in Mondialisation le grand (...)

10Dans son travail d’explicitation, le sociologue se trouve confronté à une difficulté que ne rencontre pas nécessairement l’économiste. Pour ce dernier, l’internationalisation des activités économiques produit généralement des transformations directement observables sur l’objet d’étude. On pense ici au processus de globalisation financière qui s’observe à travers les effets de la « désintermédiation », de la « déréglementation » et du « décloisonnement » qui ont des conséquences sur la structuration du marché de la finance internationale et sur l’espace de la concurrence entre les principales institutions financières. Ou encore, la mondialisation de la grande distribution analysée récemment dont les manifestations sont perceptibles dans le nombre de magasins implantés à l’étranger, le chiffre d’affaires réalisé à l’international, les stratégies d’alliances entre enseignes étrangères, les décisions d’implantation des entreprises qui reposent sur une analyse fine des possibilités de développement local9. Le processus d’internationalisation des autres espaces sociaux ne produit pas toujours des transformations visibles et, surtout, clairement identifiables à l’inverse de celles observées dans le champ économique. Dans ces espaces, à la matérialité parfois moins immédiate, l’internationalisation apparaît souvent, au moins au départ, sous la forme d’une rhétorique qui vise à imposer – ou à rendre indispensable et incontournable – une « nouvelle » représentation et organisation du monde social. De façon générale, les discours préparent les faits. Tous ce qui est dit, répété, par des intellectuels, des hommes publics, des journalistes et tous ceux qui se font les relais des nouvelles idéologies visent à rendre ce qui est prédit, inévitable. À un niveau plus microsocial chacun des espaces concernés, en fonction de ses règles de structuration, de son histoire singulière et des relations sociales qui s’y expriment, va retraduire ces discours en des problèmes qui lui sont spécifiques et qui, souvent, ne relèvent pas directement d’une analyse en terme d’internationalisation. Aussi, pour donner du sens à tel changement particulier ou à telle prise de position singulière et comprendre en quoi ils sont produits par le processus d’internationalisation, il faut souvent remonter aux producteurs et reproducteurs de discours et aux formes spécifiques de retraduction qu’ils induisent. Détour indispensable pour la pleine compréhension du processus d’internationalisation même si cette sociologie ne s’arrête pas à l’analyse des discours et de ceux qui les tiennent mais se donne également pour objet l’étude des effets qu’ils produisent dans les différents champs étudiés.

11Le travail présenté dans ce livre ne doit rien aux effets de mode de la recherche scientifique, ni même aux problématiques en vogue qui désignent tel ou tel objet comme particulièrement digne d’intérêt c’est-à-dire digne d’efforts, d’investissements et de prise de risques. Il a fallu beaucoup de temps pour comprendre que la plupart des transformations récentes qui sont apparues dans les programmes d’enseignement et dans les formes pédagogiques appliquées par les grandes écoles relevaient dans leur ensemble d’une même explication liée aux mutations de l’économie mondiale, à la redéfinition des marchés et à leur médiatisation sous la forme d’un discours performatif qui porte sur la nécessité de former un homme nouveau. Parce qu’en dehors des aspects les plus visibles, les plus spectaculaires, mais peut-être les moins essentiels, comme les différentes formes d’internationalisation des écoles, les transformations actuellement en cours relèvent toutes de problèmes pédagogiques très concrets, souvent mineurs, dont la résolution est conforme aux structures fondamentales de l’espace étudié mais qui ont pour effet de façonner les esprits. C’est pourquoi, d’un point de vue pédagogique, la retraduction dans l’espace de la formation de l’internationalisation peut prendre la forme presqu’invisible mais pourtant extrêmement importante, parce que durable, d’inculcation aux élèves d’un esprit de marché à travers l’exercice d’activités qui, parce qu’elles sont extra-scolaires, peuvent échapper à l’attention.

  • 10 La question de la mondialisation, de la Nation et de l’État prend en France des formes particulièr (...)

12Parallèlement à une sociologie du processus d’internationalisation notre démarche s’inscrit également dans une sociologie de l’État. Il y a une sorte d’imbrication forte entre l’international (sans État) et le national (avec État) qui conduit à penser l’international dans ses rapports avec le national et, pour aller plus loin, à envisager des formes nationales de penser, de vivre et de construire (bref d’accommoder) l’international. Le champ de la formation qui a été étudié s’est historiquement structuré autour d’une norme scolaire d’État à partir de laquelle tous les agents et toutes les institutions ont eu à se déterminer. C’est pourquoi la sociologie du processus d’internationalisation s’accompagne, du moins ici, d’une sociologie de la mise à distance de l’État pour souligner que les redéfinitions profondes qui affectent le champ de la formation des élites économiques depuis les années quatre-vingt concernent presque toujours les catégories de pensée et d’action d’État qui sont objectivement inscrites dans les programmes d’enseignement et qui sont incorporées par ceux chargés de les enseigner. On a pu montrer que la mise à distance de l’État, de façon homologue avec le processus historique de construction d’esprits d’État, se produit souvent de façon lente et presque imperceptible mais toujours avec la complicité tacite d’agents dont les dispositions les conduisent structuralement à avoir une position plus éloignée des points de vue de l’État. Ce n’est pas par hasard si les élèves qui font vivre concrètement la pédagogie du « savoir-être » proviennent également de milieux sociaux qui adoptent traditionnellement un rapport critique par rapport à l’État et aux pouvoirs publics en général. Ces élèves, qui sont plus nombreux que la moyenne à avoir fait des études dans des institutions privées, reconnaissent davantage que les autres voter à droite et être séduits par le discours libéral. Mais la mise à distance des catégories d’État peut également se produire dans la méconnaissance la plus totale d’agents qui agissent en toute bonne foi au nom de l’intérêt des élèves ou de l’institution qu’ils représentent. L’introduction des enseignements d’économie et de gestion dans les écoles publiques d’ingénieurs peut être analysée comme le développement d’une culture de marché qui vient parfois en concurrence avec la culture scientifique et humaniste qui est au fondement de la norme traditionnelle de l’excellence scolaire. À l’universel de la culture du marché mondialisé, marqué par l’enseignement de l’économie, de la gestion et de la finance qui serait constitutive du background culturel des nouvelles élites internationales s’oppose la construction et l’imposition sur le territoire national (du moins en France) d’un universel culturel d’État qui, dans notre pays, est passé en un peu moins d’un siècle des humanités aux sciences exactes. Dans cette configuration particulière d’affrontement d’universels10, l’État, à travers l’action des agents habilités à parler et à agir en son nom, est également l’agent actif de sa propre mise à distance, lorsqu’il habilite les nouveaux programmes de formation, lorsqu’il assiste aux jurys de diplôme, ou lorsqu’il reconnaît telle ou telle école privée. Mais une autre lecture serait possible si avec le temps on pouvait montrer comment progressivement l’État incorpore l’international et l’impose aux agents comme forme nouvelle pour penser le national. Cette dialectique entre le national et l’international, pour nouvelle qu’elle soit, peut s’appuyer sur tous les travaux qui ont cherché à mettre en relation la reconstruction d’une identité locale ou régionale repensée dans le cadre national, voire européen. On doit préciser, pour finir, que la mise à distance de l’État ne signifie pas abandon de l’État, ou dépassement de l’État. L’État est toujours présent. Les formes particulières et parfois un peu dérisoires que prend sur le terrain le processus d’internationalisation, les transformations lentes de l’espace étudié, montrent à quel point les esprits et les institutions sont peu préparés à le recevoir d’un coup. Elles montrent également la prégnance des catégories d’État, du moins en France, comme catégories mentales incorporées, même chez des individus les plus disposés à reconnaître au marché et à ses valeurs une légitimité à part entière, ce qu’illustre la trajectoire de la plupart des écoles de commerce créées depuis les années quatre-vingt qui se tournent vers l’État pour se faire reconnaître et pour obtenir l’habilitation de leur titre.

Contribution à l’analyse sociologique des usages symboliques de la mondialisation

  • 11 Pour certains économistes, la mondialisation relève du mythe ou de l’exagération. Selon Paul Hirst (...)
  • 12 K. Dixon, Les évangélistes du marché, Paris, Raisons d’agir, 1998.

13Alors que le degré de mondialisation des économies et des entreprises est un sujet de débat chez les économistes11, le succès de cette thématique dans l’espace politico-médiatique, depuis quelques années, mérite que l’on s’interroge. La mondialisation de l’économie ainsi que les autres dimensions de la mondialisation en dehors d’aspects objectifs et mesurables, sert de base à l’édification progressive d’une théorie du changement social selon laquelle, dans sa version la plus radicale, il faut laisser aux marchés le soin de réguler à eux seuls les activités économiques et sociales. Pour faire suite au travail de Keith Dixon à propos des « évangélistes du marché » on peut affirmer que la thématique de la mondialisation est l’un des produits symboliques aujourd’hui le plus visible de l’industrie de promotion idéologique des libéraux et ultra-libéraux qui a trouvé depuis le début de la décennie de puissants relais dans le champ médiatique et politique12. Pour comprendre l’usage symbolique de la mondialisation il est nécessaire de ne pas l’isoler du reste de la rhétorique néo-libérale telle qu’elle se développe depuis les années soixante-dix. La mondialisation n’est qu’un des éléments d’un dispositif visant à proposer une « vision révolutionnaire de transformation économique et sociale des sociétés occidentales ».

  • 13 Voir l’article de P. H. DE Menthon, P. Plassart et J-M. Vittori, « Autopsie de la pensée unique à (...)
  • 14 P. Bourdieu, « Le mythe de la mondialisation et l’État social européen », intervention à la Conféd (...)
  • 15 Richard Kuisel utilise le terme de management pour désigner l’action économique de l’État sur le c (...)
  • 16 Voir E. Cohen, Le colbertisme high-tech, Paris, Hachette, 1992, p. 385-400.
  • 17 On trouve les mêmes discours à propos de l’européanisation. Les débats autour de la monnaie unique (...)

14L’efficacité performative des discours tenus sur la mondialisation repose sur le principe de la nécessité économique qui contribue à en masquer les soubassements idéologiques. Pour obtenir les changements ou les adaptations souhaitées, les producteurs de ces discours la présentent souvent comme une force extrêmement puissante face à laquelle aucune société ne peut échapper sauf à renoncer à toutes formes de progrès. Dans les sociétés où l’État occupe une place centrale, comme c’est le cas en France et dans la plupart des pays européens, les tenants du tout marché développent depuis plus de vingt ans un discours visant à délégitimer en profondeur le rôle de l’État avec des effets qui sont restés sinon modérés du moins qui rencontrent de fortes résistances auprès des agents sociaux. En conséquence, pour les partisans du libéralisme, ceux qui ont partie liée avec le « marché » et ses « intérêts », la mondialisation est la bienvenue. Elle va être présentée comme une contrainte imposée de l’extérieur et elle permet également, derrière le discours de la nécessité, de masquer les préceptes idéologiques libéraux par des arguments apparemment plus « neutres » comme ceux ayant trait à la compétitivité, à la productivité et à la concurrence. Pour ces agents, l’usage symbolique de la mondialisation conduit à étayer et renforcer leurs discours concernant l’inadaptation des économies nationales (mais également de certaines particularités sociales et culturelles nationales) aux nouveaux impératifs de la concurrence lorsqu’elles sont régulées par les États13. La mondialisation présentée par les libéraux comme un défi collectif, un changement inéluctable, vise à l’imposition d’une véritable croyance ainsi que l’affirme Pierre Bourdieu14. Elle sert leurs stratégies, à la fois économiques et politiques, qui consistent à rompre définitivement avec des pratiques passées, tout particulièrement, dans le cas de la France, où l’État a fortement contribué au modelage de l’économie nationale15, où la politique industrielle était devenue progressivement, comme le montre Elie Cohen, un des attributs de la souveraineté nationale et où les entreprises devaient agir en fonction des intérêts nationaux16. Dans l’espace politique, les discours tenus sur la mondialisation en renforcent d’autres, plus anciens, qui prônent l’impérieuse nécessité de réduction des dépenses publiques, la déréglementation des marchés et la remise en cause des politiques sociales et de redistribution17.

  • 18 On pourra consulter H. Lepage, Demain le capitalisme, Paris, Librairie Générale Française, 1978 et (...)
  • 19 Voir en particulier, F. Sachwald, Les défis de la mondialisation. Innovation et concurrence, Paris (...)
  • 20 H. Sérieyx, Le big bang des organisations, Paris, Calmann-Levy, 1993.

15Dans le champ scientifique, particulièrement chez les économistes, une nouvelle lutte symbolique se dessine autour du rôle de l’État. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, les ultra-libéraux, représentants de l’école de Chicago et théoriciens du Public Choice, dénonçaient l’État-keynésien et préconisaient la dérégulation, les déréglementations et les dénationalisations. Leur idéal est la restauration d’un monde livré aux seuls intérêts économiques privés, régulé par les lois dites universelles et naturelles du marché18. Depuis le milieu des années quatre-vingt, dans une économie qui s’internationalise et qui met en concurrence les nations les unes par rapport aux autres, la pensée dominante en économie s’est infléchie. La rupture avec l’État-keynésien étant considérée comme acquise, ces auteurs réclament dorénavant un nouveau style d’action des politiques publiques qui soient moins liées à la production ou à la redistribution des ressources et davantage à l’écoute des besoins des entreprises dans le domaine des infrastructures, de la recherche et de la formation19. Comme le dit Hervé Sérieyx, auteur de best-sellers en « sciences des organisations », ce dont l’économie a besoin, c’est d’un « État du troisième type », c’est-à-dire ni l’État interventionniste à la française, ni l’État ultra-libéral20.

  • 21 M. E. Porter, L’avantage concurrentiel des nations, Paris, Inter-Editions, 1993.
  • 22 Il peut également les anticiper ou les aménager. Le cadre européen, qui est une volonté des États, (...)
  • 23 Voir K. Ohmae, De l’État-nation aux États-Régions, Paris, Dunod, 1996.
  • 24 Z. Laïdi, Malaise dans la mondialisation, Paris, Textuel, 1997.
  • 25 Le livre de Pierre-Noël Giraud fait exception, parmi les ouvrages récemment publiés, dans sa façon (...)

16Cet État stratège, agent actif dans la constitution d’avantages concurrentiels des nations, pour reprendre les termes de l’un des ouvrages de Michael Porter21, doit se plier aux réalités économiques qui sont nées de l’économie internationale22. Par conséquent, l’autonomie des politiques économiques de l’État (politique monétaire et budgétaire en particulier) se trouve diminuée23, l’autonomie des politiques d’accompagnement (infrastructures, recherche, enseignement) est elle-même réduite par la nécessité de produire de la compétitivité, c’est-à-dire des avantages comparatifs pour les entreprises implantées sur le territoire national, il en est de même de toutes les politiques sociales. Selon Robert Reich, professeur à Harvard, ministre du Travail lors du premier mandat du président Bill Clinton et l’un des promoteurs du concept de mondialisation, l’extrême « volatilité du capital international » lui permet d’être très exigeant vis-à-vis des gouvernements. Dès lors, ceux-ci ont un choix à faire entre offrir des conditions de coûts très avantageuses aux entreprises (bas salaires, réglementations embryonnaires, peu de taxes, etc.) ou proposer un environnement de très haute qualité (main-d’œuvre hautement qualifiée, très bon niveau des infrastructures, qualité de la recherche, etc.). Selon R. Reich, les économies développées doivent opter pour la seconde voie. Celle-ci revient à soumettre le système éducatif, les organismes de recherche, la politique d’aménagement du territoire, etc. à la loi du marché et de la compétitivité. Par conséquent, comme le souligne Zaki Laïdi, ce qui est nouveau dans le processus actuel de la mondialisation, c’est que la compétition économique mondiale conduit également à mettre les sociétés en concurrence les unes par rapport aux autres24. Cette idée que peu d’auteurs remettent en cause25 conduit à penser que la mondialisation n’est pas uniquement une amplification extraordinaire des échanges mais qu’elle a également pour conséquence d’exacerber la compétition entre les nations dans des domaines jusqu’alors relativement épargnés : droit du travail, fiscalité, système de protection sociale, système administratif, système éducatif, etc.

  • 26 M. Touraine, Le bouleversement du monde. Géopolitique du XXIe siècle, Paris, Seuil, 1995.
  • 27 J-P. Balligand, « La globalisation, l’État et le marché », Le Monde, 29 septembre 1998.

17Il y a aussi des usages politiques et symboliques de la mondialisation chez les sociaux-démocrates européens en particulier. Reprenant certains des arguments des ultra-libéraux, ils les retournent à leur profit pour justifier une incompétence relative de l’État dans le cadre national et pour promouvoir et justifier le processus de construction européen. Marisol Touraine par exemple, jeune députée socialiste d’Indre-et-Loire, évoque, dans un ouvrage récent, l’inadaptation de l’État dans la plupart des champs sociaux face aux nouvelles exigences de la mondialisation26. Alors que le corps social est parfois hésitant vis-à-vis du processus de construction européenne, en particulier dans ses manifestations les plus visibles comme le passage à l’euro, les prises de positions publiques se multiplient depuis quelques années pour promouvoir l’idée que l’Europe unie est le seul rempart possible face aux dégats prévisibles de la mondialisation. La crise financière internationale de la fin de l’année 1998 est pour nombre de sociaux-démocrates l’occasion bienvenue pour justifier à rebours tous les efforts consentis au niveau national (en termes de chômage, de croissance économique, de diminution des dépenses publiques, etc.) pour obtenir le droit d’entrer dans la monnaie unique présentée comme « un puissant facteur de stabilité de nos économies27 ».

  • 28 Guy Sorman est l’auteur de nombreux essais. Il a été chargé de missions auprès d’Alain Juppé alors (...)
  • 29 Alain Minc, sorti major de l’ENA, a commencé sa carrière à l’inspection des finances avant de pant (...)
  • 30 Alain Minc s’en prend de façon virulente à ceux qui soutiennent que la mondialisation n’est pas he (...)
  • 31 Jacques Lesourne est professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ancien directeur du (...)

Les essayistes et la mondialisation
La mondialisation est l’un des thèmes actuellement à la mode dans la presse à grand tirage, parmi les différents essais qui ont été publiés récemment, trois ont été retenus parce qu’ils illustrent, chacun de façon complémentaire, ce que l’on désigne par « l’air du temps ». Alain Minc et Guy Sorman, situés à l’intersection de l’espace journalistique et de l’espace politique et qui ne répugnent pas à jouer les conseillers du Prince, ont fait paraître, à moins d’un mois d’intervalle, leur contribution à l’édification de la pensée dominante. De son côté, Jacques Lesourne, économiste et journaliste, a publié, en 1998, un petit essai sur le modèle français. Dans Le monde est ma tribu, Guy Sorman nous propose un tour du monde dont la problématique générale est de montrer que partout se marient les tendances à la mondialisation et aux replis identitaires28. Pour Guy Sorman, la mondialisation est liée à l’influence déterminante des États-Unis sur le reste du monde puisqu’ils sont l’un des seuls pays, avec la France, à pouvoir prétendre à l’universel. Pour l’auteur « [Dans] la mondialisation, l’adversaire est insaisissable, il est partout et nulle part »; « Refuser l’américanisation, dite aussi mondialisation, globalisation, uniformisation, est une ambition politique, économique, culturelle légitime. Mais l’objectif serait mieux atteint en passant de la posture anti-américaine à une connaissance de l’Amérique réelle »; « L’enracinement de nos films dans leur singularité culturelle et moralisante les rend inexportables » ; « Nous deviendrons tous, tous à la fois, masse et élites, mondialisées, c’est-à-dire américanisées » ; etc. Face à une mondialisation inéluctable et nécessaire (contrairement à la « tribalisation » qui est, pour l’auteur, signe de recul et d’archaïsme) la France a besoin d’un « nouvel élan » : « La mondialisation nous invite à devenir plus entreprenant et en plus grand nombre ». Dans cet appel à la mobilisation qui vise à contribuer à l’accroissement de la productivité nationale tous les Français sont désignés, du chef d’entreprise à l’ouvrier, du cadre supérieur au fonctionnaire. L’État est lui aussi concerné : « Redessiner un meilleur État est en cela la condition du succès ou de l’échec français à venir ». Puisque, selon Guy Sorman, le modèle de l’État providence est épuisé, il s’agit d’inventer un nouvel État, au service des entreprises (en levant une partie des contraintes légales et fiscales qu’il impose aux entrepreneurs et en offrant de meilleurs services en matière d’ordre, de sécurité, d’éducation, etc.) et en proposant un nouveau contrat social.
L’ouvrage d’Alain Minc29, La mondialisation heureuse, poursuit deux objectifs : pourfendre les grincheux de la mondialisation30 (qui insistent plutôt sur les dégâts économiques, sociaux et écologiques liés à ce processus) et se faire l’ardent défenseur d’une politique libérale (qu’elle soit de gauche ou de droite lui importe peu). Pour Alain Minc, comme pour Guy Sorman, la mondialisation est un fait qui ne se discute pas : « le marché n’est pas un état de culture, le choix d’un système parmi d’autres ; c’est un état de nature […] Aucune logique ne peut s’opposer à la mondialisation, ni lui servir d’alternative. Il n’existe pas d’autre mode de développement » mais également, une chance si les gouvernants savent mener la bonne politique : « la mondialisation n’impose pas une pensée unique, elle dessine une réalité unique à partir de laquelle des politiques contraires, l’une ancrée à droite, l’autre à gauche, sont possibles, mais l’une et l’autre d’essence libérale ». L’appel au libéralisme de gauche que fait l’auteur en direction du Premier Ministre L. Jospin s’entend par une rupture définitive avec l’État-keynésien, par une politique vigoureuse de privatisation, par une baisse des prélèvements fiscaux et une plus grande flexibilité des marchés (du travail en particulier).
L’ouvrage de Jacques Lesourne, Le modèle français, illustre les positions et toutes les ambiguïtés actuelles des sociaux-démocrates31. À la fois très favorable à l’économie de marché mais contre les inégalités consubstantielles au fonctionnement de l’ordre libéral, Jacques Lesourne en appelle à « accepter la mondialisation des marchés tout en aménageant nos politiques internes pour corriger les effets négatifs du libre-échange tout en tirant parti de ses avantages, telle est la seule politique réaliste ». Pour l’auteur, la mondialisation interroge la validité du modèle français, en particulier le rôle et l’influence qu’exerce l’État dans la société et l’économie au point que « le public déteint sur le privé et non l’inverse ». Ce modèle qui a contribué au succès du pays dans les années de croissance est, pour Jacques Lesourne, vieilli, sclérosé, usé et surtout « incapable de s’adapter à la mondialisation ». Dès lors il faut changer de modèle, même si « la mondialisation est source d’anxiété ». Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont un plaidoyer au changement : « Le futur n’est pas mort […] Vive la politique de l’environnement industriel. Il s’agit de faciliter la réussite des entreprises en leur offrant sur le sol français les services d’une administration efficace et fiable […] À l’heure de la mondialisation, il n’y a plus, dans la collectivité, de secteur exposé et de secteur abrité […] Pour que l’État reste fort dans le monde globalisé, il faut qu’il se concentre sur ses tâches principales et délègue l’exécution de fonctions dont la nature n’est pas régalienne. » Enfin, en bon socio-démocrate Jacques Lesourne propose une troisième voie entre le libéralisme sauvage et l’omnipotence de l’État, celle d’une nouvelle alliance entre l’État et la société civile qui se caractériserait par la recherche constante de l’efficacité économique et de la justice sociale. Pour l’auteur « la mondialisation n’oblige pas les français à devenir moins solidaires » au contraire son ouvrage se veut être un instrument de réflexion au service d’une « économie de marché à vocation sociale ».

  • 32 Ainsi en Allemagne, comme le souligne Zadi Laïki, on constate, depuis le milieu des années quatre- (...)
  • 33 Il faudrait faire l’analyse des relations entre le champ politique et celui des économistes et des (...)
  • 34 Par respect pour certains journalistes « critiques », les journalistes auquel nous pensons dans le (...)

18L’évocation du processus de mondialisation a pour effet de produire de la croyance à travers tous les discours qu’il engendre. Il devient également le prisme à partir duquel tous les faits sociaux et économiques sont ramenés et expliqués32. L’idéologisation de la mondialisation et sa conversion en « nouvelle » théorie du changement social tire sa force, en tant que forme contemporaine de violence symbolique, en ce qu’elle sert les intérêts de la plupart des acteurs du champ politique et du champ économique. En Europe ceux-ci sont l’un des relais les plus puissants de l’idéologie de la mondialisation dans le corps social. Ils contribuent ainsi à relayer la pensée savante33 dans sa diversité et concourt, avec les journalistes34 et les essayistes, à « faire l’opinion ». Pour les libéraux, qui ont souvent partie liée avec les intérêts objectifs des grands prescripteurs de la mondialisation : entreprises multinationales, grands cabinets d’audits et de consultants, organismes internationaux comme le FMI, l’Organisation Mondiale du Commerce, la Banque Mondiale ou l’OCDE, la rhétorique tenue sur la mondialisation conduit à demander le retour au marché et à ses lois éternelles. Pour les sociaux-démocrates européens, elle justifie les formes actuellement prises par la construction européenne et ratifie le bien fondé des politiques de « convergence » menées en Europe depuis la fin des années quatre-vingt.

  • 35 Comme l’illustre le « compromis d’Amsterdam » sur l’Union Économique et Monétaire (UEM) et qui por (...)
  • 36 De façon comparable Jean Weinfeld montre que la « crise » a été médiatiquement et politiquement en (...)
  • 37 Que révèle, parfois douloureusement, la faiblesse de l’État face aux décisions, apparemment unilat (...)
  • 38 J. C. Guillebaud, « Scénarios de la mondialisation », Le Monde Diplomatique, décembre 1996.

19Malgré des différences de point de vue, liées aux sensibilités politiques, la mondialisation est trop souvent présentée aux agents sociaux comme un datum avec lequel on peut composer mais sur lequel il n’y a pas à revenir35. Tout ce qui est dit publiquement sur la mondialisation a pour effet également de préparer le corps social aux bouleversements majeurs qu’on lui prédit36 et qui sont liés, pour une part, à une mise à distance de l’État tel qu’il s’est constitué après le second conflit mondial37. En ce sens la mondialisation, derrière l’apparence de la modernité, peut cacher une sorte d’évolution réactionnaire si elle conduit, en Europe et par le monde, au démantèlement des contrats sociaux, ou dans les pays en développement, à leur impossible émergence. L’apport de ce livre a été de montrer que la mondialisation n’est « ni une fatalité incontournable ni un accident de l’histoire », comme l’écrit Jean-Claude Guillebaub38, elle n’est que ce qu’en feront les acteurs sociaux, politiques et économiques.

Notes

1 N. Elias, Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1993, p. 71-174.

2 On pense aux différents travaux comparatistes qui ont été menés depuis quelques années en France. Coordonnés par Jean-Michel Faure et Charles Suaud pour les recherches sur l’espace du sport de haut niveau, par Monique de Saint Martin pour ceux sur l’espace de la formation des élites et par Michel Bauer et Bénédicte Bertin-Mourot pour l’espace des dirigeants d’entreprises.

3 Les bourgeoisies européennes au XIXe siècle, sous la direction de J. Kocka, Paris, Belin, 1997. H. Schulze, État et Nation dans l’histoire de l’Europe, op. cit.

4 Il ne s’agit pas dans notre esprit de nier l’intérêt que suscitent de telles recherches ni d’occulter les difficultés de construire de façon commune un même objet lorsque des équipes de chercheurs, qui proviennent d’horizons culturels différents, se réunissent pour travailler ensemble.

5 La constitution du marché national, défini comme un espace géographique et social vaste dans lequel les échanges présentent un certain nombre de régularités et obéissent à un certain nombre de règles, a mis plusieurs siècles à se réaliser en France. L’unification progressive des différents marchés locaux, qui va se faire à des rythmes très différents selon les domaines concernés (le marché de la monnaie sera unifié avant le marché du travail), conduit à penser que les processus d’unification, nationaux ou internationaux, sont longs à se produire et qu’ils ne sont pas nécessairement linéaires. Voir K. Polanyi, La Grande Transformation, Paris Gallimard, 1986.

6 F. Braudel, Civilisation matérielle, Économie et capitalisme, Paris, Armand Colin, 1979.

7 En réalité cette proposition est davantage une hypothèse qu’une loi générale. Elle restera à vérifier au cas par cas. Il peut aussi se produire des situations inverses ou ceux qui occupent une position dominante, conscients de la fragilité de leur position dans un espace qui se transforme, cherchent à introduire de nouvelles règles du jeu qui disqualifient encore davantage les challengers.

8 Voir sur ce point P. Ariès, La fin des mangeurs. Les métamorphoses de la table à l’âge de la modernisation alimentaire, Paris, Desclée de Brouwer, 1997. P. Ariès, Les fils de Mc Do. La McDonalisation du monde, Paris, l’Harmattan, 1997. C. Fischler, « La macdonalisation des mœurs », in J. -L Flandrin et M. Montanari, Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996. A. Lazareff, L’exception culinaire française. Un patrimoine gastronomique en péril, Paris, Albin Michel, 1998.

9 R. Eveno et J-P. Vidal « La mondialisation de la grande distribution » in Mondialisation le grand bond, Libre Service Actualité, n° 1494, 1996.

10 La question de la mondialisation, de la Nation et de l’État prend en France des formes particulières puisque notre pays, dans le domaine des idées et de la culture a, depuis le XVIIIe siècle, une prétention à l’universel. La mondialisation de l’économie impulsée par les grandes transnationales américaines, celle des idées et de la culture par le poids de l’industrie cinématographique des États-Unis et par Internet renforcent en France le sentiment d’une sorte d’assiégement de la Nation. Dans l’esprit de nombreux hommes politiques et d’intellectuels il y aurait le risque d’une dilution de la richesse culturelle et des spécificités économiques (dans le domaine de l’agriculture en particulier) françaises et européennes au profit d’une globalisation et d’une uniformisation des sociétés et des économies autour d’un modèle unique inspiré de celui des États-Unis. Cette idée de la mondialisation est celle que développe Guy Sorman dans Le monde est ma tribu. Selon Neil Fligstein : « Les véritables problèmes de structure auxquels sont confrontés les sociétés avancées et les choix politiques qui leur correspondent sont aujourd’hui obscurcis par la rhétorique de la mondialisation, généralisation abusive de l’expérience américaine. » N. Fligstein, « Rhétorique et réalités de la mondialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 119, septembre 1997.

11 Pour certains économistes, la mondialisation relève du mythe ou de l’exagération. Selon Paul Hirst et Graham Thompson, l’ancrage national et l’orientation nationale des firmes multinationales s’imposent avec évidence. Pour Elie Cohen, directeur de recherche au CNRS, les vraies firmes globales sont rares et partout où elles sont implantées elles se conforment aux règles nationales. Enfin, selon Robert Boyer, chercheur au Cepremap, en matière de commerce et d’investissements directs à l’étranger, le degré d’ouverture des économies industrialisées est aujourd’hui semblable à ce qu’il était au début du siècle. Voir R. Boyer, « Les mots et les réalités » in Mondialisation au-delà des mythes, collectif, Paris La Découverte, 1997. E. Cohen, « Que reste-t-il de la souveraineté des États », in La mondialisation en débat, op. cit. P. Hirst et T. Graham, Globalization in question : the international economy and the possibilities of governance, Cambridge, Polity Press, 1996. M. WOLF, « The global economy myth », Financial times, 13 février 1996.

12 K. Dixon, Les évangélistes du marché, Paris, Raisons d’agir, 1998.

13 Voir l’article de P. H. DE Menthon, P. Plassart et J-M. Vittori, « Autopsie de la pensée unique à l’usage de ceux qui veulent s’en faire une », Le Nouvel Économiste, 29 mars, 1996. Également, Le tournant néo-libéral en Europe, sous la direction de B. Jobert, Paris, l’Harmattan, 1994.

14 P. Bourdieu, « Le mythe de la mondialisation et l’État social européen », intervention à la Confédération générale des travailleurs grecs, Athènes, octobre 1996.

15 Richard Kuisel utilise le terme de management pour désigner l’action économique de l’État sur le capitalisme français après 1945. Par là, il désigne le rôle essentiel joué, dans la croissance française des Trente Glorieuses, par les nationalisations d’après guerre, la mise en place de la planification, le développement de la politique industrielle et la politique conjoncturelle interventionniste de type keynésien. « Management » du capitalisme français par l’État – via des institutions qui ont été créées dans ce but : Commissariat Général au Plan, Conseil économique et social, comptabilité nationale, INSEE, etc. – qui doit son développement à des agents issus des grandes écoles publiques – en particulier le groupe « X crise » dans lequel on trouve des personnages comme Jacques Rueff, Alfred Sauvy, Jean Ulmo – qui auront une influence déterminante dans la redéfinition du rôle économique de l’État après le second conflit mondial. Dans ce remodelage de l’économie française, pour reprendre les termes d’Ezra Suleiman, l’État est toujours présent. R. F. Kuisel, Capitalism and the State in Modern France, Cambridge, 1981.

16 Voir E. Cohen, Le colbertisme high-tech, Paris, Hachette, 1992, p. 385-400.

17 On trouve les mêmes discours à propos de l’européanisation. Les débats autour de la monnaie unique et des « seuils », présentés comme indépassables, conduisent à introduire une forte contrainte extérieure sur les politiques économiques des États, en particulier sur la politique budgétaire. Dans un ouvrage très instructif pour estimer la position de la classe dirigeante face à l’euro, Serge Marti interroge certains des grands patrons français. L’avis est unanime l’euro est une bonne chose pour l’Europe et pour la France. Selon l’avis des chefs d’entreprises les plus puissantes de l’Hexagone, « L’euro va être un fantastique accélérateur de la concurrence » (C. de Boissieu, professeur d’économie); « L’euro est un véritable challenge économique de progrès » (D. Bernard, président de Carrefour) ; « L’euro va faire disparaître la notion de marché national » (M. Bon, PDG de France Telecom); « La meilleure politique pour doper une nation est de la faire courir plus vite que les autres. Il faut avant tout créer un environnement favorable au monde des entreprises autour, essentiellement, de la compétitivité, de l’innovation et de la formation » (B. Esambert, président du conseil de surveillance de la banque Arjil), etc. S. Marti, Paroles d’euro, Le cherche midi éditeur, Paris, 1998.

18 On pourra consulter H. Lepage, Demain le capitalisme, Paris, Librairie Générale Française, 1978 et du même auteur, Demain le libéralisme, Paris, Librairie Générale Française, 1980.

19 Voir en particulier, F. Sachwald, Les défis de la mondialisation. Innovation et concurrence, Paris, Masson, 1994. Ainsi que l’article consacré aux nouvelles approches libérales de l’État de L. Cartelier, « De nouvelles théories économiques pour l’intervention de l’État », Cahiers français, n° 271, 1996.

20 H. Sérieyx, Le big bang des organisations, Paris, Calmann-Levy, 1993.

21 M. E. Porter, L’avantage concurrentiel des nations, Paris, Inter-Editions, 1993.

22 Il peut également les anticiper ou les aménager. Le cadre européen, qui est une volonté des États, peut être une voie à suivre pour échapper à la « tyrannie » des marchés et instaurer de nouvelles formes de régulations. Par exemple, on peut interpréter le projet de monnaie unique européenne comme exprimant la volonté de la part du Politique de contourner l’inexistence d’un marché financier international régulé par des institutions internationales (FMI). De même, alors que les politiques de relance de type keynésien sont frappées d’inefficacité dans l’espace national, elles peuvent retrouver, dans l’espace européen, une grande partie de leur efficacité. Par conséquent, au sein de l’Europe, comme le montre Elie Cohen, c’est moins la souveraineté nationale qui compte (et qui est associée à la mise en œuvre par l’État de politiques discrétionnaires) que l’influence qu’un État est susceptible d’exercer auprès de ses partenaires ou des institutions européennes. De ce point de vue, la définition webérienne de l’État mérite d’être rééxaminée dans le cadre de l’unification européenne. Le pouvoir de l’État qui passait, dans le cadre national, par une capacité d’imposition, devient une capacité d’influence, dans le cadre international. Voir E. Cohen, La tentation hexagonale. La souveraineté à l’épreuve de la mondialisation, Paris, Fayard, 1996.

23 Voir K. Ohmae, De l’État-nation aux États-Régions, Paris, Dunod, 1996.

24 Z. Laïdi, Malaise dans la mondialisation, Paris, Textuel, 1997.

25 Le livre de Pierre-Noël Giraud fait exception, parmi les ouvrages récemment publiés, dans sa façon de penser les relations entre l’économique et le politique. Pour l’auteur de Économie, le grand satan ? « il n’appartient pas à l’économiste de dicter ses lois et de se poser en deus ex machina de l’Histoire ». L’auteur cherche à délimiter les « frontières entre les phénomènes économiques et les politiques économiques ». Aucun processus économique n’est fatal et il faut combattre la tendance générale d’économistes, d’essayistes et de journalistes qui se sont emparés de la science économique pour donner un avis sur la conduite du monde. Tout au long de l’ouvrage, P. N. Giraud ne cesse d’affimer que « la politique est une pensée des possibles : l’avenir n’est pas écrit, même pas par les dynamiques économiques ». J. N. Giraud, Économie, le grand satan ? Paris, Textuel, 1998.

26 M. Touraine, Le bouleversement du monde. Géopolitique du XXIe siècle, Paris, Seuil, 1995.

27 J-P. Balligand, « La globalisation, l’État et le marché », Le Monde, 29 septembre 1998.

28 Guy Sorman est l’auteur de nombreux essais. Il a été chargé de missions auprès d’Alain Juppé alors ministre des affaires étrangères, puis auprès d’Hervé de Charette. G. Sorman, Le monde est ma tribu, Paris, Fayard, 1997.

29 Alain Minc, sorti major de l’ENA, a commencé sa carrière à l’inspection des finances avant de pantoufler à St Gobain dont il sortira, en 1986, directeur. Se destinant depuis à l’écriture et à la réflexion (il est l’un des membres fondateurs de la Fondation Saint-Simon), il fait paraître, entre 1982 et 1997, 15 ouvrages à succès. Il est, en outre rédacteur au journal l’Express et signe des articles dans Le Monde. Difficile à situer dans l’espace politique, il a été un temps partisan d’une gauche moderne et renouvelée et, se faisant, plutôt proche de Jacques Delors. Lors de la seconde cohabitation du président François Mitterand, il a souvent apporté son soutien au premier ministre pour le compte duquel il dirigera une commission d’études sur la France de l’an 2000. A. MINC, La mondialisation heureuse, Paris, Plon, 1997.

30 Alain Minc s’en prend de façon virulente à ceux qui soutiennent que la mondialisation n’est pas heureuse. L’ouvrage de Viviane Forrester, L’horreur économique, illustre selon lui une réaction irrationnelle du refus de la mondialisation, même si, comme le constate plus justement Frédéric Lebaron, il est le témoignage un peu « naïf » d’une philosophe qui découvre que les marchés sont tyranniques. L’ouvrage de Hans-Peter Martin et de Harald Schumann, journaliste du Spiegel, Le piège de la mondialisation, que ne semble pas avoir lu Alain Minc, est d’une autre facture. Les auteurs remarquent pertinemment que sous couvert de mondialisation, c’est le modèle économique et social qui s’est lentement construit après la Seconde Guerre Mondiale et qui a assuré durant près de trente ans une croissance forte et stable, qui est menacé (en Allemagne l’économie sociale de marché). Le retour en force de l’idéologie du tout marché fait craindre aux auteurs qu’apparaisse une configuration sociale analogue à celle qui a suivi la première Révolution Industrielle et dont Karl Polanyi a fait le thème central de La grande transformation. Il y a tout à craindre que les chômeurs, les jeunes sans formation et les femmes soient les premiers touchés par les effets dérégulateurs de la mondialisation et du libéralisme économique. En définitive l’ouvrage conduit le lecteur à se demander à qui profite la mondialisation ? Quels sont les groupes sociaux qui en tirent un avantage suffisant pour l’imposer et imposer des sacrifices, via le politique, à la majorité de la population ? V. Forester, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996 et H-P. Martin et H. Schumann, Le piège de la mondialisation, Paris, Actes Sud, 1997.

31 Jacques Lesourne est professeur au Conservatoire national des arts et métiers, ancien directeur du journal Le Monde et président de l’association Futuribles. J. Lesourne, Le modèle français. Grandeur et décadence, op. cit.

32 Ainsi en Allemagne, comme le souligne Zadi Laïki, on constate, depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, une tendance des entreprises à négocier avec les syndicats des compromis sociaux qui intègrent les « exigences » de la mondialisation : préservation de l’emploi contre gel des hausses de salaires et accroissement de la flexibilité du travail.

33 Il faudrait faire l’analyse des relations entre le champ politique et celui des économistes et des spécialistes de l’économie pour voir jusqu’à quel point ces deux espaces sont homologues et entretiennent, en particulier à travers les nominations dans les institutions d’État ou les grandes organisations mondiales, des relations de complicités objectives. Sur ce point voir, Y. Dezalay et B. Garth, « Le Washington Consensus », Actes de la recherche en sciences sociales, 121-122, mars 1998.

34 Par respect pour certains journalistes « critiques », les journalistes auquel nous pensons dans le texte sont, comme l’écrit Serge Halimi, des « journalistes de marché » qui « associent automatiquement modernité au libre-échange, à la monnaie unique, aux déréglementations et aux privatisations et pour lesquels, inversement, l’archaïsme est toujours incarné par l’État, les syndicats, la nation et le peuple. » in S. Halimi, « Face au journalisme de marché, encourager la dissidence », Le Monde Diplomatique, juin 1997.

35 Comme l’illustre le « compromis d’Amsterdam » sur l’Union Économique et Monétaire (UEM) et qui porte, à la demande du gouvernement français, une résolution sur l’emploi. Voir Le Monde, mercredi 18 juin 1997.

36 De façon comparable Jean Weinfeld montre que la « crise » a été médiatiquement et politiquement entretenue afin de faire accepter au corps social les sacrifices que l’on attend de lui (désindexation des salaires sur les prix, flexibilité du travail, recul de l’État Providence, etc.). J. Weinfeld, « Esquisse d’une critique de la notion de crise dans un contexte d’une économie en voie de globalisation », Économie et société, n° 6, 1996.

37 Que révèle, parfois douloureusement, la faiblesse de l’État face aux décisions, apparemment unilatérales, de certaines entreprises (en particulier lorsqu’une entreprise étrangère installée en France, ou ailleurs, décide de s’implanter dans un autre pays de l’Union considéré comme plus compétitif et par rapport à laquelle l’État apparaît comme totalement impuissant). Voir les travaux de K. Ohmae, L’entreprise sans frontières : nouveaux impératifs stratégiques, Paris, InterEditions, 1991.

38 J. C. Guillebaud, « Scénarios de la mondialisation », Le Monde Diplomatique, décembre 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540