Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'exception française

 | 
Gilles Lazuech

Première partie. Un modèle scolaire national à l’épreuve de la mondialisation

Conclusion de la première partie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 La Conférence des Grandes Écoles a été créée au lendemain des événements de mai 1968 par un groupe (...)
  • 2 Voir éditorial de Jacques Levy in La lettre de la Conférence des Grandes Écoles, n° 26, avril 1998
  • 3 Dossier : les TIPE, in La lettre de la Conférence des Grandes Écoles, n° 25, janvier 1998.

1Pour comprendre le sens des évolutions actuelles qui traversent le champ des grandes écoles françaises de commerce et d’ingénieurs, on peut, semble-t-il, s’arrêter sur les différentes déclarations officielles prononcées à l’occasion de colloques, de congrès ou par voie de presse depuis près de 10 ans par les présidents successifs de la Conférence des Grandes Écoles1. Il y a, entre Daniel Gourisse (directeur de l’école Centrale de Paris au début des années quatre-vingt-dix) et Jacques Levy (directeur de l’école des Mines de Paris), une certaine continuité de ton et d’action, qu’ils s’adressent aux organismes de tutelle (le ministère de l’Éducation Nationale en premier lieu), qu’ils soient face à un parterre de dirigeants d’entreprises ou devant des directeurs d’écoles. En qualité de porte-parole des grandes écoles (des plus grandes en l’occurrence), ils n’ont eu de cesse d’évoquer les qualités d’un système de formation des élites qui, des classes préparatoires aux écoles, repose sur une tradition historique et qui est « irremplaçable » selon leur point de vue2. Face aux discours, parfois insistants, sur la formation des personnalités ils soulignent que les compétences scientifiques et techniques demeurent indispensables. Vis-à-vis des détracteurs du modèle national qui proposent de s’inspirer de ce qui se fait Outre-Atlantique, ils répondent que les difficultés économiques du pays ne peuvent être imputées ni aux élites, ni aux grandes écoles, ni même au système éducatif français dans son ensemble. Si de nombreuses raisons objectives permettent de comprendre ces prises de positions, il apparaît que les présidents désirent également être les artisans d’un changement contrôlé. Quelques exemples illustreront leurs actions. Il y eu la longue bataille pour la réforme des classes préparatoires. Le passage des CPGE commerciales à 2 ans au milieu des années quatre-vingt-dix permet d’aligner le modèle français sur ce qui se fait déjà à l’étranger pour ce niveau de certification (master – MBA –). Visant à répondre à l’excès d’académisme des formations, ils furent partisans de l’introduction dans les classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieurs des Travaux d’Initiative Personnelle Encadrés (TIPE) « visant à développer chez le futur ingénieur les qualités d’ouverture d’esprit, d’initiative personnelle, de sens du concret, d’esprit critique »3. Mais c’est surtout dans le domaine de l’international que les présidents ont été les plus actifs. Ils ont cherché à promouvoir l’ouverture des établissements en encourageant le développement des réseaux d’échanges internationaux et les programmes de double diplôme. Ils ont également poussé les écoles à se rapprocher des standards internationaux (ceux en vigueur dans les meilleures universités anglo-saxonnes). Par une politique de développement de la recherche appliquée, à travers la création de nouveaux laboratoires et leur diversification, la multiplication de contrats tant avec des organismes publics que des entreprises ou financeurs privés, l’augmentation du nombre de chercheurs et de thèses soutenues, etc. et par une politique de taille critique, en rendant possible le développement de conglomérats d’écoles à partir de la constitution de réseaux nationaux d’écoles ou par l’encouragement à la fusion de petits établissements afin de leur donner une meilleure visibilité dans l’espace international.

2On observe en définitive deux voix assez différentes d’adaptation à l’international. Du côté des petites écoles qui n’ont pas accès – ou difficilement – aux réseaux d’échanges internationaux (ou alors avec des institutions de second rang comme les polytechnics en Grande-Bretagne ou les Fachhochschulen en Allemagne), l’internationalisation revient à imiter le modèle pédagogique préconisé par les tenants du new management et à faire croire, à leurs élèves et à leur famille, par une rhétorique de la séduction, qu’ils sont dans une école de managers. Dans les plus grandes écoles, si des modifications pédagogiques sont perceptibles (durée des stages plus longue, alternance école/entreprise, etc.), l’international a surtout engendré de profondes réformes structurelles visant à adapter les institutions à un marché international de la formation et à un marché international du travail pour le personnel d’encadrement. La mise en réseau des écoles françaises avec des partenaires étrangers, européens pour l’essentiel, a pour effet d’engendrer un processus de convergence, lent mais réel, des curricula au niveau de l’Europe. Lors de la signature des contrats d’échange les écoles et universités partenaires sont toujours amenées à comparer, à expliquer parfois à défendre les enseignements dispensés dans chacun des établissements ainsi que les méthodes pédagogiques mises en œuvre. Le bon fonctionnement du programme ECTS et surtout sa lisibilité pour les étudiants et leurs professeurs encourage les co-signataires à dégager des « invariants » continentaux dans la formation des ingénieurs et des gestionnaires. Ce processus de convergence et d’harmonisation des curricula est plus accentué encore lorsqu’une école s’engage dans une politique de double diplôme, voire de diplôme commun. En ce sens, comme on a déjà eu l’occasion de le dire, les écoles finissent par créer véritablement les configurations auxquelles elles croient et qui déterminent leurs actions.

Notes

1 La Conférence des Grandes Écoles a été créée au lendemain des événements de mai 1968 par un groupe de 12 directeurs d’écoles visant à « défendre » les grandes écoles. En 1973, la Conférence a adopté les statuts d’une association de loi 1901. En 1997, elle réunissait 165 membres actifs

2 Voir éditorial de Jacques Levy in La lettre de la Conférence des Grandes Écoles, n° 26, avril 1998.

3 Dossier : les TIPE, in La lettre de la Conférence des Grandes Écoles, n° 25, janvier 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540