Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Annexe méthodologique

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La recherche dont nous rendons compte dans cet ouvrage s’appuie, d’une part, sur les résultats de deux enquêtes postales menées à trois ans d’intervalle, respectivement en 1987 et 1990, auprès d’une population de séparé(e)s et de divorcé(e)s ayant eu un ou plusieurs enfants et, d’autre part, sur une série d’entretiens semi-avec les principaux protagonistes de 24 configurations familiales recomposées. Notre objectif était d’observer et de comprendre la manière dont se réorganisent les relations au sein du « réseau familial » après la dissociation du couple, et de repérer des types de trajectoire socio-familiale. Nous souhaitions aussi apprécier dans quelle mesure, suite à la désunion, certains parents gardiens en situation monoparentale forment de nouveaux couples et les facteurs qui interviennent lors de ce processus de recomposition familiale.

La première enquête quantitative

2La première enquête s’adressait à l’ensemble des parents gardiens, hommes et femmes, mariés-séparés ou divorcés et connus de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) du Calvados. Nous avons cependant jugé bon d’exclure de cette population globale, d’une part, les bénéficiaires de l’Allocation de Parent Isolé (API), et de l’autre, ceux qui se trouvaient dans cette situation depuis moins d’un an. En effet, notre questionnaire devant porter, entre autre, sur les nouvelles relations affectives ou conjugales du parent gardien, il n’était pas pertinent de retenir un sous-qui, par définition, du fait de la perception de l’API, ne pouvait évoquer l’éventuelle existence de rapports conjugaux. Afin de n’introduire aucun biais de ce point de vue, nous avons préféré les exclure. De la même manière, dans la mesure où il pouvait s’avérer difficile de percevoir avec netteté la configuration du réseau de parenté immédiatement après la séparation ou le divorce, notamment du fait que cette période est généralement la plus difficile, sans compter que peu de « stratégies conjugales » peuvent avoir vu le jour, sauf exception, nous avons préféré ne pas retenir les cas où les parents étaient séparés depuis moins d’un an.

  • 1 . En partant de la population des séparé(e)s et divorcé(e)s connue d’une CAF, on ne peut prendre en (...)
  • 2 La CAF ayant recensé 2 088 séparés, soit 49,9 % de la population totale, nous avions une nette sou (...)

3En fonction de ces critères, et après l’accord de la Commission nationale Informatique et liberté (CNIL), la CAF du Calvados1 a identifié 4 184 allocataires ayant ce profil au 1er avril 1987, à qui nous avons adressé l’enquête. Deux mois après l’envoi des questionnaires, 1175 nous avaient été retournés, dont 1 085 (correspondant à 874 divorcés et 207 séparés)2 ont pu être traités, soit un taux de réponse d’environ 26 %. Pour des raisons de faisabilité, nous avons limité a priori le « réseau familial » étudié à un certain nombre d’acteurs : le couple d’origine constitué du parent gardien et du parent non-gardien, leurs enfants, les grands-parents, de part et d’autre, mais aussi les éventuels nouveaux partenaires, que ce soit du côté du parent gardien ou du parent non-gardien, sachant que ceux-ci introduisent éventuellement, outre de nouveaux « grands-parents », des enfants issus de précédentes unions, voire même de nouveaux enfants issus de ces nouveaux couples. Lors de la seconde enquête, nous avons étendu l’investigation aux relations amicales.

4Le questionnaire abordait les rubriques suivantes : les caractéristiques des membres du couple parent gardien/parent non-gardien et de leur union ; les conditions matérielles de vie du foyer du parent gardien, que ce soit en termes de ressources (salaire, pensions alimentaires, allocations familiales et autres, etc.), de logement ou d’équipement et les changements intervenus de ce point de vue suite à la désunion ; les caractéristiques et l’évolution du réseau familial depuis la séparation ou le divorce en se limitant aux membres sus-évoqués.

La deuxième enquête quantitative

5Nous avons réinterrogé notre échantillon de 1 085 répondants, trois ans plus tard (en avril 1990), pour apprécier les éventuels changements intervenus par rapport au constat dressé lors de la première enquête. Notre souci était de saisir à la fois :

  1. l’évolution du réseau familial (au sens où nous l’avions déjà défini), sur une période de trois ans, afin d’évaluer la stabilité ou au contraire la précarité des formes du réseau entrevues, notamment en ce qui concerne les nouveaux partenaires rencontrés.
  2. l’impact de la désunion et des éventuelles recompositions familiales sur le tissu relationnel ou le « réseau social », entendu au sens de réseau d’entraide, de solidarité ou de soutien social.

6Nous avons élargi à l’occasion de cette seconde interrogation la palette des informations recueillies sur le réseau, de façon à pouvoir appréhender rétrospectivement l’entraide existant autour de ces parents gardiens. Il a été tenu compte cette fois, non seulement de l’aide et du support en provenance de l’ex-conjoint, des parents, des beaux-parents et du nouveau partenaire éventuel, mais aussi des frères et sœurs, des amis, des collègues.

7S’il existe certainement un écart entre l’appréciation subjective et rétrospective de ce réseau et la réalité des pratiques d’entraide, l’important nous a paru de saisir ce que perçoit l’intéressé. Il s’agissait donc moins d’évaluer des pratiques, des comportements d’entraide, ou des flux de biens et de services, que de demander aux acteurs d’estimer eux-mêmes rétrospectivement et pour la période présente, les soutiens sociaux qui leur semblaient disponibles autour d’eux. De cette manière, nous avons pu identifier des catégories de parents gardiens et de trajectoires post-allant de la solitude à la recomposition familiale.

8Le questionnaire que nous avons fait parvenir aux enquêtés comprenait les rubriques suivantes : caractéristiques de l’enquêté(e) (sexe, âge, âge des enfants, lieu de résidence) ; évolution de la situation familiale depuis le mariage et particulièrement durant les trois dernières années ; situation professionnelle (niveau d’étude, formation, emploi), ressources (salaire, allocations, etc.) et leur évolution ; informations concernant l’ex-conjoint (pension alimentaire, exercice du droit de visite, fréquence des rencontres avec les enfants, entraide éventuelle, etc.) ; informations concernant le logement et les conditions matérielles d’existence ; informations concernant le réseau familial, parents, fratrie (fréquence des rencontres, éloignement, entraide) ; le nouveau partenaire (âge, niveau d’étude, situation familiale, nombre d’enfants, participation à la vie quotidienne, degré d’intégration dans le réseau familial, etc.) ; le réseau amical (conservation des amis d’avant la désunion, nombre d’amis, entraide, proximité, etc.), les collègues ; l’entraide (identification du nombre des supports sociaux mobilisables) ; et finalement auto-estima-du degré d’isolement ressenti et auto-évaluation de l’évolution du réseau social (familial et amical) entre avant et après la rupture.

9Trois cent trente-six individus ont répondu à cette phase de l’enquête (soit un taux de réponse de près de 31 %). En utilisant les réponses aux deux étapes (1987 et 1990), nous avons ainsi pu identifier des types de trajectoires et des variables susceptibles de les orienter, à l’appui de plusieurs analyses factorielles de correspondance, puis d’une typologie (logiciel SPAD). L’effectif de la population sur laquelle nous avons fait porter ces analyses est légèrement différent, dans la mesure où nous avons éliminé tous les individus pour lesquels certaines variables essentielles n’étaient pas informées ou cohérentes entre la première et la seconde enquête. L’échantillon ne comprend plus alors que 321 sujets.

L’enquête qualitative sur la recomposition familiale

10Le nombre des facteurs qu’il convient de faire intervenir pour comprendre les modes de régulation adoptés par une famille lors d’une recomposition est trop important pour les retenir tous : degré d’institutionnalisation de l’union ; milieu socio-culturel ; âge et sexe des parents et notamment du parent-gardien ; âge des enfants ; étendue et composition du réseau de sociabilité ; projet du nouveau couple ; degré de complexité de la configuration élargie ; nouvelles naissances ; etc.. Nous avons donc choisi un certain nombre d’entre eux pour structurer notre démarche empirique et nous donner le plus de chances possibles, en les faisant varier, de retrouver la complexité des situations.

11Le premier facteur qui nous a guidé dans la recherche des personnes à interviewer renvoie au degré d’institutionnalisation de ces nouvelles unions. Nous avons distingué les couples remariés, les concubins et enfin les couples sans domicile commun. La seconde variable repérée a priori est l’appartenance sociale ou, plus précisément, le capital culturel. Afin de simplifier l’utilisation de ce critère, nous avons opté pour la constitution de trois grandes catégories : la première, où nous regroupons les parents gardiens qui ont un niveau culturel bas (aucun diplôme, un CEP ou un CAP) ; la deuxième, où les individus ont un niveau culturel moyen (BEPC, BEP, ou niveau baccalauréat) ; et enfin, la catégorie de ceux qui ont un niveau supérieur au baccalauréat. Ces deux premiers facteurs sont bien sûr étroitement liés, nous l’avons déjà montré, et correspondent aussi à des types de réseau de sociabilité, voire même à des modes d’interaction et d’entraide. Nous avons également tenu compte du sexe du parent-gardien. Cette variable joue en effet un rôle important dans le processus de recomposition ; les pères gardiens reformant plus souvent et plus rapidement un couple après la désunion. Enfin, nous avons eu le souci de tenir compte des interactions, des logiques en présence, des écarts de point de vue, bases de la négociation ou de la régulation intra-familiale. Si nous avons pu et dû nous limiter, lors des enquêtes postales, au point de vue du parent-gardien, nous avons souhaité cette fois, à chaque fois que c’était possible, rencontrer plusieurs acteurs de la configuration, à savoir idéalement : le parent-gardien, le parent non-gardien, l’ex-conjoint et un ou plusieurs des enfants/adolescents.

12Nous avons donc procédé par interview individuelle, puis par confrontation des points de vue. Les entretiens ont été menés de façon semi-directive afin de retracer la trajectoire individuelle de chacun des protagonistes (parent-gardien de référence et nouveau partenaire), puis l’histoire du couple recomposé, de ses choix, etc… Suivait ensuite un entretien collectif dans lequel était parfois associé un enfant. Quand cela fut possible, nous avons aussi rencontré individuellement l’ex-conjoint.

Présentation schématique des configurations

13Par rapport au degré d’institutionnalisation : nous avons rencontré 4 configurations de couples sans domicile commun, 15 configurations cohabitantes, dont deux ont à court terme le projet de se remarier, et 5 configurations de remariés.

14Par rapport au capital culturel : dans 6 configurations, les partenaires ont l’un et l’autre un capital culturel faible ; 6 configurations correspondent plutôt à un capital culturel moyen, sachant que dans une d’entre elles, un des partenaires a un capital plus élevé. Enfin, 11 configurations appartiennent à la catégorie où les deux partenaires ont un capital culturel élevé, c’est-à-dire supérieur au baccalauréat.

15Si l’on tient compte en plus du sexe du parent-gardien, on doit distinguer les configurations composées d’un parent gardien et d’un (ou une) célibataire, et celles qui comprennent soit un parent gardien et un parent non-gardien, soit deux parents gardiens. Ceci étant précisé, nous avons rencontré :

  • 7 configurations comprenant une mère gardienne et un partenaire qui était célibataire et sans enfant au moment de leur rencontre ;
  • 8 configurations comprenant une mère gardienne et un père non-gardien ;
  • 5 configurations comprenant deux parents gardiens ;
  • 4 configurations comprenant un père gardien et une partenaire qui était célibataire et sans enfant au moment de leur rencontre.

16Autrement dit, nous avons rencontré 20 mères gardiennes (moyenne d’âge : 40,7 ans), 9 pères gardiens (moyenne d’âge : 44,7 ans), 8 pères non gardiens (moyenne d’âge : 45 ans), 7 hommes (moyenne d’âge : 30,7 ans) et 4 femmes (moyenne d’âge : 36 ans) qui étaient célibataires et sans enfant au moment de la rencontre avec leur partenaire respectif. De manière globale, les parents gardiens rencontrés dans notre enquête ont de un à quatre enfants à leur charge suite à leur précédente union. Mais les familles composées comprennent jusqu’à huit enfants. À cela, il faut bien sûr ajouter le fait que des enfants ont pu naître de ces nouvelles unions : c’est le cas dans la moitié des configurations rencontrées.

17Enfin, le nombre de personnes interviewées dans chaque configuration se répartit comme suit : dans 13 configurations familiales, nous avons eu une entrevue avec le parent gardien et son nouveau partenaire ; dans 5 configurations, nous n’avons interviewé que le parent gardien ; dans 4 configurations, nous avons rencontré le parent gardien, son nouveau partenaire et un des enfants (adolescent) ; dans une configuration, nous avons recueilli les propos du parent gardien, de son ex-con-et de son nouveau partenaire ; et enfin, dans une configuration, nous avons interviewé le parent gardien et son ex-conjoint. Soit au total 24 configurations familiales analysées à partir de 48 entretiens.

Les situations étudiées et les logiques de recomposition

18Présentons maintenant chacune de ces configurations familiales dans sa dynamique, en essayant à chaque fois de préciser si la période de l’après-divorce, puis de la recomposition, s’est structurée plutôt selon une « logique de substitution », ou « de pérennité ». Si ce découpage a priori entre deux logiques principales a l’avantage de la simplicité, la confrontation à l’empirie montre que la réalité ne se laisse pas toujours trier aussi aisément. Cela dit, de manière globale, il est possible de détecter des tendances, qui varient conformément aux variables retenues (milieu social, degré d’institutionnalisation). D’où notre option ici de présenter de manière très succincte chaque configuration des milieux les moins diplômés aux plus diplômés, et à chaque niveau de capital culturel, des configurations les moins instituées (couples sans domicile commun) aux plus instituées (remariages).

Logique de substitution, ou « comment l’on refait sa vie »

19Six configurations familiales peuvent être classées dans cette catégorie, une non cohabitante (configuration 1), deux cohabitantes (configurations 2 et 3) et trois remariages (configurations 4,5 et 6). La logique de substitution, c’est-à-dire le fait que la recomposition familiale se fasse dans un contexte de rupture radicale avec l’ancien conjoint et sa parenté, s’accompagne d’un désir d’institutionnaliser la nouvelle union. Bien souvent, les problèmes matériels (comme le fait de trouver un logement à la mesure de la nouvelle famille), ou relationnels (comme le rapport entre le beau-parent et ses beaux-enfants), viennent entraver ou ralentir cette logique.

Configuration 1 :
Michèle est née en 1947 d’un père ouvrier et d’une mère femme de ménage. Elle n’a aucun diplôme. Elle se marie en 1967 avec Jean, né en 1942, lui aussi sans diplôme et issu d’un milieu social défavorisé. Michèle ne travaille pas et Jean change souvent d’emploi. Ils auront ensemble trois garçons (1968, 1971, 1974) et une fille (1977). Après 16 ans de mariage, elle le quitte pour cause d’adultère et d’alcoolisme. Elle engage alors une première demande de divorce en 1983, puis une seconde en 1987, qui aboutit en 1990. Le divorce pour faute est cependant prononcé aux torts partagés. Jean, qui a fait échouer la première demande de divorce par des menaces, a fait valoir, selon Michèle, des faux-témoignages. Elle a la garde des enfants. La pension alimentaire est fixée à 150 francs par enfant. Jean n’exerce cependant pas son droit de visite et ne verse pas la pension alimentaire. Il sera condamné pour abandon de famille à un mois de prison avec sursis et 1 500 francs de dommages et intérêts. Entre Michèle et Jean la rupture est totale ; leurs rares rencontres sont très conflictuelles et souvent violentes.
Trois ans après avoir quitté Jean, fin 1987, Michèle fait la connaissance de Bernard, qui est veuf depuis 1981, a 11 ans de plus qu’elle, ne possède aucun diplôme et est, lui aussi, issu d’un milieu social très défavorisé. Il est ouvrier en plomberie. Bernard a eu trois filles (1968, 1971, 1973) et un garçon (1970) avec sa femme, qui était déjà mère-gardienne de quatre enfants. Depuis leur rencontre, ils ont établi une relation conjugale non cohabitante, mais envisagent prochainement de cohabiter, et plus tard de se marier. Michèle vient récemment de faire une fausse-couche.
Configuration 2 :
Anne-Marie est née en 1950 d’un père tailleur de pierre et d’une mère au foyer qui a eu 8 enfants. Elle a un CAP de broderie. Elle se marie l’année de ses vingt ans avec un homme, de quatre ans son aîné et issu d’un milieu très défavorisé. Il a son certificat d’étude et travaille épisodiquement. Il a perdu plusieurs de ses emplois pour ébriété. Ils ont ensemble trois filles (en 1970,1973 et 1974). Après 17 ans de mariage, elle le quitte car il boit et devient violent. Le divorce pour faute est prononcé en sa faveur deux ans plus tard, en 1989. Il lui verse très irrégulièrement une pension alimentaire fixée à 400 francs par enfant. Très rapidement, les filles ne veulent plus aller chez leur père. Un mois après avoir quitté son mari, en 1987, elle rencontre son conjoint actuel qui est célibataire et a 11 ans de moins qu’elle. Issu d’une famille de 10 enfants, il est agriculteur exploitant comme ses parents, qui n’ont guère apprécié cette liaison. Très rapidement, le couple s’installe chez Anne-Marie. Mais la situation devient vite intenable, les filles refusant ce jeune beau-père. Après ce bref essai infructueux de cohabitation, la relation se prolonge sur le mode non cohabitant, Anne-Marie partageant son temps entre ses filles et son conjoint. Moins d’un an après, elle est enceinte. Le problème de la cohabitation se pose donc à nouveau. Dans un premier temps, Anne-Marie continue de partager son temps entre ses deux lieux de résidence. Puis, progressivement elle laisse son appartement à sa fille. Un mois avant la naissance de l’enfant, elle prend un F2 avec son conjoint. Ses trois filles vont vivre seules pendant quelques mois. Mais les frais occasionnés par l’entretien des deux locations grèvent lourdement le budget du ménage. En outre, le jeune conjoint d’Anne-Marie trouve inacceptable que des adolescentes mènent seules leur vie dans un appartement indépendant, qu’il contribue à financer. L’été suivant, Anne-Marie décide de ne plus louer l’appartement, trouve une chambre meublée pour l’aînée qui a obtenu une bourse pour s’inscrire à l’université, et place la cadette, lycéenne dans un foyer. La dernière vient vivre avec elle, son nouveau conjoint et le bébé. Ils envisagent d’acheter une maison en dehors de la ville, malgré le faible niveau de leurs ressources.
Configuration 3 :
André est né en 1944 d’un père ouvrier et d’une mère gardienne d’immeuble. Il n’a aucun diplôme. Il est au chômage actuellement, après avoir été peintre en bâtiment. Il se marie en 1974 avec Odette, née en 1942, mère célibataire de deux enfants et issue d’un milieu défavorisé. André reconnaît les deux enfants d’Odette et ils ont ensemble un garçon en 1983. Après 11 ans de mariage, Odette abandonne le foyer pour vivre avec un autre homme. Le divorce pour faute est prononcé en 1987 aux torts d’Odette (alcoolisme et abandon). André éprouvant des difficultés pour s’occuper seul des enfants, ceux-ci lui sont retirés par la DDASS et placés. Il n’a plus aucun contact avec les deux enfants d’Odette qu’il a reconnus ; devenus majeurs, ils n’ont plus donné signe de vie. Il voit en revanche de temps en temps son fils qui est en famille d’accueil, mais n’a plus aucune relation avec son ex-conjointe, qui elle-même n’a pas cherché à revoir leur fils.
Quatre années après le départ d’Odette (en 1989), il rencontre Jeanne, qui a cinq ans de moins que lui. Elle aussi est issue d’un milieu défavorisé. Depuis 1972, elle est divorcée et vit seule. De son premier mariage, elle a eu quatre garçons (1960, 1961, 1965 et 1968). Deux vivent encore à la maison. Très rapidement, André cohabite avec Jeanne et ses enfants. André a deux objectifs principaux, étroitement liés : tout d’abord, retrouver du travail, car Jeanne ne travaille pas non plus, et ensuite, reprendre son fils afin qu’il vive dans cette « nouvelle famille ». André et Jeanne envisagent de se marier dès lors que ces deux conditions seront réunies. En attendant, il faut vivre à quatre... dans un F3.
Configuration 4 :
Martine est née en 1957 d’un père « inconnu » et alcoolique, et d’une mère employée de service dans une maternité. Cette dernière a pratiquement toujours vécu seule et ne s’est remise en couple que récemment. Martine est élevée par une nourrice jusqu’à sa majorité. Elle aura cependant d’assez nombreux contacts avec sa mère durant toute son enfance. N’ayant aucune qualification et pas plus de diplôme, elle cherche aussitôt du travail. Après une courte expérience en usine, elle est employée dans des champignonnières durant cinq années. Elle y rencontre Paul. Ils ont alors l’un et l’autre 18 ans. Lui aussi est d’origine très modeste. Martine est enceinte presque aussitôt. Ils se marient donc la même année, en 1975, mais elle fera une fausse couche. Les naissances vont ensuite se suivre : un garçon en 1976, une fille en 1977, un garçon en 1978 et une fille en 1980, l’année de leur séparation. En effet, Martine réalise que Paul la trompe depuis toutes ces années avec la même femme, qui le pousse au divorce. Ils engagent une procédure pour faute qui sera très conflictuelle (menaces, enlèvement d’enfants, etc.). Le divorce est prononcé en 1982 aux torts du conjoint. La pension alimentaire est fixée à 250francs par enfant. Du fait de sa situation sociale, Martine n’obtient la garde que sous tutelle. Elle bénéficie de l’Allocation de Parent Isolé pendant un peu plus de deux années. Paul verse très irrégulièrement la pension alimentaire, la première année, puis plus rien.
Après plusieurs tentatives de remise en couple (par le biais d’agences matrimoniales, notamment), Martine rencontre Roger durant l’été 1983, à la piscine. Il a trois ans de moins qu’elle, est célibataire et n’a pas d’enfant. Également issu d’un milieu très modeste, Roger a commencé à travailler à 16 ans. Depuis lors, il alterne les périodes de chômage, d’intérim et les petits boulots déclarés ou non (chauffeur de poids lourds, plomberie, soudeur/ferrailleur, etc.). Dès leur rencontre, Martine lui signifie clairement qu’elle a ses quatre enfants et ne veut pas vivre de relations sans lendemain. Roger ne s’effraie pas de cette situation. A la fin du même été, ils se mettent en couple et se marient en octobre 1983. Martine est heureuse d’avoir enfin trouvé un « père » pour ses enfants. Ceux-ci semblent d’ailleurs très bien l’accepter. Il est vrai qu’ils ne voient plus du tout leur père ; le plus âgé avait à peine 5 ans au moment de la séparation. Roger lui-même semble satisfait de son nouveau rôle. Une seule chose le gêne : le fait que les enfants aient gardé le nom de leur père. Assumant pleinement un rôle parental, Roger va manifester le désir d’instituer son rapport avec les enfants. Devant le refus de Paul d’assumer ses responsabilités de père, Martine et Roger vont faire des démarches pour procéder à une adoption. La menace d’une poursuite judiciaire pour non-versement de la pension alimentaire va conduire rapidement Paul à accepter d’être destitué de son autorité parentale. La procédure d’adoption plénière commence début 1986 et aboutit en novembre 1988. Martine et Roger ont eu un nouvel enfant ensemble en 1985.
Configuration 5 :
Les parents de Françoise sont des réfugiés espagnols. Ils ont ensemble deux enfants, un garçon en 1946 et Françoise, l’année suivante. Mais le père les abandonne à la naissance. La mère se remarie quelques années plus tard, en 1949, avec un autre immigré espagnol, maçon de son métier. Elle a quatre nouveaux enfants de cette union, trois garçons et une fille. En fait, pour Françoise, son beau-père est le seul père qu’elle ait jamais connu. Élevée dans ce milieu modeste, Françoise ne fera guère d’étude. Elle passe un CAP d’employée de collectivité, puis un diplôme d’aide-soignante. Elle exerce quelques temps l’une puis l’autre de ces activités avant d’être employée dans une entreprise jusqu’en 1972. Entre temps, elle rencontre André, son premier mari, qu’elle épouse en 1967. Du même âge qu’elle, André est le fils d’un ouvrier métallurgiste et d’une nourrice agréée. Il a lui aussi un CAP, de peintre en bâtiment. Sa vie professionnelle est assez instable : peintre, ouvrier, gardien de musée, entrecoupée de nombreuses périodes de chômage. En fait, il semble qu’il ait perdu plusieurs de ses places pour cause d’alcoolisme. Il est d’ailleurs interné en hôpital psychiatrique en 1976 pour cette raison.
Ils auront ensemble deux garçons, l’un en 1968 et l’autre en 1971. Les difficultés du couple sont telles que la famille fera l’objet d’une mesure d’Action Éducative en Milieu Ouvert. Le climat familial se dégrade encore par la suite. En 1974, Françoise décide de quitter le domicile conjugal avant d’obtenir que la police vienne en déloger son mari et d’engager une procédure de divorce pour faute. Celle-ci sera longue et très conflictuelle. Elle aboutit seulement trois ans plus tard aux torts du mari. Celui-ci obtient un droit de visite (un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires). La pension alimentaire est fixée à 150 francs par enfant et par mois. André exerce régulièrement son droit de visite au début, puis il confie les enfants à sa propre mère, toujours sous la supervision du personnel éducatif de l’AEMO. Trois ans plus tard, en 1980, il quitte la région et cesse d’exercer ses responsabilités parentales.
Françoise rencontre Daniel à la fin de l’année 1975. Il a un an de plus qu’elle et vient d’une famille dont le père est artisan-couvreur et la mère, fermière. Il exerce son métier de plombier-chauffagiste, d’abord comme salarié, puis, à partir de 1983, il tente de monter sa propre affaire, mais doit y renoncer. Il est lui aussi divorcé. Marié en 1969 à Monique, employée dans un hôtel, il a eu deux enfants : une fille en 1970, et un garçon en 1971. Leur séparation intervient en 1975 et leur divorce en 1978, pour cause d’adultère de Monique. Dans un premier temps, il obtient la garde des enfants et se fait aider de sa mère pour s’en occuper. Quand celle-ci devient paralysée, il redonne officiellement la garde à son ex-épouse et les reçoit le week-end, tout en versant une pension alimentaire. Monique refait sa vie avec Jacques et a deux nouveaux enfants avant qu’il ne la quitte.
La famille de Daniel désapprouve manifestement cette nouvelle relation avec Françoise. Celui-ci la maintiendra longtemps dans une semi-clandestinité. Pendant près de quatre années, Françoise vit en situation monoparentale, touche l’API, tout en voyant Daniel épisodiquement et « secrètement ». Ceci ne les empêchera pas de concevoir de nouveaux enfants ensemble : une fille en 1976, un garçon en 1981, puis une autre fille en 1983. Daniel ne reconnaîtra son premier enfant qu’en 1979. Françoise ne semble cependant pas se plaindre de cette situation. Elle s’en satisfait même, d’une certaine manière. Daniel, en revanche, éprouve progressivement une certaine gêne devant la quasi-liberté qu’affiche Françoise à l’extérieur. En 1979, il lui propose de venir vivre chez elle et fait tout pour officialiser leur union : certificat de concubinage, compte bancaire commun, démarche aux impôts, à la CAF, etc… En 1982, quelques mois après la naissance du dernier, ils se remarient après en avoir parlé aux enfants de Françoise. Leur famille comprend donc en dominante les deux enfants de Françoise, les trois nouveaux enfants de leur couple et, le week-end, les deux enfants de Daniel, soit au total neuf personnes dans un F3. Durant la semaine, en revanche, Daniel est toujours en déplacement.
Configuration 6 :
Gisèle est née en 1938 d’un père ouvrier aux ponts-et-chaussées et d’une mère femme de ménage. Elle a un certificat d’études primaires et un brevet de couturière. Elle se marie en 1958 avec Antoine, né en 1936, issu lui aussi d’un milieu ouvrier. Il travaille comme électricien. Ils auront ensemble une fille (en 1959) et un garçon (en 1960). Après six ans de mariage, Antoine demande le divorce. Gisèle accepte, elle vivait déjà la plupart du temps seule avec ses deux enfants, Antoine étant toujours parti « pour raisons syndicales ». Bien qu’il s’agisse de l’ancienne loi sur le divorce, le juge entérine les accords des deux conjoints, qui parlent d’ailleurs de « consentement mutuel ». Gisèle a la garde des enfants et Antoine exerce son droit de visite un week-end sur deux, a les enfants pendant la moitié des vacances et verse régulièrement une pension alimentaire établie à 100 francs par enfant en 1964. Antoine se remet rapidement en couple avec une mère-gardienne d’un enfant. Il aura avec elle un enfant qui meurt peu de temps après sa naissance. Gisèle et Antoine conserveront des rapports très cordiaux par la suite.
Un an après la séparation, Gisèle rencontre un divorcé, Claude, qui a neuf ans de moins qu’elle et est, lui aussi, issu d’un milieu ouvrier. Claude est boulanger. De son premier mariage (1951), il a eu trois garçons (1952, 1953, 1959), dont il a la garde. Le divorce (1962) a été prononcé en sa faveur, sa femme ayant abandonné le foyer avec leur dernier enfant pour vivre avec un homme dont elle aura trois nouveaux enfants. Claude récupérera son troisième enfant en 1967, mais son ex-femme ne lui versera jamais de pension alimentaire. Leurs rapports (quasi-inexistants) sont très conflictuels.
Gisèle vient habiter chez Claude, qui ne peut quitter sa boulangerie, quelques mois après leur rencontre. Ils établissent alors un certificat de concubinage. Soucieux d’instituer davantage leur union, mais aussi d’assurer leur avenir (problème de succession : les enfants ne pourront réclamer leur héritage qu’à la mort du second conjoint), ils se remarient en 1968.

S’installer ensemble et combiner les logiques

20Six configurations familiales appartiennent à ce milieu social moyennement doté en capital culturel, sachant qu’il s’agit uniquement de cohabitation. Logiques de pérennité et de substitution se combinent parfois dans ces configurations familiales.

Configuration 7 :
Evelyne est née en 1950 dans le nord de la France, d’un père artisan et d’une mère dessinatrice en dentelles. Elle suit des études jusqu’en terminale mais ne passe pas son baccalauréat. Elle se marie en 1971 avec Christian, éducateur spécialisé, qui a trois ans de plus qu’elle et dont le père est artisan et la mère aide-Ils auront ensemble deux garçons (1972, 1973) et une fille (1978). Après treize ans de mariage, ils font chambre à part, Christian ayant une liaison. Quand Evelyne aura elle aussi, un an plus tard, une relation, ils se sépareront, en 1985. Ils divorcent par consentement mutuel l’année suivante. Au départ, la garde est conjointe, mais dans les faits, Evelyne a la charge des enfants en dominante. Or, elle n’a que de faibles ressources : vacations épisodiques dans un centre équestre, qu’elle doit abandonner à la suite d’un accident, alors que Christian est devenu directeur pédagogique d’un établissement spécialisé du secteur social. Ils repassent en jugement en 1987 ; elle obtient une pension alimentaire de 1 000francs par enfant et il a les enfants un week-end sur deux et pendant la moitié des vacances. Ce léger différend apaisé, ils maintiennent de bonnes relations. Christian se remarie assez rapidement (1987) avec une célibataire, éducatrice de jeunes enfants, qui a 15 ans de moins que lui et avec laquelle il aura un enfant (1988).
Deux ans après la séparation, Evelyne rencontre un célibataire, Philippe, qui a 13 ans de moins qu’elle et dont les parents sont agriculteurs. Philippe a un BEP d’horticulture/paysagiste et tente de se mettre à son compte. Philippe vient vivre avec Evelyne et ses enfants, quelques mois après leur rencontre. Un an plus tard, ils attendent un enfant (1989). Tous les acteurs de la constellation familiale se connaissent et se parlent, même si ces rencontres restent rares.
Configuration 8 :
Solange est née en 1949 d’un père et d’une mère agriculteurs. Son enfance et son adolescence ont été fortement marquées par les crises de son père alcoolique, que sa mère, très croyante, subira toute sa vie. Bien que désireuse de continuer ses études, elle sera contrainte d’arrêter pour raison de santé et faute de bourses. Elle obtient néanmoins un brevet d’agent technique, mais ne peut passer le brevet de technicien agricole. Elle est aujourd’hui monitrice/éducatrice à mi-temps dans une institution spécialisée. Elle se marie avec Jacques (1972), parce qu’elle est enceinte. Jacques a deux ans de moins qu’elle. Il est issu d’une famille dont le père est ouvrier agricole et la mère, sans profession. Il a un CAP d’électricien. Ils auront ensemble deux garçons (1972,1977) et deux filles (1974,1975), sachant qu’elle fera deux fausses couches (1976). Elle se fera ligaturer les trompes après la naissance de son dernier enfant. Jacques est fréquemment absent. Elle apprend qu’il a une liaison, alors qu’elle est enceinte de sa dernière fille. Il se séparent après cinq années de mariage (1977). Après quatre ans de séparation, ils décident de divorcer par consentement mutuel (1981). Elle a la garde des enfants et Jacques les prend un week-end sur deux et pendant la moitié des vacances. Il verse régulièrement une pension alimentaire de 575 francs par enfant. Solange et Jacques maintiennent désormais de bons rapports. Ce résultat est néanmoins beaucoup plus l’œuvre de Solange qui, soucieuse que ses enfants n’aient pas à souffrir de cette séparation, intervient encore assez souvent, avec diplomatie, auprès de son ex-mari, qui vit désormais avec une divorcée, mère-de trois enfants.
Six ans après la séparation, Solange rencontre un célibataire, Gérard, qui a dix ans de moins qu’elle. Ses parents sont agriculteurs. Gérard a un CAP de peintre en bâtiment. Pendant deux années ils entretiendront une relation sans cohabiter afin de voir les réactions des enfants. Puis Gérard, qui est bien accepté, vient habiter chez Solange. Bien que Solange ait mis Gérard au courant de son incapacité d’avoir de nouveaux enfants dès le début de leur relation, celui-ci, qui est encore jeune, va en formuler le souhait. Solange ne voulant pas prendre le risque d’une opération très hasardeuse, elle va redonner sa liberté à Gérard, qui semble lui-même quelque peu affecté par cette issue de leur relation. Ils continuent d’ailleurs de se voir épisodiquement, y compris pour les enfants de Solange qui ne comprennent pas bien cette situation.
Configuration 9 :
Brigitte, née en 1957, est l’avant-dernière enfant d’une fratrie de six. Son père, cheminot, décède alors qu’elle a cinq ans. Sa mère, restée au foyer jusque-prend un travail d’employée dans une maison de retraite. Brigitte passe son baccalauréat, travaille quelques temps, puis entreprend des études d’infirmière. Elle exerce depuis en milieu hospitalier. Brigitte rencontre son premier mari Bruno, en 1975, au cours de ses études. Né en 1954 dans une famille de commerçants (ses parents tiennent un bazar-tabac en milieu rural), Bruno a lui aussi choisi après son bac, puis un DUT, de devenir infirmier. Il exerce actuellement comme infirmier spécialisé à l’hôpital. Ils se marient en 1976 et ont trois filles (1978 ; 1983 ; 1984). Travaillant par postes l’un et l’autre, ils passent leur temps à se croiser pour assurer la relève auprès des enfants. Lors de sa dernière grossesse, Brigitte réalise que Bruno a une liaison. Ils se séparent au 6ème mois de sa grossesse et engagent ensuite une procédure de divorce par consentement mutuel, qui aboutit en 1986. Brigitte obtient la garde des enfants. Elle touche TAPI le temps de sa grossesse. Bruno lui verse une pension alimentaire mensuelle de 500 francs par enfant et obtient un droit de visite classique : un week-end sur deux et la moitié des vacances. Leur relation restera sereine, même si Bruno n’exerce pas toujours pleinement son droit de visite durant les vacances.
Brigitte rencontre Gustave presque aussitôt après sa séparation, fin 1984. Il a dix ans de plus qu’elle et est en train de vivre une rupture beaucoup plus difficile. Gustave, fils de cheminot (son père était chef de gare et sa mère, standardiste au PTT), est le dernier d’une famille de quatre enfants. Après son BEPC, il passe trois CAP différents, puis fait l’école technique des Chemins de fer, ce qui l’amène à exercer plusieurs professions : roulant SNCF, mécanicien, diéséliste, ouvrier à l’arsenal, à la saviem, soudeur etc… Gustave quitte ses parents assez tardivement pour se marier en 1971 avec une teinturière, Valérie, qui est issue d’un milieu ouvrier. Ils ont ensemble quatre filles (1972 ; 1974 ; 1979 ; 1981). Gustave travaille d’arrache-pied, souvent dans des emplois précaires qu’il complète par du travail au noir pour assumer les besoins de sa famille nombreuse. Les problèmes de leur couple se cristallisent autour de questions financières. Valérie, restée au foyer, gère mal leur budget et les endette en ne remboursant pas des emprunts contractés pour accéder à la propriété. Après de nombreux et violents conflits, ils décident de se séparer en décembre 1984, à peu près au moment de la rencontre avec Brigitte. Valérie demande le divorce pour adultère. La procédure durera quatre ans. Elle obtient la garde des filles et une pension alimentaire mensuelle de 600 francs par enfant. Gustave a un droit de visite classique, mais il ne verra pratiquement jamais ses enfants, sauf lorsqu’il ira les chercher accompagné par les gendarmes. Mais ses filles seront insupportables au point où il décide de renoncer à les voir dans un tel « climat de haine ». Les conflits porteront également sur la prestation compensatoire qu’il refuse de payer. Il sera condamné à six mois de prison avec sursis et cinq ans de mise à l’épreuve. Il perdra à peu près tout dans cette rupture.
Comparativement, sa relation avec Brigitte est un véritable havre de paix. Trois mois après leur rencontre, ils se mettent en couple chez elle. Elle a un travail stable. Elle fait construire une maison (Daniel l’aidera en lui offrant sa main d’œuvre), tout en tenant compte qu’ils peuvent avoir les filles de Gustave durant certaines périodes. Elle a trois filles qui sont beaucoup plus douces avec lui que ses propres filles et avec lesquelles il a réussi à instaurer un rapport éducatif. Sans se substituer au père qui les voit régulièrement, il a des relations cordiales avec les filles de Brigitte, qui l’acceptent sans problème. En 1988, ils ont ensemble un petit garçon, le seul de la famille. Brigitte et Gustave évoquent même la possibilité de se remarier, maintenant qu’ils sont sortis de la période de crise. D’ailleurs, leurs ex-conjoints respectifs ont l’un et l’autre refait leur vie. Bruno s’est remarié et a eu deux nouveaux enfants. Valérie revit en concubinage et a également un nouvel enfant. Brigitte et Gustave ont même le projet de quitter leur travail respectif, pour ouvrir un commerce ensemble.
Configuration 10 :
Madeleine, née en 1936, est la benjamine d’une famille de quatre enfants, dont la mère est au foyer et le père, ouvrier au Gaz de France. Elle poursuit ses études jusqu’en troisième. Elle se marie en 1957 avec Hubert, un agent administratif employé dans une compagnie pétrolière au Maroc. Il est le fils d’un officier de marine responsable d’un grand port militaire et d’une mère au foyer. Il a quinze ans de plus qu’elle. Leur mariage a lieu au Maroc, contre l’avis des parents. Ils y resteront deux ans. De cette union vont naître trois enfants : deux filles (1961 ; 1962) et un garçon (1968). À leur retour du Maroc, Madeleine, qui n’a jamais travaillé, et Hubert qui n’a aucune qualification précise, décident de monter une petite affaire d’auto-école. Elle assure le secrétariat et lui donne les leçons. L’affaire reste fragile commercialement. Leur séparation intervient en 1969 pour cause d’adultère de Hubert. Ils resteront ainsi, sans engager de procédure, durant près de dix ans. Hubert repart aussitôt au Maroc avec la femme qu’il a rencontrée et qui vient d’y obtenir un poste d’enseignante. Il ne reviendra définitivement qu’en 1976, seul. Entre temps, il ne verra les enfants que pour les fêtes, les anniversaires, les communions, etc. Avec son départ, Madeleine devient responsable de l’agence « par interim », car seul son ex-mari a le droit de l’exploiter. Elle le restera jusqu’en 1977 et va redresser l’affaire. En 1978, ils décident de divorcer selon la formule du demandé/accepté (elle demande). La séparation de biens n’intervient, en revanche, qu’en 1989. Madeleine obtient officiellement la garde des enfants et lui un droit de visite classique. Du point de vue des biens, à son retour du Maroc, elle propose de faire construire une maison avec un prêt commun. Leur arrangement est le suivant : il reprend l’agence et elle garde la maison. Madeleine conserve une très bonne impression de cette longue séquence monoparentale (six ans). Elle y fait l’apprentissage de son autonomie, se réalise professionnellement, relève des défis et vit bien avec ses trois enfants. Aussi, quand elle rencontre Jacques en 1975, elle ne manifeste pas le désir de vivre avec lui, mais préfère la non cohabitation.
Jacques, divorcé, a douze ans de plus qu’elle. Fils de commerçants, il a repris l’affaire de ses parents après la guerre, alors qu’il avait au préalable passé son bac et un brevet d’officier de la marine marchande. Il fait de ce commerce une importante affaire. Il s’était marié en 1945 avec Claudine et avait eu deux enfants (1946 ; 1950). Après dix ans de simulacre de vie conjugale (chambre à part et absence complète de dialogue), il décide de rompre, « le jour de ses 50 ans ». Il prend alors un appartement. Sa femme refuse le divorce pendant de nombreuses années, et ce d’autant plus à partir de sa rencontre avec Madeleine. Ce sont les enfants, alors adultes, qui vont permettre que les choses se régulent. En 1982, les affaires commerciales commençant à péricliter, elle accepte une séparation de biens. Puis, ils entreprennent un divorce par consentement mutuel qui sera prononcé en 1989.
Bien qu’il vive la majeure partie du temps chez Madeleine, Jacques conserve son logement durant cinq années. Ils ne cohabitent qu’à partir de 1980. Madeleine avance un double argument. D’une part, le fait de ne pas imposer un homme à la maison à son fils qui vit encore avec elle. D’autre part, ne pas prendre le risque d’aliéner une autonomie précieuse. Lorsqu’ils choisissent de cohabiter dans la maison de Madeleine, son fils a vingt-deux ans. Jacques et Madeleine envisagent aujourd’hui de se remarier. Ils font même pour cela étudier ce projet par leurs notaires, de façon à en évaluer l’intérêt.
Configuration 11 :
Marie-Thérèse est née en 1950. Elle a deux sœurs aînées et un frère plus jeune. Elle fait ses études secondaires et passe un BEP de dactylo. Son adolescence est marquée par le décès de sa mère, qui était sage-femme, dans un accident de voiture. Le père, mécanicien, souffre d’alcoolisme et se montre violent avec les enfants, surtout le dernier. Il sera destitué de son autorité parentale un an après la mort de sa femme, et le jeune garçon sera placé. Craignant la violence du père, Marie-Thérèse, comme ses sœurs aspire avant tout à quitter le foyer familial. Elle rencontre Albert dans sa dix-neuvième année. Il a deux ans de plus qu’elle et est issu d’une famille très croyante et traditionnelle. Sa mère est sans profession et son père chef de service dans une administration. Il a un CAP de vendeur. Ils se marient en 1969 et ont une fille la même année. Après quatre années de vie commune sans bonheur et des accrochages fréquents liés au fait qu’Albert joue aux courses, ils se séparent. Leur divorce (pour faute) intervient l’année suivante, en 1974. Marie-Thérèse obtient presque aussitôt l’autorisation de résidence séparée, puis le divorce est prononcé aux torts du mari. Elle obtient la garde de l’enfant ; lui a un droit de visite classique. Après leur séparation, Albert retourne vivre chez ses parents. Il voit très peu son enfant et ne versera presque jamais la pension alimentaire. Il se remarie en 1987 avec la partenaire qu’il a depuis près de 10 ans et ils ont ensemble un enfant. Il est chômeur de longue durée depuis six ou sept ans.
Trois mois après sa rupture, Marie-Thérèse rencontre Jean-Claude. De huit ans son aîné, il est issu d’un milieu un peu plus aisé et a poursuivi ses études. Après son baccalauréat, il devient professeur d’éducation physique. Il est lui-séparé depuis quatre ans lors de leur rencontre. Marié en 1964, il a eu de cette première union une fille l’année suivante. Sa femme le quitte pour un autre homme en 1970 et lui laisse la charge de l’enfant. Elle lui demande cependant, quelques années plus tard, une pension alimentaire. Ils engagent alors une procédure de divorce pour faute, qu’il gagne en 1974. Il obtient donc la garde officielle de leur fille. Celle-ci souhaitera rejoindre sa mère l’année de ses treize ans, mais elle revient au bout d’un an. Durant cette période seulement, il lui verse une pension de 150 francs mensuels. De retour au foyer du père, la pension est maintenue dans l’autre sens. Marie-Thérèse et Jean-Claude se rencontrent donc presque immédiatement après leurs divorces respectifs. Ils se mettent en couple en 1975, ont une fille et achètent une maison en 1976. Ils ont aujourd’hui le projet de se remarier, notamment en prévision des problèmes que poserait l’héritage dans leur cas.
Configuration 12 :
Sylvie est née en 1958 d’une mère-célibataire qui était aide-soignante. Elle connaît néanmoins son père qu’elle voit toujours. Après avoir échoué au baccalauréat, elle suit des cours aux beaux-arts. Quelques années plus tard, afin d’avoir un métier, elle passe le diplôme d’aide-soignante. Depuis un peu plus de deux ans, elle vend des bijoux fantaisie sur les marchés. Sylvie s’est mariée en 1977 avec Antoine qui a le même âge qu’elle. Issu d’un milieu modeste (parents commerçants), Antoine, qui a un niveau de fin d’études secondaires, consacre sa vie à sa passion, la voile. Il convoie des voiliers, retape des bateaux et participe à des régates. Les revenus du ménage sont de ce fait assez aléatoires, puisque Sylvie ne travaille pas. Leur vie de « port en port » s’accommode cependant de cette précarité pendant plusieurs années. Ils achètent ensemble un bateau à crédit qu’ils remettent en état. La vie itinérante et insouciante devient alors de plus en plus sédentaire. Amarré au quai du port de C.., le bateau devient leur lieu de résidence, et Sylvie travaille comme aide-soignante pendant un an. En 1985, ils ont un fils. Aux problèmes financiers traditionnels, s’ajoutent alors les tracas liés au fait d’assumer un rôle parental. Rapidement, il apparaît que cette nouvelle charge n’est pas très compatible avec leur mode de vie. Naissent ainsi des conflits qui amènent la rupture. En 1987, Sylvie part avec son fils. Le moment de crise le plus aigu passé, les rapports avec Antoine se régulent, et leur relation devient amicale. Ils divorcent par consentement mutuel en 1988. Sylvie a la garde de l’enfant ; Antoine obtient un droit de visite classique et doit verser une faible pension alimentaire qu’il ne peut honorer vu ses problèmes financiers. Compréhensive, Sylvie ne lui demande rien, car il assume pleinement son rôle de parent non-gardien et la « dépanne » souvent quand elle fait les marchés.
Moins d’un an après sa séparation, Sylvie rencontre Alban qui a le même âge qu’elle et fait aussi les marchés. Il est issu d’une famille de deux enfants, dont le père est chef de rayon dans un grand magasin et la mère, sans profession. Alban a lui aussi, mais sur un autre registre une trajectoire de bohème. Après son échec au baccalauréat, il suit des cours aux beaux-arts pendant deux ans, puis satisfait sa passion, la musique, en jouant dans divers groupes. En l’absence de contrat, il fait des remplacements d’éducateur sans en avoir le titre. Lassé de cette existence itinérante et principalement nocturne, il se met à l’artisanat, puis fait les marchés pour vendre ses créations. En 1977, Alban a eu une petite fille avec sa copine de l’époque, Brigitte, issue d’un milieu aisé, mais faiblement doté en capital culturel. Alors que leur fille n’a pas encore deux ans, Brigitte le quitte, ne pouvant plus supporter son mode de vie. Elle part à l’étranger pendant deux ans avec un autre homme, sans donner signe de vie. Alban « redécouvre » sa fille lorsqu’elle a quatre ans. Et pour lui, les ennuis commencent. Brigitte intente un procès pour abandon d’enfant. Comme ils n’étaient pas mariés, le tribunal se déclare incompétent, mais accepte néanmoins que leur fille porte le nom de sa mère puisque c’est elle qui l’a assumée. Antoine accepte néanmoins de verser une pension alimentaire de près de 1 000francs par mois, pourvu qu’il puisse voir sa fille de temps à autre. Celle-ci a désormais 12 ans. Elle est cependant toujours au centre des conflits qui ponctuent les rapports épisodiques de Brigitte et Alban. Bien qu’elle aime son père, qu’elle appelle par son prénom, elle se sent visiblement plus proche de sa mère avec laquelle elle a passé l’essentiel de son existence, et qui revit désormais avec un médecin.
Sylvie et Alban sont ensemble depuis près de trois ans désormais, mais ils n’ont guère de projets en commun. S’ils ont d’une certaine manière le même travail, ils souhaitent conserver une autonomie professionnelle : Sylvie s’est spécialisée dans la revente de bijoux, alors qu’Alban vend ses propres créations artisanales. Ils n’envisagent pas pour l’instant de se mettre ensemble. S’ils sont d’accord pour trouver un autre logement, si possible une maison un peu en dehors de la ville, Brigitte ne veut pas entendre parler d’accession à la propriété, alors qu’Alban y est favorable. S’ils récusent la perspective d’un mariage, Alban ne semble pas opposé au fait d’avoir un enfant, alors qu’il n’en est pas question pour Brigitte.

Pérennité et auto-régulation : la recomposition sous conditions

21Douze configurations appartiennent à ce milieu social doté d’un capital culturel élevé : deux cas de conjugalité non cohabitante (configurations 13 et 14), huit cohabitations (configurations 15 à 22), et deux remariages (configurations 23 et 24).

Configuration 13 :
Annie est née en 1940, dans une famille de sept enfants, dont le père est ingénieur électricien et la mère au foyer. Elle poursuit ses études jusqu’au doctorat. Elle est maintenant chercheur dans une université. Elle se marie en 1967 avec Pierre, qui a deux ans de plus qu’elle. Son père était contrôleur à la sécurité sociale et sa mère sans profession. Agrégé du secondaire, il enseigne à l’université. Ils auront ensemble un garçon (1972) et trois filles (1973,1979-des jumelles). Après 16 ans de mariage, ils se séparent (1983). Pierre a une liaison. En 1986, un jugement de séparation de biens et de corps est prononcé. Ils divorcent par consentement mutuel trois ans plus tard. Annie a la garde des enfants et Pierre les prend, en théorie, un week-end sur deux et pendant la moitié des vacances. Pierre verse régulièrement une pension alimentaire fixée à 1000 francs par mois et par enfant. En fait, ils ont institué entre eux un système plus souple qui prend en compte le désir des enfants et les contraintes professionnelles de chacun. Le plus souvent, Pierre, dont l’appartement est trop exigu pour recevoir tous les enfants, exerce son droit de visite chez son ex-femme, qui a gardé la maison. Une petite chambre lui est réservée. La « famille d’origine » se retrouve donc épisodiquement dans un même lieu de vie, mais Pierre et Annie n’ont plus aucune relation sexuelle. De la même façon, ils passent chaque été quinze jours de vacances tous ensemble.
Après la séparation, Pierre noue une relation non cohabitante avec une divorcée, mère-gardienne de deux enfants. Un an plus tard, cette relation est rompue. Il vit seul désormais. Depuis la séparation, Annie entretient elle aussi une relation non cohabitante avec Raymond, un ancien collègue qui a le même âge qu’elle, mais qui vit désormais à P.... Raymond est chercheur au CNRS. Il est toujours marié, bien qu’il ne vive plus avec sa femme qui réside dans le sud de la France avec ses deux enfants. Il s’agit d’un mode de vie choisi de commun accord. L’un et l’autre ont aussi décidé de ne pas divorcer. Ils s’accordent une liberté mutuelle et se retrouvent de temps à autre, pour être avec leurs enfants, qui vont bientôt quitter le domicile. Annie et Raymond n’ont aucun projet de faire évoluer cette situation et semblent se satisfaire de cette relation régulière et distante. La non-cohabitation est ici manifestement un mode de vie choisi délibérément.
Configuration 14 :
Célestine est née en Algérie en 1956. Son père y travaille comme instituteur et sa mère, comme secrétaire. De retour en France, elle fait ses études secondaires, passe son baccalauréat et décide de rester en Métropole, lorsque ses parents entreprennent de repartir, pour les Antilles cette fois. Elle suit alors une formation d’éducatrice spécialisée. En 1975, elle rencontre Patrice, qui a un an de plus qu’elle et qui poursuit des études supérieures de psychologie, après avoir été éducateur, lui aussi. Ils vivent ensemble deux ans, contre l’avis des parents de Célestine. En 1977, elle est enceinte. La pression familiale est telle qu’ils décident de se marier, mais elle fera une fausse couche peu de temps avant. Ils ont ensemble deux garçons (1980, 1981). Célestine décide de quitter son mari en 1985, car il a une liaison qui dure depuis un moment et, entre temps, elle a rencontré Florent. Elle laisse pratiquement tout derrière elle. Ses parents, qui n’ont jamais vraiment apprécié cette union, l’aideront à se réinstaller. Un an après, ils engagent une procédure de divorce par consentement mutuel qui aboutit en 1987. Célestine ne tient qu’à une seule chose : avoir le droit de garde. Vivant à quelques kilomètres l’un de l’autre, ils mettent au point un système de garde alternée, un jour sur deux, un week-end sur deux. Les enfants sont avec leur mère la majeure partie des vacances scolaires, lui ne les ayant que quinze jours. C’est ce qui sera « entériné » par le juge. Il n’y a donc pas de pension alimentaire, mais là encore un arrangement : ils conservent un compte joint sur lequel ils versent chacun un dixième de leurs salaires respectifs. Patrice a depuis lors une nouvelle partenaire, séparée avec un enfant, avec laquelle il ne partage que les week-ends.
Florent a six ans de plus que Célestine, et dirige l’établissement dans lequel elle travaille. Il est le benjamin d’une famille de deux enfants, sa sœur aînée étant handicapée. Son père, conservateur d’un musée, et sa mère, employée de banque, se séparent quand il a deux ans. Sa sœur est confiée à son père et il reste avec sa mère. L’un et l’autre se remarient. Sa mère, en 1956, alors qu’il a six ans. Il a de ce côté un demi-frère de onze ans son cadet. Sa mère se séparera à nouveau en 1965. Son père aussi a deux nouveaux enfants : deux garçons (1957 ; 1958), dont l’un est autiste. Il divorcera à nouveau, lui aussi. Florent ne reprend contact avec son père que tardivement, lors de sa dix-neuvième année. Ils établissent dès lors un lien très fort, à tel point que son père sera assez étroitement associé à son histoire conjugale. Lorsqu’il rencontre Célestine, Florent vit lui aussi une rupture. Il s’était marié en 1970 avec Solange, une institutrice issue d’une famille rurale. Ils se sont rencontrés un an avant leur mariage, lors d’une colonie de vacances. Ils ont eu deux garçons (1977,1983). Leur vie conjugale n’est guère heureuse. Ils semblent n’avoir ni les mêmes envies, ni les mêmes projets. Même leurs conceptions des rôles parentaux diffèrent. Florent trouve que sa femme est trop traditionnelle, et en même temps pas assez maternelle. Il fera plusieurs tentatives de séparation. La première a lieu entre les deux naissances. Il revient au foyer conjugal, notamment sous l’influence de son père. Ils décident alors de retenter leur chance ensemble. Ils achètent une maison et ont leur deuxième garçon. Mais en 1984, Florent la quitte définitivement. Il a cependant un seul souci : avoir au moins partiellement la garde des enfants, dont il s’est finalement occupé en dominante. La procédure de divorce par consentement mutuel sera longue. Elle débute en mai 1985 et aboutit en novembre 1987. S’il accepte de laisser derrière lui la majeure partie du patrimoine de leur couple, il négocie en revanche le principe d’une garde alternée. Le juge, qui n’apprécie pas cette formule et soupçonne Florent de vouloir échapper à une pension alimentaire, incite sa femme à obtenir la garde. Une période plus conflictuelle s’engage alors. Ils envisagent même de recourir au divorce pour faute. En fait, l’un et l’autre ont déjà alors un nouveau partenaire, avec lequel ils ne vivent pas. Suivant les conseils de leurs avocats, ils se replient alors sur la formule de la garde alternée : un jour sur deux, un week-end sur deux et la moitié des vacances.
Florent et Célestine vivent depuis leur rencontre dans des appartements séparés de la même résidence, l’un en face de l’autre. Leur vie est une alternance de jours ou de week-ends avec chacun leurs enfants de leur côté, et de jours ou de week-ends en couple, plus quelques moments, dosés avec attention, où ils sont tous ensemble. Célestine aspire ouvertement à revivre en couple et considère que leurs enfants devraient s’y adapter peu à peu. Florent, qui éprouve une certaine culpabilité au sujet des effets des ruptures et des seconds couples sur les enfants, ne parvient pas à envisager autre chose que d’attendre ainsi que les enfants soient assez autonomes pour pouvoir vivre sa vie conjugale librement. Il est vrai que son fils aîné n’accepte pas vraiment cette nouvelle union.
Configuration 15 :
Gérard est né en 1950. Son père était militaire de carrière et sa mère sans profession, puis employée de bureau à la mort de son mari. Gérard a un Capes d’éducation physique. Il se marie en 1978 avec Sylvie, après cinq ans de vie commune. Professeur d’éducation physique également, Sylvie est issue d’une famille dont le père est enseignant et la mère institutrice. Ils auront ensemble deux garçons (1977,1980). Ils se séparent en 1984, principalement pour incompatibilité de caractère. Leurs divergences sont multiples : modes de vie, styles éducatifs, etc. Ce dernier conflit va s’amplifier suite à leur rupture. Bien évidemment, les enfants sont les premiers à supporter ce climat de tension permanente que renforce une indécision en matière de garde. Dans un premier temps, Gérard part de la maison dont ils étaient propriétaires à la périphérie de C... Il assume néanmoins la garde des enfants la moitié du temps, à son ancien domicile, où réside toujours son ex-conjointe. Après, ils décident ensemble de prendre un appartement en ville. Les enfants y résident en permanence, Gérard et Sylvie se relayant pour les prendre en charge. Puis, l’un et l’autre ayant un logement plus spacieux, ce sont les enfants qui vont d’un appartement à l’autre, toujours pour la moitié du temps. Enfin, aucune des situations antérieures n’ayant été véritablement satisfaisante pour les enfants, ils décident que ceux-ci doivent avoir un domicile principal. Gérard ayant pris une maison à côté de leur collège, c’est lui qui en aura la garde en dominante ; Sylvie les prendra une soirée par semaine, un week-end sur deux et la moitié des vacances. Un an après ils divorcent par consentement mutuel (1986) et entérinent la situation actuelle avec une autorité parentale conjointe. Sylvie lui verse une pension alimentaire de 1 000 francs par enfant.
Peu de temps après la séparation, Gérard rencontre une célibataire, Béatrice, qui a huit ans de moins que lui. Béatrice, dont le père et la mère étaient laborantins dans un lycée, est infirmière anesthésiste. Pendant quatre années, leur relation sera non cohabitante. Béatrice n’était visiblement pas prête à franchir le pas, à s’imposer en tant que belle-mère à des enfants qui étaient confrontés à une relative instabilité, le problème de la garde n’ayant été clarifié que plus tard. Mais en 1989, elle attend un enfant. Béatrice vient alors habiter avec Gérard et ses enfants, bien qu’elle redoute cette situation. Elle n’a d’ailleurs pas véritablement le sentiment de venir « constituer » une famille, mais plutôt de « s’agréger » à un foyer pré-existant.
Configuration 16 :
Marie, infirmière, est née en 1951. Son père est chef de chantier et sa mère pharmacienne. Elle se marie en 1973 avec Bertrand, qui a le même âge qu’elle et commence des études de médecine. Son père était représentant chez Renault et sa mère institutrice. Ils auront ensemble un garçon (1974) et deux filles (1977, 1981). Pendant leur vie de couple, qui semble idyllique, Marie travaille, et donc paie les études de médecine de Bertrand. Après huit années de mariage, Bertrand lui annonce qu’il en aime une autre et la quitte. Le caractère soudain de cette rupture affecte profondément Marie. Ils parviennent néanmoins à établir ensemble des règles en matière de visite des enfants (un week-end sur deux et la moitié des vacances). Bertrand verse une pension alimentaire de 1 000 francs par enfant. Le divorce par consentement mutuel, qui n’intervient qu’en 1988, entérinera ces accords. Marie et Bertrand n’ont aucun conflit apparent, mais celui-ci refuse de la rencontrer. Ils règlent les problèmes liés à l’éducation des enfants par téléphone. Selon elle, Bertrand éprouverait un sentiment de culpabilité : tout d’abord, lié au fait qu’il a été moteur de la rupture, pour une aventure sans lendemain ; ensuite, parce qu’elle lui a, d’une certaine manière, payé ses études. De plus, par dépit-toujours selon Marie-, il se serait mis en couple avec une jeune femme qui ne lui correspond pas et dont il a honte, bien qu’il ait eu avec elle deux nouveaux enfants.
Deux ans après leur séparation, Marie noue une relation non cohabitante avec un célibataire, Benoît, qui a sept ans de moins qu’elle. Technicien supérieur en informatique, il est issu d’une famille dont le père est fonctionnaire à l’hôtel des finances et la mère sans emploi. Trois ans après leur rencontre, Benoît vient habiter avec Marie et ses enfants. Deux ans plus tard, ils ont un enfant ensemble et établissent un certificat de concubinage. Il n’est cependant pas question de remariage.
Configuration 17 :
Corinne est née en 1957 d’un père restaurateur et d’une mère au foyer. Elle se marie à seize ans avec Daniel, fils d’un petit industriel qui devient chef d’entreprise et d’une mère au foyer, car ils attendent un enfant. Leur fils est né deux mois après le mariage. Daniel et Corinne font l’école normale et deviennent instituteurs. Ils se séparent quatre années plus tard ; elle a tout juste vingt ans. Les circonstances de leur union très précoce (légitimation d’un enfant à venir alors qu’elle a 16 ans et lui 17 ans) expliquent probablement cet échec. Mais au-tout les oppose : Didier, fortement influencé par son milieu familial est très conservateur, alors que Corinne qui a pris ses distances à l’égard du sien, milite dans des groupes d’extrême gauche et s’implique dans les mouvements féministes. Ils divorcent par consentement mutuel en 1980. Corinne a la garde de l’enfant et Didier le prend un week-end sur deux et pendant la moitié des vacances et verse une pension alimentaire de 960francs, sur onze mois, estimant qu’il n’a pas à la payer quand il a son fils pendant un mois de vacances. Très conflictuelles au départ, les relations entre Corinne et Didier sont devenues inexistantes, leur fils, qui a désormais 16 ans, « gérant » de façon autonome ses rapports à ses parents séparés. Didier se remarie avec une institutrice quelques années plus tard. Ils ont ensemble deux enfants. De son côté, après avoir exercé plusieurs années comme institutrice, Corinne reprend des études, obtient une licence, et passe le concours pour devenir conseillère d’orientation.
Corinne tient à son autonomie. Durant les six années qui suivent sa rupture, elle fait plusieurs rencontres, mais ne les stabilise jamais. Jusqu’en 1984, année où elle rencontre Marc, un célibataire, éducateur spécialisé. Son père travaille dans un cabinet d’architecte et sa mère a élevé les six enfants de la famille. Sept mois après leur rencontre, Marc vient habiter avec Corinne et son fils. S’ils n’ont pas encore d’enfant ensemble, cette possibilité n’est pas écartée. L’un et l’autre y pensent, Corinne ayant conscience du fait qu’il pourrait être bon pour Marc de faire l’expérience de la paternité et ne pas devoir se limiter à un rôle de beau-père. En revanche, il n’est pas du tout question de mariage. La cohabitation correspond à l’idée qu’ils se font de la famille et du couple.
Configuration 18 :
Vanessa est née en 1956 d’un père cadre dans une maison d’import-export et d’une mère, qui a un niveau bac, mais n’exerce pas de profession. Quand elle a un an, ses parents se séparent. Elle ne rencontre son père qu’à l’âge de dix-huit ans. Sa mère se met en couple peu de temps après avec un chirurgien-dentiste, que Vanessa considère comme son père. Sa mère meurt quand elle a quatorze ans. Elle va vivre chez ses grands-parents, et sera séparée de son demi-frère et de sa demi-sœur. Vanessa est institutrice. À dix-neuf ans, elle se marie avec Dominique-vingt-quatre ans, alors étudiant en lettres-, car ils attendent un enfant. Dominique est issu d’une famille dont le père est cadre dans une compagnie d’assurances et la mère, femme au foyer, Il poursuit ses études et obtient un poste d’enseignant à l’Université. Après quatre années de mariage, ils se séparent, tant pour incompatibilité de caractère qu’en raison de leurs orientations : Vanessa fréquente les milieux artistiques, alors que Dominique préfère « ses livres ». Leurs relations restent néanmoins cordiales, mêmes si elles ont été conflictuelles au moment de la séparation. Ils règlent eux-mêmes le problème de la garde en instaurant des modalités prenant en compte leurs contraintes et desiderata. La première année, l’un et l’autre ont leur fils à charge une semaine sur deux. Par la suite, Vanessa le garde en dominante et Dominique lui verse une pension alimentaire. En 1983-84, Vanessa se met en disponibilité pour tenter une autre voie : le théâtre et Dominique reprend l’enfant. Ils reviennent ensuite au système antérieur, que le jugement de divorce par « demandé-accepté » entérine en 1987. Dominique lui verse une pension alimentaire de 700 francs et prend son fils chaque week-end, ainsi que pendant la moitié des vacances. Ce système connaît une nouvelle inflexion lorsque Dominique se met en couple, deux ans plus tard, avec une mère-gardienne (non encore divorcée) de deux enfants, directrice d’un organisme de formation. Dominique ne prendra alors son fils qu’un week-end sur deux.
Après la séparation, Vanessa vivra en couple successivement avec trois conjoints différents. Puis elle rencontre un célibataire, Thierry, avec lequel elle vit actuellement. Thierry-qui a trois ans de moins qu’elle, et dont le père est patron d’une petite entreprise de nettoyage et la mère, femme au foyer-, est musicien et n’a que le BEPC. Ils ont ensemble un fils en 1988 et attendent actuellement un autre enfant. Tous ces acteurs de la configuration familiale se connaissent, et les relations sont plutôt cordiales, mêmes si les perspectives divergent sur nombre de points.
Configuration 19 :
Christian est né en 1952. Il est l’aîné d’une famille de cinq enfants, dont le père est industriel et la mère au foyer. Il poursuit ses études jusqu’au baccalauréat. Son adolescence est marquée par le divorce de ses parents auquel il sera largement associé. Sa mère obtient la garde des enfants, mais il décide dans le courant de sa dix-septième année d’aller vivre chez son père, qui semble tout à fait désespéré et solitaire. Il ira ensuite vivre chez sa tante et son oncle qui lui fourniront un important support. Mais eux aussi vont divorcer et il sera au moins autant pris à partie dans leur conflit conjugal. Son père se remarie en 1973 et redivorce en 1982. Sa mère se remarie en 1979. Son oncle et sa tante se remarient eux aussi chacun de leur côté. Entre temps, et après avoir exercé quelques petits boulots, il décide de suivre la formation d’éducateur spécialisé. Il est diplômé en 1978, à 26 ans. Il travaille dix ans, puis fait une formation complémentaire pour devenir directeur d’établissements prenant en charge des enfants inadaptés. En 1978, il rencontre Laure, une infirmière. Elle a cinq ans de plus que lui, a déjà deux filles (1972, 1974) et est en cours de divorce. Le père de ses deux enfants disparaît totalement de leur vie. Christian et Laure se marient l’année suivante. Ils auront ensemble un garçon (1980) et achètent une maison. Après sept ans de vie commune, leur relation se dégrade. En 1985, l’année où il entreprend sa formation complémentaire, ils se séparent et, en juin, engagent une procédure de divorce par « demandé/accepté ». Il obtient une garde conjointe pour son fils (une semaine sur deux). En revanche, son ex-femme ne l’autorise pas à revoir ses deux filles, bien qu’il ait établi avec elles un rapport quasi-durant sept ans. Il se retrouve donc contraint d’accepter la volonté de leur mère qui veut le tenir à l’écart. Laure ne reforme pas de nouveau couple.
Il reste seul environ une année, puis rencontre Marie-Anne. Elle a le même âge que lui et vient d’une famille d’agriculteurs, dont le père est décédé alors qu’elle avait huit ans. Après des études supérieures de lettres modernes, elle travaille comme éducatrice. Elle a vécu elle aussi en couple pendant dix ans, mais sans mariage, ni enfant. Elle en sort à peine lorsqu’elle rencontre Christian en avril 1986. Ils décident de s’installer ensemble, à la fin de la même année et ont un garçon l’année suivante. Ils n’ont pas de projet de remariage.
Configuration 20 :
Marie est née en 1956. Son père travaille dans le tourisme et sa mère dans l’administration judiciaire. Elle fait des études supérieures de psychologie. En 1979, elle se marie avec Bernard, un homme du même âge, qui a la même formation. Il vient d’une famille de six enfants, dont le père, décédé, tenait un important commerce. Ils ont ensemble une fille en 1980. Marie quitte Bernard pour Bertrand en 1984. Ils n’envisageront le divorce qu’en 1991, sept ans plus tard. Ils mettent donc au point ensemble un système de garde alternée, sachant que Bernard verse une pension alimentaire mensuelle de 600 francs. Bertrand, médecin, a six ans de plus que Marie. Trois ans après leur rencontre, ils ont ensemble une fille que Bertrand reconnaît. Mais leur vie commune se dégrade peu à peu, Marie ne parvenant pas à trouver son équilibre dans ce nouveau couple. Elle le quitte en 1989, après quelques écarts conjugaux, pour vivre avec David. Bertrand et Marie se mettent d’accord pour qu’elle garde leur fille en dominante et qu’il lui verse une pension alimentaire de 1500 francs. Lui conserve un « droit de visite » régulier, deux jours par semaine et un week-end sur deux.
David a quatre ans de plus que Marie. Il a fait des études supérieures de lettres et enseigne en faculté. Il est issu d’une famille de trois enfants, dont le père et la mère étaient cadres dans une administration. Il est divorcé et père non-d’un garçon de quatorze ans. Il s’était marié en 1975 avec Valérie, une enseignante, née en 1956. Leur séparation intervient en 1979, sachant qu’ils sont restés près de dix ans sans engager de procédure de divorce, l’un et l’autre estimant qu’il était préférable pour leur fils de maintenir la situation juridique existante. Tout est donc négocié à l’amiable. Ils ont pendant une première et brève période mis au point un système de garde alternée. Puis, elle prend l’enfant en dominante, lui le recevant un week-end sur deux et la moitié des vacances. Il verse une pension alimentaire mensuelle de 300 francs, au départ, qui évoluera au fil du temps et de leurs négociations jusqu’à 800francs. Il reste dix ans sans partenaire fixe. Leur divorce, qui intervient en 1988, entérine leurs accords. Valérie refait sa vie avec Gilbert, un artiste. Ils ont eu depuis deux enfants (1979, 1990).
Lorsqu’ils se rencontrent, David et Marie vivent d’abord une courte période de clandestinité. Marie impulse ensuite le processus qui va l’amener à quitter Bertrand et à cohabiter avec David. Ils choisissent ensemble un nouveau logement en 1989. Ils disent n’avoir aucun projet de mariage et encore moins de désir d’enfant, l’un et l’autre estimant avoir eu le nombre d’enfants désirés.
Configuration 21 :
Jean-Claude est né en 1949. Sa mère, professeur de musique, est issue d’une grande famille bourgeoise (père ingénieur centralien). Son père, un professeur agrégé, vient d’un milieu commerçant. Jean-Claude a trois frères et trois sœurs. La famille, très ouverte sur l’extérieur, accueille aussi des enfants de la DDASS pendant plusieurs années. La maison familiale est un véritable carrefour. Les parents de Jean-Claude sont militants et ont l’un et l’autre des responsabilités dans des mouvements pacifistes de gauche. Durant son adolescence, ses parents se séparent. Sa mère reste seule, quoique très entourée par ses enfants. Le père se remarie en 1989. Jean-Claude fait des études supérieures d’informatique. Durant la fin des années soixante, il s’implique fortement dans certains mouvements d’extrême-gauche et y assume des responsabilités. Il rencontre Francine dans ce contexte. Elle a deux ans de moins que lui et est issue d’un milieu beaucoup plus modeste. Son père est un immigré turc arménien, ancien militaire, et sa mère, d’origine syrienne, a élevé les enfants. Francine milite également, tout en poursuivant des études supérieures. Ils se marient en 1970 et ont une fille en 1971. Ce mariage n’a guère d’autre fonction à leurs yeux que de venir répondre aux pressions familiales, surtout du côté de Francine. Quant à eux, ils incarnent parfaitement le climat anticonformiste et libertaire qui caractérise cette période pour toute une génération. Leur conception du couple est construite autour de cette volonté quelque peu artificielle de liberté conjugale. Mais Jean-finit par trouver ces pratiques pénibles et refuse de continuer à vivre leur chaos conjugal. Ils se séparent en 1979 et engagent quelque temps après une procédure de divorce par consentement mutuel. Francine obtient officiellement la garde de leur fille, mais elle réalise rapidement qu’elle n’arrive pas à l’assumer. Il la reprend alors quelques temps avec lui, sans que cela donne lieu à une décision judiciaire, mais sa vie professionnelle, de militant et d’homme seul ne sont guère compatibles avec cette petite fille. Il la confie donc à sa mère. Céline sera élevée par sa grand-mère de dix à quatorze ans environ. Il verse dès lors une pension à sa mère pour la charge de son enfant. Céline voit son père toutes les trois semaines et sa mère tous les quinze jours, chez sa grand-mère.
En 1978, alors qu’ils ne sont pas encore séparés, Jean-Claude rencontre Danièle dans le cadre de son travail. Ils se voient pendant une année sans parvenir à décider quoique ce soit sur leur avenir commun. Leur relation reste tout ce temps très instable. Danièle a sept ans de moins que lui. Elle vient d’une famille d’origine assez modeste : son père est métayer et sa mère, fille de paysan, travaille aussi sur la ferme. Ses parents ont perdu leur premier enfant, un garçon décédé à quatre ans. Ils ont eu ensuite une fille de 4 ans la cadette de Danièle. Ses parents auront de très fortes aspirations pour leurs enfants. Danièle y répond en faisant des études supérieures d’informatique. Elle passe un diplôme d’ingénieur. Quand elle rencontre Jean-Claude, elle est célibataire et n’a, semble-t-il, jamais vraiment souhaité s’engager dans une relation conjugale. Elle a même plutôt tendance à se révolter contre ce que le couple véhicule d’enfermement, d’aliénation et d’effacement de la femme. Elle s’insurge, en particulier, contre le modèle que lui ont offert ses parents. Elle refuse donc a priori le couple, le mariage, l’institution familiale et même les enfants, qu’elle perçoit plutôt comme une contrainte. Après la première année d’instabilité relationnelle avec Jean-Danièle profite d’une opportunité professionnelle pour changer de région. Il viendra l’y rejoindre quelques mois plus tard et ils ne se quitteront plus. Ils se mettent donc en couple en 1980. De retour en Normandie, en 1985, ils reprennent la fille de Jean-Claude avec eux. Malgré ses réticences initiales, Danièle désire par la suite avoir un enfant. Leur petite fille naît en 1986. Ils n’ont pas de projet de remariage, n’y voyant ni sens, ni intérêt.
Configuration 22 :
Maria est née en 1947. Elle a deux frères, l’un plus jeune, l’autre plus âgé, qui vont décéder l’un et l’autre durant leur enfance. Son père est capitaine au long court et sa mère restera au foyer. Son père est décédé en 1981. Après une formation de service social, elle exerce aujourd’hui comme cadre dans une banque. Elle se marie en 1968 avec Robert, un homme du même âge, qui est psychiatre. Il est issu d’une famille dont le père a connu une importante ascension sociale, en devenant PDG d’une grande agence de comptabilité. Sa mère, d’origine agricole est femme au foyer. Il est l’aîné d’une famille de cinq enfants. Maria et Robert ont deux enfants ensemble, un garçon en 1969 et une fille en 1970. Ils se séparent en 1972 pour cause d’infidélité du mari et d’incompatibilité d’humeur. Leur divorce est assez conflictuel. La procédure pour faute est engagée par Maria pour abandon du domicile conjugal. D’abord condamné en 1974, le mari fait appel, engage un détective et obtient le partage des torts. Entre temps, Marie a en effet rencontré Jean-Charles. Elle a la garde des enfants et lui, un droit de visite classique. Il se refuse en revanche à payer une prestation compensatoire. Même la pension alimentaire donnera lieu à conflit et à procédure. En effet, Robert doit verser un montant mensuel de 700 francs par enfant lors du divorce. Cette pension est indexée trois fois et passe d’abord à 1 000 francs, puis en 1989 à 2000 francs.
Il se refuse à suivre cette indexation et c’est la justice qui la lui impose. Il se remarie avec la femme pour laquelle il a quitté Maria, en 1976. Elle est elle-même divorcée avec un enfant et ils en ont un ensemble en 1977. Ils se séparent en 1990.
Maria rencontre donc Jean-Charles en 1974. Ils se mettent presque immédiatement en couple. Jean-Charles a le même âge que Maria. Son père est cadre supérieur dans la fonction publique et sa mère arrête de travailler à son mariage. Elle fut précédemment jardinière d’enfant ; les grands-parents étaient respectivement artisan/commerçant et notaire. Jean-Charles fait des études supérieures de lettres vers la fin des années soixante. Il s’est marié en 1967 avec Annie qui poursuit également des études de lettres. Annie a trois ans de plus que lui. Ses parents, d’origine ouvrière, tiennent un commerce en milieu rural. Ils deviendront l’un et l’autre chercheurs au CNRS. Ils ont un garçon en 1968. Quatre ans plus tard, Annie le quitte pour un autre, qui est PDG d’une filiale d’une grande entreprise. Elle se marie avec lui quatre ou cinq ans plus tard et a deux filles de cette nouvelle union (1978, 1980). Ils engagent immédiatement une procédure de divorce. Le consentement mutuel n’existe pas encore. Elle paye le divorce et ils font faire des témoignages factices par des amis, de façon que les torts soient partagés. Annie obtient la garde. Le droit de visite n’est pas réglementé tout le temps où Jean-Charles reste seul, de 1972 à 1974. À partir de sa rencontre avec Maria, le droit de visite commun est mis au point. Il faut de plus tenir compte de la distance qui les sépare désormais. À seize ans et demi (en 1985), leur garçon décide de venir vivre avec son père et Maria. Il y restera jusqu’à l’âge de 21 ans, tout en maintenant des relations régulières avec sa mère. Tout cela est parfaitement négocié entre eux. En 1981, Maria et Jean-Charles ont un garçon. Leur famille est désormais composée de quatre enfants, même si les aînés, qui poursuivent des études supérieures, sont en passe de quitter le foyer familial. Ils achètent ensemble une maison et ont commencé à envisager les problèmes matériels liés au fait qu’ils ne sont pas mariés.
Configuration 23 :
Isabelle est née en 1944. Son père et sa mère, d’origine rurale sont artisans-dans un petit bourg. Elle est l’aînée et a eu deux frères. Ses parents étant très jeunes à sa naissance, elle est élevée partiellement par sa grand-mère. Elle fait des études musicales, puis sous l’autorité de son père, elle devient infirmière. Elle exerce en libéral, puis en milieu hospitalier. Elle fera aussi une spécialisation. Ses parents traversent plusieurs périodes de crise et se séparent même durant une année, à la fin de son adolescence.
En 1967, elle rencontre Mohamed, un algérien d’origine modeste, benjamin d’une famille de neuf enfants et immigré en France à l’âge de 14 ans. Son intégration est difficile. Il fait une seconde technique, puis suit des cours par correspondance à l’école d’architecture de Paris. Malgré de nombreuses difficultés d’insertion professionnelle, il travaille épisodiquement comme chef de chantier et maître d’œuvre dans le bâtiment. Ils se marient en 1968. Leur rapport conjugal est très difficile, passionnel et violent. Ils ont trois enfants, un garçon en 1970 et deux filles jumelles en 1974. Après plusieurs tentatives pour refaire leur vie sur de meilleures bases, notamment pour faciliter l’insertion professionnelle de Mohamed, et avoir laissé derrière eux ce qu’ils avaient réussi à accumuler, Isabelle, ne tenant plus dans le climat de violence qui est le leur, décide de quitter Mohamed enfuyant avec les enfants en 1979. S’engage alors une très longue et difficile procédure de divorce pour faute, avec des menaces et un important climat d’angoisse. Elle aboutit quatre ans plus tard à des torts partagés : violence du mari, d’un côté, et abandon du domicile conjugal par la femme, de l’autre. Elle obtient la garde des enfants et lui un droit de visite classique, mais il ne l’exercera pas, du fait de ses faibles ressources et de la distance qui les sépare désormais (près de 900 kilomètres). Il est aussi redevable d’une pension alimentaire de 150 francs mensuels par enfant dont il ne s’acquitte pas. Pour toucher l’Allocation Orphelin, Isabelle engage une procédure de contentieux qui aboutit à une condamnation à 15 jours de prison ferme. Mohamed se remarie en 1981 avec Evelyne. Ils auront une fille en 1987. Ils sont aujourd’hui tous les deux bénéficiaires du Revenu minimum d’insertion.
Un an et demi après la rupture, en 1980, Isabelle rencontre Pierre, médecin, qui a quatre ans de plus qu’elle. Il est issu d’une famille dont le père est proviseur de lycée et la mère, sans profession (décédée). Pierre vient également de vivre une rupture. Il s’était marié en 1960 avec Nadine, une psychologue. Ils ont eu ensemble trois garçons (1960, 1963, 1967). Ils se séparent en 1979, pour incompatibilité d’humeur. Ils engagent une procédure de divorce par consentement mutuel en 1983, qui aboutit l’année suivante. Ses deux aînés étant majeurs, la garde ne concerne que le dernier, qui est confié à sa mère. En pratique cependant, il assume les deux aînés qui poursuivent leurs études supérieures, et aussi le dernier à partir de 1987. Depuis le divorce, il verse une pension alimentaire de 1 800 francs, pour le benjamin, et une prestation compensatoire de 2 000 francs. Nadine reste seule. Pierre le demeure trois mois avant de rencontrer Isabelle. Mais il ne vient habiter dans la même ville qu’en 1983, et donc vit seul pendant trois années.
Tout n’est pas rose dans le rapport de Pierre avec les enfants d’Isabelle. C’est pourquoi, elle préfère qu’il conserve un logement indépendant. Cette formule non-cohabitante durera près de sept ans. Isabelle résiste tout ce temps à l’idée de reformer un couple avec un homme qui pourtant le désire, mais en même temps, accepte difficilement les enfants, avec lesquels elle forme une entité indéfectible. Après plusieurs crises et hésitations, Isabelle et Pierre vont cependant se remarier en 1987, non sans qu’interviennent des arguments matériels, expressément libellés dans leur contrat de mariage. D’une part, Isabelle pense y trouver une sécurité financière qu’elle n’a jamais eue ; d’autre part, Pierre, qui vivait pratiquement exclusivement dans le logement d’Isabelle, y trouve le moyen de faire de substantielles économies (ne plus assumer qu’un logement et obtenir des réductions d’impôts). Ils s’installent tous ensemble dans une grande maison après le mariage. Mais leur couple demeure fragile, les rapports entre Pierre et ses beaux-enfants étant toujours difficiles. C’est à l’occasion d’une de leurs crises conjugales que se dégage une solution. Isabelle et ses enfants ne parvenant plus à s’accommoder des attitudes de Pierre décident de prendre un logement. En fait, très vite, cette velléité se transforme en une solution qui ne vaut que pour les enfants. Ils vivent désormais tous les trois, leur mère ne faisant que des « visites éclairs » pour assurer l’intendance (repas, linge, courses, etc.). Quelques temps plus tard, un nouveau changement résidentiel s’impose. Pierre et Isabelle doivent quitter la maison qu’ils louaient, les propriétaires souhaitant à nouveau l’habiter. Pierre décide d’acheter quelque chose. L’incertitude qui continue de peser sur leur couple ne les empêche pas de chercher ensemble une maison adaptée pour leur couple. Il est clair toutefois qu’il s’agit bien de la maison de Pierre. Il le fera valoir chez le notaire.
Configuration 24 :
Arthur est né aux Antilles en 1941. Son père, d’origine paysanne, travaille dans la police, puis dans les douanes. Il est l’aîné d’une fratrie de huit enfants, l’un d’entre eux étant décédé. Ses parents, qui resteront aux Antilles, se séparent en 1962. En tant qu’aîné, il sera associé, même à distance, à ces conflits liés à l’attitude extrêmement autoritaire de son père vis-à-vis de sa mère. En métropole, il poursuit des études de langues à l’université et, après sa licence, commence à travailler comme professeur dans le secondaire. Il se marie en 1964 avec Marie-Christine, qui est elle aussi enseignante. Ils ont ensemble deux garçons (1965 et 1966). Leur relation conjugale s’émousse par la suite et elle le quitte en 1971. Arthur restera seul pendant deux ans. S’engage alors une procédure de divorce pour faute (le consentement mutuel n’existe pas encore), qui aboutit en 1973. Au début, il garde les enfants. Puis, la décision de justice attribue la garde à la mère, avec un droit de visite au père tous les 15 jours et une pension alimentaire. Mais le cadet demande à venir vivre avec son père. Arthur, qui vit déjà avec Henriette, l’incite avec elle à faire une démarche officielle. Elle aboutit en 1978, avec une période probatoire de six mois. L’aîné reste chez sa mère. Dès lors, il n’y a plus de versement de pension alimentaire. Marie-Christine refait sa vie avec Bernard, père non-gardien d’un enfant, et ils ont ensemble un nouvel enfant en 1974.
Henriette est née en 1950 dans une famille de sept enfants. Elle est la troisième. Son père est professeur du secondaire et sa mère, musicienne. Tous les enfants joueront d’ailleurs de la musique et feront des études supérieures. Ses parents sont aujourd’hui séparés depuis douze ans. Henriette passe son baccalauréat et fait le conservatoire. Elle est aujourd’hui professeur de conservatoire et musicienne dans l’orchestre de la ville. Avant de rencontrer Arthur, elle n’a jamais vécu en couple, tout juste des copains. Arthur et Henriette se mettent en couple en 1974 et se marient l’année suivante. Ils ont ensemble trois enfants, deux filles (1977 ; 1984) et un garçon (1979).

Notes

1 . En partant de la population des séparé(e)s et divorcé(e)s connue d’une CAF, on ne peut prendre en compte que les allocataires du régime général de la sécurité sociale et non de ceux et celles qui relèvent des régimes spéciaux, tels le secteur agricole, la SNCF, la RATF les mines, le CEA, la Banque de France, la SEITA, les marins du commerce et de la navigation intérieure, ou les fonctionnaires de l’armée, de l’équipement, de la justice, des douanes, des impôts, de l’éducation nationale ou de l’INSEE. Les données que nous obtenons par l’intermédiaire des CAF ne peuvent donc être généralisées à l’ensemble des séparés et divorcés. Cela dit, la population des CAF est très large et regroupe des personnes actives ou non, relevant de secteurs professionnels aussi variés que les petites et moyennes entreprises, l’industrie, le commerce, la santé, le travail social, les professions intellectuelles supérieures, etc.

2 La CAF ayant recensé 2 088 séparés, soit 49,9 % de la population totale, nous avions une nette sous-représentation de cette catégorie. On peut toutefois expliquer cet écart par le fait que la CAF regroupe aussi dans la catégorie des « séparé(e)s » les personnes devenues seules à la suite de la rupture d’une union non légitime. Autrement dit, les cohabitants ayant eu ensemble des enfants qui se séparent font partie de la population globale identifiée par la CAF, alors que, dans le cadre de notre recherche, nous nous limitons aux seuls séparé(e)s issu(e)s d’un couple légitime.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search