Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Un divorce pour trois mariages environ, depuis le milieu des années quatre-vingt en France.
  • 2 Pour une analyse critique, voir R.-L. Cliquet, « La deuxième transition démographique : réalité ou (...)

1Les trois dernières décennies ont vu se multiplier les dissociations familiales. Cette tendance est convergente dans la plupart des pays d’Europe, à des rythmes différents. Commencée en Europe du nord dès le milieu des années soixante, elle s’est étendue aux pays d’Europe de l’ouest dans le courant des années soixante-dix, pour se stabiliser ensuite au milieu des années quatre-vingt, alors qu’elle commençait à se développer dans les pays du sud. Si l’on se doit de rappeler que, malgré l’ampleur du phénomène1, la plupart des enfants vivent encore aujourd’hui en France avec leurs deux parents, le plus souvent mariés ensemble, force est de constater que divorces et séparations se sont relativement banalisés et représentent un des principaux volets de ce que les démographes dénomment la « deuxième transition démographique »2, pour qualifier les changements intervenus dans le régime de reproduction, les rapports familiaux et les formes familiales, du fait du développement de la scolarisation et du travail salarié des femmes (baisse de la fécondité et augmentation des naissances hors du mariage, croissance de la cohabitation et recul du mariage).

  • 3 F. de Singly : Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Nathan, 1993. Pour un développement d (...)
  • 4 L. Roussel : La famille incertaine. Op. cit.

2Intervenant de plus en plus tôt dans la vie des couples, séparations et divorces transforment et complexifient considérablement les trajectoires et les « histoires de famille ». Pour expliquer ce phénomène, les spécialistes évoquent, d’une part, l’autonomie acquise par les femmes, que ce soit au plan de la sexualité (maîtrise des naissances) ou à celui des ressources (indépendance économique), et, d’autre part, le développement de l’individualisme et de l’idéologie de l’amour comme fondement du couple. Celui-ci serait plus fragile, parce qu’il dépendrait avant tout aujourd’hui de sa qualité relationnelle, de l’intensité des sentiments, et beaucoup moins de l’interdépendance (économique et domestique) de chacun de ses membres. F. de Singly a proposé de qualifier la famille contemporaine de « relationnelle et individualiste ». En somme, la famille se structurerait, non plus en référence à une définition institutionnelle, mais autour de la construction des identités de chacun (membres du couple et enfants), en fonction d’un objectif d’autonomie et d’épanouissement personnel, mais aussi par l’organisation de la vie commune et l’intégration conjugale3. « L’institution familiale » (et notamment l’institution matrimoniale) serait, au contraire, de plus en plus dévalorisée, parce qu’associée à l’image passéiste d’une famille traditionnelle, fondée sur l’intérêt, le respect de rôles prescrits, la domination d’un sexe et la dépendance de l’autre. Selon les perspectives, les auteurs s’inquiètent ou simplement constatent cette désinstitutionnalisation. Quand elle semble permettre un « plus » de liberté pour les uns, elle pourrait pour les autres conduire à plus d’incertitude4.

  • 5 I. Théry : Le démariage. Op. cit.
  • 6 Voir aussi I. Théry : « Vie privée et monde commun », Le Débat, n° 85, 1995.

3Parallèlement à l’évolution des mœurs, le traitement sociolégal de la famille et de son instabilité a également changé. Pratiques sociales, normes sociales et normes juridiques ont ensemble participé de cette mutation. Irène Théry5 a qualifié de démariage cette transformation radicale des rapports entre privé et public. Selon elle, c’est le socle anthropologique même de la famille et de la parenté, voire de la démocratie, qui se trouve ébranlé par le développement de ces pratiques. Le mariage permettait en effet d’articuler lien conjugal et lien de parenté, filiation et alliance, différence des sexes et différence des générations. Il désignait le parent en faisant coïncider trois composantes de la filiation : une composante biologique (le parent est le géniteur de l’enfant), une composante domestique (le parent est celui qui élève les enfants sous son toit) et une composante généalogique (le parent est celui que le droit désigne comme tel). Loin de considérer qu’il faille se replier sur un passé sécurisant, aux normes et aux références stables, I. Théry nous invite à sortir de l’opposition qu’elle juge stérile, entre défenseurs d’une famille traditionnelle (faisant primer la loi du sang), et défenseurs des individus (femmes et enfants) dans la famille (faisant primer la parenté sociale), et à redonner tout son rôle à la « fiction juridique » qui dit le sens et les places de chacun et les inscrit dans l’ordre symbolique6.

  • 7 Pour une analyse des tensions entre modèles d’analyse ou paradigmes en sociologie de la famille, v (...)

4N’y aurait-il donc aucune alternative entre ceux qui diagnostiquent la primauté du relationnel, de l’interaction comme source de régulation sociale, et ceux qui s’inquiètent de l’affaissement de l’institution (non pas de la famille nucléaire, mais de l’institution légale de la famille) et des repères normatifs qu’elle doit fournir pour accéder au statut de sujet ?7 Dans cette controverse sur le sens de l’instabilité familiale, nous avons proposé une méthode et dégagé quelques grandes conclusions. Sur la méthode, il nous a semblé utile de tenter de « tenir les deux bouts » du problème. Celui de « l’ordre social » et celui « des « interactions ».

Reformulation de la « question familiale » : La famille comme « protection rapprochée »

  • 8 « Dans le forum scientifique, le débat porte sur la pertinence et les conditions d’amélioration de (...)

5En retraçant l’évolution du traitement scientifique et juridique de la désunion, notre objectif était de montrer comment l’interprétation de la dissociation familiale est étroitement articulée à un certain nombre d’enjeux socio-politiques, historiquement situés, rejoignant en cela les analyses de Bruno Jobert, lorsqu’il insiste sur le rôle des forums de la recherche et des forums d’experts8. D’où la succession des paradigmes et des modèles d’interprétation, privilégiant successivement, voire parallèlement, avec plus ou moins d’insistance, les dimensions morale, éducative, psychologique ou économique, ce qui a participé à orienter les modes d’intervention publique et les normes en la matière. Une constante, cependant, dans le discours des spécialistes au fil du temps : une problématisation en termes de « risques ».

  • 9 Jacques Commaille développe un point de vue tout à fait convergent dans un ouvrage récent dans leq (...)

6Nous avons proposé de parler de « question familiale », à l’instar de la « question sociale », pour évoquer ces rapports problématiques du « public » (État, réglementations, politiques sociales, discours d’experts), et du « privé » (en l’occurrence, la famille). Une de nos hypothèses est que la manière dont est formulée cette « question familiale » a récemment évolué, pour tenir compte d’un des principaux problèmes sociaux contemporains : le risque d’exclusion9.

7Pour simplifier, nous pourrions dire que ces rapports du « public » et du « privé » ont évolué de la manière suivante : d’une part, la norme publique concernant la famille s’est assouplie pour reconnaître le pluralisme familial (la famille nucléaire traditionnelle du siècle dernier n’est plus le seul réfèrent). Le droit civil permet de plus en plus aux acteurs sociaux de donner libre cours à leurs aspirations et de structurer leurs pratiques familiales de manière variée. Il serait d’ailleurs plus juste de dire qu’en se faisant moins prescriptif, le droit promeut une nouvelle norme familiale : un modèle contractualiste, où les partenaires de la famille (supposées en position d’égalité relative) sont chargés, autant que faire se peut, de réguler eux-mêmes leurs rapports, de négocier les compromis nécessaires en cas de conflit (quitte à se faire assister, comme dans le cas de la médiation familiale).

  • 10 F. Schultheis : « L’avenir de la famille au centre des antinomies de la modernité », in Haut Conse (...)

8Mais, d’autre part, cette évolution s’est traduite aussi par une « socialisation » du droit, au sens où cette marge de liberté laissée aux acteurs est aussi une source de fragilité et a engendré la reconnaissance d’un nouveau « risque familial ». Comme l’écrit Franz Schultheis : « Ce qui se donne d’un côté comme une protection légale des aspirations et des libertés individuelles – tel que le droit du divorce libéralisé – se transforme facilement, de l’autre côté, en « risque » dont l’ampleur va de pair avec le sexe, la situation familiale ou encore le statut socio-économique des personnes concernées (...). Autrement dit, par l’intermédiaire des transformations du droit civil de la famille, l’État de droit contribue - soit consciemment ou inconsciemment, soit délibérément ou malgré lui – à la constitution de risques familiaux et de catégories sociales payant le prix de l’égalité et de la liberté individuelles formelles. »10.

  • 11 Ce que reconnaît Bruno Jobert en ces termes : « On peut envisager l’impact de l’évolution sociale (...)
  • 12 .Voir C. Martin : « Solidarités familiales : débat scientifique, enjeu politique », in J.-C. Kaufma (...)

9La sphère familiale est ainsi (re)devenue un enjeu majeur des politiques sociales. Non seulement, au sens où les familles sont soumises à un ensemble de risques, dont le « risque désunion » ; ce qui a d’évidentes répercussions en termes de droits et de coûts sociaux ; mais aussi dans la mesure où la famille est de plus en plus conçue comme une des ressources potentielles de la régulation des problèmes sociaux11. Pour preuve, le fait que la réflexion sur les solidarités familiales, l’entraide, les supports sociaux, le soutien relationnel et communautaire constitue une composante de plus en plus importante des débats sur la crise et l’avenir de la protection sociale et de l’État providence12. Cette contribution familiale est particulièrement visible en ce qui concerne les jeunes adultes qui quittent de plus en plus tard le foyer de leurs parents, souvent confrontés à l’impossibilité de trouver un premier emploi, ou pour les personnes âgées devenues dépendantes. Mais cette contribution est active à beaucoup d’autres occasions, comme l’après-divorce, ou lors de la perte d’un emploi.

  • 13 Cf. X. Gaullier : « La machine à exclure », Le Débat, n° 69, Mars-avril 1992, p. 168-188 et dans le (...)
  • 14 Cf. J.-M. Poursin : « L’État-providence en proie au démon démographique », Le Débat, Op. cit., p. 1 (...)
  • 15 X. Gaullier, Ibidem.
  • 16 Voir C. Martin : « Entre État et famille-providence », in J.-L. Laville (sous la direction de) : L’ (...)
  • 17 J. Commaille : Misères de la famille... Op. cit., p. 23.
  • 18 Cf. E. Sullerot: « Vers un renouveau de la famille », Futuribles, op. cit., p. 23-26. Les travaux s (...)

10En ce sens, la réflexion sur la famille et son instabilité croise directement celle sur l’État et ses capacités de protection. Pour faire face à la rupture du « contrat social » établi durant les « Trente Glorieuses »13, à l’imminence d’une « guerre des générations »14, voire même à « la fin du social »15, que diagnostiquent les spécialistes, et en tout état de cause à la croissance difficilement contrôlable des coûts de protection collective, les gouvernements redéfinissent les paramètres, les conditions et les moyens de cette protection, procèdent à des restrictions budgétaires, et développent diverses stratégies pour pallier cette inflation : réduction de certaines prestations, limitation de l’accès à certains services, décentralisation de leur gestion, démarches de privatisation, d’évaluation et de contrôle des mesures, des organisations et des professionnels. Mais surtout, ce qui importe à nos yeux ici, les pouvoirs publics reconnaissent et proposent de s’appuyer sur la contribution que peuvent fournir les « ressources primaires », c’est-à-dire la famille (notamment au travers de la logique de subsidiarité et du renforcement des obligations alimentaires), voire l’entourage, le voisinage, les « proches », ceux qui peuvent en quelque sorte assurer une forme de « protection rapprochée »16. À la conscience des risques qu’encourent les familles lorsque se conjuguent précarité du travail et vulnérabilité conjugale, correspondrait donc une sensibilité pour le potentiel de protection que représente « la famille ». Jacques Commaille fait ce même constat en ces termes : « Conjuguée aux effets de la crise économique, la précarité familiale a été associée à la précarité sociale, jusqu’à rappeler ce statut de la famille inscrite dans l’histoire comme lieu de survie. »17 D’où ces discours incantatoires sur la nécessité de réactiver les solidarités familiales et de voisinage qu’aurait anéanti l’individualisme généralisé. Sommes-nous à l’aube d’un nouveau familialisme, ce que peuvent donner à penser certaines hypothèses aujourd’hui avancées sur « le retour vers la famille » des nouvelles générations, qui « chercheraient à recréer ce qui leur a manqué »18 ?

  • 19 C. Ungerson : Policy is Personal. Sex, Gender and Informai Care. London. Tavistock. 1987 - C. Unge (...)
  • 20 À ce sujet, F. de Singly suggère plutôt un « déclin des valeurs de dévouement » et « une dévalorisa (...)

11Le problème de cette soudaine redécouverte de l’importance du rôle des solidarités familiales est non seulement qu’elle suggère la nécessité d’un retour à la famille nucléaire des « Trente glorieuses », mais aussi qu’elle donne l’illusion d’un nouveau « gisement » de ressources pour répondre aux difficultés sociales que rencontre une part croissante de la population. Ce faisant la notion de « solidarité familiale » masque aussi le fait que le soutien, l’aide, les soins, le « caring » sont essentiellement fournis par les femmes dans les familles, que ce soit auprès des jeunes enfants ou auprès des personnes âgées. La solidarité, l’entraide, « l’humanité » seraient plutôt des caractéristiques et des pratiques qui se conjuguent au féminin19. Reste cependant à connaître les attitudes et les aspirations des femmes elles-mêmes face à cette sollicitation des pouvoirs publics et à ce rôle de caring qui leur semble dévolu20.

12En fait, à la lumière des enquêtes menées depuis le début des années cinquante, il semble que les solidarités familiales soient toujours demeurées actives. L’élément nouveau, en revanche, est que l’on se plaît à imaginer qu’elles pourraient être assez puissantes pour participer à compenser la crise de la protection sociale, ou assurer une sorte de « protection complémentaire » à ce que l’État envisage d’assumer. La permanence est ici du côté du « privé », non du « public ». Mais cette forme de protection ne risque-t-elle pas de renforcer considérablement les inégalités, beaucoup plus que de les compenser ? Assurément, si l’on en croît les résultats de notre recherche.

13En tout état de cause, c’est dans ce contexte global qu’il nous semble pertinent de saisir la production normative à l’égard de la dissociation familiale. L’attitude et les mesures publiques concernant les cas de rupture de couples avec enfant(s) prennent racine dans ces débats généraux, dans cette reformulation continuelle de la « question familiale ».

Transitions familiales et inégalités

14L’influence de ces enjeux socio-politiques s’exprime tout particulièrement au niveau du « forum de la recherche » ou des problématiques scientifiques. Durant les dernières décennies, celles-ci ont plutôt eu tendance à spécifier, à simplifier des situations pourtant complexes. C’est pourquoi nous avons eu, dans ce travail, le souci de nous démarquer à la fois des approches qui consistent principalement à évaluer les effets de la séparation sur les personnes (adultes ou enfants), mais aussi de celles qui veulent rendre compte de types de foyer particulier : la famille monoparentale ou la famille recomposée, sans les resituer dans une dynamique et en omettant souvent de tenir compte des disparités sociales. Si ces perspectives d’analyse échouent, nous semble-t-il, à rendre compte des effets de la dissociation, c’est à la fois parce qu’elles négligent la dynamique dans laquelle se trouvent placées ces familles, parce qu’elles ne réinscrivent ni les personnes, ni le foyer monoparental dans une configuration familiale plus large et parce qu’elles ne tiennent pas suffisamment compte des liens existant entre l’expérience de la désunion et d’autres volets de l’expérience sociale, notamment les problèmes liés à la crise de la société salariale et des protections qu’elle garantissait.

  • 21 Cf. R. Castel : « De l’indigence à l’exclusion... » op. cit.

15Considérant qu’une même personne peut connaître plusieurs séquences de vie familiale, plusieurs « transitions familiales », du fait d’unions et de ruptures successives, sachant que les différents acteurs, anciens ou nouveaux, peuvent maintenir des liens, nous avons pris le parti de décrire les formes du champ relationnel et les conditions d’existence de parents séparées et divorcées depuis un certain nombre d’années. Notre objectif consistait essentiellement à entrevoir les différentes constellations de relations maintenues et/ou créées à la suite d’une désunion, de les suivre sur un minimum de temps, et ainsi de prendre la mesure de la vulnérabilité relationnelle, voire de l’effet de « dissociation sociale »21 que pouvait engendrer une rupture pour un certain nombre de parents. Rappelons quelques-uns des principaux résultats.

16Tout d’abord, la désunion inaugure des trajectoires extrêmement différenciées, du fait qu’elle affecte toutes les catégories sociales. Il est donc tout aussi inexact de réduire les situations monoparentales à des situations de pauvreté, que de nier les effets d’appauvrissement de la désunion. La précarité économique d’un certain nombre des foyers enquêtés est incontestable. Cette précarité, qui existait bien souvent préalablement à la rupture, n’a fait que s’accroître par la suite, et ce d’autant plus que l’on a affaire à des cas où le parent gardien est une femme et que celle-ci était inactive durant sa vie de couple, d’où, bien souvent, une forte dépendance à l’égard du système redistributif. Pour les femmes actives et fortement diplômés, l’impact économique est faible et n’engendre pas de déstabilisation notable. Les écarts de trajectoire sont donc importants en fonction de ces premiers critères d’appartenance sociale et d’activité professionnelle. La dissociation familiale ne précipite pas tous les parents dans la vulnérabilité économique. En revanche, elle accélère le processus de précarisation pour ceux qui étaient déjà vulnérables de ce point de vue préalablement à la rupture.

17Deuxième élément, la désunion n’engendre pas nécessairement une rupture totale et définitive des rapports parentaux. En ce sens, il est impropre de parler de « famille monoparentale ». Seuls le foyer ou le ménage devraient être ainsi qualifiés. Des rapports parentaux peuvent survivre à la rupture conjugale, et ce d’autant plus peut-être que ce maintien d’une responsabilité parentale conjointe est fortement valorisé par les pouvoirs publics (le modèle contractualiste du consentement mutuel). De fait, dans notre enquête, la majorité des parents séparés maintiennent un lien de parentalité au-delà de la rupture de leur couple, et ce d’autant plus qu’ils sont plus diplômés. À ce niveau, il semble bien que les fondements de l’union préfigurent aussi les rapports post-rupture. Pour autant, cette relation de « parenté disjointe » renforce les inégalités, puisque ce sont celles et ceux qui auraient le plus besoin de cette solidarité de leur ex-conjoint (en particulier de son soutien économique au travers du versement de la pension alimentaire), qui en sont le plus privés.

  • 22 Les parents non gardiens, le plus souvent des hommes, connaissent une mobilité conjugale beaucoup p (...)

18Troisième phénomène : les parents gardiens demeurent le plus souvent seuls, sans aucune relation conjugale (65 % lors de la première enquête, près de 75 % lors de la seconde, trois ans plus tard)22. La recomposition familiale est relativement rare : 10 % lors de la première enquête (cohabitation), 15 % lors de la seconde (cohabitation et remariage). Le sexe et surtout l’âge du parent gardien sont déterminants : près de la moitié des parents gardiens de moins de trente ans ont recomposé une famille lors de la seconde enquête, contre seulement 5 % des plus de quarante-cinq ans. Intervient également le milieu social, au sens où les risques de demeurer seul(e) augmentent en sens inverse du niveau d’étude. Jeunesse et diplôme sont encore des atouts sur le marché des rencontres, même lorsque l’on est déjà parents.

19Notons aussi l’importance, lors de la première enquête, des relations conjugales durables sans cohabitation. Un quart des parents gardiens avait une « vie conjugale à distance » lors de la première enquête, la moitié seulement demeurait dans cette situation, lors de la seconde. Ces relations « précaires » sont plutôt le fait des mères gardiennes actives et diplômées. Il s’agit soit d’un mode de vie choisi pour préserver les enfants et/ou une autonomie précieuse, soit d’une étape dans le processus de recomposition qui peut, par sa précarité, déboucher sur de nouvelles ruptures : un « sas » de mise à l’épreuve, en quelque sorte.

20Si l’on rapproche ces divers phénomènes, on constate que la vulnérabilité relationnelle s’ajoute à la vulnérabilité économique. Ainsi, par exemple, ce sont ceux qui rompent le plus souvent toutes relations parentales après la désunion avec leur ancien partenaire qui ont aussi le moins tendance à recomposer une famille, aboutissant parfois à des situations d’isolement affectif et sexuel. Pour autant, la figure du « parent isolé » que nous dépeignent l’action sociale et la presse ne correspond qu’à environ 20 % des situations étudiées.

  • 23 Ces résultats ont été confirmés dans une recherche menée à Montréal par R.-B. Dandurand et F.-R. O (...)

21L’inégalité des situations économiques et des trajectoires conjugales se renforce lorsque l’on aborde le soutien relationnel ou le support obtenu de la part des proches depuis la désunion. Si la parentèle assure presque toujours une forme de « protection rapprochée » minimale, au sens où elle est le vecteur d’un certain nombre d’échanges, ceux-ci sont d’autant plus rares que l’on a affaire aux milieux sociaux les moins favorisés. Il faut rappeler que la structure des réseaux de sociabilité et d’entraide est étroitement liée à l’appartenance sociale. Au milieu populaire correspondent des réseaux centrés principalement sur la parenté, que l’on fréquente avec assiduité. Aux couches moyennes et diplômées, un réseau tourné vers les relations amicales, même si la parenté n’en assume pas moins son rôle de soutien. En somme, mieux on est positionné socialement, plus on a de chance d’obtenir de l’aide de son entourage, qu’il s’agisse de la famille (parents ou fratrie), de son ex-conjoint, ou de son réseau amical23.

22Pour rendre compte de ces écarts de position et de pratiques dans les réseaux de proximité des parents gardiens, nous avons proposé deux mécanismes qui nous semblent explicatifs : le premier stipule, et c’est un peu un truisme, que ceux qui ont le plus de moyens matériels se mobilisent plus que ceux qui en ont peu ; le second, moins évident, peut s’énoncer ainsi : « on aide d’autant plus ceux qui en ont le moins besoin ». En effet, la chaîne du don, telle qu’énoncée par Marcel Mauss (donner, recevoir et rendre), peut être rompue dans les cas où la dépendance de l’un, son besoin d’aide, rend aussi difficile de donner (sans disqualifier et signifier la dépendance), de recevoir (sans être disqualifié), et de rendre, même dans un temps indéfini et sur un autre registre. En somme, l’aide est d’autant moins facilement accordée par l’entourage que le besoin de soutien est plus élevé, ce qui renvoie à l’idée que chacun des protagonistes se fait de l’autonomie, ou au contraire du risque de dépendance du bénéficiaire. Quand le soutien est synonyme de production d’une dépendance, il tend à dissuader le donateur et le donataire, l’un risquant de n’avoir aucune forme de contrepartie, l’autre de subir une disqualification sociale et relationnelle trop pesante. Le donateur fournit plus aisément du support lorsque le donataire n’en dépend pas pour subsister. Du côté de ce dernier, de la même manière, l’aide est d’autant plus facile à solliciter, à recevoir et à rendre que l’on peut arborer de multiples signes de son indépendance.

23La désunion n’affecte donc pas les personnes de manière univoque. Il n’y a pas une mais des séparations, pas un mais des divorces, et surtout, pas une mais des trajectoires de divorcés. Si, dans une majorité de cas, la rupture intervient dans la vie familiale de femmes d’âge mûr, actives, avec des enfants pré-adolescents ou adolescents, inaugurant une longue phase de monoparentalité, durant laquelle le souci d’indépendance et/ou la crainte d’un second « échec » déterminent l’attitude globale à l’égard du futur, toutes les situations ne se résument pas à ce profil-type majoritaire. Pour d’autres, l’âge ou le milieu social font la différence. Ainsi en est-il, par exemple, pour les femmes faiblement diplômées, sans expérience professionnelle, dont la vie de couple et de mère les a mal préparées à affronter le marché du travail. Pour elles, la rupture produit dépendance et précarité. De même pour certains jeunes, sans qualification, prématurément mariés, parents et divorcés : à peine se sont-ils engagés dans la constitution d’une famille, que déjà ils doivent faire l’expérience de la désunion, et même de l’abandon de leur premier partenaire. Et pour n’avoir pas, une fois encore, les conditions de leur insertion professionnelle, et donc de leur autonomie, la rupture engendre isolement et dépendance.

24Au-delà du cap des cinquante ans, ceux et celles qui ont connu une longue vie de couple et une rupture tardive découvrent un même horizon conjugal « bouché » : l’absence de projet et plus guère de réseau familial (des enfants devenus adultes, qui font leur vie, des parents décédés). À cet âge, le capital culturel peut faire la différence, dotant les uns de réseaux denses de relations amicales et confinant les autres dans une intense solitude. À l’opposé, les jeunes diplômés et actifs ont des trajectoires tournées vers la recomposition familiale. L’horizon temporel ou « l’espérance de vie de couples » sont encore prometteurs. Ils expérimentent donc ces « transitions familiales », cette vie de famille « à géométrie variable », où les relations se sédimentent, en couches successives, complexes.

Sociabilités conjugales : conformisme ou flexibilité normative

  • 24 Pour ce qui concerne l’étude du rôle beau-parental, nous renvoyons à la recherche d’I. Théry et O.(...)
  • 25 I. Théry : « Famille : une crise de l’institution », Notes de la Fondation Saint-Simon, septembre (...)

25Dans un dernier temps, nous avons mis à l’épreuve l’idée qu’existent des logiques de recomposition étroitement liées à des « univers normatifs » variés. À l’étendue des réseaux, à leur ouverture, plus fréquentes dans les milieux les mieux dotés en termes socioculturels, correspond une plus grande flexibilité normative, c’est-à-dire une capacité à produire à l’échelle de son propre réseau de sociabilité les régulations et les compromis nécessaires au maintien de la configuration et à l’ajustement des rôles de chacun24. La logique est ici celle de la « négociation généralisée », de l’évite ment du conflit, de « l’autorégulation » instituée comme modèle, du « self-service normatif », pour reprendre une expression d’I. Théry25. En revanche, lorsque le réseau est restreint, centré sur des « liens forts » comme ceux de la parenté, de la communauté, les repères normatifs sont beaucoup plus fixes, plus rigides, entraînant parfois des réactions sociales plus tranchées, plus conflictuelles.

26Selon le cas, la recomposition familiale s’inscrit dans la tendance contemporaine à la désinstitutionnalisation, à la négociation, à la régulation des rapports sociaux à l’échelle des rapports de sociabilité ; ou au contraire, elle est conçue comme un retour vers une norme familiale relativement fixe, celle de la famille nucléaire, dont beaucoup la considèrent encore comme le modèle naturel de vivre en famille.

  • 26 « La civilité est l’activité qui protège le moi des autres moi, et lui permet donc de jouir de la (...)

27Les réseaux de relation représentent en quelque sorte un double capital : premièrement, au sens où ils sont des vecteurs d’échanges et une source de protection, et deuxièmement, au sens où leur étendue facilite une certaine distance à l’égard des pressions sociales de l’environnement communautaire : un moyen de faire jouer autrement la norme, d’échapper aux prescriptions tout en expérimentant. Pour autant, le réseau de liens faibles n’est pas dénué d’écueils : l’écueil du « tout relationnel » au risque de « l’incivilité », au sens que lui donne R. Sennett26, l’écueil de l’accord ponctuel, de l’absence de repères collectifs, une certaine anomie. Il ne faut donc pas lire cette polarité que nous avons proposée comme un jugement de valeurs, mettant la modernité et les pratiques des couches moyennes diplômées : la négociation généralisée, du côté du souhaitable, et les modes de régulation des milieux populaires du côté de l’archaïsme et du non désirable. Ce serait une fois encore opposer tradition et modernité, défense de l’individu contre défense de l’institution familiale. Il faut au contraire comprendre cette polarité comme une manière de rendre compte d’univers sociaux qui continuent de structurer les pratiques et les représentations. En outre, ces clivages sociaux élémentaires manquent fatalement de nuances. Ainsi, dans les groupes sociaux les plus vulnérables, les modèles en matière de vie privée font parfois totalement défaut ou sont rejettés. On peut alors percevoir une forme plus classique d’anomie.

28La sociologie de la famille doit toujours tenir compte des effets de ces variables élémentaires que sont l’appartenance à des groupes sociaux différenciés par leur capital culturel et/ou économique. Séparations et divorces n’affectent pas les trajectoires sociales de la même manière selon la situation économique et sociale des personnes concernées. Il est donc inévitablement réducteur de faire du modèle apparemment dominant des couches moyennes diplômées, dominant parce que relayé par les élites et les médias, le seul modèle familial de référence. La famille n’est pas également « individualiste et relationnelle », de même que la « crise de l’institution » familiale n’a pas la même intensité dans tous les milieux sociaux. Certains continuent d’accorder du crédit à la « famille nucléaire », même si leur position apparaît rétrograde à d’autres. Certains continuent d’attendre du droit qu’il tranche entre deux positions inconciliables, en disant la place, les obligations et les droits de chacun, en imposant une norme externe. Ceux-là mêmes ne se reconnaîtront éventuellement pas dans la logique d’autodétermination et de négociation supposée égalitaire.

29Omettre ces disparités risque de donner à penser que séparations et divorces peuvent être comprises en se penchant uniquement sur les trajectoires des intéressés et sur leur « vécu » de la chose. Or, le couple et la famille ne se déploient pas dans un « vide social et politique ». Ils ne prennent pas seulement sens dans l’interaction des personnes concernées. En cela réside un véritable écueil de la lecture interactionniste ou constructiviste, qui ne dit pas le tout du couple ou de la famille. En se focalisant sur l’interaction, sur la dimension relationnelle, ces modes d’analyse omettent de la situer dans des mécanismes macrosociaux. Les individus n’ont pas toujours le choix qu’on croît percevoir ou qu’ils croient eux-mêmes avoir. Leurs situations ne sont pas, aussi souvent que le voudraient ceux qui les analysent, le résultat de leurs idéologies ou représentations sociales. En ce sens, les transformations de la famille ne sont pas isolables d’autres transformations de nos sociétés contemporaines.

30Le fait que la famille soit un objet de politiques publiques intervient ici de manière centrale. C’est la raison pour laquelle nous voudrions pour finir rappeler les écarts entre la condition des mères seules au Royaume-Uni, aux États-Unis et en France, par exemple. Leurs trajectoires sociales ne sont pas réductibles à leur « vécu » de la rupture, ou à la reconstruction identitaire qui s’ensuit, mais bien plus au fait que les mères en situation monoparentale ont accès majoritairement en France à des emplois à temps plein, avec le soutien d’un dispositif public de prise en charge de la petite enfance (écoles et crèches) et des mesures de revenu minimum pour les 10 % ou 20 % les plus démunies ; alors qu’au Royaume-Uni, ces mères n’ont que minoritairement accès à l’emploi, et le plus souvent à temps très partiel. Il n’est donc guère étonnant qu’une grande majorité d’entre elles dépendent de la redistribution. Les trajectoires des mères après une séparation ou un divorce sont aussi modelées par ces politiques, de même que leur image sociale dépend étroitement du débat public qui fonde et légitime telle ou telle mesure.

  • 27 Voir S. McLanahan et G. Sandefur : Growing up with a Single Parent, op. cit.

31Il serait facile de démontrer que la stigmatisation et la responsabilisation des mères en situation monoparentale dominent le débat politique aussi bien au Royaume-Uni qu’aux États-Unis27, où le Président démocrate Clinton vient, par exemple, de concéder la réforme du système qui permettait de soutenir ces familles : l’Aid to Families with Dependent Children. Qu’en sera-t-il en France demain, à l’heure où le principe de l’obligation alimentaire et de l’intervention subsidiaire de l’État fait son chemin dans les esprits et sur les bancs des parlementaires ?

32Comme le souligne Loïc Wacquant, cette « réforme » qui satisfait une certaine morale libérale, risque d’avoir des conséquences désastreuses pour les mères seules aux États-Unis.

  • 28 L. Wacquant : « Quand le président Clinton "réforme" la pauvreté », Le Monde Diplomatique, n° 510, (...)

« Confortablement adossée à la fiction victorienne selon laquelle la misère serait due à l’incurie des miséreux et aux dysfonctions d’un État-providence excessivement généreux, cette “réforme” de l’aide sociale entend “briser le cycle de la dépendance” en faisant “du travail et de la responsabilité la loi suprême de la nation”... Pourtant, la cause première de la persistance de la grande pauvreté aux États-Unis, comme de son extension aux femmes et aux enfants, au cours des trois dernières décennies, ce n’est pas la munificence de l’État-providence, mais bien son avarice... Le fait de recevoir une aide sociale n’exclut point de travailler, soit dans l’économie officielle, soit dans le secteur informel. Et pour cause : il est matériellement impossible à une mère seule avec deux enfants de survivre des 5 000 dollars annuels que lui octroie chichement l’État dans le meilleur des cas... Ce n’est pas le désir de travailler qui fait défaut, mais les emplois... Ce sont donc les salariés pauvres qui vont payer la “réforme”, à tous les sens du terme. Dans de telles conditions, le travail n’est pas la voie de l’indépendance, mais l’autre nom de la misère... Le “contrat” que Clinton propose aux pauvres est un marché de dupes : pour la majorité d’entre eux, la « réforme » du nouveau démocrate promet de mener non pas de l’assistance au travail, mais de l’assistance à la rue. »28

33En somme, si comme Irène Théry, l’on se refuse à opposer d’une façon simpliste l’individu et la famille en ces temps de « démariage », il faut cependant chercher à repérer toutes les zones où se forgent les représentations sociales et les normes en la matière, les différents lieux ou forums, du plus privé au plus public.

34À méconnaître la lutte au niveau des forums et arènes des politiques publiques, ou encore les écarts de référentiels normatifs entre les acteurs, la sociologie de la famille, et plus particulièrement encore, l’analyse des dissociations familiales, risquent fort de jouer un rôle qui n’est pas le leur : participer, sans en avoir l’air, à la promotion d’un type de fonctionnement familial (la négociation généralisée), aux dépens d’un autre (le conflit), s’inscrire de plein pied dans le débat normatif, qui entend dire ce que doit ou devrait être la famille de demain. À une période où les différences de condition d’existence se creusent, au point de parler de « société duale », il nous semble plus que jamais nécessaire de conserver cette vigilance à l’égard de la complexité des situations familiales.

  • 29 J. Commaille : Misères de la famille... Op. cit., p. 199.

35Ne faut-il pas dès lors admettre avec Jacques Commaille que le bouleversement dont témoigne la fragilité des liens familiaux nous renvoie plus largement à un « bouleversement de la régulation sociale toute entière dans lequel la question familiale ne constitue qu’un élément, et qui concerne à la fois les pratiques sociales, l’État et les politiques, l’économie normative, la construction des normes de justice au sein de la société globale, la régulation économique, ces différents éléments faisant système entre eux ».29

36Si l’on adopte cette perspective, il devient nécessaire de « désenclaver » la sociologie de la famille, et d’analyser parallèlement les écarts existant, selon les milieux sociaux ou les situations sociales, entre l’aspiration à l’auto-régulation et les attentes d’hétérorégulatoin par les institutions des problèmes de vie privée, mais aussi les modèles d’intégration et de régulation proposés par le droit et les politiques publiques, et enfin, les pratiques de régulation mises en œuvre par les acteurs institutionnels (juges ou opérateurs des politiques sociales, notamment). Muni d’un tel programme, il devient possible de mettre à l’épreuve l’hypothèse avancée avec d’autres par Jacques Commaille, d’une troisième voie en matière de régulation et de production normative, entre le modèle moderne universaliste (jupitérien) « par le haut » et le modèle post-moderne, relativiste (herculéen) et « par le bas ».

37Ainsi posée, la question familiale apparaît clairement comme une question politique, qui impose de réfléchir aux rôles de l’État, des acteurs et structures intermédiaires et des citoyens.

Notes

1 Un divorce pour trois mariages environ, depuis le milieu des années quatre-vingt en France.

2 Pour une analyse critique, voir R.-L. Cliquet, « La deuxième transition démographique : réalité ou fiction ? », Études démographiques, n°23, Conseil de l’Europe, 1991.

3 F. de Singly : Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Nathan, 1993. Pour un développement de cette perspective, voir F. de Singly : Le soi, le couple et la famille, Paris Nathan, « Essais & Recherches », 1996.

4 L. Roussel : La famille incertaine. Op. cit.

5 I. Théry : Le démariage. Op. cit.

6 Voir aussi I. Théry : « Vie privée et monde commun », Le Débat, n° 85, 1995.

7 Pour une analyse des tensions entre modèles d’analyse ou paradigmes en sociologie de la famille, voir l’article de J.-H. Déchaux : « Orientations théoriques en sociologie de la famille : autour de cinq ouvrages récents », Revue française de sociologie, XXXVI, 1995, p. 525-550.

8 « Dans le forum scientifique, le débat porte sur la pertinence et les conditions d’amélioration des paradigmes dominants dans une communauté fortement internationalisée... Dans le forum des experts, la validité des propositions ne se mesure pas par rapport à un paradigme abstrait mais par sa pertinence comme normes ou recettes permettant de stabiliser ou d’infléchir les compromis politiques et sociaux inhérents à toute action publique ». B. Jobert : « Du forum de l’expertise au forum de la recherche », in J. Commaille & F. de Singly (Éd.), La famille dans la contruction de l’Europe politique, Cahier du Cevipof, n° 15, p. 410.

9 Jacques Commaille développe un point de vue tout à fait convergent dans un ouvrage récent dans lequel il analyse l’économie des échanges entre le le familial, le social et sa régulation. « La question familiale se retrouve posée aujourd’hui avec force, à l’interface du privé et du public, élargie à la fois en question sociale et en question politique. » J. Commaille : Misères de la famille, question d’État, Presses de Sciences Po, 1996, p. 14.

10 F. Schultheis : « L’avenir de la famille au centre des antinomies de la modernité », in Haut Conseil de la Population et de la Famille. Du politique et du social dans l’avenir de la famille. Paris. La Documentation Française. 1992, p. 51-52. Cf. également J. Commaille, « La régulation juridique de la famille », op. cit., ou « Normes juridiques et régulation sociale », op. cit., ou encore L.-H. Choquet, E. Renaudat : « Le “risque famille” : le cas français », op. cit.

11 Ce que reconnaît Bruno Jobert en ces termes : « On peut envisager l’impact de l’évolution sociale générale ou de mesures politiques spécifiques sur la famille. On peut aussi légitimement s’interroger sur la contribution de la famille à la régulation sociale... La contribution de la famille à l’ordre socioéconomique ne saurait se réduire à des discussions sur la domination éventuelle du “Male Breadwinner”. Elle invite, au contraire, à redécouvrir le rôle sans doute croissant de la famille-providence, lieu de redistribution entre générations, entre salariés normaux, chômeurs et précaires, face à des États-providence menacés par les coupes sociales. En d’autres termes, la déstabilisation actuelle de certaines macrorégulations sociales, conduit à s’interroger sur la réactivation de certaines microrégulations, telle la famille dans le maintien de l’ordre social », B. Jobert, « Du forum de l’expertise... », op. cit., p. 412.

12 .Voir C. Martin : « Solidarités familiales : débat scientifique, enjeu politique », in J.-C. Kaufmann, Faire ou faire-faire, op. cit.

13 Cf. X. Gaullier : « La machine à exclure », Le Débat, n° 69, Mars-avril 1992, p. 168-188 et dans le même numéro, D. Olivennes « La société de transfert », p. 110-120. Cf. également B. Perret : « Les limites de l’insertion par le travail », Esprit, n° 182, juin 1992, p. 23-34.

14 Cf. J.-M. Poursin : « L’État-providence en proie au démon démographique », Le Débat, Op. cit., p. 122-135.

15 X. Gaullier, Ibidem.

16 Voir C. Martin : « Entre État et famille-providence », in J.-L. Laville (sous la direction de) : L’économie solidaire : une perspective internationale, Desclee de Brouwer, 1994, p. 223-251. De manière plus nuancée, on parle aussi de « services de proximité » ou de « Welfare-Mix » pour qualifier ces combinaisons subtiles de services publics, de services locaux bénévoles et associatifs, et de ressources « privées », qui comprennent les supports fournis par la famille et le voisinage. Cf. J.-L. Laville et coll. : Les services de proximité en Europe. Pour une économie solidaire. Paris. Ten/Syros. 1992. Cf. Aussi A. Evers, H. Wintersberger (Eds) : Shifts in the Welfare Mix. Their Impact on Work, Social Services and Welfare Policies. Vienne. Européen Center for Social Welfare Policy and Research. 1988.

17 J. Commaille : Misères de la famille... Op. cit., p. 23.

18 Cf. E. Sullerot: « Vers un renouveau de la famille », Futuribles, op. cit., p. 23-26. Les travaux sur l’attitude des jeunes à l’égard de la famille nous invitent cependant à nuancer ce lien proposé par E. Sullerot entre anti-conformisme familial des parents et conformisme des enfants. Ainsi une enquête de M. Barthélémy, A. Muxel et A. Percheron a montré que les représentations sociales de la famille étaient étroitement liées à plusieurs dimensions : l’expérience vécue par les acteurs, l’âge, l’appartenance sociale. Contrairement aux affirmations d’E. Sullerot, les jeunes sont les plus tolérants à l’égard des formes familiales « non conventionnelles », même s’ils sont aussi les plus attachés à la famille et les plus nombreux à la juger positivement. Le capital culturel ou les orientations idéologiques et politiques sont d’autres éléments qui influent sur ce niveau de tolérance à l’égard des écarts à la norme familiale traditionnelle. Cf. M. Barthélémy, A. Muxel, A. Percheron : « Et si je vous dis famille... Note sur quelques représentations sociales de la famille », Revue française de sociologie, XXVII, 1986, p. 697-718. C. Nicole-Drancourt a montré également cette complexité de l’attitude des jeunes à l’égard des rôles sexués traditionnels, du couple et de la famille, en étudiant les trajectoires d’insertion sociale et professionnelle de jeunes. Elle insiste pour sa part sur l’écart considérable entre jeunes garçons et jeunes filles, ces dernières refusant de se projeter dans l’image du rôle féminin traditionnel, centré sur la vie domestique et l’éducation des enfants, pour privilégier l’accès à l’emploi. Contrairement à l’hypothèse avancée par E. Sullerot, l’évolution contemporaine n’inciterait pas les jeunes à se replier sur les espaces traditionnels de l’intégration : la famille, la communauté, la sociabilité locale, mais à survaloriser l’intégration par le travail. « Plus que jamais, l’identité sociale passe par l’identité professionnelle ». Cf. C. Nicole-Drancourt : Le labyrinthe de l’insertion. Paris. La Documentation Française. Document Travail et Emploi. 1991, p. 399.

19 C. Ungerson : Policy is Personal. Sex, Gender and Informai Care. London. Tavistock. 1987 - C. Ungerson (Ed) : Gender and Caring. Work and Welfare in Britain and Scandinavia. London. Harvester Wheatsheaf. 1990. Cf. également F. Lesemann, C. Martin (sous la direction de) : Les personnes âgées. Dépendance, soins et solidarités familiales. Op. cit.

20 À ce sujet, F. de Singly suggère plutôt un « déclin des valeurs de dévouement » et « une dévalorisation progressive des services familiaux, dans la mesure où l’idéologie amoureuse renvoie à la gratuité. Les services rendus suscitent le soupçon - et si j’étais aimé(e) pour les services que je rends ?-, la dépendance - j’ai besoin de tels services, dois-je aimer en contrepartie ? ». « Le dévouement de la femme, expression morale de la division sexuelle, constitue de moins en moins une référence, surtout vis-à-vis du mari », en particulier dans les couches moyennes, où les femmes préfèrent la valorisation directe de leurs capitaux. F. de Singly : « L’amour, un bien privé, un mal public ? », Revue française des affaires sociales. n° 2, avril-juin 1988, p. 136-137.

21 Cf. R. Castel : « De l’indigence à l’exclusion... » op. cit.

22 Les parents non gardiens, le plus souvent des hommes, connaissent une mobilité conjugale beaucoup plus importante, puisque lors de la première enquête, plus d’un sur deux vivaient à nouveau en couple.

23 Ces résultats ont été confirmés dans une recherche menée à Montréal par R.-B. Dandurand et F.-R. Ouellette. « Le soutien de la parenté est disponible et utile surtout auprès des mères « actives », soit celles qui sont autonomes financièrement et qui présentent la meilleure situation économique. Mais ce sont également celles qui jouissent des réseaux les plus ramifiés en ce qui a trait aux composantes du soutien. Mieux dotées aux plans scolaire et professionnel, presque toutes ces femmes jouissent non seulement de l’aide de la parenté mais aussi de la collaboration de l’ex-conjoint, ainsi que de l’appui d’amis et de collègues. Elles disposent donc des réseaux les plus aptes, dans les villes contemporaines, à générer des ressources multiples, qu’il s’agisse d’informations, de soutien matériel ou émotionnel ». R.-B. Dandurand, F.-R. Ouellette : « Les relations de parenté dans la sociabilité et le soutien des foyers monoparentaux de trois quartiers montréalais », in Relations intergénérationnelles. Parenté - transmission - mémoire. B. Bawin-Legros, J. Kellerhals (Éd.). Op. cit., p. 100. Pour la situation française, on peut aussi se reporter à l’article de M. Marpsat : « Les échanges au sein de la famille. Héritage, aides financières, garde des enfants et visites aux grands-parents », Économie et statistique, n° 239,1991, p. 59-66.

24 Pour ce qui concerne l’étude du rôle beau-parental, nous renvoyons à la recherche d’I. Théry et O. Dhavernas : Le beau-parent dans les familles recomposées. Rôle familial, statut social, statut juridique. CRIV. Rapport de recherche remis à la CNAR 1991.

25 I. Théry : « Famille : une crise de l’institution », Notes de la Fondation Saint-Simon, septembre 1996.

26 « La civilité est l’activité qui protège le moi des autres moi, et lui permet donc de jouir de la compagnie d’autrui. Le port du masque est l’essence même de la civilité... La civilité consiste à traiter les autres comme s’ils étaient des inconnus (strangers) à forger avec eux des liens sociaux respectant cette distance première... L’incivilité, c’est le fait de peser sur les autres de tout le poids de sa personnalité ». R. Sennett : Les tyrannies de l’intimité. Op. cit., p. 202.

27 Voir S. McLanahan et G. Sandefur : Growing up with a Single Parent, op. cit.

28 L. Wacquant : « Quand le président Clinton "réforme" la pauvreté », Le Monde Diplomatique, n° 510, septembre 1996, p. 16-17.

29 J. Commaille : Misères de la famille... Op. cit., p. 199.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search