Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Troisième partie. La recomposition familiale

Chapitre XIV. Les comptes de la recomposition

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Si les bons comptes font les bons amis, en amour on ne compte pas ! Ainsi semble s’énoncer la règle du jeu en matière amoureuse. Pourtant ces nobles sentiments qui sont de plus en plus souvent au principe de la formation des couples, puis de la famille (surtout dans les couches moyennes, il est vrai), n’invalident pas d’emblée toute perspective comptable. Le problème réside plutôt dans le fait de prendre ce facteur amoureux en considération, de lui trouver un équivalent pour le calcul.

  • 1 F. de Singly : « Sociologie de la famille et sociologie de l’intérêt », Recherches et prévisions, (...)

2Pour un couple, le moment des « bilans » est aussi généralement celui de la rupture, ce qui retire un des fondements de l’échange, celui-là même qui compensait souvent l’inégalité de la répartition des biens et capitaux. Tant que dure l’amour, les comptes ne peuvent être facilement dressés. Ou alors, il faut admettre qu’il représente une dimension qui intervient largement dans la manière dont les conjoints font leurs comptes. Comme l’écrit François de Singly, à propos de sa démarche dans Fortune et infortune de la femme mariée : « L’amour, les bienfaits affectifs ont été évacués a priori des échanges, afin de rendre plus perceptibles les autres échanges. En les conservant, on risquait d’aboutir à des comptes équilibrés par la magie amoureuse qui autorise tout dépôt affectif - des baisers, des cadeaux - en contrepartie d’une dépense de capital. Le bonheur et l’amour n’ayant pas de prix, comme un dicton le prédit, ils peuvent très bien compenser dans l’imaginaire n’importe quelle dévaluation de capital »1.

  • 2 Ibidem.
  • 3 Cf. M. Buisson, J.-C. Mermet, « Mobilité et socialisation familiale : le divorce », in Analyse des (...)

3Notre perspective ici sera justement de comprendre comment les partenaires de la famille composée font intervenir ces éléments de calcul dans leur décision de refonder une famille, et dans quels cas ils le font selon une autre logique que celles de la valorisation de leurs capitaux respectifs (économique, social, culturel). Ne faut-il pas alors, comme le suggérait récemment François de Singly, proposer à côté de la raison utilitaire, une « raison humanitaire »2, qui permettrait de rendre compte d’une autre dimension que la seule défense des richesses sociales et économiques : la « qualité humaine », ou encore faire, avec M. Buisson et J.-C. Mermet, l’hypothèse d’un nécessaire « fonctionnement à la dette », véritable clé de voûte du rapport conjugal3 ?

Des modes d’échanges familiaux

4La famille est généralement conçue comme une communauté affective. Les individus ne sauraient donc y être perçus comme des « sociétaires », animés par la seule logique de capitalisation de leurs biens matériels. Il n’est pourtant pas impossible, ni inutile d’adopter une perspective comptable. Il convient cependant d’étendre la palette des capitaux pris en considération.

  • 4 Cf. F. de Singly, Fortune et infortune de la femme mariée. Op. cit..

5F. de Singly4 repère dans la vie conjugale deux types-idéaux de défense de leurs capitaux pour les femmes vivant en couple : soit de manière directe (par leur valorisation professionnelle), soit de manière médiate, par délégation. Ceci revient à distinguer les familles à deux salaires de celles où l’on se réfère à une division traditionnelle des rôles des sexes ; le rôle de pourvoyeur de revenus étant dévolu à l’homme, la femme s’occupant de l’entretien de la maisonnée et de l’éducation des enfants. Dans ce type de fonctionnement « communautaire », chacun satisfait au rôle qui lui est prescrit, sans toujours se préoccuper de savoir si les compensations qu’il reçoit sont ajustées à ses apports. Il est en effet difficile d’évaluer, dans une même comptabilité, des apports de nature aussi différente : travail salarié et travail domestique ou « gratuit ».

  • 5 Nous reprenons ici, bien que dans une optique différente, la formule avancée par Mary Douglas. Cf. (...)

6Un des moyens de faire les comptes consiste alors à mettre en évidence la valorisation indirecte du capital féminin. On peut aussi admettre l’existence d’une qualité fondée sur la gratuité ou le désintérêt : la « qualité humaine », qui incomberait dans ce cas aux femmes. Enfin, pour suivre F. de Singly jusqu’au bout, on peut ajouter à cela « l’hypothèse d’incomplétude » qui permet une capitalisation collective : la femme faisant bénéficier à l’homme de son « humanité », et ce dernier réciproquement de son « utilité ». Cette division stricte des rôles et des apports a pour conséquence de créer une dépendance mutuelle et donc, bien souvent, une centration sur le couple. De cette façon s’instaurent des équilibres comptabilisables, qui tendraient à montrer qu’« il n’y a pas de don gratuit »5.

7À l’opposé, on trouve le modèle d’indifférenciation croissante des rôles entre les sexes, plutôt caractéristique des couches moyennes diplômées. L’un et l’autre conjoint participent alors aux ressources (deux salaires) et à la prise en charge des tâches domestiques. L’évaluation de l’implication ou de la contribution de chacun au bien-être de tous s’avère donc moins délicate. En revanche, la rupture de l’alliance est d’autant plus facilement envisagée que chacun des partenaires a les bases d’une certaine indépendance. Partant de cette relative égalité de position, c’est bien souvent l’amour qui justifie le maintien de l’union. Qu’il vienne à disparaître et l’on envisage de rompre.

8Dans l’un et l’autre de ces modèles idéaux, on ne « compte » pas de la même manière. Dans le premier cas, la norme extérieure (la tradition) est prédominante et la division des rôles, des apports et des contributions va de soi : nul besoin de procéder à un calcul, l’un et l’autre membre du couple sont utiles et les apports respectifs sont perçus comme équilibrés malgré leur différence de nature. Dans le second, tout est susceptible de faire l’objet d’une négociation. On a alors une vision plus contractuelle qui permet que la recherche d’équité soit auto-régulée. On décide ensemble de ce qui est juste. Reste à se mettre d’accord.

Familles composées, amour, raisons et intérêts

9Ces modes d’échanges et de définition de l’équité se retrouvent dans les cas de recomposition, avec certains particularismes. Il devient a priori plus délicat d’aimer sans compter. Non que l’amour ne préside plus à la constitution de ces familles. Mais d’abord, la décision de « refaire sa vie » incite bien souvent à la réflexion. Le fait d’avoir connu une première séparation et d’en assumer « l’héritage » modifie l’évaluation des apports respectifs des partenaires, des « coûts et avantages ». Ensuite, ceux-ci se rencontrent bien souvent alors qu’ils ont déjà, l’un et l’autre, eu une expérience conjugale. Ils ont donc plus souvent que les premiers couples un certain patrimoine, des habitudes et des pratiques plus ou moins structurées ou « cristallisées » (des modes de consommation, par exemple). Enfin, ces familles imposent que l’un au moins des partenaires, voire les deux, prennent en compte des enfants qu’ils n’ont pas eus.

10Il faut donc, par rapport aux propositions de F. de Singly, étendre l’analyse au-delà du couple. En effet, au sein de ces configurations, qu’il s’agisse de cohabitation ou de remariage, la question des responsabilités financières, des rôles, des devoirs et obligations de chacun des acteurs se pose non seulement au niveau du foyer composé, mais aussi à celui de la constellation ou du réseau familial tout entier, intégrant donc les partenaires de la famille composée, leurs enfants communs, les enfants de l’un et/ou de l’autre, et le ou les ex-conjoints. Autant de facteurs qui compliquent les modalités de l’échange.

11Reformer un nouveau couple amène les acteurs à peser le pour et le contre ; et ceci, comme nous l’avons montré, de manière variable selon le sexe du parent concerné, son âge, son capital économique et culturel et le fait qu’il ait ou non la charge des enfants de sa précédente union. Ainsi, les pères non-gardiens reforment souvent et rapidement des couples, se trouvant en quelque sorte dans la même position que les célibataires sur le marché matrimonial. Les pères gardiens recomposent aussi plus souvent une famille que les mères gardiennes.

12Mais ce choix de refaire ou non sa vie n’est pas toujours aussi ouverte. Nous l’avons vu, pour certaines femmes de milieux populaires, le remariage est parfois une quasi nécessité. Il est pour elles une sorte de « placement » dont elles ne peuvent se passer aisément, excepté à accroître leur problème d’intégration sociale. En revanche, les femmes de milieux plus aisés ont la possibilité de choisir un partenaire adapté à leur position sociale ou à leurs aspirations. Elles auront également le choix de les épouser ou de cohabiter avec eux simplement, voire de s’en tenir à une relation non-cohabitante. Il y aurait donc différentes façons d’anticiper la recomposition et de l’expérimenter, entraînant des manières de compter variables selon les configurations.

En famille, on ne compte pas ?

13Martine et Roger (configuration 4), aujourd’hui remariés, forment avec les quatre enfants qu’a eus Martine d’une première union et l’enfant qu’ils ont eu ensemble, une famille apparemment très traditionnelle. Dans leur cas, aucun compte n’est dressé des apports de chacun. Les rôles sont prédéfinis. Roger est le père de famille. Il assume son rôle de pourvoyeur de revenu. Le seul obstacle pour lui est de n’avoir pas d’emblée la pleine et entière légitimité de ce rôle. C’est pourquoi le problème du patronyme est très vite vécu comme insupportable et l’adoption, envisagée. Martine, de son côté, s’occupe des enfants et de la maison, et fait tout ce qu’elle peut pour faciliter les rapports de Roger avec ses enfants. Pour elle aussi, il est clair que Roger est leur père.

14Dans le couple de Françoise et André (configuration 5), cette question de la division traditionnelle des rôles des sexes sera une importante source de conflit. Son mari refuse qu’elle travaille en milieu hospitalier, alors qu’elle a un diplôme d’aide-soignante, du fait de ses préjugés sexistes sur l’infidélité des « femmes en blouse blanche ». En revanche, n’ayant aucune stabilité professionnelle du fait de son alcoolisme, il n’hésite pas à se servir sur l’argent du foyer. La naissance des enfants amènera Françoise à renoncer à sa vie professionnelle et à rester au foyer. Une fois divorcée, sa situation de parent isolé lui permettra de bénéficier d’un minimum de ressources, qui lui donnera aussi un profond sentiment d’indépendance. Elle n’acceptera d’y renoncer que dans le cadre de son remariage avec Daniel.

« J’ai été au collège, après j’ai passé un CAP parce que je ne voulais pas continuer de hautes études ; à l’époque, mon père était seul à travailler, ils étaient réfugiés politiques... Donc, je suis sortie avec un CAP – employée de collectivités... À la suite de ça, j’ai été prise pendant les vacances à l’hôpital, j’y suis restée pendant deux ans, en passant un diplôme d’aide-soignante. Je me suis mariée en 67, j’avais dix-neuf ans. Donc, j’ai arrêté mon travail, parce que mon mari ne voulait pas que je travaille en centre hospitalier... Il disait qu’il n’y avait que des putains qui travaillaient là-bas... Donc, moi j’ai commencé à travailler en usine, lui travaillait comme peintre en bâtiment »...
« S’il avait pas assez d’argent sur son salaire, s’il avait tout mangé, il se permettait très bien de prendre sur le mien. Quand moi, j’ai demandé le divorce, je ne m’étais jamais renseigné de ces choses-là. Puisqu’on avait un compte commun et que mon salaire était viré sur ce compte, je suis arrivée plusieurs fois pour aller chercher de l’argent et il était déjà passé avant moi. J’ai eu beaucoup de difficultés financières, c’est là qu’il y a eu l’assistante sociale qui m’a fait les papiers nécessaires pour arrêter ça. Il prenait tout, j’avais juste les allocations qui arrivaient par lettre-mandat... »

15Malgré plusieurs années d’hésitation, durant lesquelles Françoise et Daniel, son nouveau partenaire, maintiennent leur relation dans la clandestinité, Daniel se refusant même à reconnaître l’enfant qu’il aura avec elle entre temps, leur recomposition va se faire de manière très orthodoxe : reconnaissance des enfants, certificat de concubinage, compte bancaire commun, remariage, etc.. Françoise perd le bénéfice de l’API et l’indépendance provisoire qu’elle lui donnait, mais elle obtient la sécurité matérielle que lui apporte Daniel.

« On a eu un compte commun dès le départ. Il mettait sa paie, mais j’avais le droit de signature dessus, tout en vivant maritalement. Il n’a jamais fait un compte pour lui tout seul. En mai, on a fait aussi les papiers par rapport à sa banque, comme lui ne redescendait que tous les 15 jours de son travail, on les a fait pour que je ne sois pas obligée d’attendre qu’il soit là pour aller chercher de l’argent... Quand il est arrivé, c’est lui qui a acheté la gazinière, le frigidaire et la machine à laver... ».

Un couple : deux comptabilités

16Marie et David (configuration 20) fournissent un exemple d’une toute autre vision de l’équité dans le couple. Elle est séparée, mère-gardienne de deux enfants de deux pères différents et lui, divorcé et père non-gardien d’un enfant. Tous deux appartiennent aux couches moyennes salariées et ont un capital culturel élevé. David assume son rôle de père non-gardien. Il verse une pension alimentaire fixée consensuellement avec son ex-con-jointe, reçoit son fils un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires. L’ex-conjoint de Marie a, de ce point de vue, la même attitude. Suite à un arrangement avec son ex-conjointe, David prend son fils quand les enfants de Marie sont au foyer. David et Marie ont volontairement choisi cette option afin de donner une certaine « consistance à leur nouvelle famille » et de se préserver des enclaves d’intimité conjugale.

17Cette famille est donc constituée au minimum de deux personnes, Marie et David, quand leurs enfants sont respectivement chez leurs autres parents, et de cinq, quand les enfants sont au foyer, sachant qu’en dominante, il n’y a que quatre personnes à la maison : Marie, ses deux enfants et David, le fils de celui-ci résidant principalement chez son ex-femme.

18Quand ils ont décidé de vivre ensemble, une question s’est imposée : quel type de logement prendre ? Si l’on choisit son logement en fonction de ses ressources et du nombre de personnes vivant au foyer, on comprend que plusieurs scénarios soient possibles dès lors que les configurations, comme celle de Marie et David, sont à « géométrie variable ». Ils auraient fort bien pu estimer qu’un appartement comprenant trois chambres serait largement suffisant : une chambre pour chacun des enfants de Marie et une chambre pour Marie et David, le fils de ce dernier pouvant utiliser le canapé-lit du salon, en raison du peu de temps qu’il passe à la maison. Marie et David ont préféré opter pour un logement dans lequel chaque enfant a sa propre chambre.

« L’idée de base : un enfant par chambre. Avec la différence d’âge, l’une a deux ans, l’autre huit ans, et Vincent, treize ans, il fallait un enfant par chambre. Après, il fallait tenir compte du sexe. On a mis les filles d’un côté, côte à côte, et l’autre chambre, la plus éloignée, c’est le garçon. C’est elle qui a rationalisé sur ce mode-là. Je préférais que Vincent ait une chambre moins grande, étant là moins souvent ».

  • 6 Dans d’autres familles, moins favorisées, même si la dimension psychologique n’est pas absente, le (...)

19Le temps d’occupation n’intervient pas, ou bien seulement en second lieu. On privilégie un autre aspect, beaucoup plus psychologique : le fait que chaque enfant puisse avoir un espace bien à lui, et particulièrement celui qui n’est là qu’épisodiquement, afin justement qu’il ne se sente pas mis à l’écart. Bien sûr, cette option est étroitement liée aux possibilités financières6. Le choix de Marie et David s’est donc porté sur un F5.

20S’est alors posée une nouvelle question : combien chacun doit-il verser pour le loyer et pourquoi ? Marie et David, respectivement psychologue et enseignant dans le supérieur, ont approximativement le même revenu disponible, en tenant compte des pensions alimentaires et des déductions fiscales. Doivent-ils payer la moitié du loyer chacun (parts égales) ou bien leur contribution doit-elle être évaluée en fonction des dépenses occasionnées par leurs propres enfants (règle de proportionnalité) ? Quelle est la formule la plus équitable ?

21Dans le cadre de nos travaux, nous avons rencontré sur ce point de multiples scénarios. Dans ce cas, l’intérêt réside justement dans l’écart des évaluations respectives de Marie et David. Pour elle, il semble aller de soi que chacun paie à part égale (et sans pointillisme), le partage se faisant en référence à ce qui constitue les ressources de cette communauté (deux salaires), et non par rapport aux dépenses effectives liées à l’histoire matrimoniale antérieure de chacun (les enfants). Si elle accepte le partage, l’idée qu’elle se fait de leur couple et de l’équité en son sein ne va pas jusqu’à prendre en compte les différences liées au nombre d’enfants de chacun et/ou au temps qu’ils passent respectivement au foyer.

David : « Un exemple tout bête : la première fois qu’on payait le loyer : 4 920 francs, c’est elle qui a fait le premier versement, je lui ai fait un chèque au centime près de la moitié. Je me suis fait incendié. Elle a accepté ce premier chèque après pas. Mais d’un autre côté, ne l’acceptant pas au centime près, ça permet des ajustements ».

22Pour David, en revanche, cette égale répartition est plutôt perçue comme injuste. Il fonderait plus volontiers son « sentiment de justice » sur un principe d’équité. En effet, si l’on tient compte du fait qu’il n’a la charge que d’un enfant, et encore, un week-end sur deux, sa contribution au loyer devrait être inférieure. Ne se situant pas en référence aux ressources, mais aux dépenses, il estime que, proportionnellement, il dépense plus que Marie pour le logement.

« Vincent vient tous les week-ends et actuellement, pour d’autres raisons, une fois tous les quinze jours. Alors qu’elle, elle a la charge de ses enfants, même si son premier mari prend sa fille moitié-moitié, pour l’autre, ce n’est pas le cas. Donc, en dominante, on l’a. Là, il n’y a pas d’ajustement au sens où on prend un F5 pour que chacun des enfants, même mon fils, ait sa chambre. Mais le loyer est divisé en deux... S’il y a un F5, c’est qu’il y a deux chambres pour ses enfants et une pour mon fils. Alors, faire la moitié, c’est sûr que c’est inégal. Mais, ça, ça n’a jamais été parlé... De mon point de vue, c’est un surcoût de loyer et ça me fait plus de dépenses qu’auparavant pour une prestation globale en termes de service qui n’est pas tellement supérieure, dans ma conception des choses ».

23Et il en est de même pour beaucoup d’autres dimensions : les courses, la consommation en général. Il est vrai que Marie et David n’avaient pas le même niveau de vie avant de se connaître ; le précédent partenaire de Marie gagnait à peu près deux fois le salaire de David.

« Ça suppose un surinvestissement sur certains postes budgétaires, même au niveau alimentation, bien que ce soit elle qui fasse le plus souvent les courses. Il est évident que vivant avec quelqu’un aujourd’hui, je dépense plus au niveau alimentaire. Faire moitié-moitié, ça crée une inégalité puisqu’elle a deux pensions alimentaires... Ça n’a pas été facile, car on a deux modes de vie différents. C’est-à-dire qu’en termes de pratiques de consommation (alimentation), même en termes de logement, etc... Disons que moi, j’étais beaucoup plus sobre au niveau des dépenses, à mon sens, qu’elle ne l’est ».

24Bien qu’il nous en parle, David n’a jamais véritablement abordé ce sujet avec sa partenaire. Il éprouve certes un sentiment d’injustice, mais « l’amour » ou la crainte de faire ouvertement les comptes interdit de l’expliciter. De plus, le mode de calcul qu’il aimerait faire valoir laisse entendre qu’il se refuse à assumer le rôle de principal pourvoyeur de ressources ; rôle que tenait le précédent partenaire de Marie. Il y a manifestement là un hiatus.

  • 7 Op. cit.
  • 8 Nous aurions pu également faire appel à d’autres théories pour expliquer l’écart d’évaluation de Ma (...)

25Si, comme le suggèrent J.-C. Mermet et M. Buisson7, on considère que tout rapport social se structure autour de la dette contractée et jamais tout à fait soldée, le moment où l’on solde les comptes pour s’assurer de la réciprocité des engagements est aussi le moment où l’on solde la relation. La fin de la dette peut signifier en quelque sorte la fin de la relation elle-même. Peut-être est-ce une des raisons qui contraint David au silence sur le sentiment d’injustice qu’il éprouve ? L’énoncé ne l’amènerait-il pas en effet à montrer sa volonté de faire que la réciprocité soit totale, et donc à rompre ?8.

26Il s’agit bien sûr d’un exemple. Dans d’autres familles composées, ce principe de l’équivalence comptable existe peut-être. Mais le projet de couple est alors très différent : « vivre ensemble », certes, mais pas « reconstituer » une famille. Les échanges familiaux intègrent alors cette donnée ; charge à chacun de gérer son histoire antérieure. Le paiement du loyer, parmi d’autres registres de dépense, entre de ce fait dans une arithmétique comptable où, implicitement, les enfants sont perçus en tant que « dépenses ». On se réfère alors à la règle de proportionnalité : celui qui a deux enfants contribue pour les deux tiers, et l’autre, pour le tiers restant.

Comptes et mécomptes : l’amour-raison

27Isabelle et Pierre (configuration 23) sont aujourd’hui remariés. Eux aussi appartiennent aux couches moyennes, mais Pierre, qui exerce une profession libérale, a un salaire nettement supérieur. Isabelle, divorcée, a eu trois enfants, aujourd’hui adolescents. Son premier mari a rencontré de nombreuses difficultés sociales et professionnelles. Ses problèmes d’intégration sociale ne sont pas pour rien dans leur séparation. Depuis lors, ses difficultés ne s’étant guère arrangées, il n’a pratiquement pas assumé ses responsabilités parentales : il fait partie de ces pères qui voient leurs enfants moins d’une fois par trimestre et ne versent pas de pension alimentaire. Isabelle a donc dû élever seule ses trois enfants. Elle l’a fait avec une combativité évidente et en a gardé une certaine fierté. Cette détermination l’a amenée à former une véritable « équipe » avec ses enfants. Ne supportant pas l’idée qu’ils aient pu pâtir de cette situation, elle en a fait des « enfants-roi ». Pour eux, il est toujours question de dépenser sans compter.

28Pierre de son côté est divorcé. Il a eu trois enfants de sa précédente union, dont deux étaint déjà majeurs et indépendants au moment de sa rencontre avec Isabelle. En revanche, il a assumé économiquement le dernier, bien qu’il n’en ait pas légalement la garde. Ses ressources, relativement importantes, le lui permettaient néanmoins.

29Pendant presque quatre ans, Isabelle et Pierre vont se voir, partager de longs moments ensemble, sans toutefois vraiment cohabiter. Pierre conserve un logement, qu’il occupe de moins en moins. Son appartement sert essentiellement d’espace de repli, toutes les fois où il y a conflit. Là encore, ses ressources le lui permettent. De plus, Isabelle est très hésitante. Ni elle, ni ses enfants ne semblent vouloir que la relation aille plus loin. Il est vrai que tout n’est pas « rose » dans le rapport que Pierre entretient avec ses « quasi beaux-enfants ». À chaque occasion de conflit, le quatuor indéfectible (Isabelle et ses enfants) se reforme contre l’« intrus ».

30La cohabitation, puis le remariage ne sont alors pas exempts de toute considération matérielle. Bien sûr, il y a l’amour. L’amour de Pierre pour Isabelle, la tendresse d’Isabelle pour Pierre. Mais, l’un et l’autre ont fait leurs comptes. Isabelle voit en Pierre une sécurité financière et affective qu’elle n’a jamais eue, une sorte de garantie de ne plus jamais manquer. Mais Pierre représente aussi la perte d’une indépendance et la fin d’une relation exclusive avec les enfants, qui de toute façon grandissent et vont finir par « voler de leurs propres ailes ». Les avantages matériels ont leur contrepartie. Pierre voit en Isabelle l’occasion à la fois de mettre un terme à sa semi-solitude et de relativiser substantiellement les surcoûts qu’elle entraîne : l’entretien d’un logement presque inutile, plus la diminution de charges fiscales considérables. Mais bien sûr, il y a aussi du contre. Choisir Isabelle, c’est inéluctablement choisir ses enfants.

31Les discours de ces deux partenaires sont assez clairs pour que l’on comprenne que leurs hésitations ou leurs aspirations ne sont pas totalement le fait du hasard. Leur choix est rationnel. Durant cette phase d’hésitation, un marché plus ou moins explicite aura même lieu. Isabelle qui a de bonnes raisons de ne pas institutionnaliser leur union, fera monter les enchères. Pierre doit faire la preuve de sa bonne volonté en s’impliquant financièrement, notamment en ce qui concerne les loisirs des enfants. La preuve de son « humanité » est, en quelque sorte, à ce prix. En bref, pour accéder au rang de beau-père, Pierre doit être généreux et manifester une certaine compétence : « apprivoiser » des enfants qui, autrement, ne verraient pas « l’intérêt » de sa venue au sein de la famille. L’enjeu est clair. Toute hésitation serait perçue comme de la pingrerie ou comme la preuve de son incapacité à accepter le marché.

32Le mariage contracté, le mécanisme s’inverse. Pierre fait valoir qu’il l’a épousée elle, et pas ses enfants, qui sont d’ailleurs presque en âge d’être indépendants. Il privilégie dès lors la défense de ses propres intérêts matériels. Non seulement le remariage se fait sous contrat, mais lorsqu’ils entreprennent d’acheter une maison, il est tout à fait clair qu’il s’agit de la maison de Pierre, et seulement la sienne.

33Serait-il parfois imprudent de trop compter ? Les difficultés conjugales de ce couple portent notamment, on l’aura compris, sur des questions matérielles. Là encore, chacun a sa manière de faire les comptes et de s’y retrouver ou pas. Quatre ans après la fin de notre enquête, Isabelle et Pierre sont divorcés.

Manières d’aimer, façons de compter

34Dans les cas de recomposition familiale, il semble impossible de se limiter au couple pour comprendre les comptes et les principes d’équivalence utilisés par les intéressés, ou encore les rôles que jouent « intérêt » et « humanité ». Nous devons de plus apprécier dans quelle mesure les situations auxquelles les acteurs sont confrontés et les trajectoires qu’ils ont suivies, les conduisent ou non à intégrer un registre de rationalité qui s’apparente fort à celui de l’économique.

35À la lumière de ces quelques exemples, on mesure à quel point le projet du couple ou le modèle familial de référence structure les modalités de l’échange et la règle de justice familiale. Selon que le projet s’oriente vers la constitution de tel ou tel type de vie familiale, priment la gratuité et le désintérêt ou la logique comptable. On pourrait presque illustrer cet écart en évoquant une sorte de graduation qui irait d’une logique individualiste et contractualiste à une logique communautaire et « familialiste ». Bien évidemment, la recomposition familiale accentue cet écart. Elle révèle néanmoins à quel point il est difficile de soutenir l’idée que l’on aime sans compter. L’absence de comptabilité ne signifie pas en effet que l’on ne compte pas.

36Si l’amour est supposé interdire le calcul, il ne l’évacué pas tout à fait. Mais la logique qui l’anime n’est pas à comprendre en fonction des seuls intérêts individuels, mais bien en référence à ce que vise à constituer l’« équipe conjugale ». De ce fait, l’inégalité ne génère pas forcément un sentiment d’injustice, parce que le juste ne se détermine pas relativement à ce type de rationalité.

Notes

1 F. de Singly : « Sociologie de la famille et sociologie de l’intérêt », Recherches et prévisions, CNAF, n°18/19 dec 89-mars 90, p. 74. On peut aussi se reporter à sa communication : « Deux raisons valent mieux qu’une : capital et humanité », présentée aux Premières Rencontres du Groupement de Recherche « Sociologie de la famille » à l’université de Rennes 2, les 14 et 15 septembre 1989, repris dans un article du Débat : « L’homme dual. Raison utilitaire, raison humanitaire », Le Débat, n°61, sept-oct. 1990, p. 138-151.

2 Ibidem.

3 Cf. M. Buisson, J.-C. Mermet, « Mobilité et socialisation familiale : le divorce », in Analyse des modes de socialisation. Confrontations et perspectives. Actes de la table ronde de Lyon des 4 et 5 février 1988. Groupe de Recherche sur la socialisation-CNRS. IRESE, Université Lumière. Lyon 2. Mai 1988.

4 Cf. F. de Singly, Fortune et infortune de la femme mariée. Op. cit..

5 Nous reprenons ici, bien que dans une optique différente, la formule avancée par Mary Douglas. Cf. « Il n’y a pas de don gratuit. Introduction à l’édition anglaise de l’Essai sur le don de Marcel Mauss», traduction de G. Lemattre, La revue du MAUSS. Paris, La Découverte. n° 4, nouvelle série. 2e trimestre 1990. p. 99-115.

6 Dans d’autres familles, moins favorisées, même si la dimension psychologique n’est pas absente, le choix est souvent dicté par le manque de ressources. Le « migrant visiteur », celui qui vient de manière ponctuelle à l’occasion du droit de visite, ne bénéficiera que d’un canapé-lit, d’un matelas de fortune, d’un lit amovible ou d’un lit superposé, alors que les « migrants résidents », ceux qui vivent en dominante au foyer, auront leur propre chambre, sachant qu’ils partagent parfois la même, notamment quand ils sont jeunes.

7 Op. cit.

8 Nous aurions pu également faire appel à d’autres théories pour expliquer l’écart d’évaluation de Marie et David, celles qui détectent des différences de sensibilité à la justice chez les femmes et chez les hommes, en référence aux écarts de rôles (expressif ou instrumental). Elle nous semble cependant moins pertinente dans ce cas précis. Cf. J. Kellerhals, J. Coenen-Huther, M. Modak : Figures de l’équité. Op. cit., p. 96-108.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search