Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Troisième partie. La recomposition familiale

Chapitre XIII. L’enfant de la recomposition

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Une enquête a montré que le nombre idéal moyen d’enfants se situait à 2,65 en 1987 et qu’il était u (...)

1Le désir d’enfant est déjà un phénomène complexe à appréhender dans les foyers biparentaux simples, même si certaines tendances se dessinent1. Il l’est a fortiori dans les familles composées. La question de l’enfant est d’abord étroitement liée à l’âge des protagonistes : au-delà d’un certain âge, le problème ne se pose plus. Mais elle est aussi dépendante du nombre d’enfants qu’ont ou n’ont pas eus les intéressés. Enfin, il est probable également qu’enfant rime avec engagement, et donc, dans une certaine mesure, avec mariage et institution familiale.

2Il est assez évident que la problématique de l’enfant est plus complexe dans les couples composés que dans les familles bi-parentales simples. En effet, la « position » des conjoints est rarement identique, l’un ayant déjà un ou plusieurs enfants, l’autre pas. Et si ce dernier en a eu, il n’est bien souvent que parent non-gardien. De plus, avoir deux enfants, si possible un garçon et une fille, apparaît bien souvent aujourd’hui comme idéal. La venue d’un nouvel enfant risque alors de perturber cet équilibre parfois déjà atteint. Du moins est-ce le sentiment du conjoint qui est dans ce cas.

  • 2 Cf. O. Bourguignon : « La question de l’enfant », L’Année sociologique, vol. 37. Op. cit p. 93-118.

3Si dans les premières unions, ce ne sont pas les « mêmes parents » qui attendent le deuxième ou le troisième enfant, le ou les précédents enfants ayant déjà modifié les positions en la matière2, dans les foyers composés il ne s’agit plus d’une image : le nouveau venu peut être le troisième de l’un, mais le premier de l’autre. La problématique de l’enfant est donc bien spécifique dans les cas de recomposition familiale.

4Dans les foyers biparentaux simples, le premier enfant inaugure le « familial » –la phase de conjugalité stricto sensu s’achevant avec sa naissance–. Dans les foyers composés, le nouvel enfant promeut aussi du « familial », mais celui-ci n’est pas véritablement précédé d’une phase que l’on peut qualifier de conjugale. S’exercent déjà au moins un rôle parental et un rôle beau-parental. Il transforme du « familial composé » en « familial simple et composé » : la famille n’est plus seulement une famille à beau-parent, des rôles parentaux y sont aussi assumés à parts égales. Ce qui relève de l’évidence et demeure impensé, c’est que le nouvel enfant favorise l’égalité des positions. L’enfant institue alors ce qui n’était parfois perçu et vécu que comme la réunion, voire la juxtaposition de deux trajectoires.

L’ordre des choses ou l’enfant comme évidence

5Cette dimension apparaît clairement dans les milieux à capital socio-culturel bas et moyen, notamment quand le nouveau conjoint, célibataire, n’a pas eu d’enfant. Avoir un enfant ensemble relève alors de l’ordre des choses, comme dans le cas d’Anne-Marie (configuration 2). Issue d’un milieu très défavorisé, Anne-Marie, quarante ans, divorcée et mère-gardienne de trois enfants, s’est installée après une période de non-cohabitation avec un célibataire qui a onze ans de moins qu’elle. Quand nous abordons avec elle le problème de l’enfant, elle se limite à ce seul commentaire :

« Je vais en avoir un. C’est en route pour le mois de mai ».

6Pour le reste, aucun développement. Les questions de relance sont ponctuées par un « oui » ou un « non », voire un silence qui trahit l’embarras. Toute question semble « déplacée ». Il est bien évident que si elle attend un enfant, c’est parce qu’ils l’ont voulu ensemble. Et l’enfant enclenche un processus d’institutionnalisation. Première étape, la cohabitation, mais sans ses trois filles qui refusent ce jeune beau-père. Seconde étape, le remariage qui est envisagé, malgré l’hostilité clairement affichée des parents de son conjoint, qui sont agriculteurs. Pour eux, non seulement elle est divorcée et mère de trois adolescentes, mais elle a onze ans de plus que leur fils. L’attente d’un enfant accélère cependant et rend irréversible le processus d’institutionnalisation.

7Le cas d’Anne-Marie est tout à fait illustratif de la problématique de l’enfant dans les milieux défavorisés. L’enfant « soude », consolide ou si l’on veut « donne consistance » à l’union. Et quand il n’y a pas encore eu remariage, le projet n’est pas loin. Bien évidemment, l’écart d’âge entre les conjoints, et surtout l’âge de la femme, précipitent parfois les événements.

8Nous avons rencontré le même type de processus dans deux configurations de milieu socio-culturel moyen. Quelques nuances apparaissent cependant : d’une part, il s’agit de couples dans lesquels la femme est mieux dotée culturellement que l’homme ; d’autre part, non seulement le projet d’avoir un enfant fait l’objet d’un discours, mais les perspectives d’institutionnalisation diffèrent. Il faut dire que dans un cas le nouveau partenaire est célibataire sans enfant, dans l’autre il est père non-gardien de quatre enfants.

9Evelyne (configuration 7), quarante ans, divorcée, est mère-gardienne de trois enfants, dont l’aîné a dix-huit ans aujourd’hui. Elle s’est mise en couple avec un célibataire sans enfant, Philippe, qui a treize ans de moins qu’elle. Elle est monitrice-éducatrice ; il a un BEP d’horticulture. Vivre avec Evelyne, c’est aussi, pour Philippe, assumer d’emblée un rôle beau-parental, notamment auprès de l’aîné qui, somme toute, est plus proche de lui en termes d’écart d’âge (neuf ans).

« Pour lui, ça a été dur au départ car il n’a jamais eu d’enfants. Mais je l’ai aidé. Ça ne pose aucun problème maintenant. Au contraire, mon fils s’identifie assez à lui ».

10En effet, son fils, vient d’arrêter l’école, et envisage de s’orienter vers une profession agricole. Pour l’instant, il travaille dans l’horticulture avec Philippe. Le jeune beau-père a su s’ajuster, point qui œuvre à son intégration pleine et entière au sein de la famille :

« Avec mes enfants, il est parfait, je n’ai rien à dire. Pourtant, ce n’était pas évident ».

11Dans les milieux socio-culturels moyen et élevé, satisfaire à ce rôle beau-parental fonctionne comme une sorte d’examen de passage. Savoir être beau-parent est la condition sine que non pour que s’ouvrent de nouvelles perspectives ; celle d’être père notamment. Et la problématique du nouvel enfant émerge d’autant plus rapidement que la mère a atteint un âge qui peut être perçu comme critique :

« L’enfant, ça a été un projet. Puisque tout allait bien, je n’y étais pas opposée. J’avais quand même un peu peur à cause de mon âge. Mais je savais que je ne devais pas attendre plus longtemps ».

12Contrairement aux cas de figure précédents, quelques précautions sont prises néanmoins à l’égard des enfants.

« On l’a annoncé aux enfants. Je le voulais. Mon ex-conjoint ne leur a pas dit. Et quand il en a attendu un, ça s’est très mal passé au début à cause de cela ».

13Anticipant ainsi la situation à venir, Evelyne s’évite de connaître les déboires d’Anne-Marie. En effet, ses enfants semblent attendre avec elle un nouveau petit-frère. À n’en pas douter, l’enfant constitue bien là aussi un vecteur d’institutionnalisation. Il conforte, donne consistance à la « nouvelle » famille, bien que le remariage ne soit pas en projet. Evelyne et Philippe ne s’y résoudront éventuellement que dans l’optique d’une homologation susceptible de simplifier la vie au quotidien.

« On envisage pas de mariage. Ça ne sert à rien. On y viendra peut-être quand le gamin ira en primaire et que ma dernière sera plus grande. De toute façon, il le reconnaîtra avant la naissance. Je crois que c’est mieux pour ses droits ».

14Le cas est un peu analogue pour Brigitte et Gustave (configuration 9). Cette fois encore, il y a un écart entre elle et lui d’un point de vue culturel : elle a son baccalauréat et a suivi des études d’infirmière (son ex-conjoint était aussi infirmier) ; il a plusieurs CAP. Comme dans le cas précédent, nous avons affaire à une combinaison des logiques de pérennité et de substitution : l’ex-conjoint de Brigitte entretient d’assez bonnes relations avec elle et exerce pleinement son rôle de parent non-gardien, alors que Gustave, qui a connu un divorce très difficile, ne peut plus voir ses quatre filles, ni son ex-conjointe. En revanche, il exerce auprès des trois filles de Brigitte un rôle de beau-père qui ne semble pas poser de problèmes.

15Mais l’important ici est le rôle que va jouer, dans cette famille composée, la naissance de leur petit garçon. D’abord, c’est le premier garçon parmi les sept enfants qu’ont eu, chacun de leur côté, ses deux parents. Mais surtout, il va engendrer un processus d’engagement mutuel qui débouche aujourd’hui, d’une part sur le désir de se remarier, et d’autre part, sur le projet d’entreprendre ensemble d’ouvrir un commerce et de quitter leur emploi respectif, qui ne les satisfait plus. L’enfant joue peut-être alors ou un rôle de déclencheur ou un rôle de révélateur, mais il traduit en tout cas un processus d’engagement.

Comprendre le désir d’enfant de l’autre

16Dans les milieux socio-culturels élevés, la venue d’un enfant donne aussi consistance à la famille composée. Le remariage n’est cependant quasiment jamais envisagé. Une seule exception toutefois, la configuration d’Arthur et Henriette (configuration 24), qui vont refonder une nouvelle famille en ayant trois nouveaux enfants et en se remariant, au préalable. Il faut dire que dans ce cas, Henriette était célibataire et sans enfant au moment de leur rencontre. D’une certaine manière, leur couple se fonde sur les mêmes bases qu’un premier couple. Lorsqu’ils se rencontrent d’ailleurs, Arthur est père non-gardien et vit « en célibataire ». Ce n’est qu’un peu plus tard qu’il obtient la garde d’un de ses deux fils, qui souhaite venir vivre avec lui et Henriette. Pour elle, il est tout à fait clair qu’elle veut des enfants. Une seule condition cependant, que ceux-ci ne perturbent pas sa carrière professionnelle. La logique dominante dans ce couple est donc celle d’une première famille légitime, à laquelle s’agrège un des enfants (adolescent) d’une première union, et qui fait la démarche lui-même de venir vivre avec eux. Contrairement aux cas déjà entrevus, ce n’est pas le beau-parent qui s’intègre à la famille, mais le bel-enfant. Une fois intégré, il ne fait l’objet d’aucun traitement spécial.

17En dehors de l’exception entrevue ci-dessus, le beau-parent doit se montrer à la hauteur de son rôle s’il veut être parent à son tour. Dans le cas où le nouveau partenaire n’a pas d’enfant au moment de la recomposition, le projet d’en avoir ne relève pas tant d’une évidence –symbole de la famille qui se reconstruit–, que de la compréhension : celle d’un parent gardien qui tient compte du fait que son nouveau partenaire ne peut faire qu’une expérience partielle de son rôle parental, jusqu’à ce qu’il ait des enfants « à lui ». Et cela est d’autant plus manifeste que le parent-gardien a déjà deux ou trois enfants, autrement dit, qu’il a le nombre d’enfants qu’il désirait. Dans ce cas de figure, l’inégalité des positions entre les conjoints contraint le parent-gardien à reévaluer son projet familial. Refuser d’avoir un enfant serait en effet injuste, tout particulièrement si le conjoint s’acquitte fort honorablement de son rôle beau-parental.

18Divorcée, Marie, 38 ans, est mère-gardienne de trois enfants (configuration 16). Après avoir entretenu une relation non-cohabitante pendant trois ans avec Benoît, célibataire sans enfant, elle vit avec lui depuis quatre ans. Ils ont eu ensemble une petite fille qui a deux ans. Marie est infirmière, Benoît est technicien supérieur en informatique et en téléphonie. Marie, qui garde une certaine nostalgie de sa première union, reconnaît qu’elle a un caractère qui n’est pas toujours très facile. Autant elle reconnaît les mérites de Benoît, autant elle ne peut s’empêcher de le considérer comme celui qui vient prendre une place que devrait encore occuper son ex-con-joint, qu’elle appelle toujours « mon mari ». De ce fait, leurs relations ne sont pas simples. Marie reconnaît néanmoins sa responsabilité sur ce point :

« Pour lui, ce doit être dur. Il faut du courage pour rester avec moi maintenant. J’imagine ce qu’il doit éprouver. Au départ, je ne voulais pas que l’on vive ensemble. Mais il était accroché à moi. J’ai pourtant rompu trois ou quatre fois avant que l’on soit ensemble. Je n’en voulais plus. Pour moi, il était à la place de...., il n’avait pas à être là. Combien de fois je l’ai mis à la porte ! Je ne le supportais pas. J’étais bien contente de le trouver pour sortir... Ce n’est pas très agréable d’aller chez des amis seule. J’étais un couple. J’étais bien contente quand ça m’arrangeait. Dès lors que ça portait atteinte à ma liberté, hop, j’étais infecte. Autant j’étais adorable avec mon mari, alors qu’avec lui j’étais infernale, je m’en rends compte. Parfois j’ai des remords. Mais je ne me voyais pas vivre avec lui... Il n’est pas décontracté. Il n’est pas calme, serein... En fait, je crois que les deux, mon mari et lui, cela ferait un homme sublime (...).
Avec lui, je ne sais pas, on se dispute tout le temps. Mais ça s’arrange tout le temps. Finalement c’est peut-être plus sain. Mais quand ça ne va pas, c’est fatalement à cause de lui. Je suis comme une mère « lionne » avec les enfants ; je suis toutes griffes dehors. Dès qu’il y a un mot de travers, je leur donne raison ; je suis indécrottable sur ce point, je n’y arriverai jamais. C’est pour cela que nos rapports ne sont pas évidents, mais c’est plus fort que moi. Je ne supporte pas qu’il les dispute ou qu’il leur fasse une réflexion. Je m’en veux, car c’est souvent justifié (...). Je ne sais pas comment il fait. Moi, à sa place, je serai partie. Non vraiment, il assume son rôle. Je crois que les enfants lui en seront reconnaissants plus tard. Je lui ai dit hier pour lui remonter le moral, car les enfants traversent une phase où ils ne veulent plus aller chez leur père. C’est vrai que je suis assez admirative qu’il s’occupe de mes enfants comme il le fait ».

19C’est dans ce climat que le problème du nouvel enfant va se poser. Benoît ayant réussi son « examen de passage », Marie se retrouve d’une certaine manière sa débitrice, comme elle nous l’explique fort bien, dans des termes qui sont assez révélateurs de sa position :

« Quels que soient nos rapports, je ferai n’importe quoi pour lui. Je lui ai fait une petite fille car je me suis dit : « Quand même, il ne peut élever les enfants d’un autre ; il sert à faire le ménage ! ». Faut dire qu’il est très maniaque, très bricoleur, alors que moi... Non, je voulais qu’il ait un statut dans la famille. Au début, je n’en voulais pas. Et puis après, je le désirai énormément. Et puis un enfant, ça stabilise bien des choses. C’est pour ça aussi que je voulais avoir une petite fille avec lui ».

20Le projet d’avoir un enfant ne relève pas de la logique de l’évidence, mais bien de la « compréhension ». Il a de plus l’avantage d’œuvrer à l’équilibre du couple et à l’intégration du nouveau conjoint. Toutefois, la décision de Marie n’est pas sans lien avec la posture actuelle de son ex-con-joint : il s’est lui aussi remis en couple et a eu deux enfants. En faire un à son tour, c’est un peu en quelque sorte lui « donner le change ».

« C’est vrai qu’au départ je ne voulais plus d’enfants. Puis après, j’avais envie d’en avoir un... peut-être d’ailleurs parce que mon mari en avait deux... Oui, certainement. D’ailleurs, on m’a dit que ça lui a fait un choc d’apprendre que j’étais enceinte ».

21En fait, Marie est lucide. Ses sentiments à l’égard de son ex-conjoint ne sont toujours pas clarifiés. Son passé interfère encore avec ce qu’elle vit aujourd’hui.

« Mon problème, c’est que je vis trop dans le passé. Il y a des moments où j’ai l’impression que toute ma vie est fichue. Alors j’ai l’impression que pour moi, maintenant, l’important c’est que mes enfants réussissent leurs études, qu’ils aient une bonne situation. Tout le reste je m’en fous ».

22L’indétermination constante de Marie s’explique sans aucun doute par la permanence de l’ambiguïté de ses sentiments à l’égard de son ex-con-joint. Mais un autre facteur joue aussi pleinement : sa représentation de l’amour et de la famille, conception héritée d’un milieu social favorisé, mais relativement traditionnel de ce point de vue :

« Moi, je crois qu’on ne peut pas aimer deux fois. On n’aime pas de la même façon. Là, j’ai l’impression d’aimer de façon raisonnable alors que pour mon mari, je faisais tout pour lui. Et même encore aujourd’hui, j’ai plus confiance en mon mari qu’avec la personne avec qui je vis. J’ai donné ma confiance une fois ; maintenant c’est fini. Cela, heureusement, il ne s’en rend pas compte, il ne voit pas ce que je ressens, et je crois que c’est préférable ».

23Dans cette perspective, il va de soi que l’enfant est un agent d’institutionnalisation suffisant. Puisqu’il équilibre les choses et renforce la position du nouveau conjoint au sein de la famille, nul besoin de recourir au remariage. Marie écarte même très nettement cette hypothèse :

« Pour moi, il est hors de question que je me remarie un jour ».

24Reste que si l’enfant institue la famille composée, l’expérience de la désunion lui a appris que rien n’est forcément définitivement stable. Elle s’est d’ailleurs déjà surprise elle-même à penser que leur nouvelle union pourrait un jour connaître la même issue que la précédente :

« Avant, je n’aurais certainement jamais pensé à tout cela. Maintenant c’est différent, j’en parlais en rigolant, il n’y a pas tellement longtemps, avec les enfants, qui, comme Benoît, adorent leur petite sœur. Enfuit, si on devait se quitter, ça ne serait pas simple... Alors les enfants me disaient : « Et s’il part avec Bénédicte ? ». Alors je leur répondais : « Je lui mets la justice aux fesses ». Mais on restera ensemble, bien que ça me soulage de penser que je ne vivrai pas toujours avec lui avec le caractère qu’il a. Mais s’il n’était plus là... Moi, j’aime la stabilité, et lui aussi d’ailleurs. Alors, il n’y aura pas de problème ».

25Par delà la singularité de l’histoire et de la personnalité de Marie, ce cas de figure reflète assez bien la position des mères-gardiennes des milieux socio-culturels favorisés qui vivent avec un conjoint sans enfant. L’enfant ne va pas de soi. Mais si le nouveau conjoint assume pleinement son rôle beau-parental, l’inégalité des positions apparaît injuste. Or comme l’enfant œuvre à l’intégration, institue et stabilise le couple composé, pourquoi ne pas entrevoir cette perspective même si, comme c’était le cas de Marie, le nombre d’enfants désirés est déjà atteint. Le remariage en revanche ne fait pas partie des projets, même dans ce cas particulier où les valeurs héritées du milieu d’origine pèsent encore sur les représentations de la famille.

26Bien que fondamentalement différent, le cas de Catherine (configuration 17), témoigne de la prégnance du facteur « compréhension » dans la problématique de l’enfant dans ces milieux à capital culturel élevé. Divorcée, elle est mère-gardienne d’un enfant qui a désormais 15 ans. Catherine, conseillère d’orientation, revit en couple avec Marc, un éducateur de 31 ans, célibataire sans enfant. Dans ce cas de figure, le nombre idéal d’enfant n’est pas atteint et Catherine ne peut guère être suspectée d’avoir une représentation traditionnelle de la famille. Malgré ces différences capitales, nous retrouvons sensiblement le même processus. Tout d’abord, elle insiste sur la relation bel-enfant/beau-père :

« Marc et Renaud, ça le fait bien. Pourtant, ni l’un et l’autre ne sont très expansifs au niveau sentiments. Marc ne s’ingère pas trop dans les affaires de Renaud, mais il est quand même très présent. Renaud l’a tout à fait accepté, peut-être justement parce qu’il ne va pas au-delà d’une certaine limite ».

27Ensuite, le problème d’un éventuel enfant est abordé, sachant que Renaud participe à la conversation. Et c’est lui qui répond le premier par cette phrase lapidaire, mais néanmoins révélatrice :

« C’est Marc qui en veut un ! »

28Aussitôt Catherine reprend en ces termes :

« Moi aussi, j’en veux bien un. C’est vrai que j’angoisse assez, c’est vrai que je ne me sens pas prête et que je sens que je n’y serais jamais, de toute façon. C’est vrai que ma relation à mon fils, moi, ça me suffit. Et puis c’est vrai que du fait que je l’ai élevé toute seule, que je lui ai consacré beaucoup de temps, et bien, maintenant qu’il est grand, je commence à pouvoir être libre, à pouvoir envisager des choses sans lui. Ça me permet de souffler un peu, c’est pas mal. Alors, un enfant... J’aurais bien profité encore d’un peu de temps. Mais je comprends que Marc en ait envie aussi et je n’ai pas de raisons réelles de dire non, surtout que sur tous les plans ça va bien avec lui. C’est sûr que c’est moi qui vais devoir le porter ; mais ça, ce n’est pas de sa faute ! Non, lui et moi, c’est parfait. On est ensemble tout en ayant chacun une certaine autonomie ; et avec Renaud, ça le fait bien. D’ailleurs, quand j’ai repris des études, lui et Marc étaient tous les deux ensemble deux jours par semaine pendant deux ans, quand j’étais à Paris. Il n’y a jamais eu de problème. Alors qu’à plus de 30 ans, il ait envie d’un enfant, quoi de plus normal ? Je pense que dans sa situation, j’aurais eu la même attitude. Et comme on vit ensemble, je n’ai pas vraiment de raison de lui refuser ça, même si, c’est vrai, moi je ne suis pas très pressée de ce côté-là ».

29Là encore, prime l’attitude compréhensive. L’enfant ne va pas de soi, mais il serait injustifié de ne pas accéder à la demande de Marc. Reste que Renaud, qui n’a pas partagé sa mère pendant quinze années, ne semble guère désireux d’avoir un petit frère. Soucieux cependant de ne pas afficher une hostilité trop nette à ce projet, que de toute façon il perçoit comme étant celui de Marc et non de sa mère, il justifie sa réaction un peu prompte par un discours qui vise à valider l’idée que d’avoir des parents trop âgés ne peut que se faire au détriment des enfants. Il est vrai que sa mère avait quinze ans quand il est né :

Renaud : « Moi je n’aimerais pas avoir des parents vieux. J’ai la chance d’avoir des parents jeunes si bien que, quand j’arriverai à un certain âge, ils ne seront pas encore vraiment vieux. Mais quand les parents ont des enfants après trente ans et que les enfants grandissent, ça doit pas être drôle, car il y a un décalage ».
Sa mère : « Ça dépend peut-être aussi des gens, tu ne crois pas ? Tous les gens de quarante ans ne sont pas forcément pareils. »
Renaud : « Malgré tout, il y a une certaine mentalité de différence. D’ailleurs, tu verras, dans dix ans, tu n’auras pas la même mentalité que maintenant. Mais moi, ce que je dis, c’est que le problème, c’est par rapport à l’enfant ».

30Au cours de l’entretien, Renaud, qui rentrait de l’école, ne prenait que très rarement la parole. Mais quand il a été question de nouvel enfant, il a aussitôt réagi. Sa mère le reprend pour pondérer son discours et lui signifier que ce projet est aussi le sien ; elle se voit néanmoins contrainte d’évoquer certaines de ses réticences. La suite se déroule entre eux. Visiblement, le problème n’avait jamais été abordé de manière aussi directe. La réaction de Renaud met alors Catherine dans un certain embarras, l’interviewer ne pouvant faire autrement que d’assister à la scène. Et cette situation était en effet ambiguë : Renaud avait précédemment parlé, sans la moindre hostilité, des deux enfants qu’a eus son père, et même évoqué la venue d’un éventuel troisième, sans manifester la moindre désapprobation.

« Oui, je m’entends bien avec mes petits frères. Je ne les vois pas très souvent, mais on s’entend bien. Évidemment, je joue avec eux, mais je ne peux pas tout faire avec eux, car il y a quand même un écart d’âge assez important. Et papa parle d’un troisième, mais ça je ne sais pas. On verra ».

31Les enfants se sentent d’autant plus concernés que l’enfant à venir est celui du couple avec lequel il vit. Il est donc fort probable que Renaud soit moins impliqué à l’égard des enfants de son père. En revanche, que sa mère, avec laquelle il a partagé toute sa vie en dehors de sa prime enfance, attende un enfant, n’est pas aussi facile. D’où sa réaction, qui n’est pas d’ailleurs tout à fait erronée : « C’est Marc qui en veut un ! » Dans le même temps où il la disculpe, il la somme implicitement de s’expliquer, en lui signifiant sa réprobation.

32Si la problématique de l’enfant se donne à lire selon la logique de l’évidence, puis de la compréhension, dès lors que le capital socio-culturel est plus élevé, il n’en reste pas moins que, dans les couples composés, l’enfant est sans conteste un agent d’institutionnalisation de la « nouvelle famille », mais aussi constitue un enjeu qui infléchit de manière notable le processus de recomposition familiale, comme en témoigne l’exemple suivant.

L’impossible enfant

33Solange, divorcée, est mère-gardienne de quatre enfants (configuration 8). Issue d’un milieu agricole, et fortement affectée par les crises de delirium tremens de son père, elle devient monitrice-éducatrice. Six ans après sa séparation, elle vit avec Gérard, célibataire sans enfant, qui a dix ans de moins qu’elle. Gérard, lui aussi fils d’agriculteurs et membre d’une famille nombreuse, est peintre en bâtiment. Là encore, le nouveau conjoint doit satisfaire pleinement à son rôle beau-parental. Une phase quasi-expérimentale est instituée :

« Moi, je l’aimais vraiment, c’était de l’amour, donc mes sentiments ont été sains et nobles. De son côté, ça a été sans doute la même chose. Mais je lui ai dit : « Si les enfants ne t’acceptent pas, tu reprends ton chez toi ». Et ça s’est très bien passé. Pendant deux ans, il venait de temps en temps, le week-end, manger le soir... Donc on voyait les réactions des enfants. Et les enfants l’ont très bien accepté. C’est pourtant ce qui m’effrayait le plus au départ, car mon fils avait douze ans, et puis c’est le seul garçon et l’aîné de la famille (...) En fait, les enfants ne sont jamais autant sortis que depuis que je l’ai connu. Il leur a même fait visiter Paris. Je crois que c’était le bonheur. Nous étions tous très heureux. Au bout de deux ans, nous avons pris la décision d’habiter ensemble ».

34Ensuite, Solange commente ce qu’ont été les débuts de sa vie en couple avec Gérard :

« J’ai vécu une vie de couple avec quelqu’un de plus jeune que moi, mais une vie de couple. J’avais un soutien. Je n’avais jamais connu cela. Il m’a ré-équilibrée, m’a beaucoup aidée, et à tous les niveaux. Et de son côté aussi, il y gagnait. On avait des discussions intéressantes. C’est vrai, il ne faut pas voir simplement le côté sexuel. Il y avait l’épanouissement d’un côté, d’un autre, une autre forme d’épanouissement, car je retrouvais mon équilibre. Je m’intéressais à des tas de choses nouvelles ».

35Mais bien que la problématique de l’enfant ait été très tôt évoquée et clairement posée, elle va « ruiner » cette union au plus grand regret de tous, enfants compris :

« Le problème, c’est qu’il était plus jeune que moi. Est-ce que je dois mettre l’âge en compte ? Oui, certainement. Il a su, lorsqu’on s’est connus, que je ne pourrais plus avoir d’enfants. On est parti sur des bases claires. Il savait où il allait. C’est très bien ça, mais on a des sentiments qui dominent la raison. Chez lui, c’est venu après six mois. Ce qui s’est passé, c’est que l’un de ses frères a eu un petit garçon. Ils sont six entre parenthèse. Là, il a commencé à réfléchir. Et puis son jeune frère et sa jeune sœur vont se marier prochainement, en mai et juin. Ces futurs couples espèrent aussi avoir des enfants. Il n’avait pas d’enfant. Il en voulait un de lui, ce qui est tout à fait compréhensible. Mais moi, je ne peux pas lui apporter cela, car j’ai eu une ligature des trompes (...). Le docteur m’a proposé d’aller à Caen me faire... mais alors, avec un pourcentage de risques pour l’opération et aussi de risques de grossesse extra-utérine qui sont très importants. En plus, j’ai quarante ans. Et en ce qui concerne l’enfant, si je tombais enceinte, là encore les risques continuent. Évidemment, ça a été un choix très très difficile pour nous deux, pour mon ami comme pour moi ».

36Si Solange comprend que les sentiments de Gérard dominent sa raison, elle va en revanche, après évaluation des risques, renoncer :

« Si j’avais décidé seule d’aller à C. pour me faire opérer et prendre les risques de tenter la chance, il ne serait pas parti. Il serait toujours là. Mais à bien réfléchir, je me suis dit, si sa démarche est toujours la même, si son besoin d’être père est toujours là, dans un an ou deux, si je n’arrive pas à le satisfaire de ce côté là, il partira. De toute façon, si je prends le risque de me faire opérer, je peux très bien ne jamais tomber enceinte. J’ai donc décidé de ne rien faire ».

37Solange et Gérard ont donc fini par se séparer. Habitant le même quartier, ils maintiennent des relations amicales. Mais faute d’avoir pu être ensemble parents, aucun retour en arrière n’est possible, même si lors d’une de ses dernières visites Gérard disait :

« Il y a deux choses que je regrette. La première, c’est de ne pas être allé à C., voir si moi, j’étais capable d’être père. La seconde, c’est de ne pas être parti deux mois, sans prendre d’appartement afin de me retrouver seul et réfléchir ».

38Quoi qu’il en soit, les enfants qui l’avaient pleinement adopté se retrouvent eux aussi dans une position délicate. Non seulement son départ affecte leur mère, ce qui visiblement les attriste, mais en plus ils perdent un « ami » qui a su redonner une joie de vivre au foyer. Difficile dans ce cas de se situer à l’égard de celui avec lequel on a partagé des moments de bonheur, mais qui part pour des raisons qui ne sont pas toujours très claires dans leur tête. D’ailleurs, les plus jeunes ne comprennent pas vraiment la situation, voire même ne l’admettent pas :

« Pour le moment, ils n’ont pas pu effectuer la démarche d’aller le voir, même le grand. Je ne peux pas dire qu’ils lui en veuillent. Le plus grand peut-être. Il voit ça de ses dix-huit ans. Alors qu’il réagisse comme cela au bout de six ans, c’est bien normal. Mais la plus jeune, elle, ne comprend pas comment je peux rendre sa liberté à un homme que j’aime pour qu’il soit heureux avec quelqu’un d’autre, qu’il arrive au but qu’il s’est fixé. Mais elle a onze ans ».

39L’histoire de Solange et Gérard apparaît comme un cas extrême. Elle est néanmoins illustrative de l’importance et de la prégnance de la problématique de l’enfant dans les cas de recomposition familiale, où le nouveau conjoint inaugure sa « carrière familiale » en assumant d’abord un rôle de beau-parent.

Notes

1 Une enquête a montré que le nombre idéal moyen d’enfants se situait à 2,65 en 1987 et qu’il était un peu plus élevé chez ceux qui avaient fait des études secondaires de second cycle, Bac compris (2,73) et supérieures (2,82) que parmi ceux qui n’avaient qu’un niveau primaire (2,63) ou secondaire de premier cycle (2,57). De ce fait, ce sont les cadres supérieurs qui veulent en moyenne le plus d’enfants (2,82) et les employés et les ouvriers qui apparaissent comme les plus malthusiens (2,58). Bien entendu, le nombre idéal exprimé ne correspond pas aux comportements réels. Il ne constitue qu’un indicateur global permettant d’apprécier de manière chiffrée ce que l’on appelle « désir d’enfants », et qui varie selon de nombreux facteurs. Ainsi, il est bien évidemment lié au nombre d’enfants que l’on a déjà (effet de ratification) : les personnes ayant 3 enfants sont proportionnellement plus nombreuses à estimer que le nombre idéal d’enfants est de 3. Cf. Y. Charbit, « L’opinion sur la politique démographique, la nuptialité et les nouvelles techniques de procréation en mai 1987 », Population, n° 6, nov-déc. 1989, p. 1159-1186.

2 Cf. O. Bourguignon : « La question de l’enfant », L’Année sociologique, vol. 37. Op. cit p. 93-118.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search