Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Troisième partie. La recomposition familiale

Chapitre XII. Le beau-parent : figure imposée ou rôle de composition

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La spécificité des familles composées après une désunion réside principalement dans le fait de mettre en scène un beau-parent qui ne bénéficie d’aucun statut juridique, ni d’aucune forme de support institutionnel. Pourtant, beaux-pères et belles-mères sont bien souvent confrontés aux enfants de leur nouveau(elle) conjoint(e) plus que les parents non-gardiens eux-mêmes, même si ces derniers assument la plupart du temps l’autorité parentale avec leur ex-conjoint. Comment est défini ce rôle social qui, d’une certaine manière, s’ajoute à la structure familiale, sachant qu’inéluctablement, du fait de cette confrontation régulière, les beaux-parents participent peu ou prou à l’éducation des enfants ? Quels types de rapports beaux-parents et beaux-enfants entretiennent-ils ? Les beaux-parents ont-ils le sentiment d’avoir des droits et des devoirs à l’égard de ces enfants ? Comment se construit ou s’institue ce rôle en l’absence de tout modèle de comportement établi, de norme à laquelle se référer ? Émerge-t-il un modèle de rôle susceptible de s’ériger comme norme, ou bien doit-on admettre qu’il existe pratiquement autant de rôles beaux-parentaux que de situations familiales composées ? Autant de questions en suspens que nous proposons d’illustrer à l’aide du matériau recueilli.

  • 1 Ce point sera plus particulièrement développé dans le prochain chapitre.

2En première approche, semblent exister, non pas un, mais plusieurs modèles de rôle beau-parental, largement déterminés par les variables envisagées : le milieu social, la représentation de la famille et le mode de régulation selon lequel se structure l’espace familial (logique de pérennité ou de substitution). Au-delà, interfèrent aussi d’autres variables, plus délicates à cerner, parce que moins bien définies où liées à la singularité de la configuration, telles : le passage du temps (le rôle beau-parental s’expérimente et se précise souvent au fil du temps) ; l’attitude du parent non gardien, mais parfois aussi celle du parent gardien ; l’âge des beaux-enfants au moment des premières confrontations ; le climat relationnel entre beaux-enfants quand il y a des enfants de part et d’autre, l’écart d’âge étant ici fortement déterminant ; la venue d’un nouvel enfant (donc d’un demi-frère ou sœur) qui renforce, formalise ou participe à institutionnaliser la « nouvelle » famille1, etc. Faute de pouvoir maîtriser la diversité de ces facteurs, nous nous limiterons à mettre en relief deux grands types-idéaux de rôle beau-parental, sachant que des variations existent bien sûr autour de ces pôles.

Reproduire un rôle, celui du parent

3Dans les milieux les plus modestes, le caractère fréquemment conflictuel de la rupture rend souvent impossible l’instauration de rapports mêmes purement fonctionnels entre ex-conjoints. La rupture consommée, le couple parental ne survit pas au couple conjugal. Dans le meilleur des cas, le parent non-gardien s’acquitte pour un temps et plus ou moins régulièrement de la pension alimentaire et, éventuellement, maintient quelques rapports avec ses enfants. Cette logique de rupture a une conséquence : si l’on ne peut pas aller jusqu’à dire que la place est « vacante », le beau-parent bénéficie d’une certaine marge de manœuvre qui le prédispose à tenir un rôle de « substitution ». À cela s’ajoute la prégnance du modèle familial traditionnel, avec la division stricte des rôles des sexes. En reconstituant une famille où le beau-père pourvoit aux besoins du ménage, se réagencent les rôles dévolus à chacun. Et, parmi ceux de l’homme, prend place celui d’incarner l’autorité dans le ménage.

4De ce fait, le rôle du beau-père peut finir par recouvrir quasiment celui du géniteur (pourvoyeur et figure de l’autorité). Ce rôle de substitution s’institue et se légitime d’autant plus facilement que le parent gardien et ses enfants sont ligués contre le parent défaillant. Dans un tel cas de figure, il n’est guère question de s’ajuster, de négocier, de définir les contours d’un rôle inédit, autrement dit de produire de nouvelles normes de comportement. À l’extrême, on va même tout mettre en œuvre pour que le beau-parent soit un parent à part entière. C’est le cas dans la configuration de Martine et Roger (configuration 4). L’effacement du parent non-gardien est tel qu’il préférera renoncer à son autorité parentale et à voir ses propres enfants, plutôt que de payer une pension alimentaire. Roger prend alors totalement la place de ce père défaillant en adoptant les quatre enfants de Martine, selon une procédure d’adoption plénière. Il se refuse d’ailleurs à être confiné dans un rôle de beau-père. Puisqu’il assume pleinement ces quatre enfants, il considère normal d’en être le père. Quant aux enfants, ils l’acceptent, semble-t-il, comme tel. Ils l’appellent même « papa », et non par son prénom, comme c’est le plus souvent le cas dans ces familles complexes.

5Bien évidemment, selon les caractéristiques de la configuration familiale, ce rôle de substitution peut être plus ou moins facilement investi. C’est le cas notamment quand le beau-père ne peut assumer le rôle de pourvoyeur et qu’en plus les enfants sont déjà grands. Le couple formé par André et Jeanne (configuration 3) est relativement illustratif de ce cas de figure. Bien que Jeanne désire que son conjoint tienne ce rôle à part entière, celui-ci éprouve des difficultés à s’imposer parce que, non seulement il ne bénéficie pas de l’ascendant symbolique et concret du rôle de pourvoyeur, mais en plus, il estime que ses beaux-enfants-désormais des adultes-doivent participer financièrement aux charges du ménage. Pourtant, les relations beau-parent/enfants étaient bonnes au départ, puisque c’est par l’entremise de ses enfants que Jeanne l’a rencontré.

« Les gars avaient été se promener, moi j’étais couchée, et ils me disent comme ça : « Tiens maman, il y a un copain qu’on a rencontré au foyer » (Sonacotra). Moi, je croyais, un copain de leur âge ; je n’aurais jamais pu penser que c’était lui. « Est-ce qu’il peut coucher-là ? ». Alors j’ai dit : « Ben, qu’il prenne ta chambre, tu coucheras dans le divan ». Le lendemain matin, j’ai vu que c’était un monsieur. Ça m’a fait tout drôle quand même ; voir un homme dans la maison, moi qui vis toute seule depuis 12. Surtout que je m’attendais à un copain de 20-25 ans. Après ils m’ont expliqué la chose. Il n’avait plus de travail, sa femme l’avait quitté et il avait un jeune gars à la DDASS qu’il voulait récupérer. Alors j’ai dit : « Bon, ben le temps qui se dépatouille pour trouver quelque chose, il peut rester là, et puis c’est tout ». De fil en aiguille, c’est qu’il est resté complètement ici... Il a fallu quand même un bon mois et demi pour qu’on soit vraiment ensemble (...). Alors voilà, quand on a dit aux enfants, on va vivre ensemble, et bien il n’y a pas eu de hic ». « C’est trois gamins que j’avais. Pas un homme et deux gosses. Quand ils se mettaient à chahuter, alors là attention ».

6Au départ, tout semblait donc pour le mieux. Mais très rapidement, l’ambiance se dégrade. André estime devoir intervenir pour appuyer ce qu’il reste d’autorité à Jeanne. Un clivage s’opère alors : André et Jeanne d’un côté, les enfants de l’autre. Reste que si André est tout pour Jeanne, il n’est, pour les enfants, qu’un chômeur qui vient de terminer un stage et qui est totalement dépendant de leur mère. Pourtant Jeanne ne perçoit que 2 000 francs par mois du fonds de solidarité et assume encore les frais de l’ensemble du ménage. Les rôles sont donc d’une certaine manière inversés. Bien qu’ayant peu de légitimité pour faire valoir une position d’autorité, à la demande de Jeanne, André tente d’exiger de ses enfants qu’ils participent aux frais du ménage puisqu’ils ne veulent pas partir. Le clivage se renforce et les conflits sont de plus en plus fréquents. L’exercice du rôle beau-parental ne peut alors recouvrir celui de parent, même si la mère gardienne y est tout à fait ouverte, espérant ainsi trouver un relais inespéré :

Jeanne : « Dominique, il a changé depuis qu’il est en stage... Avec les fréquentations qu’il a en ce moment sur le stage, c’est pas de la tarte, hein. On a commencé à mettre les holà ! »
André : « Ouais, c’est bien vrai. Nous on s’entend bien tous les deux, mais avec les gars en ce moment, ça ne va pas ».
Jeanne : « C’est vrai qu’ils traversent un passage là, et ben faut voir ça ».
André : « Ils se croient tout permis. Ils pourraient quand même aider un peu plus leur mère, avec toutes les charges qu’elle a. Y’en a un, y touche rien, mais l’autre, il a 2 800francs avec son AAH... »
Jeanne : « Il a été opéré de la hanche, il avait quatre ans. Il a une grosse balafre, hein ».
André : « ...et il touche un petit peu avec son stage. Alors quand même. Et il ne donne qu’un petit peu à sa mère. Y a des charges quand même. C’est que ça nous tue le chauffage, l’électricité, le coiffeur, le loyer, tout ça. Puis deux grands gars comme ça, ça mange, faut voir ! ».
Jeanne : « Il me donne une petite pension, c’est tout, justement, on est en bagarre avec lui, je lui ai dit hier, tu touches l’AAH, plus ta prime de stage. Alors il va falloir que tu augmentes. Mais je crois qu’il va falloir encore se chamailler parce qu’il est en pour parler pour acheter quelque chose. Monsieur à l’idée de s’acheter un scooter. Alors j’ai dit à son frère : s’il ne veut rien me verser en plus, et ben il ira manger ailleurs, il ira laver son linge tout seul et tout, voilà ».
André : « Ce matin, j’en ai discuté avec lui. Mais j’ai arrêté, j’étais prêt à m’engueuler avec lui. Maintenant qu’il travaille, il a changé, hein. Alors ça m’arrive d’avoir des mots avec lui. C’est quand même moi le plus vieux. Alors l’autre fois, on a été fâchés pendant un mois et demi. Mais, quand je dis quelque chose, c’est en face, pas par derrière. L’autre fois, c’était pour une chaîne. Moi, je mettais la télé, ben bon lui, il ne voulait pas de celle-là. Bon, ben je lui ai dit : « Si t’es pas content, c’est pareil. Et puis faut choisir : c’est moi qui part ou bien c’est vous ».
Jeanne : « Pas question. Maintenant que j’ai retrouvé le bonheur avec lui, c’est pas question. Eux, ils peuvent voler de leurs propres ailes. Et puis, il peut toujours prendre ses cliques et ses claques s’il n’est pas bien ici, hein ».
André : « je lui ai dit que si il continuait comme cela, je le foulerais à la porte, c’est vrai quoi. Qu’il se démerde ! Mais si sa mère ne s’entend plus du tout avec lui, moi je le mets dehors, un point c’est tout ».

7Le beau-père semble placer devant une alternative : ou bien il parvient à incarner en totalité ou partiellement un rôle de substitution, et c’est assez fréquemment le cas quand il pourvoit aux besoins de la famille et que les enfants ne sont pas trop âgés, ou bien c’est le conflit permanent qui peut, à terme, conduire à l’exclusion des enfants, si le parent gardien fait corps avec son nouveau conjoint.

8L’attitude du parent gardien est donc très déterminante. Si le beau-père n’est pas relayé par sa conjointe, la problématique de l’exclusion peut alors fort bien se renverser et concerner le beau-parent. Cas plus rare certes, mais qu’a connu Anne-Marie pendant un temps, avant de choisir de privilégier, elle aussi, sa relation de couple contre ses enfants (configuration 2). Durant quelques mois, ses filles sont parvenues à établir ce rapport de force, très certainement en raison de leur faible écart d’âge avec ce jeune beau-père (il n’avait que dix ans de plus que l’aînée), mais peut-être aussi parce qu’en termes de capital culturel, celui-ci ne pouvait guère rivaliser avec elles (l’aînée est en terminale, le beau-père, agriculteur, n’a que le certificat d’études primaires). Non seulement l’autorité de ce jeune beau-père ne pouvait s’appuyer sur un « effet de génération », mais en plus s’exerçait à son encontre une forme de violence symbolique implicite, qui n’est autre que la manifestation de surplomb d’une catégorie sociale sur une autre. L’échec de la cohabitation a dès lors contraint Anne-Marie à opter pour une relation conjugale sans cohabitation et une formule où elle s’est, pendant plusieurs mois, partagée entre le foyer de son nouveau partenaire et celui de ses filles.

« Au début, il est venu habiter avec nous. Mais vous savez ce que c’est, c’est pas évident. Avec les filles, c’était pas possible. C’est très difficile car mes filles ont dix-neuf, seize et quatorze ans. Elles ont leurs idées... Elles ne veulent pas accepter que les gens soient différents. L’adolescence, ce n’est pas drôle. Elles veulent ce qu’elles ont envie, et puis les autres, tant pis. Alors voilà. De toute façon, lui, il avait l’habitude de vivre tout seul, et elles, elles ne voulaient pas se serrer un peu, lui faire une place, quoi. Alors on n’a pas eu d’autre solution. On ne pouvait pas faire autrement. Puis à la fin, lui il ne voulait plus non plus. Alors moi je me suis partagée entre les deux ».

9Par la suite, elle parvient cependant à imposer sa relation conjugale, en partageant tout d’abord son temps entre ses filles, qui ont gardé son appartement, et son nouveau conjoint qui vit dans un studio. Puis, suite à sa grossesse, elle s’installe avec son conjoint et profite de l’entrée de l’aînée à l’université pour lui donner, ou plutôt lui signifier son autonomie. Il en sera, en quelque sorte, de même avec la cadette qui va se retrouver en pension.

10Notre matériau ne nous permet pas de commenter les situations où c’est une belle-mère qui doit s’inscrire dans une telle dynamique. Seule la configuration 3 s’en approche. Mais l’enfant de la première union d’André étant placé en famille d’accueil, et les enfants de Jeanne étant grands, celle-ci n’a pas pour l’instant à endosser un rôle de mère face à son bel-enfant. On peut toutefois supputer que la situation ne diffère guère quant au principe, qui consiste à se conformer à un rôle prescrit, cette fois celui de la mère, face à des enfants qui ont été relativement (et souvent encore plus nettement que pour les pères non-gardiens) abandonnés par leur véritable mère.

Composer un nouveau rôle : Le beau-parent

11À l’autre extrême de l’échelle sociale, la problématique du beau-parent se pose dans des termes radicalement différents. Il est vrai que la logique dominante est plutôt celle de la pérennité, et donc le parent non-gardien, loin d’être un « non-parent »» comme précédemment, assume le plus souvent son rôle. Il ne s’agit plus alors de remplacer une famille par une autre ou un parent par un autre. La famille existe au-delà de la dissociation et le beau-parent s’y intègre progressivement en trouvant ses marques : souvent celles que lui assignent parent gardien, parent non-gardien et enfants.

12Dans cette perspective, il est clair que l’on ne cherche pas à copier, à reproduire un rôle, mais à en composer un. Il n’y a pas de place à prendre, excepté celle de nouveau conjoint de la mère. Et encore, elle n’est tenable qu’à la condition que cela ne se fasse pas contre l’avis des enfants. Le moindre écart peut susciter de vives discussions pour aboutir à un ajustement. La préservation des enfants semble prioritaire. D’ailleurs, dans ces milieux, la venue d’un nouvel enfant est souvent conditionnée par la capacité du beau-père à définir sa place et à assumer pleinement son rôle, sans pour autant déborder de ce cadre.

13Bref, il ne s’agit plus de se substituer à un rôle parental classique, mais de composer un nouveau rôle ; et celui-ci doit être à la mesure des caractéristiques de la configuration et de son histoire. Le beau-parent est alors en recherche d’un modèle de comportement inédit, d’un rôle qui, là encore, se dessinera et s’instituera d’autant plus facilement que certaines conditions seront réunies : des enfants pas trop âgés, un parent gardien qui aide sans retenue son conjoint à définir et à occuper cette place, un parent non gardien qui ne fait pas d’obstruction systématique mais œuvre à la concertation, etc. Quelques configurations ont ces caractéristiques (configurations 17, 20, 21 et 22). Sans que l’on puisse parler de réseau familial dénué de conflits, les rôles de beau-parent y sont définis sans trop de difficultés.

14Dans la famille composée de Jean-Claude et Danièle (configuration 21), la fille du premier mariage de Jean-Claude, Céline, nous donne un aperçu des spécificités, mais aussi des atouts que représente le beau-parent dans une famille. Rappelons qu’elle a principalement été élevée par sa grand-mère paternelle, son père, comme sa mère ayant été incapable de l’assumer au quotidien pendant une dizaine d’années. Quand elle réintègre le foyer de son père et de sa belle-mère, elle a quatorze ans :

« Je dirai qu’en fait j’accepte plus facilement les choses quand c’est Danièle (sa belle-mère) qui les dit, car justement, elle n’a pas du tout le rôle de mère, c’est plus facile... C’est peut-être parce que... cela m’a beaucoup avantagé en fait qu’elle soit là, surtout quand j’ai habité chez Jean-Claude, parce que j’avais énormément de mal à me confronter à lui. Ça me permettait, et encore maintenant, d’avoir un intermédiaire... J’ai toujours eu des facilités à discuter avec Danièle. C’est même plus simple, dès lors qu’elle me dit les choses directement, je les accepte plus facilement quand c’est elle qui me les dit que quand c’est mon père. C’est vrai aussi que je lui en veux de m’avoir laissé je ne sais trop combien d’années chez ma grand-mère, même s’il venait régulièrement..., ne pas s’occuper de moi comme je pouvais l’attendre. C’est vrai aussi que j’ai plus de facilité à comprendre ce que me dit Danièle, car je me dis : “s’il voulait me dire quelque chose, c’était avant qu’il fallait le faire, maintenant, foutez-moi la paix !” »

15Danièle complète ce portrait en soulignant elle aussi cette spécificité. Le rôle de beau-parent est à mi-chemin de l’ami adulte et du parent :

« Il y a des particularités sur les relations avec des enfants qui ne sont pas les siens, mais c’est à un niveau personnel. Je crois que je n’ai pas la même qualité de relations avec Mathilde (la fille qu’elle a eu avec Jean-Claude) et avec Céline. En clair, cela veut quand même dire que je me mesurerai plus, dans mes propos, etc., avec Céline qu’avec Mathilde. Il y a une certaine réserve qui fait que je ne suis pas sa mère, donc... »

16Cette configuration est illustrative de ce que l’on pourrait considérer comme une situation quasi-optimale. Il n’en reste pas moins qu’au sein des couches socioculturelles élevées, il existe parfois des frictions, voire des conflits ouverts, étroitement liés à la différence des conceptions éducatives entre les conjoints, à la mésentente entre beaux-enfants et beau-parent, ou tout simplement encore à des projets de recomposition familiale différencié selon les conjoints.

17L’exemple typique de ces difficultés à exercer ce rôle est sans doute la famille composée d’Isabelle et Pierre (configuration 23). Dans leur cas, Pierre ne va pas réussir à trouver ses marques. Il semble d’ailleurs que les raisons de cet « échec » soient multiples. D’une part, il est manifestement gêné par les enfants d’Isabelle qu’il n’a pas choisis. Ceci se double de plus du fait qu’ils sont le fruit d’une union mixte avec un musulman, alors qu’il fait preuve d’une xénophobie assez manifeste. D’autre part, Isabelle ne l’a pas vraiment aidé à s’introduire et à se faire reconnaître auprès de ses enfants. Toutes les fois où il y a eu conflit, elle a reformé avec eux la cellule indéfectible qu’elle a toujours voulu préserver, à tort ou à raison. Enfin, les enfants, pré-adolescents et aujourd’hui adolescents, n’ont pas cherché non plus à faciliter la tâche de ce beau-parent très « maladroit ».

  • 2 On retrouve peut-être ici d’une autre manière ce que nous avions repéré, dans notre deuxième partie (...)

18Au sein de ces milieux sociaux plutôt favorisés, dès lors que prime la logique de substitution, la définition du rôle de beau-parent s’opère plus difficilement. Dans le cas de Pierre et Isabelle, il semble que cela provienne également du fait que Pierre n’entend plus assumer de rôle parental. L’âge intervient probablement pour une large part : Pierre a cinquante ans. Comme il le dit lui-même : « J’ai déjà donné avec les miens. Ça m’a largement suffi ». En ce sens, les enfants d’Isabelle sont de trop et cette lutte s’est encore durcie à partir du remariage2. La seule alternative est la séparation : d’un côté le couple remarié, de l’autre, les enfants devenus jeunes adultes. Cette « rupture » obligée de la première famille fragilise énormément cette configuration.

19Quoiqu’il en soit, de telles situations sont souvent douloureuses pour les enfants, leur circulation étant hyperfonctionnalisée afin d’éviter les rencontres. La logique de substitution ne signifie pas toujours que le parent non-gardien ne satisfait pas son rôle, mais que les rapports de parentalité sont traversés par des conflits et des tensions permanentes. Ces situations où s’expriment encore des conflits latents sont toujours difficiles à vivre. Tout particulièrement, semble-t-il, quand il s’agit d’une belle-mère, et que celle-ci n’a pas d’enfants. C’est le cas de Béatrice qui vient, après une période de conjugalité non cohabitante de plusieurs années, de s’installer chez Gérard, père-gardien de deux enfants (configuration 15). À la lumière de son exemple, composer un rôle de belle-mère paraît plus délicat. Il est vrai qu’en raison de la définition des rôles des sexes dans notre société, les parents gardiens sont majoritairement des femmes. Occuper cette posture particulière de belle-mère signifie ici qu’une mère n’a pas eu la garde de ses enfants, et donc se situe d’une certaine manière à contre-courant de la norme, ce qui a toute chance de renforcer les conflits, notamment quand cette mère, qui se sent un peu flouée, constate qu’une autre femme vivant avec son ex-conjoint s’occupe de ses enfants. Et quand celle-ci a le « malheur » de n’avoir pu expérimenter elle-même un rôle de mère, la situation devient plus complexe encore. C’est ce que nous explique fort bien Béatrice :

Béatrice : « Au départ, je ne voyais les enfants que très peu, le week-end, un soir de temps en temps. Petit à petit, j’ai été amenée à les voir plus, car ils venaient assez régulièrement chez mes parents à M. Ils venaient passer le week-end avec nous, mais c’est vrai que je n’étais pas très engagée dans leur éducation, dans la mesure où je ne les voyais que temporairement.
Depuis quelques temps, je suis avec eux, je partage avec eux les joies et les difficultés de la vie quotidienne. Ça ne se passe pas toujours très bien parce que... Je m’entends très bien avec eux, ils m’aiment beaucoup, mais bon, je ne suis pas leur mère, c’est inévitable. Moi, j’ai du mal à évaluer jusqu’où, dans l’autorité que je peux avoir sur eux, jusqu’où je peux aller. Ai-je le droit de leur donner une gifle ou pas ? Notamment avec celui qui a atteint l’âge de douze ans, qui est en période pré-adolescente, et qui est très difficile. Dernièrement, j’ai eu un petit conflit avec lui parce qu’il me cherchait comme on dit, il m’asticotait, et je ne savais pas comment me comporter. Ça m’a complètement démontée. Sinon, ça se passe très bien. Je leur impose, d’un commun accord, j’ai le droit de leur imposer ma façon de voir quand je suis avec eux... sur le comportement à table, sur leur habillement, sur leur propos, etc.
Enfin, ils ont eu le temps de me connaître avant de m’avoir au jour le jour. Et puis, il y a toujours les moments où ils vont chez leur mère. Pour eux, comme pour nous, c’est un moment où on souffle, car pour moi ce n’est pas toujours facile de vivre cette situation-là. Et je le dis très honnêtement, je ne suis pas mécontente quand ils s’en vont en vacances chez leur mère. Il y a un problème, mais qui n’est pas lié aux enfants mais à moi, dans ma tête : c’est que j’ai un peu de mal à admettre d’avoir le rôle d’une mère et de ne pas l’être. C’est un peu difficile. En gros, j’en veux un peu à la maman des enfants de ne pas avoir les difficultés que j’ai avec eux à certains moments (...). Je crois moi que, quand on n’a pas la garde, on a du mal à s’occuper de l’éducation au quotidien et l’on a tendance à être le parent-loisir. Ça pose nécessairement des problèmes pour celui qui gère le quotidien. On voudrait que l’autre assume une part de l’éducation. Et l’éducation, ça ne peut se faire qu’au jour le jour. Donc c’est là encore conflictuel à ce niveau-là. Mais c’est vrai tout de même que ça nous aide cette troisième personne. De temps en temps, le départ des enfants ça soulage ».
Gérard : « À la limite, c’est plus difficile d’avoir les enfants, mais en même temps, il y a une période de repos relatif qui permet de souffler et, lorsqu’on a de nouveau les enfants, c’est assez dur comme situation. On voudrait quasiment les avoir tout le temps ou ne pas les avoir du tout. Faire de l’éducation à 80 %, c’est difficile. On préférerait à 100 % ».
Béatrice : « Oui, c’est vrai, quand on retrouve les enfants, qu’ils sont un peu changés dans leur tête, on se dit : « zut, je préférerais les avoir tout le temps ». Mais en même temps, ça nous a permis de prendre un peu de distance par rapport à ce qu’on a vécu avec eux, notamment des moments difficiles des fois. Avantage et inconvénient donc, mais on ne peut pas faire autrement, on ne peut les priver d’un autre individu. Dans ma tête, c’est ça qui demeure. Je voudrais que l’ex ait complètement disparu, même physiquement, je l’avoue. En même temps, je me dis qu’on aurait peut-être pas vécu ensemble si la situation avait été différente. On ne peut pas élever les enfants des autres ».
Gérard : « En fait, tout ça, ça se construit tous les jours. Il n’y a pas d’expérience quoi. C’est inédit. Il faut toujours moduler ».
Béatrice : « Au départ, quand j’ai rencontré Gérard, je savais qu’il était marié, qu’il allait divorcer. J’avais de grandes idées, et je me disais : « Il faut que ça se passe bien, il faut maintenir un réseau de relations entre ces trois personnes qui vont avoir affaire aux mêmes enfants ». Je suis allée voir, de mon propre chef, l’ex-femme de Gérard pour lui dire : « Bonjour, je m’appelle une telle et je souhaite que, si on a besoin l’une de l’autre pour quelque chose, on puisse le faire en toute simplicité ». Bon, c’était en théorie, c’était très beau, c’était dans ma tête. Et je l’ai assez mal vécu d’avoir fait cette démarche, car ce n’était pas possible en fait que ce soit aussi idyllique que cela. Très rapidement, je lui en voulais pour plein de choses et on n’a jamais pu en fait, ni Tune ni l’autre, ni toi d’ailleurs, maintenir de relations. On n’a jamais pu approfondir aucun problème car il y a des choses trop fortes. Je ne sais pas comment exprimer cela, mais il y a un vécu trop important entre nous trois pour qu’on puisse dialoguer comme cela. Finalement, je vis mieux depuis que j’ai exorcisé ces belles idées que je pouvais avoir auparavant. J’estime qu’en effet, on ne peut s’entendre, on ne se voit pas, et c’est mieux ainsi. Je crois que, de son côté, c’est ce qu’elle souhaite aussi : moins on se voit, mieux c’est.
Cela dit, il se passe quand même des choses sans nous, par l’intermédiaire des enfants, c’est inévitable. Mais nous deux, on évite de... Si les enfants nous parlent de leur maman, on les écoute, mais sans poser des questions pour savoir ce qu’ils vivent avec elle. De toute façon, le dialogue n’est guère possible. Moi, j’ai tenté et je n’ai pas réussi. J’ai essayé aussi par rapport à l’éducation des enfants, par rapport aux grandes orientations. Faut-il qu’ils fassent de la musique, des colonies de vacances, etc. ? Je m’aperçois que ce n’est pas possible. En fait, il y a encore trop d’oppositions dans nos orientations. Gérard, en revanche, ne peut pas se permettre des non-dit pendant des mois parce qu’il a la garde. Donc, c’est toi qui impulse les décisions à prendre. Elle accepte plus ou moins bien. En fait, elle est assez campée sur ses positions. C’est du type : « Je fais ce que je veux avec les enfants, et tu fais ce que tu veux avec eux ». Moi, ça me révolte de voir que pour ses propres enfants, on arrive pas à déterminer un projet éducatif commun ! »

20Cette réflexion de Béatrice et Gérard sur la difficulté de définir, puis exercer ce rôle montre bien que la recomposition familiale dans ces milieux plutôt favorisés, relève bien de l’expérimentation, de la recherche d’une posture qui ne peut se définir qu’au fil du temps, sur le mode de l’essai-erreur. Et cet ajustement ne peut s’opérer en totalité au seul niveau du couple composé. La définition du rôle beau-parental est en outre d’autant moins aisé que prime une logique de substitution, que l’on a le statut de belle-mère sans être soi-même mère, et que les enfants sont pré-adolescents ou adolescents.

21Au sein des milieux dont le niveau socioculturel est intermédiaire entre ces deux extrêmes, les modèles de rôle beau-parental que nous avons rencontrés oscillent, si l’on peut dire, entre le rôle de substitution et celui de composition que nous venons brièvement d’illustrer, selon que les relations se régulent sur le mode de la rupture ou de la concertation. Ainsi peut-on trouver, bien que de manière moins caricaturale, des tentatives de négation de la spécificité du rôle beau-parental, mais aussi des essais de définition d’une norme qui soit la plus adaptée possible à la situation, en s’efforçant de ménager au mieux les intérêts et les susceptibilités de chacun, toujours dans une optique de préservation des enfants et de reconnaissance réciproque des rôles respectifs. Les quelques extraits suivants en témoignent :

« En théorie, c’est un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires. Mais c’est en théorie, ça ne se passe pas toujours comme cela. On fait en fonction des besoins des enfants (...). Il est arrivé que je lui (ex-mari) demande d’être un peu plus proche des enfants pour que ça marche bien entre nous tous, car c’est arrivé que les enfants n’aient pas vraiment envie d’aller le voir. Dans ce cas, je lui dis : « Les enfants ont organisé quelque chose », car il les aime, et je crois quand même que ça lui ferait mal de savoir que ses enfants ne voulaient pas aller le voir. Mais je n’aime pas ce genre de situation. Alors quand elle se prolonge, je lui dis franchement qu’il faut qu’il soit plus présent quand il les a, et qu’il ne les laisse pas simplement avec Odette (sa nouvelle conjointe). Elle est très gentille, mais pour les enfants c’est pas pareil. C’est leur père, quand même, qu’ils viennent voir (...) » (configuration 8).

22Il est clair que tout est mis en place pour favoriser la concertation et la bonne entente entre tous. Et si besoin est, l’intervention peut aller plus loin encore, toujours pour maintenir un climat qui satisfasse tout le monde :

« II s’était mis à boire à un moment, et il avait fait un début de paralysie. Bon, c’est le père de mes enfants. Je veux que les enfants l’aient le plus longtemps possible. J’en ai très ouvertement parlé avec lui quand il est venu chercher les enfants. Je leur ai demandé quand même d’aller dans leur chambre car ils n’ont pas à participer à toutes les conversations. Puis je lui ai dit ouvertement : « Arrête de faire le con, tu l’as déjà fait une fois, tes enfants t’aiment, ne fais pas n’importe quoi ! ». Il ne nie pas ce qu’il fait, mais il ne faisait rien pour changer. Alors je suis intervenue, car sa femme est gentille, mais je crois qu’elle ne sait pas toujours être assez ferme avec lui ».

23Dans l’ensemble, loin d’être perçu comme une ingérence, ce type de relation produit des effets, voire même est reconnu, ne serait-ce que par une sorte de retour de service ou par une délicatesse :

« Mon ex-mari a fait des recherches d’emploi pour mon ami au moment où il cherchait à se rapprocher pour que l’on se voie plus souvent ». « Quand j’emmène les enfants, maintenant, il m’arrive de prendre le thé, le café ou l’apéritif. Je suis bien reçue. Et quand les enfants reviennent le dimanche soir, et puisqu’elle a un grand jardin, ils me ramènent un bouquet de fleur de la part d’Odette ».

Des « familles expérimentales »

24Si la définition d’un rôle spécifique de beau-parent relève d’une production normative, au sens où peuvent émerger ainsi des modèles de comportements inédits qui, à terme, peuvent se diffuser, d’autres pratiques ont plutôt une valeur expérimentale, cherchant à s’ajuster au plus près des spécificités de chaque configuration familiale.

25Ainsi, dans bon nombre de ces familles, nous avons repéré un phénomène de « migration collective » des enfants, rompant avec les frontières de chaque foyer ou partie de la constellation familiale. Lorsque l’un ou les deux ex-conjoints se remettent en couple avec un nouveau partenaire qui a eu lui aussi des enfants d’une précédente union, et/ou ont ensemble de nouveaux enfants, la confrontation épisodique mais régulière (droit de visite) des enfants de différents lits participe parfois à créer des liens étroits. Une dynamique s’instaure, qui tend alors à « désenclaver » les familles et à favoriser une structuration de l’espace familial en réseau ; les enfants demandant à leur parents de « migrer » ponctuellement d’un foyer à l’autre avec leur demi-frère/demi-sœur ou beau-frère/belle-sœur.

26Concrètement, il peut s’agir d’un enfant qui demande à sa mère gardienne si son demi-frère (nouvel enfant de son père non-gardien) peut venir pour un week-end ou pour un anniversaire, ou bien encore d’un enfant qui souhaite aller chez son parent gardien avec le nouvel enfant de sa mère. Parfois, la demande concerne aussi les enfants de la nouvelle conjointe du père non-gardien en plus du nouvel enfant qu’ils ont eu ensemble. Bref, il semble qu’on aurait grand tort de négliger ce que peuvent jouer et promouvoir les enfants dans ces nouvelles constellations familiales.

Configuration 6 : « Il y a toujours un service dépannage dans la maison, un lit pliant. Alors ça n’a pas vraiment posé de problème. Pourtant, c’est même pas un demi-frère, puisque c’est un enfant de sa femme à lui. Mais ça c’est très bien passé. Il est venu en visite comme cela, et de leur côté ça a été bien accepté aussi. Enfin, ils ne s’y sont pas opposés, et je crois que c’est bien pour les enfants ».
Configuration 8 : « Ses filles (de la femme de l’ex-conjoint) viennent jouer ici, viennent dormir ici, à la demande des miens. Patricia et Sandrine sortent ensemble, chez l’une ou chez l’autre, même dans le courant de la semaine. Dès lors qu’il y a l’acceptation de chaque couple, personnellement, je ne vois pas pourquoi j’y serais opposée. Si elle (la cadette) les aime, pourquoi pas ? Ç’aurait pu être une amie qu’elle aurait connue à l’école puisqu’elles ont pratiquement le même âge ».
Configuration 18 : « Oui, de ce point de vue, ça ne pose aucun problème. C’est déjà arrivé une fois ou deux. Je lui (l’ex-conjoint) avais laissé mon petit dernier, avec son frère bien entendu, et le chien en prime d’ailleurs, parce que je n’avais trouvé personne pour le garder. Non, ça se passe bien. Ce serait ridicule, je crois, ne serait-ce que pour les enfants, de se refuser à ce type de situation pour je ne sais trop quel prétexte ».

27Quant à ceux qui n’y ont pas encore été confrontés, bien que les caractéristiques de la configuration les prédisposent à l’être, ils n’y sont pas hostiles, même si certains insistent parfois sur le fait que ce serait « surtout pour faire plaisir aux enfants » (configuration 16). En revanche, dans la plupart des cas où s’impose une logique de substitution, il n’en est pas question. Le simple fait de l’imaginer paraît même déplacé. Il faut reconnaître que dans ces cas de figure, même si les enfants peuvent le désirer ponctuellement, ils ne se risquent pas à en formuler la demande. Pourtant, dans quelques configurations où prime le registre de la substitution, certains parents-gardiens semblent prêts à envisager et à accepter ce type de situation : il s’agit alors des couples qui estiment ne pas être les artisans de cette absence de relations, voire même déplorent cette impossible régulation (configurations 15 et 17). Ainsi, Béatrice (configuration 15), enceinte de son nouveau partenaire, et qui fut belle-mère avant d’être mère, imagine que son futur enfant lui demande d’aller chez l’ex-femme de son concubin :

Béatrice : « J’aurais du mal à accepter, mais je n’en sais rien. Elle et moi, on est tellement différentes, et même opposées... Et puis, comme elle refuse déjà la concertation, disons que ça ne me serait pas facile d’envisager que mon enfant ait envie d’aller chez elle avec les enfants de Gérard, surtout que nous n’avons pas du tout les mêmes perspectives éducatives. Mais bon, pour l’enfant, je crois que serais prête à accepter ».
Gérard : « Moi, je crois que je m’en fous. L’important, c’est les gamins. J’ai une copine qui est dans ce cas-là. Elle a une petite fille qui réclame de partir avec les autres, chez l’ex. Mais ce ne sont pas les enfants qui veulent emmener leur frère ou sœur. C’est le nouveau gamin qui veut suivre les autres. C’est vrai qu’elle ne sait pas quoi faire. Mais elle, ça se passe bien avec son ex, alors c’est un peu différent ».

28Autre pratique : l’harmonisation des droits de visite lorsque les conjoints sont respectivement parent-gardien et parent non-gardien. Ce type d’option vise un double objectif : premièrement, faire en sorte que les enfants du parent non-gardien viennent quand les enfants du parent-gardien sont à la maison, afin qu’une fréquentation ponctuelle mais régulière leur permettent de tisser des liens. Il s’agit alors de promouvoir des rapports de proximité entre les beaux-enfants, mais aussi de donner corps à la « nouvelle » famille. Deuxièmement, s’aménager des espaces de liberté, une ou deux journées et soirées en tête-à-tête par exemple, la gestion successive des enfants, puis des beaux-enfants, pouvant s’avérer pesante.

29S’il est vrai que la recomposition familiale présuppose l’acceptation pleine et entière des enfants de l’autre, il n’en reste pas moins que c’est un projet conjugal. Or, si la venue des enfants du parent non-gardien correspond au moment où ceux du parent-gardien sont chez leur autre parent, les conjoints sont alternativement soit parents, soit beaux-parents, mais n’ont plus de moments pour eux. Il est possible de s’offrir ces moments d’intimité conjugale, dès lors que l’un ou l’autre parvienne à négocier une modification des jours de garde. Si une telle organisation délibérée n’est apparue qu’à deux reprises (configurations 14 et 20), il se peut qu’elle fasse des adeptes, certains reconnaissant clairement comme Béatrice précédemment, que : « De temps en temps, le départ des enfants, ça soulage ».

30Pour Marie et David (configuration 20), le choix est tout à fait clair. Rappelons que Marie, mère-gardienne de deux enfants de deux lits différents, revit avec David, père non-gardien d’un enfant. Marie et Bernard (son premier conjoint), se sont d’abord arrangés pour définir un droit de visite proche de la garde alternée, pour régler la circulation de leur fille, quand Marie s’est mise en couple avec Bertrand. Puis, quand elle le quitte avec un nouvel enfant pour vivre avec David, elle règle avec Bertrand les modalités d’un droit de visite pour sa seconde fille. Elle parviendra à négocier, pour que ses filles ne soient pas séparées, que Bertrand s’adapte aux modalités mises en place avec Bernard. Tous les deux prennent alors chacun leur fille un week-end sur deux et du lundi soir à la sortie de l’école jusqu’au jeudi matin, heure de l’école. Marie les reprend le jeudi soir après la classe. David, parent non-gardien, recevait son fils tous les week-ends et assez souvent le mercredi, donc après la classe le mardi soir. Marie et David seront bien évidemment soucieux de s’aménager des enclaves de liberté dans cette quotidienneté parentale complexe. Il n’était cependant pas question que Marie déstabilise ce qu’elle avait réussi à construire. David a donc négocié avec son ex-conjointe une modification des accords antérieurs afin qu’ils n’aient les enfants qu’un week-end sur deux et bénéficient de deux soirées en tête-à-tête pendant la semaine. Bien sûr, cette « mise en phase » ou harmonisation progressive des trois droits de visite n’a pu s’opérer que parce que chaque désunion a abouti à l’instauration d’étroits rapports de parentalité. Désormais, ce système, néanmoins fragile, semble satisfaire tous les acteurs de la constellation familiale, comme nous l’explique David.

« Personnellement, je pense que c’était la seule solution. Non seulement le couple que nous reformons a une certaine réalité pour les enfants, mais en plus, les enfants se voyant régulièrement, ils sont quand mêmes autre chose que des étrangers les uns vis-à-vis des autres, même si les écarts d’âge sont importants. Quant à nous, ça nous permet de souffler par moments, ce qui n’est pas si mal. C’est un accord qui est optimal, mais qui a failli être fragilisé parce que Bernard s’est remis en couple avec une divorcée qui a un enfant. Or avec son ex-mari, le divorce ayant été très conflictuel, la gestion du droit de visite est très rigide. Moralité, Bernard aurait bien aimé que Marie revienne sur les accords passés, pour justement avoir un système qui soit compatible avec les contraintes de sa conjointe. Mais là, il aurait fallu renégocier avec le second conjoint de Marie et mon ex-femme qui, cette fois, n’auraient sans doute plus trouvé ça drôle ».

31S’il est bien évident que cet arrangement est presque inespéré pour Marie et David, vue la complexité de la configuration, reste que la gestion des vacances n’est guère aisée. Chaque année c’est un peu la quadrature du cercle. Comment trouver au moins quinze jours de vacances avec les trois enfants sachant que tous les acteurs de la constellation familiale (nouveaux partenaires des ex-conjoints compris) ont un travail qui ne permet pas toujours de prendre des libertés, et que la nouvelle conjointe de Bertrand n’a guère de marge de manœuvre pour négocier quoi que ce soit avec son ex-conjoint ?

32En termes d’expérimentations, nous pouvons encore évoquer l’instauration d’une sorte de droit de visite en faveur d’un ex-beau-père. C’est le cas dans la configuration de Solange et Gérard (configuration 8). En effet, Gérard quitte Solange, mère-gardienne de quatre enfants, après avoir été plusieurs années son partenaire. Leur séparation est douloureuse. Elle s’est néanmoins opérée sans heurts et ils maintiennent encore des rapports amicaux. Après son départ, Gérard a souhaité revoir les enfants, ce que Solange a accepté une première fois, puis avec le temps, une sorte de droit de visite s’est établi avec une certaine régularité.

« Il vient voir les enfants tous les vendredi dès qu’il rentre du travail. Il téléphone d’abord, il me demande si ça ne m’ennuie pas, il ne s’impose pas. Mais il a envie de voir les enfants, c’est vrai. Eux aussi d’ailleurs, ils sont toujours contents de le voir. Et quand il ne peut pas passer, il appelle, en général le mercredi ».

33Bien que parti, il semble que Gérard fasse encore partie de la famille, du moins dans l’esprit des enfants, notamment de la plus jeune. Pour sa communion, elle a clairement posé qu’elle tenait à être entourée des personnes qu’elle aime. Bien évidemment, Gérard est du nombre. Ainsi, l’ex-ami de sa mère aura-t-il droit de cité dans cette réunion de famille, au risque de déplaire à certains.

« Elle m’a dit très clairement l’autre jour : « Je ferai ma communion solennelle à condition que j’ai autour de moi les gens que j’aime. D’abord, ma mère, mon frère, mes sœurs, mon père, Gérard, mon parrain, ma marraine et, en second, tata, tonton, etc. ». Elle classe les gens en premier et second degré. Et mon ami est associé aux premiers. De toute manière, je ne vois pas comment je peux refuser à un enfant qui a des sentiments pour quelqu’un. Et s’il est heureux en la présence de cette personne un jour important de sa vie, ce serait de l’égoïsme de refuser. Quand on fait des concessions, il faut aller jusqu’au bout des choses. J’ai quatre enfants, et un jour, il y en a peut-être un qui va revenir avec un monsieur ou une demoiselle qui ne va pas me plaire. J’essaierai au mieux de l’accepter, le mieux possible, oui. Et c’est pas évident. Alors là, pourquoi refuser ce qu’elle demande ? ».

34L’exercice du rôle de beau-parent est donc difficile à cerner, tant il est susceptible de varier selon les situations et les normes familiales de référence, mais aussi, tant il est amené à s’ajuster parfois à des spécificités familiales complexes.

Notes

1 Ce point sera plus particulièrement développé dans le prochain chapitre.

2 On retrouve peut-être ici d’une autre manière ce que nous avions repéré, dans notre deuxième partie, au sujet des rôles apparemment plus réduits assumés par les beaux-parents légitimes, par rapport aux beaux-parents concubins.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search