Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Troisième partie. La recomposition familiale

Chapitre XI. Normes familiales et usages du droit

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir leur présentation dans l’annexe méthodologique en fin d’ouvrage. On pourra dans la suite des (...)

1En analysant 24 configurations familiales recomposées1, nous avons pu apprécier comment se différencient les attitudes à l’égard du droit en fonction du capital culturel, du projet conjugal et du degré ou du type de communication dans le réseau familial élargi. En effet, comme nous l’avons évoqué, il est possible de distinguer différents usages du droit : du point de vue du droit civil, soit les acteurs évitent d’y recourir et préfèrent des situations de fait qui correspondent à des accords négociés entre les intéressés, soit ils homologuent ces accords préalables, soit encore, ils recherchent une conformité optimale aux normes légales. Les questions que nous souhaitons maintenant illustrer à l’aide des entretiens effectuées sont donc les suivantes : Les attitudes à l’égard de l’institution juridique sont-elles socialement typées ? Est-ce qu’un mode de régulation (intra ou extra-familiale) correspond à un ou des types de famille ? Et quelles sont les variables qui permettent de les spécifier ?

La force du droit

2Dans les milieux populaires, représentés ici par six configurations dont les partenaires ont tous des origines modestes, nous avons pu effectivement repérer une tendance assez nette qui se décompose en quelques facteurs essentiels :

  • des divorces conflictuels, avec une procédure pour faute, qui intervient pour cause d’adultère, d’alcoolisme, de violence et/ou d’abandon du foyer ;
  • un après-divorce durant lequel, le plus souvent, les rapports parentaux se maintiennent dans le conflit ou s’émoussent peu à peu, aboutissant à une disparition quasi-totale des relations du parent non gardien avec les enfants (non exercice du droit de visite, non paiement de pension alimentaire) ;
  • un logique de substitution très nettement dominante, qui fait que les parents gardiens cherchent rapidement, souvent presque aussitôt, à reformer un couple ou, mieux, à « refaire leur vie ». À ce niveau interviennent deux facteurs principaux : éviter l’isolement et restabiliser économiquement le foyer ;
  • une volonté de convertir ces nouvelles rencontres en mariage à plus ou moins long terme, sachant que là encore, l’argument économique intervient soit pour ralentir (ne pas perdre une allocation de parent isolé, par exemple), soit pour accélérer le processus (du fait de la dépendance économique de ces foyers).

3Il faut bien sûr nuancer cette tendance générale et quelque peu caricaturale. Mais elle traduit globalement l’attitude adoptée par les acteurs de ces configurations à l’égard de l’institution familiale. Nous avons ici affaire à une conception relativement traditionnelle, avec une division assez nette des rôles des sexes, où le mariage est un garant de l’officialité et de la légitimité de l’union, et où la famille n’est pas pensable sans les enfants. Leur provenance n’est pas nécessairement un problème. En revanche, le nom, indicateur essentiel de la filiation, en est parfois un.

  • 2 Nous rejoignons ici tout à fait les observations de Renée B. Dandurand dans son enquête sur le dés (...)

4L’attitude à l’égard du remariage est également relativement typée. Les personnes de ce groupe ne « résistent » pas a priori à l’institution matrimoniale, et ce d’autant moins que leur premier échec est compris comme le résultat d’une mauvaise alliance. Si cela n’a pas marché, c’est à cause du partenaire que l’on avait mal choisi2. Le remariage est envisagé, puisqu’il s’agit de la forme « normale » de vie en famille. De ce fait, le nouveau partenaire est souvent dépeint comme le contre-modèle du précédent. Par ailleurs, il est bien question de se penser comme une famille. En effet, la présence des enfants situe d’emblée le couple à ce niveau. Les acteurs de ce groupe (contrairement à ce que l’on observera dans des familles à plus fort capital culturel) ne distinguent pas la dimension du couple et celle de la famille, principalement du fait de la présence des enfants, justement. La famille composée est avant tout une famille, qui doit, autant que possible, s’approcher de la norme familiale de référence : la famille nucléaire traditionnelle.

5Ce schéma correspond globalement à toutes les familles d’origine populaire que nous avons rencontrées, à l’exception de la configuration 6, dans laquelle Gisèle et Antoine –l’un des couples séparés à l’origine de cette configuration composée-ont maintenu des rapports cordiaux et pérennes. Mais dans ce cas, le capital culturel d’Antoine ne peut être appréhendé uniquement par son niveau de diplôme. En effet, son long passé syndical a pu l’amener à une certaine forme d’ascension sociale. On peut peut-être expliquer ainsi l’importance qu’il accorde à la négociation et au dialogue lors de la désunion. Étant demandeur de la séparation, puisqu’il veut refaire sa vie avec la nouvelle partenaire qu’il a rencontrée, et sou cieux de ne pas perdre le contact avec ses enfants, il accorde une place essentielle à la régulation de leurs rapports pré et post-divorce. Il assumera également son rôle de parent non-gardien. Sans que nous puissions aller au-delà de la conjecture, il est possible que soit intervenu aussi dans leur cas le principe de réciprocité des positions que nous évoquions précédemment, et qui fait que les rapports entre les ex-conjoints sont peut-être d’autant plus aisément régulés qu’ils ont l’un et l’autre refondé de nouvelles familles. En revanche, pour l’autre partenaire de cette famille composée, nous nous situons dans le schéma caractéristique de ce groupe social, à savoir une rupture brutale avec une logique de substitution qui prime dans l’après-divorce.

6Mais en dehors de cette configuration familiale où prime l’auto-régulation (d’un côté du réseau tout au moins), toutes les autres se situent plutôt dans une logique de substitution où le droit semble être le seul recours légitime, le seul mode de régulation possible. Mais illustrons cette première catégorie de situations à l’aide de quelques exemples.

La cassure du divorce

« A 18 ans, j’ai rencontré mon premier mari... On s’était rencontré au mois de janvier 75 et je me suis mariée en juin. C’était rapide et puis, de toute façon, il m’a toujours trompé. Je me suis retrouvée enceinte et j’ai fait une fausse couche à cause d’un accident en septembre (trois mois sans pouvoir marcher). Après, je me suis retrouvée enceinte une autre fois, ça c’est l’aîné des gars. Les autres ont suivi après... Le divorce, ça m’a beaucoup marqué parce qu’il m’en a fait voir. Je pense pas que beaucoup de personnes ont dû vivre un divorce comme le mien. . Il me trompait. Je m’en suis aperçue quand le quatrième est né. Il était toujours parti le week-end. Je lui ai dit, “si tu me trompes encore, je divorce”. Il est parti un mois après la naissance de la quatrième. Il a demandé le divorce en disant que je n’étais pas capable d’élever mes gamins. J’ai tous mes papiers du dossier... Ce qui s’est passé, c’est que, déjà je suis partie pendant huit jours, parce que Monsieur était en colère. Il voulait de l’argent et moi, j’en avais pas. Il m’a dit comme ça : “demain midi, je veux de l’argent, sinon, je te casse la goule”. Quand j’ai vu ça, j’ai été voir les gendarmes. Cela ne pouvait plus marcher. Je voulais partir. Alors bon, ils m’ont dit : “si vous avez quelqu’un dans les alentours, prenez des affaires et allez chez eux”. C’est ce que j’ai fait, juste à côté, j’avais une tante. Je suis restée huit jours parce que je me suis dit, c’est moi qui ai les torts si je pars comme ça, je n’ai pas le droit. Je suis rentrée et c’est lui qui est parti. Il rentrait comme ça une demi-heure, pour discuter, pour gueuler... Ce qui s’est passé, c’est quand il revenait le samedi matin, il m’a demandé pour emmener l’aîné des garçons qu’il aime bien sur le marché. Je n’ai pas pris garde, et le voilà parti pendant deux mois... Il l’avait pris chez sa “poule”. J’ai eu du mal à le récupérer. Les gendarmes ne pouvaient rien faire tant que le divorce n’était pas prononcé. Alors, un jour, je suis allé le chercher à l’école. Quand il est revenu pour prendre le gamin à l’école, il n’y était plus. Après, je ne me suis pas laissé faire...
C’est elle qui a rédigé une lettre pour demander le divorce. Je ne pensais pas qu’il demanderait le divorce avec une lettre pareille. Ils prétendaient que je ne savais pas m’occuper de mes gamins. Je ne trouvais pas ça juste. Mais c’est lui qui a eu tous les torts. Je ne l’ai pas raté. J’avais à me venger justement. Après, j’ai eu, pas un tuteur, mais quelque chose comme ça, pendant deux ans, pour voir comment les enfants vont, évoluent. Il venait tous les deux mois. Et puis, il y avait la pension. Je crois que c’était 250 francs. La première année, c’était impeccable. La seconde année, il commençait à payer quand il voulait. Aujourd’hui, je touche plus rien. J’avais la garde isolée ». (Configuration 4).
« Mes parents étaient assez stricts. Une fille n’avait pas le droit de sortir, c’est certain...Si vraiment je voulais aller au cinéma ou quoique ce soit, il fallait que je me fasse accompagner par un de mes frères. Donc, on avait pris la décision que si on se mariait, on était plus libre. Mes parents avaient accepté, mais à la seule condition, c’est que je me marie... Bien sûr, mon père m’avait dit : “tu te maries,... réfléchis avant”. J’aurai peut-être dû l’écouter. Oui, mon père était lucide, il m’avait dit : “Il fait le gentil, mais tu verras, il changera”. C’est un fait certain, il a vraiment changé... Il avait pris une habitude. Quand je l’ai connu, il buvait pas. Je l’ai jamais vu ivre mort, mais c’est vrai qu’après, la première année de mariage, je me suis trouvée enceinte d’Éric, pour ainsi dire, je le voyais presque pas. Il faisait des apparitions nocturnes et puis quand il rentrait, il était sur les genoux... Moi, qu’il boive, ça ne me gênait pas du moment qu’il faisait pas de scandale. À la fin, c’était insoutenable, quand j’ai demandé le divorce en 74, il me croyait pas. Mais c’était quand il rentrait à quatre heures du matin, il hurlait, il s’en prenait aux enfants et je lui ai dit que le jour où il toucherait à un enfant, il prendrait la porte. Ça s’est produit. Il ne l’a pas touché méchamment, mais le petit pleurait, il a voulu le calmer et puis il s’est cogné la tête, il a fait une hémorragie nasale. Je lui ai dit alors : “Maintenant, c’est fini, je divorce”. Il a jamais voulu me croire, mais j’ai fait ma demande...
Après le divorce, au début, il va prendre les enfants régulièrement, après, j’ai vu qu’il les prenait quand il avait envie. J’ai demandé un service d’AEMO quand c’était son week-end de garde. Je les mettais chez sa mère à lui. Maintenant il leur téléphone. Au début, les enfants étaient trop jeunes pour comprendre. Mais en grandissant, ils ont compris pourquoi il y avait eu tout ça. Éric avait treize ans. Il a lu tout le compte-rendu du jugement de divorce. Ils ont compris parce que quand il les prenait, il venait les chercher le samedi après-midi et il ne rentrait pas avant deux-trois heures le dimanche matin, parce qu’il avait été dans un café. Ils ont très bien compris. À la fin, ils disaient : “On va chez mémère ou bien on va pas du tout chez papa”. C’était leur principe à eux, c’était pas le mien. » (Configuration 5).

7Ces histoires de divorce semblent suivre des schémas analogues : des unions précoces, qui remplissent parfois une fonction d’émancipation d’un milieu assez strict et traditionnel ; des naissances précoces, puis des difficultés conjugales de plus en plus insupportables. Le besoin de fuir un chaos quotidien s’impose peu à peu et le divorce est la seule issue. Rien ne se négocie. Tout se résume à un conflit ouvert où il y aura inéluctablement un perdant. Prime alors la régulation externe. Le droit, la justice, la loi sont des recours, des relais indispensables ; pratiquement le seul moyen, semble-t-il, de se sortir d’une situation qui ne peut autrement se réguler. Dans ces déchirures, le perdant finit bien souvent par s’effacer de la vie de ceux qui composaient sa famille. Il ne joue pas, après la séparation, le rôle de parent qu’il n’assumait d’ailleurs pas toujours avant. Tout est prêt alors pour qu’une logique de substitution s’installe dans l’esprit du parent gardien, ici des mères gardiennes. Durant cette période de l’après-divorce, quelques-unes d’entre elles bénéficient des allocations familiales réservées aux parents isolés, du fait de leurs difficultés d’insertion sociale et de leur dépendance économique. Mais elles peuvent aussi entrevoir une issue grâce aux rencontres. Il faut cependant que celles-ci ne soient pas sans lendemain.

Refaire sa vie

8Si retrouver un partenaire pour ces mères gardiennes s’impose bien souvent, ce n’est pas sans obstacle et sans hésitation parfois. Ainsi est-ce le cas pour Françoise (configuration 5), qui après son divorce va bénéficier de l’Allocation de parent isolé pendant plusieurs années. Certes, elle rencontre Daniel alors même qu’elle est séparée depuis à peine un an et pas encore divorcée. Lui aussi est en cours de divorce. Mais leur instabilité respective, les regards et les jugements de leur milieu environnant, le fait que Daniel travaille dans une ville éloignée durant la majeure partie de la semaine, mais aussi que Françoise ne tienne pas à perdre le bénéfice de l’AΡΙ qui lui permet de subvenir à ses besoins et de rester indépendante, vont les amener conjointement à maintenir leur relation dans une relative clandestinité pendant près de quatre années. Malgré la naissance de leur premier enfant un an après leur rencontre, Daniel maintient cette situation et ne reconnaît pas même l’enfant. Il ne le fera que trois ans plus tard. Dans leur cas, comme dans le suivant, la question de l’identité des enfants apparaît centrale. Dans le remariage, ces acteurs recherchent la légitimité et tendent à s’approcher le plus possible d’une situation conforme au modèle familial traditionnel auquel ils se réfèrent manifestement. Le patronyme porté par les enfants en est l’indicateur.

« Daniel a vécu indépendamment. Il se trouvait que je demandais mon divorce à ce moment-là. J’ai prévenu Daniel, je ne voulais pas d’attache. J’ai eu Karine en 76 et elle a porté mon nom jusqu’en 79... J’ai décidé qu’on se laisse une certaine liberté. J’avais reconnu Karine, donc j’avais droit à l’allocation de parent isolé. Je ne voulais pas qu’il me donne de l’argent pour Karine car je perdais mes droits... J’ai eu des tas de contrôle de 74 à 79, parce que j’avais un ex-mari et lui une ex-femme qui nous ont cherché des noises... J’ai laissé Daniel libre. Je n’ai pas voulu qu’il se dise : “Bon, j’ai eu un enfant avec elle, je vais me mettre en ménage”. C’était à lui de décider. Je le voyais, mais je n’imposais pas ma présence, ni celle de Karine. Quand il voulait voir ses enfants, c’est de lui-même. Et c’est de lui-même qu’il a voulu revenir en 79. Mais la question est que je ne voulais pas, étant donné que je sortais d’un divorce, je ne voulais pas m’imposer en disant : “oui, maintenant j’ai un enfant de toi, tu viens avec moi, tu prends les deux miens”. J’avais décidé que lui réfléchisse et moi également. Ce n’est pas moi qui ai fait le premier pas... Je pouvais très bien rencontrer Daniel dans certains endroits, mais je faisais celle qui ne le connaissait pas. J’estime qu’il avait le droit à sa liberté comme moi j’avais le droit à la mienne. Bon, en 79, il en avait marre d’aller à droite à gauche, quand on travaille en déplacement, il n’avait pas d’attache puisqu’il avait laissé l’appartement à sa femme et tout, donc il était une fois à l’hôtel, une fois chez sa mère. C’est lui qui a pris la décision, pas moi.
Quand il est venu, on a été reconnaître Karine, on a été tous aux allocations, parce que je ne voulais pas toucher l’API pour devoir la rembourser le mois d’après. La loi est comme ça. J’avais fait le nécessaire avant. Du jour où il a reconnu Karine, je n’ai touché que mes allocations familiales pour mes trois enfants. Le reste, je n’y ai pas eu droit. Forcément, il y avait son salaire, il venait avec son salaire.... C’est lui qui a voulu reconnaître l’enfant. Moi, je pensais au début : “Elle est très bien comme ça”. Il a dit : “Non, non, elle portera mon nom. Un point, c’est tout”. Je serai bien restée comme ça. Elle était habituée. C’est ce que disaient mes fils, plus tard quand elle va aller à l’école, son père s’appelle F., elle s’appelle G..., c’est mon nom de jeune fille. Tout le monde va lui poser la question. C’est aussi bien qu’elle porte le nom de son père immédiatement. Mais Karine a été baptisée sous mon nom de jeune fille, après elle s’appelait F..., quand elle a fait sa communion, il a fallu tout changer à l’êvéché... J’ai eu Edmond en 81, et je me suis retrouvée enceinte en 82. Ma seconde fille est née en janvier. Bon, Edmond quand il est né portait aussi mon nom de jeune fille. Il l’a reconnu quand je sortais de la maternité. Il n’avait pas pu redescendre. En 82, je me suis mariée le 6 novembre. Il a dit : “Il y a Mélanie qui arrive, donc il va falloir que j’aille la reconnaître. Autant qu’on se marie. Sinon, ils vont tous porter mon nom et ça va faire ton nom de jeune fille avant. Ils comprendront pas”... À l’école primaire, l’an passé, ils l’appelaient F..., mais son inscription portait les deux noms. C’est un fait certain que s’ils voulaient continuer leurs études, ils auraient eu des problèmes avec ces deux noms. Donc, c’est surtout par rapport aux enfants qu’on l’a fait, plus que pour nous. Moi, j’aurai très bien pu rester comme ça x temps. » (Configuration 5).

Refonder une vraie famille

9Dans le cas de Martine et Roger (configuration 4), la substitution est totale. Roger est célibataire et il va parfaitement intégrer son rôle beau-parental, d’autant mieux que le père des quatre enfants de Martine ne cherche plus à les voir et qu’il ne paye plus sa pension alimentaire. Ils entreprendront donc une mesure d’adoption plénière.

Martine : « J’avais rencontré quelqu’un, en 81. Sur les journaux, il y avait une annonce, un homme qui recherchait une femme et qui avait une petite fille. Moi, ça me gênait pas. Mais ça marchait pas avec le gars. Sa gamine pouvait faire le bordel, mais dès que les miens faisaient quelque chose, ils se faisaient engueuler. Alors, j’ai dit “non”... Après, j’en ai rencontré un autre : là, c’était le calvaire. Je l’aimais bien, mais il n’a pas été longtemps avec moi. Je m’étais attachée beaucoup. Il m’a laissée tomber pour aller avec une autre... Avec Roger, on s’est connu à la piscine. Il y avait un petit gamin qui jouait il me dit comme ça : “c’est mignon” et moi, je lui dit : “oui, mais moi, j’en ai quatre”. Je lui ai dit : “Je suis divorcée, j’ai quatre gamins et mon premier mari, il m’a fait tellement de dettes que j’ai eu du mal à remonter, alors, il faut savoir. C’est pas la peine de venir avec moi comme ça un certain temps et puis après s’en aller. Moi, ça ne vas pas marcher et je m’attache facilement”... Alors lui, il a accepté. Il a dit : “c’est pas grave”. Sa mère à lui n’a pas très bien accepté, ni sa sœur... Même les enfants étaient très contents... Je l’ai connu en juillet et en octobre, on se mariait. Comme je touchais le “parent isolé”, dès qu’on s’est marié, j’ai fait tous les papiers tout de suite. Fout reprenait à zéro automatiquement... »
Roger : « Moi, les gamins, ça me posait pas de problème. Même mariés, on a eu des problèmes pour qu’elle se fasse régler ses pensions alimentaires et j’estime qu’il ne faut pas exagérer. Il y a eu arrêt sur salaire. Moi, j’avais la garde des enfants parce qu’il les premait plus et après il s’est trouvé le problème que quand moi j’allais le chercher à l’école, l’institutrice disait : “Monsieur D...” J’ai dit : “ça ne va pas”. Alors, hop, je me suit dit : “les gamins, je vais essayer de les reprendre à mon nom”. Il n’y a pas eu de problèmes. Bon, maintenant, c’est des R... Ça a duré presque deux ans cette histoire-là et maintenant, c’est des petits R... Il n’y a pas de problème... C’était pareil sur la feuille de sécurité sociale, on voyait Monsieur et Madame R... et les gamins au nom de D... Maintenant, on a tous le même nom. Ce n’est pas méchant hein, ça n’apporte rien, mais bon, je les élève. C’est plus facile comme ça. Au niveau des hôpitaux, la gamine s’est faite emmener, c’est pareil, on a demandé Monsieur D..., “il est pas là Monsieur D”... Aujourd’hui, on touche les allocations pour les cinq gamins. De toute façon, je les touchais quand même. Même si le dernier était R..., les cinq gamins étaient à moi quand même. Ça n’a rien changé pour les droits sociaux. Ça nous a même plutôt désavantagé puisqu’on avait la pension alimentaire : 1 300 francs. C’était soit on avait 1 300francs et les gamins continuaient de s’appeler D... et tout le cinéma, ou alors, on coupait tout, on perdait les 1 300francs mais après, c’était des petits R... Parce que mentalement, c’est quand même une barrière quand il y a un nom différent. C’est une barrière naturelle... Ce n’est pas un problème biologique, c’est un problème moral. Je ne fais pas de différence que j’en ai qu’un seul ou que j’en ai quatre. Ce que je voulais dire, c’est que quand il y a des parents où les enfants vont tous les 15 jours chez le père ou la mère, c’est que quand la mère a la garde des enfants, elle les dirige comme elle veut pendant 15 jours et comme le week-end, c’est le père qui les a, il dit autrement, ça ne peut pas aller entre les deux. Ce n’est pas possible. Et puis, il y a des bourrages de crâne. On voyait bien avant avec l’aîné, quand il était à la maison, ça allait très bien et quand il partait deux jours chez son père, il revenait, il était intenable. Il bourrait le crâne du gamin contre nous. Je ne sais pas ce qu’il lui disait, ça faisait court-circuit avec nous. Donc, il fallait encore deux jours pour qu’il se remette dans le bain. Ce qui serait bien, c’est que les gens arrivent à faire comme nous, une adoption plénière... L’adoption plénière, c’est bien dans le sens où moi, je les prends petit et je les élève à ma manière et l’autre, ils peuvent l’oublier. Mais quand ils ont un certain âge ? »
Martine : « On a eu des problèmes pour avoir l’adoption plénière. Il faut que moi je sois d’accord, que mon ex-mari soit d’accord aussi. Mais, en fait, on n’a pas eu de problème car lui, il voulait récupérer l’argent pour ne plus payer de pension alimentaire... La loi est bien faite..., mais je trouve pas normal que la loi permette à des enfants de rester avec leur mère alors qu’elle picole. Si la gamine préfère aller avec son père. Les gamins n’ont rien le droit de dire jusqu’à 12 ans. .. Il y a des divorces qui se passent bien. Les gens ne s’entendent plus et prennent les enfants chez l’un ou chez l’autre et le partagent 15 jours, 15 jours pendant les vacances. Mais moi, avec mon mariage, ce n’est pas le cas... Alors l’adoption plénière, c’est le mieux qu’il y ait à faire, quand c’est possible. Comme ça, au niveau psychologique de l’enfant, il n’a pas de changement, il n’a pas de transfert... Ici, ils suivent leur scolarité et ils font leur vie. »

10Dans cette configuration, le droit occupe une place centrale (« la loi est bien faite »). Au-delà de la régulation du divorce très conflictuel, il va permettre à une nouvelle famille de se fonder en toute légitimité. La demande de droit est donc forte et les aspirations de cette seconde famille sont de s’approcher autant que possible d’une famille bi-parentale simple. Roger n’a pas vu d’obstacle à assumer les enfants de Martine, mais il lui semblait injuste de se cantonner à un rôle de beau-père alors qu’il assumait un rôle parental à part entière. Comme dans la configuration précédente, la question du patronyme est tout à fait symptomatique (« les reprendre à mon nom »).

11Et cette logique de substitution n’est pas qu’une question de modèle ou de culture. Elle semble répondre aux problèmes que rencontrent effectivement les acteurs. En effet, face à l’abandon de l’ex-conjoint et aux difficultés qu’engendre un droit de visite lorsque les conflits ne parviennent pas à s’atténuer, le nouveau couple conçoit l’adoption comme la meilleure formule possible pour instituer leur nouvelle famille.

Le couple, les parents, la famille ou les trois stades de la recomposition

12Par contraste, intéressons-nous maintenant aux configurations familiales à fort capital culturel. Là encore, nous pouvons aisément repérer un certain nombre de constantes :

  • des désunions beaucoup moins brutales (souvent pour incompatibilité d’humeur, ou relations trop « libérales » de part et d’autre, etc.), où les acteurs essayent de mettre au point ensemble, et autant que possible en bonne intelligence, les conditions de leur séparation, sans pour autant nécessairement recourir immédiatement au droit et à la justice. Dans la plupart de ces familles, s’instaurent sans trop de difficultés des mécanismes d’auto-régulation et de négociation entre les partenaires. Le droit n’intervient alors que dans un second temps, souvent d’ailleurs pour avaliser ou entériner des accords passés ;
  • des divorces nettement moins difficiles, mieux négociés, le plus souvent dans la logique du consentement mutuel (même avant 1975), avec une volonté de maintenir autant que possible des rapports entre chacun des parents et les enfants. Ce sont des situations où les parents non-gardiens assument globalement leurs responsabilités parentales et attachent une importance à ce que leur rôle ne soit pas gommé par la recomposition ;
  • un fonctionnement en réseau lié à la circulation des enfants et à une volonté de maintenir une communication acceptable entre les ex-conjoints ;
  • de nouvelles rencontres qui s’inscrivent dans ce fonctionnement où l’on privilégie la pérennité des rapports et non leur substitution. On ne recherche donc pas d’abord à « refaire sa vie », mais plutôt à s’entourer, à vivre quelque chose sur un plan conjugal, sans altérer dans un premier temps le niveau parental ou familial. Les nouveaux partenaires n’ont pas d’emblée d’autre statut que d’être les « copains » ou « copines » de la mère ou du père. Avec le temps, les choses peuvent évoluer ;
  • peu de recours au droit et à la justice pour faire reconnaître ces deuxièmes unions. Le remariage n’est pas perçu comme nécessaire. On n’assimile pas vie de couple et vie de famille, et donc on peut envisager l’avenir autrement que dans des formes traditionnelles.

13Cette fois, les nouveaux partenaires s’inscrivent peu à peu dans le réseau familial constitué en évitant de le perturber. Ils prennent progressivement place dans la configuration sans que cela entraîne nécessairement de rupture supplémentaire. Parfois même, ils doivent subir ce fonctionnement contre leur gré, la priorité des enfants et de l’ex-famille prenant le pas sur les rencontres. Prime aussi la communication et le dialogue à l’intérieur du réseau. Ici, moins de cassure brutale, et beaucoup plus une réorientation lente, dosée, et négociée des situations et des relations. Si l’on parlait précédemment d’une volonté de « refaire sa vie », il semble que cela soit ici nettement plus mesuré, plus nuancé, parfois plus hésitant. On a déjà fait sa vie et l’on se doit maintenant d’en assumer l’héritage par des aménagements adéquats, tout en se protégeant du risque d’un nouvel échec conjugal. Contrairement à ce que nous avons entrevu précédemment, les parents gardiens ne considèrent pas que la désunion relève uniquement de la responsabilité de l’autre. Au contraire, ils voient dans la séparation l’aboutissement d’un processus d’usure qu’a suivi chacun des deux partenaires. Autrement dit, le sentiment général dans ce groupe est plutôt que la vie de couple est une chose complexe et difficile, qui peut à tout moment déboucher sur la désunion. Ce risque est inclus dans le couple.

14Chacun des partenaires du premier couple conserve un rôle que le divorce a réaménagé bien sûr, mais sans le supprimer. De la même manière, les nouvelles relations doivent se positionner progressivement, en laissant toujours une marge de choix. Les modèles familiaux sont tout à fait différents. On n’a plus affaire à la famille traditionnelle, mais à ces modèles où homme et femme tentent d’expérimenter une plus égale répartition de leurs rôles respectifs et où chacun s’assure la possibilité (notamment économique) de faire valoir ses choix propres avant ceux du « nous/famille ».

15La demande de droit et son usage sont manifestement tout à fait différents de ce qu’ils étaient dans le groupe précédent. Les acteurs n’y ont pas nécessairement recours, sauf parfois pour avaliser des aménagements négociés entre eux ou pour trancher un conflit d’intérêt. Nous retrouvons alors le phénomène de désinstitutionnalisation et les situations de fait, dans lesquelles les acteurs définissent eux-mêmes les modalités de leurs rapports de façon contractuelle, quitte à expérimenter des solutions que le droit ignore.

  • 3 Cf. le chapitre XIII.

16Là encore, d’importantes nuances existent cependant, selon les configurations et la manière dont les trajectoires se croisent. On peut même pratiquement repérer un gradient qui va des situations de non cohabitation, voire de cohabitation où prime globalement la logique de pérennité, aux remariages, où l’emporte la logique de substitution, au sens où l’on peut dire que les acteurs concernés refont leur vie et refondent une nouvelle famille qui, bien que connectée au passé, impose nettement son image à l’extérieur. Il conviendra à ce niveau de faire intervenir également le rôle joué par les nouvelles naissances dans ces diverses situations3.

D’un côté, le couple ; de l’autre, la famille

17Dans les deux cas de non cohabitation que nous avons rencontrés, s’expriment manifestement deux types de logiques de pérennité. Annie et Raymond (configuration 13) ont choisi ce type de relation justement dans la mesure où il permet de créer une enclave conjugale, l’espace de rapports intimes, mais qui n’empiètent nullement sur la vie familiale ou sur l’exercice des rôles parentaux. Il y a leur couple, d’une part, et leur vie de famille dissociée, de l’autre. Ils n’ont donc pas le projet d’aller au-delà de cette formule, considérant que l’alternance de ces divers registres de relation est plus satisfaisant que de tenter de les rapprocher. Pas de projet de cohabitation donc, et encore moins de projet de remariage. D’ailleurs Raymond est encore marié et ne semble pas avoir l’intention de divorcer, même s’il ne vit plus avec son épouse. Annie ne souhaite pas plus cette alternative. L’un et l’autre ont le même projet et se rejoignent dans leur conception du couple et de la famille. La non-cohabitation est ici un mode de vie consensuellement choisi et correspondant aux aspirations de chacun des protagonistes, qui ont aussi, à leurs propres yeux, passé l’âge de « refaire leur vie ». Comme nous l’avons vu dans notre deuxième partie, « l’horizon temporel conjugal », ou l’espace-temps sur lequel se projettent les intéressés en termes de vie conjugale, pèse un poids certain sur les projets.

18Le cas de Célestine et Florent (configuration 14) est assez différent. Cette fois, il s’agit d’un choix quelque peu contraint et lié aux enfants. Cela dit, au moins autant que le problème des rapports croisés enfants/beaux-parents, joue ici pleinement le mode de garde choisi lors du divorce, de part et d’autre. En effet, chacun des couples dissociés à l’origine de cette configuration a mis en place, avec plus ou moins de difficulté, une garde alternée et quotidienne des enfants. De cette manière, les ex-conjoints sont très présents dans la vie de ce nouveau couple. En fait, leurs familles respectives continuent à exister au-delà de la dissociation. De plus, en particulier pour Florent, il faut tenir compte de la culpabilité qu’il éprouve à l’idée de faire subir à ses enfants une situation de séparation et de reconstitution familiale qu’il a lui-même connu et mal vécu durant son enfance (crainte de la reproduction).

19Dans ces deux cas, le droit n’intervient pas de la même manière. Il n’y a pratiquement aucune attente de régulation externe dans la dynamique conjugale de Annie et Raymond. Le droit, en revanche, joue un rôle dans la situation de Célestine et Florent, dans la mesure où ils gèrent en quelque sorte maintenant les effets secondaires de leur propre régime de divorce et de garde. Un point commun cependant, l’institutionnalisation des unions apparaît déplacée, inutile, voire impossible.

Célestine : « Je l’ai rencontré à dix-huit ans et je me suis mariée à vingt... On était ensemble de par notre formation. Mais, très tôt, nous avons eu des aventures, chacun de notre côté. Nos enfants sont intervenus à un moment de rupture. Nous avons failli nous séparer une première fois, mais nous sommes restés ensemble et avons décidé d’avoir notre premier enfant... Je me suis mariée en 77, Fabrice est né en 80...Mon deuxième est né tout de suite après, car je voulais avoir des enfants très rapprochés... Nos rapports étaient assez égalitaires, sans l’être réellement, car Patrick travaillait et il avait la fac en plus. J’étais en formation et étais beaucoup plus disponible par rapport aux tâches matérielles. Nous aurions voulu que ça se passe dans l’égalité. Après, cela s’est accentué vis-à-vis des enfants. Lui m’a sentie complètement prise à la maison et c’est ce moment-là qu’il a choisi pour avoir de plus en plus d’aventures. Il était très peu là et s’occupait des enfants quand je travaillais. Je faisais deux ou trois soirs par semaine. Le reste du temps, il partait de son côté et moi du mien... Mais tout cela était latent depuis longtemps. Ce qui a été déterminant, c’est ma rencontre avec Florent... Avant de le rencontrer, je n’avais pas vraiment le courage de quitter Patrice, j’avais des préjugés. C’était des choses qui ne se faisaient pas. Mais la rencontre a été tellement forte que cela a chamboulé toutes mes idées...
C’est lui qui a tout gardé. J’ai décidé de tout laisser pour les enfants. La seule chose que je voulais, c’était les enfants... L’avocat m’avait dit qu’il avait autant de chances que moi d’obtenir la garde, donc je savais qu’en abandonnant le matériel, nous aurions la garde conjointe. Je me rends compte avec le recul que je me suis faite un peu duper. Mais, je ne le regrette pas, car lui ayant tout gardé, ce sont les enfants qui en profitent. Les choses se sont réglées à l’amiable, car il n’y avait rien à payer... On a les enfants un soir sur deux et un week-end sur deux du vendredi au dimanche soir inclus. Pendant les grandes vacances, j’ai les enfants un mois et demi et lui uniquement 15 jours. Il avait un mois de congé, donc il prenait les enfants 15 jours et se conservait 15 jours pour lui... On a un compte joint pour les grosses dépenses. Il verse 1 000 francs sur le compte et moi 600 francs. C’est un dixième de nos salaires respectifs de l’époque... On habite à 13 kms ».
Florent : « Je ne pensais pas à me marier, mais ma partenaire me l’a proposé. J’ai dit oui sans trop réfléchir à l’engagement que l’on passait... On s’est marié en 70 et le premier enfant est né en 77... Nous avons eu un deuxième enfant en 83... Nous sommes restés ensemble jusqu’en 84... Elle était plutôt traditionnelle. Elle souhaitait avoir un enfant assez rapidement mais elle a fini par accepter mon idée de vivre en couple pour profiter d’un tas de choses et d’avoir des enfants plus tard... Notre premier enfant est arrivé pour remettre en place notre couple après des tentatives de séparation de ma part. Je ne me satisfaisais plus de la vie que l’on menait. Elle a fait avorter une tentative de séparation en me demandant d’essayer autre chose. Nous avons profité d’un échange d’enseignants à l’étranger. Elle est tombée enceinte là-bas... Notre couple s’est ressoudé là-bas, mais en surface. Quand on est retombé dans le quotidien et qu’il n’y avait plus rien pour m’émoustiller, je suis retombé dans une certaine apathie... Nous nous sommes séparés quand Guy a eu un an. J’ai quitté le domicile et ai décidé de vivre seul malgré son refus... Il n’était pas question de parler de divorce ni d’un côté ni de l’autre. J’ai revendiqué mon rôle de père et voyais Guy tous les jours. Elle s’est lancée dans une relation à ce moment-là...
J’avais de très bons rapports avec mon père. C’est lui qui a été le catalyseur d’une nouvelle rencontre. Il n’a jamais agi directement auprès de l’un ou de l’autre, mais, avec le recul, c’est lui qui a facilité les retrouvailles... Nous avons revécu ensemble... La question du deuxième enfant s’est posée avec le problème de l’écart si l’on attendait trop... Nous revivons quelques mois ensemble et la mort de mon père survient. Ce fut un grand désarroi pour moi, et j’ai recherché sans doute à recréer la vie par rapport à cette mort. C’est comme cela que Grégoire arrive en 83... C’est à ce moment-là que l’on a eu l’opportunité d’acheter une maison. Cela permettait d’avoir ma sœur (handicapée) avec nous, en lui laissant une certaine indépendance, et en empêchant qu’elle soit une charge trop lourde pour mes enfants. Sa présence a joué un rôle dans la séparation. Mais des différends importants étaient intervenus avec Solange, notamment quant à l’éducation des enfants. Je trouvais qu’elle n’était pas assez affectueuse avec les enfants et je n’aimais pas sa façon de n’être pas maternelle... J’avais toujours eu l’habitude d’assumer toutes les tâches ménagères et celles qui étaient liées aux enfants... L’élément déclencheur a été de me demander ce qu’elle pouvait apporter par rapport à tout ce que j’avais à faire à la maison : matériellement ou affectivement avec les enfants. Je me suis dit que je serai mieux seul que dans ce dispositif...
J’ai réussi un concours, cela a été le départ de la maison et je ne suis jamais revenu... Je suis parti en termes de situation irréversible et de divorce, pour la première fois. Je voulais le divorce et la garde des enfants. J’acceptais de concéder sur le matériel, mais ni sur les enfants, ni sur le divorce... Après, moi j’ai pris des conseils juridiques, je lui ai dit d’en faire autant et qu’à partir de là, on pourrait essayer de discuter, etc. Elle ne voulait pas le consentement mutuel, la formule demandé/accepté a été évoquée et discutée. Il y a eu de longues discussions. Au bout du compte, on est tombé d’accord sur une demande de consentement mutuel avec un protocole d’accord que l’on faisait avec une garde conjointe et sans pension alimentaire. Nous avions réglé nous-même également la circulation des enfants, la répartition des biens. Moi, j’obtenais la garde conjointe. Mon propos n’était pas de l’écarter d’une garde. C’est surtout que je ne voulais pas être dessaisi, moi, de ma garde. Finalement, elle s’est rangée à ça, à condition d’obtenir tout matériellement. La question de la maison qu’elle a gardé. Je lui ai permis de me racheter ma part à un taux très préférentiel. J’ai été lésé, mais c’était consenti en échange de la garde conjointe.... Mais le juge nous a envoyé bouler à la première conciliation. Notre convention ne lui convenait pas. C’était surtout sur les enfants et sur cette alternance ; le juge faisant valoir qu’elle pouvait réclamer de l’argent. Et cela a fait écho en elle de dire : le juge me propose... finalement, je peux avoir le même accord mais avec une pension en plus... On a été obligé de repartir à zéro. On a eu de nouveau une phase très conflictuelle. On a envisagé le divorce pour faute... J’ai pris un deuxième conseil juridique. .. Il m’a dit clairement : « Il vaut mieux un mauvais arrangement qu’une guerre affreuse »...
Grégoire, le plus petit, je ne sais pas du tout comment il a ressenti le divorce. Au moment de la séparation, il avait un an. Et l’autre avait sept ans. Lui, il ressent très fortement et très douloureusement la séparation. Il la refuse. Même encore maintenant, il a toujours en tête l’idée qu’on reviendra ensemble. »

20Quant aux droits social et fiscal, il est assez curieux de constater qu’ils sont ici utilisés comme monnaie d’échange dans le cadre des négociations post-divorce. Ainsi, dans le couple de Célestine et Florent, elle conserve les parts fiscales et les allocations, malgré le système de garde conjointe adopté, et lui a laissé ces avantages à son ex-épouse.

« Ça faisait partie du protocole d’accord. C’est Solange qui les a fiscalement à charge et c’est elle qui perçoit les allocations familiales et l’APL. Moi, je n’ai rien, je suis célibataire pour les impôts. Pas de déduction de pension, puisqu’il n’y a pas de pension. »

21Malgré les difficultés de la procédure, l’après-divorce va se réguler peu à peu sur le mode de la pérennité. Les zones de conflit vont s’amenuiser, d’autant que Florent tient à épargner le plus possible ses enfants de toute forme de conflit. La quotidienneté des rapports à son ex-conjointe favorise cet état des choses. En revanche, il y a une contrepartie : Solange, l’ex-épouse de Florent, joue un rôle assez négatif sur la vision que leur fils aîné se fait de la séparation de ses parents et de la nouvelle vie conjugale de Florent.

Florent : « On se voit tous les jours du fait qu’il y a l’échange des enfants. Ça varie entre deux minutes et une heure et demi, suivant la disponibilité de l’un et de l’autre, suivant les problèmes à évoquer, soit d’organisation matérielle, par rapport aux vacances, soit par rapport à l’évolution des enfants, mais ça, on se le réserve davantage au téléphone, quand c’est des choses dont on ne veut pas que les enfants entendent parler. Puisque quand on se voit, fatalement les enfants sont là, puisque c’est eux le fil conducteur...
Solange a joué un rôle par rapport aux positions que Guillaume a adopté, pour schématiser. J’avais de mon côté une neutralité totale et j’ai essayé de réinstaurer l’image maternelle ; de son côté, même si finalement les choses ont pu se régler sur un protocole d’accord, pendant toute cette période de difficultés, les allusions ont continué. Maintenant, elles se sont pratiquement arrêtées, mais... les commentaires ont toujours afflué du côté de leur mère et en y mettant quelque chose de negatif,... que je puisse avoir une relation et que cette relation puisse avoir une influence sur eux... »
« Les parents de Solange m’avaient banni, suite à la séparation... Je ne sais pas ce que leur a raconté Solange qui en avait gros sur la patate, parce que c’était moi qui prenait la décision, donc, elle s’est posée fatalement en victime et moi, en bourreau. J’ai laissé passer le temps. J’ai toujours fait en sorte que quand j’avais les enfants à des périodes symboliques, jour de l’an, fête des mères,... je leur ai téléphoné pour que les enfants puissent leur dire bonjour. Je pense qu’ils y ont été sensibles et j’ai réussi à renouer contact. Solange souvent me sollicite comme factotum, s’il y a quelque chose à réparer, je suis encore l’homme fonctionnel, matériel de la maison. »

22Cette fois encore, on retrouve l’importance du patronyme pour permettre d’identifier là où est la filiation et donc, en fin de compte, la famille. Florent se souvient de son expérience personnelle, de la gêne qu’il éprouvait face à cette situation patronymique peu claire et il indique, par le choix d’autoriser son ex-femme à conserver son nom, sa volonté de maintenir symboliquement leur lien familial.

« Je me souviens que j’étais un cas dans ma classe. Ma mère qui avait repris son nom de jeune fille et puis après le nom de son deuxième mari et après son nom de jeune fille... C’est vrai que ça me choquait, ça me faisait réagir intérieurement, ça me mettait mal à l’aise. La question des noms est très forte. Nous, pour le nom, Solange m’avait demandé de pouvoir conserver mon nom et ça a été aussi dans notre protocole d’accord. Tout le monde a le même nom. »

23La recomposition prend racine sur ces bases. Elle ne peut donc être que limitée. Il n’est pas question en fait de refonder une famille ni d’institutionnaliser leur union, tout au plus de constituer un petit espace conjugal. Un peu comme dans le cas de Annie et Raymond, on peut parler de mode de vie non-cohabitant au sens où tout le quotidien se structure sur une alternance de moments partagés en couple et de moments avec les enfants (le plus souvent chacun de son côté), à la nuance près que Célestine aspire manifestement à autre chose. Les projets conjugaux et familiaux diffèrent. Pour elle, le fait de reformer un couple, puis une famille, reste un objectif, même s’il faut dépasser les obstacles liés à leur situation complexe. Elle se refuse à cloisonner ainsi artificiellement leur existence entre des épisodes conjugaux et d’autres familiaux, sans que des passerelles soient systématiquement dressées entre chacun de ces registres. Il n’en est manifestement pas de même pour Florent qui semble avoir quasiment renoncé à imposer quoique ce soit à ses propres enfants, quitte à sacrifier son nouveau couple.

Florent : « À partir de notre rencontre, il y a eu plusieurs phases. Dans une première phase, c’est vrai que je voulais essayer de définir un cadre rassurant, tourné vers moi, par rapport à mes enfants, à pouvoir profiter d’eux et à pouvoir gagner par rapport à tout ce qui s’était produit, à mon niveau, à leur niveau. À la différence de Célestine, moi, j’étais déjà séparé, mais j’étais dans une période très difficile, très dure et très conflictuelle avec mon ex-femme. Je voulais essayer au maximum de protéger les enfants de cette période. Et il me semblait que ça passait par pouvoir me consacrer exclusivement à eux et qu’eux aient le sentiment de pouvoir avoir leur père pour eux uniquement. Après cela, il y a eu un rapprochement progressif sur des moments, des repas, des sorties, des après-midi, entre nous deux avec les quatre enfants. Pour moi, cela a été très difficile à deux niveaux. À un niveau très égoïste, et à un deuxième niveau, par rapport à ce que j’imaginais..., aux enfants, ce qu’ils pouvaient ressentir, vivre, verbaliser pour l’aîné, par rapport au refus de cette situation. Donc, une culpabilité de ma part. »
Célestine : « C’est là où les choses sont un peu différentes. Moi, au début, ça a été difficile effectivement, mais de mon côté, j’ai l’impression d’avoir accepté énormément de choses, justement pour que ça évolue et pour qu’on vive autre chose que ce qu’on vit à l’heure actuelle. Et puis, ça n’a pas été possible, de par ce qu’on est, en fait, et par rapport à nos propres enfants. Mais la différence fait que moi, je pense que Guy (le fils aîné de Florent) a été l’élément premier de toutes ces difficultés, alors que Florent, c’est normal, ne le sent pas de la même manière. .. Par rapport au quotidien, le fait de ne pas avoir instauré réellement une vie de couple, une soirée, oui, une soirée, non, ce n’est pas nécessairement douloureux pour nous. On a les enfants chacun de notre côté, on se régénère avec eux, on fait des choses, ça se passe bien. Là où les choses deviennent plus difficiles, c’est pendant les week-ends, parce que ça fait déjà trois jours. Il y a des moments où les enfants qui, quand même, ont été habitués à être un peu ensemble, se réclament, alors, est-ce qu’on veut aller chez l’un ou chez l’autre, est-ce que les choses vont se faire ou ne pas se faire, c’est là qu’il commence à y avoir un plus grand nombre de questions. Pour moi, trois jours sans voir Florent, ça commence à être long. Et le problème crucial, ça devient les vacances, sur des laps de temps beaucoup plus longs. Jusqu’à présent, on a réussi à le réguler tant bien que mal, en partant sur des lieux totalement extérieurs où les choses se passaient de manière totalement différentes. Jusqu’à cet été où Florent a pris la décision qu’on ne parte absolument pas ensemble. C’est vrai, j’avoue avoir passé des moments difficiles avec les quatre enfants. Je le reconnais, j’essaie d’en discuter,... mais en même temps, passer du tout au rien, c’est une situation que j’ai vraiment du mal à entendre et même à vivre. Déjà, un week-end, ça me paraît terrible, une semaine à pâques, c’est interminable, alors un mois et demi, je ne sais pas comment on va en sortir de part et d’autre... Alors que tout au départ, j’avais et j’ai toujours en tête le fait que s’installer en couple, c’est quelque chose de possible... Il y a des moments où je vis un petit peu sur le regret parce que je me dis : les enfants grandissent, d’ici quelques années, ils claqueront la porte, ils feront autre chose, ils auront des copains, ils n’en auront plus grand chose à faire de nous, et peut-être qu’on aura gâché un certain nombre d’années où on aurait pu faire quelque chose. En me disant aussi : si dès le départ on s’était installé ensemble, peut-être que les choses auraient été positionnées différemment, ça aurait été très très dur pendant un an, un an et demi, voire deux ans, mais les choses ne se seraient pas jouées sans cesse comme ça, parce que c’est très bien quand on est seul avec nos enfants sur une soirée, mais après, sur un temps plus long, c’est là que ça commence à devenir difficile. »
Florent : « Moi, actuellement, je suis très négatif. Je ne sais pas si ça va durer. Je pense que le temps pourra jouer en notre faveur, quand les enfants seront majeurs... En attendant, il faudrait presque aller en sens inverse de tout ce qu’on a fait jusqu’à maintenant : ne plus avoir que des moments avec Célestine. »
Célestine : « Vue extérieurement, notre situation peut présenter de nombreux avantages, mais, d’un autre côté, tu n’as aucune réalité quotidienne. Quand on est avec les enfants, on vit des choses totalement différentes. Et quand on vit tous les deux, on vit dans l’irréalité totale. Ce qui fait qu’on fait des choses qu’aucun couple ne fait comme ça. C’est complètement démesuré, décalé, par rapport à la quotidienneté. C’est vrai que ça a de nombreux attraits, mais je ne sais pas si c’est vraiment constructif. Alors qu’avec les enfants, c’était difficile, des hauts, des bas, mais on arrivait quand même à fonder quelque chose. »

La cohabitation, ou la gestion de la complexité du réseau

  • 4 Les configurations 16, 18, 19, 20 et 22 sont de la première catégorie. Les configurations 15, 17 e (...)

24Parmi les huit configurations familiales cohabitantes à fort capital culturel, nous pouvons discerner deux sous-groupes selon que prime une logique de pérennité ou, au contraire, une logique de substitution4. L’espace manque ici pour rendre compte de manière détaillée de chacune de ces histoires conjugales. En revanche, nous illustrerons ce qui les rapproche ou les différencie, en prenant appui sur deux d’entre elles particulièrement caractéristiques.

  • 5 Le problème de la pension alimentaire est le plus souvent réglé dans ce cadre contractuel. Certain (...)

25Mais avant cela, soulignons un certain nombre de points communs à l’ensemble de ces familles composées. Tout d’abord, une volonté de se tenir à l’écart du droit ou du traitement légal au moment de la séparation. Les acteurs considèrent le plus souvent qu’ils sont tout à fait en mesure de régler entre eux leurs différends et de mettre au point les modalités de leur désunion. Bien souvent d’ailleurs, celle-ci intervient longtemps avant que ne soit envisagé le divorce proprement dit, et presque systématiquement selon une procédure de consentement mutuel (le divorce pour faute n’est utilisé que par un des couples à l’origine de la configuration 22, mais ce divorce est antérieur à la réforme de 1975). Dans les configurations où la rupture est la plus nette et où s’impose plutôt une logique de substitution, l’engagement de la procédure de divorce n’intervient qu’un an après la séparation (configurations 15 et 21), voire deux ans après (configuration 17), sachant que la plupart du temps, les partenaires ont déjà négocié entre eux les modalités de leur rupture, que ce soit en ce qui concerne la répartition des biens, la garde des enfants, la pension alimentaire et l’exercice du droit de visite5. Dans les cas où les rapports parentaux sont maintenus au-delà de la désunion, selon une logique de pérennité, le temps écoulé entre la séparation et l’engagement de la procédure s’accroît encore : de deux ans (configurations 19 et 22) à six (configuration 20), sept (configuration 16), voire même huit années (configuration 18).

26Les cas où la rupture entre les ex-conjoints est la plus complète sont souvent le fait d’un écart qui se creuse peu à peu au niveau des projets de vie. Le temps joue dans ces configurations un rôle primordial. Les changements ont lieu progressivement, par petites touches successives, témoignant d’ailleurs d’une certaine méfiance à l’égard des nouveaux engagements conjugaux. On comprend donc que la demande de droit soit relativement faible. Pour ces acteurs, l’idée de couple est associée à celle de précarité relationnelle, dans la mesure où on le fonde par principe sur le rapport amoureux ou sur la qualité de la relation. Que celle-ci vienne à s’affaiblir, que l’habitude prenne le pas sur l’amour et l’on envisage la séparation. Ce sentiment de précarité conjugale n’est pas freiné par l’existence du lien matrimonial. En revanche, après le divorce - avec ce qu’il suppose de confrontation de l’univers privé, de l’intimité avec l’extérieur, la justice, l’institution, le public-, les personnes n’envisagent pas facilement de contracter de nouvelles unions légitimes. Il apparaît plus prudent de rester dans l’in formel, un type de relation qui ne nécessite a priori aucun autre engagement que ce que les acteurs entendent formuler ensemble, de manière contractuelle. Tout comme le divorce a plutôt été conçu sur le mode de la définition d’un accord commun, d’un contrat, d’une entente négociée, les nouvelles unions vont s’élaborer en référence à cette logique contractuelle et privée. Là encore, en termes de modèle familial, l’indépendance, l’autonomie de chacun est privilégiée contre la logique du couple ou de la famille, du « nous/famille », ceci étant rendu possible par le fait que chacun des membres du couple a une autonomie économique.

27La configuration 18 est exemplaire de cette logique de pérennité, avec la constitution d’un réseau familial complexe, liée à une recomposition de part et d’autre, mais aussi d’une logique anti-institutionnelle, au sens où tout va se négocier avec des ajustements progressifs dans le temps. Autre caractéristique, l’importance du réseau amical, des pairs, dans la définition des normes à suivre. Les rôles ne sont donc pas prescrits par une tradition, notamment par la tradition familiale, mais plutôt par des modèles environnants dans le groupe d’âge : d’où une rupture progressive mais nette avec le modèle familial traditionnel.

Dominique : « À la mort de sa mère, Vanessa avait quatorze - quinze ans, elle est venue vivre à S..., chez ses grands-parents. Il y avait un écart de génération. C’était en plus un milieu très chrétien, très croyant... Il y avait chez elle une grande envie d’échapper à quelque chose et éventuellement de constituer un couple. Quant à moi, je n’étais pas du tout un fan de la mise en couple. J’ai accepté ça, parce que je m’y trouvais bien, mais je ne tirai pas de plan sur la comète... En septembre, ou début octobre, on s’installe donc à C..., dans un studio. En février, elle apprend qu’elle est enceinte... L’interruption volontaire de grossesse venait d’être légalisée. Mais, en ce qui la concernait, c’était quand même « tuer un enfant », donc pas d’avortement. Aussitôt, elle prévient la famille, et donc il faut arranger un mariage à toute vitesse. Moi, je n’étais pas tellement pour. Mais comment dire, refuser un enfant c’est ne pas aimer l’autre. Bon, voilà le problème... Les deux familles s’accordent et tout, et en fait, je ne veux pas dire que je n’ai pas vu le truc venir, mais j’ai plus subi une situation qui était celle de se marier que d’y adhérer...
La majorité de mes amis à l’université retardaient la mise en couple et le fait d’avoir des enfants. Or, moi, très, tôt, j’en ai eu un. Donc, j’ai eu l’impression tout au long de cette vie de couple, d’un renversement total, d’un décalage total. Ceux que je connaissais, éventuellement ils vivaient en couple, mais ils n’étaient pas mariés et surtout ils n’avaient pas d’enfant... On était un couple qui aurait aimé vivre comme les autres, mais qui ne pouvait pas, qui était toujours sollicité à l’extérieur pour vivre d’autres trucs, mais qui, même s’il s’ouvrait, avait toujours des problèmes de garde d’enfant, etc..., plus les conflits internes d’un couple classique. Notamment à cette époque où l’un et l’autre veulent s’investir dans des choses. Elle, c’est plus le côté artistique, moi, c’est plus le côté étude. Et donc, il y a une sorte de fossé qui se creuse et qui fait que je pense que chacun s’est ressourcé plus dans les contacts qu’il avait individuellement à l’extérieur, que dans les choses partagées ensemble... Au bout d’un moment, on n’avait plus rien à se dire, plus de complicité. Pour moi, il n’y avait plus lieu de rester ensemble. Ce qui fait qu’un jour, je lui ai dit, dans trois mois, je m’en vais et trois mois après, jour pour jour, je partais... Au départ, elle refuse. Pendant trois mois, elle essaye de recoller un peu les morceaux. Entre temps je m’affiche avec une copine, sachant qu’elle-même faisait ça avant, mais sans s’afficher...
Ensuite, il n’y a pas eu de problème, comme c’est elle qui allait avoir l’enfant au départ... On a tout mis au point ensemble. Au tout départ, on avait Hugo la moitié de la semaine chacun. L’année d’après, on s’est aperçu que c’était peut-être très bien d’essayer de jouer la moitié des rôles chacun, mais le gamin ne s’y retrouvait pas. Il n’avait pas de « chez lui » en dominante. De plus, à la fin de cette année-là, j’ai galéré, alors j’ai accepté l’idée que ce soit elle qui en ait la garde et c’est là que j’ai réévalué la pension alimentaire... En 83, elle prend une année de disponibilité pour faire du théâtre. Et là, elle me redonne Hugo...
On ne voulait pas du tout divorcer, ni l’un, ni l’autre... On avait décidé de ne pas divorcer parce que d’abord, ça supposait d’engager des frais de justice et on n’y tenait pas. Deuxièmement, Vanessa préférait garder mon nom. Et, en plus, pour Hugo, on pensait que c’était mieux s’il avait affaire à une mère portant le même nom. On s’était dit que s’il y en avait un qui voulait recomposer ou même avoir un enfant, à ce moment-là, on entamerait une procédure. Il suffisait qu’on se le dise. On se sépare fin juillet 79, et je recompose en 89. Presque dix ans...
Elle a toujours eu du mal à vivre seule et par la suite elle a toujours eu quelqu’un... Elle, quand elle pense aimer quelqu’un, aussitôt ça redémarre et si ça ne va plus, hop, elle rompt... Moi, pendant dix ans, j’ai vécu tout seul. C’était clair que dans toutes mes relations, je ne me suis jamais investi, même si j’aimais bien certaines copines. On ne peut pas dire que j’aimais au sens où j’aurai pu m’établir avec quelqu’un... J’ai eu cette sensation de vouloir vivre, connaître des choses, voyager... C’était typé : le mec célibataire qui arrive dans la trentaine et qui vit ce qu’il a à vivre, dépendant de personne, sauf pendant les vacances avec des copines, mais sinon, totalement autonome... ».

28Le droit intervient dans leurs arrangements par nécessité. Vanessa étant enceinte, il leur faut désormais (près de neuf ans après leur séparation) envisager de régulariser une situation qui autrement deviendrait trop complexe et ambiguë. Pour autant, leur souhait est évidemment que le juge entérine tous ces arrangements préalables. Ce qui sera fait dans le cadre d’une procédure de consentement mutuel (demandé/accepté).

« On est resté sur les bases qu’on avait posées et ce qui va faire changer les choses, c’est qu’un jour Vanessa m’a dit qu’elle s’achèterait peut-être une baraque. Le week-end d’après, elle me dit qu’elle est enceinte... Ils vivent ensemble depuis deux ans, avec Thierry. Donc, elle n’avait pas respecté tout à fait la règle du jeu puisque la règle, c’était d’anticiper tout. Parce que moi, j’étais présumé être le père vis-à-vis de la loi... Donc, il fallait une démarche commune : moi amorçant en accord avec elle une procédure de divorce assez rapide et lui, son nouveau conjoint, Thierry, reconnaissant l’enfant... Notre divorce intervient en 88, donc neuf ans après et il va entériner nos accords. Sur le divorce, ce qui est écrit, c’est "selon les faits déjà établis par la convenance". Puisque ça se passe très bien, il n’y avait pas lieu que la justice vienne statuer sur notre système ».

29Dans une autre section, Dominique aborde sa propre recomposition familiale avec Sabine, elle-même séparée depuis 1984, mais non divorcée, et qui cohabite avec un nouveau partenaire depuis lors :

« Le choix de vivre ensemble... Disons que ça a été assez rapide. Je l’ai rencontrée lors d’une soirée, après l’avoir entrevue une fois sans rien de particulier. Et puis un soir, ça se passe comme ça. À sa demande, on se revoit très rapidement. Elle-même cohabitait avec quelqu’un. Ça dure 15 jours comme ça. Moi, je dois partir à l’étranger avec mon fils pendant trois semaines. Je ne la vois pas. On s’écrit une fois ou deux. Je reviens, elle part en vacances... A priori, elle avait la possibilité d’arrêter tout, surtout qu’à ce moment-là, j’étais plus ou moins avec plusieurs copines à la fois, sans être avec personne d’ailleurs. Et ça s’est fait comme ça... Pour la mise en couple, je n’y étais pas opposé ; à la limite, j’étais même plutôt pour, sans jamais que ça me vienne à l’idée. C’est plutôt elle qui pose clairement la chose. En fait, elle veut mettre rapidement un terme à ce qu’elle vit. À tel point que je n’ai même pas le temps d’anticiper mon départ de mon logement... Ce n’est pas une cohabitation de raison. C’est clair, c’est la fusion et tout. Ça va peut-être voler en éclats, mais je suis là. Ce qui m’amène à bouger pour cohabiter, c’est le fait d’être bien..., cette fusion, cette intensité, cette chose qui, pour moi est un équilibre et qui fait que je suis là... Cette fusion est sur le domaine du couple et pas du reste, je suis dans la fusion par rapport à une personne, donc j’accepte son passé, mais je ne suis pas dans la fusion au niveau de la famille, même si je l’accepte...
Nous n’avons pas vraiment le projet d’aller au-delà de la cohabitation. D’ailleurs elle est toujours mariée. Pour clarifier cela, ça supposerait qu’elle engage une procédure de divorce. D’emblée, je ne me revois pas remarié... Pour les enfants, c’est clair, je n’en veux plus et je pense qu’elle non plus. Ayant eu chacun des enfants, si on se met ensemble, ce n’est pas avec une stratégie implicite d’enfant... C’est l’idée d’une cohabitation et d’un agencement avec des enfants d’horizon divers qui forment une entité familiale, mais pas au sens de la famille classique... J’ai de bons rapports avec ses anciens partenaires et je les vois parfois quand ils viennent pour les enfants ».

30Beaucoup de points communs avec la configuration 21 de Jean-Claude et Danièle : le milieu social, les idéologies concernant la famille, l’anti-conformisme lié à leur génération « soixante-huitarde », le rapport entretenu avec le droit, etc. En revanche, ils diffèrent déjà par le fait que leur configuration est moins complexe : seul Jean-Claude est parent gardien ; Danièle est célibataire et sans enfant au moment de la rencontre. De plus, le type de rupture entre Jean-Claude et son ex-épouse est tel que s’instaure une logique de substitution. Pour autant, la recomposition n’intervient que longtemps après. En effet, après sa rupture, il était pour Jean-Claude hors de question de refaire sa vie. Il se satisfaisait pleinement de sa situation de célibataire. Une seule crainte cependant, la solitude, qui fut parfois durement ressentie. Jean-Claude rencontre Francine dans la période des événements de 68. Ils sont l’un et l’autre étudiants et militants d’extrême-gauche.

Jean-Claude : « La vraie cohabitation date des années 70. Bon, c’était la famille... On s’est marié en 70 et elle est enceinte en 71... Le pourquoi du mariage, j’en sais trop rien. C’est difficile à dire aujourd’hui pourquoi. Il y a eu des pressions de la famille. Je n’ai jamais pu rentrer chez les parents de Francine parce que je n’étais pas marié. J’avais le droit de rentrer par la cuisine, par la chambre, mais je n’avais pas le droit d’entrer dans le salon... Du côté de mes parents, surtout de ma mère, j’ai toujours considéré, peut-être que je me trompe, je pense qu’elle faisait pression sur moi... Dans la fin des années 70, en 79, il y a eu une rupture, car c’était devenu insupportable ces relations à droite à gauche... Le divorce, c’était plus ou moins réglé d’avance. Donc, on s’est séparé, on a été voir l’avocat... On a été devant le bureau du juge... Je suis reparti et puis voilà... »

31Au départ, la garde est attribuée à Francine, mais elle ne l’assumera pas. Il reprend l’enfant sans repasser devant le juge et le confie après quelques temps à sa propre mère. Il le reprendra avec lui, après avoir refait sa vie avec Danièle. Sa fille a alors quatorze ans.

« À partir du moment où Sophie est venue vivre à la maison, j’ai dit à Francine qu’elle n’avait pas le choix, qu’elle me verserait une pension, elle n’avait plus qu’une part. Si ça ne lui plaisait pas, elle pouvait retourner chez le juge. Ça s’est fait. Mais en fait, elle ne verserait pas de pension, on arriverait à vivre. Alors, c’est plutôt symbolique. Si je regarde sur le plan concret, à moi la pension ne me rapporte rien. Le supplément de déclaration que cela implique et grâce au plafonnement du quotient familial, en fait la pension, je la donne au fisc, en gros... »
Sur sa nouvelle compagne : « On s’est rencontré en 78. La date est claire. À cette époque, je vivais avec une seule morale depuis 1975 : plus de femme chez moi ; enfin dans mon lit, oui, mais chez moi, non ».
Danièle : « J’ai toujours eu une vision du couple de mes parents comme étant un couple inégal, avec un pouvoir démesuré de mon père, du fait qu’il était l’homme, le patriarche, et j’ai entretenu une haine profonde des hommes dans le couple. J’ai toujours dit que je ne me marierai jamais, que je n’accepterai jamais ce genre de vie. En fait, je suis capable de plein de concessions. Encore que sur le mariage aujourd’hui, je peux évoquer cela plus sereinement. Ça a été un point sur lequel j’ai toujours dit que je ne céderai jamais. Ça ne me protège de rien, je sais très bien qu’au bout de dix ans avec Jean-Claude, il faudrait évoquer une séparation, le fait d’être marié ou pas n’aurait aucune incidence. Mais, c’est plus le fait d’aller dire que je ne cautionne pas cette institution-là. ...Je préférais vivre toute seule, avoir des copains de temps en temps... » Quant aux enfants : « Je trouvais que c’était contraignant, qu’il fallait s’en occuper, qu’ils n’étaient pas autonomes..., une charge absolument insoutenable. Bon, je ne me voyais pas enceinte, ce n’était certainement pas un plaisir... »
« Plus tard, quand j’ai rencontré Jean-Claude, j’avais envie d’une vie de couple équilibrée, où la femme est reconnue, avec des relations égalitaires, tout ce qu’on peut imaginer, idéaliser, et donc, par rapport à cela, quand j’ai rencontré Jean-Claude, il répondait à tout cela et puis en plus, comme par ailleurs je disais que je n’aurai pas d’enfant, lui présentait l’avantage notoire d’avoir les siens déjà faits... On a passé à peu près une année et demi... On a vécu ensemble en 79, mais on a mis une année, avec force déchirures, avant d’y arriver. Je ne sais pas si chacun réglait ses propres histoires. C’est vrai qu’il y avait ces convictions de la vie en couple piégeante etc., mais en même temps aujourd’hui, je sais que foncièrement je ne pourrai pas vivre toute seule, ça c’est clair... On arrive à vivre sous le même toit à N., en fixant des règles par rapport à la gestion. C’est là qu’on commence à avoir une caisse commune ; moi ça m’énervait complètement qu’on puisse faire des calculs comme ça, mais on vit toujours comme ça. On approvisionne une caisse commune au pro-rata des salaires... Il y a un principe qui permet de préserver une certaine autonomie de chacun, même au plan financier... »
Ils auront un enfant ensemble en 86. Danièle : « C’est un choix après que Sophie vive avec nous ; enfin pour moi... Ça a été la fin de l’histoire : “je m’occupe des enfants des autres et je ne fais pas les miens”. J’en avais envie d’un aussi... Le quotidien, c’est souvent épuisant à vivre et c’est toujours quelque chose d’assez usant pour une relation amoureuse... Si on essaie de vivre séparément, c’est pour s’économiser cette usure-là, qui n’est pas forcément gratifiante... À partir du moment où il y a des enfants, je ne pourrais plus être autonome, vivre seule avec ma fille..., c’est-à-dire que j’ai besoin du groupe familial pour que ça se passe bien. Bon après, l’institution, on ne se marie pas parce que simplement on est anti-institutionnel ».
Quant aux problèmes de droit social ou fiscal. Jean-Claude : « Fiscalement, on a un enfant chacun et puis voilà. On déclare de manière séparée. En fait, on a dû faire les calculs et ça ne change pratiquement rien... ». Danièle : « Si c’est se marier pour gagner 1 000 francs d’impôts, je ne suis pas prête à ça... ». Jean-Claude : « Les allocations familiales, là on forme une famille, la situation est claire : nous vivons ensemble avec deux enfants... Pour la couverture sociale, moi, je couvre Sophie et Danièle couvre ma fille ».

32Notons finalement que chez les plus diplômés, dans tous les cas où prime la substitution dans l’après-divorce, il s’agit de configurations comprenant un parent gardien et un nouveau partenaire célibataire sans enfant, au moment de la rencontre, mais qui ont eu des enfants ensuite. On peut en déduire qu’il y a peut-être là un mécanisme un peu analogue à ce que décrit Danièle à son sujet et qui consiste à éprouver le besoin, l’envie d’un enfant à soi, ce qui ne peut que jouer dans le sens d’une forme d’institutionnalisation ; non pas une institutionnalisation légale, mais une institutionnalisation pour soi.

Une nouvelle vie de famille qui intègre le passé

33La décision de se remarier n’est pas véritablement en rupture avec ce que nous venons d’entrevoir dans le cas de Jean-Claude et Danièle. La différence essentielle porte justement sur l’attitude à l’égard du droit. La configuration familiale d’Arthur et Henriette, l’une des deux où il y a eu remariage parmi les couches moyennes, est assez analogue du point de vue du processus de recomposition. Arthur sera, après-coup, le père gardien d’un de ses fils après une procédure de divorce pour faute, et il va recomposer une famille avec Henriette qui est célibataire et sans enfant. Ils auront ensemble trois enfants. Mais à la différence de Jean-Claude et Danièle, Henriette et Arthur n’ont pas d’a priori anti-institutionnel, et pas plus de défiance à l’égard du droit et de ses capacités de régulation. Au contraire, même, ils y voient manifestement l’avantage de la clarté. C’est pourquoi cette seconde famille se fonde d’emblée sur une logique où va primer rapidement la substitution, même si des ajustements, des rencontres et des négociations seront assurés avec l’ex-épouse d’Arthur. Cette fois donc, la demande de droit est plus nette, plus tranchée.

34Si le processus de recomposition est analogue, le rapport à l’institution familiale est différent. Ni l’un ni l’autre ne semblent avoir jamais rejeté l’idée de fonder une famille. Et que celle-ci doive intégrer un enfant d’une précédente union de l’un des partenaires n’est pas un obstacle. Il est membre à part entière de la configuration, ne fait l’objet d’aucun traitement spécial. En revanche, son intégration dans la famille composée se fait selon les normes légales. Pas de solution bricolée entre soi et risquant de porter à confusion et à conflit. Par exemple, les ressources du couple sont mises en commun et Henriette paie, en quelque sorte, autant pour ses propres enfants que pour celui d’Arthur, sans que cela pose l’ombre d’un problème. Mais à la différence de ce que nous avions entrevu dans les milieux populaires, il n’est pas question pour elle de tenter de se substituer à la mère. Il y a une distinction très nette entre le fait d’être mère ou belle-mère. Par logique de substitution, il faut donc cette fois entendre, non pas une volonté de remplacer totalement le parent non-gardien, mais tout au plus une volonté de reformer une nouvelle famille qui saura intégrer en son sein les enfants d’une première union, avec le même traitement familial que les autres. Cette famille ne se pense pas comme marginale.

Henriette : « En ce qui me concerne, j’ai eu des copains avant de rencontrer Arthur, mais pas de copains réguliers avec qui j’ai vécu une vie de couple finalement. J’ai rencontré Arthur à vingt-trois ans et j’ai vécu avec lui à partir de là. Ça a été mon premier foyer et le seul... ». Sur le mariage : « En ce qui me concerne, je pense que j’avais une éducation très traditionnelle, tout en étant très ouverte au niveau du brassage d’idées qu’il y avait à la maison, mais il y avait derrière un fond très serré, certainement issu de la famille de ma mère qui était à la fois luthérienne et janséniste. Je crois que ça, c’est très important et que j’avais ce besoin-là ». Et sur les enfants : « Le premier est né deux ans après le mariage. Moi, je n’avais pas fini mes études à Paris, donc je ne voulais pas d’enfants tant que je n’avais pas mon prix de conservatoire. J’ai eu mon prix en juin 76 et le premier a été mis en route en juillet. C’était décidé, on avait envie d’avoir plusieurs enfants ensemble. C’était un projet commun. On a eu Patricia en 77. Bon là, je n’avais pas tout à fait fini mes études alors pendant deux ans, ça s’est arrêté, et on a eu Fabrice en 79. Plus tard, Hélène est née en 84 ».
Arthur : « J’ai rencontré Marie-Christine, ma première femme, par hasard en 74, j’avais vingt-trois ans. On est parti en Allemagne avec une chorale... Le premier enfant est arrivé, alors on s’est marié... Je me suis un peu laissé forcer la main par la famille parce que c’était toute une mise en scène pour régulariser cela... L’année suivante est arrivé le second, comme un cheveu sur la soupe... C’est elle qui est partie et qui a engagé la procédure de divorce. J’ai d’abord eu la garde des enfants, mais elle a fait faire une enquête sociale tout à fait bidon, et cela a marché. Mais c’est plutôt le fait qu’elle ait prouvé qu’elle vivait seule... Elle va récupérer les enfants en 73, elle était partie en octobre 71... Les enfants avaient le droit de venir tous les quinze jours. Mais le cadet a décidé de revenir vivre avec moi. Quand il a eu douze ans, il a demandé à voir le juge. Elle a tout fait pour que ça ne se fasse pas. Il y a eu une période probatoire de six mois... »

35Lors de ce changement de garde, Arthur vivait déjà avec Henriette et ils ont immédiatement souhaité que les choses se fassent dans les règles, contrairement à Marie-Christine qui semblait préférer les solutions bricolées à l’amiable. Mais, à ce niveau, Henriette s’est montrée ferme et méfiante. Elle rappelle d’ailleurs qu’ils vont conseiller au fils cadet d’Arthur de faire une demande en bonne et due forme à la justice. Ici le droit est une source de régulation tout à fait importante.

Henriette : « Harold (le premier enfant d’Arthur) est arrivé à la maison en 78, il a dû arriver un petit peu avant la naissance de son petit frère en 79... Il n’y a pas eu de problème puisqu’Arthur avait des enfants, je les ai pris... ».
Arthur : « Et moi, je ne me serai pas marié si mes enfants n’avaient pas adopté ma nouvelle conjointe ».
Henriette : « Dans la mesure où la demande venait de l’enfant, le juge a accepté pour qu’il n’y ait pas de conflit entre les deux époux à ce sujet. Marie-Christine pour cela a fini par coucher les pouces... Marie-Christine avait souhaité qu’Harold vienne à la maison et qu’elle garde les allocations familiales... Nous, on a dit “non”... David (le second enfant d’Arthur) aurait souhaité revenir aussi lors de ses 18 ans. Cela ne s’est pas fait. Mais il était mal dans sa peau, c’était très conflictuel et Marie-Christine a fait un vrai blocage, puisqu’elle a refusé complètement. Nous, on a eu la même position. Oui, s’il veut venir à la maison, mais on perçoit les allocations familiales. Marie-Christine a fait un vrai blocage. Elle a refusé, elle ne voulait pas nous donner une pension de 500francs. Moi, j’ai dit “Niet”... J’en avais déjà deux à moi, plus le troisième qu’on attendait. Si David veut venir à la maison, oui, mais tout ce qui concerne son habillement, ses frais de scolarité, puisqu’à l’époque il allait rentrer en lettres sup, sa petite pension et tout le reste, Marie-Christine s’en occupe, c’est-à-dire pour tout ce qui est financier, il se tourne vers sa mère. Nous, on ne lui sert que le logement et la nourriture... En fait, David a dit non, il a coupé les ponts complètement, on ne l’a plus vu, qu’une ou deux fois par an. Il a mal vécu. Il aurait voulu qu’on le prenne sans condition alors que, ayant dix-huit ans, on lui a demandé de prendre sa position. Il a été incapable de la prendre réellement, ce qui peut se comprendre dans la mesure où il reste attaché à son père et sa mère ».
« Les problèmes se sont posés quand ils sont devenus adolescents. À la limite, celui qui n’est pas leur vrai parent devient, quand il y a conflit, un empêcheur de tourner en rond, c’est évident. David a vécu ma présence comme un empêchement de voir son père, seul. Ce à quoi on s’est toujours opposé, car on lui a dit que la maison était toujours ouverte, quand il voulait voir son père, mais celui-ci n’avait pas besoin d’aller le voir ailleurs. Quant à Harold, quand on a eu quelques difficultés à cause des cadres qu’on lui imposait, il avait l’impression que c’était de mon fait ».

36On sent bien dans le discours d’Henriette qu’elle ressent et assume tant bien que mal son rôle de belle-mère. L’important pour elle est que les choses soient claires. S’il est évident qu’elle ne cherche pas à se substituer à la mère des enfants d’Arthur, elle tient manifestement à être instituée dans un rôle de mère dans son propre ménage, dans la famille qu’elle a fondée avec lui.

Les situations intermédiaires

37Dans les six configurations de notre catégorie intermédiaire où les personnes ont un niveau d’étude correspondant au BEPC, BEP ou baccalauréat, nous retrouvons tout à fait le poids de cette variable socio-culturelle sur l’agencement d’une logique de pérennité ou de substitution, avec les conséquences que cela entraîne au niveau du rapport au droit et, en particulier, à l’institution matrimoniale.

38Dans deux cas, la logique dominante est nettement la pérennité (config. 7 et 8). Dans deux autres (config. 9 et 12), il s’agit d’une combinaison de ces deux types de logique. Pour la configuration 9, cette combinaison correspond au fait que d’un côté, la mère gardienne est dotée du baccalauréat, a fait des études d’infirmière et conserve des rapports positifs avec son ex-conjoint, alors que, de l’autre, il s’agit d’un père non-gardien qui a un niveau d’étude plus modeste, et qui a vécu un divorce très conflictuel (avec peine de prison, et perte de contact avec ses propres enfants). Dans les deux autres cas, prime la logique de substitution. Cette logique s’accompagne à chaque fois d’un projet de remariage venant ponctuer une cassure assez totale avec le précédent épisode conjugal (config. 10 et 11). Dans la première de ces configurations, il faut cependant souligner que l’un et l’autre des partenaires sont à la retraite et ont des enfants adultes. Leur projet d’union plus formelle est donc assez nettement justifié par des problèmes de gestion de capitaux. Dans le second cas, il s’agit plutôt du phénomène lié à une nouvelle naissance.

39Mais globalement, à la lumière de cet ensemble d’exemples, nous pouvons constater à quel point la manière dont se résout le divorce, avec la logique plus ou moins conflictuelle ou contractualiste, détermine pour une bonne part le processus de recomposition. Non seulement le divorce que une certaine attitude à l’égard du droit et de la régulation socio-juridique des problèmes familiaux, mais il varie manifestement en fonction des caractéristiques sociales et culturelles des acteurs concernés et de la conception qu’ils se sont forgés du couple et de la famille. Nous retrouvons alors les types de famille en fonction de leur attitude à l’égard des institutions, types qui se traduiront plus tard, lors de la recomposition, par diverses modalités ou projets. Ces divers indicateurs sociaux apparaissent donc nécessaires pour appréhender les modes de régulation préférentiels.

Notes

1 Voir leur présentation dans l’annexe méthodologique en fin d’ouvrage. On pourra dans la suite des chapitres se référer à chacune de ces présentations pour compléter, si besoin, la lecture des extraits d’entretien.

2 Nous rejoignons ici tout à fait les observations de Renée B. Dandurand dans son enquête sur le désir de revivre en couple de femmes à relativement faible capital culturel en situation monoparentale. Cf. R.-B. Dandurand : « Revivre en couple ? Des mères sans alliance s’interrogent » in Couples et parents des années quatre-vingt, (Sous la direction de R.-B. Dandurand), Question de culture, Institut Québécois de Recherche sur la Culture, Québec, 1987.

3 Cf. le chapitre XIII.

4 Les configurations 16, 18, 19, 20 et 22 sont de la première catégorie. Les configurations 15, 17 et 21, de la seconde.

5 Le problème de la pension alimentaire est le plus souvent réglé dans ce cadre contractuel. Certains couples, en revanche, ne parviendront à une solution régulée que par le biais de la justice. C’est le cas de Maria et Robert (configuration 22), dont le divorce a suivi une procédure pour faute, avec appel au sujet de la prestation compensatoire et conflit sur le problème de l’indexation de la pension.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search