Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Deuxième partie. Evolution du réseau familial après la désunion et vulnérabilité

Chapitre VIII. La protection rapprochée après la désunion : des inégalités flagrantes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Un ex-conjoint très inégalement impliqué

1Parmi les membres du réseau des parents gardiens enquêtés, l’ex-con-joint est celui pour lequel existe une obligation formelle de soutien à l’égard du foyer monoparental. En effet, suite à la désunion, les parents non-gardiens sont normalement soumis à une obligation légale d’entretien des enfants, sous la forme d’une pension alimentaire, et ont un droit, celui de pouvoir les rencontrer régulièrement dans le cadre du droit de visite. Pour autant, les ex-conjoints peuvent très bien ne plus faire partie du réseau de relation des parents gardiens, et même avoir rompu tout contact avec leurs enfants. Il convient donc d’apprécier non seulement dans quelle proportion cette obligation et ce droit sont assumés ou non, mais aussi dans quelle mesure l’ex-conjoint est considéré comme un membre à part entière du réseau des parents gardiens enquêtés et de leurs enfants.

2Lors de la première enquête, nous avons établi que les parents séparés maintenaient le plus souvent des contacts. Certes, dans la majorité des cas, il s’agissait tout au plus d’un rapport fonctionnel limité aux décisions et mesures à prendre concernant les enfants et leur vie quotidienne. Mais quelquefois aussi, ces relations allaient plus loin et étaient qualifiées d’amicales par les parents gardiens eux-mêmes. Nous pouvons affiner ce constat global trois ans plus tard en évaluant le degré de participation des ex-conjoints à la vie quotidienne et au réseau des parents gardiens : au travers de leur soutien économique par l’entremise du paiement de la pension alimentaire, de l’exercice du droit de visite, ou plus concrètement encore, de la fréquence des rencontres avec ses enfants. Nous pouvons également apprécier les cas où existe une entraide entre le parent gardien et son ex-conjoint. Enfin, nous avons demandé aux parents gardiens d’indiquer s’il considérait encore leur ex-conjoint comme un membre de leur famille et d’expliciter les raisons de leur réponse.

L’obligation alimentaire

  • 1 Cette proportion était quasiment identique lors de la première enquête ; avec 57,8 %.

3Près de 57 % des parents gardiens touchent une pension alimentaire1. Il s’agit presque toujours de femmes : 60 % d’entre elles en reçoivent une, contre seulement 8 % des hommes. La proportion de pension perçue varie nettement selon le milieu social du parent gardien. Ainsi, par exemple, si l’on tient compte du capital culturel, on constate que près de 70 % des parents gardiens qui ont un niveau d’étude supérieur ou égal au baccalauréat reçoivent une pension alimentaire, alors que ce n’est le cas que de 35 % des parents gardiens sans aucun diplôme.

Tableau 10 : Versement de la pension alimentaire (PA) en fonction du niveau d’étude du parent gardien

  • 2 Sur ce point, cf. notamment A. Boigeol, J. Commaille et B. Munoz-Perez : « Le divorce », Données s (...)

4Le paiement de la pension varie également selon le type de divorce. Il représente en effet assez souvent un indicateur du caractère plus ou moins conflictuel de la désunion. Il n’est donc pas surprenant de constater que la pension est proportionnellement plus souvent versée dans les cas de divorce par consentement mutuel : 66 % des cas de divorce par requête conjointe, 62 % des « demandé/accepté », alors que ce n’est le cas que de 55 % des divorces pour faute, et même de seulement 34 % des divorces pour rupture de vie commune. Cela dit, on retrouve probablement, d’une autre manière, l’influence du facteur socio-culturel, dans la mesure où chaque type de divorce est plus ou moins fréquent selon les couches sociales2.

5Le fait que le parent gardien ait ou non refait sa vie semble également avoir une influence. Ainsi, les remariés touchent moins souvent une pension alimentaire (52 %) que ceux qui sont demeurés sans partenaire (56 %). Mais ce sont nettement les parents gardiens cohabitants (65 %) et, à un moindre niveau, ceux vivant une situation de conjugalité non cohabitante (60 %) qui sont les mieux placés à cet égard ; probablement une fois encore, un effet du milieu social. L’effet de l’appartenance sociale sur le paiement des pensions alimentaires se manifeste d’autres manières encore. Ainsi, les parents gardiens actifs reçoivent plus fréquemment (60 %) leur pension alimentaire, que les inactifs (45 %), sachant que ce sont les parents gardiens cohabitants actifs qui la reçoivent le plus souvent (près de sept sur dix) et les parents gardiens inactifs et sans nouveau partenaire, le moins souvent (près de quatre sur dix).

6De même, la régularité du paiement varie selon le milieu socio-culturel. Si les pensions sont presque toujours payées de manière régulière, c’est le cas pour 70 % des parents gardiens non diplômés (6 % ne la percevant qu’irrégulièrement et près d’un sur quatre jamais ou presque jamais). À l’opposé, pour les parents gardiens ayant suivi des études supérieures, 90 % des pensions sont versées régulièrement, et seulement une sur dix l’est irrégulièrement. Le montant mensuel moyen de ces pensions alimentaires par enfant est de 922 francs. La régularité et le montant de ces pensions varient sensiblement en fonction des catégories socio-professionnelles des parents gardiens.

Tableau 11 : Pourcentage de pensions alimentaires perçues et montant moyen par mois et par enfant selon la CSP du parent gardien

  • 3 Ces résultats vont dans le même sens que ceux de B. Bawin-Legros, A. Gauthier et F. Guillaume, qui (...)

7Lorsque l’on évalue la part que représente la pension alimentaire dans l’ensemble des ressources, on constate que dans 40 % des cas, elle représente entre 10 et 20 % des ressources du parent gardien et presque jamais plus de 30 %. En résumé, non seulement le support économique de l’ex-conjoint est loin d’être systématique, mais il est peu significatif en termes de pourcentage des ressources. Enfin et surtout, il potentialise les inégalités sociales, puisque ce sont justement ceux qui en ont le plus besoin qui en sont le plus souvent privés3.

Le droit de visite

8Moins de 30 % des parents non gardiens exercent régulièrement leur droit de visite. Cette tendance globale varie à nouveau selon le milieu social. Les parents gardiens les plus diplômés sont ceux dont l’ex-conjoint l’exerce le plus souvent (avec 42 % d’exercice régulier du droit de visite), et les parents gardiens les moins diplômés, le moins souvent (20 % seulement).

  • 4 86 % des ex-conjoints qui n’assument pas leur obligation alimentaire n’exerce jamais ou presque ja (...)

9L’obtention d’un droit de visite est souvent pour le parent non-gardien une sorte de contrepartie de la pension alimentaire. Ces deux aspects, le droit et le devoir, apparaissent étroitement liés lorsque l’on observe les cas où l’ex-conjoint ne respecte ni l’un, ni l’autre. En effet, le non-versement de la pension s’accompagne le plus souvent d’un renoncement à l’exercice du droit de visite4. Cette attitude varie une fois encore selon le niveau socio-culturel. Ainsi, par exemple, 50 % des parents gardiens sans diplôme ont des ex-conjoints qui n’assument pas leur obligation alimentaire et qui n’exercent pas leur droit de visite. Cette proportion diminue au fur et à mesure que l’on s’élève dans l’échelle des diplômes : 35 % au niveau CEP/CAP, 23 % au niveau BEPC/BEP et enfin, 21 % au niveau baccalauréat et études supérieures. D’autres parents non-gardiens dissocient obligation alimentaire et droit de visite : près de la moitié d’entre eux paient une pension pour leurs enfants sans exercer leur droit de visite. Cette attitude est plus fréquente aux niveaux d’étude moyen ou élevé et plus rare chez les non-diplômés.

10L’éloignement de la procédure de divorce dans le temps est un autre facteur à prendre en considération. En effet, une trop grande proximité de l’événement diminue sensiblement l’exercice du droit de visite (sans doute un effet du conflit ou des négociations difficiles entre les parents séparés) : ainsi, plus de la moitié des parents non-gardiens divorcés depuis moins d’un an n’exercent jamais ou presque jamais leur droit de visite. Vient ensuite une période de « stabilisation », si l’on peut dire, entre une et cinq années après le prononcé du divorce, durant laquelle environ les trois quarts des ex-conjoints exercent plus ou moins régulièrement leur droit de visite. En revanche, entre cinq et sept ans après le divorce, l’exercice du droit de visite baisse à nouveau à moins de 50 %, peut-être du fait qu’une proportion de plus en plus significative des enfants sont devenus des adolescents, voire des adultes. Cette tendance à la baisse se renforce encore par la suite, avec même au-delà de neuf ans après le divorce, seulement un tiers des ex-conjoints qui exercent encore un droit de visite.

11Le fait que le parent gardien ait un nouveau partenaire ne semble pas réduire l’exercice du droit de visite de son ex-conjoint. Ce sont même les ex-conjoints des parents gardiens qui demeurent sans nouveau partenaire qui l’exercent le moins souvent (près de 60 % d’entre eux jamais ou presque jamais). Si la recomposition familiale n’est pas un frein à l’exercice de ce droit, il faut toutefois nuancer. Les parents gardiens cohabitants sont ceux dont les ex-conjoints sont les plus constants, puisque près de six sur dix exercent régulièrement leur droit de visite. Viennent ensuite les cas des parents gardiens qui ont formé un couple sans domicile commun (47 % d’exercice régulier) et enfin, les remariés (40 %). Il est probable que l’on retrouve, sous une autre forme, l’effet du milieu social et des valeurs qui caractérisent telles ou telles couches de la population concernée.

La fréquence des rencontres entre les enfants et le parent non-gardien

  • 5 H. Léridon, C. Villeneuve-Gokalp : « Entre père et mère », op. cit.
  • 6 Idem.

12Lors de l’enquête « situations familiales », réalisée par l’INED et l’INSEE en 1985, C. Villeneuve-Gokalp et H. Léridon ont mis en évidence que « plus de la moitié (54 %) des enfants de parents séparés (et vivants) perdent contact avec le parent non-gardien, la mère comme le père, ou n’ont que des contacts épisodiques avec lui (moins d’une fois par mois) »5. La garde étant très majoritairement confiée à la mère, ce constat d’un désengagement des parents non-gardiens vis-à-vis de leurs enfants concerne surtout des pères. « Près de la moitié des enfants (48 %) ne le voient plus d’une manière suivie, contre 10 % pour la mère »6.

  • 7 En effet, ces auteurs présentent leurs résultats en distinguant les situations suivantes : soit le (...)

13Mais, si au lieu de nous demander combien d’enfants sont séparés de leur père ou de leur mère et la fréquence de leurs contacts suite à une désunion, comme le proposent Léridon et Villeneuve-Gokalp7, nous cherchons à connaître plus précisément la fréquence des contacts avec le parent Non-gardien, nous aboutissons à des résultats encore plus alarmants : quand il s’agit d’un père non-gardien, 62 % des enfants ne le voient jamais ou seulement de façon épisodique (c’est-à-dire moins d’une fois par mois). Lorsqu’il s’agit d’une mère non-gardienne, cas beaucoup plus rares, ce sont encore 59 % des enfants qui ont presque perdu contact avec elles.

14Notre enquête confirme ces tendances, puisque plus de 60 % des parents non-gardiens ne voient jamais leurs enfants, ou seulement de façon épisodique. Ce désengagement des parents non-gardiens varie également selon les milieux sociaux, puisque la proportion de ceux qui ne voient jamais leurs enfants passe de près de 50 % chez les non-diplômés, à seulement 13 % chez ceux qui ont un niveau supérieur ou égal au baccalauréat.

  • 8 Ceci confirme ce que nous avons déjà entrevu au sujet de l’exercice du droit de visite, à savoir q (...)
  • 9 Les autres modalités sont beaucoup plus marginale : 6 % pour les cas où les enfants voient leur pa (...)

15Globalement, la situation la plus fréquente est donc celle où le parent non-gardien a rompu tout contact avec ses enfants (un cas sur trois environ). Ceci est vrai quelque soit le niveau de diplôme, (à l’exception de ceux dont le parent gardien a au minimum un baccalauréat). Dans un quart des cas (27 %), le parent non-gardien rencontre ses enfants de manière épisodique (moins d’une fois par mois), sachant que ce sont cette fois les plus diplômés qui se retrouvent le plus souvent dans ce cas de figure (38 %) et les non-diplômés, le moins (19 %)8. Dans près d’un quart des cas, et quelque soit le niveau socio-culturel, le parent non-gardien rencontre ses enfants tous les 15 jours, conformément d’ailleurs à la formule la plus courante du droit de visite (un week-end sur deux et la moitié des vacances)9.

  • 10 Ce jugement est bien sûr étroitement lié à la fréquence des rencontres du parent non gardien avec (...)

16La fréquence des rencontres entre le parent non-gardien et ses enfants varie également en fonction de la situation familiale du parent gardien. Ainsi, par exemple, ce sont les parents non-gardiens dont l’ex-conjoint(e) est resté(e) seul(e) ou s’est remarié(e) qui semblent avoir pris le plus de distance à l’égard de leurs enfants (un tiers d’entre eux environ ne voient plus jamais leurs enfants contre 15 à 20 % de ceux dont le parent gardien cohabite ou vit en conjugalité non cohabitante). Par ailleurs, la proportion de rencontres bimensuelles entre parent non-gardien et enfants diminue selon que le parent-gardien n’a pas de partenaire (35 %), vit une situation conjugale non cohabitante (30 %), vit en concubinage (26 %) ou s’est remarié (23 %), un peu comme si l’engagement du parent gardien dans une nouvelle vie de couple provoquait l’éloignement du parent non-gardien. C’est pourquoi, quand nous demandons au parent gardien s’il considère que son ex-conjoint assume ou non ses responsabilités parentales, plus des trois quarts nous répondent négativement10.

Entraide en provenance de l’ex-conjoint et types de rapports parentaux

17Dans la grande majorité des cas, le parent gardien dit ne recevoir aucune aide de son ex-conjoint (environ 70 %). Lorsqu’il existe, ce soutien est surtout d’ordre relationnel (confidences, conseils, échanges d’idées) (50 % de l’aide reçue est de cette nature). Vient ensuite l’aide financière (à peine 20 % de l’aide exprimée), puis l’aide au niveau de l’organisation de la vie quotidienne (garde imprévue de l’enfant, aller le chercher à l’école, etc.). Cette forme d’aide représente à nouveau un peu moins de 20 % de l’aide fournie, et semble légèrement plus fréquente dans les milieux plus diplômés. Les autres formes de soutien sont beaucoup plus marginales : l’aide au niveau de l’équipement ; prêts de matériels, de meubles, etc. (moins de 10 % de l’aide exprimée) ; l’aide au niveau du travail, de l’emploi ou de la formation (3 % de l’aide seulement).

  • 11 Les arguments les plus fréquemment invoqués pour justifier cette exclusion sont les suivants : l’e (...)

18Lorsque l’on demande aux parents gardiens s’il considére encore leur ex-conjoint comme un membre de leur famille, plus des trois quarts d’entre eux répondent négativement, le plus souvent sans avancer de raison11. Pour autant, cette opinion n’est pas également répartie. Le niveau socio-culturel semble encore une fois discriminant. Ainsi, si 15 % seulement des parents gardiens non diplômés considèrent encore leur ex-conjoint comme un membre de la famille, cette opinion est exprimée par 37 % de ceux qui ont suivi des études supérieures. Les parents gardiens considèrent dans ce cas que l’ex-conjoint reste le parent des enfants, ce qui justifie à leurs yeux de le considérer encore comme un membre de la famille. Parfois aussi, sont évoquées les relations amicales et régulières maintenues entre les parents séparés. Le passage du temps est un autre facteur déterminant. À moins d’un an de la rupture, environ un tiers des parents gardiens considèrent encore leur ex-conjoint comme un membre de la famille. Entre une et dix années écoulées depuis la rupture, on trouve encore environ un quart de parents gardiens qui expriment cette opinion. En revanche, au-delà de dix ans, ils ne sont plus que 10 % dans ce cas.

Le réseau familial, source de support inconditionnel

Des parents proches,... plus ou moins proches

  • 12 C. Gokalp : « Le réseau familial », Population, n°6,1978, op. cit.
  • 13 L. Roussel, O. Bourguignon : La famille après le mariage des enfants. INED. 1976. Op. cit.

19Les enquêtes menées par C. Gokalp12 ou L. Roussel et O. Bourguignon13 sur « le réseau familial » dans les années soixante-dix, ont montré à quel point les adultes maintenaient des rapports de grande proximité avec leurs ascendants, que ce soit en termes de distance entre leurs lieux de résidence respectifs, ou encore de fréquence des rencontres. Nos résultats vont dans le même sens, même si nous ne pouvons procéder à une comparaison terme à terme, à la fois du fait des particularités de notre population par rapport à l’enquête de l’INED, mais aussi des catégories de distance que nous avons construites un peu différemment.

20C. Gokalp montrait ainsi qu’environ 56 % des adultes ne cohabitant plus avec leurs ascendants résidaient dans la même commune ou à moins de 20 kilomètres, un peu moins de 30 % se trouvant à plus de cent kilomètres. Nous observons, dans le cadre de notre enquête, que 54,5 % des parents gardiens résident à moins de 25 kilomètres de leurs propres parents, et que 20 % sont éloignés de plus de cent kilomètres. Nos résultats peuvent également être présentés de la manière suivante : 70 % des parents gardiens enquêtés résident à moins de 50 kilomètres de leurs parents, 42 % à moins de 10 kilomètres, et même 20 % à moins de deux kilomètres.

Tableau 12 : Comparaison des résultats de C. Gokalp (INED; 1978) sur la distance entre les adultes et leurs ascendants et les résultats de notre enquête

21Cette proximité dans l’espace varie nettement en fonction du sexe et du capital culturel du parent gardien. Tout d’abord, du fait de l’écart d’âge entre la population des pères et des mères gardiennes, 30 % des hommes n’ont plus leurs parents, contre seulement 18 % des femmes. Mais surtout, les pères gardiens semblent demeurer plus proches de leurs parents que les mères gardiennes : 37 % des pères gardiens vivent à moins de 2 kilomètres de leurs ascendants, contre 19 % des mères gardiennes; un seul homme (sur 16) réside à plus de 100 kilomètres, alors que 21 % des mères gardiennes (55 cas sur 262) sont dans ce cas. Les hommes ayant des enfants à charge éprouveraient-ils plus nettement le besoin d’une aide quotidienne ? Se raient-ils plus demandeurs, ou plus soucieux de bénéficier du soutien parental ? Ou bien encore, les parents seraient-ils plus enclins à soutenir leurs garçons que leurs filles dans le cas où ils auraient à connaître une rupture conjugale ?

  • 14 Cf. E. Désveaux : « De l’embauche à l’usine comme de la dévolution d’un patrimoine », in M. Segale (...)

22Le milieu social du parent gardien est également discriminant. Plus de la moitié des parents gardiens sans aucun diplôme vivent à moins de 10 kilomètres de leurs ascendants, et même un quart à moins de 2 kilomètres, alors que les proportions sont respectivement de 30 % et de 14 % pour les parents gardiens qui ont un niveau égal ou supérieur au baccalauréat. À l’inverse, bien entendu, ces parents gardiens diplômés prennent beaucoup plus souvent de la distance avec leurs ascendants : près de 40 % d’entre eux résident à plus de 100 kilomètres de leurs parents, contre seulement 13 % de ceux qui n’ont aucun diplôme, intervient ici probablement la question de l’emploi et de la carrière, les uns augmentant leur chance de promotion par la mobilité, les autres, leurs chances d’accéder à l’emploi par la proximité de leur réseau familial, source d’informations14.

  • 15 Si l’on ne tient compte que de ceux qui ont encore au moins l’un de leurs parents, on constate que (...)

23Plus de 60 % des parents gardiens enquêtées rencontrent leurs parents au moins une fois tous les quinze jours. Un peu plus d’un quart ont des rencontres plus distanciées (de une fois par mois à quatre ou cinq rencontres annuelles), et seulement 12 % disent n’avoir que de rares contacts avec eux (au maximum une ou deux fois par an ou presque jamais). Fréquences des rencontres et proximité vont bien sûr de pair. On ne sera donc pas étonné de constater que les pères gardiens, qui résident plus souvent très près de leurs parents, les rencontrent aussi nettement plus souvent que les mères gardiennes15. Les rencontres quotidiennes sont plutôt le fait des milieux les moins diplômés : si 36 % des parents gardiens sans aucun diplôme rencontrent leurs ascendants quotidiennement, ils ne sont plus que 15 % chez ceux qui ont au minimum un baccalauréat.

Contact avec les grands-parents et la fratrie : une pratique culturelle

  • 16 46 % des parents gardiens sans aucun diplôme voient même leurs grands-parents quotidiennement, sac (...)

24Environ les trois quarts des parents gardiens n’ont plus leurs grands-parents. Malgré la faiblesse des effectifs, on constate cependant une tendance : les rencontres avec les grands-parents diminuent au fur et à mesure que l’on s’élève dans l’échelle des diplômes : si près de 60 % des parents gardiens non diplômés qui ont encore leurs grands-parents les rencontrent au minimum tous les quinze jours16, ils ne sont plus que 40 % au niveau CEP/CAP, 23 % au niveau BEPC/BEP, et seulement 14 % pour un niveau d’étude supérieur ou égal au baccalauréat. À l’inverse, près du quart des parents gardiens sans diplôme n’ont plus guère de contacts avec eux, même si presque tous sont, là encore, à proximité. Il semble donc que, quand elle a lieu, la rupture ne soit pas toujours une affaire de distance. À l’opposé, 14 % seulement des parents gardiens dont le niveau d’étude est supérieur ou égal au baccalauréat rencontrent leurs grands-parents régulièrement, jamais de manière quotidienne. La majorité (64 %) ne les rencontrent que rarement (moins d’une ou deux fois par an). Cette fois, plus de la moitié d’entre eux résident à plus de 100 kilomètres de leurs grands-parents.

  • 17 Si près de 60 % des parents gardiens sans diplôme ont au moins un frère ou une sœur dans un rayon (...)

25Cette tendance vaut également pour la fratrie : plus de la moitié des parents gardiens sans aucun diplôme rencontrent l’un ou l’autre de leurs frères et sœurs au moins une fois tous les quinze jours, contre 29 % des parents gardiens qui ont au moins le baccalauréat. Les rencontres quotidiennes passent de 15 % chez les non diplômés à moins de 2 % pour les parents gardiens ayant au minimum un baccalauréat. Il faut dire que la distance avec le plus proche des membres de la fratrie croît également avec le niveau d’étude17. Les rencontres épisodiques mais régulières (de une fois par mois à quatre ou cinq fois par an) sont plutôt l’apanage des catégories socio-culturelles élevées : 56 % chez les bac et plus et moins de 20 % pour les parents gardiens sans diplôme. Enfin, 17,5 % des parents gardiens n’ont que de rares rencontres avec l’un ou l’autre des membres de leur fratrie, sachant que cette tendance est plus forte chez les non diplômés (près de 30 % des cas). Autrement dit, dans les milieux populaires, soit on a des contacts très fréquents, soit au contraire, on a rompu, pour une raison ou une autre, mais rarement pour une question d’éloignement géographique.

26En somme, la densité du tissu familial varie nettement en fonction du milieu social. Les moins diplômés sont très entourés par leur famille, parents, fratrie, grands-parents, alors que les plus diplômés ont pris une certaine distance qui se traduit à la fois en termes d’éloignement et de fréquence des rencontres.

La demande d’aide adressée à la famille depuis la séparation

27Si l’on peut recevoir de l’aide sans la demander, accepter d’évoquer que l’on a dû formuler une telle demande à l’égard des membres de sa famille dénote un certain rapport à la solidarité familiale. De même, montrer que l’on n’a jamais eu à faire appel à eux peut signifier, soit une marque d’indépendance, soit le signe de rapports trop distants, soit encore qu’il n’a jamais été nécessaire de demander de l’aide pour l’obtenir. Apprécier la demande d’aide devrait donc permettre de tester l’idée de J.-H. Déchaux, qui parle de « dissimulation des intentions » pour qualifier le fait d’obtenir du support sans jamais en formuler la demande; manière d’éviter le sentiment de dépendance et de donner une image d’autonomie, en particulier dans les couches moyennes.

28Nos résultats ont plutôt tendance à montrer que les parents gardiens ont d’autant plus de facilité à demander du soutien matériel à leur famille qu’ils sont plus diplômés. Ainsi, près de 60 % de ceux qui ont au minimum un baccalauréat disent avoir demandé l’aide de leurs parents depuis leur séparation, contre 43 % des parents gardiens sans diplôme. La demande d’aide adressée aux grands-parents est très réduite, quelque soit le milieu social (de 1 à 3 %), ce qui n’est pas surprenant compte tenu du fait qu’une large majorité des personnes enquêtées n’ont plus aucun de leurs grands-parents. La fratrie est une autre source de support, puisqu’environ un quart des parents gardiens leur ont demandé de l’aide depuis la séparation.

29A contrario, la majorité des parents gardiens faiblement ou pas diplômés disent n’avoir jamais fait appel à leurs parents, ou à leurs grands-parents, et même plus des trois quarts pour ce qui concerne la fratrie. Ils ne sont respectivement que 30 %, 39 % et 60 % pour les parents gardiens qui ont au minimum un baccalauréat. Ces résultats peuvent donner lieu à plusieurs interprétations. Une première hypothèse serait de considérer tout simplement que les parents séparés demandent d’autant plus facilement de l’aide qu’ils appartiennent à des milieux plus aisés. Les plus défavorisés sont peut-être moins enclins à formuler une telle demande du fait que leur famille n’est pas toujours en mesure de fournir une aide matérielle. Une seconde interprétation possible renvoie à une différence en terme de sentiment d’autonomie ou de dépendance. Il est possible, en effet, que dans les milieux les plus aisés, la demande d’aide soit d’autant plus facilement formulée qu’elle met rarement en cause l’autonomie des personnes. Au contraire, chez les plus défavorisés, cette demande de soutien matériel peut plus souvent engendrer un sentiment de dépendance et donc entraîner une certaine dissimulation, même si parfois d’ailleurs la famille fournit de l’aide sans que celle-ci soit jamais demandée.

L’attitude de la famille au moment de la rupture

  • 18 56 % d’entre eux contre environ 40 % des parents gardiens aux autres niveaux d’étude.
  • 19 15 % de ceux qui ont au minimum un baccalauréat ont ressenti ce rejet au moment de la rupture, con (...)
  • 20 33 % des parents gardiens sans aucun diplôme ou de niveau CEP/CAP. À cela, il faudrait ajouter un (...)

30La solidarité familiale ou l’expression d’une demande de soutien pouvant varier en fonction de l’attitude plus ou moins réprobatrice de la famille, nous avons cherché à connaître l’attitude des parents et de la fratrie au moment de la rupture : étaient-ils aidants, relativement indifférents, soucieux de respecter la vie privée, ou au contraire ont-ils désapprouvé la rupture ? Lors de la désunion, les parents se sont montrés principalement compréhensifs et aidants (45 % des cas). Un peu plus d’un quart étaient plutôt indifférents. Viennent ensuite les parents qui ont reconnu la nouvelle situation sans s’ingérer d’aucune manière (17 % des cas), et enfin, ceux qui ont manifesté leur désapprobation et leur refus de la rupture (environ 12 %). Ces attitudes varient en fonction du milieu social. Ainsi, les parents gardiens les plus diplômés ont fait proportionnellement plus souvent l’objet, soit de la compréhension et du soutien de leurs parents dès la rupture18 soit, bien que plus rarement, de leur désapprobation19 « L’indifférence » est plutôt signalée par les parents gardiens les moins diplômés20.

  • 21 Si l’on tient compte du milieu social, on constate que ceux qui n’ont aucun diplôme se retrouvent (...)

31Ces attitudes parentales au moment de la désunion ont eu une certaine incidence sur la demande d’aide matérielle formulée par les parents gardiens. En effet, dès lors que l’attitude des parents étaient réservée ou réprobatrice lors de la rupture, environ 65 % des parents gardiens n’ont plus demandé leur soutien par la suite. En revanche, près de 85 % des parents gardiens qui ont reçu, dès leur séparation, le soutien de leurs ascendants, n’ont pas hésité à le re-solliciter ensuite21.

  • 22 Cette attitude est une fois encore beaucoup plus souvent signalée par les parents gardiens sans di (...)
  • 23 Cette fois plutôt par les parents gardiens les plus diplômés : 32 % contre 13 % des non diplômés.

32L’attitude de la fratrie au moment de la séparation diffère peu de celle des parents. Comme eux, frères et sœurs se montrent principalement aidants, matériellement et affectivement (40 % des cas), et ce quelque soit le milieu social du parent gardien. Viennent ensuite, également, les cas d’indifférence relative ou de respect distant de la vie privée (35 %)22. La politique de « non ingérence » et de reconnaissance de la nouvelle situation est mentionnée dans un cas sur cinq23. Quant à la désapprobation ou au refus de la séparation, il s’agit manifestement d’une attitude marginale (5 % des cas).

  • 24 57 % des parents gardiens ont demandé un soutien matériel à leurs parents depuis la rupture, et se (...)
  • 25 84 % des parents gardiens qui ont reçu de leurs parents aide matérielle et soutien affectif dès la (...)
  • 26 La situation la plus fréquente pour les parents gardiens sans diplôme est la suivante : frères et (...)

33Même si la demande d’aide adressée à la fratrie depuis la rupture est deux fois moins fréquente que celle adressée aux parents24 et beaucoup plus ponctuelle25, on peut noter que les parents gardiens sans aucun diplôme sont les moins souvent aidés par leur fratrie, que ce soit lors de la rupture ou par la suite26.

Nature de l’aide

34Nous avons distingué plusieurs types d’aide : l’aide financière, l’aide au niveau du logement (paiement de loyer, logement à titre gratuit, par exemple), de la vie quotidienne (repas, aides en nature, bricolage, prêt de voiture, etc.), du travail (pour trouver un emploi, par exemple), et enfin l’aide au niveau des enfants (gardes ponctuelles ou régulières, vacances, sorties de l’école, etc.).

35Environ 30 % des personnes interrogées disent n’avoir reçu aucune de ces aides de leurs parents, et ce d’autant moins, comme nous l’avons déjà noté, qu’ils sont moins diplômés. La solidarité intergénérationnelle augmente avec le niveau socio-culturel, sans doute du fait que ces parents ont aussi plus de ressources à mobiliser pour aider leurs enfants à traverser une période difficile : 45 % des parents gardiens sans aucun diplôme disent n’avoir reçu aucune de ces aides de leurs parents, contre 32 % de ceux qui ont un niveau CEP/CAP, 25 % au niveau BEPC/BEP et seulement 16 % de ceux qui ont au minimum un baccalauréat. L’aide la plus fréquente concerne les enfants : environ 30 % des parents gardiens la mentionnent. Vient ensuite l’aide au niveau de la vie quotidienne et l’aide financière (17 % des parents gardiens la mentionnent), sachant que cette dernière augmente avec le niveau d’étude. L’aide au niveau du logement (5 %) ou du travail (1 %) est beaucoup plus rare.

Tableau 13 : Nature de l’aide parentale en fonction de la situation familiale actuelle du parent gardien

36Les parents gardiens restés sans partenaire sont proportionnellement les plus nombreux à ne recevoir aucune aide de leurs parents. En revanche, ce sont eux qui obtiennent le plus souvent leur soutien financier. Cette forme d’aide diminue au fur et à mesure que le parent gardien est impliqué dans une nouvelle relation : si 20 % des parents gardiens sans nouveau partenaire ont reçu ce type de support, ils ne sont plus que 16 % lorsqu’ils vivent une relation conjugale sans domicile commun, 9 % en cas de cohabitation, et 6 % chez les remariés. Le soutien économique des parents s’effacerait en quelque sorte devant l’arrivée d’un nouveau partenaire. Ou plutôt l’aide parentale change de nature, puisque à l’inverse le soutien au niveau de la vie quotidienne s’intensifie avec la recomposition conjugale du parent gardien : de 14 % des parents restés seuls, elle concerne 19 % des parents vivant en conjugalité non cohabitante, 21 % des cohabitants et même 22 % des remariés. Notons encore que le soutien parental pour ce qui concerne le logement est plus important en cas de remariage.

  • 27 6 % des non diplômés ont reçu ce type d’aide de l’un ou l’autre de leurs frères et sœurs, contre 1 (...)
  • 28 De 6 % chez les non diplômés à 12 % au niveau supérieur ou égal au baccalauréat.
  • 29 De 13 % chez les non diplômés à près de 30 % au niveau supérieur ou égal au baccalauréat.

37L’aide en provenance de la fratrie est plus rare, d’autant plus rare une fois encore que l’on a affaire aux milieux les moins favorisés. Ainsi, 52 % des parents gardiens disent n’avoir reçu aucune aide de leur fratrie ; 65 % des non diplômés et seulement 38 % des détenteurs d’un niveau supérieur ou égal au baccalauréat. Le soutien de la fratrie est d’autant plus important (au moins deux fois plus important) que le parent gardien qui en est bénéficiaire est plus diplômé, qu’il s’agisse de l’aide financière27, de l’aide au niveau de la vie quotidienne28, ou de l’aide au niveau des enfants29.

38En résumé, l’entraide familiale renforce les inégalités sociales, au sens où ce sont ceux qui en ont potentiellement le plus besoin qui en reçoivent le moins. Il convient donc de nuancer l’idée selon laquelle les milieux populaires sont aussi ceux dans lesquels l’entraide et l’obligation mutuelle sont les plus inconditionnelles. À la lumière de nos résultats, nous sommes plutôt portés à souligner la relative faiblesse du soutien familial obtenu dans les milieux populaires après la séparation. Faut-il y voir une sorte de désapprobation à l’égard de l’instabilité conjugale, ou simplement le résultat d’un manque de moyens matériels pour assumer ce rôle de soutien, ou encore l’indice d’une volonté d’éviter un sentiment de dépendance de la part des parents gardiens les moins favorisés socialement ?

Le soutien en provenance du nouveau partenaire

  • 30 Lorsque l’on demande au parent gardien d’apprécier dans quelle mesure ses enfants considèrent son (...)

39Le degré d’intégration du nouveau partenaire à l’univers familial du parent gardien dépend d’abord, bien entendu, du mode de relation établi. Ainsi, par exemple, si près de 95 % des remariés ou 93 % des concubins considèrent leur nouveau partenaire comme un membre à part entière de leur famille, ils ne sont qu’un peu plus de 50 % dans ce cas, lorsqu’ils ont choisi de ne pas résider ensemble. Si le parent gardien émet des réserves à l’égard de ce partenaire non cohabitant, c’est le plus souvent parce qu’il pense ne pas former véritablement un couple avec lui, ou encore parce qu’il y a des problèmes avec les enfants, voire parce qu’il estime que la relation est trop récente30.

  • 31 Dans un tiers des cas chez les moins diplômés (sans diplôme ou CEP/CAP), et dans moins de 5 % au-d (...)

40Comment ce nouveau partenaire a-t-il été perçu par la famille du parent gardien, au début de leur relation, d’une part, et au moment de l’enquête, d’autre part ? L’attitude la plus fréquente dès le départ est la sympathie (60% des cas). Chez les moins diplômés, se manifeste aussi fréquemment de la réserve31. L’indifférence de la famille se retrouve dans 12 % des cas. Le refus pur et simple de connaître le nouveau partenaire est rare. Au moment de l’enquête, ces réserves ou rejets ont pratiquement disparu (moins de 15 %, quelque soit le milieu social du parent gardien), pour faire place à la sympathie. Celle-ci s’impose dans plus de 80 % des cas.

  • 32 Entretien du domicile dans 82 % des cas, contre 61 % des remariés et 24 % des non cohabitants ; br (...)
  • 33 Gardes et sorties d’école dans 64 % des cas, contre 39 % chez les remariés et 5 % chez les non coh (...)
  • 34 32 % ont un compte bancaire commun, contre 22 % des remariés et aucun non cohabitant; 46 % fournis (...)

41La contribution du nouveau partenaire à la gestion de la vie quotidienne du foyer du parent gardien varie également en fonction de la situation conjugale. Bien entendu, ce sont les partenaires non cohabitants qui contribuent le moins, avec même près de 40 % qui ne jouent aucun rôle. Le secteur où leur implication est la plus importante (de l’ordre de 20 %) concerne les tâches de la vie quotidienne (entretien de la maison, confection des repas, bricolage, aménagement). Les concubins et les remariés sont évidemment toujours et beaucoup plus impliqués; mais ce sont nettement les cohabitants qui le sont le plus à différents niveaux. Ils participent d’abord et surtout aux tâches quotidiennes et domestiques32, mais aussi à la prise en charge des enfants33, ou encore au niveau financier34. En fait, les nouveaux conjoints légitimes ne surpassent les concubins que dans deux domaines à dimension économique : l’achat d’un logement en commun ou la contribution au paiement du loyer, et la participation aux charges du foyer. On retrouve sans doute ici deux conceptions relativement différentes des rôles des sexes selon le caractère formel ou informel de l’union.

  • 35 Rappelons que près de 70 % des parents gardiens remariés ont plus de 35 ans (dont 35 % plus de 40 (...)

42Dans la mesure où la recomposition pose principalement le problème du rôle beau-parental, il est intéressant de souligner l’écart entre beaux-parents remariés et concubins. À la lumière de nos résultats, il semble que les concubins s’impliquent davantage au plan éducatif, que ce soit au niveau de la scolarité ou de l’autorité. Cette implication ne signifie pas pour autant que ceux-ci cherchent à se substituer au parent non-gardien, mais tout au plus qu’ils hésitent moins à établir un rapport « parental » ou éducatif avec les enfants de leur partenaire. Faut-il y voir le résultat de l’âge légèrement plus avancé des remariés35, et donc probablement aussi des enfants, ce qui est susceptible d’engendrer une plus grande distance entre ces derniers et leurs beaux-parents ? Mais ne peut-on aussi faire l’hypothèse que les partenaires qui envisagent la recomposition familiale dans un cadre légitime traduisent par là une certaine conception de la famille et des rôles éducatifs, qui sont peut-être plus traditionnels. Le beau-parent aurait dès lors tendance à s’effacer devant le parent non-gardien. Seule une approche qualitative pourra permettre d’aller plus loin à ce niveau.

43La contribution du beau-parent à la vie quotidienne du foyer du parent gardien est-elle liée à son milieu social ? Il est difficile de le dire dans la mesure où nous ne pouvons isoler ce facteur de la situation conjugale, par exemple, tant nos effectifs sont réduits. Pour autant, nous pouvons repérer une légère tendance. Le soutien financier en provenance du nouveau partenaire est d’autant plus fort que celui-ci est diplômé, qu’il s’agisse de l’ouverture d’un compte bancaire commun, de la participation aux charges du foyer, du paiement d’une partie du loyer et, bien sûr, de l’achat d’un logement en commun. Seules les aides financières ponctuelles sont plus fréquentes chez les moins diplômés.

Les amis avant et après la séparation

  • 36 Cf. F. Héran : « La sociabilité, une pratique culturelle », op. cit.

44Le tissu des relations amicales est plus ou moins étendu selon les milieux sociaux36. Si la parenté occupe la majeure partie des contacts dans les couches populaires, elle s’efface nettement derrière les amis dans les couches moyennes et supérieures. Une question se pose cependant après la séparation : les partenaires des couples étant souvent inscrits dans un même tissu relationnel et amical au moment de leur rencontre et durant leur vie de couple, qu’advient-il en cas de rupture ? Les relations amicales ont-elles tendance à se maintenir, ou au contraire, à diminuer, voire à disparaître ? Les amis ne sont-ils pas enclins à prendre partie pour l’un ou l’autre membre du couple lors de la rupture, et en conséquence à rompre avec l’un des deux ? Aussi, avant même d’apprécier l’étendue du réseau amical, nous avons tenté de saisir l’impact de la désunion sur celui-ci, en demandant au parent gardien d’indiquer globalement s’il considérait avoir conservé ou non ses amis depuis la séparation.

45Seulement un peu plus de la moitié (54 %) des parents gardiens considèrent avoir maintenu leur réseau amical. La dissociation conjugale est donc bien un facteur de modification important du tissu relationnel. En même temps que le conjoint et sa famille, ce sont donc aussi bien souvent les relations amicales qui s’estompent ou disparaissent. Cette appréciation varie selon la situation conjugale actuelle du parent gardien. Ainsi, par exemple, les parents gardiens ayant formé un couple sans domicile commun sont proportionnellement les plus nombreux à considérer qu’ils ont conservé leurs amis (60 %) et les remariés le moins (47 %). Il est probable, en effet, que la recomposition familiale entraîne une certaine coupure dans le tissu des relations établis précédemment. Il est donc logique de constater que les parents gardiens restés sans partenaire, ou n’ayant établi qu’une relation sans cohabitation soient aussi ceux qui maintiennent le plus souvent leurs relations amicales (respectivement 54 % et 60 %), alors que ceux qui ont recomposé une famille perdent plus souvent le contact avec leur réseau antérieur (48 % des cohabitants et 53 % des remariés). Le remariage apparaît donc comme la situation qui provoque le plus de changement dans le tissu relationnel. Avec lui, se tourne véritablement une page de l’histoire personnelle.

46Mais, on se doit de souligner également qu’une fois encore les plus diplômés s’opposent aux moins diplômés. Si 61 % des parents gardiens ayant au minimum un baccalauréat disent avoir conservé les amis qu’ils avaient avant de rompre, ils sont moins de 50 % chez les non diplômés.

Tableau 14 : Nombre d’amis proches en fonction du niveau d’étude du parent gardien

  • 37 À titre de comparaison, signalons que lors de leur enquête sur « les proches et parents », C. Bonv (...)

47Cet écart en termes de niveau socio-culturel est plus net encore lorsque l’on demande aux parents gardiens d’estimer, au moment de l’enquête, le nombre de leurs amis intimes ou proches, c’est-à-dire ceux sur lesquels ils peuvent compter en cas de besoin, avec lesquels ils se sentent à l’aise et peuvent aborder des sujets personnels ou intimes. Si globalement, un peu plus d’un parent gardien sur cinq dit n’avoir aucun ami proche, ils sont près d’un sur deux chez les non diplômés, et moins de 10 % chez ceux qui ont au minimum le baccalauréat. De la même manière, les parents gardiens les moins diplômés sont ceux qui indiquent le plus souvent n’avoir qu’un(e) seul(e) ami(e) proche (16 % des cas, contre 7 % pour les plus diplômés). La taille le plus courante du réseau des amis proches est de deux à cinq personnes (près de 40 % des parents gardiens fournissent cette estimation, à l’exception des moins diplômés)37. A contrario, la proportion de ceux qui estiment avoir un réseau composé de plus de cinq amis augmente nettement en fonction du niveau d’étude : de 16 % pour les parents gardiens sans aucun diplôme à 41 % pour les détenteurs d’un baccalauréat. 20 % des plus diplômés indiquent même avoir plus de dix amis proches. Ces résultats corroborent donc ce que nous évoquions sur l’aspect culturel de la sociabilité, et complètent ce que nous avons souligné au sujet du réseau familial. Au milieu populaire correspond un tissu de relation principalement centré sur la parenté ; aux couches moyennes et diplômées, un réseau plutôt tourné vers les relations amicales. Il faut bien sûr nuancer cette tendance par le fait que la notion « d’ami proche » est sujette à interprétations. Chaque individu a probablement sa conception de ce que recouvre l’intimité ou la proximité relationnelle.

48La taille du réseau amical varie également, et fort logiquement, en fonction de la situation conjugale du parent gardien. Puisque nous savons que la conjugalité non cohabitante, par exemple, est plutôt le fait des parents gardiens les plus diplômés, il est normal de constater qu’ils ont plutôt un réseau amical étendu : la majorité d’entre eux dit avoir plus de cinq amis proches, et même 18 % plus de dix. À l’inverse, les parents gardiens sans nouveau partenaire étant globalement moins diplômés, il est logique qu’ils soient aussi plus nombreux proportionnellement à dire qu’ils n’ont aucun (24 %), voire un seul ami proche (13 %). À chaque situation conjugale semble correspondre un type de réseau amical : les parents gardiens restés en situation monoparentale sont les plus nombreux à n’avoir aucun ami proche, ou à n’avoir qu’un seul ami. Les remariés ont plus souvent un réseau restreint (de deux à cinq proches), mais ne connaissent presque jamais un « vide amical ». Les non cohabitants ont pour leur part des réseaux étendus, très rarement un seul proche. Enfin, les cohabitants sont dans une situation intermédiaire entre les remariés et les non cohabitants.

49Derrière ces configurations différentes semblent émerger des modes de vie, des pratiques de plus ou moins grande ouverture ou fermeture sur l’extérieur. Les personnes vivant en situation monoparentale apparaissent relativement confinées dans un réseau restreint, fortement centré sur la famille proche (parents et fratrie). Les remariés ont également un réseau restreint, mais celui-ci comprend non seulement la famille, mais aussi quelques amis proches. Les cohabitants sont plus ouverts sur les réseaux amicaux. Mais ce sont manifestement les parents gardiens ayant établi une relation de couple sans domicile commun qui sont les plus connectés sur de larges réseaux amicaux, la famille étant plus « à distance ».

  • 38 30 % des non diplômés disent avoir « perdu » les relations qu’ils avaient avant de rencontrer leur (...)

50La recomposition familiale est également l’occasion d’un réagencement du réseau amical. Ainsi, près de 25 % des parents gardiens ayant un nouveau partenaire, quelque soit le mode de vie adopté, disent avoir changé de relations depuis leur rencontre, d’autant plus souvent qu’ils sont moins diplômés38. La rencontre d’un nouveau partenaire est pour les parents gardiens les moins diplômés l’occasion d’un changement plus radical dans le système des relations sociales. Avec lui s’ouvrent peut-être potentiellement de nouveaux réseaux, mais surtout disparaissent un certain nombre de contacts.

51La rencontre des amis peut se faire par divers canaux : la fratrie ou les relations familiales, le travail, la vie associative, le voisinage, et même ici les enfants, qui sont parfois le vecteur de rencontres. 45 % des parents gardiens interrogés disent avoir rencontré des amis par le biais de leurs enfants. Cette tendance est d’autant plus prononcée qu’ils sont plus diplômés : si près de 55 % de ceux qui ont au minimum un baccalauréat sont dans ce cas, ils ne sont que 33 % chez les non diplômés. L’emploi est bien entendu également une importante source de sociabilité et de rencontres, l’occasion donc de se faire des amis. 55 % des parents gardiens disent avoir des collègues de travail parmi leurs amis. On constate à nouveau l’effet du capital culturel qui semble donner plus d’opportunités de rencontres amicales, que ce soit au travers du travail ou des enfants.

52Les amis se mobilisent plus ou moins au moment de la rupture pour fournir un soutien aux parents gardiens. Et, une fois encore, ce sont les mieux dotés qui semblent aussi les plus soutenus. L’aide du réseau amical renforce donc l’inégalité déjà entrevue. Si globalement un parent gardien sur trois a reçu une aide de son réseau amical au moment de la rupture, ce soutien ne concerne que 20 % de ceux qui n’ont aucun diplôme, mais 60 % de ceux qui ont au minimum un baccalauréat.

Un support social bien inégal

53Si l’on regroupe maintenant quelques-unes de ces informations pour évaluer l’importance du support social dont bénéficient les parents gardiens au moment de la rupture ou par la suite, on constate l’inégale répartition de cette protection rapprochée. En effet, presque tous les membres de l’entourage que nous avons envisagés a priori (parents, fratrie, ex-con-joint, amis) se mobilisent d’autant plus que nous avons affaire aux parents les plus diplômés, c’est-à-dire ceux qui ont le plus de chance d’avoir une assez bonne situation sociale.

Tableau 15 : Proportion de parents gardiens ayant reçu le soutien de leur entourage en fonction de leur niveau d’étude

54En d’autres termes, mieux on est positionné socialement, plus on a de chance d’obtenir de l’aide de son entourage, qu’il s’agisse de la famille (parents ou fratrie), de son ex-conjoint, ou de son réseau amical. Seul le support fourni par les nouveaux partenaires semble légèrement plus significatif dans les milieux populaires. Dans ces catégories sociales, où domine une forte division des rôles des sexes, le nouveau conjoint (ici le plus souvent un homme) devient la principale source de support du foyer. D’où l’enjeu matériel que peut représenter la recomposition familiale chez les plus défavorisés.

  • 39 De l’ordre d’un mois de salaire.
  • 40 De 18 % à 45 % pour ce qui concerne les parents, selon que le parent gardien n’a aucun diplôme ou (...)

55Ces écarts de mobilisation des proches selon les milieux sociaux est d’ailleurs parfaitement perçue et intégrée par les bénéficiaires de l’aide. Ainsi, par exemple, lorsque nous avons demandé aux parents gardiens d’indiquer à qui ils emprunteraient en priorité une somme importante39, si nécessaire, 73 % des moins diplômés ont indiqué qu’ils feraient principalement appel à l’extérieur de leur réseau : une institution, une banque, une Caisse d’Allocations Familiales et seulement 40 % des plus diplômés. À l’inverse, bien sûr, la famille, parents ou fratrie, est d’autant plus mobilisée que l’on s’élève dans l’échelle des diplômes40. Il est vrai qu’il s’agit ici d’aide financière. Il était donc prévisible que les parents gardiens tiendraient compte dans leur réponse, non seulement des rapports entretenus avec les personnes que nous proposions, mais aussi de leurs possibilités financières. Or, bien entendu, on peut supposer que les parents les moins diplômés sont aussi ceux dont la parenté est la moins en mesure de répondre à une telle demande.

56Ce que l’on dénomme soutien relationnel ou support social participe donc à renforcer les inégalités, dans la mesure où ce sont toujours ceux qui en ont le plus besoin qui semblent le moins en bénéficier. Que peut-on en conclure ? Tout d’abord, que le devoir de solidarité n’est pas une spécificité des milieux populaires. L’entraide, qui fonctionne bien souvent comme une sorte d’assurance contre les difficultés matérielles de l’existence, est d’autant plus importante que l’on a affaire aux milieux les mieux dotés. On peut bien sûr considérer ce résultat comme une évidence : ceux qui ont le plus de moyens matériels se mobilisent plus que ceux qui en ont peu. Pour autant, cet argument ne devrait valoir que pour l’aide matérielle ou financière et non pour l’aide « de subsistance » : les « petits coups de main » au niveau de la prise en charge des tâches de la vie quotidienne, ou des enfants, etc. Or, là encore, le soutien est d’autant plus important qu’il s’agit des mieux dotés. Il semble bien que cela ne soit pas seulement une affaire de moyens.

57Quant à l’idée selon laquelle les membres des couches moyennes auraient tendance à nier cette aide matérielle, à la dissimuler pour être en conformité avec leur idéal d’autonomie, nous ne la vérifions guère. En effet, nos résultats indiquent plutôt que les parents gardiens les mieux dotés hésitent beaucoup moins à demander le soutien de leur entourage que les parents gardiens des milieux populaires. L’explication renvoie peut-être au fait que l’autonomie des uns n’est pas menacée par le soutien familial ou amical, du fait qu’ils ont par ailleurs les moyens d’assurer leur indépendance (travail, ressources, diversité des sources de support, etc.). En ce sens, il n’y a pas nécessité de dissimuler la demande d’aide. Dans leur cas, le support obtenu est « un plus », rarement une absolue nécessité. Au contraire, dans les milieux les plus défavorisés, qui éprouvent un véritable besoin d’aide, celle provenant de la famille ou des proches risques plus d’être ressentie comme une dépendance, que ce soit par ceux qui donnent ou par ceux qui reçoivent. Ce risque de dépendance est probablement à l’origine de l’écart que nous avons identifié. En somme, un des principes qui structurent cette solidarité des proches renvoie peut-être à l’idée que chacun des protagonistes concernés se fait de l’autonomie, ou au contraire du risque de dépendance du bénéficiaire. Selon le résultat de cette évaluation, l’aide sera d’autant plus facilement accordée par l’entourage qu’il n’y a pas risque de dépendance, et d’autant moins que le besoin de soutien sera plus élevé.

  • 41 M. Mauss : « Essai sur le don », in Sociologie et anthropologie, Op. cit.
  • 42 A. Petitat : « Les circuits du don : « Kula », charité et assurances », Cahiers Internationaux de (...)
  • 43 Ibidem.

58On peut une fois encore faire référence aux notions de don et de réciprocité. Le don communautaire41 s’inscrit dans un système de relations et d’échanges où don et contre-don permettent d’assurer l’équilibre et l’identité des échangistes. Or, comme le souligne A. Petitat : « Un don qui ne peut être rendu souligne, pour qui le reçoit, son incapacité d’être à la hauteur, son inaptitude à entrer avec dignité dans un rapport d’échange »42. Le don est aussi obligation et l’incapacité de rendre, le signe d’une disqualification. À cet égard, le circuit institutionnel permet d’échapper à cette contrainte, soit en utilisant la logique assurantielle (le hasard et l’anticipation du risque), soit en recourant au modèle de la charité (le retour du don étant conçu dans un au-delà)43. N’est-ce pas pour partie ce qui intervient dans le cas qui nous occupe ici ? Quand le soutien est synonyme de production d’une dépendance, il tend à dissuader le donateur et le donataire, l’un risquant de n’avoir aucune forme de contrepartie, l’autre de subir une disqualification sociale et relationnelle trop pesante. En ce sens, l’entraide est peut-être un des résultats de l’évaluation de ce risque de dépendance. Ainsi, le donateur peut fournir du support plus aisément lorsque le bénéficiaire n’en dépend pas pour subsister. On aide plus facilement ceux qui ne risquent pas de se retrouver dans un rapport de dépendance. Du côté du donataire, de la même manière, l’aide est d’autant plus facile à solliciter que l’on peut arborer de multiples signes de son indépendance. Ainsi en est-il tout au moins pour l’aide des proches. Ceci ne s’applique pas pour le conjoint, dont c’est justement plus ou moins le devoir, selon les milieux sociaux, que de soutenir inconditionnellement son partenaire.

Le sentiment de solitude

59Le manque de support social ne correspond pas nécessairement à la solitude. D’ailleurs, nous l’avons vu, si l’aide est plus rare dans les milieux populaires, en revanche, les rencontres, les contacts avec la parenté sont très fréquents (quotidiens ou hebdomadaires, bien souvent). Qu’en est-il dès lors du sentiment de solitude, de l’idée que se font les parents gardiens de leur sociabilité ? Les contacts avec la parenté parviennent-ils à combler l’absence de soutien ?

60Pour répondre à ces questions, nous avons demandé à chaque parent gardien s’ils se considéraient plutôt comme des personnes isolées, ou relativement isolées; intégrées dans un tissu restreint de relations à dominante familiale; intégrées dans un tissu de relations riches et diversifiées (famille, amis, collègues, voisinage); ou plutôt inscrites dans plusieurs réseaux indépendants les uns des autres, voire même incompatibles. Les réponses à cet item divisent grossièrement notre population en deux. D’une part, une majorité de parents gardiens qui considèrent, soit qu’ils sont isolés (32,7 %), soit qu’ils appartiennent à un tissu restreint de relations à dominante familiale (25 %). D’autre part, ceux qui estiment être inscrits dans des réseaux riches et diversifiés (20 %), ou même dans des réseaux indépendants et éclatés (21 %).

  • 44 Il faudrait cependant étudier finement l’effet de la désunion sur le réseau de sociabilité des pèr (...)

61Mais cette répartition varie nettement selon le sexe, l’âge, le niveau d’étude, l’activité professionnelle et, bien sûr, la situation familiale du parent gardien. Malgré la faiblesse de l’effectif des pères gardiens, ceux-ci semblent se considérer un peu moins souvent isolés (22 % contre 33 % des mères gardiennes) et plus fréquemment intégrés à différents réseaux indépendants les uns des autres (32 %, contre 21 % des femmes)44. L’évaluation de la sociabilité varie également selon l’âge. Le sentiment d’isolement est beaucoup plus fréquent chez les plus de 45 ans (43 % d’entre eux font cette évaluation, contre 17 % des moins de 35 ans). En revanche, l’inscription dans un réseau restreint à dominante familiale est plus souvent le fait des plus jeunes (34 %, contre 20 % des plus âgés). On peut considérer en effet que les parents gardiens maintiennent d’autant plus de contact avec leur propre famille qu’ils sont plus jeunes. Avoir moins de 35 ans favorise également la richesse du réseau : près d’un sur trois estime que leurs relations comprennent aussi bien la famille, que des amis, des collègues ou du voisinage, contre seulement 11 % des plus âgés. Enfin, l’inscription dans des réseaux indépendants les uns des autres, voire même incompatibles, est plutôt une caractéristique des parents de plus de 45 ans (25 % d’entre eux font cette évaluation, contre 17 % des plus jeunes).

62L’appartenance sociale du parent gardien est également discriminante, puisque, une fois encore, on peut constater qu’à chaque niveau d’étude domine plutôt un type de sociabilité. Ainsi, par exemple, les moins diplômés (aucun diplôme ou niveau CEP/CAP) s’estiment principalement isolés. Les parents gardiens à niveau d’étude moyen s’estiment plus souvent intégrés dans un réseau restreint à dominante familiale. Enfin, les plus diplômés considèrent principalement qu’ils sont inscrits dans des réseaux multiples, indépendants les uns avec les autres. En d’autres termes, la proportion des parents gardiens qui estiment que leur réseau est soit riche, soit même multiple et éclaté augmente nettement avec le capital culturel : cette auto-évaluation passe de 25 % chez les non diplômés à 60 % chez les détenteurs d’un baccalauréat. Les actifs s’opposent également aux inactifs du point de vue de l’idée qu’ils se font de leur sociabilité : près de 57 % des inactifs se considèrent isolés, contre un peu moins de 25 % des actifs.

Tableau 16 : Auto-évaluation par le parent gardien de sa sociabilité selon son niveau d’étude (en %)

63Ces opinions varient aussi bien sûr en fonction de la situation familiale. Tout d’abord, le sentiment d’isolement diminue, comme nous pouvions nous y attendre, en fonction de la présence d’un nouveau partenaire et de son degré d’implication : si 40 % des personnes vivant en situation monoparentale se considèrent isolées, elles ne sont plus que 20 % lorsqu’elles ont un partenaire non cohabitant et 16 % quand elles ont recomposé une famille (avec ou sans remariage). A contrario, l’évaluation du réseau de sociabilité comme un réseau riche, diversifié, voire même éclaté, est surtout le fait des parents ayant formé un couple sans domicile commun (58 %), voire une famille recomposée (52 %). Les parents restés sans partenaire font plus rarement cette évaluation (37 %). Enfin, la dominante familiale du réseau n’a pas le même sens selon la situation conjugale. Dans le cas des situations monoparentales, il peut s’agir à la fois de la fréquentation de la parenté et des rapports qu’entretient bien entendu le parent gardien avec ses propres enfants : d’ailleurs 24 % d’entre eux estiment que leur réseau est restreint autour de la famille. Alors que dans les cas de cohabitation ou de remariage, la dominante familiale du réseau comprend probablement plus souvent la famille recomposée elle-même, voire la parenté de chacun des membres du couple : 32 % d’entre eux ont évalué leur réseau de cette manière. Les non-cohabitants sont bien sûr ceux qui ont le plus rarement cette opinion (22 %).

64En somme, l’idée que chaque parent gardien se fait de sa sociabilité ou de son isolement varie une fois encore en fonction du milieu social. L’isolement, voire le confinement dans des relations à dominante familiale est plus souvent ressenti par les personnes appartenant aux couches populaires. En effet, ils sont à la fois plus nombreux à rester sans partenaire, plus nombreux à limiter leurs contacts à la parenté (les relations amicales occupant une moindre place), plus nombreux à être inactifs, alors même que l’emploi est souvent une source importante de sociabilité. Seul l’âge est susceptible de compenser ce phénomène pour les plus jeunes. En revanche, au-delà de 45 ans, il se renforce puisque le tissu de relations se restreint encore, accentuant le sentiment d’enfermement.

Notes

1 Cette proportion était quasiment identique lors de la première enquête ; avec 57,8 %.

2 Sur ce point, cf. notamment A. Boigeol, J. Commaille et B. Munoz-Perez : « Le divorce », Données sociales 1984, INSEE, p. 428-446.

3 Ces résultats vont dans le même sens que ceux de B. Bawin-Legros, A. Gauthier et F. Guillaume, qui montrent l’écart d’attitude des parents non gardiens selon les milieux sociaux. Cf. « Intérêt de l’enfant et paiement des pensions alimentaires après divorce en Belgique », Population, n°4,1991, p. 855-880.

4 86 % des ex-conjoints qui n’assument pas leur obligation alimentaire n’exerce jamais ou presque jamais leur droit de visite.

5 H. Léridon, C. Villeneuve-Gokalp : « Entre père et mère », op. cit.

6 Idem.

7 En effet, ces auteurs présentent leurs résultats en distinguant les situations suivantes : soit les enfants vivent avec l’un ou l’autre de leur parent qui sont dans ce cas parent gardien, soit ils ne les voient qu’à mi-temps, un ou deux jours par semaine, une fois tous les quinze jours, etc., parce qu’ils sont parents non gardiens. Ils ne mettent donc pas à part les situations où le parent est gardien, mais les incluent dans les 100 %.

8 Ceci confirme ce que nous avons déjà entrevu au sujet de l’exercice du droit de visite, à savoir qu’au niveau socio-culturel le plus élevé, les parents non-gardiens sont moins nombreux à rompre tout contact avec leur(s) enfant(s), mais proportionnellement plus nombreux à avoir des rencontres épisodiques. Il est probable qu’intervienne ici l’éloignement, qui a toute chance d’être plus important dans les couches moyennes et supérieures que dans les milieux populaires.

9 Les autres modalités sont beaucoup plus marginale : 6 % pour les cas où les enfants voient leur parent non-gardien une fois par mois ou la totalité des vacances scolaires (ce qui correspond souvent aux situations d’éloignement géographique entre les parents) ; 5 % pour les cas où le parent non-gardien voit ses enfants un ou deux jours par semaine (cas plus fréquent chez les plus diplômés); enfin, dans 2 % des cas seulement, les parents se partagent la garde à mi-temps.

10 Ce jugement est bien sûr étroitement lié à la fréquence des rencontres du parent non gardien avec ses enfants. Soit il les voit régulièrement et, dans ce cas, la grande majorité des parents gardiens juge qu’il assume ses responsabilités. Soit, au contraire, il ne les voit jamais ou de façon très sporadique, et le jugement s’inverse. Pour les situations où la fréquence des rencontres est intermédiaire (tous les 15 jours ou une fois par mois), les avis sont partagés (42 % jugent que le rôle parental est assumé, 57 % pensent l’inverse).

11 Les arguments les plus fréquemment invoqués pour justifier cette exclusion sont les suivants : l’ex-conjoint délaisse les enfants; il a totalement abandonné sa famille ; il n’y a plus aucune relation; la mésentente; les conflits; les souvenirs pénibles.

12 C. Gokalp : « Le réseau familial », Population, n°6,1978, op. cit.

13 L. Roussel, O. Bourguignon : La famille après le mariage des enfants. INED. 1976. Op. cit.

14 Cf. E. Désveaux : « De l’embauche à l’usine comme de la dévolution d’un patrimoine », in M. Segalen (Éd.) : Jeux de famille. Paris. Éd. du CNRS, 1991, p. 43-56. Également A. Degenne, I. Fournier, C. Marry et L. Mounier : « Les relations sociales au cœur du marché du travail », Sociétés contemporaines, n°5, Mars 1991, p. 75-96.

15 Si l’on ne tient compte que de ceux qui ont encore au moins l’un de leurs parents, on constate que près de trois pères gardiens sur cinq disent avoir des rencontres quotidiennes avec leurs ascendants, (contre seulement une mère gardienne sur cinq), les trois quarts d’entre eux les voyant au moins une fois par semaine. Les mères gardiennes ont des rapports plus distanciés : elles sont proportionnellement plus nombreuses que les pères gardiens à rencontrer leurs parents de manière hebdomadaire ou bimensuelle (respectivement 24 % et 15 %, contre 16 % et 5 % pour les pères gardiens).

16 46 % des parents gardiens sans aucun diplôme voient même leurs grands-parents quotidiennement, sachant que 90 % d’entre eux vivent à moins de 25 kilomètres de leurs grands-parents.

17 Si près de 60 % des parents gardiens sans diplôme ont au moins un frère ou une sœur dans un rayon de 25 kilomètres, c’est le cas pour 44 % de ceux qui ont au minimum un niveau baccalauréat.

18 56 % d’entre eux contre environ 40 % des parents gardiens aux autres niveaux d’étude.

19 15 % de ceux qui ont au minimum un baccalauréat ont ressenti ce rejet au moment de la rupture, contre seulement 8 % des parents gardiens sans aucun diplôme.

20 33 % des parents gardiens sans aucun diplôme ou de niveau CEP/CAP. À cela, il faudrait ajouter un léger effet de génération. Ainsi, les parents aident d’autant plus leurs enfants après une séparation qu’ils sont plus jeunes et, deuxièmement, le soutien des parents semble plus systématique dans les milieux les plus aisés, quelque soit l’âge, et plus limité aux jeunes dans les milieux populaires.

21 Si l’on tient compte du milieu social, on constate que ceux qui n’ont aucun diplôme se retrouvent principalement dans deux situations : soit leurs parents se sont montrés aidants dès la rupture et ils n’ont pas hésité à demander leur soutien par la suite (35 %), soit au contraire leurs parents se sont montrés indifférents ou soucieux de ne pas s’ingérer dans les affaires de leurs enfants et ceux-ci n’ont pas demandé d’aide depuis lors (40 %). En revanche, la majorité (51 %) des parents gardiens les plus diplômés ont d’emblée bénéficié de la compréhension et du soutien de leurs parents, et n’ont pas hésité à leur demander de l’aide par la suite. Ils sont même 5 % à avoir demandé une aide matérielle depuis la rupture, alors que leurs parents l’avaient désapprouvée au départ.

22 Cette attitude est une fois encore beaucoup plus souvent signalée par les parents gardiens sans diplôme (50 %), que par les plus diplômés (20 %).

23 Cette fois plutôt par les parents gardiens les plus diplômés : 32 % contre 13 % des non diplômés.

24 57 % des parents gardiens ont demandé un soutien matériel à leurs parents depuis la rupture, et seulement 28 % pour ce qui concerne la fratrie.

25 84 % des parents gardiens qui ont reçu de leurs parents aide matérielle et soutien affectif dès la rupture ont continué de faire appel à eux par la suite, alors que 52 % des parents gardiens qui ont fait l’objet d’un soutien matériel et affectif de l’un ou l’autre de leurs frères et sœurs lors de la rupture n’ont plus demandé d’aide par la suite. De plus, dès lors que la fratrie a réagi avec réserve ou réprobation lors de la rupture, plus de 85 % des parents gardiens n’ont jamais demandé leur soutien par la suite.

26 La situation la plus fréquente pour les parents gardiens sans diplôme est la suivante : frères et sœurs ont manifesté d’emblée une certaine indifférence à l’égard de ce changement de situation, et le parent gardien n’a pas fait appel à eux par la suite (45 % des cas). En revanche, les parents gardiens détenteurs au minimum d’un baccalauréat font majoritairement l’objet d’un soutien dès la rupture, la moitié d’entre eux ayant eu l’occasion de reformuler une demande d’aide matérielle par la suite.

27 6 % des non diplômés ont reçu ce type d’aide de l’un ou l’autre de leurs frères et sœurs, contre 18 % de ceux qui ont au moins un baccalauréat.

28 De 6 % chez les non diplômés à 12 % au niveau supérieur ou égal au baccalauréat.

29 De 13 % chez les non diplômés à près de 30 % au niveau supérieur ou égal au baccalauréat.

30 Lorsque l’on demande au parent gardien d’apprécier dans quelle mesure ses enfants considèrent son nouveau partenaire comme un membre de leur famille, les appréciations diffèrent quelque peu en fonction de la situation conjugale établie. Si un peu plus de 60 % des parents gardiens vivant en conjugalité non cohabitante pensent que leurs enfants ont accepté leur partenaire comme un membre de la famille (un peu plus souvent donc que le parent gardien lui-même), 83 % ont cette même opinion chez les remariés et 93 % chez les cohabitants.

31 Dans un tiers des cas chez les moins diplômés (sans diplôme ou CEP/CAP), et dans moins de 5 % au-dessus.

32 Entretien du domicile dans 82 % des cas, contre 61 % des remariés et 24 % des non cohabitants ; bricolage-aménagement dans 71 % des cas, contre 67 % des remariés et 21 % des non cohabitants ; confection des repas dans 68 % des cas, contre 50 % chez les remariés et 21 % des non cohabitants.

33 Gardes et sorties d’école dans 64 % des cas, contre 39 % chez les remariés et 5 % chez les non cohabitants ; éducation, scolarité et autorité dans 64 % des cas, contre 55 % chez les remariés et 19 % chez les non cohabitants.

34 32 % ont un compte bancaire commun, contre 22 % des remariés et aucun non cohabitant; 46 % fournissent des aides ponctuelles, contre 33 % des remariés et 8 % des non cohabitants.

35 Rappelons que près de 70 % des parents gardiens remariés ont plus de 35 ans (dont 35 % plus de 40 ans), alors que près de 60 % des cohabitants ont moins de 35 ans (avec à peine 10 % d’entre eux qui ont plus de 40 ans).

36 Cf. F. Héran : « La sociabilité, une pratique culturelle », op. cit.

37 À titre de comparaison, signalons que lors de leur enquête sur « les proches et parents », C. Bonvalet, H. Le Bras, D. Maison et L. Charles ont estimé que les femmes seules de 35 à 49 ans ont au maximum 6 amis proches. Au même âge, la moitié de la population globale enquêtée n’a pas plus de deux amis proches, et 80 % pas plus de cinq. « Le cercle des intimes », Le Monde de l’éducation, Op. cit., p. 46. Voir aussi pour plus de détail, l’article des mêmes auteurs « Proches et parents », Population, n°1, 1993.

38 30 % des non diplômés disent avoir « perdu » les relations qu’ils avaient avant de rencontrer leur nouveau partenaire, contre 17 % des bacheliers.

39 De l’ordre d’un mois de salaire.

40 De 18 % à 45 % pour ce qui concerne les parents, selon que le parent gardien n’a aucun diplôme ou au contraire détient au minimum un baccalauréat ; de 10 % à 20 % pour ce qui concerne la fratrie.

41 M. Mauss : « Essai sur le don », in Sociologie et anthropologie, Op. cit.

42 A. Petitat : « Les circuits du don : « Kula », charité et assurances », Cahiers Internationaux de Sociologie. Vol. XC, 1991, p. 55.

43 Ibidem.

44 Il faudrait cependant étudier finement l’effet de la désunion sur le réseau de sociabilité des pères non-gardiens. À en croire de récents travaux nord-américains, les pères qui perdent contact avec leurs enfants perdent aussi nombre d’autres liens sociaux (parents et amis). Cf. S. McLanahan et G. Sandefur : Grouving up with a Single Parent, Harvard University Press, 1994.

Table des illustrations

Légende Tableau 10 : Versement de la pension alimentaire (PA) en fonction du niveau d’étude du parent gardien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Tableau 11 : Pourcentage de pensions alimentaires perçues et montant moyen par mois et par enfant selon la CSP du parent gardien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Tableau 12 : Comparaison des résultats de C. Gokalp (INED; 1978) sur la distance entre les adultes et leurs ascendants et les résultats de notre enquête
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Tableau 13 : Nature de l’aide parentale en fonction de la situation familiale actuelle du parent gardien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Tableau 14 : Nombre d’amis proches en fonction du niveau d’étude du parent gardien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Tableau 15 : Proportion de parents gardiens ayant reçu le soutien de leur entourage en fonction de leur niveau d’étude
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Tableau 16 : Auto-évaluation par le parent gardien de sa sociabilité selon son niveau d’étude (en %)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search