Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Deuxième partie. Evolution du réseau familial après la désunion et vulnérabilité

Chapitre VII. Soutien relationnel et logiques d’échange

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Malgré la mobilité de certaines configurations familiales, la majorité des parents gardiens enquêtés demeurent durablement en situation monoparentale, sachant que nombre d’entre eux vivent dans des conditions économiques et sociales précaires. Il est possible que la rupture ait compromis, dans nombre de cas, ce fragile équilibre, souvent conditionné par l’accès au marché du travail et soutenu par les politiques sociales. Mais d’autres facteurs interviennent, qu’il nous faut apprécier en détail. Comme nous l’avons vu dans notre première partie, si la séparation entraîne systématiquement un appauvrissement du foyer, cela ne suffit pas à expliquer les rapports entre monoparentalité et pauvreté. C’est moins en effet la structure familiale comme telle qui joue, que le fait que la mère en situation monoparentale soit active ou non avant et après la rupture, que l’ex-con-joint contribue ou non à l’entretien des enfants, que la parentèle fournisse ou non de l’aide, ou qu’un nouveau partenaire vienne ou non épauler la situation du ménage. Le réseau familial, voire le réseau de sociabilité tout entier peuvent jouer un rôle de protection rapprochée. Comme nous l’avons souligné, ces « parents seuls » sont rarement isolés.

  • 1 Lors d’une enquête de l’INED, C. Bonvalet, H. Le Bras, D. Maison et L. Charles ont montré que les (...)

2D’ailleurs, il nous faut interroger cette notion d’isolement. Pour certains, le fait de demeurer en situation monoparentale ne signifie pas pour autant « isolement social ». Ces personnes peuvent avoir choisi de rester dans cette situation, sans pour autant être coupées de leur famille, de leur ex-conjoint et de sa parenté et/ou d’un réseau serré d’amis et de collègues1. Pour d’autres, au contraire, la même situation peut engendrer un profond sentiment de solitude et correspondre à un échec des diverses tentatives de refaire leur vie. Une personne très entourée peut donc se sentir seule et, réciproquement, une personne apparemment isolée peut se considérer bien intégrée dans un tissu relationnel riche. Tout dépend de l’importance accordée, et de l’idée que chacun se fait de son réseau, de sa vie familiale, conjugale, etc.

  • 2 R. Sennett : Les tyrannies de l’intimité. Op. cit., p. 24.

3Au centre de cet écart d’attitude qui différencie des personnes vivant sans conjoint, est posée non seulement la question de leur isolement effectif, (autrement dit du réseau plus ou moins restreint dont elles disposent), mais aussi celle de leur sentiment de solitude. Ainsi, par exemple, ce sentiment peut être lié au projet conjugal, à la manière dont une personne se projette dans l’avenir, seule ou en couple. On peut être entouré par de nombreux proches, membres de la famille et amis, et se sentir seul(e) pour n’avoir pas trouvé « l’âme sœur ». Cela dépend aussi de l’idée que chacun se fait de son réseau de proches, de ce sur quoi est fondée cette « proximité » ou cette intimité. Est-ce une question de fréquence des rencontres, d’importance du soutien reçu et/ou échangé, un problème d’intensité émotionnelle ou de durée de la relation ? Est-ce une qualité réservée aux membres de la parenté, ou plutôt aux amis ? Ou encore, est-ce lié à la satisfaction que l’intéressé retire de ce réseau de proximité en termes de fiabilité, d’inconditionnalité, etc. ? Un « proche », n’est-ce pas quelqu’un sur lequel on peut compter en toutes circonstances, qui apporte son soutien, sans qu’on ait à le solliciter ? La complexité s’accroît encore si Ton admet avec Richard Sennett l’équation suivante : « Augmentez le contact intime, vous diminuez la sociabilité »2.

4Ces divers éléments montrent qu’il est aussi difficile d’évaluer le réseau que le degré de solitude d’une personne. Tout comme pour la douleur, on ne peut se passer du point de vue du sujet. En revanche, il est possible d’appréhender directement l’évolution du tissu de sociabilité. En effet, nous l’avons vu, la dissociation familiale engendre souvent une fragilisation, une précarisation de la situation globale de la famille, que ce soit au niveau économique, relationnel ou émotionnel. La séparation remet en cause, modifie, réagence ce qu’était le réseau de sociabilité des personnes concernées, souvent en le réduisant. Que ce soit les relations familiales (grands-parents, parents, fratrie, belle famille, famille élargie, etc.), les relations amicales, professionnelles ou de voisinage, toute la sociabilité du parent gardien risque d’être bouleversée par la rupture du couple. Or, ces relations sont une des modalités de l’intégration sociale, et aussi bien souvent une source d’entraide, de soutien, dont le parent gardien peut parfois difficilement se passer. Comment ce tissu de sociabilité et éventuellement d’entraide a-t-il évolué depuis la rupture ? Telle est notre interrogation désormais.

La notion de soutien relationnel ou de support social

  • 3 Cf. D. Le Disert : La maladie : la part du social. Préface de C. Herzlich. Paris. Éditions du CDSH (...)
  • 4 Cf. S. Reichmann : « Impact du chômage sur la santé mentale. Premiers résultats d’une analyse de r (...)
  • 5 Cf. notamment : G. Caplan : Support Systems and Community Mental Health. New York, Basic Books, 19 (...)
  • 6 D. Le Disert : La maladie,...Op. cit., p. 1.16.

5L’expression anglo-saxonne : social support, traduite indifféremment en français par « support social »3 ou « soutien relationnel »4, apparaît dans des recherches épidémiologiques au début des années soixante-dix5. « Partant du constat que les personnes célibataires, veuves ou divorcées avaient davantage de problèmes de santé que les individus mariés, un certain nombre d’auteurs ont conçu l’hypothèse que les relations interpersonnelles avaient une influence sur l’état de santé des gens et ont essayé de déterminer quel type de lien les premières entretenaient avec le second »6.

  • 7 S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health, op. cit., p. 4.
  • 8 S. Cobb : « Social Support as a Moderator of Life Stress ». Ibidem.
  • 9 Cf. B. Wellman : « Applying Network Analysis to the Study of Support ». in Gottlieb, B.H. (Ed) Soc (...)

6Cette notion désigne, selon S. Cohen et S. L. Syme7, les ressources dont dispose un individu au travers de son réseau de relations sociales pour faire face à un certain nombre d’événements stressants, comme par exemple un deuil, une séparation, un divorce ou la perte d’un emploi. S. Cobb la définit, pour sa part, comme un ensemble d’informations qui font qu’une personne se sent aimée, entourée, estimée, valorisée, et intégrée dans un réseau de communication et d’obligation mutuelle8. Pour B. Wellman, le soutien relationnel est plutôt la partie du réseau social sur laquelle une personne peut s’appuyer pour obtenir de l’aide, que celle-ci soit d’ordre émotionnel ou affectif, ou d’ordre matériel et instrumental9.

  • 10 S. Reichmann. Op. cit., p. 100.
  • 11 S. Cohen et S.L. Syme présentent ces diverses hypothèses dans leur revue de questions sur la notio (...)

7Quelles que soient les définitions, « cette notion de soutien relationnel s’est imposée comme une famille de variables jugées indispensables dans la plupart des modèles explicatifs des relations entre événements ou situations stressants et état de santé (modèles appelés couramment “stress-vulnérabilité”) »10. Quant au lien entre support social et santé, les recherches semblent dans l’incapacité d’établir avec certitude si celui-ci est direct ou indirect. Ainsi, par exemple, comment interpréter le rapport entre certains événements, comme un divorce, la perte d’un conjoint ou d’un emploi, et des problèmes de santé physique ou mentale ? Ces événements ont-ils un effet négatif sur la santé en tant que source de stress, ou dans la mesure où ils se traduisent par un boule versement voire un appauvrissement du réseau social, et donc du soutien qui en découle ? Cette question demeure ouverte11.

  • 12 Cf. A. Hall, B. Wellman : « Social Networks and Social Support », in S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : S (...)
  • 13 Ibidem., p. 1.18.
  • 14 Il existe d’ailleurs des échelles de mesure des supports sociaux, telles l’Index of Socially Suppo (...)
  • 15 Comme le titre D. Porritt, le problème est de savoir si l’on privilégie la quantité ou la qualité  (...)
  • 16 « The same resource may be acceptable from one giver but unacceptable from another. Roles of the g (...)
  • 17 Cf. M. Mauss : « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in (...)

8Si l’étude du soutien relationnel est étroitement liée à l’analyse des réseaux sociaux, elle nécessite néanmoins une approche spécifique. Les « liens supportifs » imposent de recourir à des critères souvent plus qualitatifs que ceux utilisés dans l’étude des réseaux sociaux (que l’on décrit en termes de densité, complexité, taille, symétrie, réciprocité, proximité, fréquence, intensité, durée, etc.)12. Comme le souligne D. Le Disert : « Bien qu’issu à l’origine des travaux sur les réseaux sociaux, il semble qu’aujourd’hui le concept de support social doit être envisagé comme un concept distinct renvoyant à des procédures méthodologiques spécifiques »13. Importent alors la quantité, certes, mais aussi la source et surtout la qualité ou le type de support (affectif, instrumental, financier ou informationnel)14. Si l’aspect qualitatif prend une telle place, c’est pour une part, semble-t-il, dans la mesure où le soutien est d’abord émotionnel ou affectif, avant d’être matériel. L’essentiel serait plutôt de « se sentir entouré », que de recevoir un flux important de services et de biens15. En d’autres termes, il s’agit essentiellement d’une question d’interaction et de rôle. Au-delà du soutien offert et reçu, c’est le lien social qui est en cause. Ainsi, le support que l’on reçoit d’une personne peut être inacceptable s’il provient d’une autre, pour des questions de normes, de rôles, de construction d’un sentiment d’équité ou de réciprocité dans l’échange, etc.16 ou encore en tant qu’il prend sens dans une chaîne de dons et de contre-dons17.

Le soutien relationnel des mères en situation monoparentale

  • 18 Cf. Spicer J., Hampe G. : « Kinship Interaction after Divorce », Journal of Marriage and the Famil (...)

9Lors de notre bilan de littérature sur les effets du divorce, nous avons identifié quelques recherches anglo-saxonnes qui s’attachent à décrire la manière dont évolue le réseau social de mères en situation monoparentale, séparées, divorcées ou veuves18. La plupart de ces démarches s’inscrivent dans la tradition scientifique que nous avons présentée dans la première partie, et cherchent finalement à expliquer les problèmes psychologiques, voire même pathologiques que rencontrent certaines personnes à la suite d’un divorce. Elles proposent cependant de renouveler l’interprétation dominante du lien établi entre monoparentalité et difficultés psychologiques.

10En effet, partant de données épidémiologiques qui établissent que les femmes en situation monoparentale connaissent plus de troubles psychologiques (anxiété, dépression) et recourent plus souvent à des services de santé mentale, que les femmes vivant dans d’autres situations familiales, trois hypothèses sont généralement avancées : l’une soutient que les problèmes de personnalité pré-existent chez la mère, ce qui la conduit à la fois au divorce et au renforcement de ses difficultés ; une autre insiste sur les échecs ressentis par ces femmes dans leur expérimentation de nouveaux rôles ; une dernière, enfin, développée dans les travaux suscités, établit que ces femmes sont plus vulnérables au stress qu’impose la vie quotidienne parce qu’elles disposent de moins de ressources personnelles et de soutien pour affronter ces effets du stress.

  • 19 Colletta N.D. : « Support Systems after Divorce; Incidence and Impact », op. cit.
  • 20 Pour définir la notion de « support social », Colletta reprend la formulation de G. Caplan : « For (...)

11La recherche de Nancy D. Colletta19 compare ainsi la taille du réseau, l’importance du support social20, le degré de satisfaction ressenti et les performances éducatives de femmes qui, pour les unes, sont divorcées depuis au moins un an avec un ou plusieurs enfants et, pour les autres, vivent en couple légitime. L’auteur tient compte également des ressources économiques pour distinguer trois groupes de 24 sujets : l’un comprend des femmes en situation monoparentale à faible revenu, un autre comprend des femmes dans la même situation, mais avec un niveau de ressource moyen (moderate), et enfin un groupe est constitué de femmes vivant en couple avec un niveau de ressource moyen. Colletta met en évidence les faits suivants.

  • 21 Colletta distingue les soins, l’aide domestique, les courses, l’aide durant une maladie, l’aide fi (...)

12Premièrement, les femmes divorcées reçoivent moins d’aide au niveau de la vie quotidienne et de la prise en charge de la maison, que les femmes mariées. De manière globale, tous secteurs confondus21 et sans tenir compte des variations de ressources économiques, les femmes divorcées reçoivent moins de support. Seule l’aide institutionnelle est plus importante (aide légale, politiques sociales, aide en provenance d’associations, etc.). Deuxièmement, l’aide des femmes divorcées provient essentiellement de leur famille d’origine, les femmes mariées recevant principalement le soutien de leurs maris.

  • 22 Parmi les femmes en situation monoparentale, 24 % de celles qui ont de faibles ressources ont dû r (...)
  • 23 La majeure partie des femmes divorcées à revenu moyen avaient, par exemple, déjà un emploi avant l (...)
  • 24 « It is necessary to discover the individual’s perceptions of the relationship between life stress (...)

13Mais le résultat le plus intéressant, de notre point de vue, consiste à souligner un paradoxe apparent : les femmes divorcées les plus soutenues ou les plus aidées sont aussi les plus insatisfaites de cette aide. En effet, les femmes divorcées à faible revenu reçoivent globalement plus souvent de l’aide, que ce soit de leur famille (83 % d’entre elles), ou de l’aide sociale (63 % d’entre elles), que les autres. Elles n’en demeurent pas moins les plus insatisfaites. Et leur insatisfaction croît encore proportionnellement lorsque ces femmes ont été contraintes de retourner vivre dans leur famille d’origine après leur divorce22. Autrement dit, la satisfaction n’est pas liée à l’importance du soutien reçu. Si les femmes divorcées à revenu moyen sont plus satisfaites de l’aide qu’elles reçoivent, c’est à la fois du fait qu’elles sont moins stressées et qu’elles rencontrent moins de difficultés matérielles23, mais aussi, selon Colletta, parce qu’elles manifestent un plus grand souci d’indépendance et de refus de l’assistance. Elles seraient même plus confiantes dans leur capacité d’affronter et de se sortir de leur situation. À la lumière de cette recherche, l’important n’est donc pas simplement de mesurer l’aide et le soutien relationnel qui environne une personne, notamment à la suite d’un divorce, mais de tenir compte de la manière dont ce soutien répond aux besoins ressentis par les intéressées24. On peut alors distinguer celles qui aspirent à l’indépendance et réalisent qu’elles peuvent y accéder par leurs propres moyens (d’où l’importance d’avoir un emploi), et celles qui sont contraintes de s’appuyer presque exclusivement sur leur réseau de proximité pour répondre à leurs besoins, au risque de dépendre presque totalement de ces aides. Dans le premier cas, le soutien obtenu, même faible, est ressenti comme satisfaisant dans le processus qui mène de l’événement-source de stress vers l’autonomie. Pour les autres, au contraire, l’aide fournie par les proches n’est jamais suffisante pour compenser le stress provoqué par la désunion et les problèmes émotionnels et matériels qui en découlent, ou pour répondre aux attentes engendrées par cette nouvelle situation. Cette « protection rapprochée » aurait même peut-être un coût important en termes d’identité, de confiance en soi et de sentiment de dépendance.

  • 25 S.S McLanahan, N.V. Wedemeyer, T. Adelberg : « Network Structure, Social Support and Psychological (...)

14À partir de l’interview de 45 femmes divorcées, de différents âges et niveaux sociaux, et notamment d’une méthode de repérage graphique de leurs relations sociales, S.S McLanahan, N. Wedemeyer et T. Adelberg proposent, pour leur part, une typologie du fonctionnement des réseaux d’entraide après le divorce25. Ils distinguent un premier type de réseau (family °f origin network), qui ne comprend pratiquement que des membres de la famille d’origine résidant à proximité, même si s’ajoute assez souvent un ami proche (homme ou femme). Ce type de réseau est une importante source de support et d’entraide, respectant une stricte division des rôles : les hommes, père ou frères, pour l’aide financière et le bricolage ; les femmes, mère et sœurs, aident au niveau des enfants, de la vie domestique, des conseils personnels et des confidences. Une très forte pression normative et culturelle s’exerce dans ce type de réseau au sujet de l’obligation d’entraide. Les relations sont réciproques mais asymétriques, dans la mesure où l’essentiel des services et du soutien émotionnel va des parents vers les enfants, et beaucoup moins souvent en sens inverse. Le support relationnel est ici intense et durable. Il fournit donc une protection efficace et inconditionnelle, qui engendre bien souvent un sentiment de sécurité. La contrepartie est, en revanche, de produire un certain isolement à l’égard de l’environnement social global. Ce havre familial limite les possibilités d’expériences sociales et de rencontres, voire même engendre une forte dépendance. Ce type de réseau est surtout caractéristique des femmes à faible niveau d’étude et de ressources.

15Une autre modalité d’adaptation à la situation monoparentale consiste à établir un réseau étendu (extended networks), moins dense et composé principalement d’amis (des amis de l’ex-couple, mais surtout de nouvelles amies vivant une situation familiale analogue). L’entraide est alors relativement spécialisée. Si les parents et l’ex-conjoint (que l’on rencontre rarement) sont mobilisés pour l’aide financière, on recourt aux amis pour tous les autres types de service (baby-sitting, bricolage, support émotionnel, etc.). Au lieu de se fonder sur un sentiment d’obligation mutuelle, un devoir d’assistance, ces échanges, souvent assez fonctionnels, font l’objet d’arrangements, de négociations et impliquent réciprocité et symétrie. Le souci d’indépendance, d’autonomie de fonctionnement impose cette équivalence des services reçus et rendus. On ne peut se maintenir en dette à l’égard des membres de ce réseau, au risque de se sentir dépendant. Enfin, ce type de réseau est un puissant vecteur d’intégration sociale, dans différents groupes, associations ou organisations collectives. On le retrouve surtout chez des femmes de la trentaine à fort capital culturel.

16Le troisième type de réseau consiste à maintenir ou établir à nouveau un fonctionnement centré sur le couple (conjugal networks), c’est-à-dire sur la présence d’un homme, d’un équivalent de l’époux comme principale source de support. Celui-ci peut être un nouveau partenaire avec lequel la femme vit désormais, un partenaire régulier avec lequel elle partage différents moments de son existence, voire même l’ex-époux, lorsque la femme est restée suffisamment proche de lui. Ce type de réseau comprend aussi des relations familiales, des amis et des voisins. Les auteurs distinguent toutefois deux sous-catégories : l’une s’apparente plutôt au modèle « centré sur la famille d’origine », l’autre au « réseau étendu ». Dans le premier cas, le réseau est restreint mais dense, composé de vieux amis et de relations toutes connectées à « l’homme-clé » (key-male). Ce réseau est cependant légèrement moins durable que dans le modèle centré sur la famille. De plus, existe une certaine dépendance à l’égard de l’homme placé au centre du réseau. Les femmes qui s’inscrivent dans ce type de fonctionnement s’identifient fortement avec leurs rôles de mère et d’épouse et manifestent leur souci de fonder une nouvelle famille. Elles appartiennent plus souvent à des couches sociales peu aisées et peu diplômées. Dans le second cas, le réseau est large et faiblement interconnecté. De nombreuses relations de la femme n’interagissent pas avec « l’homme-clé », ce qui permet à celle-ci de moins dépendre de cette relation pour trouver support et entraide. Il s’agit plus souvent de femmes fortement diplômées, soucieuses de leur autonomie, et orientée vers la réalisation personnelle et professionnelle.

17À la lumière de ce travail, on peut déduire qu’à certaines structures du réseau social correspondent des types de soutien relationnel et des modes d’adaptation des femmes à leur situation monoparentale, sachant que ceux-ci varient également en fonction des milieux sociaux et culturels. L’important pour comprendre le support social est peut-être moins de connaître les caractéristiques des membres du réseau, l’intensité, la taille, ou la fréquence des relations sociales d’une personne, que d’apprécier l’adéquation entre les attentes ou les orientations de rôle choisis par cette personne et la manière dont est organisé son réseau.

  • 26 Leslie L.A., Grady K. : « Changes in Mothers’Social Networks and Social Support Following Divorce  (...)
  • 27 Il faut ici tenir compte du fait que les distances en Amérique du Nord sont beaucoup plus importan (...)

18On peut encore mentionner la recherche de L.A. Leslie et K. Grady26. Son apport essentiel réside dans le souci de privilégier l’aspect dynamique, c’est-à-dire l’évolution du réseau et des supports sociaux dans l’année qui suit un divorce. L’étude porte sur un échantillon de 38 mères divorcées depuis moins de trois mois, dont le temps de séparation antérieur au divorce n’a pas excédé un an et n’ayant pas de projet de remariage immédiat. 30 de ces femmes ont été interviewées à un an d’intervalle. Il leur était demandé de fournir des informations concernant les dix personnes qu’elles considéraient comme les plus proches. Les auteurs étudient alors globalement la structure et les caractéristiques de ces 300 personnes, membres des réseaux de ces mères divorcées. Du point de vue de la structure de ces réseaux, la famille apparaît presque systématiquement comme le noyau principal : elle regroupe en moyenne 32 % des personnes citées. Viennent ensuite les collègues avec 21 %. Ces réseaux sont principalement composées de femmes (63 %), mais aussi de personnes connues de longue date et qui vivent à relativement peu de distance (plus de la moitié du réseau des trente femmes interviewées réside à moins de 75 kilomètres)27. Les relations sont à la fois denses, fréquentes, et source de support et d’entraide. Cela dit, l’essentiel de l’aide provient de la famille, voire du voisinage. La satisfaction à l’égard du réseau n’est pas directement liée à l’aide qu’il fournit, mais plutôt à des aspects plus qualitatifs, comme le partage de valeurs communes.

19Un an plus tard, l’étude montre qu’un cinquième de l’échantillon a vu son réseau se modifier pour moitié. Un noyau dur et stable se maintient cependant, et ce d’autant plus que le réseau est composé de membres de la famille, ou de personnes que l’on connaît de très longue date, ou encore selon la quantité de support fourni par le réseau. La part de la famille augmente (de 32 % à 39 %). En résumé, cette recherche indique qu’au maximum deux ans après le divorce, la tendance serait plutôt au repli sur la part familiale du réseau. Si l’extension du tissu de relations en direction d’amis ou de relations sociales peut être un signe d’adaptation pour les familles monoparentales, il s’agit, selon ces auteurs, d’un luxe qui apparaît secondaire par rapport au besoin ressenti par ces personnes de pouvoir s’appuyer sur une base stable, fiable et inconditionnelle. Les conclusions de cette recherche sont cependant très fragiles du fait, notamment, du faible nombre de sujets et du peu d’intérêt accordé aux variables socio-culturelles, pourtant évaluées comme importantes dans les précédents travaux mentionnés.

  • 28 Tietjen A.M. : « The Social Networks and Social Support of Married and Single Mothers in Sweden »,(...)
  • 29 Pour une présentation détaillée de la condition des familles monoparentales en Suède, cf. S. Gusta (...)

20Une dernière recherche complètera ce rapide panorama. Il s’agit cette fois d’un travail mené en Suède28 comparant les réseaux de 37 femmes en situation monoparentale et de 43 femmes mariées, en insistant sur le rôle que jouent la taille du réseau, la fréquence des contacts et la réciprocité des échanges, à la fois sur le support social reçu et sur la satisfaction qu’en retirent les femmes concernées. Un autre intérêt de cette étude réside dans le fait d’aborder ces questions dans une autre réalité économique, culturelle, politique et sociale. En effet, la situation des familles monoparentales en Suède diffère très nettement de ce qu’elle est aux États-Unis : les « mères seules », très présentes sur le marché du travail, soutenues comme toutes les femmes par une active politique publique d’emploi et de développement des services à la petite enfance, rencontrent beaucoup moins de difficultés économiques et ne sont pratiquement pas stigmatisées par l’opinion publique. Intervient moins également le facteur racial29.

21En dehors de certains résultats déjà entrevus, cette recherche souligne essentiellement l’enjeu de réciprocité qui intervient nettement dans la perception qu’ont ces femmes du support qu’elles reçoivent. Lorsque l’aide reçue de leur réseau produit un sentiment de dette, parce que la réciprocité ou le retour du service ne sont pas assurés, la satisfaction à l’égard du support social diminue. En somme, pour des femmes soucieuses de leur indépendance, l’accroissement d’une dette à l’égard d’un ou plusieurs membres de leur réseau est source d’inconfort et engendre des stratégies visant à assurer l’équivalence et la réciprocité.

L’entraide : entre échange et réciprocité

  • 30 Cf F. Héran : « La sociabilité, une pratique culturelle », Économie et statistiques, op. cit.
  • 31 Ce qui rejoint les hypothèses d’E. Bott concernant le lien entre les types de réseaux sociaux des (...)

22Ces recherches mettent en évidence l’importance de l’appartenance sociale ou de la variable socio-culturelle, à laquelle correspondent des types de réseaux (plus ou moins centrés sur des liens familiaux ou amicaux, plus ou moins larges ou serrés, etc.)30, et différents systèmes de valeurs concernant la famille, le couple, l’entraide et la solidarité31. En d’autres termes, au-delà même de sa dimension matérielle, la source et la signification du soutien relationnel varient selon les milieux sociaux. En suivant cette perspective, on peut, de manière hypothétique, opposer les modèles ou les types-idéaux suivants.

  • 32 Mais aussi, peut-être plus globalement, dans les milieux qui privilégient le modèle familial tradi (...)
  • 33 Pour reprendre les termes de A. Pitrou.

23Dans les milieux modestes32, la sociabilité est principalement centrée sur le réseau familial et peu orientée vers les amis, les collègues ou le voisinage. Si la solidarité et l’entraide intergénérationnelles représentent une norme dominante au sein du réseau familial, cette obligation, cette aide apparemment inconditionnelle, a aussi comme contrepartie de ne pas s’écarter des normes en vigueur dans ce milieu. De ce « devoir-être » précis peut découler un sentiment d’intégration, mais aussi parfois, d’enfermement et de contrôle de la vie privée, voire même de solitude. On peut ainsi être entouré (par sa famille) et se sentir seul(e) tout à la fois, surtout justement dans le cas où l’on vit une situation considérée comme « anormale » par ses proches : par exemple, élever ses enfants sans partenaire conjugal. L’écart par rapport aux normes de la « communauté familiale » n’entraîne pas nécessairement un rejet ou une rupture du soutien, mais peut avoir, malgré les apparences, un coût élevé (dépendance, confinement dans un réseau restreint et fermé, obligation de transparence et solitude). Par ailleurs, dans les milieux les moins favorisés économiquement, le caractère restreint du réseau et sa relative fermeture, le rendent plus adapté à une aide de subsistance (répondre aux besoins immédiats) qu’à une aide promotionnelle33.

  • 34 Catégories dans lesquelles on retrouve principalement les « nouveaux » comportements familiaux (co (...)
  • 35 J.-H. Déchaux : « Les échanges économiques au sein de la parentèle ». Op. cit.
  • 36 F. de Singly : « L’amour coupable », Revue Internationale d’Action communautaire, Montréal, éd. St (...)

24Dans les catégories sociales plus fortement dotées en capital culturel34, dont les réseaux sont plus ouverts, composés essentiellement d’amis et de relations non familiales, les sources et le sens de l’entraide différent sensiblement. Non pas que diminue la force des solidarités familiales. Si la parenté est moins centrale dans le réseau, elle est néanmoins présente et joue bien souvent son rôle de support inconditionnel (l’aide promotionnelle). Il n’est donc pas question de laisser entendre que l’obligation de soutien familial ne vaut que dans les milieux modestes et traditionnels, et moins dans les couches moyennes et modernistes. Elle y est, au contraire, tout aussi opérante et inconditionnelle. La différence réside peut-être dans le souci de masquer la matérialité, de « dissimuler les intentions », comme l’écrit J.-H. Déchaux35, pour ne rien laisser apparaître d’une éventuelle dépendance. Il peut en outre y avoir quelque enjeu à ne pas laisser l’affection côtoyer l’intérêt, ou à empêcher qu’elle ne s’abîme dans quelques formes d’échanges matériels36.

  • 37 M.S. Granovetter : « The Strenght of Weak Ties », op. cit.
  • 38 Cette proposition n’est peut-être pas si éloignée de la typologie de David Riesman, qui distingue (...)

25Mais la valeur dominante à laquelle chacun se réfère étant l’autonomie, l’intégration dépend alors moins du respect d’une tradition, d’un « devoir-être » précis (et notamment de l’adhésion aux modèles proposés au sein du réseau familial), que d’une capacité à maintenir son indépendance au sein d’un réseau de pairs (amis et collègues), tout en cultivant ce réseau, ce « capital relationnel ». Parce que ces relations ne sont pas nécessairement illimitées dans le temps, mais conçues comme électives et conditionnelles, elles sont aussi plus fragiles, tout en étant plus riches en informations (« la force des liens faibles » de Granovetter)37. Cette autonomie est d’autant plus facilement prônée que les personnes bénéficient de conditions d’insertion socio-professionnelle qui leur permettent, le plus souvent, de s’assumer pleinement. L’aide reçue est donc rarement nécessaire, indispensable. Elle correspond moins à un besoin (la subsistance), qu’à un « plus » que l’on peut s’échanger (dans une optique de promotion). Ce sentiment d’autonomie ou d’indépendance est également obtenu en assurant l’équilibre des flux d’informations, de biens et de services, en veillant à l’équivalence et à la réciprocité de l’aide et des soutiens, en recherchant l’équité et en privilégiant la négociation. En effet, ne pas pouvoir garantir la réciprocité peut être mal ressenti, car cela peut signifier dépendre de son réseau, ce qui n’est pas souhaitable38.

  • 39 K.E. Boulding : « Réciprocité et échange : L’individu et la famille dans la société », in Les femm (...)

26Si enjeu d’équivalence ou de réciprocité il y a, reste à mieux définir ce que cela recouvre précisément. En effet, dans les travaux anglo-saxons suscités, les auteurs entendent par réciprocité le retour du service, le « rendu ». On peut aussi, à l’instar de certains économistes et anthropologues, faire une autre distinction entre « échange » et « réciprocité ». Κ. E. Boulding propose ainsi les définitions suivantes : « On peut définir simplement la réciprocité comme un échange non contractuel, ou un échange mutuel de dons, de cadeaux ou de transferts à sens unique,.. Elle diffère de l’échange qui est essentiellement contractuel et conditionnel... Le sentiment largement répandu est que l’échange, c’est-à-dire un contrat précis, est une chose que l’on fait avec des « étrangers », et que les relations au sein du ménage doivent être réciproques »39.

  • 40 « En l’absence d’un système de prix, l’évaluation des termes de la réciprocité est loin d’être fac (...)
  • 41 Cf. K.E. Boulding : The Economy of Love and Fear. Belmont, Californie, Wadsworth Publishing Compan (...)
  • 42 Cf. F. de Singly : Fortune et infortune de la femme mariée. Op. cit.

27Autrement dit, l’échange est structuré sur le modèle marchand, avec un équivalent comptable. Les termes de la réciprocité sont beaucoup plus complexes, parce qu’éminemment subjectifs40. Entrent en ligne de compte un certain nombre d’éléments difficilement comptabilisables, tels l’amour, la bienveillance et la malveillance, ou bien encore le dévouement, ou ce que Boulding propose d’appeler le « piège du sacrifice »41. En participant du système des équivalences implicites construit par les individus dans leurs échanges informels et dans leurs interactions, ces variables compromettent toute démarche de comptabilisation stricte42. Priment alors les « sentiments » des sujets, leurs perceptions d’être créancier ou débiteur, voire même leurs accords pour différer dans le temps, à un terme incertain, le retour du service ou le contre-don.

  • 43 Cf. F. Bloch, M. Buisson : « Du don à la dette : La construction du lien social familial », La rev (...)

28Nous pouvons, à l’aide de ces définitions, compléter le modèle. Pour les personnes dont le réseau est principalement constitué de membres de la parenté, l’entraide se structurerait plutôt sur le mode de la réciprocité, au sens d’un rapport non contractuel, informel. Au contraire, dans les réseaux plus ouverts, où les amis et les collègues prennent le pas sur les relations familiales, l’entraide et le support s’orienteraient plutôt vers le mode de l’échange, avec un souci d’équivalence, d’équilibre des prestations données et rendues. En d’autres termes encore, le réseau centré sur les relations familiales privilégierait un système d’entraide fondé sur le don, mais aussi le « fonctionnement à la dette ». Nous reprenons cette expression à F. Bloch, M. Buisson et J.-C. Mermet, qui dans leurs recherches soutiennent que les échanges familiaux s’inscrivent dans un processus où prime moins le souci de réciprocité dans l’échange, que le maintien du lien social par l’instauration d’un fonctionnement à la dette, qui permet d’entretenir une asymétrie de position entre échangistes. Solder la dette signifie alors solder la relation43.

  • 44 J. Godbout : « La circulation par le don», Revue du Mauss, n°15-16,1992, p. 220.
  • 45 Ibidem., p. 225 et 226.

29C’est aussi la thèse de J. Godbout au sujet du « don ». En effet, pour cet auteur, contrairement à l’échange marchand ou à la redistribution étatique, dans lesquels « le lien social est instrumental par rapport à ce qui circule..., dans le don, on tend à observer la relation inverse : ce qui circule est au service du lien »44, et fonctionne au principe de la dette. L’important est que « ce qui circule » ne vienne pas altérer mais signifier et, si possible, renforcer le lien social établi. Ainsi, le don se doit de rester implicite, de gommer les valeurs d’échange ou d’usage au profit d’une « valeur de lien ». D’où les rituels du don qui tendent à nier la nécessité du contre-don ou de l’équivalence comptable de ce qui a été échangé. « Parce que plus j’ai la conviction que l’autre n’était pas vraiment obligé de rendre, plus je le libère de l’obligation de retour, plus cet acte prendra de la valeur (valeur de lien, distinct de la valeur d’usage et de la valeur d’échange) parce que cela signifie qu’il le fait pour la relation, pour nourrir le lien que nous avons, pour...moi. Il est donc essentiel de ‘libérer’ l’autre en permanence par un ensemble de rituels, tout en maintenant l’espoir que le contre-don sera rendu sous forme de reconnaissance, ou d’objet, etc. Plus il y a explicitation, plus on se rapproche du contrat, du droit, moins le geste de rendre est libre, moins il a de valeur au sein de la relation et, de proche en proche, au sein de la société tout entière. !...) Plus le geste est vécu comme inconditionnel par les deux partenaires, plus il est indécidable, et plus il renforce le lien social lorsqu’il est posé. »45.

  • 46 J. Godbout, A. Caillé : « Le don existe-t-il (encore) ? », Revue du Mauss, n°ll, 1991, p. 11-32.
  • 47 « C’est cela la gratuité du don : à la fois le plaisir du don, le retour contenu dans le geste mêm (...)

30Il est pourtant délicat d’opposer, comme le font J. Godbout ou A. Caillé46, les relations familiales (primaires), d’une part, et de l’autre, les relations marchandes et institutionnelles (secondaires) -la redistribution étatique, en particulier-, les premières, relevant de la circulation par le don et le fonctionnement à la dette, étant les plus susceptibles de garantir la liberté47. Au sein de la famille, l’entraide n’est pas toujours aussi inconditionnelle qu’il y paraît, même si elle n’appelle a priori aucun « rendu » ou « contre-don » immédiat. La contrepartie reste floue, mais elle s’accompagne d’un certain contrôle social caractéristique des relations communautaires ou de proximité. « Donner un coup de main » équivaut parfois à une sorte de « droit d’ingérence » dans les affaires d’autrui. Si la parenté est là en cas de besoin, elle peut aussi enfermer le bénéficiaire de l’entraide dans les rets de ses exigences et de ses normes de référence. Il peut être contraignant de devenir « l’obligé » de quelqu’un, même un membre de sa famille. En outre, la densité du tissu familial peut également engendrer un certain isolement du sujet par rapport à d’autres réseaux plus larges et moins inconditionnels. La famille prend parfois toute la place.

31Rien n’est apparemment demandé en retour du soutien fourni - puisqu’il va de soit que « l’on ne se laisse pas tomber en cas de besoin », que « l’on sera toujours là »-, sauf peut-être une certaine conformité à un ensemble de valeurs communes. C’est justement parce que ces relations socio-familiales sont pensées comme inconditionnelles et illimitées dans le temps que le soutien, le don n’appellent pas de retour immédiat, mais s’inscrivent dans un système relationnel complexe où chacun prend sa place dans un échange généralisé, qui ne se mesure pas en termes de contenu ou de quantité de biens et de services échangés. C’est l’identité et les rôles de chacun qui se dessinent au travers de ces échanges.

  • 48 J.-C. Mermet précise ce point en commentant la distinction entre réciprocité immédiate et réciproc (...)

32Au contraire, dans les réseaux constitués d’abord de relations non familiales, d’amis, de collègues, etc., (ce qui est plutôt le cas dans les couches moyennes),-c’est-à-dire de relations plus conditionnelles, plus fragiles, et souvent moins durables que les relations familiales-, le soutien, l’entraide, le support social, les services rendus et obtenus s’inscrivent dans une toute autre « économie relationnelle », si l’on peut dire. Soit, en effet, il est question de nouer de la relation, de lui donner de la force par un « fonctionnement à la dette ». Soit encore, il est question d’échange, d’équivalence et donc aussi, d’une façon ou d’une autre, de comptabilité. Car, en effet, si l’on peut recevoir un service, il est parfois difficile de s’inscrire dans un rapport de dette. Dans nombre de cas même, le service appelle un retour, et dans des délais aussi brefs que possible. Au centre de ce fonctionnement relationnel est posé le souci d’autonomie, d’indépendance. Le retour de la dette se doit d’être aussi immédiat que possible, dans la mesure où l’on s’inscrit dans une conception finie de l’échange et de la relation48.

33Cette distinction doit bien entendu être nuancée, du fait que chaque modèle fonctionne comme un idéal-type, qui n’existe, par définition, jamais à l’état pur dans la réalité. Elle n’a d’intérêt que pour soutenir que chacune de ces logiques est à l’œuvre dans la réalité sociale, avec plus ou moins de force selon les cas. Ainsi, le modèle de l’échange caractéristique du « marché », des relations avec les « étrangers » (par opposition aux « proches »), avec ses présupposés de comptabilité des flux et de retour des services, peut, selon nous, s’appliquer aussi aux relations avec les « proches », au réseau amical, au couple, voire à la famille. L’opposition « lien social primaire/lien social secondaire » est donc délicate. Nous faisons cependant l’hypothèse que l’accent mis sur l’une ou l’autre des logiques dépend étroitement d’une problématique de la dépendance.

34S’il ne peut être question de valider en l’état une telle typologie, nous nous proposons en revanche d’éclairer empiriquement certaines des questions soulevées. La première concerne la capacité du soutien relationnel, en particulier le soutien de la parenté, de jouer un rôle de protection. En effet, notre enquête confirme la relative précarité économique des parents gardiens après la désunion. De même, nous avons pu évaluer la mobilité de certaines de ces situations monoparentales, au travers des pratiques de conjugalité non cohabitante ou de recomposition familiale. Reste maintenant à apprécier dans quelle mesure cette précarité économique s’accompagne d’une précarité relationnelle, ou au contraire, d’une mobilisation intense d’un réseau de proximité. Reste également à évaluer le soutien relatif obtenu par ceux que l’on considère pour l’instant comme « isolé », par rapport à ceux qui ont un nouveau partenaire, non cohabitant, concubin ou légitime. Enfin, nous devons essayer d’approcher le « sentiment de solitude » des personnes enquêtées, et de repérer ce sur quoi il se fonde.

35A priori, nous soutenons que cette forme de protection qu’assurent les proches (ou « protection rapprochée ») renforce les inégalités plus qu’elle ne les réduit. D’abord, dans la mesure où l’ampleur de ce soutien pour les parents gardiens enquêtés dépend du milieu social. En d’autres termes, l’effet protecteur est d’autant plus grand qu’il provient de personnes relativement bien dotées économiquement. D’où un premier principe : « ceux qui ont plus, aident plus ».

36Mais au-delà de cette dimension quantitative, nous souhaitons également montrer que le soutien des proches est aussi fonction d’une problématique de la dépendance. Il nous semble, en effet, qu’une des sources de clivage de la façon dont opère cette solidarité des proches réside dans l’appréciation de la dépendance qu’elle est susceptible d’engendrer. Si dans certains cas, l’aide offerte et reçue s’inscrit dans le circuit du don évoqué ci-dessus, et donne ainsi consistance au lien social entre les protagonistes; pour d’autres, en revanche, l’aide est d’autant plus difficile à donner et à recevoir qu’elle ne signifie qu’un lien de dépendance, dont le « risque » de réciprocité est exclu.

37Nous faisons donc l’hypothèse que dans un certain nombre de cas, le fonctionnement à la dette n’est pas source de lien social, mais plutôt producteur d’un sentiment de solitude, le bénéficiaire du soutien n’ayant ni la liberté de rendre un jour, ni celle de refuser l’intégration communautaire qu’impose le service rendu. Et cette problématique de la dépendance concerne autant les donataires que les donateurs. Ces derniers peuvent aussi ressentir comme une contrainte insupportable le fait d’instaurer une telle dépendance chez un autre adulte, y compris un membre de la famille. En somme, un autre principe de la « protection rapprochée » ou du soutien relationnel pourrait s’énoncer ainsi : « On aide d’autant plus facilement ceux qui en ont le moins besoin ».

38Voyons désormais la manière dont ces problèmes d’entraide et de support social se manifestent au niveau de notre échantillon.

Notes

1 Lors d’une enquête de l’INED, C. Bonvalet, H. Le Bras, D. Maison et L. Charles ont montré que les personnes seules-qu’elles soient célibataires, divorcées ou séparées, veuves- « sont loin d’être familialement isolées : leur famille restreinte comprend en moyenne une dizaine de membres et l’ensemble de leur parenté varie de 23 personnes (pour les hommes de 50 à 64 ans) à 30 personnes (pour les femmes de 35 à 49 ans). Quant aux familles monoparentales, leur parenté restreinte oscille entre 15 et 24 personnes et l’ensemble de leur famille entre 33 et 46. » in « Le cercle des intimes », Le Monde de l’Éducation, n°191, Mars 1992, p. 45

2 R. Sennett : Les tyrannies de l’intimité. Op. cit., p. 24.

3 Cf. D. Le Disert : La maladie : la part du social. Préface de C. Herzlich. Paris. Éditions du CDSH, Centre de documentation sciences humaines. « Synthèse et documentation ». 1985.

4 Cf. S. Reichmann : « Impact du chômage sur la santé mentale. Premiers résultats d’une analyse de réseaux ». Sociétés contemporaines, n°5, mars 1991, p. 99-116.

5 Cf. notamment : G. Caplan : Support Systems and Community Mental Health. New York, Basic Books, 1974 - J. Cassel : « The Contribution of the Social Environment to Host Résistance ». American Journal of Epidemiology. 1976, vol. 104, p. 107-123. - S. Cobb : « Social Support as a Moderator of Life Stress ». Psychosomatic Medicine, vol. 38, 1976, p. 301-314. - B.H. Kaplan, J.-C. Cassel, S. Gore : « Social Support and Health », Médical Care, 1977, vol. 15, p. 47-58. Pour une synthèse sur la notion de « support social », confer S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health. Académic Press. 1985.

6 D. Le Disert : La maladie,...Op. cit., p. 1.16.

7 S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health, op. cit., p. 4.

8 S. Cobb : « Social Support as a Moderator of Life Stress ». Ibidem.

9 Cf. B. Wellman : « Applying Network Analysis to the Study of Support ». in Gottlieb, B.H. (Ed) Social Networks and Social Support. Sage Studies in Community Mental Health, Sage, 1981, p. 171-200.

10 S. Reichmann. Op. cit., p. 100.

11 S. Cohen et S.L. Syme présentent ces diverses hypothèses dans leur revue de questions sur la notion de support social. Cf. S. Cohen, S.L. Syme : « Issues in the Study and Application of Social Support », in S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health. Op. cit., p. 3-22.

12 Cf. A. Hall, B. Wellman : « Social Networks and Social Support », in S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health. Op. cit., p. 23-41.

13 Ibidem., p. 1.18.

14 Il existe d’ailleurs des échelles de mesure des supports sociaux, telles l’Index of Socially Supportive Behavior ou l’interpersonnal Support Evaluation List. Cf. S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health. Op. cit.

15 Comme le titre D. Porritt, le problème est de savoir si l’on privilégie la quantité ou la qualité ? D. Porritt : « Social Support in Crisis : Quantity or Quality ? », Social Sciences and Medicine, 1979, vol. 13 A, n°6, p. 715-721.

16 « The same resource may be acceptable from one giver but unacceptable from another. Roles of the giver and receiver, norms for these roles, and issues of the perceived equity, reciprocity, and appropriateness of the transaction are all relevant in determining if a supportive behavior from a particular giver will have a positive impact. » S. Cohen, S.L. Syme (Eds) : Social Support and Health. Op. cit., p. 10.

17 Cf. M. Mauss : « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et anthropologie. Paris. PUF. 1950, p.143-279.

18 Cf. Spicer J., Hampe G. : « Kinship Interaction after Divorce », Journal of Marriage and the Family, n°37, 1975, p. 113-119. – Anspach D.F. : « Kinship and Divorce », Journal of Marriage and the Family, n°38,1976, p. 323-330. - Colletta N.D. : « Support Systems after Divorce; Incidence and Impact », Journal of Marriage and the Family, n°41, 1979, p. 837-846. – Berman W.H., Turk D.C. : « Adaptation to Divorce : Problems and Coping Strategies », Journal of Marriage and the Family, n°43, 1981, p. 179-189. – S.S McLanahan, N.V. Wedemeyer, T. Adelberg : « Network Structure, Social Support and Psychological Well-Being in the Single-Parent Family »; Journal of Marriage and the Family, n°43, 1981, p. 601-612. – Wilcox B. : « The Role of Social Support in Adjusting to Marital Disruption : a Network Analysis », in B.H. Gottlieb (Éd.), Social Networks and Social Supports. Beverly Hills, C.A. Sage, 1981. – Kitson G.C., Noir R.N., Mason P.R. : « Family Social Support in Crises : the Special Case of Divorce », American Journal of Orthopsychiatry, n°52,1982, p. 161-165. – Leslie L. Α., Grady K. : « Changes in Mothers’Social Networks and Social Support Following Divorce », Journal of Marriage and the Family, august 1985, p. 663-673. – Tietjen A.M. : « The Social Networks and Social Support of Married and Single Mothers in Sweden », Journal of Marriage and the Family, May 1985, p. 489-496. Shamgar-Handelman L : « Les réseaux sociaux des familles monoparentales en Israël », Dialogue, n°101,1988, p. 65-84.

19 Colletta N.D. : « Support Systems after Divorce; Incidence and Impact », op. cit.

20 Pour définir la notion de « support social », Colletta reprend la formulation de G. Caplan : « Forces at the person to person and social levels which enable people to master the challenges and strains of their lives ». G. Caplan : Support Systems and Community Mental Health. Op. cit., p. 37.

21 Colletta distingue les soins, l’aide domestique, les courses, l’aide durant une maladie, l’aide financière, les services communautaires, l’information concernant les enfants, l’aide à la personne.

22 Parmi les femmes en situation monoparentale, 24 % de celles qui ont de faibles ressources ont dû retourner vivre chez leurs parents après la rupture, contre seulement 4 % des femmes à ressource moyenne.

23 La majeure partie des femmes divorcées à revenu moyen avaient, par exemple, déjà un emploi avant la rupture contre seulement 13 % des femmes divorcées avec un bas revenu. De même, elles dépendent moins longtemps de l’aide sociale : 6 mois en moyenne, contre 13 mois pour les femmes divorcées à bas revenu.

24 « It is necessary to discover the individual’s perceptions of the relationship between life stresses and support received. When this relationship is out of balance; when stress is perceived to be severe and support weak, then satisfaction with support rather than the absolute level of support will be more predictive of the individual’s ability to function. Thus, adequacy of support Systems must be considered in relation to the family’s need for support. » Colletta N.D. : « Support Systems after Divorce ; Incidence and Impact », op cit., p. 845.

25 S.S McLanahan, N.V. Wedemeyer, T. Adelberg : « Network Structure, Social Support and Psychological Well-Being in the Single-Parent Family » ; Op. cit.

26 Leslie L.A., Grady K. : « Changes in Mothers’Social Networks and Social Support Following Divorce », Op. cit.

27 Il faut ici tenir compte du fait que les distances en Amérique du Nord sont beaucoup plus importantes qu’en Europe. Certains membres de la même famille sont ainsi parfois éloignés de milliers de kilomètres.

28 Tietjen A.M. : « The Social Networks and Social Support of Married and Single Mothers in Sweden », op. cit.

29 Pour une présentation détaillée de la condition des familles monoparentales en Suède, cf. S. Gustafsson, « Single Mothers in Sweden : Why is poverty less severe ? », in K. McFate, R. Lawson & W.J. Wilson (Eds), Poverty, Inequality and the Future of Social Policy, op. cit., p. 291-326.

30 Cf F. Héran : « La sociabilité, une pratique culturelle », Économie et statistiques, op. cit.

31 Ce qui rejoint les hypothèses d’E. Bott concernant le lien entre les types de réseaux sociaux des couples, plus ou moins ouverts ou fermés, et les modes de division des rôles sexuels. Op. cit.

32 Mais aussi, peut-être plus globalement, dans les milieux qui privilégient le modèle familial traditionnel nucléaire (le couple marié avec enfants), avec une forte division des rôles des sexes. Il peut dès lors s’agir aussi bien de milieux populaires que de populations à fort capital économique.

33 Pour reprendre les termes de A. Pitrou.

34 Catégories dans lesquelles on retrouve principalement les « nouveaux » comportements familiaux (cohabitation, naissance hors du mariage, désunions libres, etc.), qui correspondent aussi à l’évolution des rôles et de la position sociale des femmes.

35 J.-H. Déchaux : « Les échanges économiques au sein de la parentèle ». Op. cit.

36 F. de Singly : « L’amour coupable », Revue Internationale d’Action communautaire, Montréal, éd. St-Martin, n°26, 1992.

37 M.S. Granovetter : « The Strenght of Weak Ties », op. cit.

38 Cette proposition n’est peut-être pas si éloignée de la typologie de David Riesman, qui distingue les hommes et les sociétés déterminées par la tradition, les « intro-déterminés » et les « extro-déterminés ». « Pour l’homme extro-déterminé, être trop sociable vaut encore mieux que l’être insuffisamment. La présence des ‘autres’ qui le guident et l’approuvent constitue un facteur vital de son système de conformité et d’auto-justification. Privé de cette sociabilité dont son caractère a tant besoin, il deviendra non pas autonome mais simplement anomique... De toute manière, l’homme extro-déterminé qui recherche l’autonomie ne saurait y parvenir seul : il lui faut le secours de ses amis. » D. Riesman : La foule solitaire. Anatomie de la société moderne. Paris. Arthaud. 1964, p. 344.

39 K.E. Boulding : « Réciprocité et échange : L’individu et la famille dans la société », in Les femmes dans la société marchande, A. Michel (ed.), op. cit., p. 22.

40 « En l’absence d’un système de prix, l’évaluation des termes de la réciprocité est loin d’être facile. Nous n’aboutissons pas à un chiffre mais à un sentiment sujet à des fluctuations. Ce sentiment n’en repose pas moins sur certains chiffres implicites, en particulier le poids différent accordé par chaque personne à différentes parties des entrées et des sorties ». Ibidem., p. 27.

41 Cf. K.E. Boulding : The Economy of Love and Fear. Belmont, Californie, Wadsworth Publishing Company, 1973.

42 Cf. F. de Singly : Fortune et infortune de la femme mariée. Op. cit.

43 Cf. F. Bloch, M. Buisson : « Du don à la dette : La construction du lien social familial », La revue du Mauss, Paris, La découverte, n°11, 1er trim. 1991, p. 54-71. Cf. également J.-C. Mermet : « Le lien de famille : La réciprocité en défaut », La revue du Mauss, n°12, 3e trim. 91, p. 137-146.

44 J. Godbout : « La circulation par le don», Revue du Mauss, n°15-16,1992, p. 220.

45 Ibidem., p. 225 et 226.

46 J. Godbout, A. Caillé : « Le don existe-t-il (encore) ? », Revue du Mauss, n°ll, 1991, p. 11-32.

47 « C’est cela la gratuité du don : à la fois le plaisir du don, le retour contenu dans le geste même de donner, et la liberté accordée à l’autre de rendre. La gratuité nomme la liberté. » J. Godbout : « La circulation par le don ». Op. cit., p. 224.

48 J.-C. Mermet précise ce point en commentant la distinction entre réciprocité immédiate et réciprocité potentielle : « Dire que la réciprocité potentielle se fonde sur une durée indéfinie c’est renvoyer à un modèle culturel matrimonial dans lequel les deux membres du couple n’envisageraient pas de terme à leur union; le passage d’une réciprocité potentielle à une réciprocité immédiate, celle de l’échange marchand ou sociétaire, signant chez les partenaires la transformation des perspectives temporelles, l’entrée dans une représentation finie de l’échange ». Ibidem, p. 141.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search