Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Deuxième partie. Evolution du réseau familial après la désunion et vulnérabilité

Chapitre VI. Configurations et évolution du réseau parental au fil du temps

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Configurations du réseau parental

1Nous avons jusqu’ici utilisé indifféremment les expressions « réseau familial », « réseau de parenté », voire « parentèle » pour qualifier le réseau étudié dans le cadre de cette première enquête. La notion de parentèle incluant l’ensemble des proches, ceux qu’un acteur donné considère comme faisant partie de sa parenté, qu’il y ait ou non lien de sang ou d’alliance, ne peut pour l’instant être utilisée pour décrire le réseau des acteurs auxquels nous avons eu accès. L’expression « réseau familial », qui semble mieux répondre aux limites que nous nous sommes donnés, présente cependant l’ambiguïté de pouvoir inclure l’ensemble de la parenté ou de la famille élargie : fratrie, collatéraux, etc. Nous l’abandonnerons donc également. De même pour la notion de « réseau de parenté », puisque la parenté a un sens anthropologique bien précis.

2Il serait sans doute plus approprié de parler de « réseau parental » pour qualifier la section du réseau familial que nous avons étudiée, au sens où il comprend les personnes qui sont le plus susceptibles d’assumer un rôle parental à l’égard des enfants d’un parent gardien donné : à savoir les parents gardiens eux-mêmes, bien entendu ; les parents non-gardiens ; les grands-parents, de part et d’autre ; les nouveaux partenaires, à nouveau de part et d’autre, et leurs propres parents. Bien sûr, cette délimitation reste arbitraire puisqu’un frère ou une sœur du parent gardien peut aussi très bien assumer une part de ce rôle de socialisation ou de « parentalité ». Mais, ces cas de figure sont probablement plus rares.

3Distinguons au sein de ce réseau parental, les niveaux suivants :

  • la parentalité solitaire, c’est-à-dire les cas où le parent gardien et ses enfants n’ont aucun lien avec l’un ou l’autre des membres potentiels du réseau parental, tel que nous l’avons défini. On ne parlera donc pas dans ce cas de réseau, mais plutôt de solitude ou d’isolement. Ces cas sont rares, mais nous avons tenu à les identifier car ils correspondent pour une bonne part à une certaine image toute faite des situations monoparentales.
  • le réseau parental de filiation, incluant le parent gardien, ses propres parents et ses enfants. La quasi-totalité (environ 95 %) des parents gardiens de notre échantillon ayant maintenu des rapports avec leurs propres parents, nous n’avons pas fait de cette relation quasi-systématique un critère de tri pour l’identification des différentes configurations du réseau parental.

4Dans ces deux premiers cas, le « réseau parental » apparaît fortement limité. Il faut pourtant se garder de tirer de trop hâtives conclusions de ce confinement apparent, puisque nous n’incluons dans notre analyse, ni les amis, ni les frères et sœurs, ni les collègues de travail. Restera, dans un second temps, à interroger cette limitation apparente du tissu relationnel aux relations familiales au sens le plus strict. Nous distinguerons également :

  • les relations conjugales sans cohabitation. Même si, dans nombre de cas, les enfants connaissent ces nouveaux partenaires de leurs parents, il semble délicat de les inclure comme membre du « réseau parental ». Ces relations ont en effet souvent un statut imprécis du point de vue de l’exercice d’un rôle familial. Le plus souvent même, s’il n’y a pas cohabitation, c’est que les membres du couple considèrent qu’il n’y pas de rapport familial ou parental, mais seulement relation conjugale.
  • l’ancien réseau parental par alliance, c’est-à-dire la partie du réseau parental constituée de l’ex-conjoint et de ses parents. Il conviendra d’ailleurs d’apprécier comment cette partie du réseau a évolué depuis la rupture, puisque de nouveaux acteurs peuvent également intervenir à partir de cet ancien réseau, suite à la recomposition conjugale du parent non-gardien.
  • le nouveau réseau parental par alliance, c’est-à-dire le nouveau partenaire cohabitant, ses parents et ses éventuels enfants. Nous parlerons d’alliance, même s’il n’y a pas mariage.

5En tenant compte de ces principaux acteurs et des items du questionnaire qui s’y rapportent, nous avons identifié 194 combinaisons possibles, qui peuvent être regroupées en sept formes principales du réseau parental :

  • la forme la plus courante, celle qui regroupe la majorité des parents gardiens (559 cas, soit près de 51 %) est la suivante : Le parent gardien vit seul avec ses enfants, a des rapports avec ses propres parents et maintient des relations avec l’ancien réseau parental par alliance.
  • deuxième configuration-type (204 cas, soit près de 19 %) : Le parent gardien a une relation conjugale sans cohabitation, des relations avec ses parents, et il maintient également des rapports avec l’ancien réseau parental par alliance.
  • troisième configuration (129 cas, soit 12 %) : le parent gardien n’a de relations qu’avec ses propres parents.
  • quatrième configuration (71 cas, soit 6,5 %) : Le parent gardien cumule des relations avec les différents niveaux du réseau parental, ses propres parents, l’ancien réseau par alliance, et un nouveau réseau par alliance, puisqu’il cohabite avec un nouveau partenaire.
  • cinquième configuration (66 cas, c’est-à-dire 6 %) : l’isolement. Le parent gardien n’a de relations avec aucun des membres du réseau parental que nous avons définis. Ceci ne signifie pas pour autant que ses enfants soient tout à fait dans le même cas. Ils peuvent par exemple rencontrer, même ponctuellement leur parent non-gardien, ou leurs grands-parents.
  • sixième configuration (45 cas, soit 4 %) : Le parent gardien n’a de relations qu’avec ses propres parents et son nouveau partenaire conjugal non cohabitant.
  • septième et dernière configuration-type (17 cas, soit 1,5 %) : Outre les relations avec ses propres parents, le parent gardien a établi un nouveau réseau parental par alliance en vivant avec un nouveau partenaire, mais il n’a plus aucun rapport avec l’ancien.

6Les parents gardiens que nous pourrions qualifier d’« isolés », et qui illustrent assez bien le foyer monoparental au sens où l’entend l’action sociale, ne représentent que 18 % des foyers étudiés. À ceux-là, nous pourrions ajouter les 4 %, qui n’ont en plus qu’une nouvelle relation conjugale sans cohabitation, ce qui ne rompt pas nécessairement l’isolement. Nous devons bien sûr prendre de sérieuses précautions sur le sens de ce mot isolement, puisqu’il semble surtout connoté négativement, donnant à penser qu’il s’agit d’une situation subie par le parent gardien, qui n’aurait de cesse que de retrouver une situation conjugale traditionnelle, ce qui n’est très certainement pas toujours le cas. Si isolement ne signifie pas ici solitude, il n’en demeure pas moins que le réseau parental est dans l’ensemble de ces premières configurations extrêmement limité. 22 % des parents gardiens enquêtés vivent donc une situation d’isolement, tout au moins au niveau de ce que nous avons choisi d’appeler le réseau parental.

7Une seconde situation nous semble typique, même si elle est ici très marginale. Il s’agit du cas des parents gardiens qui n’ont plus de relations avec l’ancien réseau parental par alliance, mais qui ont construit un nouveau réseau parental (1,5 %). Bien que marginal apparemment, cette situation nous semble caractéristique d’un certain type de trajectoire, dont la logique est, si l’on peut dire, de « refaire sa vie en tournant la page ». L’ancien réseau parental par alliance disparaît avec la rupture, (brutalement ou peu à peu, selon les cas) et le parent gardien réinstaure une sociabilité familiale autour d’une « nouvelle famille ». Il est probable qu’un certain nombre des cas entrevus dans la catégorie précédente et qui ont en commun d’avoir rompu avec l’ancien réseau parental par alliance, tout en nouant une relation conjugale sans cohabiter peuvent venir grossir cette seconde catégorie. En les ajoutant, nous aurions alors près de 6 % des parents gardiens concernés par cette hypothétique trajectoire.

8Autre constat : si l’on ajoute maintenant les configurations marquées par une rupture avec l’ancien réseau parental par alliance, on constate qu’elles ne représentent qu’un peu plus d’un parent gardien sur cinq (23,5 %). Ce constat ne vaut cependant que pour le parent gardien. Il se peut en effet que les enfants aient encore des rapports avec le parent non-gardien et éventuellement ses propres parents. Mais il est clair que ces relations s’entretiennent sans la médiation du parent gardien, ce qui dénote un climat potentiellement conflictuel.

9Dans tous les autres cas (plus de 75 %), des liens sont maintenus avec l’ancien réseau parental par alliance. Le plus souvent, ce rapport « transite » par le parent non-gardien, ce qui favorise le maintien de relations avec les parents de celui-ci quand ils ne sont pas décédés. Mais dans certains cas, beaucoup plus rares, les rapports avec le réseau antérieur excluent le parent non-gardien. Ils se limitent en effet aux rapports du parent gardien (et de ses enfants) avec ses anciens beaux-parents.

10Parmi cette large majorité de parents gardiens, près de deux sur dix (18,2 %) recomposent sur le mode non cohabitant et 6,6 % vivent avec un nouveau partenaire. Ce dernier cas de figure illustre l’idée de trajectoire faite d’unions et de désunions, sans pour autant que les acteurs d’une union précédente disparaissent du champ des relations, dès lors qu’il y a remise en couple. On assiste plutôt à un « couplage » des réseaux parentaux par alliance, le parent gardien et ses enfants constituant le lien entre les deux. Dans ce cas, loin de restreindre le champ de sociabilité de l’enfant au seul parent gardien et, éventuellement, aux parents de celui-ci comme on le pense parfois, la désunion l’étend à de nouveaux acteurs.

Situation de l’ex-conjoint selon la forme du réseau parental

11Dans les cas que nous avons qualifiés d’isolement, la situation de l’ex-conjoint est très majoritairement identique à celle du parent gardien. En effet, près de sept parents non-gardiens sur dix vivent seuls (même si 7 % d’entre eux ont eu un ou plusieurs enfants depuis la rupture). Trois parents non-gardiens sur dix vivent en couple, sachant que la moitié d’entre eux ont eu de nouveaux enfants (voir tableau 7).

Tableau 7 : Situation conjugale du parent gardien et du parent non gardien selon le maintien ou non de rapports parentaux après la rupture

12Voyons maintenant la situation de l’ex-conjoint lorsque le parent gardien a rompu tout contact avec lui et sa famille, tout en ayant établi une nouvelle relation conjugale, faite de distance pour les uns – 45 (4 %) ont un partenaire non cohabitant – et de proximité pour les autres – 17 (1,5 %) ont un concubin. Dans la première configuration, correspondant aux parents gardiens qui ont une relation conjugale non cohabitante, la grande majorité des ex-conjoints vivent seuls et n’ont pas eu de nouveaux enfants (27 sur 45, soit 60 %). 11 vivent en couple sans nouvelle descendance (près d’un sur quatre) ; 6 ont reformé un couple et une nouvelle famille (13 %) et un cas a eu un nouvel enfant, bien qu’il ne soit pas en couple au moment de l’enquête.

13Les ex-conjoints des quelques parents gardiens qui cohabitent avec un nouveau partenaire sont dans une situation légèrement différente : 10 d’entre-eux (sur 17) vivent seuls et n’ont pas eu d’enfant depuis la séparation ; 1 vit en couple sans nouvelle naissance ; 5 vivent en couple et ont eu une descendance de cette union et un cas vit seul, tout en ayant déjà eu un enfant depuis la séparation. Notons enfin que 11 parents gardiens sur 17, et dans la majorité des cas leurs enfants, ont des relations avec les parents de leur nouveau partenaire.

  • 1 Parmi eux, 94 (soit 8,7 %) ont maintenu ce rapport, non pas directement avec l’ex-conjoint, mais p (...)
  • 2 On peut encore affiner ce constat en voyant si les parents gardiens rencontrent ou non les nouveau (...)

14Mais dans la majorité des cas, le parent gardien, nous l’avons vu, conserve des liens avec son ancien réseau parental par alliance, tout en restant seul. Le foyer monoparental apparaît alors comme composante d’une « entité familiale bifocale ». Il constitue en effet un des pôles autour duquel s’articulent des relations. 51 % des parents gardiens enquêtés sont dans ce cas1. Les ex-conjoints sont là encore principalement restés seuls depuis la rupture : 189 (soit 41,4 %). Mais 163 (soit 35,7 %) vivent en couple ; 88 (soit 19,2 %) ont reformé une nouvelle famille avec une descendance et 17 (soit 3,7 %) vivent seuls mais ont eu un (ou plusieurs) enfant(s) depuis la séparation. La distribution des situations varie donc légèrement par rapport aux configurations déjà entrevues. Somme toute, un peu plus de la moitié des parents gardiens (251 sur 457) vivant seuls et maintenant des rapports de parentalité ont un ex-conjoint qui revit en couple2.

  • 3 Comme précédemment, quelques parents gardiens (24 non cohabitants et 9 cohabitants) ont un rapport (...)

15Voyons finalement les cas où, tout en ayant maintenu une relation parentale au-delà de la désunion, le parent gardien renoue des rapports de conjugalité, cohabitant (71 cas, soit 6,5 %) ou non (204 cas, soit 19 %)3. Parmi les 180 ex-conjoints dont le parent gardien a une relation conjugale non cohabitante (et pour lesquels nous avons l’information), 65 (soit 36,1 %) vivent seuls, 70 (soit 38,9 %) vivent en couple, 36 (soit 20 %) vivent en couple et ont eu un (ou plusieurs) enfant(s) de cette union et 9 (soit 5 %) vivent seuls mais ont eu un (ou plusieurs) enfant(s) depuis la séparation. En somme, près de 60 % des ex-conjoints des parents gardiens non cohabitants ont fondé un nouveau couple, voire une nouvelle famille, contre 41 % qui vivent seuls. Les proportions diffèrent assez peu pour les cohabitants, même si les effectifs sont faibles. Parmi les 62 ex-conjoints dont le parent gardien s’est remis en couple et dont nous avons pu connaître la situation, 26 vivent seuls (42 %), 24 vivent en couple (38,5 %), 11 vivent en couple et ont eu un (ou plusieurs) enfant(s) de cette union (17,5 %) et 1 vit seul mais a eu un (ou plusieurs) enfant(s) depuis la séparation. Soit en tout, 56,5 % de cas où l’un et l’autre des ex-conjoints ont reformé un nouveau couple.

16Une légère tendance se dessine. Il semble que la recomposition de nouveaux couples, que ce soit du côté du parent gardien ou du parent non-gardien soit plus fréquente dans les cas où des rapports parentaux sont maintenus. Plutôt que le signe d’un type de relations post-divorce entre ex-conjoints, qui voudrait que l’un et l’autre aient plus tendance à reformer un nouveau couple si leur ancien partenaire l’a fait lui aussi (signe que la page est tournée sans conflit), il nous semble qu’il s’agit peut-être là de la marque d’un certain type de couples désunis (des parents plus jeunes et, nous l’avons vu, ayant un certain capital culturel). L’attitude paraît alors à la fois plus ouverte au maintien des rapports nécessaires à l’exercice du rôle de parent, mais aussi à l’idée de refaire sa vie avec un nouveau partenaire. Il conviendra bien sûr de mettre à l’épreuve cette hypothèse dans la suite du travail.

17Les rapports « parent gardien/nouveau partenaire de l’ex-conjoint » sont également plus fréquents lorsqu’il y a extension du champ relationnel. Sur les 106 parents gardiens qui recomposent sans cohabiter et dont l’ex-conjoint vit avec un nouveau partenaire, 56 le rencontrent. De la même manière, sur les 35 parents gardiens qui vivent en couple et dont l’ex-con-joint se trouve dans cette situation, 17 ont des contacts avec le nouveau partenaire de celui-ci. Autrement dit, quand les parents séparés maintiennent des relations et « tissent » chacun de leur côté de nouveaux rapports conjugaux, dans un cas sur deux, le parent gardien et le nouveau partenaire de l’ex-conjoint se rencontrent.

18Notons enfin que plus de 6 parents gardiens sur 10 ont des rapports avec les parents de leur nouveau partenaire et que dans plus de 7 cas sur 10 les enfants du parent gardien ont eux aussi des rapports avec ces « beaux-grands-parents ». Il semble donc que le « couplage » des réseaux parentaux, l’ancien et le nouveau, favorise l’échange entre les différents acteurs (adultes et enfants), et cela notamment quand les ex-conjoints vivent de part et d’autre en couple.

19La probabilité de se retrouver dans la catégorie « parent isolé », autrement dit de n’avoir aucune relation avec « l’ancien réseau parental par alliance » et pas de nouvelle relation conjugale, est beaucoup plus élevée quand le parent gardien est une femme, notamment quand elle est inactive et dotée d’un capital scolaire peu élevé. Et cela est vrai quelle que soit par ailleurs la situation de son ex-conjoint. À l’inverse, elle nouera plus souvent une nouvelle relation conjugale, notamment sur le mode non cohabitant, si elle a une activité professionnelle et est fortement diplômée. Les enfants d’un père gardien seront eux plus souvent amenés à revivre dans un foyer composé. Et dans ce cas, les pères gardiens sont plus souvent que les mères gardiennes confrontés à des beaux-enfants ; leurs nouvelles conjointes ayant plus souvent que les nouveaux partenaires des mères gardiennes, un ou plusieurs enfant(s) à charge.

20Un enfant de parents séparés est donc un peu plus souvent amené à connaître et à être inséré dans telle ou telle configuration, selon qu’il est à la charge de son père ou de sa mère. En revanche, qu’il s’agisse de son père ou de sa mère, si le parent qui l’élève n’a pas renoué une nouvelle relation conjugale, il aura un peu plus souvent des liens avec son autre parent si ce dernier revit en couple (qu’il ait ou non des enfants). Et dans tous les cas de figure, le niveau et les conditions de vie sont presque toujours plus élevés quand le parent gardien revit en couple.

21Nous avons cherché à compléter ce premier bilan en observant ce qu’il en était du versement des pensions alimentaires selon ces différentes configurations. Bien sûr, plus faibles sont les rapports entre les ex-conjoints, moins fréquent est le versement de la pension alimentaire. Celle-ci est très rarement versée notamment quand l’ex-conjoint vit seul (23,8 %) et, surtout, quand il vit seul mais a eu entre-temps un autre enfant (13,3 %). Dans ce dernier cas de figure, il est possible qu’il soit, ou se sente plus contraint d’assumer la charge de son dernier enfant. En revanche, bien que les parents séparés ne maintiennent pas de relations, les parents gardiens reçoivent un peu plus souvent une pension quand leur ex-conjoint revit en couple, qu’il ait ou non des enfants (c’est cependant un peu moins vrai quand le parent gardien revit aussi en couple). Il est possible alors que l’ex-conjoint estime que le nouveau partenaire doive, si l’on peut dire, « prendre le relais ».

22À l’inverse, dès lors que les parents séparés maintiennent des liens, la pension alimentaire est proportionnellement beaucoup plus souvent versée (sept cas sur dix au minimum). Les rapports de parentalité jouent donc pleinement sur l’aide pécuniaire que les parents gardiens reçoivent de leur ex-conjoint. Deux nuances peuvent être apportées. Premièrement, les pensions alimentaires sont très souvent versées quand l’ex-conjoint revit en couple (près de 8 sur 10), qu’il ait ou non de nouveaux enfants. Peut-on en déduire que le nouveau partenaire de l’ex-conjoint joue un rôle positif sur le versement de cette pension, ou plutôt que l’ex-conjoint se sent plus contraint d’assumer sa responsabilité parentale quand il revit avec un nouveau partenaire – partenaire potentiellement ou déjà lui aussi père ou mère d’un nouvel enfant de l’ex-conjoint ? Seules des recherches ayant pour objectif d’apprécier l’impact de la remise en couple du parent non-gardien sur les rapports de parentalité nous permettraient de répondre et de tester la validité de cette explication.

23Deuxièmement, bien que fréquent, le versement de la pension alimentaire l’est toujours un peu moins quand le parent gardien revit en couple. Là encore, doit-on en conclure, comme précédemment, que l’ex-conjoint se sent un peu moins souvent contraint d’assumer son rôle de parent quand un nouveau partenaire vit avec le parent gardien, et donc avec ses propres enfants ? Difficile de répondre. En effet, les mères non-gardiennes versant moins souvent une pension alimentaire et les pères-gardiens se remettant un peu plus souvent en couple, il est fort possible que le phénomène soit simplement le résultat du jeu de ces deux facteurs.

24Autre variable susceptible d’intervenir dans la définition de ces configurations : le temps ou l’éloignement de la rupture. La démarche transversale que nous avons adoptée ne permet guère d’apprécier « l’effet du temps ». Nous ne pouvons tout au plus que noter, qu’à un moment donné, ceux qui sont proches de la désunion sont plus souvent dans tel type de rapports et inversement, éventuellement, pour les autres. Il faut donc là aussi se garder d’en tirer des conclusions définitives. Nos résultats indiquent nettement que plus le temps passe, plus les mères gardiennes ont des « chances » d’être isolées et, inversement, que le nombre des parents isolés est, proportionnellement, moins élevé quand la dissociation est proche dans le temps, et cela quelle que soit la situation de l’ex-conjoint. Tout fonctionne comme si, suite à la rupture, des liens incontournables étaient maintenus avec l’ancien réseau parental par alliance, liens qui s’estomperaient au fil du temps, notamment du fait que les enfants, devenus jeunes adultes ne justifient plus guère les rencontres. Seule une perspective d’analyse plus longitudinale permettra de confirmer ou d’infirmer cette interprétation.

  • 4 Des recherches seraient utiles dans cette voie pour mieux appréhender le rôle et l’impact des rela (...)

25Cette évolution des rapports parents/enfants à la suite d’une désunion, liée à la maturation de ces derniers, aurait alors pour effet d’« autonomiser » le foyer du parent gardien et celui du parent non-gardien. En revanche, la présence de nouveaux enfants dans le foyer composé de l’ex-conjoint pourrait modifier cette tendance, les relations que les enfants du parent gardien ont avec leur(s) demi-frère(s) ou sœur(s) pouvant participer à prolonger les rapports entre ex-conjoints4.

26Outre le facteur socio-culturel déjà avancé, ou ceux du sexe et de l’âge du parent gardien, ces quelques pistes de travail mettent les enfants au centre des trajectoires familiales. Il se peut que Ton ait négligé leur capacité à faire évoluer le champ relationnel après la désunion, et ceci d’autant plus que nous avons affaire le plus souvent à des pré-adolescents, voire des adolescents. Les rapports « parents/enfants » se trouvant modifiés, il est fort probable que les parents séparés soient contraints de prendre en compte leurs avis. Il n’est même pas impossible que ces derniers occupent la place de médiation préalablement dévolue au lien de parentalité. Enfin, la circulation entre les deux foyers a peut-être une toute autre signification pour eux : une entité familiale perçue comme un « réseau de foyers », entre lesquels ils n’acceptent pas de voyager selon les seules exigences du droit de visite. Leurs aspirations peuvent donc tendre à décloisonner ce que les adultes ont imposé, et ce sans compter l’effet d’interconnaissance entre demi-frères et/ou demi-sœurs, voire même « quasi-frères et/ou sœurs » déjà évoqué.

Évolution de la situation au fil du temps

27Quelle est la stabilité des configurations familiales post-désunion que nous venons de décrire ? Comment se transforment ou se réagencent les rapports au sein du réseau parental ? Les relations maintenues entre les ex-conjoints demeurent-elles ou s’émoussent-elles avec les années ? Quel rôle joue la croissance des enfants, qui passent bien souvent de la pré-adolescence à l’adolescence ? Quel est l’effet du temps sur les relations conjugales plus ou moins formalisées des parents gardiens ? Peut-on parler d’une tendance à l’institutionnalisation de ces « secondes unions », ou au contraire, de « précarité conjugale » ? Quels sont les facteurs qui semblent intervenir dans ce processus de transitions familiales ?

28Après la description des différentes configurations possibles du réseau parental suite à une désunion, nous proposons à l’aide de la seconde enquête réalisée trois ans plus tard auprès des répondants de la première enquête, de suivre leur évolution dans le temps. Si nous avons réussi à établir que la monoparentalité est bien souvent un passage, une transition vers d’autres modes de vie en famille, reste à apprécier la stabilité des situations entrevues. Ce suivi dans le temps s’impose dans la mesure où toutes les configurations présentées dans le précédent chapitre sont susceptibles d’évoluer rapidement. Ainsi, par exemple, au cours des trois années qui séparent les deux enquêtes, les parents gardiens que nous avons d’abord considérés comme « isolés », au sens où ils n’avaient pas de partenaire régulier, ont pu en rencontrer un (sachant qu’ils peuvent cohabiter ou non, légitimer leur union ou non). De même, la conjugalité non cohabitante peut avoir débouché sur le concubinage ou le remariage, ou au contraire sur une rupture ; ou encore la cohabitation a pu évoluer vers le remariage, ou vers la non cohabitation, voire même vers une nouvelle désunion.

  • 5 Contre 25 % lors de la première enquête. Vient ensuite le groupe des personnes qui ont la trentain (...)
  • 6 Cela dit, 22 % des mères gardiennes et 29 % des pères gardiens sont encore à la tête d’une famille (...)
  • 7 Durant les trois années qui séparent les deux enquêtes, 67 personnes ont fait une formation complé (...)
  • 8 Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC horaire) était de 30,51 francs de l’heur (...)
  • 9 Il s’agit ici probablement de l’effet du temps partiel qui ne concerne que des femmes (22,5 % des (...)
  • 10 Pour 40 % de notre échantillon, le montant mensuel de ces diverses allocations ne dépasse pas 900 (...)
  • 11 Les montants de ressources par unité de consommation ont été calculés en considérant les ressource (...)
  • 12 Ce montant de ressources correspond aussi à un revenu médian, puisque l’on a globalement 50 % de n (...)

29Vingt-quatre hommes (7,1 % de l’échantillon) et 312 femmes (92,8 %) ont répondu à notre seconde enquête. La majeure partie d’entre eux ont maintenant une quarantaine d’années5, avec un ou deux enfants à charge6. Leur situation économique et sociale ne s’est guère améliorée : faible niveau d’étude (près de 60 % ayant un niveau inférieur ou égal à un CAP ou un CEP, dont 15 % sans aucun diplôme), importance du chômage et de l’inactivité (près de 25 %), faible niveau de qualification des emplois occupés (56 % des actifs occupés sont « employés »)7, faible niveau de rémunération (environ 40 % des parents gardiens ont un salaire inférieur ou égal au SMIC8, et même 27 %, exclusivement des femmes, ont un salaire mensuel net inférieur à 4 5009. On comprend aisément que des allocations diverses (allocations familiales, pension d’invalidité, allocation de chômage, contrat emploi solidarité, revenu minimum d’insertion, etc.) soient nécessaires pour compléter ces maigres revenus10. Toutes ressources confondues, le « revenu disponible par unité de consommation »11 oscille entre 1 000 et 9 000 francs mensuels, la moyenne étant de 3 500 francs environ12.

  • 13 Ainsi, outre le fait que nos estimations du revenu disponible par u. c. sont approchées en tenant (...)
  • 14 En se référant au seuil des « bas revenus », c’est-à-dire ceux qui sont inférieurs à 60 % du reven (...)
  • 15 Le revenu disponible par u.c. calculé par le CERC lors de son enquête sur les mères isolées était (...)

30Nonobstant les précautions qu’impose toute estimation13, notre échantillon se situe en dessous du revenu médian par unité de consommation d’environ 1 000 francs par rapport à la moyenne nationale. En se référant au seuil des « très faibles revenus » (c’est-à-dire inférieurs à 50 % du revenu médian, soit en 1988, 2 250 francs par unité de consommation), ce n’est pas 11 %, comme l’indique l’INSEE, mais près d’un quart de notre échantillon qui est en-dessous de ce seuil, ce qui confirme la vulnérabilité économique de ces foyers qui ont traversé un épisode monoparental14. Si environ un tiers des personnes ayant répondu à notre enquête peuvent être classés dans la catégorie des « faibles revenus », notre échantillon ne diffère pas pour autant des données nationales disponibles sur les personnes en situation monoparentale, ce qui confirme leur vulnérabilité économique15.

Les situations conjugales

31Lors de la première enquête, les parents gardiens pouvaient, soit n’avoir aucun partenaire, soit en avoir un sans cohabiter avec lui, soit encore vivre en concubinage. Ils peuvent désormais en plus être remariés. Les trois quarts des personnes enquêtées ne signalent aucune relation conjugale stable, et un peu plus d’un quart (27 %) ont un nouveau partenaire, quelque soit le mode de vie adopté : remariage (6 % des cas), concubinage (près de 9 %) ou couple sans domicile commun (12 %). Au sens strict, la recomposition familiale ne concerne donc que 15 % de notre échantillon.

32Même si les effectifs des pères gardiens sont insuffisants pour permettre des comparaisons fiables, il semble que l’on soit en présence d’une différence entre leurs situations conjugales et celles des mères gardiennes. Si près des trois quarts d’entre elles n’ont aucun partenaire au moment de cette seconde enquête, ce n’est le cas que de 15 hommes sur 24 (un peu plus de 60 %). Moins de 15 % de ces femmes partagent leur existence quotidienne avec un nouveau partenaire (le plus souvent hors du mariage), alors que 5 hommes sur 24 sont dans ce cas (21 %), (le plus souvent dans le cadre d’une union légitime). Lorsque l’on tient compte des relations conjugales sans cohabitation, l’écart se confirme encore. Pour les femmes, les nouveaux partenaires sont le plus souvent non cohabitants, alors que les pères gardiens ont aussi fréquemment convolé une nouvelle fois en justes noces.

33Mais la situation conjugale varie surtout en fonction de l’âge (Tableau 8).

Tableau 8 : Situation conjugale en fonction de l’âge du parent gardien

34Si plus de 90 % des parents gardiens de plus de 45 ans n’ont aucun partenaire au moment de l’enquête, seulement 50 % des moins de 35 ans sont dans ce cas. A contrario, plus du tiers des parents gardiens de cette tranche d’âge vivent avec un nouveau partenaire, que ce soit dans le cadre du remariage ou du concubinage, alors que ces situations conjugales ne concernent que 17 % des parents gardiens qui ont entre 35 et 40 ans, 9 % des parents gardiens dont l’âge est compris entre 40 et 45 ans, et moins de 5 % de ceux de plus de 45 ans.

  • 16 Si l’on présente nos résultats par décade en tenant compte du temps écoulé depuis la séparation, o (...)

35L’âge semble jouer un rôle très important dans le phénomène de recomposition familiale. Un parent gardien sur trois a recomposé une famille avant 35 ans, alors que cette situation concerne moins d’un parent gardien sur dix ayant entre 40 et 45 ans, et même moins d’un sur vingt après 45 ans. Avant 30 ans, c’est même 45 % des parents gardiens qui ont recomposé une famille, sachant que le quart d’entre eux sont séparés depuis moins de cinq ans16. Le phénomène de conjugalité non cohabitante ne semble en revanche guère varier en fonction de l’âge. Ce type de relation conjugale représente sensiblement 15 % des cas, quelle que soit la tranche d’âge, excepté pour les plus de 45 ans où le phénomène ne concerne plus que 5 % des parents enquêtés.

36En regroupant notre échantillon en trois grandes catégories de niveau socio-culturel : « faible », (c’est-à-dire correspondant à un niveau d’étude inférieur ou égal au CEP ou au CAP) ; « moyen » (correspondant au BEPC et au BEP), et « élevé », (c’est-à-dire supérieur ou égal au baccalauréat), on repère une autre tendance. Plus un parent gardien est diplômé, plus il est susceptible d’établir une nouvelle relation conjugale : 78 % des parents gardiens ayant un faible niveau d’étude n’ont pas de partenaire conjugal, alors qu’ils ne représentent que 63 % de ceux qui ont un niveau d’étude élevé. Conformément à nos précédents résultats, la proportion des couples sans domicile commun augmente également en fonction du capital culturel : moins fréquentes chez les moins diplômés (10 %), ces situations augmentent parallèlement au niveau d’étude (14 % pour un niveau d’étude moyen et 16 % pour un niveau d’étude élevé). On les retrouve aussi plus fréquemment chez les cadres ou les professions intermédiaires.

37Bien qu’il soit nettement moins important que l’effet de l’âge, l’effet du capital scolaire sur la recomposition familiale joue de la manière suivante : les moins et les plus diplômés sont ceux qui ont proportionnellement le plus tendance à recomposer une famille (cohabitation ou remariage avec un nouveau partenaire) : si globalement les familles recomposées représentent 15 % de notre échantillon, elles concernent 21 % des parents gardiens ayant un niveau supérieur ou égal au baccalauréat et 17,5 % des parents gardiens n’ayant aucun diplôme.

38Le fait de rencontrer un nouveau partenaire peut être également lié au temps écoulé depuis la désunion. Ainsi, on peut supposer que l’éloignement de la rupture facilite l’engagement dans de nouvelles relations conjugales. Les enfants grandissent, laissant de plus de plus de « marges de manœuvre » aux parents séparés. Les relations entre ex-conjoints peuvent aussi s’émousser au fil du temps, ce qui facilite peut-être les nouvelles rencontres. Il semble cependant que l’âge vienne contrecarrer cette hypothétique tendance. En effet, ce sont les parents gardiens dont la rupture est éloignée de moins de dix années qui recomposent le plus souvent une famille, ou même s’engagent dans une relation non cohabitante. Cette proportion de recomposition diminue ensuite pour ceux qui sont séparés de leur ex-conjoint depuis plus de 15 ans, voire plus de 20 ans. Autrement dit, s’il faut un minimum de temps écoulé après la rupture pour renouer une nouvelle relation conjugale, un temps trop long entre les unions successives compromet de plus en plus la possibilité de rencontre et de recomposition familiale.

39Quant aux relations avec l’ex-conjoint, elles ne semblent pas jouer un rôle particulier, mais plutôt confirmer des tendances déjà décelées en termes de milieu d’appartenance et donc de valeurs familiales. Ainsi, le maintien d’une relation avec son ex-conjoint ne constitue pas une entrave au fait de s’engager dans une nouvelle relation. Au contraire même, puisque ce sont justement les parents gardiens qui ont maintenu des rapports amicaux avec eux qui ont le plus tendance à nouer de nouvelles relations conjugales. À l’opposé, les parents gardiens qui n’ont plus de contact avec leur ex-conjoint restent plus souvent « seuls » que les autres.

40Seulement 10 % des séparé(e)s et 15 % des divorcés disent vouloir se remarier. Le plus souvent, les divorcés évoquent le désir d’enfant ou le souci de fonder une nouvelle famille pour justifier cette aspiration. Mais le projet de remariage est bien sûr surtout lié à l’existence d’un partenaire avec lequel on peut concrètement envisager une telle éventualité. Ainsi, seulement 4 % des personnes qui n’ont aucun partenaire ont ce projet, alors qu’il concerne plus du quart des parents gardiens vivant une situation de conjugalité non cohabitante, et même 60 % des parents gardiens vivant en concubinage. Parmi ces derniers, l’argument le plus souvent invoqué (dans plus de la moitié des cas) pour expliquer ce désir de légitimer leur union, est une fois encore le projet d’avoir des enfants. Chez les couples sans domicile commun, le projet de remariage est justifié le plus souvent par le fait d’avoir rencontré le partenaire idéal. A contrario, le refus de projeter une union légitime est lié d’abord au « souci d’indépendance ». Ces parents gardiens non cohabitants considèrent également que le « remariage est inutile ». Quant aux personnes sans partenaire qui formulent un projet de remariage, elles avancent le plus souvent l’argument suivant : « Je ne supporte pas de vivre seul(e) ». Mais la quasi-totalité n’a aucun projet de cette nature, soit, disent-ils, parce qu’ils ne « désirent plus revivre en couple », ou qu’ils « préfèrent vivre seul(e)s », soit encore « par crainte d’une nouvelle séparation ».

41Dans plus de 40 % des cas, les parents gardiens ont recomposé une famille avec un partenaire ayant lui-même connu une rupture (séparation ou divorce), et dans 6 % des cas, un veuvage. Chez les couples sans domicile commun, plus de la moitié des partenaires ont connu une rupture conjugale. En y ajoutant les veufs ou les veuves, c’est même 56 % des partenaires non cohabitants qui ont déjà eu une vie de couple.

  • 17 Le plus souvent deux enfants (19 cas), ou même trois et plus (11 cas), les pères d’un seul enfant (...)

42Un peu plus d’un quart de ces nouveaux couples ont eu des enfants, sachant que ce sont les parents gardiens les moins diplômés qui sont le plus souvent dans ce cas (45 % d’entre eux). Ces naissances concernent plus souvent les couples cohabitants (43 % d’entre eux ont eu au moins un enfant, contre 22 % des couples remariés et 16 % des couples sans domicile commun). Les nouveaux partenaires ont parfois des enfants d’une précédente union, à leur charge ou non, sachant que ceux-ci peuvent vivre ou non au foyer de la famille recomposée. Sur les sept nouvelles partenaires des pères gardiens enquêtées, quatre n’ont pas eu d’enfant précédemment. Et sur les trois qui sont déjà mères, toutes ont ces enfants à leur charge, sachant que dans deux cas, ces enfants vivent au foyer du couple recomposé. Près de la moitié des nouveaux partenaires des mères gardiennes ont eu des enfants d’une précédente union (38 sur 77)17. Dans la majorité des cas, ces pères n’ont pas leurs enfants à leur charge (66 % des cas sont des pères non gardiens). En outre, ces enfants ne vivent que très rarement dans la famille recomposée (10 % des cas environ, soit quatre cas sur 38).

Stabilité ou mobilité des situations conjugales

43L’enquête « à trois ans » permet d’apprécier la stabilité ou, au contraire, la mobilité de certaines des situations conjugales entrevues précédemment. Cette mobilité se manifeste déjà au niveau des personnes séparées : entre la première et la seconde interrogation, leur nombre a diminué de moitié, du fait des prononcés de divorce. Mais apprécier la mobilité, c’est surtout ici tenter de comprendre les stratégies qui conduisent au remariage ou à la cohabitation, ou encore le phénomène de la conjugalité non cohabitante. S’agit-il d’un mode de vie choisi et adopté par une certaine frange de notre population, ou bien plutôt une sorte de sas de décision permettant aux parents gardiens indécis d’affirmer leur choix et de formuler un projet conjugal plus précis ?

44Les parents gardiens sans partenaire sont ceux qui connaissent la plus grande stabilité : près de 90 % étaient sans partenaire lors de la première interrogation et le sont toujours trois ans plus tard. 11 % seulement ont donc rencontré un nouveau partenaire dans les trois années qui séparent les deux enquêtes (7 % ont un conjoint non cohabitant, 2 % vivent en concubinage et 2 % se sont remariés entre temps). Au contraire, parmi les personnes qui vivaient une relation de couple sans domicile commun, 27 % seulement sont restés dans la même situation : la majeure partie est à nouveau « seule » (43 %) ; 30 % cohabitent avec un partenaire, dont 10 % en ayant légitimé leur union. Autrement dit, la conjugalité non cohabitante est plus souvent une situation provisoire qu’un mode de vie durable. Il s’agit même d’une situation précaire, puisqu’elle débouche le plus souvent, à relativement court terme, sur une rupture. Dans un cas sur trois environ, ces couples ont choisi de vivre ensemble.

45Malgré la faiblesse des effectifs, on peut également déceler quelques tendances pour les concubins : 8 sur 19 sont restés dans la même situation ; 7 se sont remariés entre temps ; 3 ont choisi de continuer à se voir mais en renonçant à la cohabitation, et enfin un cas a traversé une nouvelle rupture. Le concubinage est donc une situation familiale assez stable. Il débouche rarement sur une nouvelle rupture : un seul parent gardien concubin au moment de la première enquête vit seul trois ans plus tard. Le concubinage débouche en revanche assez souvent sur un remariage, probablement d’ailleurs à la suite d’une nouvelle naissance.

Tableau 9 : Situations familiales des parents gardiens en 1987 et en 1990

46Notons enfin que ces changements de situations familiales sont nettement plus fréquents pour les hommes que pour les femmes : plus de 40 % des hommes ont changé de situation familiale au cours des trois années qui séparent les deux enquêtes, contre seulement 20 % des femmes.

47Reste à apprécier plus finement, dans quelle mesure vulnérabilité économique et relationnelle se conjuguent, voire se renforcent mutuellement.

Notes

1 Parmi eux, 94 (soit 8,7 %) ont maintenu ce rapport, non pas directement avec l’ex-conjoint, mais par l’intermédiaire des beaux-parents (74 cas), voire, cas plus rare, par le biais du nouveau partenaire de l’ex-conjoint (15 cas), ou de ces deux types d’acteur (5 cas). Dans l’ensemble de ces cas, le rapport qui est maintenu a trait strictement à la circulation des enfants. Le rapport avec l’ex-conjoint étant trop conflictuel, c’est par l’entremise de ces intermédiaires que se règlent certains problèmes de la vie quotidienne. Mais la majorité des ex-conjoints, gardien et non-gardiens, ont un rapport direct : 457, soit 42,2 %.

2 On peut encore affiner ce constat en voyant si les parents gardiens rencontrent ou non les nouveaux partenaires de leur ex-conjoint : C’est le cas pour 106 d’entre eux, soit plus de 40 %, et ces relations sont plus souvent établies quand l’ex-conjoint a eu un (ou plusieurs) enfant(s) de cette nouvelle union.

3 Comme précédemment, quelques parents gardiens (24 non cohabitants et 9 cohabitants) ont un rapport parental indirect, c’est-à-dire un rapport avec l’ancien réseau parental par alliance qui est médiatisé par les beaux-parents ou, beaucoup plus rarement par le nouveau partenaire de l’ex-conjoint, ceci bien entendu, pour éviter une confrontation directe. Mais la majorité ont maintenu cette relation parentale (180 non cohabitants et 62 cohabitants).

4 Des recherches seraient utiles dans cette voie pour mieux appréhender le rôle et l’impact des relations entre demi-frères et sœurs sur l’évolution du réseau de parenté.

5 Contre 25 % lors de la première enquête. Vient ensuite le groupe des personnes qui ont la trentaine (33 % des hommes et 38,5 % des femmes). Ils représentaient plus de la moitié de notre échantillon lors de la première interrogation.

6 Cela dit, 22 % des mères gardiennes et 29 % des pères gardiens sont encore à la tête d’une famille nombreuse. Quelques personnes n’ont plus d’enfant à charge lors de cette seconde interrogation.

7 Durant les trois années qui séparent les deux enquêtes, 67 personnes ont fait une formation complémentaire, soit environ 20 % de l’échantillon. Parmi celles-ci, la moitié a suivi une formation qualifiante, 15 %, un perfectionnement, 12 % ont repris des études scolaires ou universitaires et 10 % ont simplement suivi un stage.

8 Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC horaire) était de 30,51 francs de l’heure au moment de l’enquête, soit 5 156,20 francs mensuels. Bulletin Mensuel de statistique, INSEE, n°5, mai 1990, p. 1 et 69.

9 Il s’agit ici probablement de l’effet du temps partiel qui ne concerne que des femmes (22,5 % des actives). L’emploi à temps partiel des femmes de notre échantillon varie nettement en fonction de la CSP : il concerne 6,5 % des cadres et professions intellectuelles supérieures, 11 % des ouvrières, 16,5 % des professions intermédiaires, mais 31 % des employées. Rappelons à titre de comparaison qu’en mars 1989, 23,7 % des femmes et 3,5 % des hommes ayant un emploi déclarent l’occuper à temps partiel, sachant que les travailleurs à temps partiel représentent 12 % des actifs occupés. Cf. Les femmes. INSEE, Secrétariat d’État aux Droits des femmes et à la vie quotidienne. Collection « Contours et caractères ». 1991.

10 Pour 40 % de notre échantillon, le montant mensuel de ces diverses allocations ne dépasse pas 900 francs ; un quart touche entre 900 et 1 800 francs par mois ; 15 % touche entre 1 800 et 3 000 francs ; un autre quart touche plus de 3 000 francs d’allocations par mois. Ces montants varient surtout en fonction du nombre d’enfants à charge.

11 Les montants de ressources par unité de consommation ont été calculés en considérant les ressources totales du foyer. Ayant réparti ces ressources par tranches de montants, nous avons opté à chaque fois pour le montant moyen de la tranche. Exemple : dans la tranche 3 500-4 500 francs, nous avons calculé sur 4 000 francs. Pour estimer le nombre de personnes à charge, nous avons retenu le nombre d’enfant à charge, plus les résidents permanents au foyer autres que le parent gardien. Nous avons ensuite appliqué la règle suivante pour estimer le revenu par unité de consommation : division de l’ensemble des ressources disponibles par le nombre de personnes présentes au foyer + le nombre d’enfants à charge, en attribuant un coefficient 1 au premier adulte, 0,7 aux autres et 0,5 par enfant.

12 Ce montant de ressources correspond aussi à un revenu médian, puisque l’on a globalement 50 % de notre échantillon au-dessus et au-dessous de ce montant. Le mode est à 4 000 francs, montant qui concerne 42 foyers. À titre de comparaison, la médiane du revenu disponible par unité de consommation s’établit en France à 3 957 francs par mois fin 1984, environ 4 500 francs fin 1988 à pouvoir d’achat constant. Les « très faibles revenus », c’est-à-dire ceux qui sont inférieurs à la moitié du revenu médian regroupent 11 % des ménages. Source Données sociales 1990. Op. cit.

13 Ainsi, outre le fait que nos estimations du revenu disponible par u. c. sont approchées en tenant compte de la moyenne d’une tranche de ressources, nous ne savons pas si les parents gardiens interrogés vivant avec un nouveau partenaire ont systématiquement ou non tenu compte des apports financiers de celui-ci dans leur déclaration. À la lumière de certains recoupements d’informations, il semble que les ressources fournies par le nouveau partenaire ne sont comptabilisées que lorsqu’il s’agit d’un nouveau conjoint légitime.

14 En se référant au seuil des « bas revenus », c’est-à-dire ceux qui sont inférieurs à 60 % du revenu médian, soit 2 700 francs en 1988, c’est alors 33 % de notre échantillon qui se situe dans cette catégorie, au lieu des 18 % de ménages recensés par l’INSEE. Notons enfin que quinze personnes de notre échantillon sont bénéficiaires du Revenu minimum d’insertion (RMI), un homme et quatorze femme.

15 Le revenu disponible par u.c. calculé par le CERC lors de son enquête sur les mères isolées était de 3 344 francs en 1987, sachant qu’une mère en activité pouvait compter sur 4180 francs et une mère au foyer sur seulement 1 976 francs. Notre estimation est donc très proche des données du CERC. Cf. CERC : Familles nombreuses, mères isolées, situation économique et vulnérabilité. Op. cit.

16 Si l’on présente nos résultats par décade en tenant compte du temps écoulé depuis la séparation, on obtient la répartition suivante : 95 % des parents gardiens de plus de 50 ans n’ont pas de partenaire, dont plus de 80 % qui étaient dans la même situation trois ans auparavant. Près de 80 % des parents gardiens de la quarantaine n’ont pas de partenaire, 12 % vivent une relation conjugale non cohabitante, 4 % en concubinage et 4,5 % sont remariés. Notons que la recomposition intervient surtout pour ceux qui sont séparés depuis moins de dix ans. La situation des parents gardiens de la trentaine est la suivante : 63 % n’ont pas de partenaire, 15 % sont en couple sans domicile commun, 13 % vivent en concubinage et 8 % sont remariés. Une fois encore, la recomposition est d’autant plus fréquente que la rupture est proche dans le temps (moins de 10 ans). Enfin, les moins de trente ans sont ceux qui font le plus de nouvelles rencontres : 36 % n’ont pas de partenaire, 18 % vivent une situation conjugale non cohabitante, 36 % cohabitent avec un nouveau partenaire et 9 % sont remariés.

17 Le plus souvent deux enfants (19 cas), ou même trois et plus (11 cas), les pères d’un seul enfant étant plus rares (8 cas).

Table des illustrations

Légende Tableau 7 : Situation conjugale du parent gardien et du parent non gardien selon le maintien ou non de rapports parentaux après la rupture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Tableau 8 : Situation conjugale en fonction de l’âge du parent gardien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Tableau 9 : Situations familiales des parents gardiens en 1987 et en 1990
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search