Versione classicaVersione mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Deuxième partie. Evolution du réseau familial après la désunion et vulnérabilité

Chapitre V. Principaux acteurs du réseau familial après la désunion

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1Un certain nombre de variables fondamentales doivent être prises en considération dans l’étude des séquences de vie qui suivent les ruptures conjugales. Notre objectif est de les appréhender comme des trajectoires, au cours desquelles se recomposent les relations sociales, le réseau de sociabilité, mais aussi les conditions sociales d’existence. Loin de nous limiter à une lecture de ces situations sous l’angle de la monoparentalité, en nous focalisant principalement sur les relations entre le parent seul et ses enfants, nous souhaitons appréhender le changement qu’inaugure la rupture, tant au plan des ressources qu’à celui des relations sociales.

2Ainsi, par exemple, la dissociation implique une division, une partition du foyer d’origine en deux pôles, voire deux espaces reliés entre eux de façon plus ou moins formelle et harmonieuse (celui du parent gardien, celui du parent non-gardien), et non une disparition d’un des pôles. Nous devrons donc veiller à saisir le lien qui demeure ou s’estompe entre les parents. De même, la rencontre d’un nouveau partenaire modifie radicalement la configuration familiale. Il nous faudra tenter de comprendre les logiques qui président à ces recompositions. Et au-delà de la dimension relationnelle, nous devrons saisir dans quelle mesure ces liens socio-familiaux sont le vecteur d’échange et d’entraide, permettant aux parents gardiens de faire face aux difficultés éventuelles que provoque la désunion. En somme, c’est l’ensemble du réseau familial qui doit être appréhendé dans son évolution.

  • 1 F. Furstenberg, C. Winquist Nord, J.-L. Peterson, N. Zill : « L’itinéraire des enfants du divorce  (...)

3En négligeant de prendre la mesure de ces aspects, ou en se limitant à des comparaisons avec des foyers bi-parentaux, souvent dans une perspective déficitaire, on omet radicalement la dynamique dans laquelle ces foyers sont inscrits. Comme le soulignent F. Furstenberg et ses collaborateurs : « Les analyses des effets du divorce sur les enfants sont fondées sur une opposition dichotomique (d’un côté le divorce, de l’autre le mariage stable), plutôt que sur la lecture d’un processus fluide et complexe, et cette caricature contribue à la confusion générale de la littérature sur la question. En somme, la rupture conjugale n’est pas vue dans la perspective d’un itinéraire de vie »1. La dimension temporelle est certainement un des aspects principaux à privilégier désormais. Ce qui se passe en amont et en aval de la dissociation doit être appréhendé de manière longitudinale comme une trajectoire familiale, elle-même faite de différentes séquences (célibat, bi-parentalité, monoparentalité, recomposition familiale, etc.).

  • 2 Cf. à ce sujet le bilan de littérature effectué par I. Théry : « Remariage et familles composées : (...)

4L’étude du remariage, ou de la reconstitution d’une famille après une désunion, a ouvert de nouvelles perspectives de recherche au sujet de l’après-divorce. Ces travaux n’ont cependant pas d’emblée échappé au problème de la catégorisation2. Au contraire même, ils ont au départ reproduit les travers déjà évoqués à propos du divorce. Ainsi, par exemple, nombre de recherches ont essayé d’évaluer la plus ou moins grande précarité de ces nouvelles unions, leur plus ou moins haut taux de fécondité, leurs difficultés relationnelles, etc., en les comparant aux unions issues d’un premier mariage.

  • 3 Cf. notamment F. Furstenberg et al., op. cit.; et A. Cherun : « Le remariage comme institution inc (...)

5Certaines démarches américaines récentes tentent de dépasser cette façon de voir, en étudiant les phénomènes de recomposition des familles après la séparation ou le divorce selon une perspective non plus comparative, mais longitudinale3. Ce ne sont plus alors les différences avec les familles issues d’un premier mariage qui sont appréciées, mais l’ensemble d’un processus dynamique de restructuration du champ familial.

  • 4 Nous reprenons ici les termes de N. Lefaucheur qui dénomme « foyer bi-parental simple » celui où l (...)
  • 5 I. Théry : « Les beaux-enfants au risque de la recherche : l’exemple des États-Unis », Dialogue, n (...)

6Non seulement les chercheurs tiennent compte des spécificités de ces familles en les distinguant nettement des familles bi-parentales simples4, mais ils tentent également de dépasser les limites qu’impose le foyer en termes de temps et d’espace. Dans de telles approches, « l’univers familial » prend racine en-deçà de la séquence actuelle et s’étend au-delà du foyer du parent gardien. « Cette orientation, plus récente, a pris corps au début des années 80 : sa particularité est de refuser d’isoler la seconde union de l’ensemble du processus de transitions familiales expérimenté par les individus, et donc d’intégrer au champ de l’analyse le passé dont hérite la “famille recomposée” (blended family). Ce faisant, c’est non seulement le temps mais l’espace étudié qui s’élargit, englobant au-delà du ménage où vivent principalement les enfants, l’ensemble de la constellation familiale (le “réseau familial”) dessiné par la circulation d’enfants entre plusieurs foyers »5.

7L’enfant devient alors le centre du dispositif familial. Il circule entre divers foyers auxquels il est relié. La famille élargie traditionnelle n’est pas pour autant exclue de ce système. Les grands-parents paternels et maternels (et aussi probablement d’autres collatéraux) prennent place dans ce réseau familial complexe, ainsi que parfois des « beaux-grands-parents », c’est-à-dire les ascendants directs de l’éventuel nouveau partenaire du parent gardien et/ou du parent non-gardien.

  • 6 I. Théry, Ibidem., p. 95.

8De nouvelles questions émergent alors : « Comment le bel-enfant se situe-t-il dans la fratrie complexe qui peut être la sienne ? Comment recompose-t-il des relations avec la génération grand-parentale ? En quoi l’ouverture à une conception plus large, et donc plus difficile à saisir, de la famille (car incluant des liens au statut incertain, au quotidien intermittent) est-elle aujourd’hui banalisée ? N’y a-t-il pas un mouvement de rejet de cette conception extensive de la famille, à travers par exemple la stigmatisation très forte de l’hébergement alterné ? En quoi cette stigmatisation pèse-t-elle sur la vie des enfants ? Comment l’enfant se repère-t-il dans sa famille recomposée et les difficultés éventuelles qu’il éprouve à se situer sont-elles celles que nous lui prêtons ? Quel est le poids du langage dans la constitution de l’identité des beaux-enfants ? Et bien d’autres... »6.

  • 7 1 085 personnes ont répondu à la première enquête et 336 à la seconde. Voir annexe méthodologique.

9Dans les deux prochains chapitres, nous proposons de présenter les principaux acteurs du réseau familial et leurs liens après la désunion, puis les différentes configurations que peut prendre ce réseau et leur évolution, à l’appui de deux enquêtes menées respectivement en 1987 et 1990 auprès d’une cohorte de parents gardiens séparés et divorcés, allocataires de la CAF du Calvados7. Les informations que nous avons recueillies sur les différents acteurs du réseau de parenté nous ont été fournies par les parents gardiens. Nous leur attribuons donc la priorité, avant de faire progressivement entrer en scène les autres protagonistes : les ex-conjoints, les enfants, les grands-parents et les nouveaux partenaires. Nous esquissons ensuite l’ensemble des interactions qui les relient de manière à composer peu à peu le champ de sociabilité familiale dans son ensemble.

Les parents gardiens

Une majorité de femmes divorcées de la trentaine

  • 8 La place de l’institution familiale dans l’idéologie religieuse est telle qu’il nous a semblé inté (...)

10Les parents qui ont répondu à notre première enquête sont, comme nous pouvions nous y attendre, très majoritairement des femmes : elles sont 996, soit 92,1 % de notre échantillon. Ces personnes sont presque exclusivement de nationalité française (98 %) ; 22 seulement sont étrangères (le plus souvent d’origine Maghrébine). Plus de 7 parents gardiens sur 10 sont originaires de Basse-Normandie, et près de 6 sur 10 du département du Calvados. Leur mobilité est donc faible. On constate cependant que, malgré les origines rurales d’une partie d’entre eux, presque 9 sur 10 résident aujourd’hui en milieu urbain8.

  • 9 Les autres classes d’âge sont bien moins représentées : 14 % pour les moins de 30 ans, et 6 % pour (...)

11La plupart des répondants (81 %) sont divorcés au moment de l’enquête. Plus d’un enquêté sur deux a la trentaine (55 %), un quart, la quarantaine9. Ils appartiennent donc à la génération qui a connu l’accroissement du nombre des divorces et la réforme de 1975, réintroduisant le consentement mutuel. Cette répartition par tranche d’âge laisse aussi supposer que les dissociations interviennent assez tôt dans les « carrières » familiales, et donc que la vie de couple a probablement été brève pour un certain nombre d’entre-eux.

  • 10 La majorité des enquêtés (58 %) se sont mariés entre 1965 et 1975, sachant que pour près d’un tier (...)
  • 11 Rappelons que les données de l’INSEE soulignent la plus grande précarité de ces unions précoces.

12Dans l’ensemble, les parents gardiens se sont mariés relativement tôt : plus de huit sur dix avant 25 ans, et plus d’un quart avant 20 ans10. L’âge peu élevé au mariage s’explique pour partie par le fait qu’il s’agit essentiellement de femmes. Si la plupart d’entre elles (83 %) se sont mariées avant 25 ans, c’est moins souvent le cas pour les hommes (60 %)11. Les remariages se font bien entendu à un âge plus avancé : pour la majorité (un tiers) entre 30 et 34 ans. Ce résultat laisse entendre, non seulement que ces personnes se sont mariées très jeunes la première fois et que la durée de vie en couple a été courte, mais aussi, d’une part, que le second mariage a eu lieu peu de temps après la désunion et, de l’autre,-puisqu’ils font partie de notre population de séparé(e)s et divorcé(e)s depuis plus d’un an et ayant en majorité entre 30 et 39 ans-, que le second mariage n’a guère duré plus longtemps.

13La durée de vie en couple, c’est-à-dire ici le temps écoulé entre le mariage et la séparation effective (et non le prononcé du divorce), complète et précise ces données. Pour plus d’un parent gardien sur deux, la séparation a eu lieu après moins de 10 ans de vie maritale, la valeur modale étant la huitième ; année. Pour deux mariages sur dix, la vie de couple n’a pas franchi le cap de la cinquième année. Les mères gardiennes ont eu une vie de couple plus courte (une sur cinq moins de 5 ans) que les hommes (un sur dix pour la même durée). A contrario, un père gardien sur quatre s’est séparé après plus de 15 années de vie conjugale, alors que seulement 16 % des femmes sont dans ce cas. Cet écart entre les pères et les mères doit être interprété en regard de l’attribution de la garde des enfants. En effet, les hommes l’obtiennent plus facilement quand les enfants sont plus âgés. Les pères-gardiens enquêtés ont donc toute chance d’avoir vécu plus longtemps en couple.

  • 12 Cette répartition des divorcés selon les procédures adoptées doit cependant être prise avec précau (...)

14La rupture consommée, les parents engagent le plus souvent une procédure de divorce. Si l’on prend en considération les seuls divorcés, on peut constater que le temps écoulé entre la séparation effective et le divorce est en général relativement bref. En effet, pour la grande majorité (82 %), le jugement de divorce intervient moins de deux ans après la séparation. Pour 11,7 %, celui-ci est prononcé trois ou quatre ans après. La période entre la séparation et le divorce excède rarement cinq ans (6,5 % des cas). Les procédures de divorce auxquelles ces personnes ont eu recours se répartissent comme suit : « demandé par un époux-accepté par l’autre » : 38,5 % ; « divorce par consentement mutuel et requête conjointe » : 25 % ; « divorce par faute » : 22,5 % et « divorce pour rupture de vie commune » : 14 %12. Quant au temps écoulé depuis le divorce, notre échantillon se répartit comme suit : un quart des divorcés le sont depuis moins de deux ans, un peu plus de 20 % depuis trois ou quatre ans et plus d’un sur deux depuis plus de cinq ans (dont 40 % entre 5 et 10 ans). Cet éloignement de la période de vie maritale a éventuellement pu permettre à ceux qui le souhaitaient de « refaire leur vie », ou de reconstruire une relation conjugale.

  • 13 Nous ne pouvons en revanche maîtriser ce dernier aspect puisque nous ne savons pas quel tribunal a (...)

15Pour les séparé(e)s, moins nombreux, la phase de séparation étant en cours, la rupture est plus proche dans le temps. Quatre sur dix sont séparés depuis moins de deux ans, près de trois sur dix depuis trois ou quatre ans. On peut noter cependant que plus de 40 % d’entre eux n’ont engagé aucune procédure. Quant à ceux qui sont en instance de divorce actuellement, un tiers a opté pour une procédure du type « divorce par faute », près de 30 % pour la procédure « demandé-accepté », et un peu plus de 20 % pour celle du divorce « pour rupture de vie commune ». Le divorce « par requête conjointe » est plus rare encore (15,5 %). Sans que l’on puisse bien sûr s’appuyer avec certitude sur de tels chiffres, il semble que les stratégies des séparé(e)s et des divorcé(e)s diffèrent quelque peu en ce qui concerne le choix des procédures. Il est d’ailleurs plausible que le fait d’être encore aujourd’hui dans la situation de séparé(e) soit dû à certaines « complications », qui expliqueraient notamment que le divorce « par faute » soit envisagé plus fréquemment, alors qu’à l’inverse la procédure du « consentement mutuel » est préférée à d’autres par les divorcés. Il faut bien entendu nuancer encore ces résultats en tenant compte, d’une part, des écarts existant entre séparés et divorcés du point de vue de l’appartenance sociale, et, d’autre part, de la disparité des pratiques de divorce selon les tribunaux et les juges13.

16Le choix de la procédure est aussi étroitement lié aux raisons de la séparation. Il est délicat d’apprécier ce problème, sans compter qu’il s’agit rarement d’une cause isolée. De plus, un nombre important de parents gardiens a considéré que ce sujet relevait de leur vie privée et n’avait pas à être communiqué (près de 25 % de non réponse). La raison la plus fréquemment évoquée (un tiers des cas) peut se résumer de la manière suivante : « vie commune impossible », même si cette formule recouvre probablement de multiples réalités. D’autres causes sont assez fréquemment invoquées : l’adultère (25 % des cas), l’alcoolisme (18,5 %) et la violence, tant sur le parent gardien que sur les enfants (15,5 %). Notons d’ailleurs que ces trois facteurs ou deux d’entre eux sont souvent associés. Il est probable qu’à ces diverses causes correspondent aussi des types de rupture. Pour les uns, dominera une volonté d’indépendance ou d’émancipation d’une relation devenue insatisfaisante ; pour d’autres, il s’agira plutôt d’une nécessité : fuir une situation intolérable.

Majoritairement actives et employées

  • 14 Notons encore que les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes aux deux extrém (...)

17Notre échantillon est dans l’ensemble faiblement diplômé. Un parent gardien sur cinq n’a aucun diplôme, un peu plus de deux sur cinq ont un Certificat d’Études Primaires ou un Certificat d’Aptitude Professionnelle. Un parent gardien sur cinq a obtenu un Brevet Élémentaire de Premier Cycle ou un Brevet d’Étude Professionnelle. Mais seulement 16,5 % ont un niveau d’étude égal ou supérieur au baccalauréat14.

  • 15 Sans pouvoir faire ici de comparaison terme à terme, on peut indiquer que le taux d’activité, au s (...)

18Près de sept parents gardiens sur dix (67 %) exercent une activité professionnelle. Comme nous l’ont déjà indiqué les données nationales, l’inscription sur le marché du travail est tout à fait fondamentale pour ces parents seuls qui ne peuvent compter que sur un salaire. L’emploi demeure donc un des principaux moyens de lutter contre la précarité ou la dépendance à l’égard du système redistributif. Le taux d’activité est donc élevé. 66,3 % des mères gardiennes exercent une activité professionnelle et près de 75 % des pères gardiens15. L’exclusion des allocataires API (presque exclusivement des femmes) révise très certainement à la hausse le taux d’activité féminine. Malgré cela, plus d’une femme sur quatre est inactive au moment de l’enquête.

  • 16 Rappelons, à cet égard, la forte divortialité des employés. Comme le note Alain Chenu : « Pour les (...)
  • 17 Si l’on rapproche ces estimations des proportions fournies par l’INSEE à partir de l’enquête-logem (...)
  • 18 En comparant la CSP actuelle de ces parents gardiens avec celle de leur père, nous avons pu appréc (...)

19Majoritairement actifs, mais peu diplômés et peu formés (près de 60 % n’ont suivi aucune formation professionnelle), ces parents gardiens se retrouvent principalement dans la catégorie des « employés » (57 %) et, dans une bien moindre proportion, dans celle des « ouvriers » (13 %)16.23 % des actifs occupés appartiennent à la catégorie des « professions intermédiaires », principalement dans le domaine de la santé. Les « artisans, commerçants et chefs d’entreprise » ne représentent qu’une infime minorité (environ 3 %), de même que les « cadres et professions intellectuelles supérieures » (4 %)17. Quoique relativement important, le taux d’activité des parents gardiens ne doit donc pas masquer la faible qualification des emplois occupés. À cela, s’ajoute une importante disparité selon le sexe. Plus de six femmes actives sur dix sont « employées » (contre un homme sur dix) ; les hommes sont plus souvent ouvriers (plus de 40 % contre 10 % des femmes). Mais à cette classique division sexuelle du travail, il faut adjoindre une nette inégalité. Même si les effectifs sont faibles, près de 20 % des hommes appartiennent soit à la catégorie « artisans, commerçants, chefs d’entreprise », soit à celle des « cadres et professions intellectuelles supérieures », alors que dans ces mêmes CSP, on ne trouve qu’un peu plus de 6 % des femmes18.

  • 19 À titre de comparaison, « En mars 1986, 23,1 % des femmes et 3,4 % des hommes ayant un emploi décl (...)

20La situation familiale joue également à ce niveau. Comme on le constate généralement, les divorcé(e)s sont plus souvent actif(ve)s et occupé(e)s (près de 70 %) que les séparé(e)s (56 %). La situation familiale n’affecte cependant pas significativement la répartition des individus selon les CSP. Parmi les actifs occupés, un peu plus de deux sur dix travaillent à temps partiel. Le plus souvent ce sont des femmes (22,5 %), les hommes ayant presque toujours un emploi à temps complet (93,5 %)19. Quant au travail intérimaire, il est très minoritaire : 1,5 % seulement.

  • 20 Le SMIC est en 1987 d’environ 4 600 francs mensuels.
  • 21 Un seul homme sur les 60 actifs (1,5 %) gagne moins de 3 500 francs alors que l’on dénombre 103 fe (...)

21Du fait des emplois occupés, les salaires sont relativement faibles. 15 % des parents gardiens enquêtés gagnent moins de 3 500 francs mensuels ; près d’un sur trois a un salaire inférieur au SMIC20. La plus grande part des parents gardiens salariés (46 %) gagnent entre 3 500 et 5 500 francs par mois et près de 27 % entre 5 500 et 7 500 francs. Ensuite leur nombre décroît très rapidement. 10 % d’entre eux seulement gagne plus de 7 500 francs mensuels. Ils ne sont que 17 avec un salaire supérieur à 10 000 francs21.

  • 22 CERC : Familles nombreuses, mères isolées : situation économique et vulnérabilité. Op. cit.

22La dissociation familiale explique pour une bonne part cette situation socio-professionnelle et économique défavorable. Lors de la désunion, près d’un parent gardien sur trois a recherché un travail car il n’en avait pas, et pour certain(e)s d’entre-eux, il s’agissait d’un premier emploi. Là encore, il s’agit presque exclusivement de femmes. Deux hommes seulement se sont trouvés dans cette situation, alors que plus d’un tiers (34 %) des femmes l’ont connu. Si près de neuf hommes sur dix ont conservé le même emploi après la séparation, six femmes sur dix seulement sont dans ce cas. En revanche, près de 10 % des hommes et de 8 % des femmes ont changé d’emploi. La séparation entraîne inéluctablement une dégradation momentanée ou durable des conditions de vie des parents gardiens. Ces données corroborent largement les constats effectués par le CERC sur la situation socio-économique précaire des mères après une désunion22.

23Sur les 350 parents gardiens n’exerçant pas d’activité professionnelle, près de 8 sur dix sont à la recherche d’un emploi. Parmi eux, plus de 80 % ont déjà exercé une activité professionnelle par le passé, là encore principalement comme « employés » (plus d’un sur deux), mais aussi comme « ouvriers » (près de deux sur dix). Les « artisans ou commerçants » et les « professions intermédiaires » sont plus rares (respectivement 5 % et 4 % environ).

Des conditions socio-économiques précaires

  • 23 Des différences existent bien entendu selon le sexe du parent gardien. Les femmes sont proportionn (...)

24Dans ces foyers, les ressources ne proviennent pas seulement des salaires, loin s’en faut. Les allocations familiales et les pensions alimentaires tiennent une place considérable et même parfois centrale. Plus de sept parents gardiens sur dix perçoivent des allocations familiales liées à la présence d’enfants au foyer, plus d’un sur deux est bénéficiaire de l’Allocation Logement. Près d’un enquêté sur quatre perçoit soit le Complément Familial, l’Aide Personnalisée au Logement, ou l’Allocation de Soutien Familial23 et près d’un parent gardien sur trois cumulent trois prestations ou plus (dont une femme qui en cumule huit et un homme, six).

  • 24 Nous n’avons pas pu cependant, du fait de notre classement par catégorie de montant, calculer la p (...)
  • 25 Cf. la section de ce chapitre consacrée aux parents non-gardiens.

25Le montant mensuel des allocations perçues est assez variable du fait de la disparité des situations. Cela dit, près d’un allocataire sur deux touche moins de 1 500 francs de prestations familiales par mois. Ceci est lié, bien entendu au nombre relativement faible d’enfants à charge de ces parents gardiens (près de 7 sur 10 ont un ou deux enfants à charge seulement) et à l’importance du nombre des salariés. On ne doit pas négliger cependant que ce montant d’allocations est tout à fait substantiel pour de nombreux foyers dans lesquels il peut représenter la majeure partie du budget24. Un quart des allocataires touche ainsi entre 1 500 et 3 000 francs mensuels de prestations. Un peu plus d’un sur dix perçoit entre 3 000 et 4 500 francs, et 5 % entre 4 500 et 6 000 francs. 12 personnes (1 %) reçoivent même plus de 6 000 francs de prestations familiales. Les pensions alimentaires représentent une autre ressource additionnelle. Elles feront l’objet d’une rubrique spécifique dans la suite de notre exposé25.

  • 26 17,5 % ont entre 7 500 et 9 500 francs; 7,5 % entre 9 500 et 11 500 francs; 4 % entre 11 500 et 13 (...)

26Toutes ressources cumulées (salaire, indemnités journalières, pensions, prestations familiales, etc), 136 foyers (14,5 %) disent avoir moins de 3 500 francs par mois. Cette proportion est importante quand on sait qu’il s’agit de familles avec enfants à charge. La majorité des parents gardiens (54,5 %) dispose d’un budget mensuel compris entre 3 500 et 7 500 francs. Dans les tranches supérieures, leur nombre diminue nettement26.

  • 27 À l’échelle nationale et pour l’ensemble des familles monoparentales, la proportion des propriétai (...)

27Les conditions de logement et d’équipement constituent une autre manière d’apprécier le niveau socio-économique de ces foyers. Presque tous les parents gardiens sont locataires (près de 8 sur 10) et vivent en appartement (environ 7 sur 10). Les propriétaires (8,5 %) et les accédants à la propriété (9 %) sont tout à fait minoritaires, de même que ceux qui sont logés à titre gratuit (4 %)27. Ces foyers comptant le plus souvent un ou deux enfants à charge, les logements de quatre pièces sont les plus fréquents (près d’un foyer sur trois). En fait, plus de 70 % des parents gardiens et leurs enfants vivent dans un trois ou quatre pièces. Huit familles vivent cependant dans une seule pièce et 50 autres (4,5 %) dans un deux pièces. Précisons encore que dans la quasi-totalité des cas (92,5 %), les enfants ont une chambre à part, autre que la salle ou le salon. Dans le cas où il y a plusieurs enfants, ceux-ci ont chacun une chambre dans un peu plus d’un foyer sur deux. Compte tenu des niveaux de ressources et de la taille des logements, les loyers sont dans l’ensemble peu élevés. La majorité d’entre eux (près de 7 sur dix) sont compris entre 500 et 1 500 francs par mois, sans les charges. 31 familles (4 %) paient même moins de 500 francs pour se loger.

28La séparation contraint bien souvent l’un ou les deux parents à déménager. Le plus souvent, les deux partenaires du couple se sont relogés suite à la dissociation (46 % des cas). Le parent gardien conserve le logement un peu plus souvent que l’ex-conjoint (35 %), ce qui est assez logique compte tenu de la présence des enfants. Mais, le parent non-gardien le conserve lui aussi relativement souvent (20 %). Ces situations diffèrent cependant nettement selon le sexe. Les pères gardiens conservent le logement du couple dans plus d’un cas sur deux, contre un cas sur trois pour les mères gardiennes, seulement. Les mères non-gardiennes ne le conservent que dans seulement 8 % des cas, alors que 20 % des pères non gardiens continuent à résider dans le logement du couple après la rupture. Enfin, si pour les mères gardiennes, la situation la plus fréquente est que les deux partenaires déménagent au moment de la séparation (dans 46 % des cas), c’est moins souvent le cas pour les pères gardiens (40 %).

29Ceci tendrait à montrer que lors de la désunion, c’est moins le fait d’avoir ou non la charge des enfants que le sexe du parent qui joue un rôle pour que l’on conserve le logement. Les hommes restent plus souvent dans le foyer conjugal. Faut-il y voir une conséquence du fait que ce sont majoritairement les femmes qui demandent la séparation ou le divorce ? Avec le logement, c’est aussi probablement une bonne part du patrimoine mobilier et ménager, les « affaires du couple » en quelque sorte, qui sont susceptibles d’être conservées par l’homme. Ce phénomène, s’il se confirmait, aurait tendance à accroître encore l’inégalité entre hommes et femmes après la dissociation.

30Quelques rares parents (25 cas, soit un peu plus de 2 %) ont dû avoir recours à des institutions d’accueil ou des foyers après la rupture. Quant à la stabilité résidentielle des parents gardiens, elle est très variable : près d’un sur deux a connu un ou deux déménagements depuis la séparation. Mais certains ont déménagé beaucoup plus encore : 13 % trois fois, 4 % quatre fois, ou plus. 18 personnes signalent même avoir déménagé 9 fois depuis leur séparation. Bien sûr, cette trajectoire résidentielle est étroitement liée au temps écoulé depuis la séparation, mais ces nombreux déménagements peuvent aussi être le reflet des difficultés d’insertion de certains parents gardiens.

  • 28 Si l’on compare ces résultats avec les sources INSEE (enquête de conjoncture auprès des ménages. 1 (...)

31En ce qui concerne l’équipement des foyers, nous pouvons grossièrement distinguer un niveau de confort minimal, qui suppose d’avoir, d’une part, une cuisine, une salle ou un salon et une salle de bain dans son logement et, de l’autre, de posséder l’équipement ménager « de base », à savoir, un réfrigérateur, une cuisinière, une machine à laver le linge et un aspirateur. La quasi-totalité des foyers (plus de neuf sur dix) ont ce confort minimal, excepté l’aspirateur (82 %). Le niveau de confort moyen comprend le téléviseur, que possèdent près de neuf parents gardiens sur dix, le téléphone (86 %), le chauffage central (78 %) et la voiture (62 %). Les parents gardiens se situent donc majoritairement à ce niveau de confort. Ensuite, pour tout ce qui n’est pas de première nécessité et que l’on peut qualifier « de luxe », nous retrouvons des proportions plus faibles. Il faut cependant apparemment distinguer un niveau de luxe moyen, qui se traduit par la possession d’une chaîne HI-FI (33 %), d’un garage (30 %), ou d’un lave-vaisselle (25 %), et un niveau plus élevé et bien sûr moins fréquent, où l’on trouve au foyer un minitel (8 %), un four à micro-ondes (5,5 %), un magnétoscope (près de 5 %) ou un répondeur téléphonique (1 %). De manière globale, on ne peut donc pas parler de « misère » de ces foyers, sauf pour quelques rares cas, de l’ordre d’une vingtaine de personnes qui vivent dans des conditions très rudimentaires (ni cuisine, ni salle de bains, ni gazinière, ni réfrigérateur)28.

Les parents non-gardiens

32Les parents non gardiens sont la plupart du temps négligés ou oubliés dans l’approche des situations monoparentales, sauf pour ce qui concerne leur contribution financière à « l’élevage » des enfants. Nous avons cherché à connaître leurs caractéristiques, mais aussi l’évolution de leur situation suite à la désunion. La question centrale consiste à saisir dans quelle mesure ils maintiennent ou non des rapports avec le parent gardien et leurs enfants.

  • 29 Moins nombreux que ces derniers à avoir moins de 30 ans (9 % contre 14 %), on les retrouve aussi p (...)

33Le fait que les parents non-gardiens soient presque tous des hommes a bien sûr une incidence directe sur bon nombre d’indicateurs. Ainsi, ils sont globalement un peu plus âgés que les parents gardiens29. Ces pères non-gardiens sont aussi légèrement plus souvent de nationalité étrangère : 43 (plus 13 étrangers ayant obtenu la nationalité française), contre 22 chez les parents gardiens. On compte donc un certain nombre de mariages mixtes, très faible cependant : 61 en valeur absolue, soit près de 6 % des mariages.

  • 30 Plus nombreux à n’avoir aucun diplôme (34 %, contre 20 % pour les parents gardiens), on en compte (...)
  • 31 En comparant les CSP de chacun des parents (gardien et non-gardien), on repère une forte homogamie (...)

34Ces pères non-gardiens sont en moyenne légèrement moins diplômés que les parents gardiens30, ce qui confirme la tendance globale d’un faible capital culturel des couples étudiés. Dans la dernière année précédant la désunion, plus de huit parents non-gardiens sur dix étaient actifs ; le plus souvent « ouvriers » (34,2 %) ou « employés » (28,6 %). Viennent ensuite ceux qui appartiennent aux « professions intermédiaires » (15,5 %), aux « artisans, commerçants » (14,7 %), et aux « cadres et professions intellectuelles supérieures » (un peu moins de 6 %). De manière globale, et comme nous pouvions nous y attendre du fait qu’il s’agit presque exclusivement d’hommes, les parents non-gardiens sont donc légèrement mieux positionnés sur le marché du travail que les parents gardiens. Parmi ceux n’exerçant pas une activité professionnelle durant la dernière année de vie de couple, plus de six sur dix étaient chômeurs. D’autres étaient soit au foyer (16 personnes sur 168), en invalidité ou en longue maladie (10 cas), en formation professionnelle (9 cas), étudiants (8 cas), retraités (6 cas), ou incarcérés (6 cas). La situation des parents non-gardiens ne semble pas avoir changé de manière notoire par la suite. Au moment de l’enquête, les parents gardiens qui ont encore des nouvelles de leur ex-conjoint nous ont fourni des informations relativement identiques. Malgré de légères différences, si l’on compare le niveau d’étude et la situation professionnelle respective des parents gardiens et non-gardiens, on peut parler d’homogamie31.

Des relations parentales maintenues au-delà du conjugal

  • 32 Un certain nombre de travaux montrent d’ailleurs que des liens persistent souvent au-delà du stric (...)

35Si la séparation implique souvent une crise aiguë entre les parents, il est réducteur de penser qu’ils cessent d’avoir toute relation32. Les parents aménagent même parfois leur quotidien de manière à le rendre compatible avec les échanges de services que nécessitent la garde des enfants et le droit de visite. La proximité dans l’espace apparaît ainsi indispensable à certains. 66 % des parents enquêtés maintiennent des relations avec leur ex-conjoint, mais le plus souvent (dans près d’un cas sur deux), celles-ci sont réduites aux décisions concernant les enfants : leur circulation entre les deux foyers, leur suivi scolaire, les vacances, etc. Dans près de 25 % de ces cas où la relation parentale est maintenue, celle-ci dépasse ce niveau strictement fonctionnel : 166 parents gardiens (soit 16,3 % de ceux qui ont répondu à cette question) nous disent avoir des relations tout à fait amicales avec leur ex-conjoint. La rupture complète des rapports de parentalité ne concerne donc qu’un cas sur trois environ.

36Ce maintien de relations parentales au-delà de la rupture varie en fonction d’un certain nombre de facteurs : le fait qu’un divorce ait été prononcé ou non, le niveau socio-culturel ou l’âge des parents gardiens, essentiellement. Les liens entre les ex-conjoints sont un peu moins fréquents chez les divorcés : 36,5 % d’entre eux n’ont plus aucune relation, contre 24 % des séparés. Le fait d’avoir engagé et mené jusqu’à son terme la procédure de divorce est, semble-t-il, un facteur d’éloignement pour les parents. Ceci n’est guère étonnant lorsque l’on se souvient de la fréquence des divorces « par faute ». En revanche, la proximité de la désunion dans le temps, qui caractérise plutôt les séparé(e)s, fait que les rapports sont plus souvent réduits à ce qui concerne les enfants (58,2 %). Sans doute retrouve-t-on là le phénomène de crise conjugale qui a toute chance d’être plus prégnant dans leur cas.

  • 33 Les parents séparés n’ont plus aucun rapport dans 29 % des cas où le parent gardien a moins de 30 (...)

37L’âge des parents gardiens joue également. Les relations parentales sont d’autant plus rares que les parents sont plus âgés, ce qui fait souvent que leur séparation est plus éloigné dans le temps33.

Tableau 5 : Nature des relations parentales au moment de la première enquête, selon l’âge du parent gardien

38Bien entendu, l’âge joue aussi pleinement pour ceux qui maintiennent des rapports réduits à ce qui concerne les enfants. Plus les parents gardiens sont âgés, plus les enfants le sont aussi et donc moins se justifient de telles relations réduites aux questions d’organisation de la vie quotidienne des enfants. À partir du moment où les parents gardiens ont plus de 50 ans, ce mode de relations parentales tend à diminuer. D’un parent gardien sur deux qui maintenait ce type de rapport avec son ex-conjoint dès lors qu’ils avaient moins de 40 ans, on passe à 38 % quand ils ont plus de 50 ans. En revanche, pour ce qui concerne les relations amicales entre parents, celles-ci sont proportionnellement plus fréquentes lorsque les parents gardiens sont, soit jeunes (20 % chez les moins de 30 ans), soit franchement plus âgés (23 % chez les plus de 50 ans). Dans ce dernier cas, il est probable en effet que le maintien des relations n’est pas lié aux enfants le plus souvent devenus adultes, mais au fait que l’on s’apprécie. La tranche d’âge où ces relations sont le moins fréquentes est celle des 40-44 ans (10 %).

39Le niveau socio-culturel est également un facteur qui semble faciliter les relations cordiales entre les parents séparés ou divorcés. Plus le parent gardien est diplômé, plus il y a de chance que les relations maintenues avec l’ex-conjoint soient amicales : 30 % des parents gardiens qui ont suivi des études supérieures considèrent que ces relations sont bonnes, voire amicales, contre seulement 13,5 % des personnes sans diplôme. À l’inverse, 40 % des parents gardiens sans diplôme n’ont plus aucune relation parentale avec leur ex-conjoint, contre seulement 20 % de ceux qui ont suivi des études supérieures.

Une forte tendance à « refaire sa vie »

  • 34 Dans près d’un cas sur trois, le parent gardien ne sait pas ce qu’il en est de la vie conjugale de (...)

40Plus d’un parent non-gardien sur deux vit à nouveau en couple, et seulement 16,5 % n’ont pas renoué de nouvelle union. Si cette information demeure partielle, dans la mesure où elle nous est fournie par le parent gardien34, elle indique néanmoins une nette tendance de leurs ex-conjoints à « refaire leur vie ». N’ayant pas la garde des enfants, l’ex-conjoint (ici le plus souvent un homme) se trouve dans une position analogue à celle d’un célibataire sur le « marché matrimonial ». Ceci explique peut-être qu’il revive majoritairement en couple, pour plus d’un sur trois en union libre et pour près d’un sur cinq dans le cadre d’un remariage. Quant à la nouvelle partenaire de l’ex-conjoint, elle a souvent elle-même vécu en couple antérieurement. Plus d’une sur deux a d’ailleurs un ou plusieurs enfants d’une précédente union. Une fois recomposée, cette « nouvelle famille » peut envisager d’avoir d’autres enfants. C’est le cas pour un parent non-gardien sur quatre, sachant que les « mères non-gardiennes » en ont un peu plus souvent (32,1 %), que les « pères non-gardiens » (24,5 %). Un autre facteur semble jouer pleinement : la situation familiale. Les divorcés ont plus souvent de nouveaux enfants (27,8 %) que les séparé(e)s (13,4 %).

41En envisageant les recompositions familiales du seul côté du parent non-gardien, nous constatons que le réseau de parenté est déjà complexe. Tout un champ relationnel s’ouvre alors, que ce soit pour les enfants du couple de référence, voire même pour le parent gardien lui-même. Ainsi, plus d’un tiers d’entre eux (37 %) rencontrent parfois, voire souvent, le nouveau partenaire de leur ex-conjoint. Et lorsque l’on demande aux parents gardiens d’évaluer la qualité de ces relations, 40 % disent que ces contacts se passent plutôt bien, et même près de 20 % considèrent ces relations comme bonnes, amicales, voire très amicales. Ceci semble aller à l’encontre d’un certain nombre d’idées reçues, qui considèrent que ces situations exacerbent ou réactivent les conflits parentaux.

Le rôle et la responsabilité parentale de l’ex-conjoint

42Les ex-conjoints sont tenus de contribuer à l’entretien des enfants, sous la forme du versement de la pension alimentaire. Celle-ci est souvent un des indicateurs du maintien d’une relation entre le parent non-gardien, son ou ses enfants et le parent gardien, sachant que ce sont presque toujours des pères qui en sont les débiteurs. Dans le cadre de notre enquête, près de six parents gardiens sur dix (58 %) perçoivent une pension alimentaire pour leurs enfants. Le non-paiement est donc malgré tout important, puisqu’il concerne 447 foyers.

43Seuls, onze hommes en perçoivent une sur les 82 pour lesquels nous avons eu l’information (soit 13,5 %). Les mères non-gardiennes ne versent donc que très rarement une pension. Proportionnellement, les femmes la perçoivent beaucoup plus souvent (61,5 %), et les divorcé(e)s un peu plus souvent (58,5 %) que les séparé(e)s (54,5 %).

44Le versement de la pension alimentaire est corrélé au type de procédure de divorce. Ainsi, 75 % des divorcé(e)s par « consentement mutuel et requête conjointe » perçoivent une pension alimentaire, ce qui n’est guère étonnant dans la mesure où la procédure témoigne explicitement d’une rupture négociée, et donc souvent moins conflictuelle. Les pensions alimentaires sont le moins souvent versées dans les cas de divorces « par rupture de la vie commune » (58 % de pensions non perçues), ce qui s’explique pour partie par le fait que cette procédure est assez souvent retenue suite à un abandon. Les proportions de non-versement de pension alimentaire sont respectivement de 45,5 % dans les divorces « par faute » et de 42 % dans les divorces selon la procédure « demandé par l’un-accepté par l’autre ».

45Reste à savoir si les pensions alimentaires versées le sont régulièrement. C’est le cas pour plus des trois quarts (76,2 %). Cependant 15,3 % le sont irrégulièrement et 8,5 % presque jamais. Ce problème du versement varie selon la situation familiale des parents. La pension alimentaire est versée plus régulièrement chez les séparé(e)s (près de 80 %) que chez les divorcé(e)s (75 %). La proximité de la désunion dans le temps peut expliquer ce léger écart. En revanche, le fait que l’ex-conjoint vive à nouveau en couple n’affecte en rien la régularité du paiement de la pension alimentaire.

  • 35 Notons que l’écart-type calculé sur l’ensemble des pensions versées est de 426 francs. Ce montant (...)

46Le montant moyen de la pension alimentaire par enfant, calculé à partir des informations que nous ont fournies 586 familles regroupant au total 1 417 enfants, est de 600 francs35. Près d’une sur deux est comprise entre 400 et 800 francs par mois et par enfant, mais 18 % sont inférieures à 400 francs. Près d’une sur cinq oscille entre 1 000 et 2 000 francs ; 3,2 % sont égales ou supérieures à 2 000 francs, dont six qui dépassent 3 000 francs.

Les enfants

47Notre optique consiste ici à décrire leurs caractéristiques, sans préjuger d’une quelconque causalité entre les éventuelles difficultés qu’ils rencontrent (retard scolaire, mesures éducatives ou placements, etc.) et la désunion de leurs parents. Vu notre perspective, nous pouvons identifier des tendances, mais en aucun cas, évaluer des effets.

Des pré-adolescents plus souvent que des enfants en bas âge

  • 36 Rappelons à titre de comparaison que l’INSEE compte 1,8 enfants par femme en 1987 et 1,78 en 1990.

48Les 1 085 foyers étudiés regroupent 2 272 enfants, (soit une moyenne par foyer de 2,1 enfants à charge), répartis à peu près également en garçons (50,4 %) et filles (49,6 %). Bien entendu, il ne s’agit là que des enfants qui vivent au foyer. Certains, plus âgés l’ont quitté. En comptant ceux qui ne vivent plus au foyer, on en dénombre 2 701. Ces familles aujourd’hui dissociées ont donc eu en moyenne 2,49 enfants, ce qui les situe au-dessus du nombre moyen d’enfants par famille en France36. Cette particularité est très certainement liée aux caractéristiques socio-économiques et culturelles de notre population. De plus, notre échantillon constitué à partir du fichier de la CAF, comprend proportionnellement un peu plus de personnes inactives ou de foyers défavorisés. Ces divers facteurs jouent sans doute dans le sens d’une légère sur-représentation des familles nombreuses. D’ailleurs 175 familles ont eu plus de trois enfants, soit 16,1 % des foyers recensés, et parmi elles, 14 en ont eu plus de sept.

49Compte tenu de la répartition des parents gardiens selon le sexe, la quasi-totalité de ces enfants sont élevés par leur mère : 93,5 % (contre 6,5 % à la garde du père). Les hommes ont, proportionnellement, plus souvent (37 %) un seul enfant à charge que les femmes (26 %), moins souvent deux enfants (37 % contre 45,5 %), et rarement plus de trois enfants (5 pères gardiens ont la charge de quatre ou cinq enfants).

50Il arrive quelquefois que tous les enfants du foyer d’origine ne soient pas à la charge du seul parent gardien. Dans certains cas, ils sont répartis entre le père et la mère, dans d’autres, en garde conjointe et quelquefois encore, à la charge d’un tiers (un membre de la famille ou une institution). Ces cas sont cependant rares. Plus de neuf enfants sur dix sont seulement à la charge du parent gardien. Dix enfants vivent avec l’ex-conjoint, vingt sont en garde conjointe et dix autres ont été confiés à un tiers.

  • 37 3,5 % des enfants ont entre 20 et 24 ans ; huit jeunes adultes (de 25 à 29 ans) sont encore au foy (...)

51L’âge moyen des enfants à charge est de 12,5 ans. Selon le rang de naissance, il varie entre 10 et 15,4 ans. Ils s’agit donc très rarement d’enfants en bas âge. La structure par âge confirme ce constat. Plus de 60 %, en effet, ont entre 10 et 14 ans. Les parents gardiens vivent donc le plus souvent avec des enfants pré-adolescents ou adolescents37.

52L’âge moyen des enfants au moment de la rupture est de 6,5 ans. L’écart entre l’âge moyen des enfants au moment de l’enquête et celui-ci corrobore, d’une autre manière, ce que nous avons évoqué en ce qui concerne la durée de vie de couple qui est en moyenne, rappelons-le, de huit ans. Les enfants connaissent donc le plus souvent la séparation de leurs parents à l’âge où ils fréquentent l’école primaire.

Scolarité : « rien à signaler » (ou presque)

53Comme cela est prévisible, compte tenu de leur âge, près de neuf enfants sur dix sont scolarisés au moment de l’enquête : environ un sur dix en maternelle, trois sur dix au primaire et près d’un sur deux au secondaire.

54Parmi les plus âgés, 39 suivent des études supérieures, (soit près de 2 %), 24 (1 %) sont en activité (stages ou emploi), et 98 (4,5 %) sont inactifs. Pour ces derniers, on retrouve, dans une proportion certes assez faible, le phénomène que nous évoquions à l’instant. En l’état actuel du marché de l’emploi et des difficultés qu’il engendre, tout particulièrement chez les jeunes, ceux-ci sont souvent contraints de rester au foyer parental. On peut remarquer aussi que près de 25 % des enfants en âge d’accéder à l’université (172 enfants de plus de 18 ans) font des études supérieures. Cette proportion est assez importante lorsque l’on se souvient que le niveau d’étude des parents est relativement bas.

  • 38 Du point de vue de la méthode, le retard scolaire a été apprécié ici en comparant l’âge considéré (...)

55Nous avons cherché à apprécier la proportion des enfants ayant un retard scolaire dès le primaire. Cette évaluation nécessite cependant quelques mises en garde. Tout d’abord, il n’est absolument pas question pour nous de soutenir sur cette base l’hypothèse que la désunion a des effets directs sur la performance scolaire de l’enfant. D’ailleurs, si nous nous étions placés dans cette optique, ce n’est pas au niveau du primaire mais du secondaire que nous aurions fait porter cette évaluation, puisque l’âge moyen des enfants au moment de la séparation est de 6,5 ans et que leur âge moyen actuel est de 12,5 ans. Mais nous avons suffisamment critiqué le piège des « pourcentages éloquents » pour tenter de l’éviter. La dissociation n’est bien sûr pas seule en cause dans les cas où existe un retard scolaire. Le niveau socio-culturel de la famille d’origine reste bien entendu un des facteurs les plus déterminants. Notre perspective est tout au plus descriptive. Il s’agit de connaître l’importance de ce problème pour la population étudiée ; celui-ci pouvant être associé à d’autres variables que la situation familiale que nous analysons ici38.

  • 39 Ce constat va dans le sens des estimations faites par ailleurs dans certains panels du Ministère d (...)

56Environ 10 % des enfants ont un retard scolaire au primaire au sens où nous l’entendons (71 enfants précisément). 55 enfants ont un écart de deux ans comparativement à l’âge dit « normal », 12 de trois ans et 4 de 4 ans. Par ailleurs, plus de 60 % ont précisément l’âge moyen du niveau de la classe, et un peu plus de 20 % ont un an d’écart avec ce niveau. Autrement dit, selon notre mode de calcul, plus de huit enfants sur dix n’ont pas de retard scolaire notable (84,5 %). A l’inverse, près de 4 %, selon nos estimations, sont en avance. Toujours en prenant les mêmes précautions, notons que les enfants élevés par un père gardien sont un peu plus souvent en retard (7 sur 32, soit 21,8 %), que ceux qui vivent avec leur mère (64 sur 607, soit 10,5 %)39. Le retard scolaire est également un peu plus fréquent lorsque l’enfant vit au foyer d’un parent gardien inactif (15,6 % contre 8,3 %), ce qui ne fait que confirmer l’importance du facteur économique et socioculturel. Il ne faut toutefois prendre nos chiffres qu’avec beaucoup de précautions compte tenu de la faiblesse des effectifs de pères gardiens.

57Un dernier indicateur des problèmes rencontrés par les enfants concerne les mesures éducatives dont ils ont pu faire l’objet à un moment ou à un autre : intervention d’un travailleur social, d’un juge, placement temporaire, assistance psychologique ou éducative, etc. Ces dispositions ne concernent qu’une minorité d’enfants : 143 au total, soit environ 7 %.

Les grands-parents

58Outre les principales caractéristiques des grands-parents paternels et maternels, nous attribuons ici une attention particulière aux relations que maintiennent avec eux le parent gardien et les enfants. La dissociation a-t-elle renforcé ou diminué ces rapports inter-générationnels ?

  • 40 Retenons simplement que les grands-pères appartiennent le plus souvent à la catégorie des « ouvrie (...)

59Une fois pris en compte l’effet de génération et l’évolution de la structure sociale (l’époque de leur vie active étant marquée par une toute autre distribution de la population active en catégories socio-professionnelles), on peut tout d’abord noter qu’il n’y a guère de différence entre les secteurs d’activité des ascendants directs du parent gardien et du parent non-gardien. En effet, on retrouve sensiblement les mêmes proportions dans chaque catégorie, que ce soit pour les grands-pères ou pour les grands-mères paternels et maternels40.

60La quasi-totalité des ascendants du parent gardien étaient ou sont encore mariés ensemble. 39 parents gardiens seulement ont eu des parents qui n’avaient pas convolé en justes noces et 24 ne les ont pas connu. Au moment de l’enquête, les cas les plus nombreux sont ceux où les deux parents du parent gardien vivent encore ensemble (41 %). Viennent ensuite (36 %) ceux où le parent gardien est orphelin, de père (29 %), de mère (6,5 %), ou des deux (14,5 %).

61Lorsque la mère du parent gardien est veuve, celle-ci vit seule dans la majeure partie des cas (près de huit sur dix). Dans un peu plus d’un cas sur dix, elle s’est remariée, ou bien encore cohabite avec un partenaire sans être mariée (moins de 5 % des cas). Elle ne vit avec le parent gardien que dans 4 cas sur les 404 où la mère est veuve (moins de 1 %). Quelquefois aussi, le parent gardien ne connaît pas la situation de sa mère (4 cas également). Lorsque c’est le père qui est veuf, il ne vit seul que dans un peu plus d’un cas sur deux (35 cas sur 67) ; en revanche, plus d’un sur quatre s’est remarié, et plus d’un sur huit cohabite avec une nouvelle conjointe. Les veufs se remettent donc plus souvent en couple que les veuves. Notons encore que 5 parents gardiens ne connaissent pas la situation familiale de leur père et que 2 seulement vivent avec eux. La cohabitation intergénérationnelle est bel et bien marginale.

62Les ascendants du parent gardien ne vivent séparés que dans moins de 10 % des cas. La mère vit alors le plus souvent seule (près de 60 % des cas), mais plus d’un quart se sont remariées et une sur dix vit en concubinage. En revanche, un père sur deux, a recomposé une vie conjugale, soit dans le cadre du mariage (32 %), soit du concubinage (19 %). Près d’un sur trois vit seul. Enfin, respectivement 3 et 15 parents gardiens ne connaissent pas la situation de leur mère ou de leur père. Cet écart est peut-être la manifestation d’une dilution plus importante des rapports avec le père lors des séparations.

63Bien que les parents gardiens aient presque tous été élevés par leurs deux parents, un certain nombre ont été confrontés durant leur enfance ou leur adolescence à un épisode monoparental : 282 personnes sont dans ce cas, soit 28 %. Contrairement à ce que nous aurions pu penser, la cause première est la séparation et non le décès d’un des parents (125 cas, soit 45,6 % des parents gardiens ayant connu une séquence monoparentale). Les parents gardiens qui ont perdu un de leurs parents durant leur enfance ou adolescence sont un peu moins nombreux (117, soit 42,7 %). Enfin, plus rarement (11,7 %), la séquence monoparentale peut être liée à d’autres facteurs : incarcération, père ou mère inconnu(e). Moins d’un parent gardien sur dix n’a pas été élevé par ses parents mais par des tiers. Il s’agit, soit d’une institution (36 cas), de la famille proche (34 cas), d’une famille dans laquelle ils ont été placés (14 cas), ou, plus rarement encore, d’une adoption (2 cas).

64Un parent gardien sur deux fait partie d’une famille de trois enfants ou plus. La proportion de familles nombreuses est donc importante. 21,5 % des parents gardiens ont eu quatre ou cinq frères et sœurs et 18,6 % font partie d’une famille de plus de cinq enfants. 35 parents gardiens ont même plus de dix frères et sœurs. Un certain nombre ont aussi des demi-frères ou demi-sœurs : 189, soit 17,5 %. En revanche, à peine un sur dix est fille ou fils unique.

Des rapports soutenus avec les grands-parents maternels mais plus distants avec les grands parents paternels

65La quasi-totalité des parents du parent gardien voient leurs petits enfants (96,5 %). Leurs rencontres sont fréquentes dans plus de huit cas sur dix. Les parents gardiens estiment que ces relations sont bonnes, voire excellentes, dans plus de neuf cas sur dix. Les parents gardiens recevaient rarement une aide financière de leurs parents au moment de l’enquête (15 %). En revanche, ils font appel à eux pour garder leurs enfants dans plus d’un cas sur deux. De même, les enfants de plus d’un parent gardien sur deux passent des vacances avec eux.

66Les liens sont manifestement plus distendus du côté des parents du parent non-gardien. Plus d’un parent gardien sur deux et parfois aussi leurs enfants ne les voient jamais et un peu moins de trois sur dix, rarement, voire presque jamais. Ils ne les voient souvent que dans moins d’un cas sur cinq. Les relations des enfants avec ces grands-parents sont globalement moins positives (tout au moins d’après la perception du parent gardien). En effet, 75 % d’entre eux estiment que ces relations sont bonnes et un quart qu’elles sont plutôt mauvaises, voire très mauvaises. De la même manière, les parents du parent non-gardien sont très peu sollicités pour la garde des enfants et les vacances : un peu plus d’un cas sur cinq seulement.

Les nouveaux partenaires

67Les nouveaux conjoints sont habituellement masqués par l’image que produit la catégorie « famille monoparentale ». Pourtant, nous l’avons déjà entrevu avec les parents non-gardiens, la rupture n’empêche pas les rencontres. Certes, dans leur cas, le fait de ne pas avoir la charge quotidienne des enfants explique pour partie leur plus grande facilité à renouer de nouvelles relations conjugales. Qu’en est-il pour les parents gardiens ? Avant de présenter des éléments de réponse à cette question, soulignons, d’une part, que, selon nos résultats, 65 % des parents gardiens n’ont pas de nouveau partenaire et se trouvent donc véritablement en situation monoparentale, et d’autre part, que notre échantillon ne comprenant que des personnes séparées ou divorcées, nous ne pouvons rencontrer ici de cas de remariage. Seule l’analyse de la seconde enquête permettra d’apprécier cette conversion des rencontres en projet marital.

  • 41 R. Sennett : Les tyrannies de l’intimité. Paris. Seuil. 1979, p. 17.

68Ces nouvelles unions peuvent prendre plusieurs formes : « liaisons » plus ou moins éphémères, relations conjugales durables sans cohabitation, et enfin concubinage. Nous ne traiterons que des deux dernières modalités. Les « liaisons » risquent, en effet, d’être le plus souvent considérées comme ne relevant pas de la vie sociale ou publique, ni donc de l’enquête. Elles représentent même parfois le prototype de l’intimité. Comme l’a montré Richard Sennett, « le terme moderne de “liaison”... nie l’idée que l’amour physique est un acte social ; il s’agit d’une affinité émotionnelle qui, par définition, est située hors de la trame des autres rapports sociaux. Il semblerait de nos jours illogique qu’une personne ayant une liaison considère que celle-ci concerne naturellement ses relations de famille. Non, l’amour physique n’est plus une affaire sociale. Il n’est pas jusqu’au terme de ‘liaison’, si vide et si plat, qui n’implique une sorte de dévaluation de la sexualité. En nous révoltant contre la répression sexuelle, nous nous sommes en même temps révolté contre l’idée que la sexualité avait une dimension sociale »41.

69À la différence de la « liaison » qui, en accord avec les hypothèses de R. Sennett, constitue une des figures contemporaines de la sexualité coupée du social, les rapports conjugaux non-cohabitants nous semblent caractéristiques des pratiques conjugales contemporaines et, tout particulièrement, des situations post-divorce. Nous proposons donc de distinguer la relation « intime », sexuelle, secrète et la relation de couple, même s’il n’y a pas co-résidence. Il y a conjugalité, au sens où ces relations sont inscrites dans la durée, d’une part, et dans la sociabilité, puisque, au fil du temps, ces partenaires sont connus de tout l’environnement de la personne, et dans notre cas, des enfants.

Des relations conjugales à distance

  • 42 Certains parents gardiens ont sans aucun doute estimé qu’ils n’avaient pas à répondre à des questi (...)

70Plus d’un tiers des parents gardiens ont une relation conjugale (337 sur 940, soit 36 %) : plus du quart sur le mode non cohabitant (249, soit 26,5 %) et un dixième sur le mode cohabitant (88, soit 9 %)42.

71Parce que « souterraine » dans ses manifestations, la conjugalité sans cohabitation (chacun chez soi bien qu’existent des relations affectives et sexuelles privilégiées et durables) est rarement prise en compte. Il semble que l’on a sous-estimé à tort ce type de relation conjugale. Reste à interpréter ce que recouvre cette pratique. Est-ce le premier pas vers une cohabitation, ou bien une forme « stable » qui satisfait le désir d’autonomie de chacun ? Seule une approche plus qualitative permettra d’en juger. Quelques éléments indiquent en revanche que cette population est relativement typée socialement.

  • 43 Cette proportion est à prendre comme tendance car elle porte sur un effectif peu élevé.

72Les parents gardiens qui vivent dans ces couples sans domicile commun se retrouvent légèrement plus souvent chez les femmes (29,5 %) que chez les hommes (23,8 %), et chez les plus jeunes (plus de 30 % appartiennent à la tranche d’âge « 25-39 ans », les « 25-29 ans » étant, proportionnellement, les plus nombreux). Si séparé(e)s et divorcé(e)s ont la même attitude à l’égard de cette forme de conjugalité, les moins diplômés s’opposent de ce point de vue à ceux qui ont le capital scolaire le plus élevé : 14 % des parents gardiens n’ayant aucun diplôme ont une relation conjugale de ce type contre 45 % des diplômés du supérieur43.

  • 44 Même remarque que précédemment.

73On les trouve aussi plus souvent parmi les actifs (32,5 %) que les inactifs (22 %), et principalement chez les « cadres et les professions intellectuelles supérieures » (58 %)44 ou les « professions intermédiaires » (40 %). Ceci renvoie probablement au sur-coût engendré par un tel mode de vie. Il est clair qu’en plus d’une aspiration, elle nécessite en effet d’avoir les moyens d’entretenir deux logements. En bref, les parents gardiens les plus prédisposés à nouer de telles relations appartiennent plutôt aux couches moyennes.

  • 45 En 1985, le nombre des couples non mariés comprenant un divorcé au moins était de 227 442, soit 23 (...)

74Le phénomène de cohabitation est nettement plus marginal (moins de 10 %). Il est toujours délicat d’apprécier l’ampleur de cette pratique, puis qu’il s’agit d’une situation de fait. Cette difficulté s’accroît parfois quand il s’agit d’une cohabitation à la suite d’une désunion45, en raison des clauses de certaines prestations, telle l’API. De ce fait, une certaine méfiance règne à l’égard des institutions sociales. Les parents gardiens sont donc peu enclins à déclarer ce type de situation. Ce sont cette fois plutôt les hommes qui sont concernés par le phénomène (15,5 % contre 8,3 % pour les femmes). Les pères seuls sont peut-être plus enclins à revivre avec un nouveau partenaire du fait de la définition des rôles des sexes dans notre société, qui ne les a guère préparés à élever seuls un ou plusieurs enfant(s). De plus, contraints de les assumer au quotidien, ils se retrouvent dans une position que l’on peut qualifier de « féminine » vis-à-vis du marché du travail ; position qui ne favorise ni la rentabilisation du capital scolaire, ni celle de l’expérience professionnelle acquise antérieurement. Leur plus grande inclination à se remettre en couple n’est pas pour autant réductible à ces deux seuls facteurs.

  • 46 Il semble bien que cet écart s’explique par le fait qu’il faille que la désunion soit un peu éloig (...)
  • 47 Notons que la logique administrative s’accommode assez mal de cette réalité sociale puisqu’en asso (...)

75Cette forme de relation conjugale est un peu plus fréquente chez les divorcés, les moins de 40 ans, et les actifs. Mais c’est surtout le niveau socio-culturel qui semble jouer un rôle : un peu moins de 7 % des parents gardiens ayant un diplôme inférieur au baccalauréat cohabitent avec un nouveau partenaire contre 15,6 % des détenteurs d’un bac-BT-BTS et 18,6 % des diplômés du supérieur. On les retrouve donc principalement parmi les « cadres et les professions intellectuelles supérieures » (34,5 % d’entre eux ont un concubin) et le moins souvent parmi les « employés » (5,4 %). Autrement dit, là encore, la cohabitation est plutôt le fait des couches moyennes à fort capital scolaire. Seule différence par rapport au couple sans domicile commun, il s’agit un peu plus souvent de divorcés46 et de pères seuls47.

76Doit-on pour autant déduire de ces résultats que les parents gardiens des couches moyennes recomposent plus facilement des liens conjugaux après la désunion que ceux des autres catégories sociales ? Des investigations complémentaires sont nécessaires pour fournir une réponse assurée. Ainsi, par exemple, il se peut que ces formes de conjugalité soient plus visibles dans les couches moyennes où elles prennent une forme plus stable, alors que dans les milieux populaires ou dans les milieux à fort capital économique, la référence à la tradition inciterait plus vite à convertir ces rencontres en projet matrimonial. Selon cette hypothèse, la différence, en termes de pratique conjugale, ne résiderait pas tant dans le fait que les parents gardiens appartenant aux autres catégories sociales éprouvent plus de difficultés à nouer de nouvelles relations, mais dans leur volonté de les institutionnaliser. La spécificité des pratiques conjugales dans les couches moyennes tiendrait au fait de maintenir plus longtemps des rapports conjugaux informels.

77Un autre facteur peut intervenir dans ce processus de recomposition : le temps écoulé depuis la séparation. Les parents gardiens optent moins souvent pour la conjugalité non cohabitante quand la désunion date de neuf ans ou plus. On peut bien sûr en déduire qu’ils sont moins enclins à établir un lien conjugal sur ce mode dès lors qu’ils arrivent à un âge plus avancé, ce que tend par ailleurs à confirmer la faible proportion des « 40 ans ou plus » ayant ce type de pratique conjugale. Mais il est plus probable que cette forme de relation soit transitoire : au fil du temps, il est possible en effet qu’elle évolue, soit vers une nouvelle rupture, soit vers une cohabitation ou un remariage. Nous verrons ce qu’il en ait dans la suite de notre travail.

78Les parents gardiens vivent en revanche un peu moins souvent avec un nouveau partenaire quand moins de deux années seulement se sont écoulées depuis la séparation, et beaucoup plus rarement encore quand celle-ci date de dix ans ou plus. Il semble donc nécessaire qu’un minimum de temps se soit écoulé pour que l’on se remette en couple. Quant à la proportion plus faible de ceux qui cohabitent après dix années de séparation, elle suggère à la fois, comme précédemment, que les parents gardiens sont moins prédisposés à cohabiter (ou ont plus de difficulté à reformer un couple) quand ils avancent dans l’âge, et/ou que certains d’entre-eux finissent par légitimer leur union.

  • 48 Par première union, nous entendons ici celle constituée par le parent gardien et son ex-conjoint. (...)

79Autre facteur encore : le nombre d’enfants à charge. Les parents ayant une relation non cohabitante ont un nombre d’enfant à charge légèrement plus élevé (2 enfants) que ceux qui recohabitent (1,8), sachant que les pères gardiens ont toujours un peu moins d’enfants (respectivement, 1,4 et 1,7) que les mères gardiennes (2 et 1,9). Les parents gardiens ayant la charge de 4 enfants ou plus ont beaucoup moins souvent que les autres formé un couple sans domicile commun. Il est probable en effet que les enfants interviennent dans le choix de cohabiter ou non avec un nouveau partenaire. Quant à ceux qui vivent avec un nouveau partenaire, ils sont proportionnellement un peu moins nombreux quand ils ont la charge d’un seul enfant. Voyons maintenant les caractéristiques de ces nouveaux partenaires et éventuellement en quoi ils diffèrent des premiers48.

De jeunes hommes diplômés et actifs, célibataires ou ayant vécu une rupture

80Le profil des nouveaux partenaires est à apprécier en regard de celui des parents gardiens, qui sont le plus souvent des femmes appartenant, comme nous venons de le voir, aux couches moyennes. Ils sont généralement assez jeunes : près de 45 % ont entre 25 et 35 ans, les 25-29 ans étant les plus nombreux. Ce sont aussi principalement des célibataires (56 %) ou des divorcés (37 %) ; beaucoup plus rarement des séparés (7 %). Aucun des parents gardiens ne s’est remis en couple avec un(e) veuf(ve), mais près de 45 % vivent donc avec un nouveau partenaire qui a, lui aussi, fait l’expérience de la vie maritale et de la désunion. 42 % des nouveaux partenaires ont eu un (12,8 %) ou plusieurs enfants (29,1 %) de cette précédente union : un tiers en a la charge et, parmi eux, un sur quatre seulement vit au foyer du parent gardien. Dans un peu plus de 20 % des cas, un ou deux enfants sont nés de cette nouvelle union. De ce fait, la taille des familles recomposées est dans l’ensemble un peu plus élevée. Elles sont proportionnellement plus nombreuses à avoir trois ou quatre enfants.

81Si nous prenons en compte le fait que certains parents gardiens ont eu des enfants de lits différents avant de se remettre en couple, on perçoit fort bien la complexité de certaines de ces configurations. Nous pouvons distinguer 12 types de famille recomposée dès lors que nous retenons l’ensemble de ces variables (tableau 6). La plus fréquente correspond à la configuration la plus simple : le parent gardien a des enfants d’un seul lit et vit avec un nouveau partenaire qui n’a pas eu d’enfant d’une précédente union. Mais ces configurations sont plus ou moins fréquentes selon le sexe du parent gardien.

Tableau 6 : Types de familles recomposées

82Quand il s’agit d’une mère-gardienne, la configuration la plus simple est celle que l’on retrouve le plus souvent (44,6 %) ; viennent ensuite les deux cas suivants : la femme a des enfants d’un seul lit et vit avec un partenaire qui a un (ou plusieurs) enfant(s) d’une précédente union, mais qui n’en a pas la charge (23 %) ; ou bien, elle a des enfants d’un seul lit et cohabite avec un nouveau conjoint sans enfant, mais avec lequel elle a eu un (ou plusieurs) enfant(s) (13,5 %). Les autres cas de figure sont beaucoup plus rares. Quand il s’agit d’un homme (sachant qu’ils ne sont que 11 ici), la configuration la plus simple revient le plus souvent avec celle où il a des enfants d’un seul lit et cohabite avec une nouvelle conjointe et les enfants qu’elle a eu d’une précédente union, les femmes obtenant beaucoup plus souvent que les hommes la garde des enfants après un divorce. Dans ce cas, chaque membre du couple est à la fois au quotidien parent et beau-parent.

83Tout comme les parents gardiens concernés par la recomposition, ces nouveaux conjoints sont relativement bien dotés du point de vue socio-culturel. Un tiers d’entre eux ont un diplôme égal ou supérieur au baccalauréat, et 16 % seulement n’ont aucun diplôme. Un peu plus d’un parent gardien sur deux a « recruté » ce nouveau partenaire au même niveau d’étude que lui, ce qui correspond également au niveau d’étude du conjoint précédent. Les trois quarts des nouveaux partenaires sont actifs, sachant que plus d’un sur cinq appartiennent à la catégorie des « Cadres et professions intellectuelles supérieures », une proportion équivalente à celle des « Professions intermédiaires », proportions que nous retrouvons approximativement pour ceux qui sont respectivement « Employés » et « Ouvriers ». On constate une fois encore une assez forte homogamie. Six parents gardiens sur dix déclarent que leur nouveau partenaire les aide financièrement, soit plus des trois quarts de ceux qui ont une activité professionnelle.

  • 49 Bien entendu, nous n’avons ici que le point de vue du parent gardien. Il est donc fort possible qu (...)

84Quant au climat relationnel qui règne entre les membres de la famille composée, il semble tout à fait positif : 86,7 % des parents gardiens estiment que les relations entre leur nouveau partenaire et leurs enfants sont « bonnes ». Il en est de même pour les relations que le parent gardien entretient avec les enfants du nouveau partenaire, (bien que 7 sur 31 les qualifient de « mauvaises »). Enfin 25 parents gardiens sur 31 qualifient les rapports entre leurs enfants et ceux de leur nouveau partenaire de « plutôt bons », voire « très bons »49. À cela, nous pouvons ajouter pour conclure les rapports entretenus avec les ascendants de ce nouveau membre de la famille. La plupart des parents gardiens (71,7 %) ont des relations avec eux. Celles-ci sont même parfois fréquentes (24,3 %) ou seulement régulières (29,5 %). Le plus souvent (62,5 %), leurs enfants entretiennent eux aussi des liens avec ces « beaux-grands-parents » ; un sur cinq les voient très fréquemment et, un quart, assez souvent (26,4 %). Et presque 9 parents gardiens sur 10 estiment que ces relations sont « bonnes ». Ils ont néanmoins assez rarement recours à eux (18,2 %) pour garder leurs enfants et, dans un cas sur dix seulement, ceux-ci passent des vacances chez leurs beaux-grands-parents. La cohabitation après divorce se traduit donc généralement par un élargissement du réseau de parenté.

85En résumé, il semble que les possibilités de sortie d’une situation monoparentale (ou de réinsertion dans une sociabilité conjugale) aillent de pair avec une bonne intégration socio-professionnelle (variant aussi selon le sexe et l’âge), et réciproquement que les risques de demeurer longtemps en situation monoparentale s’accroissent dans les cas où les parents gardiens sont en situation de précarité socio-économique, sachant que dans tous les cas, l’âge semble être la variable la plus déterminante.

Note

1 F. Furstenberg, C. Winquist Nord, J.-L. Peterson, N. Zill : « L’itinéraire des enfants du divorce : rupture conjugale et contacts des enfants avec le parent-non-gardien », Op. cit., p. 70.

2 Cf. à ce sujet le bilan de littérature effectué par I. Théry : « Remariage et familles composées : des évidences aux incertitudes », L’Année sociologique. Vol. 37,1987. Op. cit., p. 119-152.

3 Cf. notamment F. Furstenberg et al., op. cit.; et A. Cherun : « Le remariage comme institution incomplète » et « Dix ans après le remariage comme institution incomplète », Dialogue, n° 97, op. cit. p.50-68. Cf. également A. Cherlin : Marriage, Divorce, Remarriage. Cambridge, MA. Harvard University Press. 1981. F. Furstenberg: « Recycling the Family : Perspectives for a Neglected Family Form ». Marriage and Family Review. n°2,1979, p. 12-22.

4 Nous reprenons ici les termes de N. Lefaucheur qui dénomme « foyer bi-parental simple » celui où l’enfant vit avec ses deux parents non-séparés. Dans les cas où le parent gardien a un nouveau partenaire, ce même auteur parle de « foyer bi-parental composé ». Cf. Les conditions et niveaux de vie des enfants de parents séparés, Op. cit.

5 I. Théry : « Les beaux-enfants au risque de la recherche : l’exemple des États-Unis », Dialogue, n°97, op. cit., p. 89.

6 I. Théry, Ibidem., p. 95.

7 1 085 personnes ont répondu à la première enquête et 336 à la seconde. Voir annexe méthodologique.

8 La place de l’institution familiale dans l’idéologie religieuse est telle qu’il nous a semblé intéressant d’apprécier l’attitude des enquêtés à cet égard. Si certes, plus d’une personne sur deux déclare ne pas être pratiquante, une sur dix pratique régulièrement et plus d’un tiers irrégulièrement. Le facteur religieux est donc loin d’être négligeable.

9 Les autres classes d’âge sont bien moins représentées : 14 % pour les moins de 30 ans, et 6 % pour les plus de 50 ans. Proportionnellement, les mères gardiennes de moins de 30 ans sont plus nombreuses, et a contrario, les pères gardiens sont généralement plus âgés ; plus d’un sur deux a plus de 40 ans, contre un peu plus d’une mère gardienne sur trois. Cet écart entre hommes et femmes est sensible à tous les âges : celles-ci ayant majoritairement (56,5 %) entre 30 et 40 ans. Les séparé(e)s sont dans l’ensemble plus jeunes que les divorcé(e)s.

10 La majorité des enquêtés (58 %) se sont mariés entre 1965 et 1975, sachant que pour près d’un tiers il s’agit de la première moitié de la décennie 70. En revanche, et en toute logique, les 34 personnes qui ont convolé une seconde fois en justes noces (3 %) se sont dans l’ensemble remariés un peu plus tard : plus d’un remariage sur trois a eu lieu entre 1980 et 1985.

11 Rappelons que les données de l’INSEE soulignent la plus grande précarité de ces unions précoces.

12 Cette répartition des divorcés selon les procédures adoptées doit cependant être prise avec précaution. En effet, il s’agit de ce que les parents gardiens nous ont déclaré. Or, il est possible que les intéressés ne fassent pas une distinction claire entre chacune des procédures et ne connaissent pas véritablement leur régime de divorce.

13 Nous ne pouvons en revanche maîtriser ce dernier aspect puisque nous ne savons pas quel tribunal a rendu le jugement.

14 Notons encore que les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes aux deux extrémités de cette échelle de diplômes : près de trois hommes sur dix n’ont aucun diplôme (contre deux femmes sur dix), et près d’un sur dix a fait des études supérieures (contre seulement 5 % des femmes).

15 Sans pouvoir faire ici de comparaison terme à terme, on peut indiquer que le taux d’activité, au sens du BIT ( % d’actifs occupés + chômeurs dans l’effectif total) était de 66,9, en mars 1980, pour les tranches d’âge et le sexe où Ton retrouve majoritairement les parents gardiens (des femmes de 25-39 ans). Cf. « Évolution des taux d’activité au sens du BIT par âge », in Français, qui êtes-vous ? Des essais et des chiffres. Sous la direction de J.-D. Reynaud et Y. Grafmeyer. Paris. La Documentation Française. 1981, p. 119. Pour plus de précision, cf. également O. Marchand : « Population active, emploi, chômage : données de cadrage », in Données sociales 1987. Paris. INSEE. 1987; p. 84-101.

16 Rappelons, à cet égard, la forte divortialité des employés. Comme le note Alain Chenu : « Pour les hommes comme pour les femmes, c’est chez les employés que les chances-ou les risques-de divorce sont les plus élevées », in L’archipel des employés. Paris, INSEE. Études. 1990, p. 191.

17 Si l’on rapproche ces estimations des proportions fournies par l’INSEE à partir de l’enquête-logement de 1984, on constate, par rapport à la répartition des familles monoparentales selon les CSP, que l’on dénombre proportionnellement dans notre enquête nettement plus « d’employés » et de « professions intermédiaires ». En effet, l’INSEE indique que 33,9 % des familles monoparentales appartiennent à la catégorie des « employés » et 13,7 % à celle des « professions intermédiaires ». Pour les autres CSP, les proportions sont sensiblement équivalentes. On ne peut pour autant en tirer aucune conclusion puisque notre questionnaire s’adresse à certains secteurs d’emplois plus qu’à d’autres (voir annexe méthodologique). Ces comparaisons n’ont donc qu’une valeur indicative. Cf. M. Eenschooten : « Le logement », in Données sociales 1987. Op. cit., p. 318.

18 En comparant la CSP actuelle de ces parents gardiens avec celle de leur père, nous avons pu apprécier globalement leur trajectoire sociale, selon le sexe. La majorité d’entre eux sont dans une position sociale équivalente à celle de leur ascendant (plus de six sur dix). Deux sur dix ont cependant une trajectoire sociale ascendante, un peu plus souvent des hommes (24 %) que des femmes (19 %). À l’inverse, vu l’inégalité de la position des femmes sur le marché du travail, celles-ci occupent plus souvent que les hommes une position inférieure à celle de leur père. 17,5 % des femmes sont dans ce cas, contre un peu plus de 11 % des hommes.

19 À titre de comparaison, « En mars 1986, 23,1 % des femmes et 3,4 % des hommes ayant un emploi déclarent l’occuper à temps partiel », B. Belloc : « Le travail à temps partiel », in Données sociales 1987. Op. cit., p. 112.

20 Le SMIC est en 1987 d’environ 4 600 francs mensuels.

21 Un seul homme sur les 60 actifs (1,5 %) gagne moins de 3 500 francs alors que l’on dénombre 103 femmes dans ce cas (16 %). A l’inverse, près de 14 % des hommes contre seulement 4 % des femmes ont un salaire mensuel supérieur à 9 500 francs.

22 CERC : Familles nombreuses, mères isolées : situation économique et vulnérabilité. Op. cit.

23 Des différences existent bien entendu selon le sexe du parent gardien. Les femmes sont proportionnellement plus souvent bénéficiaires de l’AL, de l’APL et du CF, que les hommes. L’écart est encore plus net en ce qui concerne l’ASF : près de 25 % des mères gardiennes la touchent (soit 224 personnes) contre seulement 7 hommes sur 85. Pour cette prestation, le fait d’être ou non divorcé a également une incidence. Près de 25 % des divorcé(e)s la perçoivent; 10 % seulement des séparé(e)s sont dans ce cas.

24 Nous n’avons pas pu cependant, du fait de notre classement par catégorie de montant, calculer la proportion exacte que représente ces revenus sociaux dans les ressources des foyers.

25 Cf. la section de ce chapitre consacrée aux parents non-gardiens.

26 17,5 % ont entre 7 500 et 9 500 francs; 7,5 % entre 9 500 et 11 500 francs; 4 % entre 11 500 et 13 500 francs. 22 foyers (2 %) disposent de plus de 13 500 francs par mois et, parmi eux, 6 ont plus de 19 500 francs. L’échelle des ressources est donc relativement étendue.

27 À l’échelle nationale et pour l’ensemble des familles monoparentales, la proportion des propriétaires et accédants à la propriété est nettement plus importante : 34,6 %. À l’inverse, les locataires et sous-locataires sont proportionnellement moins nombreux : près de 60 % lors de l’enquête-logement de 1984. Cet écart s’explique cependant par le fait que nous ne nous intéressons ici qu’aux séparés et divorcés. L’exclusion des veuf(ve)s joue dans ce sens. De plus, notre population étant relativement jeune, il n’est guère étonnant de constater cette différence. Cf. M. Eenschooten : « Le logement », op. cit. p. 319.

28 Si l’on compare ces résultats avec les sources INSEE (enquête de conjoncture auprès des ménages. 1984), on constate qu’en termes d’équipement ménager, les foyers enquêtés se situent tout à fait dans la moyenne nationale. Par exemple, dans l’enquête INSEE, 96,9 % des ménages possèdent un réfrigérateur; 92,1 %, un téléviseur (noir-blanc ou couleur); 83,6 %, un lave-linge; ou 22,1 % un lave-vaisselle. Cf. D. Verger ; « Biens durables : disparités d’équipement », in Données sociales 1987. Op. cit. p. 397.

29 Moins nombreux que ces derniers à avoir moins de 30 ans (9 % contre 14 %), on les retrouve aussi plus fréquemment dans les tranches de 40 à 50 ans (30 % contre 25 %) et de plus de 50 ans (8 % contre 6 %).

30 Plus nombreux à n’avoir aucun diplôme (34 %, contre 20 % pour les parents gardiens), on en compte proportionnellement moins à presque tous les niveaux d’étude : 38 % (contre 43 %pour les parents gardiens) avec un CEP ou un CAP ; 13 % (contre 20 %) avec un BEPC ou un BEP ; 8,5 % (contre 11 %) au niveau Bac-BT-BTS. En revanche, ils sont légèrement plus souvent diplômés du supérieur (6,7 % contre 5,6 %).

31 En comparant les CSP de chacun des parents (gardien et non-gardien), on repère une forte homogamie. Des différences existent cependant selon le sexe du parent gardien. Dans plus de six cas sur dix, les mères gardiennes ont recruté leur ex-conjoint dans le même milieu social ; et dans quatre cas sur dix seulement pour les pères gardiens. Ces derniers choisissent à peu près aussi souvent (41,3 %) des épouses occupant une position sociale plus basse. Cette situation n’arrive en revanche que dans un peu plus d’un cas sur dix pour les mères gardiennes. À l’inverse, celles-ci ont plus souvent épousé « vers le haut » (un cas sur quatre, contre un sur sept pour les pères gardiens).

32 Un certain nombre de travaux montrent d’ailleurs que des liens persistent souvent au-delà du strict droit de visite, en particulier dans les couches moyennes. Cf. par exemple M. Buisson, J.-C. Mermet : Dynamiques de la divortialité et pratiques de garde. GRPS-CNRS, Ministère de la Justice, université Lyon 2.1985.

33 Les parents séparés n’ont plus aucun rapport dans 29 % des cas où le parent gardien a moins de 30 ans, dans 33 % des cas où le parent gardien a entre 30 et 40 ans, dans 38 % des cas où le parent gardien a entre 40 et 50 ans et dans 38,6 % des cas où le parent gardien a plus de 50 ans.

34 Dans près d’un cas sur trois, le parent gardien ne sait pas ce qu’il en est de la vie conjugale de son ex-conjoint. Il est donc possible que les pourcentages que nous présentons soient légèrement minorés. Notons également que 7 ex-conjoints sont décédés.

35 Notons que l’écart-type calculé sur l’ensemble des pensions versées est de 426 francs. Ce montant moyen est tout à fait conforme aux estimations de P. Festy publiées en 1988, soit entre 600 et 700 francs, selon que le parent gardien est seule ou a reformé un couple.

36 Rappelons à titre de comparaison que l’INSEE compte 1,8 enfants par femme en 1987 et 1,78 en 1990.

37 3,5 % des enfants ont entre 20 et 24 ans ; huit jeunes adultes (de 25 à 29 ans) sont encore au foyer d’un de leurs parents. Ce constat mériterait d’être mis en relation avec le problème de l’accès à l’emploi des jeunes. La famille apparaît en effet, dans nombre de cas, comme un rempart face à leurs difficultés d’insertion sociale et professionnelle.

38 Du point de vue de la méthode, le retard scolaire a été apprécié ici en comparant l’âge considéré comme normal pour tel ou tel niveau d’étude primaire (CP-CE1-CE2-CM1-CM2) à celui de l’enfant inscrit à ce niveau. Il ne s’agit donc que d’une approximation puisque nous n’avions pour calculer l’âge de l’enfant que son année de naissance et non le mois. Or, il est évident que pour un enfant né en janvier d’une année et un autre né en décembre de la même année, le retard ne devrait pas être équivalent. Nous avons donc décidé de ne parler de retard qu’à compter de deux années d’écart, afin de ne pas le sur-évaluer compte tenu de notre mode de calcul. De plus, il convient de dispenser avec la plus grande modération le label de « retard scolaire », car il peut être lié à beaucoup de variables que nous ne pouvons apprécier ici, telles une longue maladie, un déménagement, etc.

39 Ce constat va dans le sens des estimations faites par ailleurs dans certains panels du Ministère de l’Éducation Nationale. Cf. Ministère de l’Éducation Nationale : Échantillon suivi d’élèves de premier degré, panel 1978, situation au début de la cinquième année scolaire (1982-1983) des élèves entrés en cours préparatoire en 1978-1979. Tableaux statistiques non commentés. Service de l’informatique, de gestion et des statistiques. Document n°5395, octobre 1984.

40 Retenons simplement que les grands-pères appartiennent le plus souvent à la catégorie des « ouvriers » (entre 22,5 et 35 %, selon le cas), ensuite à celle des « employés » (entre 20,5 et 21,5 %), puis à celles des « artisans et commerçants » (entre 13,5 et 19,5 %) et des « agriculteurs » (11 % dans les deux cas) et, enfin, plus rarement à celles des « professions intermédiaires » (entre 6,5 % et 9 %) ou des « cadres et professions intellectuelles supérieures » (entre 4 % et 6 %).

41 R. Sennett : Les tyrannies de l’intimité. Paris. Seuil. 1979, p. 17.

42 Certains parents gardiens ont sans aucun doute estimé qu’ils n’avaient pas à répondre à des questions qui touchent de « trop près » à leur vie privée. Le taux de « non-réponse » est ici de 13,3 % (145 cas).

43 Cette proportion est à prendre comme tendance car elle porte sur un effectif peu élevé.

44 Même remarque que précédemment.

45 En 1985, le nombre des couples non mariés comprenant un divorcé au moins était de 227 442, soit 23,3 % des couples non mariés. Cf. P.-A. Audirac, « La cohabitation : un million de couples non mariés », Économie et Statistique, INSEE, n° 185, Février 1986.

46 Il semble bien que cet écart s’explique par le fait qu’il faille que la désunion soit un peu éloignée dans le temps pour qu’une remise en couple soit envisagée-ce qui est plus souvent le cas des divorcés.

47 Notons que la logique administrative s’accommode assez mal de cette réalité sociale puisqu’en associant les remariages aux mariages et les cohabitations après désunion aux foyers monoparentaux, elle tend à les « séparer », voire les « opposer » alors que leur situation est assez proche. En fait, tout se passe comme si l’on niait la spécificité des familles recomposées, quelle qu’en soit la forme.

48 Par première union, nous entendons ici celle constituée par le parent gardien et son ex-conjoint. Nous précisons ce point car il se peut fort bien que le parent gardien ait déjà vécu entre-temps avec un autre partenaire. Toujours soucieux de ne pas « alourdir » notre questionnaire, nous n’avons pas posé de questions sur les éventuelles relations conjugales antérieures.

49 Bien entendu, nous n’avons ici que le point de vue du parent gardien. Il est donc fort possible qu’il soit plus enclin à « sur-évaluer » la qualité de ces relations. Nous ne pouvons cependant « contrôler » ce biais éventuel.

Indice delle illustrazioni

Legenda Tableau 5 : Nature des relations parentales au moment de la première enquête, selon l’âge du parent gardien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23884/img-1.jpg
File image/jpeg, 84k
Legenda Tableau 6 : Types de familles recomposées
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23884/img-2.jpg
File image/jpeg, 183k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search