Desktop versionMobile version

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Première partie. Des effets de la dissociation familiale

Chapitre IV. De la dissociation familiale à la dissociation sociale

Index terms

Geographical index :

France

Full text

Le « risque solitude »

« Le capital réseau »

  • 1 Le taux de chômage (en % de la population active) était pour la France de moins de 3 % en 1974, de (...)

1L’extension du chômage constitue le principal « problème social » de la décennie quatre-vingt1, sur lequel se concentre l’essentiel du débat public, des controverses politiques et des politiques sociales. Le « risque » est désormais celui de venir grossir les rangs de cette « armée » de chômeurs, dont une part de plus en plus importante semble condamnée à être définitivement reléguée hors de la vie active et salariée. Plus du tiers des chômeurs sont aujourd’hui inscrits à l’ANPE depuis plus d’un an. Un nouveau statut se profile, celui du « précaire » ou du « vulnérable », qui caractérise tous ceux qui vont devoir se contenter de passages successifs par des emplois à durée déterminée, intérimaires, précaires, des stages et des périodes de chômage, indemnisées ou non.

2Une nouvelle figure de la pauvreté se dessine en même temps, qui n’a plus grand chose à voir avec le pauvre ou l’indigent d’hier, dont la condition apparaissait quasiment liée, comme un destin de misère économique et culturelle, à des lignées entières. Le phénomène nouveau, c’est que la pauvreté guette une part croissante de la société civile, des personnes aptes au travail, parfaitement intégrées, mais qui au cours de leur trajectoire peuvent connaître « un accident » dans leur vie professionnelle ou personnelle, comme une restructuration d’entreprise, un dépôt de bilan, une compression de personnels, la perte d’emploi du conjoint, ou encore une rupture familiale. Ces événements sont comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de nombre de salariés, certains ayant plus ou moins d’atouts dans leur jeu pour faire face à ces éventuels accidents.

3L’enjeu est désormais pour beaucoup de ne pas « basculer ». La frontière relativement précise qui délimitait hier la sphère d’existence des « pauvres » et celle des « normaux » s’est assouplie. Il n’y a plus discontinuité, mais continuité d’une sphère à l’autre, passage possible, glissement progressif, dérapage. On parle de « nouvelle pauvreté » pour qualifier les personnes qui suivent ce chemin, et de « désinsertion » pour rendre compte du processus qui mène de l’intégration à l’exclusion.

  • 2 Sur la notion « d’employabilité », on se reportera à l’analyse critique développée par J.-N. Chopa (...)

4Le chômage devient alors une file d’attente où commence à jouer la concurrence, certains ayant de moins de moins de chance de s’en sortir face à la plus grande « employabilité » d’autres2 qui sont soit plus diplômés, soit plus mobiles, ou encore qui ne sont ni trop jeunes, ni trop âgés, etc. On n’est plus « pauvre » ou « non pauvre ». On se positionne sur un continuum, avec des situations intermédiaires, plus ou moins vulnérables, plus ou moins précaires. Dans ce sas d’existence de la « vulnérabilité », l’important est d’être mobile. Toute stagnation est dangereuse. Ainsi, le fait d’appartenir à la catégorie des « chômeurs de longue durée », ou pire encore, de « très longue durée » indique que les chances de retour à la vie salariée, et à tout ce qui l’accompagne en termes de ressources, de rôles sociaux, d’identité et de prestige, sont de moins en moins probables. Autrement dit, passer d’un emploi précaire à un autre est presque devenu un statut intermédiaire, le signe que l’on peut encore s’en sortir, éviter la cristallisation dans une identité sociale de « pauvre » ou de « démuni ». Certains font parfois le chemin inverse sur le continuum, et réintègre la sphère de l’emploi stable.

  • 3 Pour retracer ces différents plan de lutte contre le chômage, on peut se référer à S. Wuhl : Du ch (...)

5Notre vocabulaire s’est enrichi de nouvelles notions. Parmi celles-ci, l’insertion, son revers la désinsertion, et son complément, la réinsertion. Depuis les « stages 16/18 » de 1982, en passant par les Contrats Emploi Solidarité (CES) du plan-emploi de 1989, jusqu’aux dernières mesures du gouvernement Juppé en direction des chômeurs de longue durée, l’ensemble des politiques de lutte contre le chômage ont fait référence à cette désormais habituelle distinction entre insertion sociale et insertion professionnelle3. On postule en effet un possible « trajet d’insertion » ou de « réinsertion », qui va de la socialisation, de la remise à niveau ou de la pré-qualification, à la reprise d’une activité professionnelle proprement dite, seule apte a priori à remettre la personne sur les rails de l’autonomie. Face à la rareté des contrats à durée indéterminée dans un certain nombre de secteur d’emplois peu qualifiés, être inséré ne signifie plus avoir un emploi permanent, mais être en mesure de signifier que l’on n’est pas marginalisé, coupé du reste de la société et de ses normes. C’est pourquoi les mesures d’insertion concernent aussi bien l’alphabétisation, le logement, la santé, les relations sociales, les loisirs, la mobilité, la connaissance de ses droits, des institutions, la ponctualité, etc.

  • 4 Cf. J. F. Laé : Travailler au noir. Paris. Éd. Métailié. 1989.

6Chaque individu dispose d’un certain nombre de moyens pour lutter contre la désinsertion. Certains cherchent à éviter la marginalisation et les problèmes économiques en recourant au « travail au noir », complément de ressources, moyen de promotion ou mode de survie, selon les cas ; « artisan en déroute », salarié cherchant à dépasser le SMIC, « petit noir » ou « all-black », pour reprendre les figures-type de J. F. Laé4. On parle alors d’économie souterraine rémunérée, informelle, non officielle ou cachée. Ces pratiques, qui relèvent pour une bonne part de la « débrouille », nécessitent de développer du « réseau », car elles dépendent de relations de confiance minimale. Mais elles semblent d’autant plus accessibles que l’on est déjà qualifié.

  • 5 Cf. A. Michel (SOUS la direction de) : Les femmes dans la société marchande, quatrième partie : «  (...)

7Il existe aussi d’autres moyens. Ainsi, nous l’avons vu, une mère inactive qui élève ses enfants a un statut social reconnu. Cette fonction exercée en dehors de la vie professionnelle ouvre le champ de ce que l’on appelle aujourd’hui le « travail non rémunéré », « l’économie domestique », voire encore « l’économie souterraine gratuite ». La société contemporaine prend progressivement conscience que l’activité ne se résume pas à ce qui fait l’objet d’une rétribution sous forme de salaire. Le mouvement féministe a joué, là encore, un rôle essentiel pour « dévoiler » l’existence de ce travail domestique et gratuit. Des calculs ont même été faits pour tenter de le convertir en pourcentage du PIB, et ainsi souligner son ampleur5.

8La charge croissante que représente, pour les femmes, le travail domestique à certains moments du cycle de vie, a été compensée partiellement par le développement de services publics et privés, que ce soit au niveau de la prise en charge de la petite enfance ou encore des personnes âgées devenues dépendantes. Mais le développement de ces services (crèches, établissements pour personnes âgés, soins à domicile, etc.) a ses limites. Le coût pour la collectivité paraît de moins en moins supportable, d’où l’importance et la reconnaissance accrues du travail gratuit, de cette obligation morale qui assigne certaines tâches au privé, ou de cette solidarité « spontanée », « naturelle », comme certaines personnalités politiques se plaisent parfois à la qualifier, et qui repose essentiellement sur les femmes.

9Pour que cette solidarité existe, il faut là encore être inscrit dans des réseaux d’entraide et de sociabilité, dans des systèmes d’échanges et de réciprocité qui n’ont apparemment rien à voir avec le marché, et dont la famille est le prototype. Un des modes d’insertion sociale reste donc aujourd’hui le fait d’appartenir à une famille, que celle-ci comprenne ses parents, ses enfants, ses frères et sœurs, ou plus largement la famille étendue, et même les amis, le voisinage, les « proches » : ceux qui sont prêts à rendre un service, à « s’occuper de vous » ; ceux qui « vous sont attachés », qui vous « aiment bien », « sur qui vous pouvez compter », ceux que les anglo-saxons dénomment les carers.

10D’où ce nouveau « facteur de risque » qu’est l’isolement. Car, en effet, contrairement à l’image qu’en donnent parfois les medias, vivre seul n’est pas seulement le résultat d’un choix, l’expression d’une nouvelle éthique individualiste de l’existence, correspondant à la montée des jeunes cadres dynamiques, mobiles, ou yuppies, ou aux « célibatantes », soucieuses de leur indépendance et de leur réussite sociale et professionnelle. L’isolement est aussi bien souvent une situation subie.

  • 6 N. Lefaucheur : « Personnes seules à Paris : « nouveaux célibataires » ou « veuves solitaires ? ». (...)

« La fascination qu’exerce actuellement l’image des jeunes cadres non cohabitants ne fait que voiler indûment celle du travailleur immigré seul dans sa chambre meublée ou de l’octogénaire solitaire dans l’appartement qui fut un foyer conjugal. Elle empêche aussi en assimilant “vivre seul” à un "choix" d’un style de vie, de voir que l’extension de cette situation résulte beaucoup moins de celle d’un modèle de vie célibataire que de l’allongement et de la multiplication, dans la vie des individus, des conséquences de vie pré-, inter-ou post-conjugales, par suite de la “mobilité” conjugale, mais surtout de la décohabitation des générations et de l’allongement différencié des espérances de vie masculine et féminine »6.

  • 7 Cf. Le RMI à l’épreuve des faits. Ouvrage collectif. MIRE-Plan urbain. Paris. Ten-Syros. 1991.

11Depuis la création en France du Revenu Minimum d’Insertion (RMI), ce phénomène de l’isolement apparaît sous un autre jour : environ les trois quarts des bénéficiaires sont en effet sans conjoint déclaré7. Le couple et la famille représentent, avec l’emploi, des modalités d’intégration sociale. À côté du nombre des personnes « pauvres », on comptabilise désormais aussi les « isolés », en essayant de faire la part de ce que l’accroissement du phénomène peut signifier : indépendance ou autonomie revendiquées ou, au contraire, isolement et précarité subis.

  • 8 Cf. C. Delbes, J. Gaymu : « Croissance du nombre des isolés en France : vers de nouveaux comportem (...)

12À Paris, un habitant sur quatre vit seul. Pour la France entière, on dénombrait en 1982 près de 5 millions de personnes vivant seules, soit 12 % de la population adulte. Parmi ces « solitaires », on trouve d’abord des veufs (46 %), des célibataires (38 %) puis des divorcés (10 %) ; ces pourcentages variant nettement en fonction de l’âge. Entre 30 et 50 ans, on compte 30 % de divorcés parmi les isolés. Entre 70 et 75 ans, deux femmes sur cinq vivent seules8. Être seul, c’est parfois ne pouvoir compter sur personne pour un coup de main, voire dépendre des services collectifs ou publics.

  • 9 H. Le Bras : « Structures de la famille dans la France actuelle ». Transformation de la famille et (...)
  • 10 Ibid. p. 29.

13Il ne faut pas pour autant se laisser aveugler par ce phénomène de l’isolement dans le logement, car le tissu de l’entraide ne se réduit pas à l’espace que l’on habite. H. Le Bras a récemment souligné le problème de la vision que produit la statistique des ménages. « Si l’on s’en tient aux ménages comme on a l’habitude de le faire, une impression d’isolement se dégage. Les ménages d’isolés ou de 2 personnes représentent plus de la moitié du total, et les isolés un quart. Au contraire, si l’on se réfère à l’individu, on éprouve le sentiment d’une société grégaire : moins d’une personne sur dix vit isolée, tandis que la moitié des individus se trouvent dans des ménages d’au moins quatre personnes »9. L’important n’est d’ailleurs peut-être pas tant la proportion des personnes qui vivent seules, que les échanges qui ont lieu entre non-cohabitants. « Très souvent, les membres d’une famille, au sens large, habitent séparément, mais à proximité, et se voient très souvent, voire partagent des repas ou des dépenses. Une plus grande souplesse est apparue entre famille et logement »10.

  • 11 On retrouve ici d’une autre manière le concept de « capital social » proposé par P. Bourdieu pour (...)

14C’est dans ce contexte que se pose désormais la question de la rupture conjugale. Après les calculs de vulnérabilité économique, émerge une nouvelle piste d’interrogation des effets associés à la désunion, qui met cette fois en avant un facteur que l’on commence à analyser comme une source de compensation possible de cette vulnérabilité économique ou, au contraire, comme un risque supplémentaire pour certains d’être précipités dans des situations de pauvreté : le « capital réseau », c’est-à-dire le degré d’insertion dans un tissu de sociabilité et d’entraide11.

  • 12 Cf. notamment N. D. Colletta : « Support Systems after Divorce : Incidence and Impact ». Journal o (...)

15Certes, quelques recherches anglo-saxonnes ont déjà mis l’accent sur cette variable12, en montrant que la désunion peut s’accompagner d’une remise en cause du réseau relationnel et des soutiens qu’il apportait. Avec le couple, ce sont parfois des relations amicales qui disparaissent, souvent aussi les relations avec la « belle-famille ». Pour d’autres, au contraire, il est manifeste que ces « relations » se mobilisent et aident les personnes à dépasser les difficultés, notamment économiques, qui suivent généralement la rupture. À ce niveau, les parents jouent un rôle de premier plan. Encore faut-il qu’ils soient proches dans l’espace pour remplir pleinement ce rôle de soutien.

16Dans ce chapitre, nous souhaitons mettre en évidence les apports possibles de cette notion de « réseau » à l’analyse de la désunion. Nous essaierons de rendre compte de l’usage qui en est fait dans un certain nombre de champs d’investigation connexes, comme l’analyse des rapports de pouvoir à l’échelle locale, l’étude de la sociabilité ou des soutiens sociaux mobilisables pour la prise en charge de la dépendance, dans le domaine de la santé ou de la gérontologie, avant de déboucher sur la place de ce concept dans le champ de la sociologie de la famille. Nous pourrons ainsi constater qu’il existe une longue tradition de recherche sur le « réseau familial » ou de parenté comme système d’échange et d’entraide, mais aussi que cette lecture est depuis peu nettement réactivée, actualisée parce que soudain perçue comme pertinente pour analyser certains phénomènes sociaux contemporains, ou pour venir compenser le retrait des modes collectifs de protection.

De quelques usages de la notion de réseau

  • 13 J.-L. Moreno : Fondements de la sociométrie. Paris. PUF. 1954.
  • 14 Cf. E. Katz, P. Lazarsfeld : Personal Influence, New York, The Free Press, 1964.

17Le concept de « réseau » a fait l’objet d’importants développements dans la littérature scientifique, notamment en ce qui concerne la sociabilité ou les rapports dans les petits groupes. Dominent assez nettement au départ les perspectives des ethnologues ou des psycho-sociologues. On cite généralement les travaux de J.-L. Moreno13, fondateur de la sociométrie, ou ceux de Lazarsfeld avec sa théorie de l’influence à deux étapes (two step flow) pour expliquer le rôle des réseaux et des « leaders d’opinion proche » dans les choix électoraux, par rapport à celui des mass-media14. L’analyse de la parenté en anthropologie fait également usage de cette notion, nous y reviendrons.

  • 15 C. Bouglé : « Qu’est-ce que la sociologie ? ». Revue de Paris, 1897, cité par A. Degenne : « Sur l (...)
  • 16 Cf. G. Simmel : Sociologie et épistémologie. Chapitre 3 « La sociabilité », Paris. PUF 1981 p. 121 (...)
  • 17 R. Chartier : « Conscience de soi et lien social », Avant-propos de l’ouvrage de N. Elias : La soc (...)

18Des classiques de la sociologie sont, semble-t-il, à la source de cette approche : C. Bouglé avec la notion de « cercle social »15, G. Simmel16, mais aussi N. Elias, lorsqu’il propose, avec les concepts « d’interdépendance » ou de « configuration », « de penser le monde social comme un tissu de relations », « tenant les dépendances réciproques qui lient les individus les uns aux autres comme la matrice constitutive de la société »17. Dans un texte publié pour la première fois en 1939, il écrivait ainsi :

  • 18 N. Elias, ibidem, p.50-52.

« Chacun des êtres qui se croisent dans la rue, apparemment étrangers et sans relations les uns avec les autres, est ainsi lié par une foule de chaînes invisibles à d’autres êtres, que ce soient par des liens de travail ou de propriété, des liens instinctifs ou affectifs. Des fonctions de l’ordre le plus divers le rendent, ou l’ont rendu, dépendant des autres et rendent, ou ont rendu les autres dépendants de lui. Il vit et a vécu depuis sa plus petite enfance dans un réseau de dépendances qu’il ne peut rompre ni modifier d’un coup de baguette magique, qu’il peut uniquement changer dans la mesure où la structure même de ce réseau le permet ; il vit dans un tissu de relations fluctuantes qui entre-temps se sont, au moins partiellement, imprégnées en lui et font sa marque personnelle. Et c’est là le véritable problème : cette interdépendance fonctionnelle revêt dans chaque groupe humain une structure très spécifique... Toutes ces fonctions interdépendantes, celle de directeur d’usine et celle de mécanicien au même titre que celle d’une femme mariée sans profession ou celle d’un ami ou d’un père, sont autant de fonctions exercées par un individu pour d’autres individus. Seulement chacune de ces fonctions est tournée vers les autres ; elle dépend des fonctions qu’ils exercent comme eux-mêmes dépendent d’elle... Et cet ensemble de fonctions que les hommes remplissent les uns par rapport aux autres est très précisément ce que nous appelons « la société ». C’est une sphère de l’être d’un genre particulier. Ces structures sont ce que nous appelons les « structures sociales ». Et lorsque nous parlons de « lois de fonctionnement des sociétés », nous ne voulons désigner rien d’autre que les lois spécifiques régissant les relations entre les individus »18.

  • 19 B. Wellmann, R.-J. Richardson : « Analyse des réseaux sociaux. Principes, développements, producti (...)

19À l’instar de N. Elias, l’objectif de nombre de recherches sur les « réseaux » est de comprendre les « structures sociales » au travers d’approches souvent descriptives. Les spécialistes parlent même « d’analyse de réseaux ». B. Wellman la définit ainsi : « L’analyse des réseaux n’est ni une méthode, ni une métaphore, mais un outil fondamental pour étudier les structures sociales... Celles-ci peuvent être représentées comme des réseaux, des ensembles de “nœuds” (membre du système social) et comme des ensembles de lignes figurant leur interconnexion »19.

  • 20 Ibidem.

20Au centre de cette analyse, on trouve la manière dont les individus se socialisent, fabriquent, ajustent et se transmettent par sociabilité interposée, des contenus normatifs. Plutôt que résultat de positions sociales, les normes sont lues ici comme le fruit des interactions elles-mêmes et des systèmes d’opportunités qu’elles créent. « Au lieu de supposer que des forces internes (normes intériorisées) poussent les individus de façon volontariste, parfois téléologique, à orienter leur comportement vers des buts désirés, l’analyse de réseau interprète le comportement en terme de contraintes structurelles pesant sur les activités. Aussi, elle considère les normes comme des effets, et non comme des causes des positions structurelles »20.

  • 21 Cf. F. Lorrain : Réseaux sociaux et classifications sociales. Essai sur l’algèbre et la géométrie (...)

21Cherchant à décrire de manière détaillée ces systèmes d’opportunités et d’interactions, la plupart de ces recherches aboutissent à d’importants développements mathématiques, cherchant à modéliser les rapports directs de personne à personne21. Chaque individu fait l’objet d’une approche empirique afin de déterminer le champ de ses « contacts », l’étendue de ses relations, leur densité, leur diversité, etc.

  • 22 A. Degenne, J. Duplex : « L’acteur social et son réseau ». in Un niveau intermédiaire : Les réseau (...)

22A. Degenne propose de reprendre la notion de « cercle social » pour rendre compte à la fois des relations nouées entre individus et du système de codes « d’interreconnaissance » qui les lient entre eux : « On appelle cercle social un ensemble d’individus entre lesquels fonctionnent certains codes, certaines règles, des symboles, des représentations, plus généralement un système d’interreconnaissance. Les individus qui forment un cercle social ne se connaissent pas nécessairement, mais ils se reconnaissent à travers des comportements, des pratiques qui manifestent leur appartenance à ce cercle... On appelle réseau d’un individu l’ensemble des cercles sociaux auxquels il appartient... À travers ses actions et les arbitrages qu’elles supposent, chaque individu transforme son réseau. Les cercles se modifient, les règles évoluent. Il est donc auteur autonome et même d’autant plus autonome que son réseau est complexe et l’amène à plus d’arbitrage »22.

  • 23 M.S. Granovetter : « The Strength of Weak Ties ». American Journal of Sociology, n°78-6 mai 1973, (...)

23Plus concrètement, les recherches ont porté, par exemple, sur les ressources d’informations plus ou moins importantes obtenues par des individus grâce à leurs réseaux, notamment pour trouver un emploi. Ainsi M. S. Granovetter a émis l’hypothèse de la « force des liens faibles », cherchant à exprimer ainsi que le capital de relations le plus rentable, du point de vue des informations auxquelles il permet d’accéder, est généralement constitué des relations « éloignées », celles qui échappent à l’environnement immédiat, et en particulier à la famille23.

  • 24 Cf. en particulier J. Becquart-Leclercq : « Réseau relationnel, pouvoir relationnel ». Revue franç (...)
  • 25 V. Lemieux : Réseaux et appareils. Logique des systèmes et langage des graphes. Paris. Maloine. 19 (...)
  • 26 V. Lemieux : « Réseaux et pratiques de communication dans les masses », in Masses et postmodernité (...)
  • 27 Voir les travaux de E. Lazega : « Une analyse de réseaux : les avocats d’affaire », Revue français (...)

24Les sciences politiques ont également participé au développement de cette notion, d’abord pour appréhender le phénomène de notabilité locale et d’accès au pouvoir24. Des chercheurs comme V. Lemieux ont tenté d’appréhender dans une même démarche ce qui relève des réseaux d’interconnaissance, de la sociabilité, d’une part et des appareils ou organisations, de l’autre, en montrant ce qui fait la spécificité de ces deux univers, mais aussi leur interconnexion25. Il met ainsi en évidence la primauté des réseaux de sociabilité ou des groupes primaires, sur les appareils ou les groupes secondaires, du fait de leur souplesse et de leur multiforictionnalité. « La sociabilisation se fait par des réseaux, où les acteurs sociaux ont des relations d’acceptation réciproque, des noms propres plutôt que des côtes. Non seulement les réseaux ne régulent pas de publics extérieurs mais ils échappent à la régulation des appareils. Les réseaux n’ont pas de frontières précises : on ne sait pas très bien où commencent et où finissent les relations non institutionnelles d’amitié entre les membres d’un réseau... Parce qu’il est beaucoup plus compact qu’un appareil, un réseau est beaucoup moins vulnérable. Il y a plusieurs chemins qui relient deux acteurs quelconques, parce que chacun d’entre eux est le siège de multiples connexions  »26. De cette manière, il apparaît que les réseaux sont un excellent mode de lecture des appareils eux-mêmes, comme soubassement de nombreux phénomènes, tels celui du pouvoir. Mais c’est sans doute dans le secteur de la sociologie des professions et, plus encore, de l’analyse des politiques publiques que cette notion a connu récemment les développements les plus significatifs (policy networks)27.

  • 28 Cf. D. Courgeau : « Les réseaux de relations entre personnes. Étude d’un milieu rural ». Populatio (...)
  • 29 Cf. M. Forsé : « Les réseaux de sociabilité dans un village ». Population, n°36-6,1981, p. 1141-
  • 30 Cf. F. Héran : « La sociabilité, une pratique culturelle ». Économie et Statistique, n° 216, décem (...)
  • 31 F. Héran : « La sociabilité », op. cit., p. 4.
  • 32 Cf. P. Paillat : « La famille des salariés du secteur privé à la veille de la retraite. I. Le rése (...)

25En France, plusieurs chercheurs, notamment de l’INED, ont repris ce concept dans un domaine qui nous rapproche de l’analyse de la vie privée, certains pour comprendre le rôle joué par les réseaux de relations dans les phénomènes de migration28, d’autres pour apprécier les phénomènes de sociabilité et de notabilité29, ou plus récemment pour décrire la structure même de la sociabilité et ses variations selon les milieux sociaux30. Dans ces derniers travaux, la famille est bien sûr au centre des structures de sociabilité. À partir des résultats de l’enquête « contacts », F. Héran a ainsi déterminé que « les membres de la parenté et les amis représentent chacun un quart du réseau des interlocuteurs ». La famille constitue même parfois, surtout dans certaines catégories sociales, l’essentiel des rencontres : « L’attachement exclusif à la parenté est surtout le fait des agriculteurs et des ouvriers du monde rural, qui vivent à proximité de leur fratrie et de leurs enfants, souvent nombreux »31. D’autres recherches ont étudié le rôle joué par le réseau familial lors de la mise à la retraite32, ce qui nous amène aux recherches sur la famille, d’une part, et sur les supports sociaux et l’entraide, de l’autre.

Réseau, famille et entraide

  • 33 Cf. M. Segalen : Sociologie de la famille. Paris. Armand Colin. 3e édition revue et augmentée. 199 (...)

26Anthropologues et ethnologues n’ont jamais cessé d’affirmer la pertinence de la notion de « réseau » pour appréhender l’univers familial ou les communautés villageoises. Plutôt que de « famille », ils préfèrent parler de « parenté », pour désigner l’ensemble des individus liés par le sang et l’alliance, voire de « parentèle », pour y inclure certains « proches », ceux avec lesquels « on se sent en parenté ». L’approche anthropologique ne s’est pas limitée à l’étude des sociétés traditionnelles. Dans son ouvrage Sociologie de la famille, M. Segalen rend compte de cet important courant de recherches33.

  • 34 T. Parsons : « The Kinship System of the Contemporary United States ». in F. Bourricaud : Éléments (...)
  • 35 Pour une analyse critique des thèses parsonniennes, on peut se reporter à l’ouvrage d’Andrée Miche (...)

27La majeure partie des travaux qui ont étudié le réseau familial se sont accordés pour mettre en cause la thèse de T. Parsons34, selon laquelle le processus d’industrialisation aurait participé à isoler le groupe domestique conjugal de son réseau de parenté et à promouvoir le modèle de la « famille nucléaire », dans laquelle le ménage conjugal, fondé par le mariage, comprend le père dont le rôle « instrumental » consiste à assurer le lien avec l’extérieur, la mère chargée du « rôle expressif » à l’intérieur de la famille, et un petit nombre d’enfants35.

  • 36 M. Young, P. Willmott : Family and Kinship in East London. London, Routledge and Kegan Paul, 1957.
  • 37 M. Young, P. Willmott :Family and Class in a London Suburb, London, Routledge and Kegan Paul, 1968

28Dès 1957, deux recherches britanniques sont venues nuancer, voire infirmer cette hypothèse. Le travail de M. Young et P. Willmott36 sur un quartier ouvrier londonien, Bethnal Green, décrit en effet la densité des relations familiales à l’échelle du quartier, la proximité résidentielle, la fréquence des rencontres et des échanges, et même le rôle de la parenté pour accéder à un réseau amical. À l’occasion d’une seconde recherche, effectuée quelques années plus tard37, ces ethnologues ont pu apprécié certains effets de la rénovation de ce quartier, en étudiant une partie de la population de Bethnal Green relogée à Greenleigh. Ils ont alors constaté que l’éloignement physique de la parenté réduisait les relations mère-fille, particulièrement prégnantes lors de la première étude, mais rapprochait les membres du couple.

  • 38 E. Bott : Family and Social Network. Londres. Tavistock Publication. 1re éd. 1957. 2e édition 1971 (...)

29Mais en matière familiale, la théorie des réseaux est principalement attachée au nom d’E. Bott38. Ce chercheur a émis l’hypothèse que le degré de division des rôles dans le couple était lié à la densité des réseaux de relation des époux en dehors du foyer. Plus un réseau de sociabilité est serré autour du noyau familial et de la parenté, avec de fortes interconnexions, doublé d’une proximité spatiale, plus on a affaire à des familles dans lesquelles dominent la division et la hiérarchisation des rôles sexuels, ce qui correspond plutôt au modèle de la classe ouvrière. Joue alors une forte pression sociale mutuelle. A contrario, un réseau plus ouvert, plus lâche, moins localisé et plus diversifié, permet une certaine souplesse normative et correspond à des rôles plus égalitaires dans le couple, ce qui caractérise plutôt les couches moyennes. Moins centré sur la parenté, le réseau comprend des amis et des collègues de travail.

  • 39 L Roussel, O. Bourguignon : La famille après le mariage des enfants. INED. Travaux et Documents, c (...)

30En France, plusieurs travaux confirment la permanence du réseau familial. L. Roussel en 1976 et C. Gokalp en 197839 ont décrit la structure de ce réseau, en se limitant spécifiquement aux relations de parenté proche (grands-parents, parents, enfants, frères-sœurs, beaux-frères et belles-sœurs). Ils ont mesuré à la fois la densité, la proximité des résidences, la rareté de la co-résidence des enfants mariés avec leurs parents et la fréquence des rencontres au sein de ce réseau de parenté. C. Gokalp a ainsi montré que 63 % des personnes interrogées lors de son enquête résidaient à moins de vingt kilomètres de leurs parents. À la lumière de ces travaux, la famille française apparaît fortement concentrée sur de petits territoires, les enfants cherchant à se maintenir à proximité des parents et plus tard de leurs propres enfants.

  • 40 Cf. A. Pitrou : « Le soutien familial dans la société urbaine ». Revue française de sociologie, CN (...)
  • 41 Cette entraide, qui concerne aussi bien la préparation des repas, le ménage, le bricolage, la conf (...)
  • 42 Le rôle joué par le réseau familial pour accéder à l’emploi est également souligné par D. Auffray, (...)

31A. Pitrou a dépassé la description de la « géographie familiale », si l’on peut dire, pour aborder non seulement la sociabilité différentielle des classes sociales en milieu urbain, mais aussi le niveau des échanges et de la solidarité familiale40. Son enquête a fait encore une fois nettement apparaître la force des liens de parenté, leur densité, leur fréquence, etc., mais surtout le fait qu’ils sont le vecteur d’un grand nombre d’échanges de services, de biens, de conseils et d’informations41. Les échanges apparaissent toutefois structurés de manière différente selon les classes sociales (entre « l’aide de subsistance » des milieux populaires et « l’aide de promotion » des classes moyennes), mais aussi selon les étapes du cycle de vie, ou même la taille des communes42.

32À la lumière de ces résultats, A. Pitrou souligne le rôle quasi-assurantiel joué par la parenté en cas de difficultés socio-économiques, et ce d’autant plus dans les milieux populaires, qui apparaissent presque dépendants de cette aide. La famille joue à la fois un rôle de soutien quotidien et de protection en cas de « coup dur ». Si dans les milieux plus aisés, cette solidarité opère également, cela se fait sur un autre mode. D’une part, ces familles ont plus de biens à échanger et, de l’autre, le but est de permettre aux jeunes générations d’accéder le plus vite possible à une condition sociale équivalente ou supérieure. En revanche, l’entraide apparaît plus diffuse, plus cachée.

  • 43 A. Pitrou : « Dépérissement des solidarités familiales ? ». L’année sociologique, Puf, Troisième s (...)

33Plus récemment, ce même auteur insistait sur les effets réciproques de ces systèmes d’entraide avec nos politiques sociales, mais aussi sur la nécessité de mieux comprendre l’impact de la précarisation des liens conjugaux sur cette solidarité familiale. « Peut-il y avoir une solidarité bâtie sur ces liens éphémères, et de plus en plus complexes lorsqu’ils intègrent des conjoints ou des enfants issus d’unions successives ? »43.

  • 44 Cf. notamment L.F. Berkman : « Assessing Social Networks and Social Support in Epidemiologic Studi (...)
  • 45 Cf. M. Bungener, C. Horellou-Lafarge : La production familiale de santé : le cas de l’hospitalisat (...)
  • 46 Cf. F. Lesemann, C. Chaume : Famille-Providence. La part de l’État. Recherche sur le maintien à do (...)
  • 47 M. Bungener : « Famille et alternative à l’hospitalisation ». in Les personnes âgées. Dépendance, (...)
  • 48 Cf. notamment J.-L. Lacroix : L’individu, sa famille et son réseau. Les thérapies familiales systé (...)

Du côté de la recherche en gérontologie et en sociologie de la santé, une très abondante littérature évoque cette solidarité familiale en termes de « soutien », ou de « support social »44. L’enjeu concerne le rôle attendu et/ou assumé par les familles dans la prise en charge des personnes âgées. Après une période de forte institutionnalisation des soins aux personnes âgées, s’amorce actuellement un retour vers « la production familiale de santé »45 sous la forme d’une politique de « maintien à domicile ». L’objectif est double ; d’une part, il s’agit de réduire les coûts de la prise en charge institutionnelle et, de l’autre, les personnes concernées sont supposés y trouver le bénéfice du maintien dans leur environnement et réseau. Cet appel à la solidarité familiale laisse supposer qu’elle aurait diminué. Certains chercheurs ont plutôt tendance à penser que la famille continue de remplir un rôle central, complété par les services publics et privés disponibles46. Assez curieusement, ces domaines de recherche voisins, l’un relevant plutôt de l’épidémiologie, de la sociologie et de l’économie de la santé, l’autre de la socio-anthropologie de la famille semblent encore pratiquement s’ignorer. Les frontières de spécialité sont fermes, et rares sont les chercheurs qui tentent de les franchir. M. Bungener évoque ce nouveau chantier de recherche en ces termes : « La prégnance persistante des contraintes financières, l’évolution de la démographie, le constat des lacunes et des mauvais fonctionnements, conduisent à rechercher aujourd’hui les conditions nécessaires à une meilleure productivité des sommes allouées aux secteurs médical, social et médico-social. Dans la mesure où le recours précoce et le maintien à domicile d’une part, mais plus généralement l’appel aux solidarités familiales et de voisinage apparaissent comme des solutions qu’il est opportun de maintenir, voire de favoriser, il devient essentiel d’en comprendre les modalités de fonctionnement et les limites de rupture, de déceler les moyens nécessaires à leur incitation et l’assistance indispensable à leur pérennisation. C’est ainsi qu’un nouvel objet de recherche s’est imposé, dans notre pays comme dans d’autres, aux tenants de diverses disciplines : gérontologues, sociologues et économistes, notamment »47. La thérapie familiale est un autre secteur où la notion de réseau a été abondamment utilisée. Dans ce secteur, on parle « d’intervention de réseau »48.

  • 49 Cf. A. Fortin, D. Delâge, J.-D. Dufour, L. Fortin : Histoires de familles et de réseaux. Montréal. (...)

34Une recherche menée au Québec prolonge cette problématique, en comparant la sociabilité ouvrière du début des années soixante avec celle des années quatre-vingt49. Une fois encore sont confirmées, quelle que soit l’époque : la densité des relations de parenté, qui polarisent même toute la sociabilité dans les couches modestes ; la proximité géographique, occasion de très nombreux échanges ; la cassure entre la sphère domestique réservée aux femmes et la sphère professionnelle des hommes ; la force des liens mères-filles et de l’entraide que fournissent les mères dans la vie quotidienne (garde d’enfants, tâches ménagères, aides domestiques, etc.). Ces auteurs soulignent certains points déjà entrevus : quasi-disparition de la cohabitation inter-générationnelle remplacée par une « parenté localisée » ; diversification du tissu de sociabilité au fur et à mesure que l’on monte dans l’échelle sociale ; apparition, dans les couches moyennes, d’un modèle de compagnonnage, qui fait une plus large place aux amis et collègues qu’à la famille (dont on s’éloigne plus facilement) et qui se traduit aussi par une conception plus égalitaire des rapports entre les membres du couple.

  • 50 Ce qui rejoint les analyses qu’avait proposées C. Pétonnet sur les populations vivant en cité de t (...)

35A. Fortin et ses collaborateurs ont également abordé la manière dont était ressentie la précarité économique. Du point de vue des personnes enquêtées, la pauvreté ne semble pas réductible à la seule dimension économique. Elle est plus souvent perçue du fait de l’isolement, du manque du « minimum de sociabilité » qu’assure habituellement la parenté. Les auteurs proposent d’ailleurs une typologie des situations monoparentales rencontrées, en distinguant d’abord les « familles monoparentales matricentriques à mari exclu », dans lesquelles la femme constitue le cœur de la cellule familiale et s’appuie sur le soutien de la mère pour aider à assumer une quasi-solitude. Dans ce modèle, les hommes servent au commerce sexuel et n’ont plus de place dans le groupe domestique50. Ils évoquent ensuite les « familles monoparentales amputées », qui vivent l’absence d’un compagnon comme une solitude forcée, ce qui s’accompagne souvent de sérieuses difficultés sociales et économiques ; et enfin, les « familles monoparentales à toit séparé » ou les couples à deux ménages.

  • 51 Cf. P. Cuturello, F. Godard : Familles mobilisées. Paris. Plan Construction. 1982. P. Cuturello : (...)
  • 52 Cf. H. Mendras : La seconde révolution française. 1965-1984. Paris, NRF, Gallimard, 1988. En parti (...)
  • 53 J.-H. Déchaux : « Les échanges économiques au sein de la parentèle ». Sociologie du travail. Paris (...)

36Le thème des réseaux de parenté connaît un nouveau souffle, si l’on en croît la fréquence de son apparition dans des recherches contemporaines. Ainsi en est-il du thème des solidarités intergénérationnelles et de l’entraide pour ce qui concerne l’accès au logement et à la propriété51. On peut encore évoquer les récents commentaires de H. Mendras52 ou de J.-H. Déchaux53 qui, l’un et l’autre, soulignent la nécessité de renouveler l’interrogation sur la parenté dans la période contemporaine. Ils font même l’hypothèse, chacun à leur manière, de l’émergence d’un nouveau régime de parenté.

  • 54 Op. cit., p. 243.

37Dans le chapitre qu’il consacre à ce sujet, H. Mendras insiste, en particulier, sur le rapport établi par les ethnologues entre la taille du groupe domestique et l’importance du réseau. Le constat est grossièrement le suivant : plus le groupe domestique est réduit, plus large est le réseau. Il en déduit une réorganisation de la parenté : « Renforcement de la parentèle et restriction du foyer vont de pair car habitations séparées ne veut pas dire affaiblissement des liens familiaux »54. Cette nouvelle organisation de la parenté passe par un phénomène qu’il dénomme la parentèle ou « l’intimité à distance », sans que cela compromette nullement l’intensité ou la fréquence des échanges. Au contraire, cet auteur voit là l’émergence d’un nouveau mode de relation qui privilégie une proximité dégagée des servitudes quotidiennes. Cette intimité à distance fournit une importante marge de manœuvre aux acteurs et, en particulier, aux enfants, qui peuvent jouer de stratégies complexes pour utiliser au mieux ces réseaux enchevêtrés de parenté. Cette approche présente cependant un risque : celui de réduire la réalité de l’exercice actuel de la parenté aux pratiques de certaines catégories sociales.

38J.-H. Déchaux insiste pour sa part sur les logiques d’échange dans ces nouvelles configurations de la parenté. Reprenant les arguments d’A. Pitrou, il distingue à nouveau, d’une part, le centrage des milieux modestes sur la parenté, celle-ci représentant une sorte de « contre-société » que les acteurs privilégient toujours par rapport à la solidarité institutionnelle, et de l’autre, la « logique de dissimulation des intentions », qui devient, au-delà des couches moyennes où elle domine, le nouveau modèle associé à la recherche d’autonomie. Cette dissimulation des intérêts matériels dans l’échange s’appuie sur une norme puissante qui veut que les parents soient solidaires de leurs enfants et qu’ils leur fournissent de l’aide, sans que ces derniers aient jamais à en formuler la demande. Selon lui, cette dissimulation est liée à la contradiction entre l’aspiration à l’autonomie et la réalité de dépendance, ce qui entraîne un discours rationalisé sur le mode de la gratuité de l’échange.

  • 55 J.-H. Déchaux : « Les échanges économiques au sein de la parentèle ». Op. cit., p. 77.
  • 56 Ibidem., p. 88. Pour comprendre les rapports entre chômage et vie familiale, on peut aussi se repo (...)

39Si quels que soient les milieux, « la parenté peut être assimilée à une assurance »55, le soutien qu’elle fournit renforce toutefois bien souvent les inégalités. Nous nous demandons même si l’on n’aide pas plus facilement ceux qui s’en sortent assez bien tout seul, et moins ceux qui risquent de devenir dépendants. Ainsi en cas de chômage, « les parents fournissent une aide et un soutien précieux. 64 % des chômeurs se sentent soutenus et confortés par leurs parents. Le jugement relatif à l’aide apportée par les amis est plus nuancé : ils ne sont que 50 % qui estiment avoir trouvé une aide de ce côté. Cependant la proportion de ceux qui se sentent soutenus par les parents décroît à mesure qu’augmente la durée du chômage. Efficace en début de période, le soutien de la parenté irait en s’amenuisant »56.

  • 57 J.-H. Déchaux : « Des relations de parenté inédites ? », op. cit., p. 102.
  • 58 Ibidem., p. 105.

40Enfin, ce même auteur souligne l’importance des liens de filiation face à la précarisation des couples, elle-même liée à l’autonomisation des femmes par le travail. « Les lignées seraient-elles en train de devenir les seuls points fixes d’un système de parenté en voie de segmentation par suite de la multiplication des divorces ? »57. Pour autant, il lui semble que la nouveauté réside ici dans le fait que la solidarité de la parenté est aujourd’hui librement consentie et qu’elle est en voie de se substituer à celle du couple dans sa fonction de protection. Le fonctionnement du couple, en revanche, serait de plus en plus comparable à d’autres sphères de la vie sociale et professionnelle : celui de la négociation permanente, où rien n’est acquis définitivement. Par rapport à cette précarité conjugale, lieu de négociation, la parenté serait le lieu de la permanence. D’arbre, la parenté serait en passe de devenir réseau, « l’affinité, le choix personnel la structurent désormais davantage que la généalogie »58. Reste à se demander, une fois encore, si cette permanence de la lignée n’est pas plutôt le fait des milieux sociaux les mieux dotés.

  • 59 Cf. A. Pitrou : « Solidarité publique, solidarité privée », in La famille. L’état des savoirs. Op. (...)
  • 60 M. Segalen : « Les relations de parenté ». Idem, p. 233.

41Ces diverses analyses montrent l’importance de cette problématisation de la parenté comme réseau d’entraide, importance qu’il faut bien sûr rapprocher du débat sur le repli des solidarités étatiques59. Ce que souligne M. Segalen en ces termes : « Le renouveau d’un intérêt sociologique pour les liens de parenté provient du renversement des positions idéologiques et des changements démographiques et sociaux profonds qui ont affecté le corps social, et notamment son vieillissement. Du fait de la crise de l’État-providence, les autres formes de solidarité, notamment les solidarités familiales entre les générations ont été reconnues »60.

Une vulnérabilité relationnelle

  • 61 Cf. T. Blöss, F. Godard : « Décohabitation juvénile : stratégies juvéniles et conjoncture de l’exi (...)
  • 62 Voir F. Lesemann et C. Martin, Op. cit.

42L’intérêt pour le réseau familial ou la parentèle conçus comme mode d’intégration sociale, mais aussi comme source d’entraide et de soutien, rejoint sans doute celui que l’on accorde aujourd’hui à l’insertion sociale. Si la parenté est une protection contre les risques et les difficultés économiques qu’engendre la société contemporaine, on comprend aisément l’enjeu que représente le fait d’être intégré dans un tel réseau. Qu’il s’agisse des jeunes à la recherche de leur premier emploi qui continuent de cohabiter avec leurs parents61, des adultes qui se séparent de leur conjoint et bénéficient du soutien de leur parentèle pour traverser cette période critique, ou des personnes âgées qui doivent compter sur la présence et le soutien de leurs filles pour faire face à l’accroissement de leur dépendance62, il semble bien que cette protection familiale s’exerce tout au long du cycle de vie. Sans elle, l’individu est en quelque sorte livré sans autre recours à la solidarité publique.

  • 63 R. Castel : « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabili (...)
  • 64 Ibidem., p. 140.

43R. Castel a récemment attiré l’attention sur ce phénomène. Face à l’accroissement de « la nouvelle pauvreté », il propose un concept : « la désaffiliation, un mode particulier de dissociation du lien social »63, et envisage les situations de pauvreté à la conjonction de deux vecteurs : un axe d’intégration/non intégration par le travail, et un axe d’insertion/non-insertion dans une sociabilité socio-familiale. Son hypothèse est la suivante : « Premièrement, dans les sociétés préindustrielles, les interventions sociales ont toujours eu pour enjeu de tenter de maîtriser un double décrochage, par rapport à l’intégration par le travail et par rapport à l’insertion dans un tissu relationnel ; deuxièmement, la spécificité de la situation actuelle peut se lire comme un nouvel épisode de ce combat contre la double précarité de l’organisation du travail et de la structuration de la sociabilité »64.

  • 65 Ibidem, p. 152.

44À l’aide de ces axes d’insertion/intégration, Castel distingue quatre modalités de l’existence dans la société contemporaine : la « zone d’intégration » où se conjuguent emploi permanent et supports relationnels ; la « zone de vulnérabilité » qui associe précarité du travail et fragilité des relations sociales ; la « zone d’assistance », caractérisée par une absence d’emploi souvent liée à une impossibilité de travailler et une bonne insertion sociale ; et enfin la « zone de désaffiliation » où se conjuguent l’absence d’emploi et l’isolement. « Aujourd’hui, la zone d’intégration se fracture, la zone de vulnérabilité est en expansion et alimente continûment la zone de désaffiliation. Le seul recours est-il de renforcer la zone d’assistance ? »65.

  • 66 R. Castel : « L’État providence et la famille », op. cit., p. 31.

45R. Castel voit dans la fragilité des couples, dans la réduction de la taille des familles, dans la complexité relationnelle des nouvelles unions, des indicateurs de la force désaffiliatrice contemporaine, et le résultat des interventions de l’État providence. « La fragilisation de la structure familiale ne serait pas due à des carences de l’État providence. Elle serait plutôt un effet de sa relative réussite. En conjurant un certain nombre de risques sociaux, l’État a laissé la famille en tête à tête avec sa fragilité relationnelle... Ainsi, ce que la famille moderne a à gérer, c’est de plus en plus son propre capital relationnel »66.

46Il y a pourtant quelque risque à réduire la dissociation conjugale à une déstructuration pure et simple des réseaux. Comme nous l’avons vu, si la parenté se vit de plus en plus sur un mode distancié, il n’en demeure pas moins qu’elle continue d’être le vecteur d’une solidarité importante.

  • 67 J.-H. Déchaux : « Pauvretés ancienne et nouvelle en France », Observations et diagnostics économiq (...)
  • 68 « Autrefois la rupture familiale était un important facteur de paupérisation pour les femmes, nota (...)

47J.-H. Déchaux va dans le même sens lorsqu’il propose de « montrer que de nouvelles formes de pauvreté apparaissent et résultent de la fragilisation du tissu social, alors que la pauvreté traditionnelle, qui s’enracine et se reproduit aux marges de la société, s’atténue »67. Trois facteurs essentiels sont, selon lui, associés à la pauvreté : le nombre d’enfants, même si le sort des familles nombreuses s’est amélioré ces dernières années ; l’âge (les ménages où la personne de référence a plus de 40 ans sont plus nombreux parmi les pauvres) et, bien sûr, l’inactivité ou le chômage. Enfin, les familles monoparentales sont aussi, comme nous l’avons déjà vu, sur-représentées parmi les ménages pauvres. Mais à ce niveau, c’est moins la structure familiale comme telle qui joue, que l’inactivité professionnelle de la mère en situation monoparentale68, que la non-contribution de Tex-conjoint à l’entretien des enfants, ou que l’absence d’aide de la parentèle. Lorsque ces divers facteurs se cumulent, la situation précaire devient très délicate. Autrement dit, il n’existerait pas une causalité simple entre chômage et pauvreté, puisqu’interviennent aussi la situation familiale et le rôle des proches.

  • 69 Quelques recherches anglo-saxonnes ont déjà été citées, mais elles demeurent rares et quasi-inexis (...)

48Peu de recherches ont été menées pour tenter de mieux apprécier l’impact de la désunion sur le réseau relationnel et la parentèle69. Qu’en est-il en effet des soutiens fournis par la parenté après la désunion ? Se trouvent-il renforcés ou amoindris, et pour qui ? Dans quelle mesure peut-on parler d’une « dissociation sociale » qui viendrait s’ajouter à la dissociation familiale ?

49Au-delà même, la désunion ne débouche-t-elle pas sur de nouveaux réseaux, de nouvelles familles ? Pour certains, le fait de retrouver un partenaire n’est-il pas une quasi-nécessité, à la fois pour le salaire qu’il peut représenter, mais aussi pour l’insertion sociale qu’il permet, insertion dans un nouveau tissu de sociabilité, une nouvelle parentèle ? Pour d’autres, la rupture n’est-elle pas susceptible de déboucher sur une ramification du réseau ? Et ne faut-il pas craindre que cette restructuration du tissu de sociabilité soit surtout le fait des populations les mieux dotés ? Le réseau serait alors un facteur de plus dans le renforcement des inégalités. Enfin, si à la faiblesse du réseau social correspond une diminution des opportunités et des négociations, qu’en est-il des repères normatifs pour les acteurs ? Ces derniers sont-ils contraints de se référer à des normes externes toutes faites, ne correspondant plus pourtant à leurs conditions d’existence ?

Recomposition familiale et renouvellement du réseau

  • 70 J. Mc Carthy et A. Cherun : « Caractéristiques démographiques des familles monoparentales et des f (...)

50On parle aujourd’hui indifféremment de « famille composée », « recomposée », « reconstituée », voire de « familles à beau-parent » ou de « secondes familles », pour qualifier les situations où au moins un enfant vit avec un de ses parents et un beau-parent. Ces expressions recouvrent néanmoins une grande diversité de configurations et de problèmes. « Les conjoints peuvent d’abord avoir eu des histoires matrimoniales différentes : tous deux peuvent avoir divorcé une fois, l’un des deux peut être célibataire ou avoir cohabité, avoir divorcé plusieurs fois ou être veuf, etc. Ils peuvent aussi avoir eu des histoires fécondes différentes : des enfants des précédents mariages ou d’unions antérieures ; ces enfants peuvent vivre avec eux ou être restés avec l’autre parent, repoussant alors au-delà du ménage actuel les frontières de la famille. Toutes les combinaisons de ces éléments sont envisageables dans les familles recomposées »70.

  • 71 Voir N. Lefaucheur : « Sur la scène de l’anormalité familiale », in Les recompositions familiales (...)
  • 72 Voir I. Théry, M.-J. Dhavernas : « La parenté aux frontières de l’amitié : statut et rôle du beau- (...)

51On étudie ces situations familiales depuis peu en France. Cet intérêt qu’on leur manifeste, souvent pour souligner la progression du phénomène, n’est probablement pas anodin. On ne peut manquer d’être frappé par l’image sociale de ces « nouvelles familles ». Si elles partagent historiquement avec les familles monoparentales un certain nombre de stigmates issus d’un passé de « haine des secondes noces »71, elles sont aujourd’hui présentées sous un jour beaucoup plus sympathique et réconfortant, dans les médias notamment : de véritables petites tribus dans lesquelles adultes et enfants forgent une nouvelle figure du lien familial72.

52Pour autant, la recomposition n’est pas l’issue de toutes les situations monoparentales. Pour recomposer une famille, il faut le vouloir et en avoir l’opportunité. Si les données disponibles montrent que l’on recompose plus souvent une famille dans les milieux populaires que dans les couches moyennes ou aisées, notamment pour des raisons économiques, il faut sans doute nuancer ce constat en tenant compte des logiques des acteurs eux- et des contraintes dans lesquelles se dessinent leurs trajectoires conjugales et familiales.

53Nous commençons seulement, depuis le milieu des années quatre-vingt- à disposer de quelques chiffres permettant d’apprécier l’ampleur du phénomène.

  • 73 J. McCarthy et A. Cherlin : « Caractéristiques démographiques des familles monoparentales et des f (...)
  • 74 Cf. P.C. Glick : « Fifty Years of Family Demography : a Record of Social Change », Journal of Marr (...)

On dispose de beaucoup plus d’informations aux États-Unis, même si A. Cherlin et J. McCarthy déplorent leur insuffisance et leur imprécision, du fait notamment que « la plupart des analyses s’appuient sur des échantillons non représentatifs »73. En 1987, on dénombrait environ 11 millions de familles comprenant un remarié, soit 17 % de l’ensemble des familles, ou 21 % des familles comprenant un couple marié. On dénombrait la même année 4,3 millions de familles à beau-parent, soit 6,7 % de l’ensemble des familles, ou 8,3 % des familles comprenant un couple marié. Ces « stepfamilies » représentaient 17,4 % des couples mariés vivant avec des enfants de moins de 18 ans. On dénombrait aussi 6 millions de beaux- soit 9,4 % des enfants de moins de 18 ans vivant en famille, 12,7 % des enfants de moins de 18 ans vivant dans des familles où le couple est marié, et 60 % des enfants de cette tranche d’âge vivant dans des familles de remariés. Autrement dit, environ un quart des enfants de moins de 18 ans ne vivaient pas avec leurs deux parents. Les deux tiers des enfants qui ont connu le remariage d’un de leurs parents ont eu un demi-frère ou sœur ou un « beau-frère ou sœur ». Enfin, 82 % des beaux-parents sont des beaux-pères et 18 %, des belles-mères74.

  • 75 I. Théry ; « Avant-propos », Dialogue, n° 97, 3e trim. 1987, p. 4.
  • 76 P. Festy, « Combien de beaux-parents, combien de demi-frères ? », Dialogue. Ibidem, p. 7-16.

54En effet, comme nous le rappelait I. Théry en 1987 : « Ni l’état-civil, ni le recensement national de la population, ni les enquêtes régulières de l’INSEE ne permettent de saisir de façon quelque peu « directe » ce type de ménage, ou de constellation »75. Non seulement les catégories et classements de la statistique officielle ne nous offrent guère de possibilité d’évaluer leur nombre et leur évolution, mais en plus, comme l’explique P. Festy76, une telle évaluation soulève bon nombre de difficultés d’ordre conceptuel et méthodologique qu’il n’est guère aisé de résoudre. Jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, la majeure partie des informations concernaient exclusivement les remariages.

  • 77 L. Roussel : « Le remariage des divorcés », Population, n°4-5,1981, p. 765-790.
  • 78 F. de Singly : « Le second mari », Population, n° l, 1983, p. 9-28.
  • 79 Ibidem, p. 10.

55Dès le début des années quatre-vingt, L. Roussel77 et F. de Singly78 ont souligné le recul du remariage. « En France, pour l’année 1976,10 % des hommes et 9 % des femmes qui se sont mariés étaient veufs ou divorcés. Et au moment où le poids des divorcés dans l’ensemble des individus “mariables” s’accroît, et donc au moment où l’on pourrait s’attendre à une extension du remariage, on découvre que le taux élevé de remariages des divorcés tend à baisser »79.

  • 80 C. Couet, Y. Court : La situation démographique en 1989. Mouvement de population. INSEE. 1991. Tab (...)
  • 81 Nous retrouvons ici une des difficultés déjà rencontrées au sujet des familles monoparentales : si (...)

56En 1989, 22,7 % des mariages célébrés dans l’année unissaient au moins un divorcé80. Tous ces remariages ne produisent cependant pas des familles à beau-parent : un certain nombre n’ont pas d’enfants de leur précédente union. Et parmi ceux qui en ont, certains sont des parents non-gardiens. De ce fait, tous ces remariages ne constituent pas systématiquement des ménages à beau-parent, même s’ils peuvent être à l’origine de familles composées81.

  • 82 Notons que le nombre des remariages après veuvage tend à diminuer actuellement. Veufs et veuves se (...)

57On sait également depuis cette période, qu’après un divorce, les hommes se remarient plus souvent que les femmes : 4,5 % des hommes qui étaient divorcés en 1989 se sont remariés dans l’année ; le plus souvent avec une femme célibataire, un peu moins souvent avec une femme divorcée et rarement avec une veuve ; 3 % des femmes qui étaient divorcées la même année se sont remariées, le plus souvent avec un divorcé, un peu moins souvent avec un célibataire et, une fois encore, rarement avec un veuf82.

  • 83 Source La situation démographique en 1989. INSEE, 1991.

58L’écart entre les attitudes des hommes et des femmes divorcés à l’égard du remariage s’accentue à certains âges. Ainsi, par exemple, entre 40 et 49 ans, on constate que les remariages unissant des hommes divorcés à des femmes elles aussi divorcées représentaient 54 % des remariages d’hommes divorcés en 1989, mais 76 % des remariages de femmes divorcées. En revanche, pour la même tranche d’âge, 41 % des remariages d’hommes divorcés ont eu lieu avec une célibataire, alors que seulement 19 % des remariages de femmes divorcées avaient lieu avec un célibataire, cette même année83. En somme, les femmes divorcées auraient plus tendance à s’unir avec des hommes ayant eux-mêmes connu une rupture conjugale ; alors que ces derniers se tourneraient prioritairement vers des femmes célibataires.

Les remariages (Source INSEE, 1991)

  • 84 L. Roussel : « Le remariage des divorcés ». Op. cit.
  • 85 Encore qu’il faille distinguer l’attitude des hommes diplômés et celle des femmes diplômées. Les p (...)
  • 86 « Le premier mariage hante le second et le souvenir du premier échec accompagne l’histoire du seco (...)

59Dès 1981, L. Roussel84 a souligné cet écart entre les hommes et les femmes du point de vue de leur comportement matrimonial après divorce. Il a identifié également quelques autres facteurs, en particulier l’âge au divorce (le taux de remariage est d’autant plus élevé que le divorce a lieu plus tôt dans la trajectoire). Interviennent également, de manière plus réduite cependant, le niveau d’étude (le remariage est plus rare chez les divorcés qui ont un niveau supérieur au85) ; le maintien de relations avec l’ex-conjoint86 ; l’autonomie économique des femmes (le remariage est souvent une quasi-nécessité pour les femmes inactives et faiblement qualifiées) ; ou encore le désir d’enfant (un nouvel enfant est fréquemment l’occasion de légitimer l’union). Roussel évoque également l’effet des politiques sociales (en particulier de l’API).

  • 87 G. Desplanques : « Les familles recomposées en 1990 », in Les recompositions familiales aujourd’hu (...)

60On en sait plus depuis « l’enquête famille » de 1990 et l’exploitation spécifique entreprise par G. Desplanques. En 1990, en France, sur 14,1 millions de jeunes de moins 19 ans, 88 % vivaient avec leurs deux parents ; 1,4 million dans des familles monoparentales, soit environ 10 % de ces enfants ; et 750 000 dans des familles recomposées (c’est-à-dire avec un de leurs parents et un beau-parent), soit 5,5 % des enfants mineurs87.

  • 88 P. Festy : « Plus d’un million d’enfants du divorce », Bulletin d’information de la division des s (...)

61En partant du point de vue des enfants, P. Festy a estimé à partir d’une enquête de 1985, que sur 100 enfants de parents divorcés, 85 ont vu leur père et/ou leur mère constituer un nouveau couple88. Parmi eux, 31 ont vu leur père renouer une nouvelle union alors que leur mère vivait seule, et 17 avaient une mère qui revivait en couple alors que leur père vivait seul. Mais 37 ont vu leurs deux parents former un nouveau couple. Et le plus souvent, ils avaient au moins un demi-frère ou sœur : parmi les 85 dont au moins l’un des parents vivait avec un nouveau conjoint, 66 étaient dans cette situation. A 19 d’entre eux seulement, la nouvelle union de l’un de leurs parents, ou des deux, n’avait pas donné de demi-frères ou sœurs. Ces quelques données montrent que, suite au divorce de leurs parents, la plupart des enfants pourraient avoir au moins un beau-parent à un moment ou un autre de leur trajectoire, même si le plus souvent, ils ne vivront avec lui que par intermittence.

  • 89 P. Festy : « Après la séparation : diversité et stabilité des comportements », Population n°3,1988
  • 90 C. Villeneuve-Gokalp : « Du premier au deuxième couple : les différences de comportement conjugal (...)

62P. Festy a également étudié l’impact de quelques variables sur la formation d’une nouvelle union, légitime ou non, après un divorce89. Plusieurs facteurs interviennent : le sexe, l’âge et le niveau d’étude. Il confirme que les hommes forment de nouveaux couples plus souvent et plus rapidement que les femmes ; ils se remarient plus souvent et ce d’autant plus qu’ils sont diplômés, contrairement aux femmes qui légitiment d’autant moins leurs unions qu’elles sont plus diplômées. C. Villeneuve-Gokalp souligne également cet écart des logiques de recomposition entre hommes et femmes. Celles-ci semblent avoir plus de défiance, voire de réticences, à l’égard de la vie matrimoniale : « une expérience suffit ». Pour autant, « après la rupture d’une première union, les “chances” de revivre en couple sont presque aussi élevées pour les femmes que pour les hommes, mais les femmes vivent plus longtemps seules. Trois ans après la séparation, 60 % des hommes se sont déjà remis en couple, contre seulement 45 % des femmes. Avec le temps, cette dijférence se réduit : sept ans après la rupture, 77 % des hommes et 70 % des femmes ont commencé une nouvelle union »90.

63Deux facteurs jouent cependant pour renforcer l’écart entre les sexes : le fait que les femmes aient une descendance de leur première union (sachant qu’elles en ont presque toujours la garde) et l’âge. Si les femmes se remettent aussi rapidement en couple que les hommes lorsqu’elles n’ont pas d’enfant (56 %, contre 59 %, trois ans après la séparation, à situation légale et âge comparables), 34 % seulement des femmes qui ont eu un enfant de leur précédente union se sont remises en couple dans les trois ans qui ont suivi la désunion.

  • 91 C. Villeneuve-Gokalp : « De la famille d’origine à la famille recomposée », op. cit.
  • 92 Et encore, cet effet de l’âge est minoré par le fait que l’échantillon étudié est constitué de per (...)

64Mais le plus important de ces facteurs semble être l’âge à la séparation. Ainsi, par exemple, à partir de données de 1985, C. Villeneuve-Gokalp91 indique que 45 % des enfants dont la mère a moins de trente ans ont un beau-père dans les cinq ans qui suivent, contre 31 % des enfants dont la mère est plus âgée. Trois ans après la séparation, 52 % des femmes qui ont rompu entre 25 et 29 ans sont déjà en couple, mais seulement 38 % de celles de plus de 30 ans92. Quelques profils-types de recomposition se dégagent à partir de ce travail : d’un côté, ceux qui se remettent en couple presque immédiatement après la rupture et qui diffèrent le mariage ; de l’autre, ceux qui laissent plusieurs années s’écouler entre la rupture et la rencontre, mais qui, au contraire, légitiment ensuite rapidement leur nouvelle union.

  • 93 G. Desplanques : « Les familles recomposées en 1990 », op. cit., p. 89-90.

65Enfin, plusieurs auteurs soulignent le rôle de l’appartenance sociale. G. Desplanques insiste sur ce point à la lumière des résultats de l’enquête « famille » de 1990, que ce soit pour les familles monoparentales ou pour les familles recomposées : « La proportion d’enfants qui vivent avec leur mère seule passe de 11 à 8 % quand on va des mères sans diplôme aux femmes les plus diplômées ; celle des enfants vivant avec un beau-parent tombe de 6 à 3%. Les familles recomposées sont donc beaucoup plus fréquentes dans le bas de l’échelle sociale, celle-ci étant repérée par le niveau d’instruction des mères... Dans l’ensemble, les mères qui élèvent seules leurs enfants ont plus tendance à se remettre en couple si elles ont un faible niveau d’instruction. On retrouve un résultat connu en matière de nuptialité : les femmes les plus diplômées se marient moins et vivent plus volontiers seules. Attitude qui traduit une logique économique : les femmes diplômées peuvent élever des enfants sans le secours d’un conjoint »93.

  • 94 P. Festy : « Biographies après divorce », in La nuptialité, op. cit. p. 193-209.
  • 95 Il s’agit ici de divorcées qui ont ou non une descendance.
  • 96 Si l’on compare chaque génération de femmes séparées entre elles, on constate une progression cont (...)

66P. Festy94 complète ces informations sur les trajectoires post-divorce à partir d’une enquête réalisée par l’INED en 1985, en faisant la part des nouvelles unions légitimes et des cohabitations après divorce. Il établit ainsi, pour chaque femme mariée s’étant séparée de son mari entre 1968 et 1982, le calendrier de ses unions successives95. Tout d’abord, il indique que près de 60 % de ces femmes ont recomposé un couple à l’issue des dix premières années qui suivent la rupture, l’extension de la cohabitation ayant compensé le recul des remariages. Il montre ensuite que la formation des nouveaux couples est fortement concentrée dans le temps, puisque quatre ans après le divorce, près de 60 % des femmes ont connu une nouvelle union et que ce pourcentage n’a guère progressé sept ans plus tard. Tout se joue donc dans les premières années qui suivent la rupture96. Si l’on observe maintenant la palette des trajectoires conjugales après la rupture, on constate que les cas les plus nombreux sont ceux des femmes restées durablement seules après la rupture (34 %). Viennent ensuite les femmes qui, après un épisode de vie seule, ont formé un couple, d’abord informel, avant sa légalisation (29 %). Les mariages directs après la rupture (17 %) ou les cohabitations durables (11 %) ne sont pas négligeables. En revanche, les parcours plus complexes sont plus rares.

  • 97 En outre, il ne faut pas se laisser piéger par « l’effet de catégorie », que ce soit pour les fami (...)

67À la lumière des données disponibles, on perçoit la diversité des trajectoires post-divorce. Le fait que 40 % des enfants ne vivant pas avec leurs deux parents appartiennent à des familles recomposées ne doit pas faire oublier que la majorité de ces enfants continuent de vivre dans des familles monoparentales97.

Notes

1 Le taux de chômage (en % de la population active) était pour la France de moins de 3 % en 1974, de 5,2 % en 1978. Le seuil des 10 % a été franchi de 1984 à 1988. Un léger reflux a lieu entre 1988 et 1992. Depuis lors, le taux de chômage n’est pas redescendu en-dessous des 10 %. On dénombrait en 1991 environ 2,7 millions de personnes inscrites à l’Agence Nationale pour l’Emploi, contre environ 500 000 en 1970. La barrière symbolique des 3 millions de chômeurs est désormais franchie : 3,2 millions en 1995. Cependant, le taux de chômage moyen d’environ 13 % en 1994 varie considérablement selon les secteurs professionnels : de 1 % chez les médecins à 40 % pour les ouvriers du métal. Au phénomène du chômage, il faut ajouter la progression des « emplois atypiques » ou précaires. En 1990, si quatre emplois sur cinq étaient encore à durée indéterminée, 3 millions d’emplois étaient « non traditionnels », c’est-à-dire relevant soit de l’une des formes de l’emploi précaire (stages, intérim, emplois à durée déterminée), soit de l’emploi à temps partiel. En 1993, ces « situations particulières d’emploi » concernaient 4,7 millions de personnes. Cf. J. Jacquier : « La diversification des formes d’emploi en France ». Données sociales 1990. Paris, INSEE, 1990, p. 58-60 ; F. Jeger-Madiot : « L’emploi et le chômage des familles professionnelles », Données sociales 1996, Paris, INSEE, 1996, p. 117-123.

2 Sur la notion « d’employabilité », on se reportera à l’analyse critique développée par J.-N. Chopart : « L’employabilité : défi ou gageure ? », Connexions, n°62,1993, p. 35-51.

3 Pour retracer ces différents plan de lutte contre le chômage, on peut se référer à S. Wuhl : Du chômage à l’exclusion ? L’état des politiques, l’apport des expériences. Paris. Ten, Syros Alternatives. 1991.

4 Cf. J. F. Laé : Travailler au noir. Paris. Éd. Métailié. 1989.

5 Cf. A. Michel (SOUS la direction de) : Les femmes dans la société marchande, quatrième partie : « L’équivalent monétaire de la production domestique non marchande ». Paris. Puf. 1978. A. Chadeau, A. Fouquet : « Comment mesurer le travail domestique ». Économie et statistique, n° 145, juin 1982. Cf. également M.-A. Barthe : L’économie cachée. Paris. Syros. Alternatives. 1988.

6 N. Lefaucheur : « Personnes seules à Paris : « nouveaux célibataires » ou « veuves solitaires ? ». Données sociales Ile de France, 1989, p. 227.

7 Cf. Le RMI à l’épreuve des faits. Ouvrage collectif. MIRE-Plan urbain. Paris. Ten-Syros. 1991.

8 Cf. C. Delbes, J. Gaymu : « Croissance du nombre des isolés en France : vers de nouveaux comportements ». Population, n°3,1990, p. 501.

9 H. Le Bras : « Structures de la famille dans la France actuelle ». Transformation de la famille et habitat. Sous la direction de C. Bonvalet et P. Merlin. INED. DREIF. IDEF. Cahier n° 120. Paris Puf. 1988, p. 19.

10 Ibid. p. 29.

11 On retrouve ici d’une autre manière le concept de « capital social » proposé par P. Bourdieu pour rendre compte de l’ensemble des relations sociales que l’on détient, en particulier de par ses origines sociales et que l’on peut utiliser tel un capital. Cf. P. Bourdieu : « Le capital social ». Op. cit. et La distinction, critique sociale du jugement. Paris. Éd. de Minuit. 1979.

12 Cf. notamment N. D. Colletta : « Support Systems after Divorce : Incidence and Impact ». Journal of Marriage and the Family, vol. 41, 4, 1979, p. 837-846. -S. McLanahan, N.V. Wedemeyer, T. Adelberg : « Network Structure, Social Support and Psychological Well-in the Single-Parent Family ». Journal of Marriage and the Family, 43, 1981 ; p. 601-612. – L. A. Leslie, K. Grady : « Changes in Mother’s Social Networks and Social Support Following Divorce ». Journal of Marriage and the Family, 1985, p. 663-673. -A.M. Tietjen : « The Social Networks and Social Support of Married and Single Mothers in Sweden ». Journal of Marriage and the Family, 1985, p. 489-496. -L. Shamgar-Handelman : « Les réseaux sociaux des familles monoparentales en Israël », Dialogue, n°101, Op. cit. p. 65-84. Nous analyserons en détail cette littérature dans la suite de notre travail.

13 J.-L. Moreno : Fondements de la sociométrie. Paris. PUF. 1954.

14 Cf. E. Katz, P. Lazarsfeld : Personal Influence, New York, The Free Press, 1964.

15 C. Bouglé : « Qu’est-ce que la sociologie ? ». Revue de Paris, 1897, cité par A. Degenne : « Sur les réseaux de sociabilité ». Revue Française de sociologie. Paris. Éd. du CNRS XXIV-1, 1983, p. 109-118.

16 Cf. G. Simmel : Sociologie et épistémologie. Chapitre 3 « La sociabilité », Paris. PUF 1981 p. 121-136.

17 R. Chartier : « Conscience de soi et lien social », Avant-propos de l’ouvrage de N. Elias : La société des individus. Paris. Fayard. 1991, p. 12-13.

18 N. Elias, ibidem, p.50-52.

19 B. Wellmann, R.-J. Richardson : « Analyse des réseaux sociaux. Principes, développements, productions ». in Un niveau intermédiaire : Les réseaux sociaux. Actes du séminaire organisé par le CESOL au Plan Urbain. MELATT. 1987. Ronéo. Pour une synthèse sur la notion de réseau social, voir A. Degenne et M. Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 1994.

20 Ibidem.

21 Cf. F. Lorrain : Réseaux sociaux et classifications sociales. Essai sur l’algèbre et la géométrie des structures sociales. Paris, Hermann, 1975.

22 A. Degenne, J. Duplex : « L’acteur social et son réseau ». in Un niveau intermédiaire : Les réseaux sociaux. Op. cit.

23 M.S. Granovetter : « The Strength of Weak Ties ». American Journal of Sociology, n°78-6 mai 1973, p. 1360-1380.

24 Cf. en particulier J. Becquart-Leclercq : « Réseau relationnel, pouvoir relationnel ». Revue française de sciences politiques, n° 1, février 1979, p. 102-128. M. Abélès : « Avoir du pouvoir politique ». in Jeux de famille, sous la direction de M. Segalen, Paris. Presses du CNRS 1991, p. 79-97.

25 V. Lemieux : Réseaux et appareils. Logique des systèmes et langage des graphes. Paris. Maloine. 1982. Cf. également V. Lemieux, P. Joubert, R. Fortin : Réseaux et appareils : une recherche dans l’Islet. Laboratoire d’Études Politiques et Administratives. Département de Sciences politiques. Faculté des Sciences sociales, université Laval. Série « Notes et travaux », n°16. Janvier 1981.

26 V. Lemieux : « Réseaux et pratiques de communication dans les masses », in Masses et postmodernité, Sous la direction de J. Zylberberg. Paris. Méridiens Klincksiek. 1986, p. 150.

27 Voir les travaux de E. Lazega : « Une analyse de réseaux : les avocats d’affaire », Revue française de sociologie, XXXIII-4, 1992, p. 559-589, et la synthèse réalisée sous la direction de P. Le Galès et M. Thatcher : Les réseaux de politique publique. Débat autour des Policy networks, Paris, l’Harmattan, collection « Logiques politiques », 1995.

28 Cf. D. Courgeau : « Les réseaux de relations entre personnes. Étude d’un milieu rural ». Population, n°4-5, Juillet-octobre 1972, p. 641-683 ; D. Courgeau : « Les réseaux de relation entre personnes. Etude d’un milieu urbain ». Population, n°2, mars-avril 1975, p. 271-283.

29 Cf. M. Forsé : « Les réseaux de sociabilité dans un village ». Population, n°36-6,1981, p. 1141-

30 Cf. F. Héran : « La sociabilité, une pratique culturelle ». Économie et Statistique, n° 216, décembre 1988, p. 3-22. F. Héran : « Comment les français voisinent ». Économie et Statistique, n° 195, janvier 1987, p. 43-59.

31 F. Héran : « La sociabilité », op. cit., p. 4.

32 Cf. P. Paillat : « La famille des salariés du secteur privé à la veille de la retraite. I. Le réseau familial ». Population, n°3,1983, p. 527-552. C. Delbes : « La famille des salariés du secteur privé à la veille de la retraite. II. Les relations familiales ». Population, n°6,1983, p. 959-974. F. Cribier : « Les Parisiens et leur famille à l’âge de la retraite ». Gérontologie, n° 30, avril 1979, p. 20-30.

33 Cf. M. Segalen : Sociologie de la famille. Paris. Armand Colin. 3e édition revue et augmentée. 1993.

34 T. Parsons : « The Kinship System of the Contemporary United States ». in F. Bourricaud : Éléments pour une sociologie de l’action. Paris. Plon. 1955, p. 129-150.

35 Pour une analyse critique des thèses parsonniennes, on peut se reporter à l’ouvrage d’Andrée Michel : Sociologie de la famille et du mariage. Paris. Puf. Le sociologue. 1972.

36 M. Young, P. Willmott : Family and Kinship in East London. London, Routledge and Kegan Paul, 1957.

37 M. Young, P. Willmott :Family and Class in a London Suburb, London, Routledge and Kegan Paul, 1968.

38 E. Bott : Family and Social Network. Londres. Tavistock Publication. 1re éd. 1957. 2e édition 1971. On peut encore citer dans la même perspective les travaux de M.B. Sussman : « The Help Pattern in Middle-class Family ». American Sociological Review. 18-1. 1953, p. 22-28. M.B. Sussman, L. Burchinal : « Kin-family Network », Marriage and Family Living 24-2 1962, p. 231-240.

39 L Roussel, O. Bourguignon : La famille après le mariage des enfants. INED. Travaux et Documents, cahier n° 78, Paris, Puf. 1976. C. Gokalp : « Le réseau familial ». Population, n° 6, 1978, p. 1077-1094.

40 Cf. A. Pitrou : « Le soutien familial dans la société urbaine ». Revue française de sociologie, CNRS, XVIII, 1977, p. 47-84. Cf. également A. Pitrou : Vivre sans famille ? Les solidarités familiales dans le monde d’aujourd’hui. Toulouse. Privat. 1978 (ré-édité en 1992 sous le titre Les solidarités familiales).

41 Cette entraide, qui concerne aussi bien la préparation des repas, le ménage, le bricolage, la confection de vêtements pour les enfants, etc., est particulièrement importante en matière de garde d’enfant. C. Gokalp et M.G. David ont montré que les grands-mères assumaient une bonne part de la garde, le mercredi, le soir pour permettre des sorties et même pendant les vacances. Cf. C. Gokalp, M.G. David : « La garde des jeunes enfants », Population et société, n°161, 1982.

42 Le rôle joué par le réseau familial pour accéder à l’emploi est également souligné par D. Auffray, T. Baudouin, M. Collin et A. Guillerm dans une recherche menée sur une famille en Mayenne. Feux et lieux. Histoire d’une famille et d’un pays face à la société industrielle. Paris. Galilée. 1980.

43 A. Pitrou : « Dépérissement des solidarités familiales ? ». L’année sociologique, Puf, Troisième série, vol. 37,1987, p. 209.

44 Cf. notamment L.F. Berkman : « Assessing Social Networks and Social Support in Epidemiologic Studies ». Revue d’épidémiologie et de santé publique. Paris. Masson. Vol. 35, n°l. 1987, p. 46-53. G. Favrot : « Vieillir chez soi : un idéal pour tous, une contrainte pour les familles ». Prévenir. n° 14, 1987, p. 41-48. G. Favrot : L’activité de soins dans le système d’activité familiale. Facteurs d’insertion et de rejet. Rapport pour la MIRE. ATP CNRS. Santé-1987. M. Frossard & coll.  : Travail familial, solidarité de voisinage et maintien à domicile des personnes âgées. Cahiers de l’École Nationale de la Santé Publique. n°3, Mars 1988. Gérontologie et société, « les familles des personnes âgées », Cahiers de la Fondation Nationale de Gérontologie. n°48,1989. J.C. Henrard, J. Ankri, M.C. Isnard : « Le soutien à domicile des personnes âgées en France » et A. Grand : « L’accueil des personnes âgées par les familles ». Revue Française des Affaires sociales, n° 4, oct-déc. 1989, p. 9-48.

45 Cf. M. Bungener, C. Horellou-Lafarge : La production familiale de santé : le cas de l’hospitalisation à domicile. Paris. CTNERHI. Puf. 1988.

46 Cf. F. Lesemann, C. Chaume : Famille-Providence. La part de l’État. Recherche sur le maintien à domicile. Montréal. Éd. St-Martin. 1989. Voir aussi F. Lesemann, C. Martin (sous la direction de), Les personnes âgées. Dépendance, soins et solidarités familiales. Comparaisons internationales. Paris. La Documentation française. 1993.

47 M. Bungener : « Famille et alternative à l’hospitalisation ». in Les personnes âgées. Dépendance, soins et solidarités familiales, op. cit., p. 27-51.

48 Cf. notamment J.-L. Lacroix : L’individu, sa famille et son réseau. Les thérapies familiales systémiques. Paris. ESF1990. Cf. également Service social : « L’intervention de réseaux : Rétrospective et prospective ». Presses de l’université Laval. Québec. Vol. 29, n°3, juillet-décem-1980.

49 Cf. A. Fortin, D. Delâge, J.-D. Dufour, L. Fortin : Histoires de familles et de réseaux. Montréal. Éd. St-Martin. 1987.

50 Ce qui rejoint les analyses qu’avait proposées C. Pétonnet sur les populations vivant en cité de transit. Voir C. Pétonnet : Ces gens-là. Paris. Maspéro. 1968.

51 Cf. P. Cuturello, F. Godard : Familles mobilisées. Paris. Plan Construction. 1982. P. Cuturello : « Entraide familiale ». Transformation de la famille et habitat, op. cit., p. 149-168.

52 Cf. H. Mendras : La seconde révolution française. 1965-1984. Paris, NRF, Gallimard, 1988. En particulier le chapitre XIII de la quatrième partie intitulé « La force de la parenté », p. 234-53.

53 J.-H. Déchaux : « Les échanges économiques au sein de la parentèle ». Sociologie du travail. Paris, Dunod, n°l. 1990, p. 73-94. J.-H. Déchaux : « Des relations de parenté inédites ? ». Esprit, Juillet-août 1990, p. 91-105.

54 Op. cit., p. 243.

55 J.-H. Déchaux : « Les échanges économiques au sein de la parentèle ». Op. cit., p. 77.

56 Ibidem., p. 88. Pour comprendre les rapports entre chômage et vie familiale, on peut aussi se reporter aux analyses d’O. Schwartz, qui montre « le caractère décisif du “familial” en tant qu’espace amortisseur du chômage ». Ainsi, une des réponses masculines au chômage est souvent, non pas de combattre le reflux vers le foyer, mais au contraire de le valoriser ou d’y reconvertir ses investissements, que ce soit au travers des enfants, mais aussi du bricolage dans la maison, etc. Cf. O. Schwartz : Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord. Paris. Puf. Collection « Pratiques théoriques ». 1990.

57 J.-H. Déchaux : « Des relations de parenté inédites ? », op. cit., p. 102.

58 Ibidem., p. 105.

59 Cf. A. Pitrou : « Solidarité publique, solidarité privée », in La famille. L’état des savoirs. Op. cit., p. 294-300. C. Martin, « Solidarités familiales : débat scientifique, enjeu politique », in Faire ou faire-faire. Familles et services, Sous la direction de J.-C. Kaufmann, Presses universitaires de Rennes, 1996, p. 55-73.

60 M. Segalen : « Les relations de parenté ». Idem, p. 233.

61 Cf. T. Blöss, F. Godard : « Décohabitation juvénile : stratégies juvéniles et conjoncture de l’existence », in Stratégies résidentielles. Actes du Séminaire organisé par C. Bonvalet et A.M. Fribourg. INED. Plan Construction et Architecture. MELTM. 1990, p.205-222. T. Blôss, A. Frickey, F. Godard : « Cohabiter, décohabiter, recohabiter. Itinéraires de deux générations dé femmes ». Revue Française de Sociologie. XXXI-4, oct-déc. 1990, p. 553-572. O. Galland : « Un nouvel âge de la vie », Revue Française de Sociologie, XXXI-4, oct-déc. 1990, p. 529-551. M. Bozon, C. Villeneuve-Gokalp : « Les enjeux des relations entre générations à la fin de l’adolescence », Population, n°6,1994, p. 1527-1555.

62 Voir F. Lesemann et C. Martin, Op. cit.

63 R. Castel : « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », in Face à l’exclusion. Le modèle français. Op. cit., p. 139.

64 Ibidem., p. 140.

65 Ibidem, p. 152.

66 R. Castel : « L’État providence et la famille », op. cit., p. 31.

67 J.-H. Déchaux : « Pauvretés ancienne et nouvelle en France », Observations et diagnostics économiques, n°30, janvier 1990, p. 9.

68 « Autrefois la rupture familiale était un important facteur de paupérisation pour les femmes, notamment les femmes avec enfants, car beaucoup ne travaillaient pas et se retrouvaient démunies du jour au lendemain. Aujourd’hui la rupture familiale est une cause d’appauvrissement généralement moindre, car les deux tiers des mères élevant seules leurs enfants ont un emploi, si bien que la plupart échappent à la pauvreté. Cependant, avoir un emploi ne suffit pas toujours à assurer une situation à peu près satisfaisante, la nécessité de concilier vie professionnelle et charges domestiques les obligeant souvent à accepter des travaux sous-qualifiés, précaires ou à mi-temps. Ainsi, des femmes seules, bien qu’exerçant une profession, recourent à l’Action sociale parce que leur emploi est instable, peu rémunérateur ou effectué dans des conditions très difficiles... Il en est cependant pour qui le travail exprime un attachement inconditionnel à l’autonomie qui leur fait refuser de dépendre de l’Action sociale, quitte à vivre avec un très faible niveau de ressources ». Ibidem., p. 29.

69 Quelques recherches anglo-saxonnes ont déjà été citées, mais elles demeurent rares et quasi-inexistantes en France. Nous n’évoquerons que l’étude de L. Shamgar-Handelman, qui s’est proposée d’observer la manière dont évoluent les réseaux sociaux d’un groupe e veuves de guerre israéliennes, dont les maris ont été tués lors de la guerre des six-jours en 1967. Elle constate systématiquement une perte, un affaiblissement de ces réseaux, qu’il s’agisse de la parenté, des amis ou des collègues, alors même que ces veuves ne font nullement l’objet d’une désapprobation sociale. Pourtant, l’ensemble du tissu relationnel de ces femmes, mais aussi de leurs enfants, a été profondément modifié par la disparition soudaine du mari. Avec lui, c’est une des mailles du filet relationnel qui s’en va, bouleversant l’ensemble du réseau, certains proches devenant soudain distants, les liens apparaissant fragiles et précaires. Shamgar-Handelman souligne enfin un « défaut d’institution », permettant de définir des règles de conduite claires pour réorganiser les liens après la dissolution du mariage. « Dans une situation aussi peu structurée, où tout devient l’objet de négociation, le plus fort gagne ». Cf. L. Shamgar-Handelman : « Les réseaux sociaux des familles monoparentales en Israël », Dialogue, n°101, Op. cit.

70 J. Mc Carthy et A. Cherun : « Caractéristiques démographiques des familles monoparentales et des familles recomposées », in F. Prioux (Éd). La famille dans les pays développés : Permanences et changements. INED.UIESP. CNAF. CNRS. 1990, p. 136.

71 Voir N. Lefaucheur : « Sur la scène de l’anormalité familiale », in Les recompositions familiales aujourd’hui, op. cit., p. 123-136.

72 Voir I. Théry, M.-J. Dhavernas : « La parenté aux frontières de l’amitié : statut et rôle du beau-parent dans les familles recomposées », in Les recompositions familiales aujourd’hui, op. cit., p. 159-187 ; D. Le Gall, C. Martin : « Transitions familiales, logiques de recomposition et modes de régulation conjugale », ibid. p. 137-158 et C. Martin : « Le lien familial à l’épreuve de la désunion et de la recomposition : bilan des travaux français », in Quels repères pour les familles recomposées ?, sous la direction de M.-T. Meulders-Klein et I. Théry, LGDJ, 1995, p. 95-105.

73 J. McCarthy et A. Cherlin : « Caractéristiques démographiques des familles monoparentales et des familles recomposées ». Op. cit., p. 140.

74 Cf. P.C. Glick : « Fifty Years of Family Demography : a Record of Social Change », Journal of Marriage and the Family, n°50, nov. 1988, p. 871.

75 I. Théry ; « Avant-propos », Dialogue, n° 97, 3e trim. 1987, p. 4.

76 P. Festy, « Combien de beaux-parents, combien de demi-frères ? », Dialogue. Ibidem, p. 7-16.

77 L. Roussel : « Le remariage des divorcés », Population, n°4-5,1981, p. 765-790.

78 F. de Singly : « Le second mari », Population, n° l, 1983, p. 9-28.

79 Ibidem, p. 10.

80 C. Couet, Y. Court : La situation démographique en 1989. Mouvement de population. INSEE. 1991. Tableau 16, p. 49-52.

81 Nous retrouvons ici une des difficultés déjà rencontrées au sujet des familles monoparentales : si le ménage constitué du parent gardien et de ses enfants est incontestablement une famille monoparentale, qu’en est-il du ménage du parent non-gardien, qui peut accueillir les enfants lors de l’exercice du droit de visite ? De même, lorsque le parent non-gardien a reformé un couple avec un partenaire célibataire et sans enfant/et qu’il reçoit les enfants de sa précédente union dans le cadre de son droit de visite, constitue-t-il une famille recomposée ; ou ce ménage, « composée » durant l’exercice du droit de visite, fait-il partie d’une constellation familiale recomposée (comprenant le ménage du parent gardien, lui-même simple ou composé, et le ménage du parent non-gardien) ? Un des moyens d’éviter certaines confusions serait peut-être de distinguer les couples composés (pour évoquer le fait de fonder un nouveau couple avec ou sans enfant après une désunion) ; les ménages composés (c’est-à-dire ceux qui comprennent un parent et au moins un de ses enfants et un beau-parent) et les familles composées (qui pourraient désigner les constellations familiales composés ainsi constituées).

82 Notons que le nombre des remariages après veuvage tend à diminuer actuellement. Veufs et veuves se remarient moins fréquemment que les divorcé(e)s : « D’après les données françaises de 1984, 42 % des hommes et 40 % des femmes se remarient après un divorce, mais seulement 8 % des veufs et 3 % des veuves de tous âges ». P. Festy : « Combien de beaux-parents... ? ». Op. cit. p. 8.

83 Source La situation démographique en 1989. INSEE, 1991.

84 L. Roussel : « Le remariage des divorcés ». Op. cit.

85 Encore qu’il faille distinguer l’attitude des hommes diplômés et celle des femmes diplômées. Les premiers ont beaucoup plus tendance à se remarier et les secondes beaucoup moins.

86 « Le premier mariage hante le second et le souvenir du premier échec accompagne l’histoire du second, même lorsque celui-ci est vécu comme une réussite ». L. Roussel, Op. cit., p. 772.

87 G. Desplanques : « Les familles recomposées en 1990 », in Les recompositions familiales aujourd’hui, op. cit., p. 81-96. Voir aussi Cf. J. Duchêne : « Les familles monoparentales et recomposées. Quelles données pour une mesure de leur incidence ? », in La famille dans les pays développés : Permanences et changements. Op. cit., p. 115-130. En 1985, d’après les résultats de l’enquête «situations familiales» réalisée par l’INED en collaboration avec l’INSEE, ces estimations étaient les suivantes : 1 120 000 enfants mineurs vivaient dans une famille monoparentale et 680 000 dans une famille recomposée, dans près de 80 % des cas avec leur mère et son nouveau conjoint. Voir H. Léridon, C. Villeneuve-Gokalp : « Entre père et mère », Population et sociétés, INED, n°220, 1988 et C. Villeneuve-Gokalp : « De la famille d’origine à la famille recomposée », in Les recompositions familiales aujourd’hui, op. cit., p. 67-79.

88 P. Festy : « Plus d’un million d’enfants du divorce », Bulletin d’information de la division des statistiques et des études, Ministère de la justice, n°5,1989.

89 P. Festy : « Après la séparation : diversité et stabilité des comportements », Population n°3,1988.

90 C. Villeneuve-Gokalp : « Du premier au deuxième couple : les différences de comportement conjugal entre hommes et femmes », in La nuptialité. Évolution récente en France et dans les pays développés, sous la direction de T. Hibert et L. Roussel, INED, PUF, collection « Congrès et colloques », n°7,1991, p. 180.

91 C. Villeneuve-Gokalp : « De la famille d’origine à la famille recomposée », op. cit.

92 Et encore, cet effet de l’âge est minoré par le fait que l’échantillon étudié est constitué de personnes âgées de 21 à 44 ans. Aucune rupture n’a eu lieu après 41 ans. Les personnes enquêtées sont donc relativement jeunes.

93 G. Desplanques : « Les familles recomposées en 1990 », op. cit., p. 89-90.

94 P. Festy : « Biographies après divorce », in La nuptialité, op. cit. p. 193-209.

95 Il s’agit ici de divorcées qui ont ou non une descendance.

96 Si l’on compare chaque génération de femmes séparées entre elles, on constate une progression continue de la proportion de cohabitation parmi ces nouvelles unions et donc, parallèlement, une diminution de la proportion de remariages. Pour les femmes divorcées entre 1970 et 1974, qui ont formé une nouvelle union dans les quatre années qui ont suivi, 34 % étaient des cohabitantes ; pour les femmes divorcées entre 1975 et 1978, le pourcentage est de 40,7 % ; enfin, pour celles qui ont divorcé entre 1979 et 1981, il est de 48,5 %. La moitié des nouvelles unions post-divorce seraient donc aujourd’hui des cohabitations. En outre, celles-ci ne sont pas nécessairement converties par la suite en unions légitimes. Le recul de la nuptialité semble donc affecter tout particulièrement les remariages.

97 En outre, il ne faut pas se laisser piéger par « l’effet de catégorie », que ce soit pour les familles monoparentales ou recomposées. En effet, chacune de ces expressions recouvre une grande diversité de configurations et de problèmes. C’est tout particulièrement le cas pour la notion de « famille recomposée ». Voir H. Léridon : « Recomposer les familles dans les sources statistiques », in Les recompositions familiales aujourd’hui, op. cit., p. 51-66.

List of illustrations

Caption Les remariages (Source INSEE, 1991)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23882/img-1.jpg
File image/jpeg, 54k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search