Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Première partie. Des effets de la dissociation familiale

Chapitre II. Les années « Psy »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Les effets psycho-affectifs de la désunion

  • 1 En effet, cette expression signifie à proprement parler « les enfants nés du divorce », alors qu'e (...)

1Il est banal aujourd'hui de parler « des enfants du divorce ». Cette expression, consacrée par les médias, est pourtant à la fois impropre1 et problématique. En quoi peut-on considérer ces enfants comme une catégorie ? Partagent-ils vraiment une expérience analogue ? De la même manière, par « effets du divorce », le sens commun entend le plus souvent les seuls effets psychologiques et affectifs. Cette supposée évidence est pourtant une construction historique et sociale.

2Il ne s'agit pas de nier, bien entendu, que les désunions soient des événements pénibles qui, du fait des difficultés relationnelles, entraînent souvent des périodes de stress et d'instabilité affective et émotionnelle, voire même la recherche de supports professionnels (psychologues, psychothérapeutes, psychiatres, conseillers conjugaux, travailleurs sociaux, et autres « psy » ou « cliniciens de l'affect »). Les difficultés ressenties par les acteurs peuvent expliquer pour une part la fréquence de ces modes de lecture.

  • 2 Nous proposons de dresser un bilan de ces travaux en nous appuyant principalement sur les publicat (...)

3En revanche, le lien de causalité qu'ont cherché à établir nombre de travaux à orientation psychologique, entre la dissociation familiale et certains troubles du caractère et du comportement chez l'enfant, l'adolescent ou l'adulte, mérite d'être interrogé2. C'est pourtant sur la base de ces travaux que se sont forgées une bonne part des représentations dominantes du divorce et de la désunion du début de ce siècle jusqu'aux années soixante-dix. Pour en avoir été baignées, des générations entières de psychologues, de conseillers d'orientation, d'instituteurs, etc., se sont fait le relais de ces stéréotypes négatifs qui, encore aujourd'hui, apparaissent difficilement contestables. En effet, pour beaucoup, les mettre en cause semble signifier que l'on se fait le défenseur de la désunion.

4Les questions susceptibles d'être posées se réduiraient-elle à déterminer s'il est « bien » ou « mal » de se séparer de son conjoint, s'il est « bon » ou « mauvais » de divorcer pour les enfants ? Est-ce bien d'ailleurs aux sciences de l'Homme et de la Société de répondre à cette question morale, comme le fit avant elles la philosophie des Lumières ?

Des chiffres éloquents

  • 3 Cf. E. Durkheim : Le suicide, Paris, Quadrige, Puf. Édition 1990.
  • 4 Ibid., p. 294.
  • 5 Cet exemple de Durkheim montre les difficultés rencontrées par les chercheurs dans le domaine des (...)

5Quelques recherches de la fin du siècle dernier ont été consacrées à la « morbidité » qu'engendre le divorce. Ainsi, en 1882, M. Bertillon publie, dans les Annales de démographie internationale, les résultats d'une étude sur les liens entre divorce et suicide ; résultats qui seront repris et commentés par E. Durkheim dans son ouvrage Le suicide3 L'hypothèse de Bertillon, critiquée par Durkheim, est la suivante : si le nombre des suicides varie dans le même sens que le nombre des divorces, c'est qu'ils sont l'un et l'autre liés au même phénomène : la fréquence des gens « déséquilibrés ». Les personnes que leur tempérament prédispose à l'instabilité conjugale seraient aussi prédisposées au suicide, du fait de « tares psychopathiques ». Durkheim oppose une autre hypothèse : ce n'est pas une prédisposition organique qui expliquerait l'un et l'autre phénomène, mais des éléments inhérents au projet matrimonial lui-même. « L'aggravation (du nombre des suicides) dont souffre les divorcés est une conséquence, non du divorce, mais du mariage auquel il a mis fin. Elle doit tenir à une certaine constitution matrimoniale dont les époux continuent à subir l'influence, alors même qu'ils sont séparés. S'ils ont un si violent penchant au suicide, c'est qu'ils y étaient déjà fortement enclins alors qu'ils vivaient ensemble et par le fait même de leur vie commune »4. Selon lui, le divorce fournit donc plutôt un indicateur de la « régulation » ou, au contraire, de « l'anomie conjugale »5.

  • 6 Il ne faut pas comprendre cette démarche comme un procès de la pédo-psychiatrie, mais plutôt comme (...)

6N. Lefaucheur a étudié les travaux des criminologues et des pédopsychiatres français qui ont, à partir des années 1890, tenté d'établir un lien de causalité entre dissociation familiale et délinquance, troubles du caractère et du comportement chez l'enfant et l'adolescent. Un peu à la manière de M. Foucault pour la psychiatrie, cet auteur convoque ces travaux à une sorte de « tribunal de la vérité »6, décortiquant les présupposés, les incohérences et les biais méthodologiques, qui ont permis d'affirmer cette causalité, mais aussi les problématiques et débats qui gouvernent ce champ scientifique à l'époque.

  • 7 M. Raux : Nos jeunes détenus. Étude sur l'enfance coupable, avant, pendant et après son séjour au (...)

7Au cours de son repérage documentaire, elle identifie quelques éléments de « l'archéologie de ce savoir », et d'abord une recherche menée à la fin du siècle dernier sur les jeunes détenus du quartier correctionnel de Lyon (1890)7. Contrairement aux travaux qui constituent le cœur de son corpus d'analyse et qui relèvent plutôt du champ de la psychiatrie infanto-juvénile, il s'agit d'une étude menée par un sociologue, M. Raux. Accordant une attention particulière à la « structure du couple parental » et à son « anormalité » comme possible explication du comportement de ces jeunes détenus, cet auteur a participé à construire la catégorie des familles dites « incomplètes » ou dissociées. Il a ainsi calculé le pourcentage d'adolescents délinquants ayant connu la désunion de leurs parents et trouvé un « taux de dissociation familiale » de 58 %.

8À lui seul, ce pourcentage, maintes fois recalculé et bien souvent révisé à la hausse par la suite, va avoir un effet considérable. La plupart des recherches ultérieures le trouveront suffisamment « éloquent », selon l'expression de N. Lefaucheur, pour se dispenser de l'interroger ou de le mettre plus amplement à l'épreuve en concevant des procédures de contrôle, ou en tentant, comme le fit Durkheim, d'élaborer et de fonder empiriquement des hypothèses plus complexes.

  • 8 N. Lefaucheur fournit l'explication suivante : « Les jeunes arrêtés pour vagabondage ou vol simple (...)
  • 9 On peut aussi voir là une des conséquences d'une certaine imprudence de la clinique (psychologique (...)

9Or, les taux élevés de dissociation familiale parmi les jeunes délinquants ou caractériels résultent surtout des facteurs institutionnels et sociaux de construction des populations observées8. Nombre d'études ont en effet été menées sur la base d'échantillons constitués à partir d'enfants ou d'adolescents reçus dans des établissements spécialisés ou des services de consultation psychiatrique, sans procédure de contrôle9.

  • 10 Cf. G. Tarde : Les lois de l'imitation. Étude sociologique. Paris, F. Alcan, 1890 ; Paris, Genève (...)

10Dans son bilan, N. Lefaucheur consacre une place importante à G. Heuyer le « père » de la psychiatrie infantile en France, qui fut le principal diffuseur de cette hypothèse causaliste. En fait, il semble que Heuyer se soit d'abord opposé à l'établissement d'une telle liaison, fondée sur des facteurs environnementaux. Si M. Raux appartenait à l'école sociologique de criminologie attribuant une place centrale au milieu, à l'imitation et à l'exemple, dans la lignée de G. Tarde notamment10. Heuyer s'en distingue nettement. Comme une bonne part de l'école française de psychiatrie de l'époque, la thèse qu'il défend est celle de prédispositions risquant d'amener certains sujets à une « dégénérescence », elle-même susceptible de se traduire par la folie, la délinquance ou l'arriération mentale. Dans cette perspective, l'environnement familial n'est plus qu'un facteur d'actualisation de ce risque de dégénérescence, intrinsèque à l'individu, selon le paradigme « héréditariste » dominant à l'époque et déjà entrevu dans l'interprétation de Bertillon.

  • 11 G. Heuyer : Introduction à la psychiatrie infantile. Paris, PUF, coll. « Sup », 1966 (1re édition (...)

11G. Heuyer a cependant ajusté son point de vue à partir de sa pratique à la clinique de psychiatrie infantile qu'il dirige. Il s'est laissé à son tour convaincre par « l'éloquence des chiffres » et a fini par conclure dans son « Introduction à la psychiatrie infantile » : « Ce n'est pas sans des causes profondes que toutes les statistiques établissent que 80 à 90 % des délinquants juvéniles proviennent de foyers dissociés. Ce chiffre, par son ampleur même, montre les profondes conséquences de la rupture du cadre normal de la famille dans l'adaptation sociale de l'enfant. »11. Il n'a pas recouru pour autant à l'explication sociologique du milieu et des mauvais modèles pour interpréter ce lien, mais à certains concepts psychanalytiques, tels ceux de « conflit familial » et de « complexe », agissant comme facteurs d'actualisation de la « tare ».

  • 12 Pour retracer cette période, on peut se reporter notamment aux articles suivants : R. Colin : « Pr (...)
  • 13 Cf. M. Chauvière : Enfance inadaptée : l'héritage de Vichy. Paris. Éditions ouvrières. 1980.
  • 14 G.-C. Menut : La dissociation familiale et les troubles du caractère chez l'enfant. Thèse de docto (...)

12Pendant la seconde guerre mondiale, l'État adopte une politique familialiste12 et fournit les conditions de développement du secteur dit de « l'enfance inadaptée », dans lequel G. Heuyer a joué un rôle important13. C'est aussi l'époque où G. Menut, élève de Heuyer consacre sa thèse spécifiquement aux relations entre la dissociation familiale et les troubles du caractère chez l'enfant14. Avec ce travail, qui se réfère explicitement aux thèses psychanalytiques tout en prenant ses distances avec le paradigme héréditariste, le thème des effets de la dissociation sort du seul champ de la délinquance. À partir de cette période se multiplient les travaux qui font référence aux désormais fameuses estimations quantitatives du taux de dissociation familiale comme source d'explication des diverses difficultés rencontrées par les enfants. Nous verrons que la recherche anglo-saxonne connaît les mêmes développements.

Dissociation familiale ou défaut d'amour ?

  • 15 Cf. par exemple, R.A. Spitz : « Hospitalisme », Sauvegarde, 4, n°36, dec. 1949, p. 6-33. J. Bowlby(...)
  • 16 Des recherches expérimentales en éthologie tentent de montrer que le besoin du nourrisson d'être t (...)

13À peu près à la même période, les travaux de R. A. Spitz sur « l'hospitalisme » et de J. Bowlby sur « l'attachement »15 ont ouvert de nouvelles perspectives d'interprétation, qui privilégient comme facteur de risque d'inadaptation, non plus spécifiquement la dissociation familiale, mais la qualité du lien entre parent et enfant, et plus particulièrement du lien mère-enfant. Si cette relation originelle, cette relation d'amour, n'est pas établie, pour une raison ou une autre, dans de bonnes conditions, ce manque risque de provoquer des troubles psychologiques ou comportementaux graves, et ce d'autant plus que ce défaut de relation intervient tôt dans la vie de l'enfant. En revanche, pour les théoriciens de « l'attachement », il devient secondaire que cette relation fondamentale, « qui prime la faim »16, soit établie avec la vraie génitrice. L'important est que « l'attachement » ait lieu, quelle que soit la « personne ressource », si l'on peut dire, du moment que celle-ci assume pleinement ce rôle de maternage. Les travaux de Spitz montrent en revanche qu'aucune technicienne, infirmière ou nurse, ne peut remplacer la mère. Celle-ci devient donc la principale responsable de la « bonne » socialisation de l'enfant, ou au contraire de son inadaptation.

14Ce déplacement d'angle de lecture ne parviendra pas véritablement à ruiner la croyance des criminologues et pédopsychiatres au lien de causalité établi précédemment. Le fait de privilégier la qualité des relations qui s'établissent entre mère et enfant, voire entre père et enfant, comme source de problèmes psycho-affectifs aurait pourtant pu déstabiliser quelque peu le paradigme sus-évoqué. En fait, il semble plutôt que ces travaux seront assimilés dans un même ensemble, préoccupés de l'impact de certaines pratiques éducatives sur le développement de l'enfant, voire même récupérés par les Heuyeriens.

  • 17 « La notion de "dissociation familiale'' a été mise en avant pour rendre compte des troubles "névr (...)
  • 18 Cf. en particulier la recherche de M. Porot sur la situation familiale des enfants délinquants de (...)
  • 19 Cf. J.-M. Sutter, H. Luccioni : « Le syndrome de la carence d'autorité », Annales médico psycholog (...)

15Quelques critiques frontales de ces interprétations des effets néfastes de la dissociation familiale viendront pourtant du champ de la psychiatrie elle-même, sous la plume de L. Le Guillant, au début des années 5017. Elles n'empêcheront pas que toute une série de travaux soit encore menée dans la même perspective18, mélangeant confusément les effets néfastes associés aux carences maternelles, ceux liés à l'absence d'autorité paternelle19 ou à la dissociation familiale ; tous débouchant finalement sur la promotion d'un modèle familial unique : la famille nucléaire légitime, dans laquelle les rôles sexués se trouvent de plus en plus balisés.

  • 20 Cf. M-.J. Chombart de Lauwe : Psychopathologie sociale de l'enfant inadapté. Essai de sélection de (...)

16Dans une revue de la question qu'elle effectue en 1959, M.-J. Chombart de Lauwe conclue qu'une proportion significative d'enfants inadaptés provient de familles dissociées et que cette proportion augmente avec la gravité des troubles : d'environ 50 % pour la débilité et les troubles du caractère et du comportement (« troubles sexuels, mensonge, colère et violence, nervosité et tics, opposition à l'autorité, instabilité, comportements pré-délinquants comme la fugue ou le vol "domestique", etc. »), elle peut même, selon elle, atteindre 90 % chez les « jeunes dangereux »20.

17En somme, depuis le début du XXe siècle, lorsque l'on parle de famille, on évoque « la famille nucléaire », c'est-à-dire les foyers constitués des parents mariés et de leur(s) enfant(s). Instituée comme modèle, cette famille apparaît comme le cadré « normal » de socialisation des enfants. Sa dissociation est donc perçue comme une menace à tous les niveaux : pour les enfants, pour les adultes, mais aussi pour l'ensemble de l'organisation sociale. La présence des deux parents est non seulement un ingrédient normal, mais nécessaire pour que la socialisation s'effectue dans de bonnes conditions.

18Nombre de travaux de psychologie de l'enfant ou de psychologie du développement corroborent alors cette vision de la famille et du rôle des parents, en considérant que l'adaptation et l'équilibre futurs de l'individu dépendent des acquisitions cognitives, culturelles et sociales qui s'effectuent dans les premières années de la vie, à des périodes dites « critiques » et lors des interactions avec ces « adultes significatifs » que sont les parents. Les travaux à orientation psychanalytique insistent, pour leur part, sur le rôle du père comme image d'autorité dans la constitution de l'identité, au travers du fameux « processus de triangulation œdipien ». Appliquées au divorce, ces analyses ont donc plutôt tendance à souligner les problèmes, déficits et difficultés associées à l'absence d'un parent. La conclusion semble donc bien s'imposer : en dehors de la famille nucléaire, point de salut, ou tout au moins, risques d'inadaptation et de problèmes d'ordre psycho-affectif.

  • 21 J. Piaget : « Problèmes de la psycho-sociologie de l'enfance », in Traité de sociologie. Publié so (...)

19Cette description globale mériterait bien sûr d'être nuancée. Ainsi, J. Piaget, une des principales autorités en matière de psychologie génétique, refuse de limiter le processus de socialisation de l'enfant aux seuls interactions avec ses deux parents. Il propose plutôt de tenir compte de l'ensemble des relations sociales de l'enfant, que ce soit avec les autres adultes ou avec le groupe des pairs, et même, des rapports de l'enfant avec le monde des objets. De plus, il relativise la vision normative de la famille nucléaire en considérant « que la structure de la famille dépend des structures totales de la société envisagée synchroniquement, bien davantage que de ses racines biologiques dont l'importance n'est guère que diachronique »21.

  • 22 A. Sauvy : Théorie générale de la population. Volume 2. « La vie des populations », Paris. PUF. 19 (...)

20Quoiqu'il en soit, et malgré ces nuances, le thème des effets néfastes de la dissociation sera largement repris, y compris hors du champ de la psychiatrie infantile ou de la psychologie du développement de l'enfant. Ainsi, dans son ouvrage : Théorie générale de la population, A. Sauvy écrit en 1954 : « En émancipant l'enfant, la dissociation de la famille a favorisé la délinquance juvénile. La majorité des jeunes délinquants appartient à une famille désorganisée »22.

  • 23 « S’il fallait remplacer tous les soins de la mère, par des soins rémunérés, compte tenu du travai (...)

21De tels discours tenus par des spécialistes débouche sur la fixation de normes en matière de comportements familiaux et de division des rôles des sexes. Ainsi, la femme est-elle assignée aux tâches éducatives. Nombre de spécialistes, comme A. Sauvy, reprendront ces thèmes, soutenant qu'aucune intervention publique ne peut se substituer à la mère, que ce soit en regard des coûts que cela engendrerait pour la collectivité, ou des effets et des préjudices pour l'enfant23. De là à affirmer que la place de la mère est au foyer autour de ses enfants, il n'y a qu'un pas qui sera bien souvent franchi.

  • 24 Cf. l'article « divorce », N. Sillamy : Dictionnaire de la psychologie. Paris. Larousse. 1964. R. (...)

22Ces avis « autorisés » relèvent de prises de position idéologiques et normatives. L'impact des discours de spécialistes sur les représentations sociales globales a été considérable. Malgré les insuffisances de la démonstration, la thèse des effets néfastes de la dissociation familiale s'est peu à peu cristallisée en « idée toute faite » et inscrite durablement, aussi bien dans les dictionnaires et les manuels de spécialistes24 que dans le sens commun.

L'explosion de l'approche psychologique : les travaux anglo-saxons des années 60 et 70

  • 25 P. A.M. Van den Akker, A.J.P.M. Van Der Avort : « Children After Parental Divorce : Short-term and (...)

23Comme les travaux français, la majeure partie des travaux anglo-saxons abordent, dans une première phase, la question des effets de la dissociation familiale essentiellement en termes de déficits ou de problèmes d'ordre comportemental, psycho-affectif ou cognitif. PAM Van den Akker et AJPM Van der Avort insistent d'ailleurs sur le fait que ces premières recherches correspondent à une montée en puissance du taux de divorce aux États-Unis, dès l'immédiat après-guerre. Le pouvoir judiciaire incita donc les chercheurs, le plus souvent des psychiatres, à analyser ce phénomène, dans la mesure où ils étaient (eux aussi) convaincus que les foyers dissociés (« broken homes ») sont une des principales causes de la délinquance25.

24Les praticiens ou cliniciens qui produisirent ces travaux ont privilégié, soit des démarches transversales portant sur la période qui suit plus ou moins immédiatement la séparation ou le divorce, soit des études rétrospectives de populations inadaptées ou psychiatrisées, soit encore des démarches évaluatives comparant des familles monoparentales et des « familles normales » ou bi-parentales.

25La focalisation de l'attention sur l'épisode le plus critique, celui durant lequel les membres de la famille sont le plus affectés dans leurs personnalités et comportements, a eu bien sûr des effets considérables sur la manière d'apprécier la séparation et le divorce. Notons encore que la notion de famille monoparentale (one-parent family) pour désigner les foyers dissociés fait son apparition plus tôt qu'en France, dès le début des années soixante.

Les effets négatifs à court-terme : La pathologisation du divorce

  • 26 Cf. G. Nelson : « Family Adaptation Following Marital Separation/Divorce : a Litterature Review »,(...)

26Selon G. Nelson, la première recherche, qui a ouvert une longue tradition d'investigations scientifiques sur ce sujet fut celle de Waller en 193026. À partir d'interviews d'une trentaine de personnes divorcées depuis plus ou moins longtemps, sur le thème des changements provoqués par cet événement dans des domaines aussi variés que le réseau amical, la sexualité, les dimensions économiques ou la personnalité, Waller conclut que le divorce est une situation de crise qui a des conséquences traumatiques sur les adultes et les enfants.

  • 27 W.J. Goode : After Divorce. New York. Free Press. 1956 ; M. Hunt : The World of the Formerly Marri (...)

27De très nombreuses recherches vont confirmer ces conclusions. Divers sentiments et problèmes comportementaux ressentis et rencontrés par les adultes suite à la séparation ou au divorce sont répertoriés. Des chercheurs comme W. J. Goode, M. Hunt, R.S. Weiss ou G.M. Gray27 notent ainsi que, parmi les effets les plus fréquents, on trouve : les problèmes de santé, la perte d'appétit, les difficultés de sommeil, la baisse de l'efficacité au travail, les pertes de mémoire, l'augmentation de la consommation d'alcool, de drogue et de tabac, etc. Du point de vue des effets sur la personnalité, certains de ces auteurs repèrent encore : l'amertume, la peur du futur, le sentiment d'avoir été trahi, la culpabilité, la baisse de l'estime de soi, les sentiments d'échec, d'anxiété et de solitude, etc.

28Ces recherches fondent l'essentiel de leurs conclusions sur des enquêtes effectuées auprès d'échantillons, le plus souvent non représentatifs, dans lesquelles on demande tout simplement aux individus d'évoquer ce qui a changé pour eux. Nous reviendrons sur les problèmes méthodologiques posés par ces démarches. Quelques-uns de ces auteurs remarquent cependant que tous les individus ne réagissent pas de la même manière, certains évoquant même un véritable soulagement consécutif à la séparation ou au divorce. Par ailleurs, les travaux qui se penchent sur l'évolution de ces effets dans le temps évoquent des améliorations notoires.

  • 28 R.A. Woodruff, S.R. Guze, P.J. Clayton : « Divorce among Psychiatrie Outpatients ». British Journa (...)

29Ces différentes recherches se situent presque exclusivement au niveau de la description des problèmes évoqués par les acteurs eux-mêmes, difficultés d'ordre affectif ou émotionnel, d'ordre relationnel ou matériel. Plusieurs travaux ont même tenté à l'aide de procédures d'appariement de comparer les difficultés rencontrées par des divorcés et par des mariés. Ainsi, R.A. Woodruff, S.R. Guze et P.J. Clayton constatent en comparant des patients mariés et divorcés consultants à une clinique psychiatrique que ces derniers manifestent sensiblement plus de problèmes d'abus de drogue et d'alcool que les autres28.

  • 29 Bourguignon, op. cit., p. 116.

30D'autres recherches se sont penchées plus spécifiquement sur les enfants. Là encore, la plupart des conclusions convergent pour souligner l'impact négatif de la dissociation. Séparation et divorce seraient avant tout des événements traumatisants, avec des conséquences souvent désastreuses sur l'enfant. On repère alors des sentiments comme : la peur de l'abandon, le rejet d'un des parents ou des deux, la culpabilité, la confusion au sujet des causes de la séparation, le désir de voir les parents se réunir, etc. La plupart de ces recherches identifient des problèmes d'adaptation de l'enfant, que ce soit au plan psychologique (irritabilité, agressivité, tristesse, etc.), relationnel (avec les groupes de pairs), comportemental (passage à l'acte, comportements agressifs ou délinquants, problèmes de drogue, etc.) ou scolaire. Suite au bilan qu'elle dresse de ces travaux, O. Bourguignon conclut : « Les premières recherches, menées à partir des années 1950-1960, ont souvent voulu soutenir qu'il existait un lien de causalité entre la vie dans une famille à parent unique (...) et des comportements déviants ou pathologiques chez l'enfant »29.

  • 30 Cf. J. Wallerstein, J. Kelly : Surviving the Break-up. How Children and Parents Cope with Divorce.(...)

31Un des travaux les plus fréquemment cités est probablement la recherche longitudinale de J. Wallerstein et J. Kelly, qui ont suivi pendant plus de 10 ans soixante familles de divorcés, comprenant en tout 131 enfants, (52 de ces familles et 116 de ces enfants ont pu être contactés et interviewés 10 ans après la première enquête)30. Ces auteurs concluent en 1980 que, même un an après le divorce, 50 % des enfants connaissent encore de sérieux problèmes d'adaptation. Des différences existent cependant selon l'âge de l'enfant au moment de la séparation. Pour les jeunes, d'âge pré-scolaire, elles constatent des comportements de régression au niveau de la propreté ou du langage. Entre six et huit ans, les effets sont plutôt de l'ordre de la dépression ou de la colère. Ce n'est qu'à partir de neuf ans que l'enfant semble en mesure de comprendre la situation et de trouver des moyens de s'y adapter.

32Cinq ans après le divorce, les effets se font encore sentir. Si un tiers des enfants disent se sentir bien, avoir accepté le divorce et maintenir de bonnes relations avec leurs deux parents, plus d'un tiers sont en dépression (clinically depressed), ont des problèmes à l'école et avec leurs amis. Une majorité de ces « enfants du divorce » disent aussi souhaiter que leurs parents se réconcilient.

  • 31 « In various ways, they tell me that they think of themselves as belonging to a special group. The (...)
  • 32 « As many interviews proceed, efforts to convince me that life is "simply wonderful" begin to crum (...)

33Dix ans plus tard, J. Wallerstein et S. Blakeslee présentent encore des résultats assez alarmants. Le premier valide l'usage de l'expression « enfants du divorce », dans la mesure où ces enfants disent eux-mêmes se sentir membres d'un groupe à part31. En découlerait par exemple leur plus grand conformisme sur les questions liées au couple et à la famille. « Hors de question de faire vivre à nos propres enfants le calvaire que nous ont fait endurer nos parents ». Quant aux adultes, une fois passée l'étape où ceux-ci « cherchent à faire croire au bonheur retrouvé », il semble bien qu'ils aient eux aussi été définitivement marqués par leur expérience32.

  • 33 Cf R. Farson : « Parental Divorce : a Growth Experience for Children ? ». American Journal of Orth (...)

34Le travail de Wallerstein, Kelly et Blakeslee est l'une des premières grandes enquêtes longitudinales sur le sujet, et l'une des rares à insister autant sur les aspects durablement négatifs de l'expérience du divorce, ce qui vaudra à ces auteurs quelques critiques assez sévères. Ainsi, R. Farson présente leur travail comme un bon exemple de la manière dont « les préjugés culturels, théoriques et professionnels peuvent nous conduire à des conclusions réfutées par les données de l'étude présentées. Données qui pourraient amener des conclusions totalement opposées à celles qui en sont tirées. (...) Wallerstein et Kelly ont accru les stigmates portés sur les enfants du divorce et ajouté au poids déjà écrasant de culpabilité porté par les parents qui divorcent »33. Si la critique peut sembler virulente, elle nous semble correspondre assez à cette tendance des travaux à orientation psychologique sur le divorce, qui consiste à assombrir les portraits. Même lorsque les sujets de l'enquête tentent d'insister sur les aspects positifs de leur existence depuis le divorce, les enquêteurs sont là pour rappeler qu'il s'agit le plus souvent d'une tentative visant à leur faire croire que cela va bien mieux que lors de la précédente rencontre.

  • 34 Cf J Tuckman, R. A. Regan : « Intactness of the Home and Behavioral Problems in Children ». Journa (...)

35Comme pour les adultes, des comparaisons avec des enfants de « familles complètes » ont été effectuées dans plusieurs recherches, mettant systématiquement en évidence un écart significatif en défaveur des enfants du divorce du point de vue de leur comportement agressif ou « anti-social »34.

  • 35 « We note that apart from the gender of the custodial parent, socio-economic status is the key var (...)

36Dans la majeure partie de ces recherches, une des principales limites, aisément identifiables, tient à la sous-estimation (quand ce n'est pas l'absence pure et simple de prise en compte) du facteur socio-économique et culturel. Des recherches plus récentes qui ont contrôlé ce facteur, montrent qu'il est beaucoup plus influent que la séparation elle-même. Les difficultés associées au divorce seraient étroitement liées à l'appartenance sociale du ou des foyers étudiés, et donc à leurs conditions d'existence35.

37Beaucoup d'autres variables ont été passablement sous-estimées, telles que : la nature et la fréquence des interactions maintenues entre les parents suite à la séparation ; leur attitude vis-à-vis de l'enfant ; le caractère plus ou moins contractuel ou négocié de sa prise en charge par l'un et/ou l'autre parent ; la disponibilité du père ou de la mère après la séparation ; la disponibilité des autres adultes et notamment des grands-parents ; le fait qu'il s'agisse ou non de la première séparation ou du premier divorce ; le fait que l'enfant soit séparé principalement de son père ou de sa mère ; la durée de la séparation ; ou encore les ressources du foyer, ce qui rejoint la position sociale ou le statut socio-économique, etc.

38Dans sa revue de littérature, G. Nelson parle d'une sorte de « paradigme pathologisant » pour qualifier cette tendance à insister sur les effets négatifs. Il repère également de nombreux problèmes méthodologiques. Tout d'abord le fait que les échantillonnages soient le plus souvent biaisés, soit parce que le recrutement des sujets se fait dans des institutions d'accueil ou des services de consultation psychologique, soit parce qu'il s'agit d'échantillons « de commodité », c'est-à-dire fondés sur la participation volontaire. Là encore, les biais introduits sont nombreux et incontrôlables. Les seules tentatives de contrôle consistent le plus souvent à apparier des sujets en fonction d'un certain nombre de variables avec des membres de familles « normales ». Mais même dans ce cas, les informations sont prises uniquement après la séparation ou le divorce et non suivant un schéma expérimental « ante-post », qui serait seul susceptible de permettre des conclusions sur les effets. Nelson insiste d'ailleurs sur le fait que dans ces procédures d'appariement, la variable la plus souvent négligée est justement la plus pesante, à savoir, le niveau socio-économique.

39Il critique aussi les outils construits pour effectuer ces recherches : dans la quasi-totalité des cas des questionnaires ou des entretiens semi-directifs, et souligne le manque de travaux utilisant des méthodes d'observation directe, ou encore de démarches qui privilégieraient les interactions plutôt que le point de vue des sujets.

Les effets à long terme : Des résultats contradictoires

  • 36 Cf. par exemple I. Gregory : « Anterospective Data Following Childhood Loss of a Parent in Delinqu (...)

40Pour ce qui concerne les effets à long terme, on peut opposer les travaux antérieurs aux années soixante, qui cherchent à établir un lien de causalité entre la délinquance des adolescents et le fait qu'ils aient été élevés dans une famille monoparentale36, souvent d'ailleurs sur la base d'hypothèses liées à l'absence d'image paternelle d'autorité, et les travaux des années soixante-dix et quatre-vingt, qui vont au contraire, à quelques exceptions près, chercher à nier cette causalité.

  • 37 Cf. notamment W.F. Hodges & coll : « Divorce and the Pre-School Child : Cumulative Stress ». Journ (...)

41Cette deuxième série de travaux compare le plus souvent des enfants de familles « normales » et des enfants vivant depuis plusieurs années dans un foyer dissocié37. Si l'on vérifie, une fois encore, la déstabilisation qui caractérise la première année après le divorce, les résultats sont beaucoup moins alarmistes lorsque l'on aborde les effets à long terme.

  • 38 E. Hetherington, K. Camara et D. Featherman : « Achievement and Intellectuel Functioning of Childr (...)
  • 39 Cette recherche porte sur 48 familles dissociées avec des enfants en âge pré-scolaire. E. Hetherin (...)
  • 40 H.J Raschke et V.J. Raschke : « Family Conflict and Children's Self-Concept : a Comparison of Inta (...)

42Par exemple, en ce qui concerne l'impact de l'absence d'un des parents sur les performances intellectuelles et scolaires des enfants, E. Hetherington, K. Camara et D. Featherman38 concluent que rien ne permet de prouver l'existence d'un déficit intellectuel à long terme. En revanche, ils constatent effectivement une baisse du rendement scolaire, qu'ils distinguent de la performance intellectuelle proprement dite. E. Hetherington, H. Cox et R. Cox avaient également montré, dans une précédente étude, que la vie familiale était stabilisée deux ans après le divorce39. En comparant « l'image de soi » positive ou négative d'enfants élevés dans des familles bi-parentales ou monoparentales, H.J Raschke et V.J. Raschke40 trouvent qu'il n'y a pas ou peu de différence.

  • 41 G. B. Spanier, R.F. Casto : « Adjustment to Separation and Divorce : an Analysis of 50 Case Studie (...)
  • 42 Cf. par exemple N.D. Colletta : « Support System after Divorce : Incidence and Impact », Journal o (...)

43D'autres travaux peuvent être cités, comme ceux de G.B. Spanier et R.F. Casto, de M. Baker, B.L. Bloom, W.F. Hodges et R.A. Caldwell41. La plupart de ces auteurs repèrent plusieurs phases dans l'après-divorce, avec une adaptation progressive des adultes et des enfants. Après l'étape de deuil de la relation conjugale, mais aussi de la procédure légale attribuant la garde des enfants (période la plus délicate, les difficultés variant selon le sexe de l'adulte, selon qu'il est demandeur ou a subi la séparation, selon qu'il est ou non le gardien des enfants), les auteurs identifient des problèmes d'un tout autre ordre. C'est le niveau de vie qui est en question : pro blêmes économiques, difficultés d'accès à l'emploi, surtout pour les femmes, contraintes de la double journée et du double rôle, restriction du champ relationnel, perte des réseaux, etc.. À ce sujet, les auteurs insistent souvent sur l'importance des amis et de la famille pour traverser ces diverses étapes. L'étendue du champ relationnel ou du « réseau », son maintien ou son renouvellement, semblent particulièrement déterminants pour quelques chercheurs42.

44L'écart entre les hommes et les femmes apparaît tout aussi évident, surtout en ce qui concerne justement les relations sociales et sexuelles. Les hommes ont plus souvent un réseau étendu avec de nouveaux amis, masculins et féminins, voire de nouveaux partenaires sexuels, alors que les femmes sont plus fréquemment confinées au réseau familial. Le suivi dans le temps de ces diverses difficultés montre qu'elles s'estompent progressivement, plus ou moins significativement selon les auteurs : certains soutiennent qu'elles restent toujours plus importantes que chez les couples ; d'autres, au contraire, considèrent que toute comparaison avec des familles nucléaires ne permet aucune conclusion.

  • 43 « In summary, since these relationships were generally not powerful, it can be concluded that when (...)

45Enfin, ceux qui ont tenté le suivi d'adolescents ayant connu le divorce de leurs parents, jusqu'à l'âge adulte, semblent plutôt penser que le divorce n'a que peu d'effets sur leur fonctionnement adulte, si tant est que l'on ait pris soin de « contrôler les effets d'autres variables significatives »43.

Deux époques, deux conclusions, mais un seul paradigme

46À partir d'un inventaire systématique des abstracts de la revue Parent Child Separation, qui recense les publications des années 1961-1979, et des travaux parus jusqu'en 1985 dans les revues Child Development et Journal of the American Academy of Child Psychiatry, C. Capron propose une critique de la lecture du divorce par les psychologues et aboutit sensiblement aux mêmes constats. Elle oppose elle aussi les études de cas des praticiens, aux « imputations causales hasardeuses » (travaux en tous points analogues à ceux que nous avons évoqués pour la France), et les recherches plus récentes des psychologues comparant les enfants du divorce et les enfants de « familles intactes », souvent pour essayer de prouver qu'il n'y pas de différences entre eux.

  • 44 C. Capron, op. cit., p. 103.

47On retrouve dans ce bilan nombre des critiques déjà formulées sur le caractère expéditif et normatif des conclusions proposées par le premier type d'études. Selon cet auteur, « Cette production relative à "l'enfant du divorce", émanant d'un corps professionnel dont la compétence est socialement reconnue, élaborée à partir d'une pratique clinique, véhiculée par les médias, participe à l'élaboration d'une représentation pathologique et des déterminants du divorce et de "l'enfant de divorcés". Ces représentations contribuent à la construction d'une catégorie sociale connotée négativement, puisque psychologiquement déviante-les divorcés, les parents et les enfants-, en opposition à une autre catégorie, les non-divorcés, représentant la norme »44.

  • 45 Pour soutenir cette idée, C. Capron fait référence à une étude épidémiologique anglaise de M. Rutt (...)

48Pour C. Capron, l'essentiel de « l'erreur » d'appréciation provient du fait que ces travaux considèrent le divorce en lui-même comme la source de comportements déviants ou anti-sociaux, alors que ce sont les conflits intervenant au cours et après la séparation qui peuvent en être la cause45.

  • 46 R.A. Kulka, H. Weingarten : « The Long-Term Effects of Parental Divorce in Childhood and Adult Adj (...)
  • 47 Cf. M. Hetherington, M. Cox, R. Cox : « Play and Social Interaction in Children Following Divorce  (...)

49Dans le second type de travaux, la perspective consiste à déplacer la focale et à étendre l'évaluation de ces effets sur le long terme, souvent pour apprécier que les effets néfastes de l'immédiat après-divorce s'amenuisent peu à peu pour, le plus souvent, disparaître. C. Capron évoque notamment la recherche longitudinale (survey) de R. A. Kulka et H. Weingarten, qui ont comparé entre 1957 et 1976 deux populations, l'une élevée dans des familles bi-parentales, l'autre dans des familles monoparentales. Outre le fait qu'ils n'identifient pas de différence significative sur le plan de la satisfaction, de la santé ou du bonheur ressentis par ces sujets, ils insistent, pour leur part, sur le facteur socio-culturel, comme source de variations importantes46. C. Capron cite également le travail de M. Hetherington, M. Cox et R. Cox sur l'adaptation de l'enfant au divorce lue au travers de pratiques de jeux47. Dans tous ces exemples de recherches, les résultats montrent globalement qu'il existe une adaptation au divorce à long terme.

  • 48 C. Capron : « Psychologie et divorce : Par-delà le bien et le mal », op. cit., p. 102.

50Elle souligne cependant que, malgré leur volonté résolument déstigmatisante à l'égard des enfants de divorcés, « Ces travaux s'inscrivent dans la même logique que ceux des praticiens, même si leurs conclusions sont très souvent contraires. Ils sont dépendants d'une logique normative. »48.

Le thème de l'adaptation au divorce

  • 49 Travaux qui ne tiennent pas suffisamment compte de l'appartenance sociale des populations étudiées
  • 50 Cf. C. Léomant : « Dissociation familiale et délinquance juvénile : remise en cause d'un stéréotyp (...)
  • 51 N. Lefaucheur : « Les familles monoparentales n'existent pas, je les ai rencontrées... ». Les cahi (...)

51On mesure aujourd'hui l'orientation essentiellement normative des premiers travaux menés sur les effets du divorce49. En France, par exemple, de nombreux auteurs s'accordent ainsi pour dénoncer ces stéréotypes psychologisants50. Comme l'écrit N. Lefaucheur : « Les auteurs qui, à l'époque ou depuis lors, se sont interrogés sur les relations existant entre dissociation familiale (ou divorce, ou appartenance à un foyer monoparental) et retard scolaire, délinquance ou troubles divers du caractère, du comportement ou de l'affectivité, en faisant porter leurs investigations sur des populations "tout venant", et non sur des populations pré-sélectionnées par divers mécanismes institutionnels ou sociologiques, comme le sont celles des institutions pour délinquants ou celles des consultations médico-psychologiques, ou en utilisant des échantillons de référence bien contrôlés, sont sortis de cette expérience beaucoup plus agnostiques, concluant qu'on ne pouvait rien conclure, ou même convaincus que les familles monoparentales ne rendaient pas les enfants sourds, non plus que gauchers, énurétiques, homosexuels, meurtriers, affligés de tics, retardés scolaires, chômeurs professionnels ou incapables de goûter le bonheur conjugal »51.

  • 52 R. Lefrançois, op. cit. p. 178.

52D'autres interprétations s'imposent. Ainsi, pour R. Lefrançois, l'élément déterminant pour comprendre l'apparition du comportement délinquant n'est pas la dissociation elle-même, mais la nature des interactions et des conditions psychologiques, sociales et économiques qui l'accompagnent, en amont et en aval : « La première difficulté qui surgit est de considérer a priori la désunion comme une source de mésadaptation, ou encore de l'associer d'emblée à l'absence de contrôle ou de supervision parentale. (...) Parce que cette notion renvoie en même temps à une représentation idyllique de la famille, on admet donc que le divorce puisse être perçu dans son aspect strictement dysfonctionnel. Parce qu'elle est absence de quelque chose, la désunion reflète une réalité projetant une vision négative de la famille, autorisant en cela l'établissement d'hypothèses sur la délinquance juvénile. Or, ce n'est pas la désunion en soi qui représente, selon nous, un élément déterminant de la conduite délinquante, mais bien la réaction aux éléments contextuels entourant la situation ou la solution de rupture »52.

  • 53 L. Roussel : « Préface » de Du divorce et des enfants. Op. cit., p. 4.

53Pour les approches contemporaines de ce phénomène, l'important n'est plus de comparer les scores de populations d'enfants de « familles complètes », d'une part, et dissociées, de l'autre, ni de se faire les défenseurs de la thèse du caractère destructeur ou, à l'opposé, régulateur de la dissociation. « En réalité, écrit L. Roussel, ces deux positions opposées acceptent des postulats communs : elles considèrent le divorce comme une réalité univoque et ses effets sur l'enfant comme mécaniques. (...) La variété des conflits, dans leur durée, leur intensité, leur nature, la diversité des attitudes parentales, le souci, présent ou non, de tenir le plus possible l'enfant à l'écart des tensions, toutes ces caractéristiques créent des situations très différentes et induisent chez l'enfant des conséquences difficilement comparables »53.

  • 54 Des démarches comme celle de J. Kellerhals et son équipe à Genève sont à cet égard tout à fait exe (...)

54Les critiques émises à l'encontre de cet ensemble de travaux et l'évolution considérable des pratiques et des idéologies en ce domaine ont provoqué une réorientation des paradigmes. On ne part plus désormais de la seule dissociation pour comprendre ses effets, mais l'on tente de tenir compte d'un ensemble de variables en présence, et particulièrement de l'appartenance sociale, ou encore de la manière dont s'agencent les relations dans la famille dissociée. Ce qu'il est important de saisir n'est plus tant le moment de la séparation lui-même que l'ensemble de la séquence qui la précède et qui la suit54. À une dissociation ne correspond pas un ou des effets, une infinité de modalités et de variables intervenant sur le déroulement de cette séquence de la vie familiale.

55On trouve dans la littérature anglo-saxonne des années quatre-vingt quelques travaux qui ont abandonné l'alternative entre postulat déficitaire ou postulat inverse pour comprendre le phénomène de dissociation familiale. Leur objectif, en général, est d'appréhender les facteurs qui jouent un rôle dans l'adaptation à l'après-divorce et d'opérer des différenciations à l'intérieur de la population des divorcés.

  • 55 Les psychanalystes insistent particulièrement sur ce point. Les parents sont en effet toujours res (...)
  • 56 Ce qui rejoint les objectifs poursuivis par les pratiques de médiation familiale. Cf. B. Bastard, (...)

56D'autres variables émergent alors, qui viennent amplement moduler le fragile schéma linéaire d'interprétation véhiculé par les pédopsychiatres. La plus évidente, et donc aussi la plus souvent soulignée, concerne les relations parentales elles-mêmes, que ce soit avant, pendant ou après la séparation. La qualité de ces relations entre les parents mariés et plus tard séparés, mais aussi entre le parent gardien et les enfants ou entre le parent non-gardien et les enfants, joue un très grand rôle dans l'adaptation de chacun de ces acteurs à l'après-divorce55. De même, l'existence ou l'absence de conflits aigus entre les parents sur la question de la garde ou de la pension alimentaire change totalement les données du problème. L'enjeu semble en fait se résumer ici à la capacité qu'ont les adultes concernés de demeurer parents au-delà de la rupture56.

  • 57 Cf. G. Nelson : « Moderators of Women's and Children's Adjustment Following Parental Divorce ». Jo (...)

57L'équilibre ou le bien-être des enfants est étroitement lié au climat relationnel qui les environne. Aussi, certains auteurs insistent également sur des facteurs susceptibles d'influer sur l'équilibre de la mère gardienne, comme par exemple la réaction sociale de son environnement immédiat, la parentèle, notamment. Toute attitude de rejet ou de stigmatisation engendre un sentiment de solitude qui peut avoir de sérieux effets sur la famille monoparentale57.

58Interviennent également les répercussions du divorce en termes de position et de relations sociales. On peut, par exemple, opposer les femmes qui vivent leur divorce comme une perte de statut social et de réseau, comme un déclassement, alors que d'autres le voient comme une occasion de « refaire leur vie » et de retisser un nouveau réseau relationnel. En fait, cette opposition rejoint d'autres aspects, comme l'attitude à l'égard du mariage et de l'union. Celles qui ont une vision relativement traditionnelle de la vie maritale ont toutes chances de vivre le divorce comme un échec et un déclassement, ce qui correspond également à des variables socio-culturelles.

59Enfin, on peut évoquer la réaction sociale globale, lisible au travers des médias, par exemple. Tant que la légitimité et l'indissolubilité des unions étaient la norme dominante, le divorce était systématiquement renvoyé à la déviance, ce qui ne pouvait avoir pour effet que d'accentuer les difficultés ressenties par les intéressés. L'absence de repères normatifs, la stigmatisation et l'isolement étaient alors le lot commun des divorcés. Il semble que cette attitude de la société globale à l'égard de la désunion ait considérablement évolué, même si certains signes de représentations sociales négatives soient encore visibles à diverses occasions (l'échec scolaire, par exemple), ou dans certains milieux (plus traditionalistes).

Notes

1 En effet, cette expression signifie à proprement parler « les enfants nés du divorce », alors qu'elle entend désigner les enfants dont les parents ont divorcés après leur naissance.

2 Nous proposons de dresser un bilan de ces travaux en nous appuyant principalement sur les publications suivantes : - Revue Dialogue, Recherches cliniques et sociologiques sur le couple et la famille, « Le temps du divorce », n°86, 4e trim. 1984. - B. Schlesinger : One Parent Family in the 1980s. Perspectives and Annotated Bibliography 1978-1984. Toronto, Buffalo, London. University of Toronto Press. 1985. – O. Bourguignon : « Effets psychologiques sur l'enfant : compte-rendu de recherches récentes », in O. Bourguignon, J.-L. Rallu, I. Théry : Du divorce et des enfants. Préface de L. Roussel. Paris. Puf. INED, Travaux et Documents. Cahier n°111. 1985, p. 115-158. - P.A.M. Van den Akker, A.J.P.M. Van der Avort : « Children After Parental Divorce : Short-term and Long-term Consequences and Conditions for Adjustment », in F. Deven & R.L. Cliquet (eds) : One Parent Families in Europe. Publications of the Netherlands Interuniversity Demographic Institute (NIDI) and the Population and Family Study Centre (CBGS), vol. 15. The Hague, Brussels, 1986, p. 83-110. – A. Chahnazarian : « Conséquences socio-émotionnelles pour les enfants de parents divorcés aux Etats-unis », in Les familles d'aujourd'hui, Actes du Colloque de l'Association Internationale des Démographes de Langue Française (17-20 septembre 1984), CNAF, INED. 1986, p. 559-565. – C. Capron : « Psychologie et divorce : par-delà le bien et le mal », in L'enfant et ses parents séparés. Suites au colloque de Paris d'octobre 1985. Institut de l'Enfance et de la Famille (IDEF). Paris. Éd. Candot-Bourgery. 1988, p. 102-113. - P. Martin : Des familles et des enfants. Analyse bibliographique et approche méthodologique. Bruxelles. De Boeck. Éd. Universitaires. 1988. - C. Capron, J.-P. Assailly, sous la direction scientifique de M. Duyme : Ruptures de la vie familiale et réactions sociales. Ruptures et socialisation de l'enfant. Rapport pour la Mission Recherche Expérimentation. Ministère des affaires sociales et de l'emploi. 1989.121 p. - N. Lefaucheur : Dissociation familiale et délinquance juvénile. Op. cit., 197 p.

3 Cf. E. Durkheim : Le suicide, Paris, Quadrige, Puf. Édition 1990.

4 Ibid., p. 294.

5 Cet exemple de Durkheim montre les difficultés rencontrées par les chercheurs dans le domaine des sciences sociales pour établir des causalités. Cf. à ce sujet l'ouvrage publié sous la direction de R. Boudon et P. Lazarsfeld : L'analyse empirique de la causalité. Paris, La Haye. Mouton. 1966, dans lequel est repris justement ce commentaire de Durkheim sur divorce et suicide.

6 Il ne faut pas comprendre cette démarche comme un procès de la pédo-psychiatrie, mais plutôt comme une tentative de déconstruction des modalités d'élaboration de ces discours savants et de leurs effets socio-politiques. C'est en ce sens qu'il nous semble justifié d'opérer un rapprochement avec la démarche de Foucault. « Il y a ma combat "pour la vérité", ou du moins "autour de la vérité" –étant entendu que par vérité je ne veux pas dire "l'ensemble des choses vraies qu'il y a à découvrir ou à faire accepter", mais "l'ensemble des règles selon lesquelles on démêle le vrai du faux et on attache au vrai des effets spécifiques de pouvoir" ; étant entendu aussi qu'il ne s'agit pas d'un combat "en faveur" de la vérité, mais autour du statut de la vérité et du rôle économico-politique qu'elle joue. » M. Foucault, « Vérité et pouvoir ». Entretien avec M. Fontana, « La crise dans la tête ». Revue l'Arc. n°70,1977, p. 26.

7 M. Raux : Nos jeunes détenus. Étude sur l'enfance coupable, avant, pendant et après son séjour au quartier correctionnel. Lyon. A. Storck ; Paris, Masson, (Bibliothèque de criminologie). 1890

8 N. Lefaucheur fournit l'explication suivante : « Les jeunes arrêtés pour vagabondage ou vol simple étaient en effet très souvent "remis à leur famille", surtout s'il s'agissait d'un premier délit... Quand la famille était dissociée, on considérait au contraire très souvent que cette situation la rendait incapable de "corriger" l'enfant et qu'il fallait profiter d'un délit mineur pour tenter de le "redresser" en l'envoyant en maison de correction. Quelle que soit la délinquance réelle des uns ou des autres, il était donc normal de trouver dans les établissements correctionnels beaucoup plus d'enfants de familles dissociées que d'enfants de familles complètes ». N. Lefaucheur : Dissociation familiale et délinquance juvénile, op. cit. Note de synthèse, p.9.

9 On peut aussi voir là une des conséquences d'une certaine imprudence de la clinique (psychologique ou psychiatrique), lorsqu'elle passe sans précaution d'une logique thérapeutique à une logique de recherche.

10 Cf. G. Tarde : Les lois de l'imitation. Étude sociologique. Paris, F. Alcan, 1890 ; Paris, Genève Slatkine Reprints, 1979.

11 G. Heuyer : Introduction à la psychiatrie infantile. Paris, PUF, coll. « Sup », 1966 (1re édition 1952).

12 Pour retracer cette période, on peut se reporter notamment aux articles suivants : R. Colin : « Prémices et développement de la législation familiale française » et G. Desmottes : « Le renouveau familial dans les institutions », in Renouveau des idées sur la famille, op. cit., p. 171184. Voir aussi A. Prost : « Histoire de la politique familiale en France depuis 1938 », Mouvement social, 129, oct-déc. 1984, p. 7-28.

13 Cf. M. Chauvière : Enfance inadaptée : l'héritage de Vichy. Paris. Éditions ouvrières. 1980.

14 G.-C. Menut : La dissociation familiale et les troubles du caractère chez l'enfant. Thèse de doctorat. Paris, 1943.

15 Cf. par exemple, R.A. Spitz : « Hospitalisme », Sauvegarde, 4, n°36, dec. 1949, p. 6-33. J. Bowlby : Soins maternels et santé mentale, Organisation Mondiale de la Santé, Palais des Nations, Genève, 1951, 179 pages.

16 Des recherches expérimentales en éthologie tentent de montrer que le besoin du nourrisson d'être touché et manipulé est plus fondamental que le besoin de nourriture. L'attachement est « premier » au sens où un petit singe « rhésus » se laissera mourir de faim en l'absence de contact avec « une » mère, ou même avec son simulacre de poils et de fil de fer. Cf. H. F. Harlow : « The Nature of Love », American Psychologist, n°13,1958, p. 673-685. Cf. également D. Anzieu & coll. : L'attachement. Collection Zethos. Neuchâtel. Delachaux et Niestlé. 1974.

17 « La notion de "dissociation familiale'' a été mise en avant pour rendre compte des troubles "névrotiques" ou caractériels présentés par les enfants. (...) La psychiatrie infantile (...) ne tend-elle pas à créer un mythe nouveau, à réifier des manifestations qu'elle isole artificiellement d'un contexte social en dehors duquel elles n'ont pas d'existence ? Nous dirons seulement que dans l'analyse de cet énorme ensemble de "facteurs", la plupart des travaux-ceux des psychiatres notamment-ne nous paraissent pas observer une attitude scientifique », L. Le Guillant : « Le psychiatre et l'enfance ». La Raison. n°1, janvier 1951, repris dans Quelle psychiatrie pour notre temps ? Travaux et écrits de Louis Le Guillant Toulouse, Privat, Erès, 1984, p. 228-229.

18 Cf. en particulier la recherche de M. Porot sur la situation familiale des enfants délinquants de la région d'Alger qui écrit, par exemple, en 1954 : « On remarquera 883 anomalies familiales pour 444 jeunes délinquants à famille anormale, soit en moyenne 2 anomalies familiales pour chaque cas : parents divorcés et mère remariée, père décédé et mère prostituée, père alcoolique et mère trop autoritaire par exemple... La délinquance des parents, leur malhonnêteté coutumière, leur inconduite sexuelle, leur alcoolisme ont une influence certaine, mais elle n'a son plein effet que dans les ménages dissociés et déséquilibrés par l'absence de l'un des conjoints : l'influence nocive du parent unique ne peut plus être contrebalancée par celle de l'autre parent ». L'enfant et les relations familiales. Paris. Puf. Collection « Paideïa », dirigée par G. Heuyer. 1re édition 1954, p. 22. Cf. également L. Michaux : L'enfant pervers. Paris, PUF, collection Sup-Païdeia, 1952 (3e édition revue et augmentée, 1970). P. Le moal : « La réaction de l'enfant à la dislocation du foyer » Informations sociales, UNCAF, n°4, 1958, p. 21-26. Voir aussi P. Le Moal : Parents séparés, enfants perturbés. Bruxelles, Paris, éd. Duculot. 1966. Pour une bibliographie complète, cf. le rapport de N. Lefaucheur : Dissociation familiale et délinquance juvénile. Op. cit.

19 Cf. J.-M. Sutter, H. Luccioni : « Le syndrome de la carence d'autorité », Annales médico psychologiques, n°115-l, 1957, p. 897-901.

20 Cf. M-.J. Chombart de Lauwe : Psychopathologie sociale de l'enfant inadapté. Essai de sélection des variables du milieu et de l'hérédité dans l'étude des troubles du comportement. Paris, Éditions du CNRS. 1959. Cf. également M.-J. Chombart de Lauwe : « Milieu social et psychiatrie infantile », Revue de neuro-psychiatrie infantile, 4, n°5-6, Mai-juin 1956, p. 146-198.

21 J. Piaget : « Problèmes de la psycho-sociologie de l'enfance », in Traité de sociologie. Publié sous la direction de G. Gurvitch. Tome second. PUF. 1960, p. 237. Sur la notion de stade de développement de l'enfant, cf. également Tran-Thong : Stades et concept de stade de développement de l'enfant dans la psychologie contemporaine. Paris. Librairie Vrin. 1978.

22 A. Sauvy : Théorie générale de la population. Volume 2. « La vie des populations », Paris. PUF. 1966,3e édition (1re édition 1954), p. 191.

23 « S’il fallait remplacer tous les soins de la mère, par des soins rémunérés, compte tenu du travail du dimanche, du travail de nuit, des heures supplémentaires, etc., le coût de l'élevage absorberait une fraction trop forte du revenu national ». Théorie générale de la population, op. cit., p. 191.

24 Cf. l'article « divorce », N. Sillamy : Dictionnaire de la psychologie. Paris. Larousse. 1964. R. Liberman : Les enfants devant le divorce. Paris. Puf. 1979. P. Mazet, D. Houzel : Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent. Volume 1. Paris. Maloine. 1983.

25 P. A.M. Van den Akker, A.J.P.M. Van Der Avort : « Children After Parental Divorce : Short-term and Long-term Consequences and Conditions for Adjustment », Op. cit.

26 Cf. G. Nelson : « Family Adaptation Following Marital Separation/Divorce : a Litterature Review », in B. Schlesinger (Ed), One Parent Family in the 80's. Op. cit., p. 97-151.

27 W.J. Goode : After Divorce. New York. Free Press. 1956 ; M. Hunt : The World of the Formerly Married. New York. Mc Graw Hill. 1966 ; R.S. Weiss : Marital Separation. New York. Basic Books. 1975 ; G.M. Gray : « The Nature of the Psychological Impact of Divorce upon the Individual ». Journal of Divorce. 1, 1978, p. 289-301.

28 R.A. Woodruff, S.R. Guze, P.J. Clayton : « Divorce among Psychiatrie Outpatients ». British Journal of Psychiatry, 121, 1972.

29 Bourguignon, op. cit., p. 116.

30 Cf. J. Wallerstein, J. Kelly : Surviving the Break-up. How Children and Parents Cope with Divorce. Basic Books Publishers. New York, 1980. Traduction française, Pour dépasser la crise du divorce. Toulouse. Privat. 1989. Et pour le suivi à 10 ans : J. Wallerstein, S. Blakeslee · Second Chances. Men, Women and Children. A Decade after Divorce. Who Wins, Who Loses and Why. New York, Ticknor and Fields. 1989.

31 « In various ways, they tell me that they think of themselves as belonging to a special group. They are children of divorce... It has become a fixed identity and a self-definition that strongly affects their current and future relationships. (...) Not only do they seem to feel that they are survivors of tragedy, the children of divorce project their identity on to their own as yet unborn children ». J. Wallerstein, S. Blakeslee : Second Chances Op. cil p. 22-23.

32 « As many interviews proceed, efforts to convince me that life is "simply wonderful" begin to crumble, giving way to a starker picture of the past five and ten years. Indeed, life has been far more difficult than most imagine it would be. (...) A third of the women and a quarter of the men, mostly the older ones, feel that life is unfair, disappointing, and lonely. It is sobering to see how unhappy they are at this stage ». Ibid., p. 29.

33 Cf R. Farson : « Parental Divorce : a Growth Experience for Children ? ». American Journal of Orthopsychiatry, n° 48-1, 1978, p. 183-185, cité par C. Capron, « psychologie et divorce », op. cit.

34 Cf J Tuckman, R. A. Regan : « Intactness of the Home and Behavioral Problems in Children ». Journal of Child Psychology and Psychiatry, 7, 1966, p. 225-233 ; J.F. Mcdermott : « Divorce and its Psychiatric Sequelae in Children ». Archives of General Psychiatry. 23.1970 ; p.1424-1432 ; J W Santrock : « Father Absence, Perceived Maternal Behavior and Moral Development in Boys ». Child Development, 46, 1975, p. 753-757 ; N. Kalter : « Children of Divorce in an Outpatient Psychiatric Population ». American Journal of Ortho-psychiatry, 47, 1977, p. 40-51.

35 « We note that apart from the gender of the custodial parent, socio-economic status is the key variable : "net" longitudinal improvements of children's behaviour and of parental satisfaction in these divorced family units occured strictly in families that enjoyed a decent standart of living ». A. M. Ambert : « Custodial Parents : Review and a Longitudinal Study », in B. Schlesinger (ed) : The One-Parent Family in the 80s, op. cit. p. 13-34. Cf. également les travaux de Elsa Ferri : Growing-up in a Lone-Parent Family. Windsor ; NFER-Nelson, 1976. E. Ferri & Robinson H. : Coping Alone. Windsor ; NFER-Nelson, 1976. E. Ferri : « An Overview of Research and Policy on the Lone Parent Family in Britain. » in J. Hudson & B. Galaway (Eds), Single Parent Families. Perspectives on Research and Policy. Toronto. Thompson Educational Publishing, 1993, p. 3-14.

36 Cf. par exemple I. Gregory : « Anterospective Data Following Childhood Loss of a Parent in Delinquency and High School Drop-outs ». Archives of General Psychiatry, n°13, 1965, p. 99-109. G. Pollock : « Childhood Parents and Sibling Loss in Adult Patients ». Archives of General Psychiatry, n°7, 1962, 295-305.

37 Cf. notamment W.F. Hodges & coll : « Divorce and the Pre-School Child : Cumulative Stress ». Journal of Divorce, 3, 1979, p. 55-67 ; J.W. Santrock, R.A Warshak : « Father Custody and Social Development in Boys and Girls ». Journal of Social Issues, 35-4, 1979, p. 112-125 ; T. Levitin : « Children of Divorce : an Introduction ». Journal of Social Issues, 35-4, 1979, p. 1-25.

38 E. Hetherington, K. Camara et D. Featherman : « Achievement and Intellectuel Functioning of Children in One-Parent Households », in J. Spence (Éd) : Achievement and Achievement Motives ; Psychological and Sociological Approaches, San Francisco, 1983, p. 205-284.

39 Cette recherche porte sur 48 familles dissociées avec des enfants en âge pré-scolaire. E. Hetherington, H. Cox et R. Cox : « Divorced Fathers », The Family Coordinator, n°25, 1976, p. 417-428. Voir également E.M. Hetherington, M. Cox, R. Cox : « The Aftermath of Divorce », in J.H. Stevens, Jr & M. Mathews (Eds) : Mother-child, Father-child Relations. NAEYC. Washington DC. 1978.

40 H.J Raschke et V.J. Raschke : « Family Conflict and Children's Self-Concept : a Comparison of Intact and Single-Parent Families ». Journal of Marriage and the Family, n°41, 1979, p. 367-374.

41 G. B. Spanier, R.F. Casto : « Adjustment to Separation and Divorce : an Analysis of 50 Case Studies ». Journal of Divorce, 2, 1979, p. 241-253 ; M. Baker : « Divorce : its Consequences and Meanings ». in K. Ishwaran (Ed), The Canadian Family, Toronto, Gage, 1983 ; B.L. Bloom, W.F. Hodges, R. A Caldwell : « Marital Separation. The First Eight Months ». in E.J. Callahan, K.A Mckluskey (Eds) : Life-span Developmental Psychology : Non Normative Events. New York. Academic Press. 1983.

42 Cf. par exemple N.D. Colletta : « Support System after Divorce : Incidence and Impact », Journal of Marriage and the Family, vol 41-4, 1979, p. 837-846. G.C. Kitson, R.N. Noir, P.R. Mason : « Family Social Support in Crises : the Special Case of Divorce », American Journal of Orthopsychiatry, n°52-l, 1982, p. 161-165. D.D. Mohring, M. Berger : « Social Networks Changes and the Adjustment to Divorce », Journal of Divorce, vol 8-1, 1984. Nous reviendrons en détail sur plusieurs de ces recherches dans la suite de notre travail. Cf. chapitre VII.

43 « In summary, since these relationships were generally not powerful, it can be concluded that when the effects of other relevant variables are controlled, they have at most a modest effect on adult functioning ». C. Schooler : « Childhood Family Structure and Adulthood Characteristics ». Sociometry. n°35-2, 1972, p. 255-269. Cf. également E. Ferri : « An Overview of Research and Policy on the Lone Parent Family in Britain » ; in J. Hudson, Β Galawav (Eds). Op. cit.

44 C. Capron, op. cit., p. 103.

45 Pour soutenir cette idée, C. Capron fait référence à une étude épidémiologique anglaise de M. Rutter qui montre que la séparation de l'enfant de sa famille n'est pas en soi la cause d'une perturbation à long terme. La détresse initiale qui en découle peut être rapidement stabilisée. En revanche, lorsque la rupture s'accompagne d'importants conflits, alors les troubles peuvent y être corrélés. M. Rutter : « La séparation parent-enfant : les effets psychologiques sur les enfants ». Psychiatrie de l'enfant, 17, 2, 1974.

46 R.A. Kulka, H. Weingarten : « The Long-Term Effects of Parental Divorce in Childhood and Adult Adjustment ». Journal of Social Issues, 35, 4, 1979, p. 50-78.

47 Cf. M. Hetherington, M. Cox, R. Cox : « Play and Social Interaction in Children Following Divorce ». Journal of Social Issues, 35, 4, 1979, ou des mêmes auteurs : « Family Interaction and the Social, Emotional and Cognitive Development of Children Following Divorce ». in V. Vaughn, B. Brazelton (Eds), The Family : Setting Priorities. New York, Science and Medicine, 1979.

48 C. Capron : « Psychologie et divorce : Par-delà le bien et le mal », op. cit., p. 102.

49 Travaux qui ne tiennent pas suffisamment compte de l'appartenance sociale des populations étudiées.

50 Cf. C. Léomant : « Dissociation familiale et délinquance juvénile : remise en cause d'un stéréotype ». Annales de Vaucresson, n°12, 1974, p. 119-139 ; M. Rutter : « Séparation parents/enfants. Les effets psychologiques sur les enfants ». Psychiatrie de l'enfant, n°17,1974 ; E. Burguière : « Nouvelles études sur l'échec scolaire ; familles à problèmes ». Recherches pédagogiques, n°96,1978 ; J.-R Almodovar : « De l'adaptation de l'enfant au divorce à l'adaptation de l'enfant dans la famille ». Le groupe familial, n°98, janv-mars 1983, p. 108-116 ; J. Commaille : « Dissociation familiale et statut de l'enfant ». Le groupe familial, n°98, ibid, p. 54-62 ; O. Bourguignon, J.-L. Rallu, I. Théry : Du divorce et des enfants. Op. cit. Pour le Canada, voir également R. Lefrançois : « Cadre familial et délinquance ». Service social, vol. 33, n°2 et 3,1984, p. 171-185 ; R.-B. Dandurand, D. Morin : L'impact de certains changements familiaux sur les enfants de l'école primaire. Revue de littérature. Institut Québécois de Recherche sur la Culture. Direction de la Recherche du ministère de l'Éducation Avril 1990.

51 N. Lefaucheur : « Les familles monoparentales n'existent pas, je les ai rencontrées... ». Les cahiers médico-sociaux. Genève, 1987, n°2, p. 83-84.

52 R. Lefrançois, op. cit. p. 178.

53 L. Roussel : « Préface » de Du divorce et des enfants. Op. cit., p. 4.

54 Des démarches comme celle de J. Kellerhals et son équipe à Genève sont à cet égard tout à fait exemplaires. Cf. J. Kellerhals, J.-F. Perrin, G. Steinauer-Cresson, L. Vonèche, G. Wirth : Mariages au quotidien. Inégalités sociales, tensions culturelles et organisation familiale. Lausanne, Éd. Favre, collection « Regards sociologiques », 1982. Pour l'évaluation longitudinale d'une cohorte de mariages sur dix ans, cf. J. Kellerhals, N. Languin, J.-F. Perrin, G. Wirth : « Statut social, projet familial et divorce : une analyse longitudinale des ruptures d'union dans une promotion de mariage ». Population, Paris, INED, 40e année, n°6, nov-déc. 1985, p. 811-828.

55 Les psychanalystes insistent particulièrement sur ce point. Les parents sont en effet toujours responsables de la préparation de l'enfant à la « séparation », cette séparation qui lui permet d'accéder à l'autonomie. Le divorce n'est alors qu'une sorte de laboratoire où se condense cet enjeu de séparation. D'où l'importance de permettre à l'enfant de comprendre ce qui se joue dans le divorce, de l'aider à symboliser, à traduire en paroles ce que cette séparation signifie. Si les parents ne parviennent pas à se séparer l'un de l'autre, ils ne peuvent y préparer l'enfant. Cf. F. Dolto : Quand les parents se séparent. Paris. Seuil. 1988.

56 Ce qui rejoint les objectifs poursuivis par les pratiques de médiation familiale. Cf. B. Bastard, L. Cardia-Vonèche : Le divorce autrement : la médiation familiale. Op. cit. Pour une approche critique de ces pratiques, cf. C. Martin : Les médiations familiales, op. cit.

57 Cf. G. Nelson : « Moderators of Women's and Children's Adjustment Following Parental Divorce ». Journal of Divorce, 1981, p. 71-83.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search