Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Première partie. Des effets de la dissociation familiale

Chapitre I. La famille comme enjeu normatif

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Le débat scientifique et social sur les effets du divorce

1Si le nombre des recherches consacrées aux effets du divorce n'a cessé de croître tout au long des cinq dernières décennies, parallèlement au phénomène du divorce lui-même, il faut remonter jusqu'à la fin du siècle dernier pour trouver les prémices d'une réflexion scientifique sur ce sujet.

  • 1 Cf. encadré. On peut également se reporter à l'ouvrage de F. Ronsin : Le contrat sentimental. Déba (...)
  • 2 Cf. F. Ronsin : « Indissolubilité du mariage ou divorce. Essai d'une chronologie des principaux ar (...)

2Avant cela, c'est autour de la période révolutionnaire, et même dès les travaux des Encyclopédistes, que l'on peut détecter les premiers grands débats sociaux sur le thème du divorce1 Rappelons que celui-ci a été légalisé en 1792, pendant la période révolutionnaire, venant rompre une interdiction absolue, liée au sacrement du mariage, expression chrétienne de l'indissolubilité du lien matrimonial introduite par le Concile de Trente vers 15602.

  • 3 Les chiffres avancées par divers auteurs correspondent sensiblement à un divorce pour quatre maria (...)

3La Constitution du 3 septembre 1791 avait proclamé la neutralité religieuse de l'État et fait du mariage un contrat civil entre deux parties, contrat susceptible d'être librement rompu. Cette laïcisation ayant engendré un fort accroissement de la divortialité3 la loi de 1792 fut remise en cause et abolie sous la Restauration, en 1816. Et c'est en Juillet 1884 que le divorce fut rétabli par la « loi Naquet », selon le principe directeur du divorce sanction et de la procédure « pour faute ». Cette loi a régi le divorce jusqu'à la réforme de 1975, à l'exception d'une « péripétie », sous le Régime de Vichy, où les partisans de l'indissolubilité l'emporteront à nouveau pour quelque temps (d'avril 1941 à avril 1945).

4Ce débat des Encyclopédistes permet de réaliser à quel point cette question de la légitimité du divorce est pétrie de représentations et d'idéologies, notamment concernant la place faite à l'enfant dans la famille ; idéologies qui expliquent à elles seules les obstacles à toute lecture scientifique.

  • 4 Extrait du chapitre de X. Lannes : « Le XVIIIe siècle : l'évolution des idées », Renouveau des idé (...)

Pour ou contre le divorce
Le XVIIIe siècle posa le problème de l'indissolubilité du mariage. Voltaire le trancha sans hésiter. Toutes les sociétés qui avaient connu le mariage avaient aussi connu le divorce. Seule l'Église catholique, en érigeant l'union conjugale en sacrement, avait établi une règle différente, et contraire à la nature et au bon sens. L'Encyclopédie décida dans le même sens : il appartenait à l'homme et à la femme de régler, d'un commun accord, la durée de l'union conjugale ; mais la nature y mettait une condition : qu'ils eussent, avant de rompre, élevé leurs enfants, et leur eussent laissé de quoi s'entretenir. Restriction importante, et qui révèle un embarras. Le problème, en effet, n'était pas simple, et Diderot, qui fut mêlé à tous les débats, le posa : Helvétius, en plaidant la cause du divorce, dont il souhaitait l'institution, et que l'usage en fût facile, faisait bon marché des enfants (De l'homme, section VIII, note 3, tome II, 1773) ; or pouvaient-il demeurer d'un côté ou de l'autre sans être malheureux ? (...). A contrario, une union maintenue dans de mauvaises conditions ne risquait-elle pas de conduire à des désordres plus graves encore que ceux que le divorce entraînait ? N'était-il pas un mal nécessaire pour éviter des maux plus grands encore ? À ce point du débat, les populationnistes versaient un argument qu'on trouve déjà chez Montesquieu : le dégoût mutuel des époux les éloignait l'un de l'autre et tarissait la fécondité des unions (Lettres persanes, Lettre CXII, 1721). (...) Ainsi, tandis qu'on célébrait la famille, on acceptait l'idée qu'elle pût être dissoute ; que le divorce, sorte de compromis entre l'ancien mariage indissoluble et l'union libre, permît à des époux mal assortis ou dégoûtés l'un de l'autre, de se séparer et de contracter de nouveaux liens. Rousseau, néanmoins, résistait. Les enfants formaient à ses yeux « un nœud vraiment indissoluble entre ceux qui leur ont donné l'être, et une raison naturelle et invincible contre le divorce » (Émile et Sophie, Lettre I. Hachette, Tome III, 1865, p. 117). Les ménages, qui avaient le malheur de connaître la désunion des cœurs, se contenteraient de la séparation.
Mais le courant contraire était le plus fort. La séparation détruisait le foyer : les enfants, de toute manière, n'en connaîtraient plus la douceur. Pourquoi dès lors interdire aux époux divisés de contracter un nouvel engagement, leur refuser de trouver ailleurs le chemin du bonheur ? Ainsi, à la veille de la révolution, la cause, malgré Rousseau, paraissait entendue. Et lorsque Mme Necker écrivit, en 1793, ses Réflexions sur le divorce, ardent plaidoyer en faveur de l'indissolubilité, ce n'étaient pas les lumières du siècle, qu'elle avait pourtant reçu, qui lui inspiraient son refus. C'était l'impuissante protestation de sa conscience puritaine, qu'elle livrait à la « dérision » des philosophes. L'assemblée législative venait d'adopter la loi qui établissait le divorce.4

  • 5 « L'attention apportée à l'enfant-en particulier pour dénoncer les dangers qu'était censée représe (...)

5On remarque que, dès cette époque, la question du divorce est étroitement liée à celle du « statut de l'enfant » dans la famille. Mais, l'histoire montre que ce souci de l'enfant relève moins de la pure et simple défense de son intérêt, que de ce que J. Commaille a proposé d'appeler une « instrumentalisation idéologique de l'enfant »5 N. Lefaucheur va dans le même sens, lorsqu'elle met en évidence dans ses travaux sur les enfants « trouvés ou abandonnés », que ces derniers ont fait l'objet d'une série de mesures déterminées moins par le souci de leur protection, que par les enjeux moraux, socio-économiques et stratégiques de la France.

  • 6 N. Lefaucheur : « La perversion des normes : La fille-mère et l'assistance », Le groupe familial, (...)

6Leur existence posait un double problème, moral et financier. C'est en ces termes, en tous cas, que s'amorce, dès le XVIIe siècle, le débat qui oppose les défenseurs et les adversaires d'une politique d'aide aux enfants abandonnés : « Comment secourir ces enfants (abandonnés) sans encourager l'abandon ? Comment secourir parents ou enfants sans pousser les premiers à multiplier les seconds sans se préoccuper de savoir s'ils pourront les nourrir ? »6

  • 7 N. Lefaucheur : « Du bâtard aux filles-mères ou du modèle angélique au modèle patriotique », La fa (...)

7La France de la Restauration répond à ces questions en choisissant de préserver et les finances publiques et la morale chrétienne. N. Lefaucheur qualifie les mesures préconisées avant la Révolution de « modèle angélique » de gestion des naissances illégitimes et des enfants abandonnés : « "angélique", parce que ce qui y est considéré comme le plus grand mal n'est pas que des enfants meurent, c'est qu'ils meurent sans avoir été baptisés, qu'ils meurent (ou ne naissent pas) de par la volonté de leurs parents et non de par la volonté divine » ; qu'ils risquent en un mot de mourir sans pouvoir devenir de « petits anges dans le ciel »7.

8La période révolutionnaire, soucieuse des droits de l'homme, marque une cassure évidente et enrichit le débat déjà amorcé. N. Lefaucheur qualifie cette fois de « patriotique » ce nouveau mode de gestion des risques associés à l'abandon ou à l'illégitimité, en distinguant cependant deux modèles : le « modèle démo-patriotique », qui privilégie le souci démographique de survie des enfants face aux enjeux militaires de la Patrie, et le « modèle socio-patriotique », selon lequel le bon citoyen et le bon patriote ne peuvent se former qu'au sein d'une famille, même de substitution (pour avoir quelque chose ou quelqu'un à défendre), ce qui déplace l'enjeu du « contrôle de la procréation » vers le « contrôle de l'éducation ». Ces modèles trouveront des prolongements par la suite.

  • 8 C'est durant cette période que l'on vit apparaître les premiers « tours », ces cylindres pivotants (...)
  • 9 N. Lefaucheur : « La famille monoparentale et l'État : petite généalogie du traitement social des (...)

9Le XIXe siècle est marqué par une nouvelle rupture entre, d'une part, la politique libérale et malthusienne des deux premiers tiers du siècle8 et, de l'autre, la politique populationniste de la IIIe République, qui va véritablement instituer la catégorie des filles-mères dans le cadre de sa lutte contre la mortalité infantile. Début XIXe, l'objectif semble clair, « tenter de régler la question des enfants trouvés au moindre coût moral et financier pour la société »9. Mais, dès les années 1850, apparaissent déjà des tentatives de remplacer la répression du vice accompagnée de mesures « d'aménagement de l'abandon », par une politique d'aide matérielle aux filles-mères.

  • 10 Cf. N. Lefaucheur : Les accoucheurs des hôpitaux de l'Assistance publique de Paris : de l'art des (...)

10Le renversement de perspectives du dernier tiers du siècle correspond à la prise de conscience par les élites montantes (en particulier médecins et démographes), de la dépopulation relative de la France par rapport à d'autres pays d'Europe. Doté de ce souci populationniste, le progressisme laïc de la Troisième République favorise l'apparition de mesures législatives visant la lutte contre la mortalité infantile par la protection et le contrôle médical de la maternité et de la petite enfance. Au premier rang des « populations-cibles » de ces mesures de protection et d'accompagnement médico-social se trouvent justement les filles-mères et leur progéniture. N. Lefaucheur a fait l'histoire de quelques-uns de ces médecins, qui sont à l'origine à la fois de l'obstétrique et de la Protection maternelle et infantile10.

11Tels sont quelques-uns des éléments du traitement social des problèmes posés par les enfants illégitimes ou abandonnés, au tournant du siècle dernier. Un certain nombre des aspects identifiés ici rapidement vaudront aussi pour le divorce. Le premier est certainement le prolongement de « l'instrumentalisation idéologique de l'enfant ». Si les discours politiques et les discours scientifiques ont participé à construire la catégorie des « enfants abandonnés » ou des « enfants illégitimes », nous verrons qu'il en sera de même pour les « enfants du divorce ». Mais là ne s'arrête pas le rapprochement. Pour cette nouvelle catégorie, comme pour les précédentes, l'objectif principal du traitement social est d'identifier et d'étayer scientifiquement un certain nombre de « risques », qui sont conçus plus ou moins explicitement comme autant de garde-fou contre la tendance de certaines familles à s'écarter de la norme.

Quelques jalons

12D'une fin de siècle à l'autre, les angles de lecture ou les problématiques ont considérablement évolué, accompagnant parfois tout simplement les changements de pratiques et de mentalités. Les paradigmes vont en quelque sorte se succéder, prenant appui sur telle ou telle discipline scientifique. L'objet « divorce » mobilise en effet plusieurs disciplines : le droit, la démographie, la sociologie, la psychologie, la psychiatrie, l'économie, pour les principaux. Selon les époques et les problèmes sociaux perçus comme prioritaires, certains discours savants vont s'imposer pour produire une intelligibilité du phénomène, et, en conséquence, une certaine image sociale, sur laquelle viendront prendre appui des normes et des modes d'intervention.

  • 11 Si les travaux sur les effets de la dissociation familiale commencent sensiblement à la même époqu (...)

13Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que le thème des effets du divorce soit abordé en tant que tel. À partir de là, il convient de souligner que la majeure partie des travaux traitant spécifiquement ce sujet a été réalisée par des psychiatres, des criminologues, puis par des psychologues, dans la plupart des pays occidentaux, dont tout particulièrement, la France, l'Angleterre, la Suède et les États-Unis11 Ceci, bien entendu, n'est pas négligeable, que ce soit au niveau des méthodologies employées, mais bien plus encore des interprétations proposées. Ces recherches ont privilégié l'impact négatif de cet événement sur les enfants. Mais en cherchant à établir des corrélations, voire des causalités entre la rupture de la famille d'origine et certains problèmes d'adaptation ou de comportement des enfants, des adolescents ou des adultes, ces démarches ont produit un ensemble de représentations durables du phénomène.

14Une question se pose en effet : cette mobilisation du discours psychologique et clinique est-elle seulement liée au souci qu'ont ces « praticiens de la relation » d'offrir un ensemble d'interventions adéquat pour réguler la crise qu'implique la désunion ? Ou ne faut-il pas rapprocher ces savoirs et savoirs-faire de la perception qu'a la société de l'époque des familles désunies ? Ainsi, manifestement, par rapport aux normes familiales de l'après-guerre, la séparation est d'abord et avant tout un problème, une déviance, un « risque » contre lequel il faut agir.

  • 12 Il nous semble que l'on peut interpréter d'une manière analogue le récent développement des pratiq (...)

15Ce mode de lecture clinique va peu à peu perdre de son hégémonie. Pour résumer cette évolution, nous pourrions dire globalement que l'on est passé d'une interprétation pathologisante et normative à une recherche des différents facteurs susceptibles de jouer un rôle dans l'adaptation des familles à l'après-divorce12 . Et parmi ceux-ci, prendront place peu à peu, d'abord le facteur économique et, plus récemment, le facteur relationnel.

16Au thème des effets psychologiques de la dissociation familiale, qui caractérise surtout les années cinquante et soixante, succède celui des effets économiques et sociaux. Cette nouvelle perspective est étroitement liée au déplacement des enjeux de la société française vers le début des années soixante-dix ; les pouvoirs publics se trouvant de plus en plus sensibilisés aux risques socio-économiques associés à certaines situations familiales. On parle moins, à partir de 1975, d'inadaptation ou de déviance des enfants élevés dans des familles dissociées et plus de fragilité, voire de pauvreté de ces familles. Ce changement de cap correspond également à l'apparition d'un nouveau concept pour qualifier ces situations : celui de « famille monoparentale ». Cette notion, qui regroupe en une même catégorie les veuf(ve)s, les célibataires, les séparé(e)s et les divorcé(e)s, a un double effet symbolique : d'une part, elle participe largement à déstigmatiser ces situations familiales et, de l'autre, elle souligne les difficultés économiques associées au fait de devoir assumer seul(e) la responsabilité de son ou ses enfants.

17Dans les chapitres qui suivent, nous proposons de retracer ces débats du forum de la recherche concernant la désunion, ces manières de comprendre le phénomène qui, au fil du temps, ont forgé les représentations dominantes. Nous distinguerons une première période, que nous avons choisi d'intituler les « années psy », et qui comprend d'abord les années quarante et cinquante, dominées par les contributions des criminologues et des pédopsychiatres, puis les années soixante et soixante-dix, avec la multiplication des travaux à proprement parler psychologiques. Une nouvelle étape s'amorce au milieu des années soixante-dix, avec, d'une part l'apparition en France de la notion de monoparentalité, et, de l'autre, une sensibilité croissante aux problèmes ou aux « risques » économiques et sociaux associés à certaines situations familiales.

18Enfin, nous aborderons la période contemporaine, en tentant de montrer que l'on y redécouvre une notion-clé : celle de réseau. Nous retracerons alors l'usage de ce concept dans le champ de la sociologie de la famille, mais aussi au niveau de l'analyse des politiques sociales et de santé, avant de nous arrêter sur le sens que cette notion prendra dans la suite de ce travail. Nous verrons ainsi comment les transformations de la famille imposent un renouvellement des concepts classiquement utilisés pour l'analyser, comme ceux de « ménage » ou de « cycles de vie », mais surtout favorisent le développement de problématiques sur l'échange, la réciprocité, ou la solidarité informelle.

  • 13 Pour le distinguer du « capital social » de Pierre Bourdieu. Cf. « Le capital social », Actes de l (...)
  • 14 R. Castel : La gestion des risques. De l'anti-psychiatrie à l'après psychanalyse. Paris. Minuit. 1 (...)

19Si l'analyse de la famille et de la parenté en termes de réseau ou de système d'échanges n'est pas une nouveauté, le développement de l'intérêt accordé à cet angle de lecture doit, selon nous, être rapproché des enjeux socio-économiques et politiques actuels. L'importance du chômage et la précarité des couples bouleversent aujourd'hui les modes traditionnels d'intégration sociale. Cette déstabilisation produit, nous semble-t-il, une sensibilité croissante pour le « capital relationnel »13, pour cette richesse incontestable que détiennent ceux qui sont entourés, qui ont toujours quelqu'un sur qui compter. L'enjeu de la sociabilité est peut-être là : cultiver son réseau, ses liens, représente une modalité d'intégration possible et surtout maîtrisable. Comme l'a montré Robert Castel, la période contemporaine est marquée par un surinvestissement du psycho-relationnel au dépens du « social », par une sensibilité aiguë pour la vie relationnelle et affective, déployée notamment dans la sphère du couple et de la famille. « La place que prend l'intérêt pour le psychologique et le relationnel ne résulte pas d'une découverte tardive des vertus de la convivialité. Elle exprime plutôt un état du système de production où les contraintes objectives de l'économie sont placées hors de l'atteinte des sujets, qui n'ont d'autres recours que de travailler l'espace de leur potentiel et de leurs relations »14.

Notes

1 Cf. encadré. On peut également se reporter à l'ouvrage de F. Ronsin : Le contrat sentimental. Débats sur le mariage, l'amour, le divorce, de l'Ancien Régime à la Restauration. Paris. Aubier. Collection historique 1990 et à celui d'I. Théry, Le démariage, op. cit.

2 Cf. F. Ronsin : « Indissolubilité du mariage ou divorce. Essai d'une chronologie des principaux arguments mis en avant par les partisans et les adversaires de l'institution du divorce au cours de la période révolutionnaire », La famille, la loi, l'Etat. De la Révolution au Code civil. Op. cit., p. 322-334.

3 Les chiffres avancées par divers auteurs correspondent sensiblement à un divorce pour quatre mariages dans la période qui suit immédiatement le vote de la loi. Cf. M. Garaud, R. Szramkiewicz : La révolution française et la famille, Paris, Puf, 1978 ; D. Dessertine : « Le divorce sous la révolution : audace ou nécessité ? », La famille, la loi, l'État. De la Révolution au Code civil. Op. cit., p. 312-321.

4 Extrait du chapitre de X. Lannes : « Le XVIIIe siècle : l'évolution des idées », Renouveau des idées sur la famille. Ouvrage réalisé sous la direction de R. Prigent. Puf, Travaux et Documents, Cahier n°18.1954, p. 45 et suivantes.

5 « L'attention apportée à l'enfant-en particulier pour dénoncer les dangers qu'était censée représenter toute pratique familiale non conforme au modèle familial dominant (divorce, maternité hors mariage)-laisserait penser que c'est bien de « l'intérêt de l'enfant » dont il était enfin question. Pourtant ce souci de protection apparaît parfois comme un « protectionnisme », lequel, sous le prétexte de protéger l'enfant, vise en fait surtout à préserver l'institution familiale, conformément au modèle patriarcal » J. Commaille : Familles sans justice ?. Op. cit., p. 110.

6 N. Lefaucheur : « La perversion des normes : La fille-mère et l'assistance », Le groupe familial, n°109, « Familles hors la loi», oct-déc 1985, p. 79.

7 N. Lefaucheur : « Du bâtard aux filles-mères ou du modèle angélique au modèle patriotique », La famille, la loi, l'État. De la Révolution au Code civil. Op. cit., p. 493. Pour un développement de ces analyses, on peut se reporter à N. Lefaucheur et C. Martin (Éd.), Qui doit nourrir l'enfant quand le père est absent ?, Rapport de recherche pour la CNAF, 1995, 223 pages.

8 C'est durant cette période que l'on vit apparaître les premiers « tours », ces cylindres pivotants placés à l'entrée des hospices pour permettre l'abandon anonyme des enfants illégitimes. Cf. N. Lefaucheur : Les filles-mères et la patrie : conservation et utilité des bâtards. Op. cit.

9 N. Lefaucheur : « La famille monoparentale et l'État : petite généalogie du traitement social des « risques familiaux » », in Affaires de famille, affaires d'Etat. Op. cit., p. 122.

10 Cf. N. Lefaucheur : Les accoucheurs des hôpitaux de l'Assistance publique de Paris : de l'art des accouchements à la Protection maternelle et infantile. Rapport pour la MIRE. 1989.172 p.

11 Si les travaux sur les effets de la dissociation familiale commencent sensiblement à la même époque dans ces pays, il est incontestable que la production scientifique est considérablement plus abondante en Amérique du Nord. En effet, le phénomène est d'emblée plus important aux USA et connaîtra une progression plus significative qu'en France. A titre de comparaison, nous pouvons fournir les indicateurs suivants : nombre de divorces pour 1 000 habitants, en France : 1,9 en 1984, aux USA : 4,8 en 1987 ; au Royaume-uni : 2,8 en 1984 ; en Suède : 2,3 en 1986. Cf. Symposium. Les chiffres du Monde. Encyclopaedia Universalis. Éd. 1988. Les données fournies par l'ONU pour la période 1980-1982 sont voisines. Les taux bruts de divorce sont les suivants : France : 1,6 ; États-Unis : 5,1 ; Royaume-Uni : 2,9 ; Suède : 2,4. Source : K. Davis : « The Future of Marriage », in K. Davis (ed), Contemporary Marriage. Comparative Perspectives on a Changing Situation. New York. Russell Sage Foundation, 1985 ; p. 25-32.

12 Il nous semble que l'on peut interpréter d'une manière analogue le récent développement des pratiques de « médiation familiale » qui, au-delà de leur volonté de promouvoir une logique contractuelle de recherche d'équité entre les parents séparés, participent à la définition d'une norme du « bon divorce » : celui où la relation parentale survit à la relation conjugale. Cf. B. Bastard, L. Cardia-Vonèche : Le divorce autrement : la médiation familiale. Paris. Syros. 1990 et C. Martin, Les médiations familiales. Structures, modèles d'intervention, publics et rapports au judiciaire, Rapport pour le Ministère de la justice, CERSOF, université Paris 5, 1994, 182 pages.

13 Pour le distinguer du « capital social » de Pierre Bourdieu. Cf. « Le capital social », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°31,1980.

14 R. Castel : La gestion des risques. De l'anti-psychiatrie à l'après psychanalyse. Paris. Minuit. 1981, p.189.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search