Version classiqueVersion mobile

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Famille et question sociale

1Famille et question sociale sont profondément liées. En effet, la famille apparaissant comme un mode de protection élémentaire des personnes et des biens, l'instabilité familiale a été conçue essentiellement comme une menace, que ce soit pour les personnes ou pour la collectivité publique, ses normes, ses valeurs et ses deniers. En ce sens déjà, famille et État sont dans un rapport de complémentarité. Depuis peu, l'accroissement de l'instabilité familiale, la fragilité des liens primaires a renforcé cette composante familiale de la question sociale.

  • 1 Voir D. Le Gall et C. Martin, Les familles monoparentales. Évolution et traitement social, Paris, (...)

2Les ménages monoparentaux retiennent l'attention des pouvoirs publics et des spécialistes de la famille et des problèmes sociaux depuis près de vingt ans seulement. Non que ces situations familiales soient soudainement apparues au milieu des années soixante-dix ; mais ce n'est qu'à cette période que l'on a traduit et popularisé l'expression permettant de désigner et de regrouper les familles où un seul parent, célibataire, séparé, divorcé ou veuf, élève son ou ses enfants. L'intérêt qu'on leur porte est lié à la fois à la progression quantitative du phénomène, mais surtout aux problèmes sociaux qu'elles sont susceptibles d'engendrer1.

  • 2 Les familles monoparentales représentaient 9 % des familles avec enfants de moins de 25 ans en 196 (...)

3En effet, l'accroissement du nombre de ces ménages n'est pas aussi considérable qu'on le laisse parfois entendre2 Le véritable bouleversement intervenu depuis le milieu des années soixante-dix est essentiellement lié au fait que c'est désormais la fragilité des couples qui est majoritairement à l'origine de ces situations familiales, et non plus le décès du conjoint. En 1968, près de 55 % des familles monoparentales étaient consécutives au veuvage, alors que ces cas ne représentent plus que 20 % en 1990. A contrario, plus de six situations monoparentales sur dix sont aujourd'hui le résultat d'une désunion (séparation ou divorce).

  • 3 13 % percevaient l'Allocation de Parent Isolé en 1990 et 21 % le Revenu Minimum d'Insertion en 199 (...)

4Certes, ces situations familiales se sont relativement banalisées au cours des vingt dernières années, atténuant quelques-uns des stigmates dont souffraient les mères seules jusqu'à la fin des années soixante. Mais elles continuent de poser aux pouvoirs publics de nombreuses questions en particulier financières, du fait de leur vulnérabilité économique. Même si une minorité des familles monoparentales font l'objet de mesures de revenu minimum3, il est incontestable que nombre d'entre elles connaissent ce que l'on dénomme aujourd'hui la précarité et que la monoparentalité est le plus souvent perçu comme un « risque social ».

  • 4 J. Millar : « Lone Mothers and Poverty », in : Glendinning C. & J. Millar, Women and Poverty in Br (...)
  • 5 « La moitié des familles hispaniques et noires dirigées par une femme et environ un cinquième des (...)
  • 6 Voir N. Lefaucheur & C. Martin, « Lone Parent Families in France. Situation and Research », in : J (...)

5La situation économique des ménages monoparentaux est cependant nettement moins difficile en France, qu'en Angleterre ou aux États-Unis. Dans l'hexagone, en effet, les femmes chefs de famille occupent majoritairement des emplois à temps plein, et ceci, pour une bonne part, grâce à la scolarisation précoce et aux services de garde de la petite enfance, qui sont considérablement plus développés et accessibles que dans ces pays anglo-saxons. Le lien entre monoparentalité et pauvreté est donc loin d'être aussi net qu'en Angleterre, où les deux tiers des femmes en situation monoparentale vivent en dessous du seuil de pauvreté4 qu'aux États-Unis où 45 % sont dans ce cas, sachant qu'en 1990, les familles ayant une femme à leur tête représentaient 53 % des familles pauvres, et que la pauvreté était beaucoup plus élevée parmi les minorités ethniques que chez les blancs5 En France, on estime généralement qu'environ un quart de ces ménages connaissent des situations de pauvreté ou de dépendance à l'égard du système redistributif6.

La vulnérabilité relationnelle

6Si séparations et divorces entraînent systématiquement un appauvrissement des ménages, ces événements ne font donc pas basculer tous les foyers monoparentaux dans la pauvreté ou dans la dépendance à l'égard du système redistributif. D'autres variables que la seule rupture conjugale rentrent en ligne de compte. C'est moins en effet la structure familiale comme telle qui compte, que le fait que la mère en situation monoparentale soit active ou non, que l'ex-conjoint contribue ou non à l'entretien des enfants, et que la parentèle fournisse ou non de l'aide. Le réseau familial, voire le réseau de sociabilité tout entier, jouent un rôle de protection et d'intégration sociale, en étant non seulement des vecteurs d'entraide (au plan financier, de l'aide quotidienne, de la garde des enfants, de l'accès au logement ou au travail, etc.), mais aussi de sociabilité.

7Nous proposons de parler de « vulnérabilité relationnelle » lorsque ce tissu de proximité est absent, fragile ou n'est pas, ou plus, mobilisable. Cette forme de vulnérabilité est souvent liée à la vulnérabilité économique, sans qu'il soit aisé de distinguer la part de l'une et de l'autre. Le plus souvent, elles se renforcent mutuellement et peuvent déboucher sur ce que l'on dénomme aujourd'hui communément l'exclusion.

  • 7 Le Centre d'études des revenus et des coûts (CERC) a mis en évidence, à partir des résultats de l' (...)
  • 8 Voir C. Martin, « Le « risque solitude » : Divorces et vulnérabilité relationnelle », Revue intern (...)

8Avec la crise de l'État-providence et des formes de la protection collective, on reconnaît de plus en plus souvent le rôle et l'importance du lien familial et de cette protection assurée par les proches. L'apparition d'une « nouvelle pauvreté » dans le courant des années 80, c'est-à-dire une pauvreté conçue comme une menace pour des personnes « aptes au travail », qui ont connu un « accident de trajectoire », basculant ainsi dans la sphère de la précarité, n'est pas pour rien dans ce renouvellement de perspective. Parmi ces « accidents de trajectoire », on trouve bien sûr au premier rang la perte de l'emploi, mais les ruptures familiales apparaissent également comme une source de désinsertion ou d'exclusion7. Pour notre part, nous faisons l'hypothèse de l'émergence d'un véritable « risque solitude », qui souligne le rôle de la famille comme source d'intégration sociale8.

  • 9 Comme le suggère également J.-C. Kaufmann, « Vie hors couple, isolement et lien social : figures d (...)

9Cette hypothèse d'une vulnérabilité relationnelle nécessite cependant de distinguer deux phénomènes : la solitude et l'isolement9 Pour certains, le fait de demeurer en situation monoparentale n'engendre ni isolement, ni solitude. Ces personnes peuvent avoir choisi de rester dans cette situation, sans être pour autant coupées de leur famille, de leur ex-conjoint et de sa parenté et/ou d'un réseau serré d'amis et de collègues. Pour d'autres, la même situation peut provoquer un profond sentiment de solitude, sans isolement, et correspondre à un échec des diverses tentatives de refaire sa vie. Pour d'autres encore, isolement et solitude se conjuguent.

10Au centre de cet écart d'attitude qui différencie des personnes vivant sans conjoint, est donc posée non seulement la question de leur isolement effectif, (autrement dit du réseau plus ou moins restreint dont elles disposent), mais aussi celle de leur sentiment d'être isolées ou au contraire entourées. Ainsi, par exemple, le sentiment de solitude peut être lié au projet conjugal, à la manière dont une personne se projette dans l'avenir, seule ou en couple. On peut être entouré par de nombreux proches, membres de la famille et/ou amis, et se sentir seul pour n'avoir pas trouvé « l'âme sœur ». Cela dépend aussi de l'idée que chacun se fait de son réseau de proches, de ce sur quoi est fondée cette « proximité » ou cette intimité. Est-ce une question de fréquence des rencontres, d'importance du soutien reçu et/ou échangé, d'intensité émotionnelle ou de durée de la relation ? Est-ce une qualité réservée aux membres de la parenté, ou plutôt aux amis ? Ou encore, est-ce lié à la satisfaction que l'intéressé retire de ce réseau de proximité en termes de fiabilité, d'inconditionnalité, etc. ? Ces quelques éléments montrent qu'il est délicat d'évaluer la « vulnérabilité relationnelle ».

Recomposer une famille

  • 10 Voir M.-T. Meulders-Klein et I. Théry (Éd.), Les recompositions familiales aujourd'hui, Paris, Nat (...)
  • 11 N. Lefaucheur, « Sur la scène de l'anormalité familiale », in M.-T. Meulders-Klein et I. Théry (Éd (...)

11Après avoir privilégié l'étude des effets psychoaffectifs sur les enfants, puis les effets économiques et sociaux de la désunion, le débat scientifique sur l'après-divorce s'oriente depuis peu sur la mobilité de ces situations et, tout particulièrement, sur la recomposition familiale, dont on souligne actuellement la progression considérable10. On ne peut manquer d'être frappé par ce déplacement du débat scientifique et par l'image sociale de ces « nouvelles familles ». Si elles partagent avec les familles monoparentales un certain nombre de stigmates issus d'un passé de « haine des secondes noces »11, elles sont présentées sous un jour beaucoup plus sympathique et réconfortant (dans les médias, notamment) : les familles recomposées sont les nouvelles familles nombreuses, de véritables petites tribus dans lesquelles adultes et enfants font l'apprentissage d'une nouvelle « démocratie familiale », forgent de nouvelles normes, voire même une nouvelle figure du lien familial.

12Pour autant, la recomposition n'est sans doute pas l'issue de toutes les situations monoparentales. Pour recomposer une famille, il faut le vouloir, d'une part, et le pouvoir, de l'autre. Si les données disponibles soulignent le fait que l'on recompose plus souvent une famille dans les milieux populaires que dans les couches moyennes ou aisées, notamment pour des raisons économiques, il faut sans doute nuancer ce constat en tenant compte des logiques des acteurs eux-mêmes et des contraintes dans lesquelles se dessinent leurs trajectoires conjugales et familiales.

  • 12 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

13L'objectif de cet ouvrage est de rendre compte de la diversité, et souvent de la complexité de ces trajectoires de séparé(e)s et divorcé(e)s, de montrer dans quelle mesure la rupture du lien conjugal peut fragiliser les liens familiaux, voire l'ensemble des liens sociaux, jusqu'à engendrer parfois l'exclusion ou, pour reprendre un concept moins galvaudé, la « désaffiliation »12.

14Pour comprendre ces trajectoires, nous proposons de recourir à une double perspective : d'une part, l'histoire des représentations sociales et des normes en matière d'instabilité familiale ou l'évolution du traitement social des dissociations familiales, et, d'autre part, l'analyse empirique d'une cohorte de séparés et divorcés dans les années qui ont suivi la rupture.

  • 13 Pour reprendre le titre de l'ouvrage d'Irène Théry, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Od (...)

15Au-delà de « l'après-divorce » comme séquence de vie, notre interrogation porte sur le lien familial et ses recompositions en ces temps de « démariage »13.

La question familiale

  • 14 Comme l'écrivait E. Durkheim, « ces questions nous touchent de si près que nous ne pouvons nous em (...)
  • 15 Ce que suggère Jacques Commaille en ces termes : « Peut-on approcher sociologiquement la famille e (...)
  • 16 « La famille n'est pas seulement un espace privé. Elle est aussi une structure qui transmet des pr (...)
  • 17 Pour reprendre la formule de M. Foucault : « La gouvernementalité », Actes, n°54, 1986.

16La notion de « famille » renvoie chacun à une expérience particulière apparemment si évidente14 qu'il est aisé d'oublier qu'au-delà de cette réalité privée en existe une autre, tout aussi déterminante, celle de la définition sociale ou publique de la famille15. Cette notion ne recouvre pas seulement des pratiques concrètes, des modes de vie, des partages quotidiens, des interactions et des « bricolages » familiaux. Elle correspond aussi à ce qu'une société donnée perçoit comme instance légitime de reproduction sociale. « La famille » constitue un enjeu politique de premier ordre, une des instances par lesquelles la société se reproduit elle-même16. La plupart des idéologies socio-politiques y ont d'ailleurs consacré une place importante, voyant au travers de l'institution familiale un modèle de « gouvernementalité »17. Ce double registre de la « question familiale », pratique et politique, privé et public, rend complexe son analyse.

  • 18 F. de Singly : « Pour une autonomie relative de la sociologie de la famille », in : A. N. de Almei (...)

17Nombre de recherches choisissent souvent de privilégier l'une ou l'autre de ces dimensions. Ce faisant, les chercheurs se positionnent dans des champs de spécialité différents ; les uns se référant à la socio-démographie de la famille ; d'autres à la sociologie du droit ou des politiques sociales ; d'autres encore à la sociologie de la science, ou à l'analyse socio-politique des idéologies familiales, etc. Pourtant, le franchissement de ces frontières de spécialistes, le rapprochement de leurs modes de lecture et de leurs problématiques, permettent probablement de mieux saisir le sens de cet objet « famille », en appréhendant l'ensemble des éléments qui participent à le définir socialement. Comme l'écrit François de Singly, à propos de la sociologie de la famille, « l'idéal sociologique serait de parvenir à tenir les deux bouts, celui de l'ordre social et celui des interactions sans mettre exclusivement le second au service du premier »18.

  • 19 E. Durkheim insistait déjà sur ce point dans son cours de sociologie de la famille au début du siè (...)

18C'est la perspective de ce travail. Il nous semble difficile, en effet, d'aborder les pratiques familiales, ici en l'occurrence les désunions, sans en même temps tenter de saisir ce qui est à l'œuvre d'un point de vue normatif à leur sujet, que ce soit au niveau de la société globale ou au niveau des acteurs eux-mêmes, de leurs pratiques et interactions. Considérant que la famille n'est pas réductible à un ensemble de comportements, d'attitudes ou de modes de vie, mais qu'elle est en même temps objet de politiques, voire même objet politique tout court19, nous souhaitons également l'aborder en tant que représentation sociale ou système normatif.

19La dissociation familiale doit être lue dans cette double perspective : d'une part, en partant des pratiques et représentations des acteurs eux-mêmes et, d'autre part, en étudiant l'image que s'en fait la société globale, image qui varie au fil du temps, en fonction de l'amplitude du phénomène, des couches sociales qu'il concerne, mais aussi des idéologies dominantes et des problèmes socio-politiques prioritaires.

20Ce double angle de lecture permet d'appréhender la « production normative » dont ces pratiques sont l'objet, c'est-à-dire le processus continuel de définition et de redéfinition des normes (sociales et juridiques). L'intérêt consiste alors à confronter ces deux niveaux, celui de l'ordre social et celui des interactions, à interpréter leur articulation, leurs liens : le traitement social et institutionnel encadrant ou, au contraire, s'ajustant aux pratiques ; les pratiques contournant ou, au contraire, se modelant sur les définitions institutionnelles.

Du fait juridique au fait social

  • 20 J. Commaille : Familles sans justice ? Le droit et la justice face aux transformations de la famil (...)

21Même si la désunion n'est pas réductible au divorce, en particulier aujourd'hui, où les couples se fondent de plus en plus souvent hors du mariage, ou se défont hors du divorce, c'est principalement autour de celui-ci que se dessine l'essentiel des représentations sociales. Le traitement social de la désunion s'est donc longtemps limité à celui du divorce lui-même, dans la mesure où, comme l'écrit J. Commaille, « le divorce est d'abord un acte juridique faisant l'objet d'une décision judiciaire et où par conséquent, formellement le fait social est ici, plus encore peut-être que pour d'autres comportements familiaux, déterminé par le fait juridique »20.

22Nous verrons cependant que l'image du divorce n'est pas réductible à son traitement légal, et qu'elle s'apparente à celle d'autres pratiques familiales comme les naissances illégitimes ou la maternité célibataire ; ces pratiques ayant en commun de s'être écartées de la norme familiale dominante durant les deux derniers siècles : la famille nucléaire. La manière dont est vécu le divorce dépend partiellement des normes familiales en vigueur et du regard que l'on porte sur lui. Et ce regard varie en fonction des savoirs dominants sur le sujet ; eux-mêmes étant étroitement liés aux enjeux socio-politiques.

23Avant d'observer empiriquement ce qui se passe aujourd'hui après le divorce pour ceux qui en font l'expérience, il nous semble donc indispensable de retracer historiquement les problématiques et les paradigmes qui ont présidé à la lecture de ce phénomène, dans la mesure où ils ont participé à façonner nos représentations courantes.

  • 21 Cf. principalement les articles suivants N. Lefaucheur : « La résistible création des accoucheurs (...)

24Cette analyse doit beaucoup à Nadine Lefaucheur qui, dans une optique de sociologie de la science, propose une mise en perspective historique du traitement scientifique des situations familiales dites « anormales ». Qu'il s'agisse des enfants abandonnés ou des naissances illégitimes de l'Ancien Régime à la période Révolutionnaire ; des filles-mères au tournant du siècle ; des enfants et adolescents de la dissociation familiale après-guerre ; ou des familles monoparentales de la fin des années soixante-dix, une constante apparaît à la lecture de ses travaux : la construction d'un ensemble de « risques » par divers spécialistes (médecins-démographes, médecins-accoucheurs, pédopsychiatres, psychologues, sociologues ou travailleurs sociaux) ; construction elle-même analysable à la lumière des débats et des enjeux politiques qui caractérisent chacune de ces époques21.

  • 22 J. Commaille : Le divorce en France. De la loi de 1975 à la sociologie du divorce. Paris. La Docum (...)
  • 23 « L'expression régulation juridique de la famille signifie pour nous que la famille est agie par u (...)
  • 24 Voir R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Op. cit.

25Nous devons également beaucoup aux recherches de Jacques Commaille, non seulement celles qu'il a consacrées spécifiquement au divorce22, mais aussi aux rapports entre droit de la famille et pratiques sociales, dans lesquelles il propose d'échapper à la classique alternative qui oppose l'ajustement du droit aux mœurs et l'encadrement des pratiques privées par les mesures publiques. « La famille » est, pour reprendre ses termes, l'objet d'une « régulation sociale et juridique »23. La gestation de ce travail s'est inspirée aussi des réflexions de Robert Castel, qui a accompagné la thèse dont il est tiré, sur les transformations profondes de notre système de protection collective, sur l'articulation entre solidarités publiques et privées et sur l'histoire du traitement des précaires24.

  • 25 Cf. J. Donzelot : La police des familles, Paris, Éd. de Minuit, 1977.
  • 26 Cf. R. Lenoir : « L'effondrement des bases sociales du familialisme », Actes de la recherche en sc (...)
  • 27 Voir, par exemple, M. Chauvière, « La famille, nouvel espace public ? La construction d'une compét (...)

26Le fait d'attribuer une attention particulière à ces mécanismes de régulation publique d'enjeux privés, apparente encore notre démarche à celles de Jacques Donzelot25, lorsqu'il démonte les rapports entre normalisation des conduites et libéralisation de la famille, ou encore aux travaux de Rémi Lenoir ou de Michel Chauvière, lorsqu'ils étudient le processus de construction de « la famille » comme catégorie de l'action politique, soit en termes de lutte entre différents champs (religieux, juridique, politico-administratif, médical, psychologique, démographique, médiatique), chacun cherchant à imposer sa définition légitime et ainsi à produire les représentations dominantes, à partir desquelles s'élaborent les habitus des agents26, soit comme construction des intérêts familiaux dans des cadres administratifs ou paraétatiques, comme les associations familiales27. À cela, nous souhaitons ajouter la logique des acteurs familiaux eux-mêmes, dans la mesure où ils participent de ce processus de production normative ou de redéfinition des normes, et ce de manière variable selon leur position sociale.

Coûts et conséquences de la « liberté familiale »

  • 28 Voir J. Commaille : « La régulation juridique de la famille en France ». Op. cit. Cf. également M. (...)

27Ces rapports complexes du « privé » et du « public », mais aussi du « normal » et de « l'anormal », en matière familiale ont connu de profondes évolutions sur la période récente (notamment depuis les réformes de la fin des années soixante et de la décennie soixante-dix). La plupart des spécialistes s'accordent pour reconnaître une neutralité croissante du « public » à l'égard de l'organisation du « privé »28. Le modèle familial nucléaire, érigé en norme absolue au siècle dernier, s'est effrité pour faire place aux « familles au pluriel ».

  • 29 L. Roussel : La famille incertaine. Paris. Odile Jacob. 1989. p. 259.
  • 30 J. Commaille : « Nouvelle légalité et mode d'analyse des comportements familiaux », in T. Hibert, (...)

28Au point même de faire le constat d'une « désinstitutionnalisation », qui se traduit aussi bien par l'assouplissement des normes juridiques, que par une « résolution commune des hommes et des femmes de tenir les relations de couple à l'écart de toute emprise extérieure, en particulier de celle qui jusque-là contrôlait la vie familiale : l'institution »29. « La loi et le règlement seraient de moins en moins les éléments d'une raison méta-sociale, l'incarnation même des "méta-garants juridiques" et de plus en plus perçus et utilisés comme un ensemble de ressources sollicitées et modelées par des acteurs. Ce nouveau profil de la régulation juridique s'inscrit lui-même dans une "crise des régulations traditionnelles" marquée par l'émergence d'un nouveau modèle de gestion des relations sociales : celui de la "négociation permanente". »30.

  • 31 Cf. F. de Singly : Fortune et infortune de la femme mariée. Paris. PUF. 1987.
  • 32 R. Sennett : Les tyrannies de l'intimité. Paris. Seuil. 1979.

29Ce rejet de la référence institutionnelle et la recherche d'un modèle qui donne libre champ aux choix individuels, à la négociation, et à l'idéologie de l'amour conjugal31 a manifestement de nombreuses conséquences et un coût : le développement des « tyrannies de l'intimité », de l'aliénation de la transparence, annoncées par Richard Sennett32, mais surtout la fragilisation de l'équipe conjugale et le renforcement des inégalités sociales.

  • 33 « La promotion d'une égalité et d'une liberté formelles dans les comportements du "privé" a des co (...)

30D'ailleurs, parallèlement à ce recul de la référence institutionnelle de la famille, l'intervention publique s'est accrue sur le versant social, pour réguler les effets sociaux de cette « liberté » d'organisation de la sphère « privée », aboutissant à une « socialisation du droit ». J. Commaille voit là l'accomplissement de la prédiction de Durkheim, selon laquelle la privatisation de la famille s'accompagnerait d'une présence de plus en plus grande de l'État dans la vie de famille33.

31C'est pourquoi il nous semble peut-être moins urgent d'essayer d'émanciper la sociologie de la famille d'une sociologie des classes sociales, que de critiquer la tendance actuelle à faire des « nouvelles pratiques familiales » les modèles ou les figures des familles de demain. En effet, le plus souvent, cette tendance privilégie l'analyse des pratiques qui correspondent à « l'ethos » de certaines catégories sociales (les couches moyennes ou modernistes) et négligent de prendre en compte les disparités socio-économiques et culturelles, avec ce que celles-ci entraînent, y compris en termes d'identités.

32Ainsi, la précarité conjugale a des effets nombreux et variables selon les situations et les trajectoires : effets économiques, psychologiques, relationnels, professionnels, résidentiels, etc., mais aussi effets identitaires et normatifs. Au-delà de l'attitude de plus en plus libérale du droit et de la société globale à l'égard de la dissociation familiale, les acteurs concernés ont aussi leurs représentations, leurs normes de référence, leurs manières de saisir et d'interpréter ce phénomène, en fonction de leur milieu d'appartenance, ce qui peut les amener à vivre des trajectoires différenciées et à se montrer plus ou moins tolérants à l'égard de telles pratiques.

33Pour répondre à l'exigence de pluralité et d'assouplissement normatif, il est fréquent aujourd'hui de se limiter à multiplier les catégories de famille en fonction de leur structure : familles à deux parents, familles monoparentales, familles à beau-parent. Mais ces catégories sont au moins autant un obstacle qu'une aide à la compréhension des situations familiales, parce qu'elles ne permettent de qualifier que des séquences de la vie familiale et occultent les écarts fondamentaux liés à des variables aussi élémentaires que l'âge, le sexe ou le milieu social. L'important est de suivre des trajectoires et non de se focaliser sur des séquences isolées les unes des autres.

Transitions familiales et production normative

34Dans cet ouvrage, nous proposons, dans un premier temps, de reconstruire l'évolution des représentations savantes et institutionnelles de la désunion ; manière de délimiter le « champ normatif » dont ces pratiques ont été, et sont encore l'objet. Comment la société globale a-t-elle envisagé séparations et divorces au fil du temps ? Quels sont les principaux modes d'interprétation de ce phénomène social ? Quels paradigmes se sont imposés pour expliquer ses causes et ses effets ? Quels éléments permettent de comprendre l'évolution de ces modes d'interprétation du phénomène ?

35À travers la reconstitution historique de ces représentations savantes et institutionnelles, notre objectif est de repérer les contenus et les mécanismes de la production normative à l'œuvre du côté de « l'ordre social ». Si la rupture de la famille a toujours été considérée comme une source de « risques », ceux-ci ont été différemment construits selon les époques et les savoirs dominants : risque moral, risque économique (qui va payer pour l'enfant ?), risque éducatif, risque de pauvreté, et depuis peu, risque de désinsertion, d'isolement, de solitude, et donc de dépendance à l'égard de la solidarité publique. Dans cette première étape, notre hypothèse est que la lecture scientifique de l'après-divorce connaît depuis peu une nouvelle phase, prenant appui sur des concepts-comme ceux de « capital social », de réseau de sociabilité, de support social, de parentèle ou de lien familial qui, s'ils n'ont rien de véritablement nouveau, correspondent à l'un des enjeux socio-économiques et politiques contemporains : l'exclusion.

  • 34 Cf. C. Martin, « Solidarités familiales : débat scientifique, enjeu politique », in J.-C. Kaufmann (...)
  • 35 M. Segalen : « Introduction ». Jeux de familles. Paris. Presses du CNRS. 1991, p. 14.
  • 36 R. Castel : « De l'indigence à l'exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabili (...)

36Parce qu'elle demeure un des principaux vecteurs de l'intégration sociale, une forme de protection contre les difficultés de l'insertion dans la société globale, la famille a souvent été conçue comme une richesse, un capital. C'est de plus en plus le cas aujourd'hui, où l'on semble redécouvrir les vertus des solidarités familiales parallèlement à la crise de l'État-providence34. Comme l'écrivait récemment Martine Segalen, « la redécouverte des liens familiaux aux multiples usages, la célébration de la famille compensent en quelque sorte le retrait de l'État providence »35. La famille joue (et est appelée par les pouvoirs publics à jouer de plus en plus) un rôle de « protection rapprochée » pour chaque individu. À tel point qu'être dépourvu d'insertion dans une « sociabilité socio-familiale », pour reprendre les termes de Robert Castel, est parfois perçu comme un risque majeur : le risque d'être isolé, « désaffilié »36.

37Nous chercherons, dans un deuxième temps, à évaluer la vulnérabilité des ménages qui traversent une désunion, en analysant les trajectoires d'un échantillon de parents séparés et divorcés. De cette manière, nous souhaitons complexifier et affiner l'équation : « monoparentalité = pauvreté ». Car, en effet, il est évident que ces situations ne débouchent pas toutes sur la pauvreté. Certaines de ces familles ne connaîtront probablement jamais la précarité économique, et ne basculeront donc pas dans la « dissociation sociale », évoquée par Robert Castel.

38Et au-delà de la précarité économique, la désunion implique-t-elle une vulnérabilité relationnelle ? Avec le conjoint, est-ce une large part du réseau de relations qui disparaît, et avec lui l'ensemble des services, soutiens qu'il apportait ? Nous tenterons de prendre la mesure de ces solidarités familiales, de l'entraide des proches dans les cas de dissociation, et d'analyser ce sur quoi elles se fondent.

39La désunion, comme rupture, cassure d'une configuration, implique un changement dans une trajectoire ; des changements complexes, multiples. Elle inaugure une nouvelle phase : la monoparentalité, dont les effets sont extrêmement variables selon les personnes et les milieux sociaux ; phase qui peut déboucher sur de nouvelles situations familiales, plus complexes encore : des secondes familles, des familles recomposées, des familles qui ne peuvent pratiquement faire appel à aucune norme collective, à aucune prescription sociale. Des familles anomiques ? Nous tenterons de repérer, dans un dernier temps, les mécanismes et les facteurs de la recomposition familiale, de saisir auprès des acteurs les processus de définition de rôles, les repérages normatifs auxquels ils font appel ou qu'ils construisent de manière ad hoc ; un autre volet de la production normative en somme, mais cette fois du côté de l'ordre des interactions.

Notes

1 Voir D. Le Gall et C. Martin, Les familles monoparentales. Évolution et traitement social, Paris, ESF, 1987.

2 Les familles monoparentales représentaient 9 % des familles avec enfants de moins de 25 ans en 1968 et 13,2 % en 1990. Nous reviendrons sur ce point dans la première partie de cet ouvrage.

3 13 % percevaient l'Allocation de Parent Isolé en 1990 et 21 % le Revenu Minimum d'Insertion en 1992.

4 J. Millar : « Lone Mothers and Poverty », in : Glendinning C. & J. Millar, Women and Poverty in Britain. The 1990s, London, Harvester Wheatsheaf.

5 « La moitié des familles hispaniques et noires dirigées par une femme et environ un cinquième des foyers de même origine dirigés par un homme sont pauvres, soit deux fois plus que chez les blancs ». C. Haghighat, L'Amérique urbaine et l'exclusion sociale, Paris, Puf, 1994, p. 72. Voir aussi I. Garfinkel & S. McLanahan, Single Mothers and their Children. A New American Dilemma, Washington D.C., Urban Institute Press et I. Garfinkel & S. McLanahan, « Single Motherhood in the United States : Growth, Problems and Policies », in : J. Hudson & B. Galloway (Eds), Single Parent Families. Perspectives on Research and Policy, Toronto, Thompson Educational Publishing Inc, 1993.

6 Voir N. Lefaucheur & C. Martin, « Lone Parent Families in France. Situation and Research », in : J. Hudson & B. Galloway (Eds), Single Parent Families. Perspectives on Research and Policy, Toronto, Thompson Educational Publishing Inc, 1993.

7 Le Centre d'études des revenus et des coûts (CERC) a mis en évidence, à partir des résultats de l'enquête de l'INSEE « situations défavorisées » de 1986/1987, les rapports qui existent manifestement entre chômage et rupture conjugale, l'un entraînant l'autre et réciproquement pour provoquer des situations de précarité et d'exclusion sociale. S. Paugam, J.-P Zoyem & J.-M. Charbonnel, Précarité et risque d'exclusion en France, Documents du CERC. Paris, La Documentation Française, 1993.

8 Voir C. Martin, « Le « risque solitude » : Divorces et vulnérabilité relationnelle », Revue internationale d'action communautaire, Montréal, n° 29, 1993 et également C. Martin, « Trajectoires post-divorce et vulnérabilité », in S. Paugam (Éd.), L'exclusion, l'état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 172-182.

9 Comme le suggère également J.-C. Kaufmann, « Vie hors couple, isolement et lien social : figures de l'inscription relationnelle », Revue française de sociologie, XXXV, 1994, p. 593-617.

10 Voir M.-T. Meulders-Klein et I. Théry (Éd.), Les recompositions familiales aujourd'hui, Paris, Nathan, 1993.

11 N. Lefaucheur, « Sur la scène de l'anormalité familiale », in M.-T. Meulders-Klein et I. Théry (Éd.), Les recompositions familiales aujourd'hui. Op. cit.

12 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

13 Pour reprendre le titre de l'ouvrage d'Irène Théry, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 1993.

14 Comme l'écrivait E. Durkheim, « ces questions nous touchent de si près que nous ne pouvons nous empêcher d'y mêler nos passions ». E. Durkheim : « Introduction à la sociologie de la famille (1888) ». In Textes. Tome III. Fonctions sociales et institutions. Paris. Les éditions de Minuit. 1975, p. 24.

15 Ce que suggère Jacques Commaille en ces termes : « Peut-on approcher sociologiquement la famille en s'en tenant simplement aux comportements et aux attitudes sans considérer les fondements normatifs et ce que ceux-ci révèlent des autres déterminations socio-économiques et culturelles qui pèsent sur la famille ? » J. Commaille : « D'une sociologie de la famille à une sociologie du droit. D'une sociologie du droit à une sociologie des régulations sociales », Sociologie et sociétés, Montréal, vol. XVIII-1, avril 1986, p. 113.

16 « La famille n'est pas seulement un espace privé. Elle est aussi une structure qui transmet des principes et des normes, qui assure des protections aux individus, qui les inscrit dans des régulations collectives ». R. Castel : « L'État providence et la famille : le partage précaire de la gestion des risques sociaux », in F. de Singly et F. Schultheis (Éd.), Affaires de familles, affaires d'État, IFRAS. Éd. de l'Est. 1991, p. 25.

17 Pour reprendre la formule de M. Foucault : « La gouvernementalité », Actes, n°54, 1986.

18 F. de Singly : « Pour une autonomie relative de la sociologie de la famille », in : A. N. de Almeida et M.D. Guerreiro et al., Familles et contextes sociaux. Les espaces et les temps de la diversité. Centra de Investigaçao e Estudos de Sociologia AISLF. Université de Lisbonne. 1992, p. 310.

19 E. Durkheim insistait déjà sur ce point dans son cours de sociologie de la famille au début du siècle, en évoquant le rôle de l'État dans la promotion de la famille conjugale. « Ce qui est le plus nouveau dans ce type familial, c'est l'intervention toujours croissante de l'État dans la vie intérieure de la famille. On peut dire que l'État est devenu un facteur de la vie domestique ». Cf. E. Durkheim. Op. cit., p. 38.

20 J. Commaille : Familles sans justice ? Le droit et la justice face aux transformations de la famille. Paris. Le Centurion. Collection « Justice humaine ». 1982, p. 42.

21 Cf. principalement les articles suivants N. Lefaucheur : « La résistible création des accoucheurs des hôpitaux », Sociologie du travail. Vol. XXX, 1988, p. 323-352. N. Lefaucheur : « Du bâtard aux filles-mères ou du modèle angélique au modèle patriotique », La famille, la loi, l'État. De la Révolution au Code civil. Textes réunis par I. Théry et C. Biet. CRIV. Histoire et Société. Paris. Imprimerie Nationale, éditions du Centre Georges Pompidou. 1989. N. Lefaucheur : « Dissociation familiale et délinquance juvénile ou la trompeuse éloquence des chiffres », in D. Le Gall & C. Martin (Éd.), Familles et politiques sociales, Paris, L'Harmattan, « Logiques sociales », 1996.

22 J. Commaille : Le divorce en France. De la loi de 1975 à la sociologie du divorce. Paris. La Documentation française. 1980 et Familles sans justice ? Op. cit.

23 « L'expression régulation juridique de la famille signifie pour nous que la famille est agie par un mode particulier de « contrôle social » qui s'appelle le droit, c'est-à-dire par un ensemble d'interventions qui obéissent à des volontés de contrainte, d'entérinement ou d'incitation des pratiques familiales. La régulation juridique participe de la relation du « public » (l'État, le pouvoir politique) par rapport au « privé » (le domestique, la famille) ; cette relation n'est pas unilatérale mais peut être interactive ». J. Commaille : « La régulation juridique de la famille en France. Le droit saisi par la sociologie », in Affaires de familles, affaires d'État. Op. cit., p. 66. Pour un développement de cette perspective, on se reportera à l'ouvrage publié depuis la rédaction de ce manuscrit par Jacques Commaille, L'esprit sociologique des lois. Essai de sociologie politique du droit, Paris, Puf, collection « Droit, éthique, société », 1994.

24 Voir R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Op. cit.

25 Cf. J. Donzelot : La police des familles, Paris, Éd. de Minuit, 1977.

26 Cf. R. Lenoir : « L'effondrement des bases sociales du familialisme », Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, Éd. de Minuit, n°57-58, juin 1985, p. 69-88 - R. Lenoir : « Transformations du familialisme et reconversions morales », Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, Éd. de Minuit, n°59, septembre 1985, p. 3-47 et R. Lenoir : « L'État et la construction de la famille », Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, Éd. de Minuit, n°91-92 mars 1992, p. 20-37.

27 Voir, par exemple, M. Chauvière, « La famille, nouvel espace public ? La construction d'une compétence politico-administrative » in CRESAL (Éd), Les raisons de l'action publique. Entre expertise et débat, Paris, l'Harmattan, p. 107-123.

28 Voir J. Commaille : « La régulation juridique de la famille en France ». Op. cit. Cf. également M.A. Glendon : State, Law and Family. Family Law in the United States and Western Europe. Amsterdam - New-York - Oxford. North Holland Publishing Company. 1977. J. Carbonnier : Flexible droit. Pour une sociologie du droit sans rigueur. LGDJ. 6e édition. 1988. J. Rubellin-Devichi, « Les perspectives d'évolution de la famille et le droit », in Haut Conseil de la Population et de la Famille. Du politique et du social dans l'avenir de la famille. Paris. La Documentation française. 1992 ; et A.-J. Arnaud : « Le droit », in La famille. L'état des savoirs. Sous la direction de F. de Singly. Paris. La découverte. 1991, p. 356-363.

29 L. Roussel : La famille incertaine. Paris. Odile Jacob. 1989. p. 259.

30 J. Commaille : « Nouvelle légalité et mode d'analyse des comportements familiaux », in T. Hibert, L. Roussel (Éd.). La nuptialité. Évolution récente en France et dans les pays développés. Paris. PUF, INED. « Congrès et colloques », n°7, 1991, p. 43. Voir aussi, I. Théry, Le démariage, Op. cit.

31 Cf. F. de Singly : Fortune et infortune de la femme mariée. Paris. PUF. 1987.

32 R. Sennett : Les tyrannies de l'intimité. Paris. Seuil. 1979.

33 « La promotion d'une égalité et d'une liberté formelles dans les comportements du "privé" a des conséquences plus ou moins assumées suivant le sexe et l'appartenance sociale. Elle peut contribuer à la constitution de "risques" familiaux nécessitant l'extension du droit social, d'une gestion bureaucratique, une intervention étatique de plus en plus étendue. » J. Commaille : « La régulation juridique de la famille en France ». Op. cit. p. 68. Cf. également J. Commaille : « Normes juridiques et régulation sociale. Retour à la sociologie générale », in J. Chazel, J. Commaille (Éd.). Normes juridiques et régulation sociale. Paris. LGDJ. 1991, p. 13-22.

34 Cf. C. Martin, « Solidarités familiales : débat scientifique, enjeu politique », in J.-C. Kaufmann (Éd), Faire ou faire-faire. Familles et services, Presses universitaires de Rennes, 1996. Voir aussi, A. Pitrou : « Dépérissement des solidarités familiales », L'Année sociologique, Paris. Puf. Troisième série. Volume 37, 1987, p. 207-224.

35 M. Segalen : « Introduction ». Jeux de familles. Paris. Presses du CNRS. 1991, p. 14.

36 R. Castel : « De l'indigence à l'exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », in Face à l'exclusion. Le modèle français. Sous la direction de J. Donzelot. Paris. Éditions Esprit. 1991.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search