Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'après divorce

 | 
Claude Martin

Préface

Jacques Commaille

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le travail sur un objet de recherche en sciences sociales résulte le plus souvent d'une double spécialisation : celle par discipline, celle interne à une même discipline. Cette double spécialisation s'impose d'évidence. Le problème est de savoir comment elle s'impose et ce que cette contrainte nécessaire produit. La sociologie de la famille est-elle une spécialisation pertinente du point de vue des stricts critères de la connaissance ? Pourquoi pas. Tout dépend de la façon dont précisément elle appréhende son objet, dont elle prend en compte ou non ses différentes dimensions, dont elle résiste aux représentations que tentent de lui imposer les forces sociales à l'œuvre (y compris par la tentation de la notoriété dans les médias) autour de ce qui est bien un enjeu culturel et politique de première importance.

2L'ouvrage que nous propose Claude Martin dissipe toutes les préventions possibles en la matière. Sa réflexion part d'une revue critique des travaux consacrés à son sujet. Cette sorte de bilan constitue une superbe mise en perspective historique du domaine concerné et des enjeux sociaux, lesquels viennent interférer avec le discours de recherche comme une menace permanente d'idéologisation. Il permet également à son auteur, ainsi prévenu des pièges de l'objet, de construire son propre cadre d'analyse, lequel peut être ensuite appliqué au matériau recueilli dans le cadre d'enquêtes sur les trajectoires sociofamiliales de populations dites « en situation monoparentale ». Ce qui nous est offert alors, c'est une approche configurationnelle où la famille est redéfinie sous la forme d'un réseau de relations qui va jouer de façon différentielle suivant certaines variables sociales, dont celles perpétuant des inégalités. Des recompositions sont également susceptibles de s'opérer dans l'organisation de la structure conjugale-familiale mais, là aussi, différemment suivant les « capitaux » des anciens et des nouveaux partenaires.

3Les redéfinitions de la famille s'affirment pleinement grâce à cette approche configurationnelle qui est en même temps une approche dynamique : celle des variations dans le temps de la structure familiale.

4L'ampleur de ces redéfinitions est si grande qu'on peut finalement se demander s'il est encore possible d'utiliser un même mot – la famille – pour désigner des réalités qui n'ont plus grand chose à voir avec cette institution familiale classique... qui fondait la sociologie de la famille. Mais peut-être que la permanence dans l'usage du mot a le mérite de souligner que c'est bien cette famille là – la famille « traditionnelle » – qui reste la référence, l'étalon : dans les représentations sociales, dans le droit, dans les fondements de toute politique en la matière. Ce qu'on observerait, ce sont des écarts, des changements par rapport à cet état antérieur en partie historiquement mythique de la famille. Ce qu'on conçoit comme action possible, c'est celle qui se confronte aux effets de ces écarts jusqu'à l'expression plus ou moins déguisée de nostalgies multiples visant à la restauration d'un « âge d'or » de la famille.

5Les pratiques « familiales » que Claude Martin restitue dans toute leur complexité ne se développent pas, comme il le rappelle justement, dans un vide social. Bien au contraire. C'est pourquoi peut être évoquée une question familiale qui fait justement écho à la question sociale.

6Effectivement, au-delà de complexes causalités réciproques possibles entre précarisation familiale et précarisation sociale, la question de la famille constitue une entrée d'une exceptionnelle valeur heuristique dans la question sociale, celle-ci conçue elle-même, si l'on peut dire, comme question politique. En un mot, les redéfinitions de la famille participent des incertitudes croissantes concernant ce qu'Émile Durkheim considérait comme la fonction de socialisation. Les bouleversements de la famille viennent se cumuler avec les flottements de l'école et la crise du travail, ce « Grand Intégrateur » au sens d'Yves Barel (ou encore cet « effritement de la société salariale » au sens de Robert Castel) pour contribuer à éclairer ce qui serait un retour de la question sociale sous un triple aspect : celui des effets des mutations économiques ressentis directement par certains, celui d'un sentiment plus ou moins diffus éprouvé par beaucoup de vulnérabilité personnelle et d'incertitude sur l'avenir, celui d'un doute généralisé quant aux valeurs qui fondent et structurent la société, lient entre eux les individus qui la composent, constituent les éléments fondamentaux d'une transmission entre les générations.

7Dans cette perspective, la sphère privée (et ce qui s'y passe...) est indissociablement liée à la sphère publique. L'approche du lien familial et de ses transformations devient celle du lien social et participe de l'analyse des processus de construction de la citoyenneté avec un intérêt particulier logiquement accordé aux politiques publiques favorisant ou fragilisant cette dernière.

8L'ouvrage de Claude Martin vient pertinemment renforcer notre conviction : nous avons en l'occurrence à gérer une globalisation nécessaire des questions où les interrelations entre la sphère privée et la sphère publique s’inscrivent dans un contexte où le social, l'économique, le normatif et le politique agissent concomitamment de telle sorte que rien ne saurait être étudié de façon segmentée.

9C'est la raison pour laquelle, en particulier, sans discuter l'intérêt du droit civil quand il accomplit, grâce aux pratiques de spécialistes incontestés, sa mission de régulation normative, nous sommes très réservé quand ce même droit civil est utilisé, à lui seul, sans prendre en compte les autres paramètres, pour le développement de considérations philosophiques sur ce qui serait le sens de l'évolution de la société tout entière en relation avec celle de la sphère privée.

10Aborder la question de la famille exclusivement en référence au droit civil n'est pas neutre. En effet, ce droit est consacré essentiellement aux droits et devoirs de l'individu dans les relations avec ses proches. C'est donc de normes, de valeurs, de notions de responsabilité individuelles dont il va être question. Un tel regard nous paraît impliquer au moins un double postulat qui est plus ou moins implicite... ou plus ou moins conscient chez certains des « civilistes » de profession ou de croyance : un fondement a-social de la sphère privée ; l'impératif d'une régulation normative top down, c'est-à-dire maîtrisée par une élite s'incarnant dans des personnages politiques d'exception, des « Grands Prêtres », des « législateurs juridiques » ou encore des experts, dont le problème de leur légitimité ne saurait être résolu pour nous par leur éventuelle exceptionnalité ou leur compétence toute éminente qu'elle puisse être.

11Ramener les problèmes de la famille à une sorte de face à face entre l'État, le pouvoir politique et un individu confronté à ses choix de vie privée en référence au fait que ceux-ci sont aussi d'ordre public, c'est mettre entre parenthèses ce qui est susceptible de peser socialement sur ces choix. Or les problèmes de la famille, ce sont aussi des contraintes sociales fortes qui font précisément de la question familiale un élément de la question sociale. Le risque est grand alors de s'abandonner à l'incantation, notamment en invoquant la restauration nécessaire de la « fiction juridique », le retour à une « Raison », à des références « universelles ». Le problème est ici que la question des modes de construction de cette « fiction juridique », de cette « Raison » ou de ces références « universelles », de qui précisément doit les concevoir ou les énoncer, ne semble jamais devoir être posée. Une simple mise en œuvre de ce que nous avons appelé une sociologie politique du droit suffit pourtant à montrer que la production de normes juridiques résulte prosaïquement de conditions socio-politiques et historiques particulières avec des acteurs parfaitement situés : socialement, institutionnellement, politiquement. Il n'y a pas de « Nature » en la matière, il n y a pas de transcendance, il n'y a pas de « Père ». Il y a des hommes particuliers qui aspirent éventuellement à imposer une régulation normative top down s'opposant fortement à toutes formes de régulation bottom up.

  • 1 Pierre Legendre, « Qui dit légiste, dit loi et pouvoir », Politix, 32,1995.

12À cet égard, il est probablement significatif qu'une des figures intellectuelles militant pour une restauration d'un droit des personnes comme étant « le point névralgique de l'institution de la Raison », dénonce en même temps le culte du « Social », l'« envahissement » d'un « sociologisme [qui] s'est emparé du cadre de raisonnement » propre aux Facultés de droit, dénonce en fait violemment toutes les sciences sociales, qui ne seraient que les expressions d'un « scientisme « dé-structurant », et milite pour le renouveau d'une dogmatique, ultime rempart contre la « désinstitution » ou la « dé-Référence » [« La désinstitution-la dé-Référence – (..) sous ses formes diverses (drogue, suicide des jeunes, désintégration pathologique du noyau œdipien familial, populations marginales sous statut administratif de déchets, etc.) est l'effet de l'écrasement de la problématique du Père et de l'Interdit »1].

  • 2 Georges Ripert, Les forces créatrices du droit, LGDJ, Paris, 1955.

13Une telle perspective se situe finalement assez classiquement dans une certaine tradition juridique. N'est-ce pas déjà Georges Ripert qui considérait que « la responsabilité [du déclin du droit] doit être imputée surtout aux sociologues. Éliminant toute conception métaphysique, attentifs à tous les modes de vie, réduisant la morale à la science des mœurs et l'économie à l'histoire des crises, ils ont dénoncé le statisme du droit pour défendre l'idée d'une évolution nécessaire. Pour l'affirmer, ils ont éclairé ce qui change et caché ce qui demeure. Les juristes n'ont péché que par faiblesse »2.

14En dehors de ce qu'une telle vision témoigne du point de vue de la connaissance, y compris des luttes de pouvoir symbolique et réel que celle-ci peut susciter, il convient d'être vigilant sur les implications politiques qu'elle est susceptible de comporter. De façon exemplaire, la vision intellectuelle proposée est ici une vision politique au sens le plus fort du terme. C'est bien en ayant cette conviction à l'esprit qu'on doit aborder, comme le suggère également Claude Martin dans son ouvrage, la question du traitement politique de l'après-divorce.

15Toute politique publique à l'égard de la sphère privée est traversée par des tensions. Comme Ta bien montré Franz Schultheis, elle est d'abord confrontée à une logique étatique contradictoire : celle d'un État libéral qui, par l'intermédiaire du droit civil, accroît la liberté des individus dans l'organisation de leur univers privé mais, en même temps, rend plus nécessaire l'intervention d'un État social qui doit assumer l'extension des « risques familiaux » que cette liberté accrue provoque. À cela s'ajoute le fait que, comme le souligne Robert Castel, le renforcement de la protection étatique de la sphère privée a accentué une certaine vulnérabilité familiale, la prise en charge de certains aspects matériels de la vie familiale ayant contribué à laisser la famille face à ses problèmes relationnels.

  • 3 François de Singly, Le soi, le couple et la Nathan, coll. « Essais & Recherches », Paris, 1996.

16Si ces tensions ne suffisaient, il resterait également aux politiques publiques à destination de la sphère privée à maîtriser la définition de leur territoire d'intervention : entre les effets du renforcement réciproque entre précarisation sociale et précarisation familiale et les aspirations d'une « famille relationnelle » où l'accomplissement d'une œuvre commune qui s'appelle la vie familiale doit être compatible avec une réalisation de soi, un « souci de soi »3, lesquels sont, ajouterons-nous, rendus eux-mêmes problématiques par la fragilisation des processus d'intégration à la société.

  • 4 Albert Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Fayard, Paris, 1991.

17Ces difficultés convergeant avec les interrogations sur l'avenir d'un État social mal en point, la tentation de la régression est grande : vers un retour à la responsabilité individuelle comme le laisse entrevoir, par exemple, la référence renouvelée à l'obligation alimentaire ou la remise en question dans certains discours des prestations de prise en charge de l’après-désunion au nom de leur « effet pervers » suivant la vieille rhétorique réactionnaire4.

18Finalement, le problème reste de savoir si la sphère privée sera ou non inscrite dans un traitement politique ambitieux de la question sociale définie, comme nous avons tenté de le faire, au sens le plus large.

19L'ouvrage de Claude Martin autorise des questionnements aussi généraux. Si, comme nous le disions au début, la spécialisation en sciences sociales peut poser problème, ce n'est pas le cas ici. À partir d'un sujet circonscrit et relevant classiquement de la sociologie de la famille, Claude Martin nous donne au bout du compte à réfléchir sur les enjeux socio-poli-tiques des réorganisations de la sphère privée. La construction de sa démonstration participe d'une démarche personnelle, inscrite patiemment dans une trajectoire intellectuelle où le chercheur se libère progressivement des assignations dont il est l'objet. Quelle expérience réconfortante dont cet ouvrage porte heureusement témoignage !

Notes

1 Pierre Legendre, « Qui dit légiste, dit loi et pouvoir », Politix, 32,1995.

2 Georges Ripert, Les forces créatrices du droit, LGDJ, Paris, 1955.

3 François de Singly, Le soi, le couple et la Nathan, coll. « Essais & Recherches », Paris, 1996.

4 Albert Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Fayard, Paris, 1991.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540