Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Conclusion

Texte intégral

1Ainsi s’achève notre voyage en terre conjugale à l’heure de la retraite : sur la séparation et/ou le divorce de plusieurs des retraités que nous avons rencontrés. Peut-être ce dénouement aura-t-il paru à certains excessivement pessimiste, de même d’ailleurs que la tonalité générale de cet ouvrage, égrenant au fil des pages problèmes et malheurs conjugaux. Aussi paraît-il souhaitable d’insister en conclusion sur le fait que les cas de difficultés conjugales ont été volontairement sur-représentés dans l’échantillon que nous avons constitué : les enquêtes quantitatives montrent en effet que le passage à la retraite ne semble que rarement générer de graves mésententes conjugales et, a fortiori, que les séparations à l’heure de la retraite demeurent peu fréquentes. Pourquoi alors avoir privilégié les cas les plus douloureux s’ils sont minoritaires ? Nous nous sommes déjà expliqués sur ce point : pour des raisons méthodologiques, parce que ces couples donnent à voir les points nodaux, les « lieux » particulièrement sensibles de la reconstruction conjugale, qu’il aurait été plus difficile d’observer à partir de la seule étude des couples « sans histoire »; parce qu’ils permettent de dégager les mécanismes qui n’ont pas bien fonctionné dans ces cas particuliers, mais expliquent a contrario que la transition conjugale s’effectue, le plus souvent, sans problème majeur.

2Nous avons ainsi pu mettre en évidence les mécanismes qui facilitent un passage « en douceur », tant du point de vue individuel que conjugal (n’oublions pas que reconstructions identitaire et conjugale sont deux processus liés) : la désocialisation professionnelle anticipée, qui permet au retraité de prendre progressivement et insensiblement ses distances avec son activité professionnelle, et de ne pas vivre la cessation d’activité comme une rupture brutale ; la croyance en une possible « crise » (individuelle et conjugale) de la retraite, qui agit comme prophétie auto-destructrice ; l’aide au rentrant assurée par le conjoint partenaire, en particulier lorsque celui-ci amorce ou stimule la reconstruction identitaire de celui-là. Nous avons également pu décrire les conditions nécessaires à une transition conjugale réussie : la compatibilité des attitudes des conjoints sur la question des sorties (i. e. leur capacité à trouver une nouvelle « bonne distance » conjugale extérieure); une construction conjugale passée qui leur permette de se retrouver après la retraite, de se reconstruire l’un avec l’autre, c’est-à-dire qui n’ait suivi aucune des deux voies empruntées par les couples qui se sont séparés : ni celle de deux constructions identitaires divergentes, chacun restant confiné dans sa propre sphère d’activités et s’éloignant progressivement de l’autre ; ni celle d’une transgression de la répartition des rôles traditionnels de sexe difficilement supportée, par l’homme en particulier.

3La cellule conjugale apparaît ainsi comme le lieu privilégié de la reconstruction identitaire au moment de la retraite : chaque conjoint agit, plus ou moins consciemment, sur la reconstruction identitaire de l’autre et, dans le même temps, se reconstruit en tenant compte de la présence et de l’influence de son partenaire, que celles-ci constituent (le plus souvent) une aide précieuse ou qu’elles soient (plus rarement) source de difficultés. En reprenant à notre compte la question que posait récemment F. de Singly (1994, p. 28-31) – « À quoi sert la famille ? » –, on peut considérer qu’au moment de la retraite, chaque conjoint « sert » à l’autre à se reconstruire, qu’il a un rôle de réassurance identitaire. Encore faut-il, bien évidemment, qu’il puisse jouer ce rôle : qu’il accepte de le faire – et non pas qu’il invalide l’identité que son conjoint essaie de reconstruire ; que son conjoint puisse l’accepter dans ce rôle, ce qui n’apparaît justement pas possible dans les cas de séparation conjugale que nous avons étudiés ; que les conceptions de la vie conjugale à la retraite des deux conjoints ne soient pas trop éloignées, qu’elles soient compatibles ou du moins qu’il leur soit possible de les harmoniser.

4La reconstruction conjugale est solidaire des processus de reconstruction identitaire des deux conjoints avons-nous posé au début de cet ouvrage en explicitant notre perspective théorique, et tout au long des trois parties qui le composent, nous n’avons cessé d’observer des individus en train de se reconstruire : des retraités (et leur conjoint) qui cherchaient à reconstruire leur identité après la rupture objective qu’avait constitué leur cessation d’activité professionnelle ; des conjoints qui se reconstruisaient hors du conjugal, les uns (les partenaires) parce qu’ils avaient été quittés, les autres (les initiateurs) parce qu’ils avaient « perdu la foi » conjugale, soit au terme d’un lent processus de transformation identitaire, soit à l’occasion d’un brusque changement identitaire. Aussi cette étude du couple au moment de la retraite se voudrait-elle également une contribution à une sociologie des transitions identitaires. De ces transitions identitaires, on peut dégager analytiquement deux formes : elles peuvent être rendues nécessaires par un événement extérieur (la retraite, le départ du conjoint) ; elles peuvent advenir de façon plus « intérieure », l’individu prenant progressivement ses distances avec ce qu’il est, jusqu’à décider de « changer de cap », de ne plus être le même qu’avant (par exemple en quittant son conjoint après trente années de vie commune). Chacune de ces formes de transition identitaire suscite une interrogation spécifique. Comment s’effectue la reconstruction identitaire à l’occasion de l’événement perturbateur, d’une part ? C’est le questionnement que nous avons privilégié dans ce travail. Par quel processus devient-on comme étranger à une partie de soi-même et décide-t-on de « changer de vie », d’autre part ? Il s’agit dans ce dernier cas de comprendre d’un point de vue sociologique comment les « ruptures identitaires » sont possibles, comment les contradictions qui traversent l’individu (et qui doivent être appréhendées comme des contradictions sociales) peuvent le conduire à la « conversion ». En prenant la conversion dans son acception religieuse, P. Berger et T. Luckmann écrivent à ce propos qu’elle « peut précéder l’affiliation à la communauté – Saul de Tarse adhéra à la communauté chrétienne après son “expérience de Damas” ». Puis, ils ajoutent : « Mais ce n’est pas très important. Vivre la conversion n’est pas grand chose. Ce qui compte vraiment, c’est être capable de continuer à la prendre au sérieux : de conserver le sens de sa plausibilité » (1986, p. 215-216). C’est abandonner un peu rapidement, nous semble-t-il, une partie du problème qui vient d’être soulevé. Avant de pouvoir adhérer à une nouvelle conception de soi et du monde, n’est-il pas nécessaire de se détacher des évidences qui en avaient jusqu’alors tenu éloigné ? Comment Saul en est-il venu à se convertir sur le chemin de Damas – et pourquoi, après lui, certains rejettent-ils la religion de leur enfance pour en adopter une autre ? Comment expliquer que, malgré les engagements multiples qui pèsent sur l’individu (Becker, 1985, p. 50), il puisse parfois mettre « en jeu sa vie, toute son existence sociale », comme l’écrit N. Elias à propos de Mozart (1991, p. 49). Ou encore, pour renvoyer à une métaphore littéraire, comment se peut-il qu’un modeste employé se retrouve, un matin, « métamorphosé en un monstrueux insecte » (Kafka, 1988, p. 23) ?

5Après avoir suivi l’Odyssée en ouverture de cet ouvrage, refermons-le avec les Métamorphoses : « J’ai formé le dessein de conter les métamorphoses des êtres en des formes nouvelles » écrit Ovide. Étudier les conditions sociales et dégager les mécanismes des « métamorphoses des êtres en des formes nouvelles », voilà quel pourrait être le projet d’une sociologie des transitions identitaires.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search