Desktop versionMobile version

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Deuxième partie. Trouver la « bonne distance » conjugale

Chapitre VII. La distance conjugale intérieure

Full text

1Rentrons maintenant dans la maison, pour y étudier la seconde composante de la distance conjugale : la distance conjugale intérieure. Et en guise d’ouverture, retrouvons les quatre couples qui nous ont permis d’illustrer le rapport conjugal à l’extérieur, pénétrons chez eux, et regardons les vivre.

Présentation de cas

2Rappelons que M. Lancien était cadre moyen, qu’il a cessé son activité professionnelle depuis dix mois et que sa femme, institutrice, a pris sa retraite il y a six ans. Lorsqu’ils sont tous deux à la maison – et la plupart du temps, ils y sont ensemble –, M. Lancien est le plus souvent dans son sous-sol, où il renoue avec sa passion pour la menuiserie, ou alors dans le jardin. Il explique : « Avant la retraite, j’avais beaucoup de travail à l’entreprise, et j’ai négligé un peu l’entretien de la maison, le jardin, etc., et je savais que j’avais à faire, à entreprendre beaucoup de choses ». Son épouse, lorsqu’elle n’est pas occupée aux tâches ménagères, aime lire et écouter de la musique. Elle affectionne particulièrement son bureau-lingerie, aménagé après sa retraite : « Il m’arrive quelquefois de m’installer dans mon bureau avec ma machine à repasser et de mettre un disque et d’écouter de la musique ».

3Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont jamais ensemble. Ils apprécient au contraire de se retrouver dans la même pièce : pour regarder la télévision – « Quand on regarde la télé, on se met d’accord sur un programme. Si l’un voit quelque chose qui l’intéresse, il dit : “Tiens, on devrait regarder ça”, surtout qu’on a un petit peu les mêmes goûts. Il y a une petite télé dans la cuisine, mais il n’y en a jamais un qui regarde par ici et l’autre de l’autre côté, jamais, jamais » raconte M me Lancien ; ou pour jouer au Scrabble en écoutant de la musique ; ou encore pour être ensemble tout en poursuivant des activités individuelles – « quand mon épouse fait autre chose, elle fait de l’allemand, moi je prends volontiers un dessin pour être au calme, la laisser étudier ». Ils savent d’ailleurs créer des occasions pour être ensemble dans la même pièce : ils ont ainsi pris l’habitude d’interrompre, au milieu de l’après-midi, leurs occupations individuelles, pour se retrouver autour d’une tasse de thé.

4Il leur arrive aussi de s’entraider dans leurs activités respectives : « Vous savez, comme on s’entend très bien, on se seconde l’un l’autre. Moi je l’aide à faire ses travaux quand il a besoin d’apprenti qui va lui tenir un bout de bois ou quelque chose, et lui dans les tâches ménagères, il m’aide également. Si un jour on reçoit quelqu’un, je ne suis pas seule à faire à manger, à préparer ce qu’il faut, on s’y met tous les deux ». Lorsqu’elle a cessé son activité professionnelle, il y a six ans, Mme Lancien a pu se mettre « davantage à l’écoute de (s) on mari », œuvrer pour qu’il ait « une vie un petit peu plus douce ». Il a alors réduit l’aide qu’il apportait auparavant à sa femme pour les tâches ménagères – « Quand on travaillait tous les deux, il m’aidait régulièrement à faire la vaisselle, le midi on faisait la vaisselle tous les deux, on se dépêchait pour que je sois à une heure et demie à mon travail. Le soir, on faisait également la vaisselle tous les deux. Tandis que du jour où j’étais en retraite, il arrivait bien souvent que, pour qu’il puisse manger plus calmement, on s’arrangeait pour finir de manger au moment où il allait partir. Je restais donc seule à faire la vaisselle » raconte-t-elle. Et il a accru à nouveau sa participation ménagère quand il est passé à la retraite. Aujourd’hui, il « donne des coups de main », d’autant plus facilement que sa femme a des problèmes de santé : « De temps en temps passer l’aspirateur, par exemple, c’est quelque chose qu’elle a du mal à faire, passer la serpillière sur le carrelage, des choses comme ça, les carreaux, certains carreaux, bien que de temps en temps, ce soit elle qui les fasse, y’a pas de rigueur absolue. Je dirais que c’est un peu à la demande : si elle se sent capable de le faire, elle le fait, sinon je prends la place ». Mme Lancien confirme les dires de son mari et reconnaît que « maintenant ça ne me gêne pas de lui demander », alors qu’avant « il travaillait, il avait le jardin à entretenir, quelquefois quelque chose à réparer, il n’avait pas le temps de le faire, donc je ne lui demandais pas ». Cependant, elle tient à conserver ses attributions : « Dans la cuisine, il a voulu quelquefois s’occuper de… en voulant m’aider, m’enfin s’occuper de choses que j’avais l’habitude de faire habituellement, de prendre ma place, alors là, j’ai un petit peu tiqué ».

5Autre couple fusionnel du point de vue du rapport conjugal à l’extérieur : M. et Mme Doux. Lui est un ancien cadre, elle est restée au foyer. Tous les après-midi, nous l’avons vu, ils sortent ensemble. Mais le matin, ils sont à la maison. Ils prennent leur petit-déjeuner en commun, font leur lit, puis ils se séparent : M. Doux monte à l’étage. C’est là qu’il a établi ses quartiers, en expulsant sa femme : « Mon mari, il a son appartement carrément là-haut. Je vous ferai voir, ça va vous donner une idée. Moi j’aime beaucoup là-haut aussi, c’était mon coin quand il n’était pas là, quand j’avais du temps de libre l’après-midi, en dehors de mes petites mamies, je montais souvent là-haut, je peins un petit peu, enfin je peinturlure, disons… J’avais un grand bureau. Je vais vous faire voir. Mon mari m’a squatté tout ça, il m’a tout pris » raconte-t-elle avec un sourire complice. Chaque matin, donc, M. Doux monte à l’étage et se livre à des activités individuelles : « J’ai des papiers à faire. Je relève la météo, je fais des graphiques. Je fais tout un tas de choses »; il lit aussi, et écoute de la musique. Pendant ce temps-là, Mme Doux se tient au niveau inférieur et y effectue le travail ménager. En fin de matinée, M. et Mme Doux se retrouvent pour faire les courses. Le soir, quand ils sont de nouveau à la maison, ils aiment être tous les deux dans le salon ; mais ils peuvent aussi se tenir dans des lieux séparés : « Ce soir, y’a un match de foot, alors ma femme va regarder la télé seule ou, s’il n’y a rien d’intéressant, elle va se coucher, elle va bouquiner. Ou elle reste avec moi bouquiner dans un fauteuil » explique M. Doux.

6Pour ce qui est des tâches ménagères, elles incombent pour l’essentiel à Mme Doux. Son mari l’aide peu. Il assure cependant l’entretien des pièces qu’il occupe à l’étage : il passe l’aspirateur, nettoie la salle de bain. Il considère que cela est normal : « Maintenant que je ne travaille plus, faut bien aider quand même […]. Je ne dis pas que je fais tout, mais le matin, on fait le lit tous les deux. Je passe mon aspirateur là-haut, j’essuie la poussière, tout ça, ça ne me coûte pas. Je prends un bain, je nettoie toujours la salle de bain, la salle de bain est toujours impeccable. C’est normal ». Mme Doux ne semble pas réclamer une aide plus substantielle, regrettant seulement que son mari ne se soit pas mis à faire la cuisine comme il semblait prêt à le faire : « Il me disait : “Quand je serai à la retraite, je ferai la cuisine”… mais j’attends. La retraite, ça fait déjà deux ans, et il n’y touche pas. Je lui disais encore à midi : “Tu sais, je serais contente de te voir faire des petits plats”… Ça viendra peut-être ». Lui affirme qu’il « attend (s) d’avoir une belle cuisine » et assure : « Je vais m’y mettre, je vais m’y mettre ».

7Couple ayant opté pour un mode de fonctionnement indépendant, M. et Mme Breton – lui professeur à la retraite depuis deux ans, elle bibliothécaire ayant cessé son activité professionnelle il y a un an – ne sont pas toujours ensemble à la maison. Lorsqu’ils y sont, lui dispose d’un bureau où il aime, le matin ou le soir, écrire des programmes informatiques. Elle aussi a une pièce personnelle, mais ne l’occupe pas très souvent : « C’est-à-dire que la deuxième chambre qui servait aux jeunes quand ils sont là, ça me sert de bureau, mais j’y suis que vraiment quand j’ai quelque chose à faire, il est tellement encombré, y’a tellement beaucoup de choses, il m’arrive de faire ma correspondance dans la cuisine ». À quels moments se retrouvent-ils ? Le soir, parfois – « Quand il est là [rappelons qu’il joue au bridge à l’extérieur un soir par semaine], il regarde un petit peu davantage [la télévision], ou il vient davantage lire là, mais sinon il passe beaucoup de temps dans son bureau » explique Mme Breton qui se souvient qu’avant leur retraite « lui il travaillait dans son bureau le soir, c’était très rare qu’il regarde la télévision, et donc moi j’étais là [dans le salon], donc je dirais qu’on vivait chacun dans notre pièce, un peu ». Pendant les repas surtout, comme le constate M. Breton : « On mange ensemble le midi, alors qu’on ne mangeait pas ensemble le midi, et puis quand on mange le midi maintenant, c’est pas comme quand elle était en activité. Quand elle était en activité, elle arrivait, il était midi et demie, elle repartait pour une heure et demie. Maintenant, quand on parle du repas de midi, on est souvent là avant midi, et si on n’a pas d’activité précise, on peut déborder. C’est quand même beaucoup plus long ».

8En retraite un an avant sa femme, M. Breton l’a soulagée de certaines tâches ménagères : « L’an dernier j’étais pas mal pris par les courses, et puis la cuisine, ma femme était très chargée en travail, alors je tenais à assumer un peu les courses, à partager un petit peu les tâches » explique-t-il, précisant qu’il s’est mis au ménage, et à préparer le repas du midi, « quelques plats, petite gamme, mais faut bien faire un petit peu de cuisine ». Depuis que son épouse a cessé son activité professionnelle, s’il a « freiné » sa contribution culinaire, il « continue à faire assez fréquemment les courses » et à passer l’aspirateur. Il trouve « normal » de participer aux tâches ménagères : « Ça va de soi… c’est pas… Y’a pas de raison que maintenant qu’on est tous les deux en retraite, moi je reste à mon club, les groupes de bridge que je fréquente, que je bouquine, et puis que elle, elle soit chargée de toutes les charges de l’appartement. C’est pas un excellent principe ». Sa femme, qui « ne cour (t) pas spécialement après les tâches ménagères », n’exige pourtant pas ce soutien : « Je suis contente qu’il m’aide, c’est plutôt pour me décharger, mais pas pour dire : l’homme doit faire comme la femme. Non, je dirais plutôt que, s’il voulait avoir d’autres activités, je le pousserais plutôt ».

9Autre couple partisan de l’indépendance : M. et Mme Letellier, lui ancien cadre supérieur, elle femme au foyer. Il lui arrive de partir plusieurs jours pour ses activités associatives, mais lorsqu’ils sont tous deux à la maison, ils aiment se trouver dans la même pièce : « Étant donné que nous avons gardé certaines choses indépendantes, quand on est ensemble, on a un énorme plaisir, même s’il arrive que… moi je fais mon travail, ou des mots croisés, ou je lis, lui aussi… Nous n’avons pas besoin de parler. Y’a des moments où on est ensemble sans se parler, on sent cette espèce de réunion, d’union » explique Mme Letellier ; « On passera plus de temps ensemble ici [dans le salon] par exemple. Ici, elle a tout son petit bazar, si j’ai envie de lire, si j’ai envie de faire quelque chose, je me mets dans le fauteuil à côté » confirme son mari. Ce qui ne l’empêche pas de passer plusieurs heures dans le bureau s’il a du travail associatif – « Là je m’occupe quand même de trois comptabilités, y’a celle de l’association, celle du comité des fêtes et celle du club de volley. J’ai tous les trucs ici. Donc, dans notre chambre, dans le bureau, j’ai tous les papiers, donc il m’arrive de passer une journée à mettre ça à jour » – ou, le soir, « quand il y a vraiment quelque chose qui l’intéresse à la télévision que moi ça ne me passionne pas », d’aller lire dans une autre pièce. Pour ce qui est des activités ménagères, ils s’accordent pour affirmer que rien n’a changé, Mme Letellier assumant seule toutes les tâches ménagères – « c’est pas sa place » déclare-t-elle –, lui ne donnant un « coup de main » que pour passer l’aspirateur, parce que sa femme a un problème de dos.

10Ces descriptions le suggèrent, la distance conjugale intérieure s’établit à la croisée de deux forces contraires que chacun se doit de combiner entre elles et avec celles du conjoint : le plaisir de se retrouver avec l’autre et de partager des activités avec lui, et le besoin de s’isoler et d’avoir des activités à soi. Il s’agit donc pour les conjoints de se mettre d’accord sur une organisation qui satisfasse chacun quant à ces deux exigences contradictoires ; organisation dont nous proposons d’observer la mise en place à trois niveaux : sur le plan spatial, sur le plan temporel, et sur le plan des tâches domestiques. Ce qui revient à analyser les processus de construction territoriale, de constitution d’un nouveau système d’habitudes rythmant la vie conjugale, et de répartition du travail domestique.

La construction territoriale

La construction spatiale de l’autonomie personnelle

11Spatialement, la revendication d’autonomie personnelle passe par la construction de zones individuelles (ou – nous emploierons le terme comme synonyme – de territoires personnels) : ce sont les lieux de l’espace domestique que les conjoints définissent eux-mêmes comme « lieux de prédilection », « domaines » ou « coins » de l’un ou de l’autre.

  • 1 D’après l’Enquête biens durables ameublement 1988 (cf. Les personnes âgées, 1990, p. 109), pour 14 (...)

12Le besoin d’un territoire personnel apparaît nettement chez les hommes, qui occupent de façon privilégiée les « lieux périphériques » de la maison : le sous-sol, dans lequel certains aménagent un atelier ; le garage ; le jardin, particulièrement apprécié, peut-être parce qu’il dispose d’une situation privilégiée, à la frontière entre l’intérieur et l’extérieur : appartenant à l’espace privé, on n’y est pas « enfermé » comme dans la maison, il permet d’être à la fois « dehors » – en plein air –, et « dedans » – chez soi1. En sus ou à la place de ces lieux périphériques (atelier, garage, jardin), certains disposent d’un bureau, comme M. Delbard qui aime, le matin, y lire les journaux ou s’occuper de généalogie. Parfois, lorsque la maison n’est pas très grande, l’homme doit se contenter d’un « coin » dans une pièce commune ; ce qui peut être vécu comme un pis-aller de zone individuelle, un empiétement territorial étant toujours à craindre. Ainsi, M. Gilles qui dispose d’un « coin », autour de son ordinateur, dans une pièce où sa femme a, elle aussi, son « coin », explique qu’il n’est pas facile de ne pas être interrompu dans sa tâche : « Je me mets devant l’ordinateur, je suis verrouillé à tout, parce que je ne peux pas programmer et discuter ».

13Certaines femmes ne revendiquent pas de lieu personnel après la retraite conjugale : lorsque leur conjoint est retranché sur son territoire – ou lorsqu’il est sorti de la maison –, elles peuvent disposer de la totalité de l’espace domestique, et gardent la possibilité de se replier sur la cuisine qui reste, par excellence, leur domaine. Il arrive cependant qu’elles éprouvent le besoin d’avoir un lieu à elles, « une pièce qui fait partie de ma personnalité » comme le dit Mme Billard. Ainsi, Mme Lancien a aménagé son ancien bureau pour en faire un bureau-lingerie, et commente : « C’est mon petit domaine ; occasionnellement, il y travaille, mais c’est ma pièce à moi ». Quant à Mme Rémond, elle a réussi à s’approprier l’ancien bureau de son mari pour le transformer en lingerie. Le désir d’avoir un lieu à soi, permettant de préserver son intimité, apparaît également dans certains propos revendicatifs, comme ceux de Mme Louis : « Mon mari, il a sa pièce, c’est une chambre d’amis, mais comme on n’a pas des amis tout le temps, il a son atelier pour sa peinture et il a son bureau, lui, il a quelque chose de déterminé pour lui, et moi je dois dire que ça me manque de ne pas en avoir, c’est vrai. Je dois dire que j’ai commencé… ça fait des années que mes amies me demandent d’écrire un roman parce que j’écrivais beaucoup, il fut un temps, mais le fait que je n’ai pas de pièce, et en plus on regarde toujours un peu ce que j’écris, ça me freine complètement ». Cependant, lorsqu’elle existe, la zone individuelle de l’épouse ne devient jamais le lieu principal de son implantation dans la maison, alors qu’un nombre appréciable de maris passent une grande partie de leur temps sur leur (s) territoire (s) personnel (s).

14Il faut maintenant se demander comment s’effectue la construction d’une zone individuelle, l’appropriation par l’un des conjoints d’une partie de la maison. On peut dégager trois modalités de construction : elle peut 1) provenir d’une négociation explicite, 2) découler d’une stratégie conquérante de l’un des conjoints, ou encore 3) advenir sans qu’aucun des protagonistes ne semble véritablement l’avoir recherchée. Développons ces trois modalités :

151) Les cas où la nouvelle partition de la maison fait l’objet d’une négociation explicite sont plutôt rares dans notre échantillon. Donnons cependant un exemple : M. Coutard, instituteur qui a dû quitter son logement de fonction au moment de sa retraite, a emménagé avec son épouse dans un pavillon et tous deux ont organisé l’espace pour préserver l’autonomie de chacun : « Si vous voulez, il faut bien reconnaître aussi qu’on a réfléchi à l’organisation de notre maison, de façon à être indépendants, tout au moins de façon à ménager l’indépendance de chacun […]. Donc, cette pièce-là [un grand salon], dans laquelle il y a la possibilité de lire, d’écouter de la musique, de regarder la télé, etc. […] Et puis on a donc une chambre au premier, avec un bureau dans lequel on peut lire, écouter de la musique, regarder la télévision de la même manière. Les installations sont multipliées par deux […]. Si le soir, pour une raison quelconque, elle veut regarder un opéra – moi j’ai horreur de l’opéra –, je peux regarder quelque chose d’autre là-haut, ce qui fait que nous avons la possibilité d’être indépendants et de faire chacun ce qui nous plaît ». Précisons qu’il ne semble pas y avoir dans ce cas appropriation, mais interchangeabilité des zones individuelles – il est vrai qu’ils ne se sont installés que depuis quelques mois : « Si c’est Chantal qui a envie de travailler là-haut, elle va travailler là-haut, ça ne pose pas de problème. Ce n’est pas mon bureau, ce n’est pas son bureau » précise encore M. Coutard.

162) Cependant, le plus souvent, la formation d’une zone individuelle ne provient pas de la mise en œuvre d’un projet commun, mais découle plutôt de la volonté unilatérale de l’un des conjoints de disposer, après sa cessation d’activité, d’un territoire personnel. Il peut alors se trouver confronté à trois situations différentes. Il peut tout d’abord avoir eu la jouissance de ce territoire avant sa retraite, l’occuper désormais plus fréquemment, et l’aménager en conséquence – comme M. Rémond qui, dans son sous-sol, a fait un nouvel établi et a installé « un téléphone, une petite télé noir et blanc, le vieux poste radio-cassette ». Il peut ensuite profiter de la non-utilisation antérieure d’un lieu de la maison – c’est le cas de M. Travert, qui explique : « Je me suis fait mon territoire au sous-sol dans un lieu qui n’était pas convoité ». Il peut enfin désirer un territoire personnel dans un espace domestique qui se trouve « saturé » (c’est-à-dire sans lieu inoccupé). Dans ce dernier cas, lui faut alors s’emparer d’un territoire qui ne lui appartenait pas jusqu’alors. Présentons deux exemples d’une telle annexion territoriale plus ou moins bien acceptée par le conjoint dépossédé – plutôt bien dans le premier exemple, moins bien dans le second.

17Mme Doux raconte, on s’en souvient, que son mari a « squatté » l’étage supérieur de la maison qu’elle utilisait comme bureau et où elle aimait « peinturlurer », et qu’il y a établi ses quartiers, l’occupant désormais tous les matins. Aujourd’hui, elle qui « aime beaucoup là-haut », n’y va « presque plus », et n’en bénéficie que très indirectement : « On a une chaîne stéréo là-haut, et tous les matins il écoute de la musique… J’en profite parce qu’il la met assez fort, m’enfin c’est autre chose ». Comment la conquête territoriale s’estelle déroulée ? Très simplement, sans négociation verbale, Mme Doux se montrant particulièrement complaisante, comme elle le reconnaît elle-même : « Et bien ça s’est passé facilement parce qu’il avait beaucoup de papiers à déplier au départ, je vous dis il a continué un peu à travailler pour des papiers personnels de l’entreprise. Donc il a étalé tout ça là-haut parce que là-haut y’avait de la place et ici il n’y en avait pas, et puis de fil en aiguille, il s’est installé complètement là-haut, tout content. Il y fait sa gymnastique le matin, il y fait sa toilette, ses papiers, et puis là, il y est sûrement là tout de suite. Alors moi je le laisse, il est content et moi je suis contente de le voir content ».

18La tâche a été un peu plus ardue pour Mme Rémond qui, depuis longtemps, regrettait de ne pas avoir de lingerie. Aussi, lorsque son mari et elle ont cessé leur activité professionnelle (ils étaient artisans-commerçants), lui a-t-elle proposé de transformer son bureau (à lui) en bureau-lingerie, arguant du fait qu’il en aurait désormais beaucoup moins besoin, puisqu’il en faisait surtout un usage professionnel. M. Rémond s’est tout d’abord montré réticent, mais sa femme ayant eu l’habileté de proposer un bureau lingerie, et non une lingerie, il a cédé. Aujourd’hui, M. Rémond qui, il est vrai, affectionne son atelier au sous-sol, n’occupe plus que rarement son ancien bureau, dans lequel le linge entassé laisse supposer qui est le nouveau propriétaire. Il semble a posteriori avoir adopté le point de vue de sa femme : « C’est aussi bien d’ailleurs parce que… bon ben, quand elle veut arrêter, elle laisse ça sur sa table, c’est une pièce bien faite pour ça… Ça ne m’empêche pas moi là-haut de classer mes papiers ». Mais cette version du moi conjugal est contrebalancée par une autre, dans laquelle le moi individuel ne s’estime pas vaincu et rêve d’une reconquête : « Puis, je ne dis pas que… je verrai ça… je ferai peut-être un petit labo photo… je sais pas… on verra… ».

193) Il n’est pas besoin parfois d’un coup de force ou de menées stratégiques pour occuper un territoire : on peut se retrouver propriétaire sans vraiment l’avoir voulu, par la grâce des habitudes – dont J. -C. Kaufmann a montré l’importance dans la construction du conjugal (1992 a, p. 66) –, habitudes qui instaurent une partition de fait, bientôt entérinée par le conjoint. C’est ainsi qu’au cours de l’entretien, M. Gilbert prend conscience qu’il est en train d’être reconnu par sa femme comme l’occupant légitime d’un lieu qu’il ne pense pas avoir jamais revendiqué : après avoir affirmé qu’il n’avait pas de prétention territoriale sur le bureau, pièce qu’il occupe de façon privilégiée depuis sa retraite – « c’est le bureau, c’est pas mon bureau, c’est le bureau » affirme-t-il –, il s’aperçoit, après réflexion que sa femme commence à le considérer comme le propriétaire du lieu – « Ma femme aurait plus tendance à dire ça, à dire aux petits-enfants, par exemple, y’a une poubelle là-dessous : “Va mettre ça dans la poubelle du bureau à papy”» dit-il plus loin.

20À travers ces quelques exemples, on a pu entrevoir le rôle essentiel, dans la construction d’une zone individuelle, des marqueurs territoriaux (Goffman, 1973 b, p. 55-57). Le corps, tout d’abord, qui est comme l’écrit E. Goffman (p. 56) « non seulement une réserve, mais aussi le marqueur central de diverses réserves » : en occupant plusieurs heures par jour la même pièce, on finit par la faire considérer comme sienne – on vient de le voir avec l’exemple du bureau de M. Gilbert. Les objets personnels ensuite : les outils dans l’atelier ; le linge dans le bureau-lingerie de Mme Rémond ; « ses anciennes affaires de classe, ses souvenirs de famille, ses photos » dans la pièce personnelle de Mme Billard. Arrêtons-nous quelques instants sur deux autres marqueurs : l’ordre et le désordre d’une part ; les pronoms personnels d’autre part.

  • 2 Bien qu’ordre et désordre soient des notions subjectives et qu’il soit toujours possible de préten (...)

21Le désordre semble être un marqueur territorial particulièrement efficace. Ne pas ranger, en effet, c’est indiquer qu’on n’en a pas fini avec le travail entrepris, qu’on va revenir pour le continuer. C’est aussi gêner la présence éventuelle de l’autre, rendre le lieu inutilisable pour lui – puisqu’il lui est difficile de ranger : mettre de l’« ordre » dans le « désordre » d’autrui constitue une agression territoriale. Ainsi, Mme Lancien, qui soigne particulièrement sa maison, annonce fièrement, évoquant son bureau : « J’aime beaucoup cette pièce-là, c’est une pièce d’ailleurs qui est très encombrée, qui est très mal rangée. Mais c’est mon petit domaine ». Mme Gardin a, elle aussi, bien compris la symbolique du désordre et se garde bien de commettre une agression territoriale en rangeant le bureau de son mari : « Ah oui, il a une pièce là-haut, je préfère ne pas y aller. Y’a des bouquins, y’a des papiers, y’a… ; enfin, lui, il se retrouve là-dedans. Faut pas que je mette de l’ordre, ah non !». L’ordre est aussi un marqueur territorial, d’ailleurs2 : Mme Rémond est très agacée, au début, parce que son mari change de place les bibelots, ou range les casseroles, mais pas « à leur place »; il attente ainsi à l’organisation domestique de Mme Rémond, il tente de changer un ordre – celui de sa femme –, par un autre – le sien –, ce qu’elle ressent comme une offense territoriale.

22Si « les mots peuvent aussi faire office de marqueurs », comme l’écrit E. Goffman (1973b, p. 56), c’est d’une double manière. D’abord parce qu’ils permettent de dire à l’autre de façon explicite que tel territoire est individuel et qu’il lui faut se montrer circonspect lorsqu’il y pénètre. Par exemple Mme Rémond, qui supporte difficilement que son mari déplace les objets, finit par exploser : « À un moment, je lui ai dit : “Ma maison, je ne veux pas que tu t’en occupes, j’ai l’habitude de le faire moi-même ; si je mets le pot de fleurs là, je ne veux pas qu’il soit ailleurs”. […] Mon mari est très bricoleur, alors : “Jamais, jamais, je lui dis, je n’irai à ton atelier te déranger quoi que ce soit, et moi, je ne veux pas que dans ma maison, on me dérange non plus” ». Si « les mots peuvent aussi faire office de marqueurs », c’est ensuite parce que la conversation quotidienne – dont on sait l’importance dans la conservation et la transformation de la réalité subjective selon P. Berger et T. Luckmann (1986) – est balisée de ces marqueurs verbaux que sont les pronoms personnels. Plusieurs des exemples déjà cités illustrent ce dernier point – la tirade de Mme Rémond, M. Gilbert et son ( ?) bureau –, mais soyons encore attentifs à cet échange verbal entre M. et Mme Mouchel :

Mme : Mon mari dit : “Je suis chez ma femme”. Y’a que dans ton bureau que tu fais ce que tu veux, tu mets tes affaires, tu sais où elles sont.
M. : Il est petit mon bureau, et il est très partiellement envahi par des documents à toi.
Mme : Ah moi, j’ai pas beaucoup de tiroirs… des documents de la maison, d’ailleurs, des anciens relevés de banque, ils sont dans son bureau parce qu’il a beaucoup de tiroirs, c’est pour cette raison… c’est pas du tout mes documents personnels, hein.

23Ainsi, à coup de pronoms personnels (« il y a des documents à toi sur mon bureau »), M. Mouchel rappelle que le bureau est son territoire et reproche à son épouse ses empiétements. Mais celle-ci esquive, arguant qu’elle range dans cette pièce non pas des papiers personnels, mais des papiers conjugaux. Elle rappelle ainsi que si le bureau est la zone personnelle de son mari – elle le reconnaît –, il n’en est pas moins une pièce de la maison, et donc qu’il ne peut complètement en interdire l’accès à son épouse.

La construction spatiale du groupe conjugal

24Si l’autonomie personnelle se manifeste par la revendication d’une zone individuelle, l’exigence contraire de proximité conjugale apparaît d’une double façon : d’une part parce qu’il existe dans l’espace domestique une zone conjugale ; d’autre part parce que la construction des zones individuelles se trouve contenue par le risque de renfermement.

25On peut définir la zone conjugale comme l’ensemble des lieux de la maison également accessibles aux deux conjoints et dans lesquels ils se retrouvent à certains moments de la journée : la chambre à coucher (pendant la nuit), les pièces où se prennent les repas (aux heures appropriées), le salon pendant la journée ou la soirée. Or, d’après l’Enquête biens durables ameublement 1988 de l’INSEE (Les personnes âgées, 1990, p. 109), qui nous renseigne sur le « lieu où les personnes des couples passent le plus de temps dans la maison », ce lieu est pour 45,0 % des femmes et 47,7 % des hommes de 60 à 64 ans l’une des pièces centrales de la maison. Si les territoires personnels existent, il convient donc de ne pas en exagérer l’importance et de ne pas imaginer les conjoints continuellement repliés sur leur zone individuelle.

26On assiste en outre à l’invention de véritables petits rituels conjugaux, qui consistent pour les conjoints, à certains moments de la journée, à quitter leur zone individuelle pour se retrouver dans la zone conjugale. Nous reviendrons plus loin sur ces rituels ; laissons pour l’instant à M. Lancien le soin de nous en donner un exemple : « Si dans l’après-midi, vers cinq heures, on a envie de prendre un thé, ou un verre d’eau et des petits gâteaux, on s’arrête. On provoque cette occasion, même si on n’a pas vrai ment soif, on la provoque pour se retrouver parce que souvent ma femme est là à faire des travaux ménagers ou autres, moi je suis dans le jardin ou à la cave. On ne se voit pas si on ne vient pas exprès ».

27D’autre part, les zones individuelles ont nécessairement un caractère ambivalent : l’un des conjoints dispose certes d’un droit de jouissance sur sa zone individuelle, mais qu’il doit à la bonne volonté de l’autre, et qui ne saurait en aucun cas devenir absolu. Aussi, défendant son territoire, doit-il veiller non seulement à contenir les empiétements de son conjoint, mais aussi à éviter le renfermement. En effet, si l’on suit E. Goffman (1973b, p. 62-70), il y a toujours un risque, en voulant réprimer une offense territoriale – l’empiétement –, de devenir soi-même l’auteur d’une offense d’un autre type : le renfermement, qu’il définit comme « l’effort de tenir les autres à une distance injustifiée (à leurs yeux) » (1973b, p. 70). Par exemple, il arrive à Mme Letellier de défendre fermement son droit d’usage de la cuisine : « Parfois, il vient dans la cuisine, depuis qu’il est en retraite, il y a des jours, il veut ranger derrière moi, et ça, ça me déplaît souverainement. Je lui dis, quand il commence à m’agacer, je lui dis : “Ça va, de la cuisine, tu sors, je ne te veux plus” ». M. Letellier se montre vexé par l’attitude de sa femme : « Bon, ça le contrarie l’espace d’un quart d’heure : “Oui, je ne te ferai plus rien, je ne te rangerai plus…” ». De même, Mme Travert rapporte l’anecdote suivante, dans laquelle son mari considère qu’il est victime de renfermement : « Je sais que l’autre jour… oui, une chose qui a été vraiment un drame, mais qui est tellement ridicule que j’ai scrupule à le dire. […] Je lavais par terre quand il est arrivé et j’ai dit : “Non, je regrette, je ne veux personne ici jusqu’à temps que ce soit sec”. Il a pris ça vraiment pour une exclusion. C’était chez moi, et je le chassais, et il l’a ressenti comme ça, et il était vraiment extrêmement ulcéré de cette affaire-là qui était une chose idiote, mais je l’avais exclu de mon monde ».

28C’est cette contradiction – créer un lieu individuel sur un territoire qui appartient à la communauté conjugale – qui est au principe de ces formulations qui mêlent reconnaissance du territoire de l’autre, et rappel d’un droit d’incursion : « Je ne suis pas interdit de séjour, mais enfin !» dit, par exemple, M. Billard à propos de la pièce personnelle de sa femme. Et Mme Delbard, évoquant le bureau de son mari, explique : « J’y viens, mais étant donné que je me fais apostropher chaque fois que j’ai dérangé un papier, ou que moi je râle parce que c’est en désordre, j’ai décidé que là, c’était son territoire, et que je n’y mettais pas trop les pieds, quoi. Ça ne veut pas dire que je ne rentre pas dedans, quand même, mais c’est vrai que c’est son domaine ».

De nouveaux rythmes conjugaux

29Pour concilier, dans la maison, aspirations individuelles à se retrouver face à soi-même et vie commune, la territorialisation n’est pas le seul moyen : les conjoints organisent aussi leurs emplois du temps pour faire alterner moments solitaires et moments conjugaux. Les premiers sont évoqués par M. Nevers : « Moi, j’aspire de temps en temps à être seul pour bricoler dans mon jardin, être tranquille. […] Ces temps de solitude, je les prends… moi je suis un lève-tôt, mon épouse est un peu plus lève-tard, donc j’ai déjà une demi-heure de tranquillité le matin, et puis dans la journée, entre le jardin, le bricolage, je trouve mon quota de tranquillité sans problème majeur ». Mme Boulet, qui se lève pour pouvoir prendre le petit-déjeuner avec son mari, nous donne un exemple des seconds : « C’est vrai que je n’aurais pas l’entraînement de me dire : “Je suis obligée de”… c’est pas que je sois obligée, mais enfin je m’en fais quand même une obligation, de me dire : “Bon, et bien, je vais me lever pour déjeuner en même temps que mon mari” »; Mme Boulet qui précise ailleurs ce que représente ce repas pour elle : « Le petit-déjeuner, moi, ça a toujours été un moment privilégié parce que, à l’époque où mes enfants étaient tout petits, c’est vrai que, le samedi et le dimanche, le petit-déjeuner, c’est le moment où on pouvait, où on peut parler. C’est un repas… je crois qu’à la limite, dans la journée, c’est vraiment le repas que je préfère. Alors maintenant, c’est vrai qu’on peut parler, on prend le temps de parler au petit-déjeuner ».

30Pour suivre la mise en place de ces nouveaux rythmes conjugaux, nous utiliserons à nouveau la distinction conjoint rentrant/conjoint partenaire puisque dans certains cas le premier respecte le rythme du second alors que dans d’autres, c’est plutôt le second qui adapte son rythme à celui du premier. D’où l’apparition de nouveaux rituels conjugaux.

Quand le rentrant adopte le rythme du partenaire

31Lorsqu’il cesse son activité professionnelle, le rentrant peut considérer qu’il lui appartient de faire l’effort de se mettre au diapason du partenaire. Que ce dernier soit encore en activité – Mme Lancien explique que « le jour où j’ai été en retraite, le rythme des repas a changé. Je l’attendais, et on mangeait beaucoup plus détendus, on s’arrangeait pour être prêts à deux heures moins le quart quand il reprenait la route pour le travail ». Ou qu’il soit à la maison, comme le raconte Mme Boulet : « Moi, dans mon esprit, moi j’ai pris un petit peu les habitudes de mon mari, puisque mon mari était installé dans la maison depuis dix ans, j’ai l’impression quand même d’avoir pris les habitudes de mon mari. Disons que ça ne me gêne pas du tout, parce que je trouve que ce sont de bonnes habitudes, m’enfin, c’est moi qui ai pris les habitudes, c’est moi qui arrivais, en fait ». Par exemple, elle a « fait la concession » de conserver le midi « les horaires, plus la télévision, plus la chaîne », alors que « la chaîne que mon mari regarde le midi, ça ne me passionne pas, mais bon ben, je laisse la chaîne le midi… ».

32Dans le même esprit, le rentrant peut aussi s’efforcer de ne pas gêner son conjoint dans ses activités individuelles. C’est ce qu’ont fait M. Millet – « Si vous voulez, si je vois que ma femme est en train d’entreprendre son ménage dans la salle tantôt, je vais me dire : “C’est le moment que j’aille faire autre chose ailleurs”. Je vais pas lui dire : “Tu tombes mal, je suis en train de faire mes comptes au bureau, c’est pas le moment que tu viennes ranger”. Non, je vais faire autre chose » – et Mme Witt – qui explique qu’en début d’après-midi « souvent mon mari se repose dans son fauteuil à peu près une demi-heure, trois quarts d’heure. Moi je monte pour ne pas faire de bruit, je regarde un peu la télé ». Une solution radicale pour ne pas gêner le partenaire consiste d’ailleurs à sortir de la maison, solution adoptée M. Roy : « On trouve un prétexte pour aller faire un tour, pour déménager le plancher, pour ne pas gêner… Surtout, ma femme, c’est assez systématique, c’est-à-dire qu’elle resterait bien, elle, dans les quatre jours bien rigides : tel jour on fait la lessive, tel jour on fait le repassage, tel jour on fait le machin, etc. Moi, pouf… c’est au petit bonheur. Alors effectivement, quand elle s’organise pour faire tous ces trucs-là que je ne pourrais pas assumer moi-même, bon ben je trouve un truc à faire à l’extérieur, je vais me promener ou n’importe, ça ne me gêne pas ».

33Le rentrant peut d’ailleurs prendre le rythme du partenaire sans même s’en rendre compte, et ne réaliser ce qui s’est passé que lorsqu’il est invité à un retour réflexif sur la question, comme c’est le cas pour M. Coutard dans cet extrait d’entretien :

Q. : Vous n’avez pas tout à fait le même rythme de vie, en fait…
M. : Non, parce qu’on n’a pas le même tempérament, elle est d’un tempérament plutôt cool, et moi plutôt… un petit peu…
Q. : Pendant les repas, par exemple, lequel s’aligne sur l’autre ?
M. : Là honnêtement… On commence à manger ensemble, on finit à manger en semble, c’est parce que… on ne se pose même pas la question, il s’avère que c’est comme ça. Effectivement, il faudrait… se poser la question, mais à ce moment-là, ce serait plutôt moi qui m’alignerais sur elle. C’est vrai que si, par exemple, on mange de hors, il fait beau, on va manger lentement, mais c’est elle qui déteint sur moi.

34L’adoption d’une telle attitude, attentive à ne pas perturber le conjoint et son organisation, peut d’ailleurs ne pas être immédiate et être aiguillée par celui-ci, qui parfois ne tient pas à voir son emploi du temps bouleversé. Ainsi, après une période d’incompréhension dont nous avons évoqué quelques péripéties, M. Rémond se montre davantage soucieux d’aménager son rythme de vie dans la maison en fonction de celui de son épouse : « Ça s’est arrangé », affirme-t-il, expliquant que désormais, il se dit : « “Tu veux faire un truc, tu vas attendre, tu feras ça après, quand elle sera partie”, et puis total, ça s’est bien coordonné ». De sorte que M. et Mme Rémond ont désormais harmonisé leurs rythmes de vie : « Je crois que chacun a pris un petit peu ses positions. Par exemple, le matin, c’est moi qui déjeune le dernier, moi je débarrasse la cuisine, je range, je lave l’évier s’il y a deux-trois casseroles ; ou elle fait sa toilette, ou elle monte faire son repassage, si bel et si bien que chacun se trouve dans son petit… » (M.). De même, ce n’est pas de son plein gré que M. Gilles a dû composer avec le rythme de son épouse, comme celle-ci le raconte : « Ça, ça l’agace passionné ment, il voudrait se lever tard. Alors si moi je me lève tôt et que lui veut se lever tard, moi je rouspète parce que j’arrive pas à ranger cette chambre vite fait là-haut, pour faire autre chose. […] Qu’il ait envie de se lever tard, c’est sympa, c’est compréhensible, mais ça handicape toute ma journée ». Si bien qu’il se lève plus tôt qu’il ne le souhaiterait : « Disons que, si vous voulez, mon mari ne se lève pas quand même trop tard, parce que je le vire pratiquement ! Non, je ne le vire pas, mais disons qu’après, il a quand même envie de se lever, parce qu’il y a du bruit dans la maison ». Mais elle aussi a dû, de son côté, tenir compte de la présence de son mari : elle se lève un peu plus tard qu’elle ne le voudrait « parce que ça embête un peu tout le monde, vu que cette maison est toute petite, on ne peut pas y vivre tranquillement ». Ce qu’elle regrette : « J’ai pas de temps pour moi, j’arrive pas à faire tout ce que je veux faire et tout ce que j’aime faire ».

Quand le partenaire s’adapte au rentrant

35À l’instar de Mme Gilles, le partenaire peut, lui aussi, être amené à modifier son organisation temporelle au moment de la cessation d’activité du rentrant – ce peut-être une forme d’aide au passage à la retraite. M. Lancien, partenaire encore en activité au moment où sa femme prend sa retraite, descend moins souvent à la cave, le matin et le soir, pour travailler dans son atelier. Il explique pourquoi : «[Avant sa retraite] ma femme préparait sa classe le soir quelquefois, et moi je descendais à la cave, j’étais tranquille et je la laissais faire son travail. C’est tellement différent !… Et il m’arrivait aussi le matin de bonne heure, elle préférait se lever de bonne heure pour faire son travail, et il m’arrivait d’aller bricoler à la cave une heure ou une demi-heure ». Mme Matthieu, femme au foyer, avait « l’habitude d’expédier le ménage très tôt de huit heures à neuf heures pour, après, sortir faire les courses et avoir encore du temps dans la matinée ». Or, elle a dû s’adapter au rythme de vie de son mari, et changer le sien… ce dont il ne sait pas vraiment lui être reconnaissant : « Maintenant qu’il se lève assez tard, souvent il ne descend pas déjeuner avant neuf heures, je suis bloquée parce que je ne veux pas faire de bruit, je vais faire les courses, je me mets ensuite à faire autre chose, à préparer le repas… et souvent je remets le ménage au lendemain… ce qui fait qu’il découvre parfois de la poussière, et il me le fait remarquer, lui qui a la phobie de la poussière ». Mme Aurélien évoque un problème comparable : « Ah oui, ça, ça a été dur. Il a fallu que je calcule comment passer l’aspirateur quand il allait faire des courses. Parce que ça, il ne supporte pas d’entendre l’aspirateur. même dans une autre pièce. D’ailleurs, s’il arrive avant que j’ai terminé, il sort ». A. Fengler rapporte des propos analogues : « C’est un peu compliqué de l’avoir tout le temps dans les jambes quand vous voulez nettoyer, mais j’attends qu’il sorte, et alors je fais tout mon ménage » (1975, p. 144).

Les rituels conjugaux

36Ainsi se mettent en place, au moment de la retraite, de nouveaux rituels conjugaux : rituels d’évitement, qui rendent possible une vie individuelle dans la maison ; rituels de rencontre, producteurs de moments conjugaux. Donnons quelques exemples supplémentaires.

37Mme Travert décrit le rituel d’évitement qui organise la lecture individuelle du même quotidien : « Nos enfants nous ont abonnés à Ouest-France pour nous occuper. […] Alors je lis Ouest-France le matin, quand il arrive, et mon mari le lit l’après-midi, à une certaine heure. On s’arrange comme ça ». Elle explique que ça s’est mis en place « tout seul, un peu. Sans en discuter avant, mais vite on s’aperçoit de ce que veut l’autre. On observe forcément le conjoint, et on sait qu’il fait une certaine chose à cette heure-là, et que si on fait une autre chose, ça va le déranger. Y’a des tas d’histoires sans paroles qui se règlent comme ça, mais qui sont quand même réglées. Ça se passe sans paroles, mais il sait bien que lorsque le journal arrive… »

38Autour de cette même activité – la lecture du journal –, M. et Mme Lancien ont institué, eux, un rituel de rencontre : « Quand on finit de déjeuner, on reste un moment assis l’un auprès de l’autre, et on regarde le journal », explique Mme Lancien. Nous avons déjà signalé un autre rituel de rencontre de ce couple : en général, l’après-midi, vers cinq heures, ils interrompent leurs activités individuelles pour se retrouver autour d’un thé et de petits gâteaux. M. Millet évoque un rituel du même type : « Bien souvent, comme ça, je travaille, et puis je viens à quatre heures, on vient faire un thé, on s’assoit et puis on discute une demi-heure ». Cependant, les rituels de rencontre les plus fréquents semblent avoir lieu au moment des repas, qui deviennent après la retraite des moments conjugaux privilégiés, qu’il s’agisse du petit déjeuner – « Jamais on n’a pris un petit-déjeuner ensemble, tandis que là, on le prend ensemble. Là, on peut parler. Non, on ne s’est pas beaucoup vus pendant qu’on travaillait » (Mme Roland); « Mon mari étant là, nous parlons davantage, et ça, ça occupe le temps. Le matin, comme ça, au petit-déjeuner, on passera bien une heure, alors qu’avant, non : à huit heures et demie, il était déjà parti » (Mme Billard) – ou qu’il s’agisse du déjeuner – « Prendre son temps le midi, parler, et ça c’est important, parce que quand on a eu une activité professionnelle intense, je parle pour moi et pour Luc aussi, on se dit des choses, mais alors c’est à cent à l’heure, il faut avoir vite compris » (Mme Coutard). Il est à noter que nous n’avons pas d’exemple pour le dîner : peut-être le changement apparaît-il moins sensible pour ce repas, qui avait lieu après la journée de travail.

39Parfois, cependant, le rituel est plus ambivalent, et combine évitement et rencontre. Ainsi, M. Travert, dont le besoin de solitude est très grand et qui passe ses matinées et ses après-midi dans son atelier au sous-sol, monte vers quatre heures prendre un café, au salon. Sa femme, qui regrette de ne pas le voir davantage, profite de cette occasion pour s’y trouver elle aussi. Mais elle sait qu’elle se doit d’être circonspecte : « Au début, je parlais, j’étais là, et puis après j’ai compris qu’il ne fallait pas que je parle, parce que ça le dérangeait, il allait dans une autre pièce, ou alors il prend son café et il descend au sous-sol, il va le boire au sous-sol ».

Une nouvelle répartition des tâches domestiques

40Trouver une bonne distance conjugale interne, c’est aussi mettre en place une répartition des travaux d’intérêt conjugal qui convienne aux deux conjoints. Parmi ces travaux d’intérêt conjugal, certains sont prioritairement dévolus aux femmes : il s’agit des tâches ménagères. Lorsque l’homme cesse son activité professionnelle, ces tâches font-elles l’objet d’un nouveau partage, plus conforme à l’« idée d’égalité » (Kaufmann, 1992 a, p. 109) ? Ou le mari se limite-t-il aux activités domestiques traditionnellement masculines – bricolage, jardinage ? C’est cette question d’une éventuelle redistribution des tâches domestiques de type ménager – que nous dénommerons indifféremment par la suite tâches domestiques ou tâches ménagères – que nous voudrions maintenant aborder.

41Les quatre exemples de vie conjugale dans la maison proposés au début de ce chapitre nous ont averti de la diversité des cas de figure : M. Lancien est « très complaisant » et donne des coups de main ; M. Doux se contente de faire le ménage dans son « grenier »; M. Breton a pris presque entièrement en charge certaines tâches ; chez M. et Mme Letellier, le statu quo semble avoir prévalu. Les recherches antérieures permettent-elles de mettre un peu d’ordre dans cette diversité ? Sont-elles parvenues à mettre en évidence quelques caractéristiques majeures de la répartition des tâches domestiques après la retraite ? Si l’on suit L. Dorfman, auteur d’une récente synthèse de ces travaux (1992), ceux-ci se sont orientés dans quatre direction principales. Premièrement, les représentations de la répartition des tâches domestiques à la retraite – qui semblent plus favorables à l’égalité que ne l’est la répartition réelle. Deuxièmement, les continuités et les changements dans la répartition des tâches : « Ce que l’on peut conclure de cet ensemble de recherches, c’est qu’il y a du changement, mais qui s’inscrit dans le cadre de la répartition traditionnelle des rôles, qui fondamentalement, persiste. Elle est modifiée, mais pas révolutionnée par la retraite » écrit L. Dorfman (p. 164). De la même façon, T. Brubaker constatait que « plusieurs études laissent à penser qu’il n’y a pas un grand changement dans la façon dont les couples répartissent la responsabilité des tâches domestiques après la retraite » (1985, p. 33). Troisièmement, le lien entre répartition des tâches domestiques et ajuste ment à la retraite – point qui reste très controversé : si « un certain nombre d’études ont indiqué que la participation des hommes aux tâches domestiques joue positivement sur la satisfaction et/ou le moral des deux conjoints », d’autres recherches soulignent au contraire qu’une participation masculine accrue peut ne pas être désirée par les femmes, en particulier par les femmes au foyer. Quatrièmement, les variations de la répartition des tâches domestiques avec le statut social, la santé, le statut de la femme (au foyer, encore active ou à la retraite), le lieu de résidence.

42Ces différents axes de recherche, le plus souvent explorés à l’aide d’enquêtes quantitatives, recoupent, sur certains points, nos propres préoccupations, et nous serons amenés à évoquer quelques-uns de ces travaux. Cependant, nous chercherons à appréhender le phénomène de la répartition des tâches domestiques au moment de la retraite de façon un peu différente, en nous efforçant de comprendre l’évolution qui a lieu lorsque l’un ou/et l’autre conjoint cesse son activité professionnelle, et de rendre compte du processus de construction d’un nouveau système de répartition des tâches. Mais avant de nous attacher à préciser les mécanismes, il nous faut étudier les attitudes féminines et masculines sur la question de la répartition des tâches domestiques.

Attitudes féminines, attitudes masculines

  • 3 C’est pour pouvoir appréhender l’ambivalence des attitudes que nous avons supprimé la seconde part (...)

43Nous avons déjà introduit la notion d’attitude, à l’occasion de l’étude du rapport conjugal à l’extérieur. Nous reprendrons la définition alors adoptée : « une orientation des conduites ou des jugements » (Matalon, 1990). Les attitudes féminines et masculines sur la répartition des tâches domestiques seront donc induites à la fois à partir des déclarations des conjoints et de leurs comportements effectifs – du moins tels qu’ils apparaissent à travers les entretiens : nous verrons que ces attitudes sont, le plus souvent, ambivalentes3, et peuvent alors être lues comme la combinaison de deux tendances contraires, l’une favorable et l’autre défavorable à une évolution de la répartition des tâches vers plus d’égalité entre les sexes.

Attitudes féminines

44Pour caractériser les attitudes féminines, nous présenterons successivement les deux postures opposées consistant à refuser ou, au contraire, à appeler de ses vœux une aide masculine plus conséquente, puis nous essaierons de montrer comment ces deux tendances inverses se combinent dans un certain nombre de cas pour produire des attitudes ambivalentes.

  • 4 Pour de plus amples développements sur ce point et d’autres exemples, on pourra se reporter au cha (...)

45Le refus de voir son conjoint accroître son rôle ménager est exprimé par exemple par Mme Lecour : « Bon moi, j’étais habituée à m’assumer, à assumer mes enfants. Donc je ne vois pas maintenant que le plus dur est fait, je n’ai pas besoin de lui dans ce domaine-là. J’ai pas du tout besoin qu’on vienne, au contraire, c’est parce que je serais malade, qu’il y aurait quelque chose qui va pas, hein ». Et elle ajoute : « J’ai assez de personnalité, s’il y a quelque chose qui ne va pas, pour faire dégager… Moi, je garde mes trucs, je ne conçois pas non plus qu’il soit dans mes jambes à me dire : “Faut faire les carreaux”. Moi, c’est mon truc à moi, j’ai pas besoin qu’on me commande, hein. Je l’ai fait toute ma vie sans qu’on me commande, alors c’est pas à 55 ans qu’on va me commander !» La même attitude est repérable dans des discours moins virulents, celui de Mme Gardin, par exemple : « Il m’aide pas plus dans le ménage. Il est tellement occupé. Il lit énormément. Il est pris. Moi, au fond, ça ne m’ennuie pas de faire mon travail toute seule, hein. […] Ce qui m’aurait embêté, mais il ne le fait pas, c’est de m’embêter dans la cuisine, de me dire : “Qu’est-ce que tu fais ?”». Ce qui est en jeu, pour ces femmes, c’est à la fois leur identité et leur pouvoir domestique : leur identité, solidaire de leur activité ménagère dans laquelle elles se sont investies, et qu’elles redoutent de voir invalidée par leur conjoint s’il s’approprie certaines tâches ou dénigre leur manière de faire ; leur pouvoir sur l’espace domestique qu’il remet en cause par ses observations, conseils, critiques ou ordres4.

46A contrario, certaines femmes qui aspirent à construire leur identité sociale sans y intégrer des attributs du rôle ménager (ou du moins en les limitant), revendiquent une plus forte participation masculine. Mme Delbard, par exemple, a l’impression de se retrouver, bien malgré elle, prisonnière du rôle auquel elle a cherché à échapper, en commençant, à 38 ans, une carrière professionnelle : « De toutes façons, pour lui, c’est pas nécessaire qu’une maison… il ne voit pas quand le ménage n’est pas fait, il ne voit pas… C’est des choses qu’il ne voit pas. Alors ça ne le gêne pas. Alors que moi, quand même, ça me gêne. Alors qu’est-ce que je fais ? Je le fais, mais je râle parce que je le fais toute seule » explique-t-elle. Aussi cherche-t-elle à obtenir de son conjoint un engagement ménager plus conséquent : « Le jour où il est revenu à la maison, je lui ai dit : “Non !”, j’avais mis les choses au point, y’avait aucune raison que je prépare le petit déjeuner. Si bien qu’on est restés avec ce genre de truc : il prépare le sien, moi je prépare le mien ».

  • 5 Il faudrait vérifier quantitativement l’hypothèse selon laquelle la revendication égalitariste des (...)
  • 6 Nous verrons plus loin que, tout en conservant une attitude favorable à une évolution de la répart (...)

47L’aspiration à une plus grande égalité ménagère apparaît également dans cette lettre adressée à Notre Temps : « Mon mari, licencié économique à 59 ans, est au chômage depuis six mois. Pour ma part, si tout va bien, j’en ai encore pour quelques années à travailler. Je comptais sur lui pour m’aider un peu à la maison. Je suis déçue car il ne lève pas le petit doigt pour participer aux repas ou au ménage. Et tout d’un coup, je ne supporte plus de faire la double journée : bureau, courses, repas, etc. Quand je lui donne une liste de ce qu’il doit faire, il obéit mais je dois le remercier dix fois, comme s’il m’avait octroyé une faveur » (n° 217, janvier 1988)5. Ou encore dans cet accès de colère de Mme Allais : « Je lui disais : “Faut bien que je m’occupe de tes pantalons, faut bien que je m’occupe de tes affaires, pourquoi que je… À ce moment-là, je peux faire comme tout le monde, je peux les porter à nettoyer… pourquoi ci, pourquoi ça ?”. Il me dit : “Ben, tu l’as toujours fait !” Eh bien, je dis : “Oui, c’est pas évident, je l’ai fait parce que je pouvais pas faire autrement. Mais après tout, je pourrais peut-être me donner du bon temps, et puis porter à nettoyer, ou porter à repasser, ou donner tes chemises à laver, par exemple. Oui, pourquoi être obligée de le faire ? À ce moment-là, chacun ses quelques choses à faire”6 ».

48Certaines femmes peuvent se montrer favorables à une participation ménagère accrue de leur conjoint, mais pour des raisons très différentes d’une revendication égalitaire. À cause de problèmes de santé, tout d’abord : « Ah, si j’ai besoin, ça arrive quelquefois parce que j’ai un problème de dos, je me coince le dos, il arrive qu’il passe l’aspirateur, parce que l’aspirateur, deux-trois fois j’ai eu le dos complètement coincé rien que de passer l’aspirateur, alors je préfère attendre un petit peu, mais autrement non, ça n’a rien changé » (Mme Letellier). Ensuite, parce que c’est un moyen de procurer une aide au passage à la retraite du conjoint : « Je pensais pas, je regardais pas le côté normal qu’il le fasse, mais je pensais que c’était quand même une occupation. Pour lui personnellement, c’était une façon de s’occuper un petit peu, de meubler un peu le temps. C’était plutôt dans cette optique-là, que de dire que c’est une obligation parce que le mari est à la retraite qu’il fasse quelque chose. Non, c’est pas dans ce sens-là que je le pensais » (Mme Boulet). Enfin, en tant que socialisation du mari à des tâches qu’il lui faudra peut-être effectuer seul un jour, s’il devient veuf, éventualité à laquelle son épouse se sent le devoir de le préparer : M. Rebours raconte par exemple comment sa femme l’a incité à faire les courses : « C’est ma femme qui m’a poussé à faire ça, j’avais aucune envie de le faire, aucune notion de courses, qu’est-ce que c’était. […] Alors elle dit : “Tu vas faire les courses, parce qu’il suffit par exemple que je ne puisse pas y aller…”, et le fait est, on a pris par exemple la tante qui est décédée, l’oncle il a bien fallu qu’il s’y mette ».

49Cependant, les attitudes féminines apparaissent souvent moins tranchées que dans les exemples précédents, plus nuancées, plus ambivalentes, trahissant la dualité des représentations : d’un côté favorables à l’égalité, de l’autre en accord avec l’idée que les tâches ménagères reviennent d’abord aux femmes. La participation du conjoint peut ainsi être réclamée, tout en souhaitant qu’elle ne soit pas trop importante : au cours d’un second entretien, un an après le premier, Mme Billard se plaint que son mari, qu’elle aimerait voir prendre en charge, de temps en temps, la préparation des repas, tergiverse : « J’accepterais volontiers qu’il prenne en charge au moins une journée dans la semaine, ce serait déjà ça… une journée, deux jours volontiers, même une semaine s’il veut ! Pourquoi pas ?». Je lui rappelle alors ce qu’elle avait déclaré l’année précédente : « Faut que je fasse attention qu’il n’en fasse pas trop !». En se justifiant, elle révèle sa conversion limitée aux conceptions égalitaristes du travail ménager : « Oui, bien sûr… Non, je ne veux pas qu’il se substitue quand même à moi, je ne veux pas qu’il devienne la femme à la maison. Non, faut pas qu’il en fasse trop. Là, c’était tout au début, il avait tendance à m’aider, donc je me disais : “Faut pas qu’il en fasse trop”, je me rappelle… mais au bout d’un an, je me dis : “Y’a pas de danger !”, il m’aide peut-être un peu plus qu’avant mais il fait beaucoup d’autres choses en dehors de m’aider à la maison ». On constate dans ce discours, comme dans d’autres, un refus de ce que le mari se « féminise » en prenant en charge des tâches féminines, donc en se coulant dans un rôle féminin. L’androgynie – que certains ont cru observer chez les couples âgés – n’est, en tout cas, pas toujours souhaitée par les acteurs sociaux.

50Néanmoins, c’est dans les attitudes où se mêlent revendication de la participation du conjoint et refus de cette participation que l’ambivalence apparaît particulière ment flagrante. C’est ce que constate, entre autres, M. Blanc : « Elle se plaint toujours de faire tout, mais dès qu’on veut l’aider un peu, elle n’aime pas du tout. C’est une contra diction ». Mme Blanc le reconnaît et affirme : « Il n’a jamais rien fait. C’est peut-être un petit peu dommage dans un certain sens, parce que ça l’occuperait un peu, m’enfin il n’a jamais aimé ça non plus. Non, à l’intérieur, il ne s’est jamais occupé de rien. Non, non, c’est bien, c’est qu’il a son bateau ». Elle se montre ainsi favorable à la participation de son mari aux tâches ménagères – parce que ça l’occuperait, mais aussi, comme elle l’explique ailleurs parce que cela la déchargerait –, et dans le même temps, se déclare satis faite qu’il n’y participe pas davantage – il la gênerait, elle préfère continuer à gérer seule sa maison et qu’il trouve des activités extérieures. De même, Mme Gilles se plaint d’avoir trop de travail à la maison, de ne plus avoir de temps pour elle, regrette de devoir mendier un coup de main – « si par exemple, quand on a fini de dîner, si je ne dis pas : “Quelqu’un peut passer l’aspirateur ou le balai ?”, personne ne le fait. Je crois qu’il a tellement eu cette habitude que je sois là et que je fasse tout que… en fait, ça ne lui vient pas à l’idée » –, mais ne souhaite « absolument pas » qu’il en fasse plus et déclare : « Si vous voulez, moi ça ne me dérange pas de le faire ça, mais j’ai pas le temps de le faire, c’est tout, autrement ça ne me dérange pas de le faire, j’aime bien ». Le « nagging » (i. e. le fait de faire des remarques désobligeantes sur les performances ménagères du mari) dont parlent les sociologues anglo-saxons (Mason, 1987 ; Dorfman, 1992, p. 164) est caractéristique de cette ambivalence : « De temps en temps, il fait la cuisine… de temps en temps, je dis bien… oui, quand même, et puis ranger après quand on a mangé, ramasser quelquefois, mais c’est toujours très vite fait, c’est fait très superficiellement, il n’aime pas ça » déclare par exemple Mme Gilles. Une fois, son mari, énervé parce qu’elle passait l’aspirateur en se plaignant d’avoir trop de travail ménager, « est monté, il a attrapé le linge, il a commencé à repasser ». Ce qui l’a exaspérée, l’«a rendue folle », « parce que c’est mal fait, c’est très mal fait, après faut tout reprendre derrière, y’a des faux plis partout ». De même, en considérant que ces témoignages ont une part de véracité et ne sont pas seulement des excuses pour ne pas participer davantage aux travaux ménagers, on peut citer M. Blanc, qui constate : « J’aide un petit peu à mettre le couvert, à desservir, quelquefois à la vaisselle, éventuellement passer un coup d’aspirateur… chez soi, dès qu’on fait quelque chose, c’est toujours mal fait, elle le refait derrière », et M. Nevers qui explique pourquoi, à son avis, son épouse ne tient pas à ce qu’il fasse les carreaux : « Je pense qu’elle a peur que je n’aille pas dans les coins. J’en suis pas certain, mais j’en suis à peu près convaincu ». On peut certes expliquer ces expressions critiques par une différence dans les exigences de propreté des conjoints (Kaufmann, 1992a), par une plus grande compétence des femmes – ou par une mauvaise volonté des hommes, se complaisant dans leur ignorance et leur maladresse –, mais nous préférons privilégier ici une lecture en termes de combinaison d’attitudes contradictoires qui pousse à la fois à exiger une aide plus substantielle du mari conformément aux représentations égalitaristes de la répartition des rôles, et à ne pas l’accepter par fidélité aux conceptions traditionnelles qui enjoignent à la femme de prendre en charge les tâches ménagères.

51Cependant, si les attitudes féminines apparaissent souvent ambivalentes, c’est aussi parce qu’elles sont différenciées selon les tâches ménagères : il est possible d’être globalement peu favorable à la participation du mari, et souhaiter être débarrassée de telle tâche en particulier. C’est le cas de Mme Doux, qui ne revendique absolument pas un plus fort engagement de son mari dans les travaux ménagers et ne sollicite jamais son aide, mais aimerait qu’il fasse de temps en temps la cuisine, tâche qu’elle n’apprécie guère : « Il me disait toujours : “À la retraite, je vais me mettre à faire la cuisine”, parce qu’il a un ami qui cuisine merveilleusement bien, beaucoup d’hommes le font, et très bien d’ailleurs, et moi, c’est pas ma passion, la cuisine, je la fais bien obligée, mais pas par plaisir ». De même, Mme Millet qui cherche à contenir la bonne volonté de son mari dans la maison, est heureuse qu’il lui propose de faire les courses : « Je fais moins souvent les courses parce que je le veux bien, mais, au contraire, j’avoue que ça m’arrange, mon mari me fait les courses, j’avoue que ça me fait gagner du temps pour l’intérieur, justement ». Et Mme Gilles, dont on a signalé l’attitude ambivalente et réservée quant à la participation de son mari aux tâches ménagères, se montre beaucoup plus assurée quand il s’agit du jardin :

Q. : En fait, vous ne souhaitez pas vraiment qu’il en fasse plus ?
Mme : Absolument pas. Ce que j’aimerais qu’il fasse, c’est qu’il s’intéresse un peu à l’extérieur, au jardin, y’a pas grand chose à faire, parce que c’est tout petit, m’enfin… on avait acheté des oignons de fleurs, jonquilles, tulipes à l’époque où il fallait les acheter. Il fallait les mettre en terre, ces oignons ont séché dans le garage parce qu’il ne voulait pas y aller, d’abord il ne sait pas le faire, mais il m’aurait demandé comment faire, je lui aurais expliqué, mais il ne s’y intéresse pas, il ne s’y intéresse pas, alors tout ça, ça traîne, ça reste comme ça, alors un jour, je m’y suis mise, je l’ai fait.

52Les tâches évoquées dans ces exemples sont certes particulières : le jardinage et les courses sont des activités extérieures, la première plutôt masculine ; la cuisine et les courses appartiennent à la catégorie des « tâches négociables » (Zarca, 1990), les moins marquées sexuellement. Il est plus facile de céder certaines tâches que d’autres.

Attitudes masculines

53Nous procéderons, pour présenter et analyser les attitudes masculines, de la même façon que pour les attitudes féminines : nous exposerons les positions hostiles à un changement dans la répartition des tâches ménagères, puis les positions favorables, enfin nous montrerons l’ambivalence qui caractérise un grand nombre d’attitudes.

54La posture défavorable à toute évolution utilise deux types d’arguments. Le premier est l’incompétence – souvent affirmée avec fierté ou humour –, le désintérêt, voire la répulsion : « La cuisine, rien, nul, je sais même pas faire cuire un œuf » déclare M. Aurélien, qui ajoute : « La cocotte minute peut tourner à toute vitesse, prête à exploser. La minuterie peut sonner pendant des heures, des heures, je suis là en train de bosser ou en train de lire, je ne l’entends pas, ça ne me concerne pas ». Quant à M. Rémond, il dit sa répugnance pour la cuisine : « Quelque chose que je n’aime pas, c’est la cuisine, alors là, niet là-dessus »; et à une question lui demandant s’il a essayé, il répond : « non, et puis je n’ai pas envie de m’approcher ». De même, il reconnaît son peu d’intérêt pour le repassage – « le repassage ?… alors là, non, rien… et puis c’est drôle, là non plus je ne suis pas attiré ». Ce sentiment de défiance des hommes par rapport aux tâches ménagères ne se traduit d’ailleurs pas seulement par le refus de s’y essayer, mais aussi parfois par la difficulté à accepter que leur femme les assume en leur présence : M. Aurélien ne supporte pas le bruit de l’aspirateur, M. Louis manifeste son incompréhension de voir son épouse passer du temps à faire le ménage.

55Le second argument est davantage empathique et consiste à affirmer qu’il ne serait pas juste de prendre le travail de sa femme maintenant qu’on n’a plus d’activité professionnelle. C’est par exemple la position de M. Lecour : « J’estime que ma femme l’a fait toute sa vie jusqu’à maintenant, je ne vois pas pourquoi je lui dirais : “Dis donc, maintenant, c’est plus toi qui va faire les légumes, c’est moi !”».

56L’attitude contraire, favorable à une évolution de la répartition des tâches, l’homme trouvant « normal », lorsqu’il cesse son activité professionnelle, d’en faire plus dans la maison, atteste de l’influence de l’idée d’égalité dans ces tranches d’âge, également constatée par J.-C. Kaufmann, qui écrit : « Il est cependant indéniable que son comportement d’ensemble [de l’homme] s’est profondément transformé dans la génération des préretraités et des jeunes retraités actuels : même si les résultats sont pauvres, la volonté de coopération domestique est devenue évidente » (1992 a, p. 115). C’est ainsi que M. Millet déclare : « J’ai toujours eu une idée qui était la suivante : elle s’occupait de sa maison parce que je bossais et que c’était mon boulot. Mon bureau, c’était pas ses ennuis, et sa maison, c’é tait pas mon problème, en fin de compte. Maintenant, j’ai plus de bureau, alors j’ai plus de justificatif à me donner pour dire que je bouge plus là ». M. Breton semble approuver : « Ça va de soi… c’est pas… Y’a pas de raison que mainte nant qu’on est tous les deux en retraite, moi je reste à mon club, les groupes de bridge que je fréquente, que je bouquine, et puis que elle, elle soit chargée de toutes les charges de l’appartement.

57C’est pas un excellent principe ». Quant à M. Blanc, il explique aussi qu’il lui a semblé difficile de continuer à se faire servir sans donner un coup de main : « Elle se levait tout le temps, et après tout, je pouvais aussi en faire autant. Ça me semblait normal, alors je me suis aperçu, elle avait fait sa cuisine, elle avait fait tout ça, au moment de se mettre à table, elle était contente de rester assise… c’est tout ». Ainsi, l’inaction semble devenir intolérable, la non-participation inacceptable, culpabilisante : ces hommes ressentent comme une injonction à participer au travail ménager. Cette injonction apparaît tout particulièrement dans les cas où l’homme a cessé son activité professionnelle alors que sa femme travaillait encore. Ce dont témoigne M. Gontran : « Ça me semblait normal que je fasse davantage de tâches ménagères dans la journée, c’était normal, je faisais le repas pour le soir, je faisais le ménage le matin. Je passais pratiquement la matinée pour le ménage, maintenant que ma femme est là, je n’ai plus ça à m’occuper ».

58Comme c’était le cas pour les femmes, une attitude favorable peut cependant renvoyer à d’autres raisons que l’acceptation de la nouvelle morale égalitaire. La santé de l’épouse, par exemple : « Y’a des moments où… ma femme a des fois des gros problèmes de santé. Quand elle se sent bien, d’elle-même elle passera l’aspirateur. Mais, si vous voulez, peut-être sept fois sur dix, c’est moi qui le passe » (M. Allais). Ou la volonté d’en finir au plus vite avec des tâches qui retardent les sorties du couple – pareille motivation renvoyant plutôt à un mode de fonctionnement conjugal de type fusionnel : « Ça ne me complexe pas du tout, puisqu’on est deux, en plus, de l’aider ou de faire la vaisselle, laver deux assiettes : “Tiens, va te coiffer, je fais la vaisselle et on s’en va”. Ça ne me gêne pas » (M. Nevers). Ce dernier principe est systématisé par M. Millet : « Voilà à peu près le schéma : lui faire gagner des heures, qui lui permettent quand je dis : “Il fait beau, on s’en va”, qu’elle dise pas : “Oui, toi tu t’en vas, mais moi je ne peux pas”. Les heures que j’ai récupérées autrement, elles sont donc disponibles, en théorie, pour ces après-midi-là. […] Lui en prendre un bout, de manière que ce bout libre, on puisse le reprendre ensemble, quoi ».

59Insistons à présent sur l’ambivalence de maintes attitudes masculines, qui « bricolent » avec des éléments des deux postures précédentes. La combinaison apparaît de façon particulièrement nette lorsque des retraités expliquent qu’il est normal de participer aux tâches ménagères, mais qu’il serait malvenu de prendre la place de leur épouse. Ce qui les conduit à adopter une démarche très circonspecte, exposée par MM. Millet, Nevers ou Travert : « C’est plutôt dans un esprit de disponibilité, faut pas tomber dans l’excès inverse non plus de vouloir se rendre utile à tout prix, de prendre la place de force non plus pour se rendre utile. C’est pas bon, de dire : “je vais faire ça de force”, quelqu’un qui a envie de le faire, il faut le laisser aussi. C’est plutôt de dire : “Si tu as envie, tu le dis”. […] Il faut pas non plus ne rien faire, mais il faut pas non plus s’imposer. Je crois que c’est pas bon non plus de dire : “Maintenant, je vais te décharger de ce truc-là”, de force. Je pense pas non plus que ce soit une formule, ça » (M. Millet); « J’essaie d’aider mon épouse dans certaines tâches ménagères, et j’essaie aussi de ne pas lui donner l’impression, et c’est là qu’il faut être très prudent… si on l’aide à balayer, que c’est parce qu’elle ne le fait pas ou qu’elle ne l’a jamais fait. Là, y’a toute une nuance entre aider quelqu’un, ou le faire à sa place » (M. Nevers); « J’essaie de prendre dans ce que fait ma femme ce qui ne lui plaît pas… qui, par bonheur, me plaît, c’est comme ça. Par exemple, moi, j’aime pas faire la cuisine, ma femme aime ça. Donc, je ne fais jamais la cuisine » (M. Travert).

60Ce mélange des attitudes contraires se manifeste également dans les propos de M. Lecour, dans lesquels s’entremêlent des conceptions inconciliables : « Là, je suis volontiers partant pour aller faire une corvée de courses avec elle… est-ce que c’est emballant ? Je vous prie de croire que moi, c’est pas quelque chose qui m’emballe d’aller à Continent pousser le caddie : “Oui maman, bien maman”, “Tu prends ci, tu prends ça”. Je suis pas emballé, mais j’admire un jeune gars, marié, que sa femme travaille, avec un petit poupon, un petit gamin, et que le gars pousse le caddie. Tout ça, c’est minuté, c’est millimétré, impeccable… Il rentre, y’a pas un mot : “Oui, mon chéri, c’est très bien tout ce que tu as fait”. Moi, ça ne serait pas ça. Moi, si je vais faire les courses, je dis : “Y’a pas d’histoire. Elle m’envoie faire les courses, alors là, je vais lui en mettre pour qu’elle en ait, des courses”. Alors là, je lui réponds… il lui faut un paquet de pâtes, j’en prends trois… ». On voit comment M. Lecour oscille entre la reconnaissance du nouveau modèle, dans lequel les hommes participent aux tâches ménagères, – d’une part il « admire » le « jeune gars » qui accompagne sa femme lorsqu’elle va faire ses courses (il n’est pas ironique à ce moment-là), d’autre part il les fait lui-même plus souvent avec son épouse (celle-ci le confirme)–, et le rejet de ces pratiques qui conduisent l’homme à pénétrer dans le domaine féminin et à se placer en position d’infériorité et de soumission par rapport à sa femme. D’où l’envolée finale dans laquelle il réaffirme son incompétence, donc sa virilité, de façon d’autant plus virulente qu’il vient de montrer sa perméabilité au nouveau modèle. L’ambivalence du discours de M. Lecour apparaît d’ailleurs à nouveau lorsqu’il déclare, à propos de la préparation des repas : « Ça, c’est pas mon job… la grande fille est là… alors j’ai rien changé à tout ça. Par contre, c’est sûr que, je m’en rends compte, que par le fait que j’ai plus de temps, je reconnais quand même, ça m’arrive de plus en plus, de donner un petit coup de main à débarrasser, très peu, mais… je fais un tout petit peu plus… c’est pas que je ne veux pas faire, je vais certainement, ça c’est inévitable, je vais certainement peut-être faire un petit peu plus ». Il est certain que c’est dans un contexte particulier, en situation d’enquête, face à un sociologue qui, du fait de son âge, est sans doute, à ses yeux, un représentant du nouveau modèle, un « jeune gars » prêt à pousser le caddie, que M. Lecour produit ce discours. On ne peut cependant le considérer comme un simple effet d’imposition, un effort de présentation de soi : les concessions qu’il fait aux idées nouvelles révèlent combien il y est, à son corps défendant, perméable. Discordance dans le discours de M. Lecour donc, et ambiguïté du comportement de M. Del bard, qui révèle parfois qu’il est plus sensible aux conceptions égalitaires qu’il ne le prouve à l’ordinaire, comme le raconte son épouse : « C’est très amusant, parce que quand on a des réunions de famille, que les garçons se lèvent pour faire quelque chose… alors maintenant, quand il y a du monde, il participe, alors les enfants rient, parce qu’il ne le faisait pas avant. Mais bon, c’est tout. Mais vraiment prendre en charge quelque chose, non ».

  • 7 J.-C. Kaufmann constate également une culpabilité masculine qui naît du décalage entre représentat (...)

61L’ambivalence apparaît aussi dans les décalages observés entre discours et pratiques. Pratiques en-deçà des convictions affichées, d’où la culpabilité de M. Billard, qui a le sentiment qu’il devrait aider davantage son épouse pour la préparation des repas : « Un homme devrait savoir remplacer son épouse dans ces tâches-là. C’est naturel… on devrait… » dit-il, avant de préciser : «[avant], j’y avais pensé, mais j’avais bonne conscience parce que j’avais des heures de travail beaucoup plus prenantes que celles de mon épouse. Je rentrais à huit heures le soir, elle à cinq heures, donc on a un bon alibi le soir. Ce qui est moins vrai aujourd’hui, puisque j’ai autant de temps à la maison qu’elle. Donc j’ai peut-être plus mauvaise conscience que je ne l’avais à l’époque…7 ». Pratiques dépassant les principes, dans le cas de M. Lecour, qui défend pourtant avec conviction – mais pas sans ambiguïtés, comme nous l’avons vu – une répartition traditionnelle des rôles, et reconnaît pourtant, par mégarde : « Moi déjà le ma tin, je me sens mieux. Avant c’était toujours moi qui préparait mon déjeuner tout seul, et puis elle, elle se débrouillait. Maintenant, je prends un petit peu plus de temps pour l’attendre, je prépare son déjeuner, ça… ». Il n’achève pas son propos. Gêné, comme étonné de cette infraction à ses principes, qu’il semble découvrir, il s’efforce alors d’en atténuer la portée : « Pas toujours, pas toujours, c’est souvent qu’elle me le demande » s’exclame-t-il, avant d’ajouter : « Il faut un synchronisme, moi elle me le prépare quand j’ai envie ».

62Cette propension de M. Lecour à la modestie ne lui est pas propre : c’est même une tendance très répandue chez les hommes que de vouloir se justifier de faire des travaux ménagers et d’adopter, dans ces justifications, un profil bas, minimisant l’importance de leur contribution. Écoutons M. Coste : « Ça a changé que, sans faire de cuisine, je mets la table, je fais la vaisselle, je fais le potage, ça je l’ai toujours fait, c’est une habitude à moi. Je prépare les entrées, sans faire vraiment de cuisine, les salades, des choses comme ça ». Et alors que je lui demande s’il fait davantage de tâches ménagères depuis qu’il a cessé son activité professionnelle, il répond : « Jusqu’ici, pas vrai ment. Si, je passe le balai… mais pas vraiment. Je fais le lit le matin, évidemment… mais des petits trucs. Vous savez, quand on est deux, y’a moins de choses à faire que quand y’a les enfants ». De même, M. Witt explique que « c’est pas une chose extraordinaire de faire griller un bifteck ». M. Boulet affirme que « c’est quelque chose qui n’est pas long tout ça, hein. De toute façon, c’est ça, c’était balayer, laver, la machine à laver, étendre, et m’occuper du lave-vaisselle aussi, tout ce qui était mécanique un petit peu. J’avais que ça, hein, et puis faire le lit ». Et M. Breton tient à faire savoir que s’il a pris la « mauvaise habitude » de passer l’aspirateur, « oh !… c’est pas… terrible… c’est pas déshonorant ». On le voit, tout en minimisant la quantité et la valeur du travail ménager réalisé, il s’agit d’affirmer que l’on ne s’engage pas vraiment dans ces activités domestiques, qu’on n’y ancre pas son identité, qu’elles ont peu d’importance dans la définition de soi, et donc qu’on ne se féminise pas en prenant en charge des tâches féminines : cette modestie affichée est un moyen d’affirmer sa « distance au rôle » (Hannerz, 1983 ; Kaufmann, 1994).

63Cependant, les hommes peuvent justifier leur engagement ménager, non pas en minimisant leur performance, et en prenant leurs distances par rapport aux tâches qu’ils assument, mais au contraire en les anoblissant, ou du moins en leur attribuant une signification virile. M. Aurélien, par exemple, a horreur des tâches ménagères, et supporte difficilement que sa femme passe l’aspirateur ou époussette les meubles en sa présence. Néanmoins, son épouse signale qu’il adore prendre soin des antiquités : « Il va prendre un objet un jour, par exemple il va prendre celui-là, il va l’astiquer un jour, puis bon, il va prendre la petite statuette-là, il va la faire briller. Ça, il aime bien. C’est lui qui le fait pratiquement tout le temps. Même un meuble, hein. Mais alors, ça n’a rien à voir avec l’époussetage ». Ce qu’il confirme, explicitant la différence avec une banale tâche ménagère : « C’est une question… le ménage, bon, c’est quelque chose disons, je veux pas être désagréable parce qu’il faut le faire, ça n’a rien de méprisant hein, mais il y a quelque chose de commun, c’est très commun, quoi, tandis que s’occuper d’objets, je trouve que ça a un côté précieux… peut-être un côté culturel, je sais pas… mais précieux, le mettre en valeur, lui donner un cadre ». Il est également possible de présenter les tâches ménagères effectuées comme masculines : « Je passe l’aspirateur, je fais les gros travaux de ménage, mais ça ne va pas au-delà […]. Je vous dis, le ménage, quand ça me prend tout d’un coup, je passe un coup général, passer la moquette à la vapeur. Enfin, les travaux lourds, quoi » (M. Roy); « Si par exemple, elle veut mettre le linge à sécher au grenier, je lui dis : “Laisse ça, je vais le monter”, je rouspète quand elle monte des trucs lourds » (M. Aurélien) ; « Je ne vous cache pas que je passe l’aspirateur parce que je pense que c’est plus physique qu’autre chose » (M. Nevers). Il est certes possible que ces tâches aient été codées comme masculines a posteriori, mais on peut penser que si elles ont été choisies de préférence à d’autres, c’est qu’elles semblaient a priori plus facilement réalisables. A contrario, certaines prises en charge semblent plus difficilement concevables, comme l’explique encore M. Nevers : « Et ça ne la choque pas de me voir passer l’aspirateur. Par contre, ça la choquerait, je ne le ferais jamais, ça me poserait un problème si elle ne le faisait pas, c’est de repasser mon linge par exemple. Il ne me viendra pas à l’idée de repasser le linge, mais ça ne me complexe pas du tout, puisqu’on est deux, en plus, de l’aider, ou de faire la vaisselle… laver deux assiettes ».

64Il est possible de soutenir que pour pouvoir assumer sans gêne certaines tâches ménagères, sans avoir à minimiser leur contribution, les hommes doivent les adopter au cours d’une transaction biographique. Certains font appel à des dispositions acquises lors de la socialisation primaire. Ainsi, M. Boulet déclare que « c’est quelque chose qui vient bien, chez moi, je crois, faire la cuisine. J’invente un petit peu de temps en temps, mais c’est quelque chose qui vient bien. Pour faire la cuisine, j’ai pas de problèmes, hein. Si y a quelque chose de plus compliqué, je vais prendre un livre, à ce moment-là, et regarder un peu la recette, comment c’est fait. Mais sans ça, dans l’ensemble, c’est quelque chose qui… Je pense que je serais peut-être doué pour faire la cuisine. C’est un truc qui me plaît, c’est le truc qui me plaît le mieux ». Plus loin, il livre la clé de cette assurance qui le conduit à préparer régulière ment les repas au début de sa retraite, alors que sa femme travaille encore : « Même, de toute façon, même étant jeune, je faisais de la pâtisserie, beaucoup de pâtisserie. Je faisais de la pâtisserie avant qu’on soit mariés. Depuis qu’on est mariés, j’en n’avais jamais fait ». De même, M. Doux qui a déclaré à sa femme qu’il allait se mettre à la cuisine – déclaration pas encore suivie d’effet pour le moment – explique ce qui l’attire dans cette activité : « Je crois que c’est à cause de ma grand-mère. J’avais ma grand-mère paternelle qui était à Tarbes, qui avait un des plus grands restaurants de Tarbes, avant la guerre de 14. Elle faisait une cuisine extraordinaire. J’ai perdu mes parents, j’étais tout jeune, c’est elle qui m’a élevé un petit peu après, et c’est elle qui me faisait la cuisine, alors j’aime autant vous dire que… ». Il est également possible d’établir la continuité avec des aptitudes développées au cours de la socialisation secondaire. M. Millet, ancien courtier, apprécie que sa femme lui ait abandonné les courses – « Moi, je préfère faire les courses… Pour ça, je suis bien tombé… Non, je regrette pas » déclare-t-il –, et il indique pourquoi il y prend plaisir : « Parce que, je dirais, ça recommence, je me retrouve à négocier quelque chose, voir des prix à discussion, aller voir les prix et tout, on a toujours l’impression d’être un peu… Et puis y’a le contact… enfin, le contact… je vois du monde, je discute avec le machin… c’est peut-être ça qui m’intéresse plus. Je me retrouve un peu dans le bruit, dans le monde, ça me déplaît pas du tout, ça m’amuse plus ». Et M. Rémond, ancien artisan qui, aujourd’hui, ne rechigne pas à passer l’aspirateur, établit un lien avec son passé professionnel : « Chez les clients, j’étais un hyper-maniaque de la propreté ; ça me gênait pas de passer l’aspirateur ». D’autres négociations biographiques sont plus inattendues, comme celle qu’expose M. Travert : « Je fais le repassage, que je n’avais jamais fait avant, qui me paraissait un travail féminin, et puis je me suis aperçu que ma femme n’aimait pas ce travail-là, et d’ailleurs on prenait une femme de ménage avant pour le faire. Et puis moi, je me suis aperçu que j’aimais beaucoup ça, j’aimais beaucoup le repassage, parce que ça me permet d’écouter la radio en même temps, c’est un travail simple qui ne nécessite pas d’investissement intellectuel, donc je repasse en écoutant la radio, et c’est une chose que j’adore : pouvoir faire un travail simple, qui nécessite pas d’efforts, en écoutant la radio ». Il faut dire que, parallèlement, M. Travert réinvestit une partie de ses qualités professionnelles dans le repassage, facilitant ainsi la négociation biographique : « J’ai amélioré la qualité de mon travail. Je repasse mieux, je nettoie mieux et je répare mieux. Tout ce que je fais, je le fais avec un souci de qualité. On me l’a appris dans l’entreprise… c’est la mode maintenant de rechercher la qualité dans tout ce qu’on fait. J’essaie d’appliquer ça dans le travail domestique, c’est-à-dire de faire les choses le mieux possible, d’une façon irréprochable ».

65Une tâche domestique est donc d’autant plus facilement prise en charge par les hommes qu’ils peuvent la considérer comme masculine et/ou qu’il leur est possible d’en faire, par une transaction biographique, un élément de leur identité sociale en reconstruction. Il n’est donc pas étonnant que les recherches quantitatives indiquent que les hommes augmentent surtout leur participation dans les tâches traditionnellement masculines, telles que les réparations dans la maison, l’entretien du jardin, la responsabilité de la poubelle, comme le notent par exemple P. Keith et T. Brubaker (1979, p. 497) ou L. Dorfman (1992, p. 163). Et si faire la cuisine, passer l’aspirateur, faire les courses ou mettre la table sont parmi les tâches ménagères que les hommes que nous avons rencontrés effectuent le plus facilement, c’est parce qu’elles sont, comme l’a montré B. Zarca (1990) des « tâches négociables », c’est-à-dire des tâches « dont la marque (féminine) s’affaiblit » (p. 31), et qu’il devient donc plus facile de coder comme masculines.

  • 8 Il est vrai que dans l’enquête, l’augmentation de la participation masculine aux courses est du mê (...)

66Arrêtons-nous quelques instants sur l’une de ces tâches négociables : les courses. Un certain nombre de travaux ont mis en évidence leur succès auprès des hommes à la retraite. A. Lipman (1961, p. 269) note que 75 % des femmes de son échantillon déclarent que leur mari à la retraite y participe. Dans la recherche de T. Brubaker et C. Hennon (1982, p. 213), on relève que la principale différence dans la répartition des responsabilités domestiques entre des couples de doubles actifs et des couples de doubles retraités, concerne encore les courses – la responsabilité est partagée dans 26,9 % des cas pour les premiers, dans 56,5 % des cas pour les seconds (à titre de comparaison, dans les couples de doubles retraités, la responsabilité est partagée dans 6,5 % des cas pour la cuisine ; 16,1 % pour la vaisselle ; 9,7 % pour le lavage du linge ; 19,9 % pour l’entretien de la maison). Dans l’enquête dirigée par P. Paillat, une question porte sur l’évolution de la participation masculine aux tâches ménagères : 19,9 % des hommes mariés déclarent faire davantage les courses qu’avant leur retraite8. Les courses sont en effet une tâche domestique particulière : non seulement elles appartiennent à la catégorie des « tâches négociables » (Zarca, 1990), mais se déroulant à l’extérieur de la maison, elles permettent donc d’en sortir. Ce qui peut être une ressource non négligeable quand les occasions de franchir le seuil ne sont plus aussi nombreuses qu’auparavant : « Et puis, il faut dire aussi que, comme moi j’aime sortir, ça aide bien. Disons que c’est le prétexte » dit par exemple M. Aurélien ; « J’aime bien faire ces commissions parce que ça me fait sortir de la maison. Ça m’oblige à m’habiller convenablement. Même s’il pleut, je sors » explique M. Christie (Lalive d’Épinay, 1991, p. 118). Car sortir, c’est voir du monde, rencontrer des voisins, parler avec les commerçants – « il aime bien, parce qu’il aime se promener, il aime bavarder, il aime le contact avec les gens » dit Mme Doux de son mari.

67La sortie de l’homme pour les courses peut d’ailleurs constituer un rituel d’évitement, un moyen de ne pas gêner sa femme qui effectue les tâches ménagères intérieures, tout en trouvant une occupation. Ainsi, M. Gilles, qui apprécie peu d’assister aux travaux ménagers, décrit sa matinée : « En général, ma femme, le matin, a toujours des courses à faire, l’entretien normal de maison, tout ce qui est nettoyage, elle fait la poussière, elle passe son chiffon, elle va arranger ses fleurs… moi, j’ai un petit creux… si je n’ai pas d’activité prévue le matin, ça m’arrive souvent, dès que ma toilette est faite, quand je peux, je prends la voiture, je vais faire les courses, quand il faut aller chercher du pain ou des choses dans le genre ». N’oublions pas cependant que les courses ne sont pas seulement un moyen pour augmenter la distance conjugale, qu’elles peuvent aussi constituer un rituel de rencontre, être l’occasion de sortir en commun : « Quand on va faire des courses, on ne fait pas for cément des courses à côté, on s’en va à Ouistreham : ça nous promène, on va faire un tour au bord de la plage, on a fait nos courses entre temps, et puis on rentre après » explique M. Louis.

68Enfin, si les courses semblent une tâche ménagère particulièrement prisée par les hommes après la retraite, tous ne l’apprécient pas de la même façon : d’après l’enquête menée sous la direction de P. Paillat, 24,6 % des cadres déclarent faire davantage de courses qu’avant la retraite, contre 17,8 % seulement des non-cadres. À l’inverse, 20,6 % des non-cadres augmentent leur contribution culinaire, contre seulement 15,5 % des cadres. Pour interpréter ces données, on peut faire l’hypothèse que le rapport à l’extérieur des cadres est plus centrifuge que celui des non-cadres, ce que tend à montrer un article d’E. Maurin : 48 % des journées des hommes anciens cadres supérieurs sont des journées avec grande sortie, contre 45 % pour les professions intermédiaires, 34 % pour les employés et 35 % pour les ouvriers (Maurin, 1989, p. 45, graphique XVIII B). D’où leur tendance à choisir une tâche ménagère plutôt extérieure, au contraire des non-cadres, plus attirés par une tâche intérieure. Quant au choix des courses et de la cuisine, il est conforme aux résultats obtenus par B. Zarca : ce sont les deux tâches qui sont le plus souvent codées par les hommes qui les effectuent comme des « activités agréables » (plutôt que comme des « corvées » ou des « obligations qui ne vous gênent pas ») : la cuisine est jugée agréable par 41,3 % des hommes, les courses par 29,6 % d’entre eux (1990, p. 37, tableau 10).

L’évolution de la répartition des tâches ménagères

69Sauf dans le cas où les deux conjoints campent fermement sur une position hostile à tout changement dans la répartition des tâches ménagères, une certaine évolution se produit au moment du passage à la retraite des conjoints. C’est cette évolution que nous voudrions maintenant caractériser : comment varie la charge ménagère ? Quelles sont les nouvelles formes de répartition ? Par quels processus se mettent-elles en place ?

L’évolution de la charge ménagère

70Une question préalable à l’étude de la nouvelle répartition des tâches et à sa mise en place concerne l’évolution de la charge ménagère. Par là, il faut entendre deux choses : le volume du travail ménager ; le temps nécessaire pour l’effectuer.

71Certains éléments donnent à penser que ces deux variables ont plutôt tendance à augmenter au moment du passage à la retraite des conjoints. Le repas du midi, par exemple, n’était pas toujours assuré jusqu’alors, ou demandait peu de préparation comme le rappelle Mme Gilles : « Vous savez, quand une femme se retrouve toute seule à la maison, elle ne pense pas à manger le midi, donc pour elle le repas du midi, elle s’en occupe pas, alors que là, il faut vraiment y penser parce qu’on se retrouve à trois [le fils de 19 ans rentre également manger le midi, ce qu’il ne faisait pas auparavant], et trois personnes qui mangent beaucoup. Là, faut s’en occuper ». De même, elle se plaint de devoir davantage ranger depuis que son mari est à temps plein à la maison. Par ailleurs, le retour à la maison peut être l’occasion de procurer au conjoint « une vie un peu plus douce », comme le dit Mme Lancien qui fait « quelquefois des petites fantaisies » culinaires. À ce propos, N. Keating et P. Cole, observent qu’après la retraite de l’homme, « l’exécution et l’organisation des tâches demandaient davantage d’énergie. Non seulement parce qu’il y avait plus de travail à faire, mais aussi parce que le planning était élaboré en fonction des besoins du mari. Ses intérêts devenaient prioritaires par rapport aux devoirs ménagers de la femme, si bien que celle-ci se réorganisait, de façon délibérée, pour être davantage à son écoute » (1980, p. 86). Réorganisation qui, on peut le supposer, ne va pas sans perte de temps. Mais, si le temps consacré aux tâches ménagères s’allonge (à volume constant), ce peut être aussi parce qu’on a davantage de temps à leur consacrer, et qu’on peut ainsi les faire plus à fond et plus lentement : « Du point de vue maison, quand on travaille, on est quand même obligé de négliger un tas de choses, alors que là, j’ai tout mon temps » dit par exemple Mme Lancien.

72Cette tendance à l’accroissement des charges ménagères est cependant contrebalancée par des tendances opposées. D’une part, si certaines tâches augmentent, d’autres peuvent, à l’inverse, diminuer, comme l’indique Mme Billard qui regrette d’avoir davantage de cuisine à faire le midi, mais constate, satisfaite : « Au point de vue vêtements, j’ai moins, je suis beaucoup plus décontractée, parce qu’il y avait tous les costumes à préparer chaque semaine, ça occupe déjà pas mal, alors que là, maintenant, il porte presque plus de vestes, il porte des pulls qui vont au nettoyage à sec, alors… y’a moins de soucis, y’a plus de cravates, y’a plus ce souci ». D’autre part, l’hypothèse de la dilatation du temps consacré aux travaux ménagers néglige les stratégies de résistance à tout accroissement de leur engagement ménager mises en place par certaines femmes : « Le balai, l’aspirateur, j’ai repris toutes ces tâches-là puisque j’ai le matin pour m’en occuper. En fait, je ne désire pas dépasser le matin pour tout ce qui est tâches ménagères. M’assumer chez moi le matin… Même s’il m’arrive de faire exceptionnellement le ménage l’après-midi, c’est rare mais ça peut arriver, si j’ai une sortie de prévue ou quelque chose qui va me prendre un peu plus de temps, bon je m’avance un petit peu. Autrement, je m’astreins à ne pas… le ménage le matin, mais autrement… ne pas recommencer l’après-midi. Si je n’ai pas terminé, je ne le termine pas, et je re commence plutôt le lendemain » déclare Mme Boulet. Et Mme Roland explique : « Si vous voulez, ce qui ne change peutêtre pas, c’est que je ne vais pas donner la priorité là-dessus, je préfère suivre des cours ou des machins comme ça […] Maintenant, j’ai le temps, alors comme j’ai le temps, je fais ça quand vraiment y’en a besoin, mais je ne vais pas me mettre un carcan là-dessus, c’est pas possible. Entre aller au cinéma et repasser une pile de linge, je me dis : “Je le ferai demain, j’aurai le temps”, ça a changé, parce qu’autrement les week-ends, il fallait bien que l’autre semaine commence, donc c’était un petit peu dans un carcan, il fallait absolument pouvoir commencer sa semaine correctement pour arriver à l’autre semaine, tandis que là, je suis plus libre, ça n’a pas d’importance ».

La nouvelle répartition des tâches

73L’évolution, cependant, ne concerne pas seulement la charge ménagère, mais aussi la répartition des tâches. Il nous faut distinguer les cas où l’un des conjoints seulement est à la retraite des cas de retraite conjugale.

74Dans la première situation, on peut observer une prise en charge plus importante des tâches ménagères par le premier conjoint rentrant, qui vise à soulager le partenaire qui n’a pas encore cessé son activité professionnelle. Ainsi, Mme Lancien, lorsqu’elle a pris sa retraite quelques années avant son mari, a fait en sorte que celui-ci réduise sa participation aux travaux ménagers. M. Lancien en témoigne : « Dans les tâches courantes, la vaisselle, l’aider à faire le lit, les choses qu’on faisait volontiers à deux dans un ménage, là j’en faisais moins, parce que le midi c’était quand même court, et au lieu de faire la vaisselle à deux le midi, elle la faisait toute seule. Quelquefois, le soir, on ne la faisait pas. C’était remis au lendemain matin pour pouvoir passer une soi rée à regarder la télé ou à faire autre chose. Oui oui, elle a fait beaucoup plus de choses à partir du moment où elle a été en retraite ». Les hommes premiers rentrants savent aussi se montrer coopératifs, parfois au grand étonnement de leur épouse. M. Witt, qui déclare que « ce que je pouvais faire dans la maison pour qu’elle en ait moins à faire le soir et puis le week-end, ça ne me dérangeait pas », préparait le repas du midi qu’il prenait seul, la soupe pour le soir, faisait le ménage le vendredi pour éviter à sa femme de le faire le samedi ou le dimanche. Mme Gontran se souvient aussi de l’aide substantielle que lui a apportée son mari pendant cette période de huit ans entre leurs deux retraites : « C’est moi qui me levais la première, je déjeunais et tout, et lui se levait pour me sortir la voiture, toujours il me sortait la voiture et me préparait la voiture, et je n’avais qu’à rentrer dans la voiture, donc c’est lui qui faisait le lit, la chambre du fait qu’il s’était levé le dernier, et puis il faisait la vaisselle, il ne voulait pas que je fasse la vaisselle le soir, donc c’est lui qui la faisait le matin […] Il faisait sa cuisine [elle ne rentrait pas le midi], il me préparait à manger… quand je rentrais le soir, ma table était mise, je n’avais qu’à manger ». Bien évidemment, l’aide masculine se focalise sur certaines tâches : courses, cuisine, vaisselle. Ces observations qualitatives sont confirmées par l’enquête quantitative réalisée par B. Zarca (1990). L’un des tableaux qu’il publie (tableau 3, p. 32) permet en effet d’observer la différence de participation ménagère des hommes dont la femme travaille à plein temps selon qu’ils travaillent eux aussi à plein temps ou qu’ils sont inactifs : la probabilité de prise en charge d’une « tâche négociable » est respectivement de 20,7 % et de 37,4 % – alors que la probabilité de prise en charge d’une « tâche féminine » (laver le linge, repasser) ne varie que de 3,1 % à 7,6 %.

75Il arive que les hommes vivent alors une phase de socialisation au travail ménager, profitant des conseils et des encouragements de leur femme, ou organisant eux-mêmes leur apprentissage. Mme Coste raconte les difficiles débuts culinaires de son mari : « Alors il me préparait l’entrée, ça se prépare assez bien, mais il a fallu que je lui explique comment assaisonner, comment tout faire, et après, ça va, il se débrouillait bien. Il allait chercher le poisson, et il me mettait mon poisson… il attendait… mais je lui ai dit : “Le poisson au court-bouillon, c’est pas difficile à préparer”, je lui explique comment faire le court-bouillon. Une fois, il avait préparé le court-bouillon, mais il avait mis juste un tout petit peu d’eau dans le fond, il a fallu que je réexplique qu’il fallait beaucoup d’eau pour que le poisson trempe, et la fois d’après qu’il m’a fait mon pois son, c’était impeccable. Il faut dire qu’il n’avait jamais, jamais fait du tout de cuisine, à part cuire un œuf ». M. Sandre, lui, explique comment il a appris à faire cuire les haricots : « Je questionnais avant son départ, je disais : “Les haricots, je te les épluche, je les mets comment, à l’eau chaude, à l’eau froide ?”. “Bon, à l’eau froide, n’oublie pas de saler l’eau surtout”. Et puis après : “Combien de temps ?”. “Sept-huit minutes pas plus à la cocotte minute, pas plus pour que ça ne soit pas de la bouillie”, et puis on prend l’habitude, une fois que c’est enregistré, on s’en souvient ». Quant à M. Breton, il a su profiter des remarques de son épouse, au retour de son travail : « Moi je passe l’aspirateur dans une pièce… éventuellement deux pièces… et puis bon, ma femme dit : “Tiens, t’as pas fait celle-là ou ce coin-là”, elle a su m’inciter à regarder d’un peu plus près ». Pour la cuisine, il a su se débrouiller seul, jouant les autodidactes : « Bon ben, elle me disait : “Faut que t’achètes quelque chose pour ce midi”. Peut-être que j’ai acheté assez souvent des biftecks au début, et puis un beau jour, je me suis dit : “Faut quand même varier un peu”, donc j’ai regardé un peu dans les livres de cuisine des appréciations sur les difficultés… Bon, y’a des choses qui ne sont pas compliquées… le jour où j’ai voulu faire un canard à l’orange, j’ai abandonné, parce que… enfin, la recette s’est transformée… non, je ne suis pas un cuisinier du tout ».

76Cette conclusion un peu désabusée nous rappelle que ce n’est pas parce qu’un individu effectue une activité qu’il s’y engage psychologiquement et qu’elle contribue à façonner son identité sociale. Ce qui permet de comprendre que les hommes semblent abandonner sans problème à leur femme, au moment où celle-ci cesse son activité professionnelle, la plupart des tâches ménagères qu’ils effectuaient jusqu’alors : « Oh non, ça ne m’a pas contrarié !» s’exclame par exemple M. Sandre. Cependant, on n’assiste pas à un retour total à la répartition antérieure, en place lorsque les deux conjoints étaient actifs. Comme le constate Mme Boulet, il y a « des habitudes qui ont été prises avant et qui sont restées ». Son mari, par exemple, continue à faire « les grosses courses », à rentrer le linge, à préparer certains plats : les pommes de terre à l’oignon, les pommes de terre sautées, les salades, les entrées. Il arrive encore à M. Sandre de faire le lit, et il nettoie toujours régulièrement la salle de bain. Différentes raisons permettant de rendre compte de cette rémanence. En dehors des raisons pratiques – par exemple, si M. Millet continue à faire les « grosses courses », c’est parce sa femme ne conduit pas et qu’il a pris l’habitude d’emmener avec lui un voisin –, il faut insister d’une part sur le désir des femmes d’utiliser, de temps à autre, les compétences acquises par leur conjoint, d’autre part sur la volonté des hommes de ne pas abandonner certaines tâches qu’ils appréciaient et dans lesquelles ils se sont investis. Le premier point peut être illustré par Mme Sandre, à qui il arrive encore de laisser son mari faire le lit : « Quand je pars chez le coiffeur ou autre, je suis en retard, alors là il fait le lit et je lui laisse, sachant bien qu’il va le faire ». Pour ce qui concerne le second point, notons que M. Gontran aime faire la soupe, et qu’il obtient de sa femme qu’elle lui laisse cette prérogative, comme elle l’explique : « Il trouve qu’il fait mieux le potage que moi. C’est peut-être vrai parce qu’en travaillant, la cuisine, c’était du vite fait. Eh bien je le laisse faire le potage ». Il est vrai qu’il s’applique à innover : « J’en faisais plein la cocotte, mais c’était trop pour la semaine, et puis j’ai vu dans un journal que c’était mieux de la garder trois jours et d’en refaire, alors j’ai pris cette décision-là. J’ai commencé cette semaine… c’est pas vieux, j’en ai fait hier soir ».

77Portons maintenant notre attention sur la situation de retraite conjugale, quel qu’ait été l’ordre dans lequel les conjoints ont cessé leur activité s’ils travaillaient tous deux. On constate alors que l’accroissement de la participation masculine peut prendre deux formes : des coups de main d’une part, une tendance à se spécialiser dans de micro-domaines d’autre part.

78La méthode des coups de main consiste pour l’homme à se mettre en position d’auxiliaire, à être prêt à seconder sa femme si elle en émet le désir, ou à lui proposer son aide. En voici des descriptions masculines : « Je lui ai dit : “Si je peux t’aider là, tu dis ; si je peux t’aider là, tu dis”. Si elle le dit pas, je fais pas. Si elle me dit : “Ça m’arrange que tu fasses ça”, je le fais. Plutôt un peu comme ça… Je lui dis : “Moi, je suis là un peu en disponibilité. T’as pas envie de sortir pour faire des trucs, tu me dis : Tiens, tu veux y aller ?, j’y vais”. Ou parfois, je dis : “Tiens, je vais faire ça…”, elle dit : “Tu veux que j’y aille ?”, je dis : “Comme ça t’arrange !”, elle me dit : “Dans le fond…” » (M. Millet) ; M. Roy reconnaît qu’il passe l’aspirateur et fait « les gros travaux du ménage », mais il précise : « le rythme du nettoyage, c’est elle qui détermine ça ». Les descriptions féminines sont concordantes : « Il me demande : “Dis donc, je t’aide ?; je passe l’aspirateur ?” Je lui dis : “Si tu veux, oui, pas de problème” » (Mme Rebours) ; « Il me passe facilement l’aspirateur, il me fait des courses si j’ai besoin » (Mme Allais). Réciproquement, la femme peut donner des coups de main à son mari pour les tâches domestiques masculines : « Il fait de la menuiserie, alors quelquefois lorsqu’il a un bout de bois un peu long, il me dit : “Tu devrais venir m’aider à tenir ce bout de bois-là”. Autrement, il serait obligé de faire toute une installation qui lui ferait perdre du temps. Alors je l’aide. Dans le jardin, c’est la même chose. Il me demande mon avis, et quelquefois je l’aide à arracher les mauvaises herbes, à nettoyer » (Mme Lancien). Là encore, on note le souci de ne pas se substituer au conjoint, de demeurer dans une position d’auxiliaire.

79La spécialisation dans de micro-domaines permet à l’homme de gagner en autonomie, d’être responsable de ce dont il s’occupe et non plus subordonné à son épouse. Le micro-domaine peut être une tâche ménagère – le repassage, par exemple, dont M. Travert s’occupe entièrement depuis qu’il a cessé son activité professionnelle –, ou même une partie de tâche ménagère – une spécialité culinaire, par exemple, ce qui semble très prisé. C’est M. Boulet qui prépare les pommes de terre à l’oignon, et M. Allais est devenu, à l’instar de M. Gontran, un spécialiste de la soupe. Le micro-domaine peut aussi être un territoire, au sens spatial du terme : M. Doux s’occupe de nettoyer la pièce qui lui sert de bureau, à l’étage, et la salle de bain attenante qu’il utilise ; M. Sandre assure la propreté de la salle de bain conjugale. Être spécialisé dans un micro-domaine, c’est se voir reconnaître un droit – qui est aussi parfois un devoir –, exclusif ou prioritaire. C’est ce qui transparaît dans ces propos de Mme Gontran dont le mari, on s’en souvient, aime préparer la soupe : « Je le laisse faire le potage et, bien des fois, quand je fais des travaux… si je suis en train de repasser et que lui n’a rien de spécial dans le jardin, qu’il est là, je lui dis : “Tiens, est-ce que tu veux préparer le repas ?” Je le laisse préparer le repas. S’il me dit : “J’ai autre chose” ou quoi, je le fais, mais s’il me dit oui, je le laisse faire ». La soupe est un micro-domaine exclusif pour M. Gontran : c’est toujours lui qui la prépare. Et le repas du soir tend à devenir un micro-domaine prioritaire : sa femme lui propose de s’en occuper, et ne le fait que s’il est pris par ailleurs. Parfois, le droit reconnu sur un micro-domaine n’est que l’envers d’un devoir : c’est le cas lorsque l’épouse exige explicitement que son conjoint prenne en charge ce micro-domaine – Mme Delbard refusant désormais de préparer le petit-déjeuner de son mari, par exemple. Le plus souvent, il s’agit davantage d’un droit que d’un devoir : Mme Gontran propose à son mari de préparer le repas du soir – elle lui reconnaît un droit prioritaire –, lui peut apparemment refuser sans problème. Cependant, même dans les cas où il n’est pas reconnu explicitement, le devoir naît de fait de l’institutionnalisation du micro-domaine, et apparaît par exemple lorsque M. Louis se plaint d’être « toujours dans la cuisine » ou quand M. Breton, dit, en plaisantant, de l’aspirateur : « C’est une mauvaise habitude que j’ai prise ».

Le processus de construction d’une nouvelle répartition

80Il nous faut maintenant comprendre comment ces droits – et, le cas échéant, ces devoirs – peuvent être reconnus comme légitimes, et donc étudier le processus de construction de ces micro-domaines : ils se sont constitués comme tels soit à la suite d’un coup de force, soit par une lente institutionnalisation de coups de mains réguliers.

81Le coup de force a été la méthode utilisée par M. Travert, qui a déclaré à son épouse qu’il ferait désormais le repassage, ou par Mme Delbard qui a annoncé à son mari, une fois celui-ci à la retraite, qu’il n’était plus question qu’elle prépare son petit déjeuner. De même, Mme Coste a exigé de son époux, lorsqu’il a cessé son activité professionnelle, qu’il prenne en charge le repas du midi, puisqu’elle travaillait encore et rentrait déjeuner : « Je l’avais prévenu déjà : “Le midi, je n’ai pas beaucoup de temps, je n’ai qu’une heure et demie, ça me fait une heure à peu près à la maison, s’il faut que je prépare à manger, je n’y arriverai pas” ». Bien évidemment, pour qu’un micro-domaine puisse naître d’un coup de force, il faut que celui-ci rencontre peu de résistance, ou que cette dernière s’émousse avec le temps.

82Pour appréhender comment les micro-domaines se forment à partir des coups de main, on peut distinguer les deux méthodes permettant de solliciter ou d’offrir une aide ponctuelle : la demande et l’ouverture.

83La demande consiste tout simplement à faire part oralement à son conjoint de son désir, pour la femme de le voir participer à une tâche ménagère, pour l’homme d’apporter son aide. Si ces demandes deviennent régulières, elles tendent à constituer un micro-domaine : M. Millet, par exemple, est en train de devenir le spécialiste du ravitaillement – sa responsabilité se limite cependant à l’exécution, puisque ce n’est pas lui qui fait la liste : « Bien souvent, elle me dit : “Ah ben non, ça m’arrange, moi je reste ici à faire ça, et puis toi, tu vas aller me faire le ravito, tiens voilà une liste…” ». Cependant, les demandes peuvent être délicates à formuler, comme l’explique Mme Allais : « C’est toujours moi qui lui demande, et puis faut que je lui demande d’une certaine manière, hein, faut pas non plus… c’est pour ça que je fais attention, parce que j’aurais eu tendance de lui imposer… Je me suis aperçue que je lui demandais comme si c’était acquis : “Tiens, tu passes l’aspirateur”. Et puis je me suis dit : “Ben non, c’est pas gentil ce que je fais, il faut que je lui demande s’il veut bien le passer”, c’est pas pareil, y’a une nuance. Au début, j’avais une tendance à lui imposer, et puis je me suis dit : “Ben non, après tout, il n’est pas obligé, il n’est pas obligé, hein”. Alors : “Si tu veux bien, ça m’arrangerait bien”… il y a la manière ». Aussi les demandes sont-elles souvent formulées avec tact. E. Goffman considère qu’une caractéristique importante du tact, comme de toute communication officieuse, par sous-entendus, est « d’être niable : on n’est pas tenu d’y faire face » (1974, p. 29). Une demande faite avec tact permet au conjoint de la décliner sans pour autant faire perdre la face au demandeur. Dit autrement, il est moins dangereux pour la face de faire sa demande sur le mode interrogatif : “Puis-je t’aider ?”, “As-tu besoin de mon aide ?”, “Aurais-tu le temps de faire ceci ?”, que sur le mode affirmatif : “Je vais t’aider”, “Tu vas faire cela”. Mais cela peut aussi être moins efficace : il est plus difficile de refuser une proposition directe, justement parce qu’elle offre moins de facilités d’esquive, et qu’un refus peut-être vécu par le demandeur comme une offense. Une demande dénuée de tact s’apparente d’ailleurs au coup de force.

84Il est possible de remplacer ces demandes par des ouvertures, demandes détournées, parfois muettes, de participation à une tâche ménagère (invitations à l’aide pour les femmes, propositions d’aide pour les hommes), qui présentent l’avantage de ménager les susceptibilités – jusqu’à un certain point, car il peut arriver que ces ouvertures soient refusées verbalement –, et aussi de donner à chacun l’impression qu’il agit de sa propre initiative. Plusieurs ouvertures peuvent d’ailleurs se composer, et devenir de petits rituels conjugaux. Les ouvertures peuvent être « avec » ou « à la place de ». Donnons quelques exemples du premier type : « Alors moi, je vais commencer quelque chose, si je suis en train de le faire, il arrive, il va me donner un coup de main » (Mme Roland); « Si je me mets à la faire [la soupe] à six heures, maintenant il fait nuit, il vient et il m’aide à éplucher les légumes » (Mme Witt); « Maintenant, étant donné que j’ai le temps, quand je vois ma femme qui est en train de s’échiner à entretenir la maison, bon il est normal que je lui donne un coup de main, s’il y a un coup d’aspirateur à passer, je passe un coup d’aspirateur » (M. Gilles). Dans les trois cas, l’ouverture est masculine (proposition d’aide), mais – dans les deux premiers exemples, du moins –, les femmes ayant remarqué cette ouverture, on peut considérer qu’elles réalisent elles aussi, en aval, une ouverture (invitation à l’aide) puisqu’elles reproduisent les situations dans lesquelles elles savent qu’elles seront sans doute aidées. C’est ainsi que les ouvertures deviennent rituels conjugaux, et que les coups de main se transforment progressivement en micro-domaines. On le voit encore plus clairement dans le cas des ouvertures « à la place de » : « la cuisine, c’est plutôt moi qui la fais quand même, oui oui. Si je traîne un peu, il va bien la faire… hier soir, par exemple, parce que le mercredi après-midi, je vais au bridge, je rentre tard, il est huit heures. Alors là, il aidera bien pour que ça ne fasse pas trop tard » (Mme Breton). L’ouverture féminine (le fait de traîner, d’être en retard, qui vaut invitation à l’aide pour la préparation du repas) n’est pas vraiment régulière, sauf le mercredi soir : intervient alors un rituel conjugal, qui tend à faire de M. Breton le responsable de la préparation du repas ce soir-là. On retrouve un processus analogue décrit par Mme Gontran – « Maintenant, si je me mets à faire quelque chose, un travail qui soit assez long et prenant, il va bien faire le lit. Je vais, tous les lundis matins, j’ai commencé à reprendre des cours d’anglais à l’université […], donc tous les lundis ma tins, à neuf heures, je vais faire une heure de cours d’anglais, bon le lundi matin, il fait le lit » –, alors que M. Allais découvre pendant l’entretien qu’il prend régulièrement en charge une tâche ménagère : « Elle veut pas louper cette émission-là [Questions pour un champion]. Bon, comme c’est quelques minutes avant le souper, j’ai peut-être, à ce moment-là, en fin de compte, une activité que je fais régulièrement, qui est de préparer le repas du soir et de mettre la table… Oui, effectivement, en cherchant bien, je viens de m’apercevoir qu’il y a peut-être cette activité-là que je fais maintenant régulièrement tous les jours… mais ça prend… une demi-heure en fin de journée, ce n’est pas grand chose de très… très absorbant ». On peut bien sûr imaginer que des ouvertures soient esquivées ou même rejetées (sage précaution si l’on veut éviter l’institutionnalisation) : il semble d’ailleurs plus facile d’esquiver une invitation à l’aide – il suffit de feindre de ne pas l’avoir vue –, qu’une proposition d’aide – le refus doit parfois être explicite, comme cela a été le cas pour les maris expulsés de la cuisine où ils se montraient un peu trop entreprenants, MM. Rebours et Letellier, par exemple.

85Notons encore que l’institutionnalisation peut s’accompagner d’un discours de dénégation. Ainsi, M. Gilles, qui prend conscience de la régularité avec laquelle il fait les courses, rejette dans le même temps avec force l’hypothèse d’une possible systématisation : « Il n’y a pas de systématique… bon, disons que c’est un peu plus régulier… d’une manière plus régulière d’aller faire les courses plutôt que de faire un peu d’aspirateur, c’est pas du tout mon truc. Bon ça, disons, ça pourrait être un peu du systématique… je sais que prendre ma voiture, aller faire quelques commissions, quelques courses, ça c’est certain, ça, ça m’arrive assez souvent. Enfin, bon, il n’y a pas de systématique, y’a pas de “c’est toi qui va faire ceci, c’est moi qui ira faire cela”, il n’y a rien d’obligatoire ni de systématique, dans notre système ».

86L’accoutumance qui, selon P. Berger et T. Luckmann (1986, p. 77) est au principe de l’institutionnalisation, crée donc des droits : c’est pourquoi les femmes cessant leur activité professionnelle après leur mari doivent respecter, s’il y en a, les micro-domaines que les hommes sont désireux de conserver. C’est également la raison pour laquelle quelques mois d’inattention ou de complaisance au début de la retraite peuvent créer une situation difficile à modifier par la suite. C’est ce qu’a appris à ses dépens Mme Louis qui a dû se battre pour recouvrer un droit sur la préparation des repas : « Mon mari a pris le domaine de la cuisine, parce qu’il a toujours eu du goût pour faire la cuisine… mais alors au début, maintenant ça s’est un peu arrangé, mais au dé but je ne pouvais même plus rentrer dans la cuisine du tout ». Mais, si M. Louis a « pris » le domaine de la cuisine, il ne s’en est pas emparé par un coup de force, mais grâce à la coopération de son épouse. Essayons de reconstituer le processus. Après sa retraite, M. Louis propose ponctuellement à sa femme de faire la cuisine : « Au moment de la retraite, ponctuellement, il a dit… c’est venu comme ça, naturellement, parce qu’il est très gentil, il m’a dit : “Tiens, à midi, c’est moi qui fais ça ; tiens, ce soir, je ferai ça ; tiens, demain je me mettrai à faire ça”. Et puis bon, c’est arrivé comme ça, tous les jours ». Si la cuisine devient peu à peu le domaine de M. Louis, c’est que sa femme accueille favorablement ses demandes : « Au début, moi, enchantée, ravie, surtout qu’il cuisine bien […] et puis j’y trouvais du plaisir à ce qu’il fasse la cuisine aussi, parce que c’est bien connu, nous les femmes, quand on va au restaurant, c’est plus agréable, parce qu’on ne fait pas la cuisine, quand même ». Bientôt, ils se trouvent pris au piège de l’institutionnalisation : ni l’un, ni l’autre ne désiraient en arriver à cette situation extrême dans laquelle seul désormais M. Louis prépare les repas. Mme Louis a l’impression d’être dépossédée de ses attributions à ses yeux et à ceux des autres : « Seulement après, là-aussi, c’est peut-être vis-à-vis des autres que j’ai un peu tiqué, parce qu’après, c’était… mes amies venant quelquefois me disaient : “Tu ne fais plus de cuisine, tu ne sais plus rien faire”, c’était un peu mortifiant. Alors qu’en plus, j’aime bien faire la cuisine. C’était plus mon domaine du tout ». Quant à M. Louis, il n’est pas un conquérant vraiment enthousiaste : « En plus, il râlait ; “Oui, je suis toujours dans la cuisine”, alors que c’est lui qui l’avait voulu, au départ ». Si bien que Mme Louis mène une entreprise de reconquête, faisant valoir ses anciens droits pour contrecarrer les nouveaux : « Quand j’ai commencé à entendre ça [“Y’a plus que moi qui fais la cuisine”], je me suis dit : “Bon, il est peut-être temps que j’aille dans la cuisine à nouveau” ». Elle reconnaît que si la situation a changé quelque peu, c’est « parce que j’ai râlé, parce que je râle », et parce que « des fois, je fais un peu le forcing aussi, je dis : “C’est moi qui le fais, ce soir” ». Mais elle a concédé à son mari un droit sur certains micro-domaines culinaires – « certaines choses qu’il aime mieux faire que moi, par exemple le poisson, moi j’aime pas, alors c’est lui qui le fait » –, et un droit à préparer le repas à peu près une fois sur deux. En échange, il n’empiète pas sur ce domaine le reste du temps : « Moi, je l’aide pas… parce qu’on n’a pas le droit… y’a quand même des choses à respecter » explique-t-il. Cependant, la même mésaventure s’est reproduite avec les courses, et si Mme Louis a su récupérer une partie du terrain perdu en ce qui concerne la cuisine, elle a pratiquement renoncé à retrouver, en cet autre domaine, ses prérogatives : « C’est un peu par lassitude, moi, que je ne me bats pas contre ça » confie-t-elle.

Notes

1 D’après l’Enquête biens durables ameublement 1988 (cf. Les personnes âgées, 1990, p. 109), pour 14,0 % des hommes de 60 à 64 ans vivant en couple, le jardin est le lieu de la maison où ils passent le plus de temps (contre 5,0 % pour le garage, le sous-sol, l’atelier et 4,8 % pour le bureau). On peut penser que le pourcentage de ceux qui disposent de ce lieu propre, sans pour autant l’occuper de façon prioritaire, est beaucoup plus élevé. Comme le constate Henri Rousse, « le jardinage est soumis à un effet “cycle de vie” », et le temps consacré mensuellement par les hommes au jardinage double au moment de la retraite » (1981, p. 13).

2 Bien qu’ordre et désordre soient des notions subjectives et qu’il soit toujours possible de prétendre que le désordre est en fait un ordre différent, nous utilisons ici ces termes dans leur acception courante, qui est aussi la signification que leur donnent les personnes rencontrées. On peut alors dire que le désordre est un marqueur plus puissant que l’ordre – puisque la revendication territoriale est plus explicite.

3 C’est pour pouvoir appréhender l’ambivalence des attitudes que nous avons supprimé la seconde partie de la définition proposée par B. Matalon – rappelons-là dans son intégralité : « une orientation des conduites ou des jugements, lorsque ceux-ci présentent une certaine cohérence et une certaine stabilité ». Malgré son imprécision, la mention d’» une certaine cohérence » aurait pu sembler incompatible avec l’idée d’ambivalence.

4 Pour de plus amples développements sur ce point et d’autres exemples, on pourra se reporter au chapitre V.

5 Il faudrait vérifier quantitativement l’hypothèse selon laquelle la revendication égalitariste des femmes serait plus forte quand leurs maris cessent leur activité professionnelle avant elles. Nous n’avons pas observé, dans nos entretiens, que les attitudes féminines étaient, dans ce cas de figure, très différentes. Si l’évolution de la répartition des tâches est particulièrement nette dans le cas où les femmes continuent à travailler alors que leur conjoint est à la retraite, la « bonne volonté » des hommes y est sans doute pour beaucoup, même si elle peut être aiguillonnée par des sollicitations féminines.

6 Nous verrons plus loin que, tout en conservant une attitude favorable à une évolution de la répartition des tâches ménagères vers plus d’égalité, Mme Allais a adopté un ton plus conciliant, qu’elle juge plus judicieux d’un point de vue stratégique.

7 J.-C. Kaufmann constate également une culpabilité masculine qui naît du décalage entre représentations et pratiques : « Les hommes se sentent coupables parce que la répartition des tâches ne correspond pas à la norme égalitaire-plus ou moins intériorisée » (1992a, p. 188). Cette culpabilité, précise-t-il, émerge dans certains « contextes d’interaction », ceux qui « valorisent la norme égalitaire » : la situation d’entretien, par exemple, comme nous l’avons signalé dans le cas de M. Lecour ; mais aussi certaines situations familiales, comme dans l’anecdote rapportée par Mme Delbard – en présence de ses enfants et de leurs conjoints, représentants de la morale égalitaire, M. Delbard se sent sans doute davantage coupable qu’à l’ordinaire, puisqu’alors il se montre particulièrement complaisant.

8 Il est vrai que dans l’enquête, l’augmentation de la participation masculine aux courses est du même ordre de grandeur que pour la vaisselle (20,2 %) et pour la cuisine (18,8 %), et moindre que pour le ménage (34,5 %). Il faut cependant tenir compte du fait que la participation des hommes aux courses était sans doute plus importante que pour les autres tâches ménagères avant leur retraite : d’après M. Glaude et F. de Singly (1987, p. 517), 27 % des hommes font les courses (cumul des réponses féminines « toujours mon mari », « mon mari plus que moi » et « mon mari et moi égalitairement »), 23 % la vaisselle, 14 % nettoient les sols, et 12 % préparent les repas. Ces résultats sont confirmés par ceux de B. Zarca (1990, p. 30) pour les couples de doubles actifs à temps plein : 30,5 % des hommes font les courses (cumul des réponses « l’homme » et « les deux conjoints également »), 23,2 % font la vaisselle à la main, 19 % passent l’aspirateur ou le balai, 13,4 % font la cuisine.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search