Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Deuxième partie. Trouver la « bonne distance » conjugale

Chapitre VI. La distance conjugale extérieure1

Texte intégral

  • 1 Une version plus courte de ce chapitre est parue dans la Revue-française-de-sociologie, vol. XXXV1 (...)

1Dans Les Métamorphoses (VIII/611-724), Ovide raconte l’histoire de Philémon et Baucis. Ce couple de vieillards a accueilli Jupiter et Hermès qui, déguisés en mortels, demandaient l’hospitalité et avaient trouvé, partout ailleurs, porte close. Désireux de les récompenser pour leur générosité, les dieux demandent à Philémon et Baucis ce qu’ils désirent. Les deux vieillards choisissent alors de rester inséparables, même dans la mort : « Puisque nous avons vécu toujours unis de cœur, faites que la même heure nous emporte, que jamais je ne voie le bûcher de mon épouse, et qu’elle n’ait pas non plus à m’ensevelir » déclare Philémon. Les dieux exaucent leur vœu : à l’heure de leur mort, ils les métamorphosent tous deux en végétaux, si bien qu’« il est, sur les collines de Phrygie, un chêne voisin d’un tilleul ; un mur modeste l’entoure ».

2Philémon et Baucis constituent l’archétype du couple âgé fusionnel et le mythe qu’ils incarnent semble planer sur les recherches qui prennent pour objet le couple vieillissant, comme si la fusion conjugale était pour tous les retraités le modèle et l’idéal à atteindre. Ainsi, R. Atchley et S. Miller cherchent à « savoir si partager des activités joue sur la satisfaction » (1983, p. 88) et concluent que « ces résultats ne montrent pas forcément que les couples qui s’occupent ensemble restent ensemble (who play together stay together), mais montrent que les couples qui restent ensemble s’occupent certainement en semble » – conclusion qui fait peu de cas de tous ceux qui n’organisent pas et ne souhaitent pas organiser toutes leurs activités en commun. Quant à M. Szinovacz, elle termine l’analyse d’un corpus d’entretiens avec les conjoints de 25 couples à la retraite de la façon suivante : « Ces données indiquent que la réduction du stress lié au travail et l’engagement dans des activités communes satisfaisantes améliorent souvent les relations conjugales. Ce résultat confirme également les études antérieures qui ont montré que la réorientation vers le compagnonnage (companionship) est une condition nécessaire pour qu’un couple s’adapte avec succès à la retraite de l’un des conjoints » (1980, p. 437-438). Une telle assertion est d’autant plus surprenante que M. Szinovacz a fait remarquer quelques pages auparavant que certains « continuent à fonctionner selon des modes de vie indépendants après la retraite de la femme. Si les deux époux apprécient d’avoir des activités séparées et soutiennent les hobbies de l’autre, ce type de fonctionnement conjugal est satisfaisant pour les deux époux » (1980, p. 435).

3Ne succombons pas à l’attrait du mythe, et remettons en cause le présupposé selon lequel le seul mode de fonctionnement légitime du couple à la retraite serait le mode fusionnel. Comment sinon étudier sérieusement la question de la gestion de l’être-ensemble ? Nous l’allons voir : le couple doit être considéré comme un mélange de proximité et de distance ; il doit être appréhendé à travers le problème de la « bonne distance » conjugale.

Le problème de la « bonne distance » conjugale

4Pour introduire la notion de distance conjugale, partons de celle, plus large, de distance sociale. On la trouve sous la plume des sociologues de l’École de Chicago, dans leurs analyses de la sociabilité urbaine : « Si, en société, nous vivons ensemble, nous vivons aussi à l’écart les uns des autres, de sorte que les relations humaines peuvent toujours être analysées, avec plus ou moins d’exactitude, en termes de distance » écrit, par exemple, R. Park (1926, p. 198). Ces analyses trouvent leur principale source d’inspiration théorique chez G. Simmel. Présentant l’œuvre de celui-ci, J. Freund (1981, p. 14) signale qu’elle s’articule autour de l’opposition fondamentale entre les deux images du pont (Brüke) et de la porte (Tür), symboles de la liaison et de la séparation. Par exemple, dans ses « Digressions sur l’étranger », G. Simmel constate que celui-ci « est proche de nous », mais aussi qu’« il est loin de nous », et précise qu’« on peut percevoir facilement dans la plus intime des relations une trace de cette étrangeté » (1908, p. 57). Et dans son étude sur le secret, consacré entre autres aux relations amicales et conjugales, il note que « toute relation entre deux personnes ou deux groupes est caractérisée par la présence, et par la quantité de secret qu’elle comporte » (1991, p. 41).

5Caractéristique de toute relation sociale, « la combinaison de proximité et de distance » (Simmel, 1908, p. 58) semble donc également pouvoir s’appliquer aux relations conjugales. Une telle appréhension du conjugal n’est d’ailleurs pas originale en sociologie de la famille : J. Kellerhals (1982) montre comment une « tension dialectique entre individualisme et fusion » marque « le développement historique des représentations familiales et conjugales » (p. 38), et définit l’« extension de l’échange » comme « le nombre de ressources de l’individu – au sens le plus large – qui se trouvent investies par l’autorité du nous-couple au détriment de l’autonomie de la personne » (p. 229); M. Glaude et F. de Singly, étudiant « les jeux de rôle conjugaux » (1987) introduisent la notion de « zone conjugale », qui comprend « les territoires qu’un homme et une femme vivant ensemble mettent en commun » et qui est « le signe visible de l’existence du groupe conjugal » (p. 518). Cette tension entre écart et proximité est également au cœur des travaux de J.-C. Kaufmann (1988) et d’O. Schwartz (1990) : le premier montre, à partir d’une étude de cas, que le couple est un subtil mélange d’individuel et de conjugal, un « holisme relatif et provisoire », la combinaison sans cesse mouvante d’une composante fusionnelle en quête d’une structure holiste, et d’une composante individualiste, déstructurante, « irrépressible mouvement d’individuation »; le second observe que les tendances centrifuges ne sont pas absentes des relations conjugales des ouvriers du Nord de la France et invite ainsi les sociologues à s’interroger plus avant sur l’étiquette « fusionnelle » qu’ils attribuent volontiers aux couples des milieux populaires.

6Fort de ces réflexions antérieures, nous considérerons avec O. Schwartz le couple comme la « difficile construction d’une unité autorisant à la fois proximité et écart » (1990, p. 131); construction difficile car la tension entre fusion et indépendance est à la fois l’objet d’un débat interne chez chaque conjoint, et d’une négociation externe entre les conjoints. C’est là le « problème de la “bonne distance” », semblable à celui « que Lévi-Strauss découvre dans les mythes indiens » nous dit O. Schwartz (1990, p. 131); problème que soulignent également J.-G. Lemaire (1984) et M.-F. Blain (1984), la « bonne distance » à trouver étant plutôt « symbolique » pour le premier, « psychique » pour la seconde.

7La cessation d’activité peut alors être considérée comme une remise en cause brutale de l’équilibre écart-proximité antérieur, nécessitant la négociation d’une nouvelle bonne distance conjugale. Comment opérationnaliser cette notion de distance conjugale ? Plutôt que de proposer une typologie, opposant des couples « fusionnels » et des couples « indépendants » – démarche dont F. de Singly a souligné les inconvénients (1987, p. 137 ; 1991b, p. 112 ; 1992, p. 312) –, nous définirons des attitudes fusionnelles ou indépendantes. Parler d’attitude présente l’avantage de se placer au niveau des conjoints et pas d’emblée à celui du couple, ce qui permet de ne pas gommer les divergences éventuelles entre les deux protagonistes. Nous retiendrons la définition de l’attitude que donne B. Matalon (1990) : « une orientation des conduites ou des jugements, lorsque ceux-ci présentent une certaine cohérence et une certaine stabilité ». Le caractère plus ou moins fusionnel ou indépendant d’un conjoint sera donc inféré à partir des informations recueillies sur ses représentations et sur ses comportements : comme l’écrit encore B. Matalon, « l’attitude est une variable inobservable supposée sous-jacente à des conduites ou à des expressions verbales » (1990).

8Pour définir ces attitudes indépendantes ou fusionnelles, nous retiendrons tout d’abord la dimension extérieure de la distance conjugale, ou rapport conjugal à l’extérieur, qui nous a semblé particulièrement discriminante, et à même de mettre en évidence des attitudes, puis des modes de fonctionnement conjugaux, différents. Mais auparavant, il nous faut effectuer un détour par le rapport individuel à l’extérieur, au principe des attitudes centrifuges et centripètes.

Le rapport individuel à l’extérieur : attitudes centrifuges, attitudes centripètes

9« Dans l’équilibre intime des murs et des meubles, on peut dire qu’on prend conscience d’une maison construite par les femmes. Les hommes ne savent construire les maisons que de l’extérieur » écrit G. Bachelard (1957, p. 74) : la distinction intérieur/extérieur apparaît ainsi au cœur des rapports hommes/femmes.

  • 2 Le « travail à-côté », également appelé « travail à l’extérieur », est l’ensemble des activités pa (...)

10C’est ce que confirment les travaux des ethnologues, qui ont établi que la maison était traditionnellement le lieu féminin, l’extérieur constituant le domaine des hommes (en première analyse, du moins, puisque, comme le montre P. Bourdieu dans son étude de la maison kabyle (1980, p. 441-461), l’intérieur de la maison est lui-même divisé en lieux masculins et lieux féminins) : « L’opposition entre l’orientation centrifuge, masculine, et l’orientation centripète, féminine, qui est le principe de l’organisation de l’espace intérieur de la maison, est sans doute aussi au fonde ment des relations que les deux sexes entretiennent avec leur corps et, plus précisé ment, leur sexualité » écrit P. Bourdieu (1980, p. 131); « Univers des femmes et de la sexualité, l’espace domestique est un monde fermé, caché et invisible ; l’espace public, lieu des hommes, est un espace ouvert où ils doivent être visibles, car c’est là où s’effectuent l’échange et le pouvoir » note R. Bekkar dans son travail sur l’espace et les pratiques des femmes à Tlemcen, en Algérie (1992, p. 5-6); quant à F. Weber, étudiant le « travail à-côté2 » des ouvriers d’une petite ville industrielle en milieu rural de l’est de la France, elle écrit : « […] Les hommes n’aiment pas rester à l’intérieur des maisons, cet intérieur-là étant en principe domaine féminin. L’intérieur a pour eux une connotation négative d’enfermement. Les hommes ont vite une sensation d’étouffement à l’intérieur (“J’étouffe là-dedans”), que cet intérieur soit le leur ou celui de l’usine » (1989, p. 56-57).

11Même si, comme le montrent C. Guillot et G. Neyrand (1985), cette partition sexuée de l’espace est encore prégnante aujourd’hui, il semble que l’opposition traditionnelle entre intérieur féminin et extérieur masculin, attitude féminine centripète et attitude masculine centrifuge, se brouille quelque peu, et en particulier pour la population qui nous intéresse : certaines femmes à la retraite présentent des tendances centrifuges, et les hommes âgés peuvent être désireux de faire de la maison leur domaine.

  • 3 Ces prises de position sur la maison renvoient à la question du rapport des femmes aux tâches ména (...)

12À propos des femmes de milieu ouvrier qu’il a observées, O. Schwartz note qu’« une majorité d’entre elles a plutôt cherché à contrôler et maîtriser cet espace qu’à en contester les limites » (1990, p. 346-347); mais il remarque par ailleurs l’existence de « ce qu’on pourrait appeler, avec quelque exagération, un “absentéisme domestique” » (p. 275), résistance à l’enfermement dans la maison, qui peut prendre par exemple la forme de la recherche d’un emploi. L’expérience du travail – et donc du franchissement quotidien du seuil – changeant sans doute le rapport à la maison, on ne peut s’étonner d’entendre certaines retraitées tenir un discours soulignant les risques du repli sur la maison plutôt que les plaisirs du foyer retrouvé : « Moralement, je crois que je m’ennuierais si je n’avais pas des activités. J’ai besoin de sortir quand même » (Mme Boulet) ; « Je cherche toujours des prétextes pour m’en aller » (Mme Delbard); « Rester tout le temps chez moi, je ne le pourrais pas, ça me gênerait, je ne me sentirais pas bien dans ma peau » (Mme Roland). Et Mme Raphaël, qui a pris sa retraite « en pleines vacances d’été », s’est sentie prise, quelques semaines, à ce piège de la maison : « Je me suis vue, au début de la retraite, d’être à la maison, et puis de faire du ménage… par exemple, au début de ma retraite, j’aurais pas supporté que les carreaux soient comme ça, j’aurais pas supporté. J’étais le chiffon à la main, et coupée de l’extérieur. Ah, il était content, mon mari ! […] Ça a été très dur. Moi, je n’avais qu’une hâte, c’était que mes activités reprennent à partir d’octobre. Il fallait attendre la reprise, et je me sentais, dans cette maison, triste…3 ». Comme le note G. Bachelard, l’image de la maison comme « coquille » renvoie certes à l’idée d’un refuge pour l’intimité, mais suggère également qu’elle peut être un piège : « De même qu’il y a des maisons guet-apens, il y a des coquilles-pièges » écrit-il (1957, p. 121).

13Cependant, la maison peut aussi constituer un « piège » pour les hommes. C’est du moins ainsi que M. Letellier présente son enfermement dans l’espace domestique au début de sa retraite : « C’est là où je me suis aperçu que finalement, on se coupe très vite du monde actif, et je dois avouer qu’on se crée très rapidement une barrière, on s’enferme chez soi. L’extérieur… bon, bien sûr, on suit les journaux, on suit les informations, mais on se coupe… ça devient quelque chose d’abstrait ». Aussi ne faut-il pas s’étonner que certains auteurs aient constaté une tendance au repli des hommes sur la maison après leur cessation d’activité, repli qu’illustre ce propos de M. Boulet, expliquant pourquoi il ne s’est pas inscrit à l’université inter-âges avec son épouse : « parce qu’il faut que je me dérange, alors… [rires]. Je suis bien dans ma maison, hein, c’est vrai, et quand il faut sortir… ». Deux explications à ce désir masculin de repli sur la maison sont en général proposées. La première – évoquée par exemple par C. Lalive d’Épinay (1991) – voit dans ce rapport particulier à la maison un mode de vie caractéristique des petits propriétaires, jouissant enfin du bien péniblement acquis au cours d’une vie de labeur, bien qui peut alors faire l’objet de travaux d’embellissement et devient le lieu privilégié des activités. Ainsi, M. Coste déclare : « Je m’attache beaucoup aux choses. J’aime bien ma maison, ma femme aussi. Au contraire, je trouvais que j’y étais pas assez. Même pour partir en vacances, je sais bien que si j’ai un peu les moyens, je voudrais quand même voyager un peu, mais presque en me forçant ; autant étant jeune j’aurais aimé quand c’était pas très possible, autant maintenant, à la limite, bon… ». La seconde met l’accent sur la fatigue, sur l’usure physique d’hommes qui aspirent au repos après leur vie de travail ; elle est évoquée par exemple par E. Parron et L. Troll : « Certains maris ont déclaré qu’ils avaient gagné le droit, après une vie entière de travail, de choisir d’en faire aussi peu qu’ils le souhaitaient » (1978, p. 453). Ce qu’illustrent aussi les propos de M. Billard : « Moi, je suis assez réticent à sortir le soir. Ma femme aimerait bien que je l’emmène au restaurant, moi… j’aime bien être chez moi le soir. Les restaurants, j’en ai tellement usé pendant mon activité professionnelle, parce qu’on mangeait presque tous les midis au restaurant, c’est la corvée, c’est pour que madame puisse sortir, et disons aller manger quelque chose, mais c’est pas pour moi à convoiter, même en vacances, je préfère manger dans ma caravane ».

14Se produit-il, au moment de la retraite, une inversion dans les termes de l’opposition traditionnellement observée entre intérieur féminin et extérieur masculin, l’homme prenant possession de l’intérieur et la femme se tournant vers l’extérieur de la maison ? Certaines données statistiques – portant seulement sur les hommes et les femmes ayant travaillé, et ne prenant donc pas en compte les femmes au foyer – indiquent une tendance de ce type : dans les PCS « cadres supérieurs » et « professions intermédiaires », les retraitées sortent plus que les retraités (Maurin, 1989, p. 45, graphique XVIII); on constate un effet « déprimant » de la retraite sur les sorties plus important chez les hommes, dans toutes les catégories sociales sauf les cadres supérieurs (Maurin, 1989, p. 46, tableau 6); les femmes développent davantage d’activités de loisir au moment de la retraite que les hommes (Attias-Donfut, Renaut, Rozenkier, 1989, p. 133). Dans le dernier chapitre, synthétique, de Vieillir ou la vie à inventer, C. Lalive d’Épinay propose une description de l’inversion des rapports hommes/femmes : « Le scénario esquissé ici s’observe dans tous les milieux ; il est cependant particulièrement fréquent parmi les couches moyennes et les petits possédants. Un premier élément a son origine bien avant la retraite : l’homme, une fois la quarantaine passée, tend à réduire ses activités de loisir exercées en dehors du domicile. Il devient de plus en plus casanier, se limitant à sa villa et à son jardin, s’il dispose de l’un ou de l’autre. Il apprécie de moins en moins les sorties, les visites. […] Mais l’épouse, comment réagit-elle ? Elle aussi connaît un changement caractéristique à l’approche de la cinquantaine, c’est-à-dire autour de la ménopause et de la “sortie du nid” des enfants. Mais son évolution va en sens inverse de celle de l’homme : accroissement des activités de loisir, surtout plus d’activités à l’extérieur du domicile, plus de rencontres et de vie sociale » (1991, p. 242). Cette description des attitudes masculines et féminines n’est pas sans rappeler la thèse de l’androgynie développée par des psychologues américains comme D. Guttmann, et que X. Gaullier présente en ces termes : « Au milieu de la vie, chaque sexe tendrait à développer les traits de personnalité qui n’ont pu se développer jusque-là ; non par un rejet des caractéristiques antérieures, mais par l’addition de celles qui n’existaient pas » (1988, p. 347). Ce scénario, par son aspect spectaculaire de renversement des positions, retient l’attention. Il n’est pas le seul possible, cependant, et ne doit pas masquer d’autres formes de configurations conjugales – par exemple celle, inverse, où l’homme est centrifuge et la femme centripète, ou encore celle où les deux conjoints développent des activités extérieures, en commun ou de façon indépendante. Disposant d’un matériau qualitatif, nous ne pouvons nous prononcer sur la fréquence du scénario mis en avant par C. Lalive d’Épinay, dire si, en général, il y a inversion des rapports féminins et masculins à la maison, et dans quels milieux sociaux elle se produit. Mais il nous faut essayer de rendre compte de la diversité des processus de reconstruction conjugale, et donc admettre que des attitudes centripètes ou centrifuges, peuvent aussi bien être observées chez les hommes que chez les femmes : ces attitudes définissent deux types de rapports individuels à l’extérieur.

Le rapport conjugal à l’extérieur : attitudes fusionnelles, attitudes indépendantes

Définitions

  • 4 Ces deux termes – possible, souhaitable – renvoient à deux manifestations différentes de l’attitud (...)

15Par rapport conjugal à l’extérieur, il faut entendre non plus comment une personne retraitée se positionne par rapport à la maison (attitude centripète ou centrifuge), mais comment elle souhaite se positionner, avec son conjoint, par rapport à la maison. Ce rapport conjugal à l’extérieur combine deux indicateurs : le premier concerne les sorties de la maison – individuelles ou communes ; le second s’intéresse à la question de la co-présence dans la maison – désirée ou non. Nous dirons alors que l’attitude d’une personne mariée est fusionnelle si elle manifeste le désir d’être séparée le moins possible de son conjoint : d’une part en privilégiant les sorties en commun ; d’autre part en affichant sa préférence pour la co-présence dans la maison – ou sa répugnance à y rester seule. Réciproquement, l’attitude de cette personne sera considérée comme indépendante si elle estime qu’il est possible, voire souhaitable4 de ne pas toujours être avec son conjoint : en reconnaissant la légitimité des sorties individuelles et en ne jugeant pas indispensable la co-présence constante dans la maison. Quelques remarques permettront de préciser ces définitions et de lever certaines ambiguïtés.

16Tout d’abord, notons que l’attitude indépendante n’est pas définie comme la figure inversée de l’attitude fusionnelle : elle n’est pas opposée aux sorties en commun, mais se montre défavorable à ce que toutes les sorties soient en commun – alors que l’attitude fusionnelle n’est absolument pas tolérante pour les sorties individuelles (son rêve serait qu’elles disparaissent); elle n’est pas défavorable à la co-présence, contrairement à l’attitude fusionnelle qui vise à la suppression des situations où l’un des conjoints serait seul dans la maison.

17Il convient ensuite de remarquer qu’attitude fusionnelle et attitude indépendante constituent deux types idéaux, au sens wéberien. Les attitudes réelles sont une combinaison d’éléments d’attitude fusionnelle et d’éléments d’attitude indépendante. En particulier, il existe différents types de « sorties » de la maison. On peut distinguer : les sorties ponctuelles (promenades, cinéma, courses, pêche, etc.) ; les sorties « institutionnalisées », activités régulières dans une institution telle qu’une association bénévole, un club, une université inter-âges ; les voyages de longue durée. Or les attitudes ne sont pas forcément les mêmes suivant le type de sortie considéré. Certains conjoints sont indépendants pour les sorties ponctuelles et « institutionnalisées », mais fusionnels pour les voyages de longue durée – encore faudrait-il distinguer, dans ce dernier groupe, les voyages de loisir (vacances) et les voyages dans la famille (pour s’occuper des petits-enfants malades, par exemple). Afin de ne pas diluer les catégories de notre grille d’analyse dans la complexité du réel, nous conviendrons d’appeler : attitudes indépendantes celles qui acceptent les sorties individuelles pour les sorties ponctuelles et institutionnalisées au moins, et n’exigent pas une co-présence constante ; attitudes fusionnelles celles qui considèrent que les trois types de sortie doivent se faire en commun, et qui réclament la coprésence.

18Notons encore que nous avons fait l’hypothèse que les deux indicateurs du rapport conjugal à l’extérieur – les sorties et la co-présence dans la maison – étaient solidaires : nous avons en effet pu vérifier empiriquement que ceux qui valorisaient les sorties en commun tenaient à être ensemble dans la maison, et que réciproquement, le goût pour les sorties individuelles allait de pair avec l’acceptation des absences du conjoint. Cette corrélation tient cependant aux particularités de notre échantillon, composé de personnes acquises à l’idée d’une certaine égalité des droits entre les conjoints. On pourrait en effet imaginer le cas d’un mari acceptant que sa femme sorte pendant qu’il vaque à ses propres occupations extérieures, mais exigeant sa présence dans la maison dès que lui-même y est rentré. Il pourrait même se montrer moins libéral encore, et lui interdire toute sortie, y compris pendant ses propres absences de la maison. Les couples dans lesquels l’homme et la femme se voient reconnus des droits dissymétriques sur la question des sorties ne rentrent donc pas dans notre grille d’analyse.

  • 5 Il est cependant certain que, d’un autre point de vue, le jardin fait partie de l’extérieur, comme (...)

19Reste un dernier problème, délicat : celui de la frontière entre intérieur et extérieur de la maison. Ce qui revient à s’interroger sur la signification de l’expression « sortir de la maison ». Que faire par exemple des « lieux périphériques » (garage, sous-sol, jardin), qui sont fortement investis par les hommes après leur retraite ? On considérera qu’ils font partie de l’intérieur puisque d’une part ils appartiennent à l’espace privé, et que d’autre part, les conjoints considèrent en général qu’ils sont co-présents lorsque l’un d’entre eux se trouve dans ces lieux périphériques, à portée de voix ou de vue5. Le problème se complique, cependant lorsque par exemple le jardin n’est plus accolé à la maison, se trouve à l’autre bout de la ville, et qu’il faut « sortir » – passer par l’espace public – pour s’y rendre. Pour cette raison, et parce que ce type de lieu périphérique ne rend plus possible la co-présence, nous considérerons qu’il appartient à l’extérieur de la maison.

Illustrations

20Il est temps de proposer quelques illustrations de l’attitude fusionnelle et de l’attitude indépendante. La première se caractérise, nous l’avons dit, par le désir que toutes les sorties, ou presque, se fassent avec le conjoint. C’est ce qu’expriment M. Ne vers – « Si j’ai envie d’aller au bord de la mer, ou dans une jardinerie, ou une grande surface, ou faire un tour en campagne, on y va ensemble dans 99,5 % des cas » –, ou Mme Witt – « Une fois par mois, je vais à une réunion avec les anciens de la banque, j’y vais un mardi par mois, c’est la seule chose que je fais qu’il reste là. S’il voulait, il viendrait avec moi, mais ça ne lui plaît pas tellement. Bon, il est resté là. C’est la seule sortie que je fais vraiment seule ».

21Une attitude fusionnelle peut se manifester à travers les efforts effectués pour pouvoir accompagner son conjoint dans ses sorties extérieures. Mme Doux nous donne à voir les siens : « Dans la mesure du possible, je voudrais que la retraite se passe vrai ment à deux, on n’a peut-être pas beaucoup d’années à en profiter […] alors je voudrais qu’on en profite ensemble, parce qu’il est un fait que j’ai des amies, les maris adorent la montagne, le ski, les femmes détestent, alors elles vont en voyage ailleurs et le mari va à la montagne. Elles ont peut-être tout à fait raison, mais moi je ne vois pas les choses comme ça. Je vais à la montagne avec mon mari bien que maintenant je ne fasse plus de ski. […] Le vélo… mon mari adore faire du vélo, j’aime beaucoup aussi, mais je peine énormément, les côtes me tuent, alors j’y vais aussi pour lui faire plaisir ». Il en est de même pour Mme Gontran : « Comme pour le club, j’y vais des fois pour lui faire plaisir, malgré que dernièrement au club, je trouvais quand même que j’étais un peu jeune pour rester toute une après-midi à jouer aux cartes ».

22Corrélativement, l’attitude fusionnelle peut se lire dans la limitation volontaire des activités extérieures indépendantes : « J’ai su jouer aux cartes étant jeune avec ma mère, on jouait avec des voisins, j’ai su jouer, ça me ferait plaisir d’y rejouer aux cartes, mais comme mon mari n’aime pas ça, je ne cherche pas à… On a été chez ma belle-sœur à un repas, ils ont joué, j’ai suivi un peu leur jeu pour voir ; si je m’y remettais un peu, je crois que je m’y remettrais bien, mais comme mon mari n’y joue pas, je ne cherche pas à… » explique Mme Witt, alors que M. Coste précise : « Je crois que si l’un de nous prenait une activité à part et n’était jamais à la maison, je crois que, pour moi ce serait pareil, on trouverait que c’est un peu trop. […] On n’est pas le genre que chacun ait son activité de son côté. […] Je vois pas très bien, pour moi, vivre ensemble et avoir des activités trop séparées, et puis qui demanderaient trop de temps ».

23Dans l’optique fusionnelle, il n’est pas concevable de développer une activité extérieure individuelle sans l’assentiment de l’autre : « Une fois qu’il a été en retraite, comme moi je ne pouvais pas faire des choses comme certains voyages [elle travaillait encore], il a eu envie de faire du ski qu’il ne faisait pas avant, moi je ne pouvais pas y aller parce que ce n’était pas dans les périodes, donc je le laissais aller faire du ski parce que j’avais quand même eu peur [il a été gravement malade quelques années auparavant], et je me dis : “Ayant huit ans de différence, quand je vais arriver à la retraite, pourra-t-il faire ce qu’il aimerait faire ?”, donc je l’ai laissé, depuis qu’il est en retraite, avec la SMN [Société Métallurgique de Normandie], il s’est mis à faire du ski alpin. Donc je l’ai laissé tous les ans, il avait trouvé un monsieur dont la femme n’aimait pas ça, ils allaient tous les deux » raconte Mme Gontran. Comme l’explique à son tour M. Gontran, sa femme l’a « laissé aller » aux sports d’hiver : « Là, les sports d’hiver, même avant que ma femme soit à la retraite, j’y suis allé, ma femme m’a laissé aller aux sports d’hiver, j’allais avec une autre personne, sa femme y avait été une année, à la montagne, et elle avait eu peur, elle ne voulait pas y retourner »; de même que lui « me laisse aller à mes cours d’anglais », dit sa femme. Les attitudes fusionnelles se mâtinent, dans ce dernier cas, d’un peu d’indépendance : les sorties individuelles deviennent pensables, même si elles doivent être auparavant autorisées par le conjoint.

24Quant au second indicateur de l’attitude fusionnelle – la valorisation de la co-présence dans la maison –, on peut l’illustrer par ce que disent M. Delbard – « J’aime bien rentrer à la maison, ce que je n’aime pas, mais ça a toujours été ainsi, c’est de rentrer sans qu’il y ait personne. J’aime pas rentrer et que ma femme est partie faire autre chose… j’aime pas tellement ça. Mais ça, c’était vrai du temps de son activité, je n’aime pas me trouver seul dans l’appartement » – ou Mme Berset, qui souffre de l’attitude fusionnelle de son mari – « il ne me laisse pas aller. Lui, il faudrait toujours que je rentre de bonne heure, il ne comprend pas. Ah mon Dieu ! Une fois j’ai eu une dispute. Je suis partie à cinq heures du matin et nous sommes rentrées à huit heures et demie le soir. Quand je suis rentrée, il était fâché » (Lalive d’Épinay, 1991, p. 56). Ce besoin d’être ensemble dans la maison transparaît également dans les propos de Mme Louis – « Je me rappelle que mon mari, même dans la maison [il s’agit de la maison qu’ils ont occupée juste après la cessation d’activité de M. Louis ; aujourd’hui, ils vivent en appartement], si j’étais dans le garage, parce que c’était grand, il me cherchait : “Où est-ce que tu es ?”» – et dans ceux de M. Nevers – « Quand nous sommes ensemble, et quand l’un est quelque part et n’a pas dit à l’autre où il allait, de temps en temps, on dit : “Où es-tu ?” De temps en temps, on se recherche un peu ».

25L’attitude indépendante se caractérise tout d’abord par le droit de sortir seul de la maison accordé à son conjoint – « On est assez indépendants l’un et l’autre, il a envie d’aller se promener, il va se promener. L’été, il a envie d’aller à la pêche, il va à la pêche. Il marche beaucoup, et bien il va marcher tout seul parce que je n’aime pas marcher » (Mme Chaulieu) – et octroyé à soi-même – « Moi, j’ai envie d’aller traîner tout l’après-midi dans les magasins pour acheter une bricole, c’est pas son problème. J’ai envie d’aller chez ma fille à Paris, je pars trois jours, j’y vais » (Mme Chaulieu). Quant à la présence du conjoint à la maison, elle n’est pas jugée indispensable – « Elle aime beaucoup bouger, elle n’est pas toujours là. Comme ça, ça va. Je suis tout seul, c’est tout, mais ça ne me gêne pas. Non, ça ne me gêne pas » dit M. Chaulieu –, et même parfois pas vraiment souhaitée – « Il est évident que c’est très difficile de se retrouver à deux, du jour au lendemain, surtout moi… en plus, j’étais toute seule ici toute la journée, du jour au lendemain, vous vous retrouvez votre mari chez vous, c’est pas évident, d’autant plus que s’il avait pris sa retraite maintenant, j’aurais été trois ans en me disant… mais là, ça a été du jour au lendemain… enfin, on a eu six mois… » déplore Mme Blanc.

26Au-delà de ces caractéristiques communes, il apparaît souhaitable de distinguer deux types de justification de l’attitude indépendante – qui peuvent bien sûr se mêler dans les discours : l’indépendance par principe, l’indépendance pragmatique. La première affirme que l’indépendance est souhaitable en soi, qu’elle est nécessaire à un bon fonctionnement conjugal ; la seconde, moins militante, constate que l’indépendance est le meilleur moyen pour que chacun réalise ses aspirations.

27Au nom de l’indépendance par principe, Mme Gardin déclare : « On reste indépendants, il faut pas que le couple reste toujours collé. Et puis mes courses, j’aime autant les faire aussi toute seule. À part certaines choses, des vêtements… on se consulte. Mais alors, les courses à Carrefour, j’aime mieux être toute seule comme je l’ai été toute… Il faut dire une chose aussi, que j’ai toujours été très indépendante, étant donné que mon mari rentrait très tard, il avait une profession qui le prenait pas mal… donc j’étais obligée de me débrouiller pour tout… et j’ai gardé un petit peu mes habitudes ». De même, pour Mme Roland, il paraît difficilement imaginable d’être toujours ensemble : « Ah ben non, absolument pas, ça ne me gêne pas [de sortir seule], et d’ailleurs je trouve important de ne pas toujours être ensemble, je vous l’ai dit tout à l’heure, parce qu’on est contents après quand on se retrouve le soir, mais je ne pourrais pas être tout le temps, tout le temps, tout le temps… je crois que j’étoufferais… certainement que lui, c’est pareil, vous vous rendez compte, quand on a eu son activité, son propre environnement dans des domaines totalement différents ». Les moments de séparation, plus ou moins longs, sont perçus comme la respiration indispensable d’une vie de couple : « On essaye même par principe, quelquefois, de ne pas être ensemble […]. J’aime bien que ma femme ait son activité propre ; pour son équilibre, pour la vie à deux, c’est beaucoup mieux. Moi, je la pousse à partir en voyage. C’est le plaisir de se retrouver à deux » explique M. Delbard.

28L’attitude pragmatique met en avant la différence de goûts entre les conjoints, qui rend nécessaire un fonctionnement indépendant, pour que chacun s’épanouisse sans que l’un sacrifie ses centres d’intérêt à ceux de l’autre. « On a quand même des goûts qui sont différents. Mon mari, c’est la mer, c’est la pêche. Moi, c’est pas trop… Je ne suis pas ennemie de la mer, mais c’est pas ce qui m’attire… Je dirais qu’on continue à être un peu indépendants l’un de l’autre. Ça ne nous gêne pas dans la vie de couple. […] Ce qu’on n’a jamais voulu, c’est vraiment brimer l’autre, parce que si quelqu’un préfère… Moi, si j’aime bien aller au cinéma, mon mari ne va pas me dire : “Ne va pas au cinéma parce que ça ne m’intéresse pas”, ah non !» explique Mme Boulet, qui ne fait pas de l’indépendance un principe intangible puisque, à chaque fois qu’elle s’est inscrite à une activité – par exemple à l’université inter-âges –, elle a proposé à son mari de l’accompagner – mais en vain : « Comme ça, c’était plus intéressant, s’il avait voulu, on y serait allés à deux ». De même, Mme Mouchel affirme qu’ayant un goût moins prononcé que son mari pour les voyages, elle ne l’empêchera pas pour autant de partir : « En ce qui me concerne, moi, j’ai pas un appétit fou de voyages ; mon mari, lui, a plus l’appétit des voyages que moi, je le sais. Ce qui fait que, de même qu’il est allé en Islande tout seul, il ira peut-être faire un ou deux voyages tout seul ». Pour beaucoup, la retraite représente la fin des contraintes professionnelles ; pour certains, il n’est pas question de les remplacer par des contraintes conjugales. C’est ce qu’explique Mme Roland : « Quelquefois, je dis : “Cette date-là, c’est ça, je ne veux pas louper ça”. Mais lui, ça ne l’intéresse pas spécialement. Il n’y va pas, c’est tout. S’il faut se contraindre, ça c’est embêtant […]. Justement, moi, ce que je vois d’appréciable, dans la retraite, c’est moins de contraintes… on n’est pas forcés ».

Remarques complémentaires

29Terminons cette présentation des attitudes fusionnelles et indépendantes par trois remarques. Tout d’abord, il est clair désormais que lorsque N. Keating et P. Cole, étudiant la réaction de femmes au foyer à la retraite de leur mari, écrivent que « le changement pour les femmes provient de ce qu’elles ressentent le besoin de prendre en charge leur mari, ce qui entraîne une diminution de leur liberté personnelle. […] Avant la retraite de leur époux, les femmes étaient libres d’organiser leurs activités et leurs rencontres comme elles le souhaitaient. Après, l’emploi du temps est établi d’après ce qu’elles pensent être les besoins de leur mari » (1980, p. 87), cette description ne saurait s’appliquer à toutes les femmes au foyer comme ils semblent l’admettre, mais caractérise la seule attitude fusionnelle, qui conduit en particulier à aider son conjoint à franchir le cap de la retraite en l’entraînant dans des activités communes. Non pas que l’attitude indépendante soit incompatible avec une aide au passage à la retraite, mais celle-ci prend alors une forme différente, le conjoint étant encouragé à s’occuper en développant ses activités propres.

  • 6 Ces chiffres, intéressants car ils proposent un ordre de grandeur, sont cependant biaisés par le f (...)
  • 7 Il s’agit des cadres supérieurs et cadres moyens de l’ancienne nomenclature des CSP. Les non-cadre (...)

30Ensuite, il paraît intéressant de chercher à déterminer l’importance respective des attitudes fusionnelles et indépendantes. L’enquête longitudinale réalisée sous la direction de P. Paillat (1989a) nous permet d’en avoir une idée : l’une des questions posées – séparément, si les deux conjoints étaient inactifs et tous deux présents lors de la passation du questionnaire – était libellée de la façon suivante : « Vous êtes maintenant tous les deux, votre époux (se) et vous, sans activité professionnelle. Le fait d’être toujours ensemble vous gêne-t-il ? ». Les réponses proposées étaient : « Oui, ça me gêne »; « Non, ça ne me gêne pas car nous ne sommes pas “toujours ensemble” » ; « Non, ça ne me gêne pas car j’aime bien que nous soyons “toujours ensemble” ». On peut considérer que le choix de la seconde réponse dénote une attitude indépendante, le choix de la troisième une attitude fusionnelle. Les réponses « ça me gêne » restant faibles (3 %), on peut retenir que le tiers (31 %) des personnes interrogées adoptent une attitude indépendante, les deux tiers (66 %) une attitude fusionnelle6. Notons encore que les cadres7 adoptent plus souvent que les non-cadres une attitude indépendante (38 % contre 28 %) et moins souvent une attitude fusionnelle (57 % contre 69 %), et qu’on n’observe pas de différence significative entre les hommes et les femmes.

31Enfin, indiquons qu’il est une question sensible, révélatrice du caractère fusionnel ou indépendant des attitudes : faut-il avoir une ou deux voitures ? Il ne s’agit certes pas de soutenir que les partisans de la fusion n’ont qu’un véhicule et que les partisans de l’indépendance en ont deux – les contraintes économiques peuvent jouer et il est d’autres moyens de transport –, mais de signaler que les réactions sur cette question sont symptomatiques.

32Ceux qui ont une attitude fusionnelle ne souffrent pas de n’avoir qu’une seule voiture. Mme Doux explique par exemple qu’«avant, mon mari avait la voiture de l’entreprise, et moi j’avais la voiture. Maintenant, nous n’en avons plus qu’une », et précise que cela ne la gêne aucunement. M. Coste, lui, n’a jamais conduit, ce qui lui inspire ce seul commentaire : « Remarquez, d’un certain sens, j’ai regretté un peu, après, parce que quand on allait loin, on aurait pu quand même se relayer ». Quant à Mme Millet, si elle a conservé sa voiture personnelle, – dont elle n’a pas vraiment besoin, dit-elle –, c’est sur les instances de son mari, qui explique : « Ma femme ne conduira pas la mienne, et il va se passer une chose : si on vend sa voiture, elle conduit plus. Je meurs dans trois ans, dans cinq ans… à l’âge qu’elle a, elle va pas reprendre une voiture, alors celle-là, on l’a conservée ».

  • 8 On aura remarqué que les trois extraits présentés proviennent de discours féminins : les femmes in (...)

33Pour ceux qui ont une attitude indépendante, avoir deux voitures semble indispensable : « Ah ça, j’y tiens à ce qu’on garde… professionnellement, on était bien forcés d’avoir deux voitures, mais tant que financièrement on pourra les conserver, on les conservera, parce que c’est ça qui nous donne une autonomie respective » (Mme Roland) ; « Moi, je garde ma voiture, parce qu’il ne faut pas changer toutes ses habitudes. C’est très agréable de pouvoir continuer à aller à droite ou à gauche chacun de son côté. Moi, je vais faire mes courses, lui il va promener son chien » (Mme Mouchel) ; « Voyez-vous, je ne sais pas si on aura toujours les moyens de faire ça, mais avoir notre indépendance, pas avoir à dire : “Je prends la voiture aujourd’hui”, comme en plus on l’a toujours eue, j’espère que ça durera toujours. Je trouve que si on avait une grosse voiture, on n’aurait pas les moyens d’en avoir une grosse et puis une petite, tandis que là, les deux petites, ça va. Ça fait le prix d’une plus grosse, et en plus ça nous permet d’être libres » (Mme Blanc)8.

34Particulièrement intéressantes sont les contradictions qui apparaissent sur cette question du nombre de voitures dont le couple peut disposer : différences d’attitudes entre les conjoints, mais aussi ambivalence chez un même individu. M. Louis, par exemple, a une attitude plus fusionnelle que celle de sa femme, ce qui se traduit dans leurs prises de position respectives sur la question du véhicule. Mme Louis ne vit pas très bien le fait de ne pas savoir conduire : « Il faut que je lui demande, il faut toujours demander… Quelle bêtise de ne pas conduire à notre époque ! […] C’est toujours pareil, c’est le problème, c’est de se dire : pouvoir des fois faire quelque chose toute seule, ne serait-ce qu’un quart d’heure. C’est uniquement dans cette perspective-là, parce que le reste… mon mari conduit bien, mais c’est vrai que ça ne permet pas de fantaisies si on ne conduit pas ». Alors que son mari n’y voit pas d’inconvénient pour ce qui le concerne – « Quand elle a besoin de sortir, c’est moi qui conduis. […] Pour moi, ça ne me gêne pas, si elle a besoin d’aller quelque part, j’ai du temps, donc j’y vais » –, même s’il admet que « pour elle, c’est gênant ». Quant à M. Billard, c’est en lui que la contradiction éclate, entre ses aspirations fusionnelles, et les désagréments du véhicule unique qui lui font, un instant, adopter une attitude indépendante – pragmatique puisque ce qui le gêne, en fait, ce n’est pas tant le manque de liberté que les contraintes horaires qu’il doit respecter : « C’est souvent que des conflits démarrent pour des problèmes de voiture. Je pense que pour des retraités, l’idéal, c’est d’avoir chacun sa voiture. Là, c’est pas le cas et ça génère quelques conflits. […] Ce matin, moi je voulais faire autre chose et j’ai dû déposer ma femme à un endroit et essayer de faire ce que j’avais à faire, mais je n’ai pas eu le temps de faire tout. Donc, j’ai dû abréger pour la retrouver à la sortie d’une grande surface. Je suis obligé de composer, alors que j’aurais aimé prendre mon temps et ne pas avoir à regarder ma montre ». Cependant M. Billard revient, en fin de compte, à des propos moins virulents, plus conformes à son attitude fondamentalement fusionnelle : « C’est un peu dommage de ne pas avoir deux véhicules. On n’en est pas encore à l’achat d’un véhicule pour ça, quand même ! Quelquefois, c’est agréable d’aller ensemble… ».

Attitudes compatibles, attitudes incompatibles

35Les attitudes se situent au niveau individuel. Il nous faut maintenant voir comment les attitudes des deux conjoints se composent en un certain fonctionnement conjugal. Avant de nous placer dans une perspective dynamique, nous adopterons pour commencer un point de vue statique, nous permettant de présenter d’une part des fonctionnements conjugaux satisfaisants (pour les deux conjoints), leurs deux attitudes s’accordant, d’autre part les confrontations d’attitudes incompatibles débouchant sur l’expression d’insatisfactions et de souffrances.

Attitudes compatibles

36Présentons tout d’abord quatre exemples de fonctionnement conjugal qui semblent donner satisfaction aux deux conjoints : deux cas de fonctionnement fusionnel – les deux conjoints ayant adopté une attitude plutôt fusionnelle –, et deux cas de fonctionnement indépendant – puisque telle est l’attitude des deux protagonistes. À chaque fois, dans l’un des couples la femme aura exercé une activité professionnelle, dans l’autre elle sera restée au foyer. Nous ne retiendrons dans ces descriptions que ce qui a trait au rapport conjugal à l’extérieur : la façon de vivre de ces couples dans la maison sera ex posée plus loin.

37M. et Mme Lancien ont tous deux 61 ans au moment de l’entretien. M. Lancien, cadre moyen dans une entreprise de produits surgelés, est en retraite depuis dix mois, alors que sa femme, institutrice, s’est retirée de l’enseignement six ans plus tôt.

38Lorsqu’elle s’est retrouvée seule à la retraite, Mme Lancien en a profité pour s’occuper davantage de son foyer, de ses loisirs intérieurs – lecture, couture –, et pour « être davantage à l’écoute de (s) on mari » : elle a pu accepter plus facilement les propositions de sortie de celui-ci, alors qu’auparavant « lorsque je travaillais, bien souvent le dimanche, je ne voulais pas sortir, parce que j’avais mon travail à préparer pour le lundi, les enfants à retrouver, il fallait que je sois d’attaque pour le lundi, que j’aie les idées claires. Donc, par conséquent, le dimanche, j’hésitais à sortir ou à prolonger les soirées, j’hésitais à sortir pour aller au spectacle aussi, parce que le lendemain matin il fallait que je sois fraîche pour mon travail. Alors que lui aurait bien aimé sortir ». Mais, ne conduisant pas et ne pouvant prendre le bus à cause d’une arthrose, elle n’a pas développé d’activités extérieures, ce qui n’a pas été sans provoquer chez elle « une frustration » : « Alors je n’allais pas à l’université du troisième âge, à cause de ça, bien que j’en aie eu envie » dit-elle.

39Aussi, de ce point de vue, la retraite de son mari a-t-elle été pour Mme Lancien l’occasion de se tourner davantage vers l’extérieur – en sa compagnie, bien sûr. Ils se sont inscrits à l’université – lorsque nous demandons à M. Lancien pourquoi il s’est inscrit, il répond : « Pour varier un peu, varier les divertissements et les occupations, pour accompagner mon épouse aussi » –, partent ensemble en vacances dans leur chalet, situé dans les Alpes, et manquent de temps pour faire tout ce qu’ils aimeraient faire en commun – « Au niveau de l’université par exemple, y’a des conférences qu’on n’a pas pu suivre parce qu’on était ailleurs. Au niveau de certaines ligues parce que je vois des Portes Ouvertes à droite, à gauche. Il est arrivé qu’on se dise : “Il faut qu’on aille à ces Portes Ouvertes”, et puis il s’est trouvé quelque chose de plus important » (M.). Même leurs vêtements, ils les achètent ensemble : « Mon mari n’ira jamais s’habiller tout seul, et moi non plus, je lui demande toujours son avis » (M me).

40Il arrive cependant à M. Lancien de sortir seul : pour faire les courses quand sa femme le lui demande – « Les courses, il les fera beaucoup plus volontiers qu’il ne les faisait avant. Si je veux rester là, si je n’ai pas envie de sortir, je lui dis : “Est-ce que tu peux aller chercher ça”, il y va facilement » –, mais aussi tous les lundis matins car il participe à une sortie pédestre – « Elle ne vient pas jusque-là, elle avait des problèmes de hanche, elle n’aurait pas pu faire dix kilomètres comme on fait. Elle va peut-être essayer à partir de maintenant. On doit aller voir le chirurgien prochainement. On verra ce qu’il en pense. Mais apparemment, il semblerait qu’elle pourrait le faire. Ça lui plairait bien ».

41M. Doux, 62 ans, occupait un poste d’encadrement dans une entreprise moyenne ; ancien ouvrier, il a gravi les échelons au fur et à mesure que l’entreprise se développait. Mme Doux, qui a le même âge que son mari, est restée au foyer. Quelque temps avant la retraite de M. Doux, raconte son épouse, « y’a eu une autre personne qui s’est glissée entre nous deux, et je ne savais pas du tout comment ça allait tourner ». Si bien qu’à peine son mari à la retraite, elle fait tout pour s’éloigner avec lui – pendant près d’une année, ils sont sans cesse partis en voyage –, et pour organiser une retraite fusionnelle – « Je tenais absolument à ce qu’on puisse passer une retraite ensemble ».

42Elle qui regrettait de passer « beaucoup de temps toute seule, mon mari étant très pris par son travail » explique comment la retraite de son mari « a changé (m) a vie » : « En ce sens qu’avant j’avais mes activités de ménagère comme toutes les femmes, et puis l’après-midi, j’étais souvent occupée avec des petites mamies dont je m’occupais à droite et à gauche. Du jour où mon mari a pris sa retraite, nous avons pu profiter des choses ensemble, c’est-à-dire qu’on a pu faire quelques voyages. Au départ, on a fait quelques voyages pour que la coupure ne soit pas trop pénible pour lui, le changement de vie, et puis maintenant on fait beaucoup de choses ensemble. Et l’après-midi, au lieu d’aller voir mes petites grands-mères, on va marcher tous les deux, on fait du sport quand le temps le permet, on fait pas mal de choses ensemble, ce qui fait que les pauvres mamies m’appellent au secours : “On ne vous voit plus !”; on se voit très peu, forcément. Ça m’a changé la vie, mais je vous dirais que c’est plus agréable pour moi, parce qu’on peut profiter l’un de l’autre, et puis voir les choses ensemble ».

  • 9 Nous verrons comment dans le prochain chapitre : exceptées les sorties pour les courses, M. et Mme (...)

43Pour accompagner son mari dans ses sorties, Mme Doux n’a pas seulement abandonné son activité bénévole, elle a aussi réorganisé son emploi du temps : « Si vous voulez, avant, j’étalais mon activité comme je l’entendais, ça ne posait pas de problèmes. Maintenant, je sais que, par exemple, si l’après-midi il fait beau, mon mari va me dire : “On va faire un tour”. Donc il faut que je m’organise pour grouper mon travail le matin, pour pouvoir être libre pour l’accompagner ». M. Doux confirme et affine les descriptions de sa femme : « La matinée passe9, et on va faire les courses… la matinée passe très vite. Et l’après-midi, on va en promenade, on lit, on va voir des amis, on joue aux cartes, on fait du vélo, on va au stade, on fait du footing… tout un tas de choses… on va aux champignons, on fait beaucoup de randonnées, on aime beaucoup marcher. […] Y’a un jour, elle me dit : “On irait bien là”, je lui dis : “Si tu veux”; le lendemain, je lui dis : “Tiens, on irait par là”, on va par là… on a les mêmes goûts, on aime les mêmes choses. C’est important, et on aime bien visiter ».

44M. Breton, ancien professeur, a 61 ans ; il a cessé son activité en 1991. Son épouse, responsable d’une bibliothèque, a 65 ans et a pris sa retraite un an après son mari. Ils ont tous deux une attitude assez indépendante, ce qu’expose et justifie Mme Breton : « On est assez indépendants en fait, parce qu’on a quand même toujours eu chacun notre travail, donc on est quand même un peu habitués à mener notre vie d’une manière indépendante. […] Ça a des côtés disons un peu plus enrichissants, en ce sens que chacun peut raconter à l’autre ce qu’il a fait, les personnes qu’il a vues, etc. On avait déjà un peu, déjà… puisque chacun travaillait, et c’est un mode de fonctionnement pas plus mauvais qu’un autre ».

45M. Breton a développé, depuis sa retraite, certaines activités extérieures – le bridge, en particulier –, et a très peu changé son mode de vie depuis que sa femme a cessé son activité. Seulement sur un point : il est moins libre pour aller passer quelques jours dans leur maison de campagne, à une centaine de kilomètres de leur résidence principale : « J’avoue que tant que ma femme n’était pas en retraite, j’étais plus libre que maintenant… qu’elle est en retraite, parce que quand j’y vais, elle veut y aller aussi, et comme nos activités coïncident pas forcément, bon, ça me complique un peu l’existence ». Non pas qu’elle rechigne à le laisser partir seul, mais comme elle l’explique elle-même, « s’il y va tout seul, c’est ma belle-sœur qui l’invite à prendre les repas avec elle, elle a beaucoup de travail et elle est fatiguée, alors je ne veux pas non plus ». D’ailleurs, arrivés là-bas, ils retrouvent leur indépendance : « Quand il est là-bas, il a ses activités qui sont des activités extérieures, il y a l’entretien du terrain, et puis il aime la chasse, donc il va à la chasse, et moi j’ai plutôt des activités intérieures, je ne l’accompagne pas à la chasse. Donc on a plutôt des activités parallèles ».

46Mme Breton, une fois à la retraite, ne s’est pas « greffée » sur les activités développées par son mari, mais a entrepris les siennes propres, l’université inter-âges, par exemple. Ce que M. Breton commente de la façon suivante : « On fonctionne sur un mode assez indépendant. Moi, je ne me suis pas inscrit à l’université inter-âges, parce que je trouve que c’est finalement trop prenant, donc elle a choisi de suivre ça, moi je ne lui reproche pas du tout »; réciproquement, elle ne lui a pas proposé de l’y accompagner – « Ah… elle n’a pas… non… elle n’a pas demandé spécialement ».

47Le plus symptomatique de ce mode de fonctionnement indépendant réside dans les activités pratiquées par les deux conjoints, mais pas en commun : le bridge par exemple. Ils y jouent tous deux, mais pas dans le même esprit, et donc pas ensemble, comme le raconte M. Breton : « Moi, je joue au bridge, je voulais arriver à un certain niveau si on veut, donc il faut quand même que je joue un peu, que je m’introduise dans les groupes. Elle, elle ne joue pas si mal la carte, on a joué une fois ensemble, elle ne joue pas mal la carte, bon elle a beaucoup moins potassé les annonces et tout ça, mais elle aime, elle joue avec des amies, c’est une autre formule, c’est très bien ». Lui fait des tournois, joue trois après-midi et une soirée par semaine ; elle, qui ne veut « pas être stressée par les gens qui sont mécontents si on rate quelque chose », ne joue qu’un après-midi par semaine – justement celui où il est libre, ce qui le gêne un peu, on l’a vu, pour partir dans leur maison de campagne. Pour la marche à pied se reproduit le même schéma que pour le bridge : ils aiment tous deux cette activité, mais la pratiquent de façon différente, donc pas forcément ensemble : lui préfère les promenades solitaires, quel que soit le temps ; elle aime marcher en groupe, quand il fait beau. Si bien qu’il fait « un peu plus de marche qu’elle, parce que je fais de la marche solitaire, souvent. Ça nous est arrivé de faire un tour ensemble, mais finalement, s’il ne fait pas beau, s’il pleut, elle n’aime pas sortir, moi je mets une veste de chasse, je peux quand même marcher un peu sous l’eau ».

48Cependant, leur fonctionnement indépendant ne leur interdit pas les sorties en commun : « On est donc quand même un peu habitués à mener notre vie d’une manière indépendante… mais ça ne veut pas dire… j’aime bien qu’il m’accompagne, parce que moi j’aime bien être accompagnée. Par exemple là, la sortie que je fais avec le club, c’est moi qui me suis inscrite, mais il m’accompagne » précise Mme Breton, qui ajoute plus loin : « Le dimanche, par exemple, si on a des amis, on fait une promenade ensemble, si on va dans sa famille, sa famille est un peu plus proche… si on va se promener le dimanche, on est tous les deux, on va se promener ensemble. S’il y a une exposition, on va la voir ensemble. Mais si on a du temps entre deux, chacun va voir son exposition ».

49Ce mode de fonctionnement indépendant n’est cependant pas le propre des conjoints ayant tous deux travaillé : Mme Letellier, 61 ans est restée au foyer, alors que son mari, 61 ans également, cadre supérieur, a été mis en pré-retraite en 1986. Tous deux ont une attitude indépendante : « Si je suis deux-trois jours absente, quand je reviens, on a plaisir à se retrouver mais il faut que de temps en temps on prenne du large chacun, et je crois que c’est dans tous les couples comme ça… Je pense que d’être l’un sur l’autre tout le temps, ce n’est pas évident, même en ayant les mêmes caractères, les mêmes vues, il y a toujours une petite divergence quand même » (Mme); «[On a] une marge d’autonomie dans ses activités, il faut, c’est normal. Même si je suis là, si elle a une activité à faire à Caen, elle va la faire. C’est normal, je comprends très bien, de toutes façons, elle ne peut pas arrêter tout parce que je suis là » (M.).

50Mme Letellier a développé certaines activités extérieures quelques années avant la retraite de son mari, au moment du départ de la maison de ses enfants, qu’elle a vécu comme des retrouvailles avec elle-même : « Moi j’avais déjà peut-être pris une retraite, étant donné que je n’avais plus mes enfants, j’avais déjà changé de façon de vivre. […] J’avais déjà pris une certaine indépendance, et je l’appréciais bien, j’ai toujours apprécié, parce que je trouve qu’avec les petits, depuis 55 jusqu’à cette période-là, on est pris… Les enfants, le ménage, on est compressé, on ne pense plus à soi, on ne penserait plus à soi, et tout d’un coup, paf, ça vous tombe dessus, moi j’étais ravie… Reprendre un peu plus de lecture, s’occuper un petit peu plus de choses qui m’intéressaient ». Ces « choses qui m’intéressaient » tournent, en dehors de la lecture, autour d’activités manuelles : elle dessine, suit des cours aux Beaux-Arts, va chaque semaine faire du patchwork dans une association. Il lui arrive de se rendre seule chez ses enfants : « J’ai laissé tomber mon mari quelque temps, et puis j’ai été m’occuper un petit peu de mes petits-enfants ». Il est vrai que M. Letellier est souvent absent, pris par ses responsabilités importantes – au niveau local, départemental, régional et national – dans une association, ce qui l’oblige à de fréquents déplacements. Comme il l’explique lui-même, il est davantage tourné vers l’extérieur que sa femme : « Les activités qu’elle a l’engagent moins à l’extérieur, elle a quand même des choses extérieures, mais qui n’ont pas l’importance de la mienne, c’est quand même relativement local. […] C’est vrai que c’est moi qui m’en vais plus qu’elle, ou alors elle va s’occuper de ses petits-enfants comme la semaine d’avant ».

51Cependant, comme le note M. Letellier, « ce qu’il y a de plus, c’est qu’on a des journées complètes ensemble quand même, donc bon, on peut sortir, on peut aller se promener, on peut faire ce qu’on veut, mais on est ensemble ». Le mode de fonctionnement indépendant n’interdit donc pas les activités en commun, M. et Mme Letellier les apprécient particulièrement : « En commun ? On a des tas de choses en commun, on aime les promenades, en commun ; on fait plus qu’on ne faisait avant parce qu’on n’avait pas le temps. On va faire de grandes balades en bord de mer, pratiquement tous les matins quand il est là, on emmène le chien, on va faire deux-trois kilomètres sur la plage. Ça c’est une activité presque régulière… sauf les jours où je n’ai pas du tout envie de sortir parce que je trouve qu’il fait trop froid. Lui, il est très courageux, moi je suis moins courageuse. M’enfin, en général, c’est notre… et puis on fait des sorties en semble, on va au cinéma, on va manger au restaurant de temps en temps » raconte Mme Letellier. On trouve même chez l’un et l’autre des éléments d’attitude fusionnelle : il n’est pas pensable pour eux de partir en vacances de façon indépendante ; si l’on en croit son épouse, M. Letellier fait parfois des efforts pour l’accompagner – « On va faire du shopping, si moi j’ai envie de faire du shopping. Il me suit parce que je ne sais pas s’il aime ça tellement. Il le fait pour me faire plaisir »; et Mme Letellier, foncièrement indépendante n’en souhaite pas moins, parfois, un peu plus de présence de son époux – « Je commençais un petit peu à ruer dans les brancards parce qu’il y avait des moments, y’avait des réunions le soir, il y avait parfois les déplacements, je trouvais que c’était un peu trop ».

Attitudes incompatibles

52Ces tableaux de fonctionnement conjugal plutôt harmonieux ne doivent pas nous faire oublier que les attitudes des deux conjoints ne sont pas forcément compatibles, et que si certains proclament leur bonheur de la retraite à deux – qu’elle soit fusionnelle ou indépendante –, d’autres se plaignent d’une situation conjugale qui ne répond pas à leurs aspirations. Quelles sont donc les attitudes incompatibles, génératrices d’insatisfactions et de souffrances ? On pense bien sûr à la confrontation attitude indépendante/attitude fusionnelle ; mais ce n’est pas la seule configuration qui peut faire problème : le choc attitude fusionnelle/attitude fusionnelle n’est pas forcément heureux. Pour résumer, sur les trois cas de figure possibles – indépendant/fusionnel, fusionnel/fusionnel, indépendant/indépendant –, seul le dernier ne semble pas, en soi, conflictuel – ce qui ne veut pas dire qu’une telle situation n’est jamais conflictuelle, puisque le choix de l’attitude indépendante peut découler d’une animosité à l’égard du conjoint, mais que, dans sa structure, elle ne l’est pas.

53Afin de rendre compte de la diversité des situations conjugales peu satisfaisantes pour les conjoints, nous voudrions complexifier notre grille d’analyse en croisant le rapport conjugal à l’extérieur et le rapport individuel à l’extérieur. Les attitudes sont donc d’une part fusionnelle ou indépendante, d’autre part centripète – les sorties de la maison ne sont pas vraiment souhaitées – ou centrifuge – les activités extérieures sont recherchées et valorisées. Quatre attitudes peuvent donc être distinguées pour caractériser un individu : l’attitude fusionnelle centrifuge – il veut sortir, mais avec son conjoint ; l’attitude fusionnelle centripète – il veut rester à la maison, et que son conjoint reste avec lui ; l’attitude indépendante centrifuge – il désire avoir certaines activités extérieures sans son conjoint ; l’attitude indépendante centripète – il ne souhaite pas vraiment sortir de la maison, mais n’interdit pas à son conjoint de le faire.

54Ces quatre attitudes peuvent déboucher sur seize configurations conjugales que l’on peut réduire – si l’on ne distingue pas les deux conjoints, donc si l’on ne retient pas la variable sexe comme discriminante – à dix configurations, qui sont représentées et numérotées dans le tableau ci-dessous (les configurations n et n’étant formellement identiques).

55Cinq croisements d’attitudes (cases 1, 2, 3, 5 et 8) sont compatibles sur la question du rapport conjugal à l’extérieur : c’est le cas lorsque se combinent deux attitudes indépendantes (cases 1, 2 et 5) – tolérantes par rapport aux sorties du conjoint –, ou deux attitudes centripètes (cases 1, 3 et 8) – puisqu’alors le problème des sorties ne se pose plus. Signalons cependant que lorsque les époux sont tous deux centripètes, l’un peut souffrir de la trop forte présence de son conjoint : le problème devient alors celui de la gestion de la distance conjugale intérieure, qui peut également être résolu par des sorties de l’un ou l’autre conjoint, comme nous le verrons plus loin. Reste à examiner pourquoi les cinq autres configurations conjugales (entourées dans le tableau : 4, 6, 7, 9, 10) peuvent faire problème, et à donner quelques illustrations de ces difficultés. Pour faciliter la lecture, un schéma accompagnera chacun des cas évoqués ; la flèche simple symbolisera l’attitude indépendante, la flèche double l’attitude fusionnelle.

56Premier cas de figure (case 6) : l’un des conjoints (A) a une attitude fusionnelle centripète, l’autre (B) une attitude indépendante centrifuge. Le conjoint A va donc chercher à retenir le conjoint B à la maison. S’il y parvient, B ressentira une frustration de ne pouvoir sortir comme il le souhaiterait, ce qu’expriment ces propos d’une agricultrice, rapportés par C. Lalive d’Épinay (1991, p. 57) : « Il ne me laisse pas aller. Lui, il faudrait toujours que je rentre de bonne heure, il ne comprend pas ». S’il échoue, A aura l’impression d’être abandonné, comme ce lecteur de Notre Temps : « Ma femme n’a jamais eu de vie professionnelle mais elle a toujours pratiqué beaucoup d’activités extérieures : elle joue du violon, dirige une chorale, s’occupe de la paroisse, a des ami (e) s partout, etc. Quant à moi, retraité depuis un an, je ne parviens pas à trouver ma place dans mon ménage. J’ai le sentiment d’être “sur la touche” de tous les côtés. J’admire ma femme, mais je préférerais qu’elle soit davantage avec moi… Comment le lui faire comprendre sans avoir l’air d’être jaloux de ses activités ?» (n° 200, août 1986).

57La situation n’est pas très différente dans le cas où le conjoint A adopte une attitude fusionnelle centripète et le conjoint B une attitude fusionnelle centrifuge (case 9’), sauf qu’alors, non seulement A souhaite garder B dans la maison avec lui, mais B aimerait faire sortir A avec lui. Du moins sont-ils d’accord pour se séparer le moins possible. C’est dans cette perspective que l’on peut entendre les discrets reproches adressés par Mme Gontran à son mari : « Il en fait un peu trop, oui, et je trouve que ça gâche un peu notre retraite, parce qu’on est toujours en train de travailler […] on ne profite pas… Je trouve qu’on ne sort pas assez, qu’on ne se promène pas assez, on travaille de trop ». Comme on le constate sur cet exemple, la contradiction entre ces deux attitudes renvoie à des conceptions différentes de ce qu’est la retraite : l’« ethos du devoir et du travail » imprègne la vision de M. Gontran, alors que sa femme semble plus ouverte à l’ethos de l’épanouissement de l’individu, pour reprendre les termes de C. Lalive d’Épinay (1990).

58Troisième configuration faisant problème (case 4’) : attitude fusionnelle centrifuge (conjoint B) versus attitude indépendante centripète (conjoint A). B aimerait sortir avec A, mais celui-ci préfère rester à la maison – sans pour autant mettre un frein aux sorties de B. Le conjoint B peut alors sortir seul – le caractère centrifuge l’emporte alors chez lui sur l’aspect fusionnel –, et ne pas jouir pleinement de ses sorties, car son conjoint ne l’accompagne pas (à moins qu’il ne s’y résigne et transforme son attitude fusionnelle en attitude indépendante pragmatique). C’est le cas de M. Robert, qui trouve « dommage » et regrette de devoir partir en vacances sans son épouse, celle-ci préférant s’occuper de sa maison : elle est « maniaque de ménage », lance-t-il, contrarié. C’est également la situation évoquée par cette lectrice de Notre Temps : « Ma vie s’est passée sans histoire pendant quarante ans. J’ai élevé mes enfants, ma vie de couple s’est écoulée sans heurts. Mais depuis que nous sommes à la retraite, j’éprouve un certain malaise. Nos goûts ne s’accordent plus. Mon mari vit au calme, bricole, lit, fait des mots croisés. Moi je recherche les contacts, la vie relationnelle, les sorties, les occasions d’apprendre, de me cultiver… Il me laisse faire, mais ne vient jamais avec moi. Ce n’est vraiment pas ce que j’avais espéré de cette période de vie. Mon cas est-il exceptionnel ?» (n° 163, avril 1983). B peut aussi obliger A à sortir avec lui, comme dans cette anecdote que nous rapporte une retraitée et qui concerne l’une de ses amies : « Il [son mari] va à la pêche tout le temps, il a besoin qu’elle vienne à la pêche. C’est difficile pour elle de dire : “J’en ai assez d’aller à la pêche, il fait froid”. […] Elle aimerait quelquefois qu’il s’éloigne [sans elle] ». B peut encore renoncer à ses sorties – par exemple parce qu’il se sent coupable de laisser son conjoint seul à la maison – et souffrir de l’enfermement dans la maison, comme c’est le cas pour Mme Travert, qui raconte : « C’est curieux, parce que j’aime bien les activités extérieures, j’aime bien rencontrer des gens, mais, en fait, mon mari fait ça beaucoup mieux que moi. Il serait beaucoup plus à l’aise, mais en fait, c’est moi qui souhaite, et puis lui il ne le souhaite pas du tout, donc en fait on ne voit personne ». Complétons ces propos par une anecdote qu’elle rapporte : « J’ai une amie qui m’a demandé si je voulais aller à l’université du troisième âge. Bon, il faut bien s’y faire, mais je ne me sens pas encore du troisième âge… j’ai 52 ans. Néanmoins, je ne me suis pas inscrite, parce que mon mari ne venait pas… et puis je me sens coupable quand je m’en vais ». Alors que son mari affirme ne voir aucun inconvénient à ce qu’elle sorte, bien au contraire, puisqu’il se sent également coupable, dans une certaine mesure, de constituer un frein aux activités extérieures de sa femme : « Elle sort un peu grâce aux enfants ou grâce à d’autres personnes qui l’emmènent. C’est ça que je souhaiterais, moi, c’est qu’il y ait quelqu’un, quelques personnes qui comblent mes lacunes, si vous voulez. Malheureusement… ce n’est pas toujours automatique ». Il l’y encourage, même : « Mon mari, je vous dis, mon mari me dit : “T’as qu’à aller, qu’est-ce que tu attends, vas-y, fais ce que tu veux !” Mais non, pour l’instant… ».

59Le cas de figure suivant (case 7’) oppose un conjoint (B) qui adopte une attitude fusionnelle centrifuge à un conjoint (A) ayant une attitude indépendante centrifuge. Tous deux sont donc d’accord pour sortir, mais alors que B désire que toutes les sorties se fassent en commun, A aspire à un certain nombre d’activités extérieures individuelles. Si A entreprend trop de sorties solitaires, B ressent une frustration, comme Mme Albion : « Qu’est-ce que j’attendais de la retraite… Je pensais qu’enfin mon mari aurait tout le loisir de s’occuper de moi, de faire des projets avec moi, de prendre le temps de vivre à deux, de sortir ensemble tout en gardant des activités chacun de son côté »; elle se désespère de ce que son mari travaille à temps plein sur le corps de ferme dont il a hérité, et souffre de constater qu’avant sa retraite, « nous sortions plus ensemble que maintenant ». Comme on peut le constater, Mme Albion ne campe pas sur une attitude fusionnelle dure : elle souhaite l’indépendance pour certaines activités. Mais le problème naît de ce qu’elle est beaucoup plus fusionnelle que son mari. A contrario, si B soumet A trop souvent à son besoin d’activités communes, il est probable que A exprimera une sensation d’étouffement.

60Il faut, pour terminer, envisager la configuration attitude fusionnelle centrifuge/attitude fusionnelle centrifuge (case 10). Cette configuration peut permettre un fonctionnement conjugal satisfaisant. Mais ce n’est pas toujours le cas : encore faut-il que les conjoints aspirent aux mêmes activités extérieures. Ce qui n’est manifestement pas le cas pour ce lecteur de Notre Temps et sa femme : « Pour ma retraite, je voulais faire de la marche à pied, du vélo ou du golf comme me l’avait conseillé mon médecin. À Aix-en-Provence où nous habitons, je n’ai pas trouvé les associations qui me convenaient pour pratiquer ces sports. En revanche, j’ai trouvé ce qu’il me fallait sur la côte d’Azur et à Tarbes. Comme nous avions des attaches familiales et amicales à ces deux endroits, j’ai proposé à ma femme de déménager. Mais elle n’a pas voulu. Elle n’a pas les mêmes goûts que moi. Il en va de même lorsque nous voulons voyager. Alors nous ne partons pas et nous sommes tous les deux frustrés. Autrefois, chacun s’occupait de son côté, maintenant, vivre toute la journée ensemble avec des désirs très différents devient difficile. Ou l’un des deux se soumet avec rancune ou l’on choisit des activités séparées. J’aime ma femme : j’ai donc opté pour la seconde solution ! Elle ne me satisfait pas car j’ai l’impression d’avoir raté ma retraite » ( n° 260, août 1991). L’alternative est ici bien soulignée : soit les époux adoptent (comme c’est le cas dans l’exemple) un mode de fonctionnement indépendant qui ne répond pas à leurs désirs fusionnels (à moins qu’ils ne se convertissent, sous la pression de leurs différences, à une attitude indépendante pragmatique) ; soit l’un des conjoints « fait des efforts » – et en particulier le sacrifice de ses propres désirs –, comme cette lectrice de Notre Temps : « Mon mari et moi n’avions aucun goût commun. Pendant des années je ne m’en suis pas rendue compte, trop prise par l’éducation de mes neuf enfants et séparée de lui toute la journée. Mais à l’âge de la retraite je me suis retrouvée dans un pénible tête-à-tête. J’ai toujours aimé le cinéma, le théâtre, la musique. Il n’a jamais aimé que la pêche, la marche à pied, le ski… Je crois que je l’aurais quitté si j’avais eu mes propres revenus. J’ai réfléchi. Je me suis dit : impossible de lui faire aimer ce que j’aime, alors essayons d’aimer ce qu’il aime, lui. Je ne compte pas les journées que j’ai passées au bord de l’eau, avec mon tricot ou un livre. J’ai acheté de grosses chaussures et découvert la marche en forêt. J’ai appris le ski… Voilà deux ans qu’il est décédé. J’ai toute liberté aujourd’hui, pour cultiver mes goûts personnels… L’ai-je rendu plus heureux en adoptant ses préférences ? Je ne le sais pas. Son orgueil ne lui permettait pas d’avouer une chose pareille. Mais j’ai la conviction que j’ai bien fait, et c’est ce qui importe » (n° 269, mai 1992).

Vers une nouvelle distance conjugale extérieure

61Les confrontations d’attitudes telles qu’elles viennent d’être décrites, si elles permettent de rendre compte d’un certain nombre de difficultés conjugales apparaissant au moment de la retraite, n’en présentent pas moins l’inconvénient de rester statiques. Il convient maintenant de les replacer dans une perspective dynamique. En accord avec J. Kellerhals, qui écrit dans Mariages au quotidien qu’il y a « une “négociation” de l’extension de l’échange » (1982, p. 242) et avec O. Schwartz, qui fait observer dans Le monde privé des ouvriers qu’« il y a donc un débat permanent entre les partenaires du couple autour du thème de la présence et de l’absence » (1990, p. 432), nous allons étudier comment, à partir des attitudes des deux conjoints, se construit et s’établit la distance conjugale extérieure : d’une part en examinant de quelle façon les conjoints cherchent à agir sur la distance conjugale, afin de la rendre plus conforme à leurs vœux ; d’autre part en reconstituant quelques cas de « négociation » de la distance conjugale entre les conjoints.

Faire évoluer la distance conjugale

62Suivant qu’il a une attitude plus indépendante ou plus fusionnelle que son conjoint, un époux va chercher à augmenter ou à réduire la distance conjugale extérieure. Pour l’augmenter, deux possibilités s’offrent à lui : 1) sortir seul de la maison ou 2) encourager son conjoint à le faire. Pour la réduire, il a le choix entre 3) développer des activités extérieures en commun et 4) essayer de limiter celles que son conjoint pratique de façon individuelle.

631) On peut sortir de la maison sur un coup de tête, parce que soudain on étouffe – « Alors vraiment, y’a des fois, c’est ça, par exemple quand je vais à la FNAC, alors là je me dis : “Tant pis, je pars !”, je leur dis [à son mari et à son fils] : “Vous ne m’attendez pas, je rentre à une heure-deux heures de l’après-midi”, mais je ne peux pas le faire souvent » (Mme Louis). Parfois, le besoin de recréer de la distance se manifeste de manière particulièrement violente, comme en témoigne Mme Germain : « Quand ça a commencé à aller mal, l’angoisse me prenait quand je sentais que j’allais revenir à la maison. À quelques kilomètres, l’angoisse me prenait, vous savez, l’expression des enfants, “j’ai les boules”, mais c’est vrai que j’avais de grosses boules dans la gorge, je sentais les grosses boules me prendre, j’avais mal dans la poitrine, je ne me sentais pas bien. Il m’est arrivé de rentrer à la maison et de repartir aussitôt, d’aller faire cinq-six kilomètres à pied, parce que je paniquais à l’idée… physiquement, c’était plus possible. L’idée de retrouver la maison, de retrouver les meubles ». Et elle raconte ailleurs : « J’avais l’impression parfois qu’il me pompait l’air. C’est vrai… littéralement. Y’avait des moments où je sortais dehors, où j’allais respirer à la fenêtre. Je sais pas expliquer : c’était un besoin d’être toute seule, un besoin de liberté. J’avais l’impression d’avoir totalement perdu ma liberté ».

64Il est également possible de développer des activités extérieures individuelles, comme Mme Vannier : « Je ne peux plus parler, je ne peux plus téléphoner, je ne peux plus rien faire, hein… Avant, bon, je pouvais jardiner, bon faire ce que je voulais dans mon coin de jardin… mais alors : “Que fais-tu ?” “Où es-tu ?” “Où étais-tu ?” c’est… Enfin, les courses, moi j’adore faire les courses, puis les gens moi me par lent… C’est pour ça que je me suis inscrite au yoga, la semaine prochaine je vais faire du yoga à G… Pour me… pour voir d’autres… pour voir du monde, moi j’adore voir du monde, puis maintenant je ne vois plus personne. Alors je suis partie avec une voisine, une petite mémé de 80 ans, on a fait notre marche à pied, c’est tout ce que j’ai ! ». Mme Louis, elle, prévoit de participer à une chorale : « Je voudrais m’inscrire à la chorale, parce que j’adore le chant choral, et je voulais le faire sans lui, parce que d’abord il n’aime pas le chant et je pensais aussi que c’était une bonne chose de faire quelque chose sans lui, mais j’ai eu des problèmes de santé et des problèmes de voix, juste au moment où il y a eu les auditions, si bien que c’est remis à l’année prochaine… mais je trouve que c’est bien, il faut des activités ensemble, mais il faut des choses différentes aussi, parce qu’on se voit trop à la maison déjà, si en plus dehors… ». On peut aussi s’éloigner plus longuement, si le conjoint l’accepte, comme Mme Delbard qui part quelques jours chez une de ses filles et déclare : « Finalement, je suis ravie de partir toute seule ». Une solution radicale est présentée par une femme citée par V. Dulule : « Quel choc désagréable de toujours avoir mon mari à la maison. Je suppose que j’en étais venue à croire que c’était “ma maison”. Et voilà qu’il était toujours là, dans mes jambes, à critiquer tout ce que je faisais. J’ai finalement décidé de retourner travailler à l’extérieur, et depuis ce temps-là nous nous entendons beaucoup mieux » (1978, p. 34-35).

652) De façon complémentaire ou alternative, il est possible, pour accroître une distance conjugale extérieure jugée trop faible, d’encourager son conjoint à sortir et à s’occuper. Ainsi, N. Keating et P. Cole indiquent qu’une majorité parmi les femmes (au foyer) interrogées mettaient sur pied des activités séparées, « non seulement les leurs, mais aussi celles de leur mari, souvent sans même le consulter » (1980, p. 86), afin de reconquérir une certaine liberté. Rappelons cependant que l’augmentation de la distance conjugale n’est pas la seule motivation de ceux (ou de celles) qui proposent à leur conjoint des activités extérieures : il peut aussi s’agir de l’aider à franchir le cap de la cessation d’activité, ou de le rendre conforme à l’image du retraité actif. Ces trois motivations ne sont d’ailleurs pas exclusives, comme cela apparaît dans cette lettre adressée à Notre Temps, dans laquelle elles s’entremêlent : « Depuis sa retraite, mon mari se replie à la maison. Il faut que je le pousse de hors, de temps en temps, pour qu’il respire un peu. Nous nous entendons bien, mais il ne comprend pas que j’ai besoin de mon territoire, de quelques heures à moi pour me retrouver. Je crois qu’il est perturbé de se voir loin du métier qu’il aimait beaucoup (imprimeur), et il se sent rejeté par les plus jeunes, d’autant plus que sa profession a évolué de façon spectaculaire. Je le sens dépressif car lorsque les petits-enfants viennent à la maison, il reste un peu à l’écart. Comment lui donner envie de sortir, de retrouver une activité qui le passionnerait ? Ce n’est pas en lui proposant une liste de dis tractions que je vais le motiver » (Une épouse qui s’interroge) (n° 217, janvier 1988).

66Les propos de Mme Blanc présentent l’avantage de ne pas être euphémisés : « Et puis personnellement, moi j’aime bien que mon mari parte… enfin, “parte”, c’est pas que je veux rester toute seule, mais je trouve que c’est bien pour le ménage, d’être occupé, je trouve ça très bien, au moins on a l’impression de… ». Aussi ne cache-t-elle pas sa satisfaction que son mari ait trouvé, sans doute sur ses instances, une occupation extérieure : « D’abord, moi, j’ai l’habitude de regarder ma télévision, il était là, il était fatigué, je faisais du bruit, ça ne lui convenait pas. La seule chose qui nous a sauvés, enfin moi ça m’a sauvée certainement un peu… heureusement, il avait un bateau, ça lui permettait de s’évader, quoi, et en même temps, moi-même je me retrouvais pareille qu’avant, de toute façon, c’est très humain, je pense que c’est ce qu’on peut ressentir, les retraités, au début de la retraite ». Et elle évoque son inquiétude lorsqu’il a vendu son bateau et qu’elle a cru qu’il allait abandonner son activité extérieure : « Je me disais : “S’il n’a plus de bateau, ça va être chouette !” Je me disais : “Ça va être bien, s’il n’a plus de bateau, je m’en vais tout le temps l’avoir sur le dos !” Et puis il a eu… il est resté deux mois sans bateau ».

67Mme Louis, qui a une attitude fusionnelle, mais moindre que celle de son mari – elle pense que « la plupart » des activités doivent être communes, « mais il faut aussi qu’il y ait des activité différentes pour chacun » –, cherche à le faire sortir seul, quelque fois. Elle a trouvé une occasion lorsque, inscrite avec lui aux cours d’espagnol de l’université inter-âges, elle n’a pu assister aux premières séances à cause de problèmes de santé ; elle a alors incité son mari à y aller seul, et ne l’a pas rejoint une fois guérie, alléguant le retard accumulé : « Mon mari, lui, il a eu le courage de continuer ; ce que je trouve très bien, je l’encourage fortement. Je trouve que c’est bien qu’il y aille aussi seul, finale ment… ne pas être encore les deux élèves qui vont tous les deux ».

683) A contrario, le but recherché peut être une réduction de la distance conjugale extérieure, par exemple en essayant de développer les sorties en commun. C’est ainsi qu’a procédé Mme Allais, qui est fière aujourd’hui d’avoir su « se démener pour que le mari soit suscité à sortir ». Il est vrai que la configuration initiale n’était guère favorable : attitude fusionnelle centrifuge pour Mme Allais, attitude indépendante centripète pour son mari :

69« Si vous voulez, au moment où j’aurais souhaité sortir, mon mari n’était pas disponible. Il avait pas envie. Alors, sujet de discussion… […] Mon mari aurait souhaité rester à la maison. Et moi, j’aurais, au contraire, je souhaitais sortir, profiter justement qu’il était là… ». Mme Allais reconnaît que « les sorties, je peux vous dire que c’est moi qui ai lancé la mécanique… ». Comment a-t-elle donc pu « susciter l’envie de sortir » chez son mari replié ? Elle l’explique : «” Tiens, si on sortait ?”, c’est ça les concessions, mais essayer de faire ça adroitement, de pas bloquer la personne en face, qui n’a vraiment pas envie de sortir, qui veut rester chez lui, qui veut rester chez lui parce qu’il a fait tant d’années de travail, et puis qu’il en a marre et puis “oui, je suis bien chez moi” ». Cette façon de faire, privilégiant la délicatesse, se refusant à brusquer le conjoint, serait approuvée par Mme Doux, qui raconte comment elle a proposé à son mari une série de voyages après sa retraite. Opération délicate, car M. Doux est partagé entre sa maîtresse et sa femme ; et celle-ci sait bien que de l’évolution de la dis tance conjugale dépend l’avenir de leur couple : « J’y suis allée tout à fait, très douce ment et sur la pointe des pieds, j’ai aménagé ça tout doucement. Par exemple, quand j’ai prévu les premiers voyages, j’ai prévu des voyages assez rapprochés les uns des autres au départ. Alors je lui dis : “Il faut d’abord que tu te reposes”, il en avait grand besoin, c’est vrai, et je lui dis : “On va se trouver peut-être un peu perdus tous les deux, je crois qu’il faut qu’on s’évade, qu’on sorte de là, qu’il y ait une coupure importante, et après on verra plus tard, ce sera peut-être plus facile une fois que tu seras détendu, que tu auras pris le rythme vacances, parce qu’en fait ce sont des vacances prolongées”. Il me dit : “Tu crois ?”. Il aime beaucoup les voyages, un peu ça va, mais ça lui paraissait un peu beaucoup. Et puis, il était enchanté, après ». Obtenir une réduction de la dis tance conjugale en développant les sorties en commun peut demander aussi des efforts, des sacrifices, par exemple quand il faut accompagner le conjoint dans des activités pas particulièrement prisées. Mme Doux, qui aime moins les contacts que son mari – « plus il y a du monde, plus il est content et moi, moins y’en a, plus je suis heureuse » – nous en fournit une illustration, à l’occasion d’un mariage auquel ils sont invités : « Mon mari, ravi, me dit : “Écoute, on va y aller, ne pense pas qu’à toi, moi je suis très content d’y aller”. Comme je vous le disais, moi, ça me coûte, lui il est ravi… on fait un effort !».

704) Pour construire une retraite plus fusionnelle, un autre moyen consiste à s’efforcer de modérer les ardeurs centrifuges du conjoint. On se souvient que Mme Letellier, bien qu’affichant des convictions indépendantes, a commencé « à ruer dans les brancards », jugeant les absences de son mari trop fréquentes, si bien que celui-ci, « de lui-même » a décidé d’abandonner quelques-unes de ses responsabilités. Quant à Mme Mouchel, elle semble avoir parfaite ment entendu les avertissements de son époux : « Ah ben oui, je vous ai dit : d’abord préserver mon ménage, y’a beaucoup de choses déjà qui ne plaisent pas à mon mari, il trouve que je ne suis pas assez à la maison, alors je suis obligée… j’ai peut-être une amitié qui va être sacrifiée, mais tant pis : préserver mon ménage ! Parce que j’ai une amie que je devais voir, je l’ai décommandée, parce que j’ai une association qui va me prendre toute une journée, je ne pouvais pas m’en aller la veille pour déjeuner avec mon amie. Parce que mon mari, lui, est très homme de maison, alors il y a toujours eu ce problème entre nous. Alors j’estime qu’à l’âge que j’ai, ce serait ridicule de gâcher ce que j’ai réussi à préserver. Ça fait combien de temps qu’on est mariés ? Ça fait trente-sept ans… Ce serait bien dommage de le gâcher maintenant ».

71Par ailleurs, les engagements trop importants du conjoint à l’extérieur peuvent être combattus parce qu’ils compromettent les sorties conjugales. Ainsi, M. Rémond s’oppose à ce que sa femme prenne des responsabilités dans une association, non seulement pour qu’elle ne soit pas trop absente de la maison, mais aussi pour ne pas avoir à subir les contraintes de cet investissement bénévole lorsqu’ils veulent partir dans leur maison de campagne ou en vacances. De même, Mme Sandre, qui ne remet pas en cause le droit de son mari d’avoir des activités extérieures – « Moi je comprends qu’il ait des activités à l’extérieur, qu’il voit des gens, moi je le comprends très bien et puis j’y suis habituée depuis tellement longtemps. Quand il travaillait, il s’occupait du club de voile. Je ne le voyais pas beaucoup non plus à l’époque » –, se montre cependant moins compréhensive quand ces activités deviennent une menace pour les week-ends et les voyages – « Si vous voulez, quand on part, quelquefois… il vous a parlé de week-ends prolongés en Charentes…, eh bien il faut rentrer parce qu’il a une réunion ou des choses comme ça. Là je râle, autrement non […]. J’aurais tendance à tirer un petit peu sur les fichues associations : “Non, on ne peut pas partir à telle date parce qu’il y a quelque chose !”… comme par exemple le prochain voyage qu’on va faire : pour un peu, je voyais bien l’heure et le moment qu’on n’allait pas partir ».

72Évoquons, pour terminer, le moyen radical auquel a eu recours Mme Roy pour être davantage avec son mari : « C’est presque moi qui l’ai voulu [déménager] parce que je sentais bien que là-bas il était demandé de partout, je l’aurais pas vu ». Même si bien d’autres éléments interviennent dans ce choix, l’anticipation de la distance conjugale peut jouer dans la décision de changer – ou de ne pas changer – de lieu de résidence au moment de la retraite. C’est ce qui transparaît dans cette lettre d’une lectrice de Notre Temps : « J’ai 60 ans et je suis à la retraite depuis deux ans. Mon mari est lui-même retraité depuis peu. Nous habitons une ville bretonne assez importante ce qui me permet de participer à diverses activités et d’avoir des contacts sympathiques. Mais voilà : mon mari a décidé de s’installer dans la maison de campagne qui appartenait à ses parents, et où il est né. C’est à une cinquantaine de kilomètres d’ici. Il y a déménagé ses affaires malgré moi, et il s’entête dans son idée d’y demeurer et procède à des travaux d’embellissement et de jardinage. Pour le moment, je reste chez nous, et je le rejoins aux week-ends. Ni lui ni moi n’acceptons cela, chacun essayant de convaincre l’autre de renoncer à son choix. Mais pour lui, c’est irrévocable. Quant à moi, je n’envisage pas de m’installer dans cette maison et de couper court à mes activités. Et je me pose la question : pourquoi serait-ce à moi de me sacrifier ? Je maudis cette retraite qui fait de nous des étrangers. Dois-je céder et me résigner à vivre comme mon mari l’entend ? Ou sommes nous condamnés à nous séparer après tant d’années de vie commune ? Est-ce que vous connaissez des cas semblables au nôtre ?»( n° 280, avril 1993). On le voit, cette retraitée a pleinement conscience que déménager, comme l’y incite son mari, ce serait voir disparaître ses activités extérieures, et donc les occasions de sortir seule de la maison. Cependant, si son mari cherche à trop réduire la distance conjugale, il prend le risque d’obtenir, en fin de compte, le résultat inverse, son épouse pouvant pousser la résistance à cette tentative de kidnapping conjugal jusqu’à la séparation. C’est l’évolution constatée dans certains des cas que nous allons exposer maintenant.

Exemples de négociation de la distance conjugale

73Après avoir étudié de quelle manière il est possible de jouer sur la distance conjugale, observons – à partir de quelques exemples – de quelle façon ces actions se combinent, comment se négocie entre les conjoints la nouvelle distance extérieure. Nous présenterons deux cas d’évolution radicale, puisque l’aboutissement en est la séparation. Puis nous nous intéresserons à quelques configurations dans lesquelles la distance conjugale, enjeu d’une lutte, se stabilise difficilement. Enfin nous verrons comment l’anticipation d’une future modification de cette distance permet de mieux accepter la situation actuelle.

74Au moment où elle prend sa retraite de secrétaire de direction, il y a trois ans, Mme Raphaël a une attitude fusionnelle centrifuge : « Je me disais : “On va être en retraite, on va faire plein de choses ensemble” » se souvient-elle aujourd’hui. Mais son mari adopte une attitude fusionnelle centripète dans laquelle il va persister. Il refuse les activités extérieures communes que son épouse lui propose : « Quand j’étais à la retraite, je lui ai dit : “Écoute, apparemment, tu aimais bien le bridge, viens avec moi, on va reprendre des cours pour débutants. On va repartir à zéro, ça va être une bonne activité quand on sera à la retraite.” Il n’a jamais voulu parce qu’il avait décidé dans sa tête qu’il ne serait pas capable de jouer au bridge, que c’était trop compliqué pour lui ». Si bien qu’elle sort sans lui, évoluant peu à peu vers une attitude indépendante pragmatique : « L’année dernière, j’en ai fait plein de choses intéressantes. Je lui ai toujours proposé : “Viens avec moi, ça va être intéressant, on va visiter telle chose, on va manger au restaurant, on va faire une petite randonnée de cinq-six kilomètres sur les mines de fer géologique. Ça va nous apporter quelque chose”… Jamais, jamais… ». Lui voudrait qu’elle abandonne ses activités extérieures et reste davantage avec lui à la maison. Il joue par exemple de son infarctus pour tenter de la transformer en garde-malade : « Dans une de mes activités de membre d’un conseil d’administration, j’étais chargée de l’organisation des stages de formation d’animateurs et suite à ses pressions, surtout depuis qu’il a fait son infarctus, il y a un an, j’ai été obligée d’arrêter cette formation ». Mme Raphaël supporte de plus en plus mal les tentatives de son mari pour réduire la distance conjugale – « J’étais complètement privée et brimée, et à la fin, si je l’avais écouté, je cessais tout » –, et après avoir appris qu’il avait eu une maîtresse, elle adopte une attitude indépendante radicale, et envisage la séparation : « Depuis, je ne lui adresse plus la parole, sauf “passe-moi le sel”, il est tout seul puisque je ne fais plus rien avec lui. C’était toujours moi qui le poussais le dimanche à faire plein de choses. Maintenant, j’ai mon propre emploi du temps, je ne lui dis plus où je vais, le samedi, le dimanche, j’ai plein d’activités, je vais voir des gens et il se retrouve tout seul à la maison ».

75Retraçons maintenant, toujours du point de vue de l’évolution de la distance conjugale extérieure, l’histoire de M. et Mme Germain qui se sont séparés à l’heure de la retraite. L’attitude de Mme Germain est plutôt indépendante centrifuge : « Quand je me suis sentie à la retraite, je me suis sentie un peu étouffée, et j’ai eu envie d’aller à droite, à gauche… enfin de sortir toute seule, de flâner, de prendre mon temps pour faire des choses que j’avais pas eu le temps de faire jusque-là ». Celle de son mari est davantage fusionnelle. Si bien qu’il essaie de réduire la distance conjugale extérieure : il cherche à l’accompagner – « il n’aime pas marcher, il n’a jamais aimé cela, au début il a essayé de me suivre un peu, puis après ça ne lui plaisait pas, donc il restait à la maison » raconte-t-elle ; il lui propose une activité extérieure commune, dans laquelle il place beaucoup d’espoirs – « Moi, le camping-car, j’aimais bien la vie de bohème, j’ai toujours aimé la caravane, j’aime bien ce genre-là, et ma femme aussi d’ailleurs. Le camping-car aurait pu être le lien, parce qu’il y a des tas de choses à découvrir. Ma femme, elle est curieuse, y’a des tas de choses qui au raient pu nous rapprocher » regrette-t-il aujourd’hui –, mais le projet avorte. En désespoir de cause, il lui fait comprendre qu’il désapprouve son comportement centrifuge, en s’adonnant à la boisson : « Mon mari, il acceptait mal que j’aie des activités en dehors. Je mangeais deux ou trois fois par semaine à la danse ou à la gym, ça ne lui plaisait pas. Je partais souvent, je prenais mon après-midi et je m’en allais : ou faire de la marche, ou aller faire les magasins, ou aller voir une amie, bon, quand je revenais, j’étais sûre que j’allais le trouver ivre au bout de la table ». Elle a alors l’idée de lui trouver une occupation, espérant qu’il la laissera s’absenter plus facilement : « Je lui avais acheté un cheval, une carriole… comme ça il pourra aller se promener de son côté ; finalement, c’est ce qu’il faisait, il allait se promener de son côté, mais il allait boire ». Mme Germain va alors progressivement accroître son comportement centrifuge et la distance conjugale… jusqu’à prendre la décision de se séparer de son mari.

76Dans ces exemples, les conjoints ne sont pas parvenus à établir une nouvelle distance conjugale extérieure : ils se sont séparés. Dans d’autres cas, la distance conjugale semble se stabiliser difficilement et demeurer l’enjeu d’une négociation conflictuelle. C’est ce qui se passe pour M. et Mme Delbard. Tous deux campent sur une position indépendante centrifuge : « J’aime bien que ma femme ait son activité propre ; pour son équilibre, pour la vie à deux, c’est beaucoup mieux. Moi, je la pousse à partir en voyage. C’est le plaisir de se retrouver à deux » déclare-t-il ; « Pour respirer, on a besoin l’un et l’autre de se trouver séparés » affirme-t-elle. Pourtant, si l’on se montre plus attentif, on constate que Mme Delbard n’est pas sans présenter quelques contre-tendances fusionnelles, absentes chez son mari. La différence apparaît par exemple dans ce dialogue :

M. : On a une volonté d’indépendance qu’on a toujours voulu garder à l’intérieur du couple, on veut continuer. Jusqu’où on pourra continuer… je ne sais pas. Moi, par exemple, j’ai dans ma famille des couples, ils ne font pas deux mètres l’un sans l’autre, on trouve ça… C’est leur truc comme ça… mais nous… Effectivement, ils n’ont pas d’indépendance de caractère… ils se satisfont…
Mme : Enfin, ils sont bien comme ça.
M. : On veut surtout ne pas être comme ça. T’es d’accord avec moi ?
Mme : On pourrait pas, de toutes façons. C’est là le problème.

77En fait, le problème de Mme Delbard est double. D’une part, tout en gardant un fonctionnement fondamentalement indépendant, elle pense qu’il « faut quand même de temps en temps se retrouver, sinon la vie n’est plus possible ». Mais elle ne voit pas bien quelle activité elle et son mari pourraient avoir en commun tant leurs goûts sont différents : « Au plan des goûts… qu’on n’ait pas l’impression de se subir l’un l’autre pour faire des choses, de le faire pour faire plaisir à l’autre. Il faudrait quand même quelque chose qui intéresse l’un et l’autre, quoi ». En attendant, elle se contente de lui proposer ponctuellement quelques sorties : théâtre, expositions – c’est elle, issue d’un milieu social plus favorisé, qui lui en a donné le goût. Encore que cela n’est pas facile car « il faut quand même que je prépare le terrain, que ça s’articule entre les séances de généalogie, de moutons… Non, je prépare montruc, quand même. Faut que ça glisse dans un créneau ». C’est là le second problème : elle reproche à son mari d’être trop plongé dans ses activités individuelles, au détriment de la vie conjugale (ce qu’il conteste d’ailleurs) : « Quand il est dans sa généalogie ou avec ses moutons, c’est plus la peine de lui parler d’autre chose. Vous pouvez lui parler de n’importe quoi, c’est comme si vous aviez un mur devant vous […]. Il faut attendre que ce soit fini. Alors quelquefois, ça dure des semaines… Il faut que j’attende des semaines pour arriver à aborder un sujet ». Alors que le fonctionnement conjugal ainsi établi semble parfaitement convenir à M. Delbard, son épouse aimerait une légère réduction de la distance conjugale extérieure. Mais elle ne sait ni comment en faire admettre le principe à son conjoint, ni comment elle pourrait la réaliser en pratique.

78Les rôles sont inversés chez les Mouchel qui, tous deux professeurs – dans des lycées différents – ont pris leur retraite au même moment. Monsieur est un peu plus fusionnel que Madame, tous deux s’accordant cependant sur un fonctionnement globalement in dépendant. Mme Mouchel estime en effet que son mari « aurait des tendances à être trop replié sur lui-même »; quant à lui, « il trouve que je ne suis pas assez à la maison », reconnaît sa femme. Aussi mènent-ils une lutte pour territorialiser/déterritorialiser l’autre – c’est-à-dire pour fixer la bonne distance conjugale extérieure. Si ce conflit court tout au long de leur histoire conjugale, deux épisodes prennent place au moment de leur cessation d’activité professionnelle. Le premier est le refus de M. Mouchel d’assister au pot d’adieu de sa femme, parce qu’il considère qu’elle s’est trop investie dans son lycée. Le second est la tentative de M. Mouchel pour se séparer de la femme de ménage – ou du moins diminuer ses heures de présence –, prétextant qu’il leur faut désormais réduire leur train de vie. Mais Mme Mouchel, qui n’a nullement l’intention de passer sa retraite à s’occuper de la maison, tient bon et fait échouer l’offensive de son mari. Tous deux proposent d’ailleurs une interprétation de ce conflit qui les oppose depuis le début de leur mariage. « Mon mari, je ne sais pas si vous l’avez noté, mais il faut le noter : enfant de vieux ! Y’a des choses qu’il n’ose pas faire parce que ses parents étaient de l’âge de nos grands-parents » explique Mme Mouchel. La lecture proposée par M. Mouchel est plus familière au sociologue : lui est d’un milieu modeste, a fait ses études dans une école primaire supérieure ; sa femme est allée dans « un grand lycée parisien », le raisonnement de ses parents – selon M. Mouchel – étant le suivant : « Ma fille n’est pas faite pour faire la cuisine, ma fille n’est pas faite pour faire le ménage, ma fille est faite pour faire des études ». Il apparaît que M. Mouchel a toujours souffert du désintérêt de sa femme pour les activités ménagères. Il n’est pas besoin de l’interroger très longtemps pour qu’il reconnaisse que la place véritable de la femme est à la maison : « Bon, on n’a pas à juger ça, mais disons que ça pose des problèmes. Pourquoi les gens se marient de moins en moins, sauf peut-être dans certaines régions, dans certains milieux, mais enfin y’a quand même peu de mariages : parce que les femmes ne veulent pas s’occuper de la maison » affirme-t-il, reprenant ensuite l’argument masculin classique (Garcia, 1993) selon lequel le travail domestique n’est pas moins digne qu’une autre activité : « J’admire quelqu’un qui va être capable de faire un excellent plat, c’est aussi beau que quelqu’un qui va écrire un poème ou écouter de la musique ». Lui, pourtant, a accepté que sa femme ne soit pas une ménagère-modèle et déserte souvent le foyer : là est le prix du beau mariage. Il a accepté de le payer, mais n’a jamais renoncé à en réduire le coût. Il a remporté une victoire autrefois en obtenant de sa femme qu’ils se séparent du personnel logé et se contentent d’une femme de ménage. La retraite est pour lui l’occasion de continuer le même combat ; avec succès parfois, puisque Mme Mouchel sait fort bien qu’elle ne doit pas abuser de son droit d’absence, et va sans doute devoir sacrifier une amitié pour préserver son ménage. Et elle est pour sa femme une étape supplémentaire dans la lutte qu’elle mène contre « ses tendances à être trop replié sur lui-même » : « Je suis à l’écoute de mon mari. Et sans en avoir l’air : “Tiens, tel film, ça te plaît ce soir ?”, “Tiens, tel concert, on va peut-être y aller”. C’est ça l’essentiel de ma vie, c’est de lui trouver des choses à faire ».

79Dans d’autres cas, la distance conjugale extérieure qui s’est établie n’est pas jugée satisfaisante par l’un des conjoints, mais plutôt que de se plaindre ou de chercher à modifier la situation, il l’accepte et imagine pour l’avenir une évolution vers un fonctionnement qui lui conviendrait mieux.

80C’est le cas de M. Blanc, qui ne se montre pas aussi ferme dans ses convictions indépendantes que son épouse. Alors que celle-ci proclame haut et fort son besoin d’indépendance et sa faible inclination pour l’eau et le bateau – « J’ai horreur de ça et en plus j’ai la trouille, j’ai mal aux oreilles, j’ai le mal de mer… ah non !… Et puis j’estime, voyez-vous, qu’on n’a pas besoin de bagarres, j’estime que c’est une surface beaucoup trop restreinte. C’est une surface très bien pour deux jeunes mariés, mais pas pour des mariés de… trente-deux ans. Alors… et puis en plus, j’aime pas ça, si j’aimais encore, très bien […]. C’est pas à mon âge que je vais me convertir, je n’y crois vraiment pas. J’y crois d’autant moins… et puis en plus il fait froid, c’est poisseux, j’ai horreur de ça » –, il se met à rêver à un avenir dans lequel la distance conjugale serait bien réduite : « J’espère qu’elle se mettra à faire [du bateau]… mais pour ça, il faut avoir un bateau qui soit suffisamment confortable. Il faut pas… sur un bateau, c’est un espace extrêmement restreint, donc il faut pouvoir se supporter à longueur de journées… et moi j’envisage rais très bien de voyager quatre-cinq mois, même six mois par an, par exemple de visiter l’Italie, voire l’Espagne, ou des choses comme ça, ça me conviendrait bien, mais il faut au moins un neuf mètres, un bâtiment de neuf mètres d’occasion, assez confortable, c’est de l’ordre de cent cinquante-deux cent mille francs ». A-t-il parlé de ses projets à sa femme ? « Ah, elle le sait bien, on en parle. Mais ça lui paraît impensable. En fait, c’est tout à fait réalisable. Si vous voulez, de 60 à 75 ans, vous pouvez parfaitement… On trouve des vieux couples d’Anglais qui font ça très bien, tranquilles… ». La contradiction entre les attitudes – qui conduit à un fonctionnement pas vraiment satisfaisant pour M. Blanc – semble ici désamorcée par la projection dans l’avenir d’un scénario plus fusionnel, conforme à ses vœux.

81Si certains rêvent d’une distance conjugale réduite, d’autres aspirent à ce qu’elle augmente. C’est le cas par exemple de Mmes Billard et Gilles, qui ont forte ment pris sur leur temps personnel pour faciliter le passage à la retraite de leur conjoint, et espèrent retrouver plus d’indépendance dans l’avenir : « Donc, depuis qu’il est à la retraite… peut-être que, dans deux ans, je me sentirai plus libre parce qu’il sera vraiment habitué, mais disons que j’ai toujours tendance à me dire : “Faut quand même qu’il s’habitue bien à sa retraite, faut que ça se passe bien”, donc y’a tout un rouage à respecter. Certainement qu’après, il arrivera à se trouver des occupations très personnelles, qui fera que je ne serai pas tout le temps obligée d’être à la maison » dit la première ; quant à la seconde, elle vit la période actuelle comme « transitoire » « pendant cette période-là, chacun essaie de vivre un petit peu comme il peut, c’est une attente »–, se résigne pendant cette phase à accepter un fonctionnement conjugal qui la frustre quelque peu, et place son salut dans la future région et la nouvelle maison qu’ils habiteront – « Après on essaiera de faire autre chose, enfin de trouver la maison idéale, parce que ça change tout une jolie maison et un endroit qui vous plaît. Je pense que là, tout est changé, tout est différent ».

82Pour clore cette étude de la distance conjugale extérieure, ayons recours à l’enquête quantitative menée sous la direction de P. Paillat (Paillat, 1989a). Les deux questions suivantes étaient posées aux retraités : « Pratiquez-vous davantage avec votre conjoint les activités que vous aviez l’habitude de pratiquer ensemble ?»; « Y a-t-il de nouvelles activités que vous avez commencé à pratiquer avec votre conjoint depuis que vous êtes en retraite ?» Les réponses positives sont respectivement de 35 % et 14 %, soit 41 % des personnes interrogées qui déclarent pratiquer davantage une activité ancienne et/ou une activité nouvelle avec leur conjoint depuis leur retraite. Ce résultat nous semble, de beaucoup, sous-estimé. Notre sentiment est plutôt qu’il est difficile, au moment de la retraite conjugale, de ne pas réduire la distance extérieure – c’est-à-dire de ne pas accroître les sorties en commun –, y compris parmi les couples au mode de fonctionnement indépendant. Mais cette baisse va parfois tellement de soi qu’elle n’est pas toujours relevée : c’est ce qui explique, à notre avis, les pourcentages obtenus dans l’enquête quantitative (on peut également penser que le terme « activités » a pu être interprété de façon restrictive – aller passer quelques jours chez ses enfants, par exemple, a pu ne pas être codé comme une « activité » par les personnes interrogées). La distinction opérée dans le questionnaire entre activités communes anciennes en extension, et activités communes nouvelles nous semble intéressante car elle pointe deux voies que les conjoints peuvent suivre pour réduire la distance conjugale extérieure.

83Parmi ceux qui décrivent l’augmentation d’activités anciennes, citons M. Millet – « Nous, ce qu’on aime, c’est surtout marcher, les promenades au bord de la mer. Ça, c’est une activité qu’on développe en commun, c’est-à-dire si on peut passer la journée à Cabourg, c’est pas pour s’asseoir, c’est pour aller marcher trois quatre heures. Tout ce qui peut être comme ça, sorties ou autres en commun, ça c’est l’activité qu’on avait en commun et qu’on développe, mais on n’a pas créé, et on créera pas d’activité communautaire automatique, nouvelle je veux dire » –, et Mme Doux – «[le footing, la bicyclette, les promenades] nous le faisions déjà avant le dimanche, quand mon mari était libre, nous faisions déjà ça. Le samedi matin et le dimanche matin, s’il était libre, nous allions courir au stade, déjà. Maintenant, ça s’est multiplié, si vous voulez ».

  • 10 E. Goffman explique que les ressources sûres sont les sujets de discussion auxquels il est toujour (...)

84Quant aux activités nouvelles, les couples au mode de fonctionnement indépendant semblent particulièrement soucieux d’en trouver au moins une. Pour M. et Mme Roland, c’est l’espagnol : « C’est un choix vraiment très commun, on s’en va un peu bras dessus, bras dessous, comme deux étudiants, avec notre petit sac sous le bras, au cours d’espagnol, et finalement, je trouve que c’est un bon endroit. En plus, on peut essayer de se raconter des histoires en espagnol… c’est très limité, rassurez-vous… ah ben, de temps en temps, ça vient. Je dirais que c’est un moyen d’avoir quelque chose en commun » (Mme). Pour M. et Mme Travert, il s’agit de leur promenade quotidienne : « Pour moi, c’est un moment très important, pour lui je ne sais pas, mais pour moi, c’est très important. Quand on est un jour, sans le faire, j’ai l’impression, du fait qu’on ne se parle pas beaucoup l’un et l’autre, ces promenades-là, c’est vraiment un moment très important » explique Mme Travert, tandis que son mari lui fait écho : « Pour nous, c’est une occasion de communiquer, de discuter, moi j’aime bien discuter en marchant ». Il faut à ce propos souligner que les promenades apparaissent comme une « ressource sûre »10 pour pallier une baisse jugée insuffisante de la distance conjugale extérieure.

85Cependant, entre le développement d’activités communes anciennes et la création d’activités nouvelles en commun, il convient, nous semble-t-il, de faire une place aux activités individuelles qui se « conjugalisent » après la retraite. Il en est ainsi des courses, pour M. et Mme Millet – « Les grandes sur faces, ça nous est arrivé d’y aller tous les deux, c’est agréable, depuis la retraite. Pour moi, c’est une sortie, c’est en flânant, il est là pour m’aider s’il le faut. Je flâne davantage quand je vais avec mon mari dans une grande surface, parce qu’avant, si j’y allais, j’y allais toujours en courant, alors que là, j’y éprouve du plaisir, je regarde davantage » (Mme). Ou de la gymnastique pour M. et Mme Gontran : « Le mardi matin, on va… j’ai été longue à m’y mettre, mais on va à la gym, parce que mon mari allait à la gym depuis plusieurs années, avec le club de Beaupré, de la gym douce, mais moi j’ai été longue à me décider, je me suis décidée à la rentrée, au mois d’octobre, et je regrette de ne pas y avoir été plus tôt » (Mme).

Notes

1 Une version plus courte de ce chapitre est parue dans la Revue-française-de-sociologie, vol. XXXV1, janvier-mars 1994, p. 99-124.

2 Le « travail à-côté », également appelé « travail à l’extérieur », est l’ensemble des activités para-productives qui occupent les ouvriers pendant leur temps libre : à côté de l’usine, mais aussi à côté de la maison.

3 Ces prises de position sur la maison renvoient à la question du rapport des femmes aux tâches ménagères, que nous avons déjà évoquée (chap. III) : constituent-elles une activité de substitution privilégiée par les femmes – et donc la maison est-elle leur refuge naturel – après leur retraite ? Indubitablement, pour-les femmes-citées, la réponse est négative. D’autres, au contraire, assument le rôle traditionnel de maîtresse de maison – tâches ménagères pour activité principale, et repli sur la maison. Cette dernière solution semble de moins en moins adoptée quand on s’élève dans la hiérarchie sociale : 44 % des journées des femmes retraitées cadres supérieurs sont des journées de grande activité ménagère, contre 62 % pour les retraitées des professions intermédiaires, 74 % pour les employées, 77 % pour les ouvrières, 85 % pour les indépendantes et 70 % pour les agricultrices. Les sorties – estimées par la part des journées avec grande sortie dans l’ensemble des journées – varient en sens inverse (Maurin, 1989, p. 45).

4 Ces deux termes – possible, souhaitable – renvoient à deux manifestations différentes de l’attitude indépendante que nous distinguerons plus loin : l’indépendance pragmatique et l’indépendance par principe.

5 Il est cependant certain que, d’un autre point de vue, le jardin fait partie de l’extérieur, comme le rappelle Mme Gontran : « Pendant tout le temps que je travaillais, j’étais enfermée dans un bureau… le plus possible maintenant je vais dehors […] C’est drôle parce que, des fois, j’ai l’impression d’étouffer… quand je suis trop longtemps… des fois, je suis en train de repasser, je vais m’arrêter, et je vais aller faire deux ou trois fois le tour du jardin, je vais aller m’oxygéner. »

6 Ces chiffres, intéressants car ils proposent un ordre de grandeur, sont cependant biaisés par le fait que la question n’a été posée que lorsque les deux conjoints étaient présents, soit, d’après nos calculs, dans 3/4 des cas. Or on peut faire l’hypothèse que le 1/4 dont on n’a pas tenu compte est plus favorable à l’indépendance, puisque les deux conjoints ne se trouvaient justement pas ensemble au moment de l’enquête. La répartition est donc sans doute moins défavorable à l’attitude indépendante que ne le laissent supposer les résultats indiqués.

7 Il s’agit des cadres supérieurs et cadres moyens de l’ancienne nomenclature des CSP. Les non-cadres comprennent toutes les autres catégories de salariés.

8 On aura remarqué que les trois extraits présentés proviennent de discours féminins : les femmes indépendantes paraissent en effet particulièrement virulentes sur ce point ; peut-être de peur que la voiture, s’il n’y en avait qu’une, ne soit utilisée de façon prioritaire par leur mari. Nous verrons plus loin le rôle de libération que peut jouer la voiture pour les femmes.

9 Nous verrons comment dans le prochain chapitre : exceptées les sorties pour les courses, M. et Mme Doux, le matin, restent dans la maison.

10 E. Goffman explique que les ressources sûres sont les sujets de discussion auxquels il est toujours possible d’avoir recours pour éviter qu’un « ange passe » dans une conversation (1988, p. 104113). Par analogie, les promenades semblent une activité extérieure en commun facile à mettre en œuvre si on n’a pas d’autres idées.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search