Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Deuxième partie. Trouver la « bonne distance » conjugale

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1À consulter les travaux sociologiques – américains pour la plupart – consacrés aux couples après la retraite et aux difficultés qu’ils rencontrent, on est surpris de la place accordée aux tâches ménagères. Ainsi, M. Szinovacz, spécialiste de la retraite féminine, écrit que « les problèmes majeurs rencontrés par les couples dans lesquels le mari est retraité tournent autour de son engage ment dans les travaux domestiques » (1983, p. 110), et T. Brubaker, dans l’ouvrage de synthèse qu’il consacre aux familles âgées (1985), s’intéresse à la répartition des tâches domestiques et à la sexualité des couples retraités, mais ne s’interroge pas sur la gestion de leur être-ensemble.

2C’est pourtant autour de cette question de l’organisation des activités – quelles activités vont réunir les conjoints, et quelles sont celles qui vont être du ressort individuel de chacun ? – que nous allons articuler notre propos : nous voudrions en effet soutenir que l’enjeu principal de la reconstruction conjugale au moment de la retraite se situe non pas tant dans la répartition des tâches ménagères – auxquelles nous consacrerons un développement, mais en leur restituant la place (secondaire) qui doit être la leur –, mais dans l’établissement d’une distance conjugale satisfaisante pour les deux conjoints. Cette distance conjugale mérite d’être étudiée dans sa composante extérieure (chap. VI), puis dans sa composante intérieure (chap. VII).

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search