Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Première partie. Devenir retraité, redevenir conjoint

Chapitre IV. La participation du partenaire (et du rentrant) à la reconstruction de soi du conjoint1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est paru, dans une version proche, dans Dialogue, n° 127, 1er trimestre 1995, p. 109-1 (...)

1« Autre par excellence », le conjoint est l’interlocuteur privilégié de la transaction relationnelle. On constate que, souvent, le partenaire aide le rentrant à réaliser son passage à la retraite. Mais cette aide est ambivalente : elle peut constituer une intervention visant à agir sur la reconstruction identitaire du rentrant pour en corriger certains aspects ; de même d’ailleurs que le partenaire peut chercher à influencer la construction identitaire du partenaire.

L’aide au passage à la retraite

2La crainte de la « crise » de la retraite peut affecter non seulement le futur retraité, mais aussi – et parfois surtout – son conjoint. On le constate dans les propos de Mme Louis et de M. Boulet : « Je me suis fait un peu de soucis pour lui parce que des tas d’amies m’avaient dit : “Tu sais, c’est difficile pour les hommes, surtout quand ils arrêtent un travail intéressant, souvent y’a la période de stress”, ce qui ne s’est pas du tout passé la première année, donc au départ, j’étais ravie » dit la première ; « C’est ça qui me faisait peur, c’est ça qui me faisait peur, c’est qu’elle quitte son travail, qu’on savait pas comment ça aller se passer […]. C’est qu’elle aimait bien son travail » précise le second qui, lui aussi, a été agréablement surpris. Il nous semble que la « crise » de la retraite joue à nouveau comme prophétie destructrice – ou prophétie modératrice – car, alerté par cette sombre perspective, le conjoint partenaire met en place un dispositif d’aide au passage à la retraite.

3Ce dispositif d’aide est décrit par N. Keating et P. Cole, dans un article publié en 1980, « What do I do with him 24 hours a day ? Changes in the housewife role after retirement ». Tirant les enseignements d’une enquête quantitative, complétée par quelques entretiens, auprès de 400 enseignants de l’Ontario, retraités depuis moins de trois ans et âgés de 63 à 68 ans, et de leurs épouses, ils écrivent : « Les épouses, dans leur majorité (56 %) ont dit avoir activement aidé leur mari, par exemple en lui trouvant des choses à faire, en invitant des gens, en abandonnant leurs plans pour adopter les siens, en prenant soin de lui. 40 % indiquent une aide passive qui consiste à se montrer tolérante, patiente et à garder pour soi ses inquiétudes ». Nous reprendrons à notre compte la distinction entre aide passive – que nous appelerons soutien silencieux, pour souligner qu’elle nécessite un acte de volonté – et aide active, avant de nous interroger d’une part sur la perception de l’aide par le conjoint rentrant, et d’autre part – puisque nous ne travaillons pas exclusivement sur le soutien féminin, comme N. Keating et P. Cole, mais de façon plus large sur le soutien du partenaire – sur une éventuelle spécificité sexuée de ce soutien.

Un soutien silencieux

4Le néo-retraité, comme tout novice, a le privilège d’être considéré avec une indulgence particulière. C’est ce que rappellent A. Strauss et E. Goffman : le premier en soulignant qu’« il est presque nécessaire de ménager une période d’accoutumance qui suivra l’entrée officielle dans les nouveaux statuts. Cette accoutumance est rationalisée par les expressions : “il faut le temps”, “il n’est pas encore intégré”, “chacun fait des erreurs au début, jusqu’à ce qu’il ait compris” » (Strauss, 1992, p. 111) ; le second lorsqu’il écrit : « Lorsqu’on sait que l’acteur est un débutant, et qu’il est par conséquent plus exposé que les autres à des erreurs gênantes, le public lui accorde souvent un surcroît de considération et s’abstient de lui attirer les ennuis qu’il pourrait autrement lui créer » (Goffman, 1973 a, p. 219). La vertu première de la croyance en une possible « crise » de la retraite est de suggérer que les transitions peuvent être délicates et de rappeler aux autres – et en particulier au partenaire – qu’ils doivent en tenir compte.

5En tenir compte, être un public indulgent, cela signifie par exemple pour le partenaire tolérer les sautes d’humeur du conjoint rentrant : « Dans les premiers mois, il rouspétait un petit peu plus. Il était un peu plus nerveux. On sentait que son travail lui manquait, c’était presque une drogue. C’est normal » explique Mme Gardin. Ou se montrer compréhensif à l’égard de certains comportements étranges : quand M. Boulet se met à creuser sa cave, sa femme, qui travaille encore trouve ça « un peu fou », « parce que je me suis dit : “Pourquoi il creuse la cave, alors vraiment qu’on a suffisamment de logement dans la maison ?” Je ne voyais pas du tout l’intérêt de creuser la cave », mais finalement elle le comprend – « c’était presque un défoulement ou quelque chose comme ça » – et décide de ne pas intervenir – « je n’aurais pas voulu… le laisser libre de faire vraiment ce qu’il avait envie de faire. Je ne me serais pas interposée dans ce qu’il avait l’intention de faire ». Il arrive même que l’indulgence et la compréhension accordés au conjoint rentrant pendant la « période d’accoutumance » renforcent l’incapacité des femmes trompées à voir leur mauvaise fortune. Cette lettre publiée dans Notre Temps en témoigne : « Mariés depuis quarante ans, nous avons eu une vie qu’on peut qualifier d’heureuse ! Jamais je n’aurais imaginé qu’à 65 ans mon mari pourrait être tenté de me quitter. Je voyais bien qu’il devenait nerveux et agressif, mais je mettais ça sur le compte du passage à la retraite… Et voilà qu’il m’avoue son amour pour une femme plus jeune que moi » (n° 194, février 1986).

6Confrontés à l’étrangeté du conjoint, certains éprouvent parfois le besoin de se rassurer auprès d’autrui, de prendre l’avis de parents ou d’amis qui – dans les exemples dont nous disposons, du moins – confirment que ce qu’ils sont en train de vivre n’a, en soi, rien d’exceptionnel : Mme Guillot, par exemple, s’inquiète auprès de sa fille de ce que son mari « tourne en rond »; Mme Rémond trouve étrange que son époux se lève à dix heures, le matin, jusqu’à ce qu’elle en parle à une parente : « Maintenant, il peut rester au lit jusqu’à dix heures ; ça m’est égal […]. J’en ai parlé avec une de mes cousines dernièrement ; son mari se lève aussi vers dix heures ».

7Mais le soutien silencieux peut aller au-delà, et demander une vigilance de tous les instants, pour ne pas perturber, par une « gaffe », le conjoint qui vit une période difficile. C’est ce que s’efforce de faire Mme Travert : « Je dis qu’il n’en dit rien et que la plus grande injure qu’on peut lui faire, c’est de penser qu’il s’ennuie… que néanmoins c’est une période très difficile et que certaines de ses réactions m’ont montré que ça lui a fait perdre beaucoup de confiance en lui, parce que ce qu’il fait, c’est un tas de bricoles qu’il n’avait pas l’habitude de faire, et il faut que je fasse très attention, moi, dans ma propre attitude, pour ne pas le devancer dans quelque chose qu’il veut faire parce que, à ce moment-là, je lui retirerais le peu de choses… ». Et elle raconte une anecdote où sa vigilance a été prise en défaut : « L’autre jour, on se promenait, et quelqu’un nous a demandé le chemin, et je lui ai coupé la parole, puis je lui dis : “Mais non, c’est plus facile comme ça”, et c’est moi qui ai guidé les gens. Pareil, il a été extrêmement vexé. Et puis, quelques jours après, il m’a dit : “Vraiment, tu fais tout pour que je n’aie pas confiance en moi” ».

Une aide active

8Certains partenaires, cependant, ne se contentent pas d’un soutien silencieux : pour eux, aider le conjoint à franchir le cap de la retraite, c’est participer activement à sa reconstruction identitaire, en validant les identités pour soi qu’il a adoptées ou tente d’adopter, et en lui proposant des activités – et donc éventuellement des identités – de substitution.

9Le partenaire peut avoir, tout d’abord, un rôle de validation de la reconstruction identitaire en cours du rentrant. M. Lecour, qui se considère comme « un manuel qui a dérivé sur de l’administratif », multiplie les travaux de bricolage, en particulier pour aménager la maison. Cette identité pour soi est confirmée et encouragée par Mme Lecour : « Finir la maison, c’est très important pour moi – je dis bien : plus pour moi que pour lui –, parce que, ben, je pense que c’est plus important pour une femme que pour un homme, les finitions d’une maison ». M. Delbard, lui, intervient pour soutenir la transaction biographique hésitante de son épouse. Voici comment celle-ci raconte son inscription à l’université inter-âges : « Lorsque je suis arrivée là-bas et que j’ai vu toutes les têtes cheveux blancs, je suis repartie, je ne me suis pas inscrite. Alors je suis rentrée là ; je lui ai dit : “Non, non, non, je ne m’inscris pas !” Mon mari m’a dit : “C’est complètement ridicule, essaie de raisonner, les gens qui vont là, ils ont le même âge que toi”. “Ah, j’ai dit, oui, oui…”. Et finalement, j’y suis retournée l’après-midi ».

10Nous avons indiqué, dans le chapitre précédent, combien amis et enfants pouvaient jouer un rôle important dans le réamorçage du processus de reconstruction de soi, en proposant au rentrant des activités nouvelles. Il en est évidemment de même pour le conjoint partenaire. C’est ainsi que Mme Rémond, très active, ne trouve « pas normal », que son mari, après sa retraite, ait peu d’activités extérieures, et préfère passer de longues heures dans son atelier, installé au sous-sol de la maison. Aussi l’encourage-t-elle à faire quelque chose – « Ma femme m’a dit : “Mais tu ne vas pas en rester là. Qu’est-ce que tu fais ? Tu te trouves une activité !”». Justement, leur fils vient de faire cadeau de son matériel photo à son père, et Mme Rémond profite de l’occasion – qu’elle a peut-être elle-même suscitée : « Alors ma femme m’a dit : “Mais pourquoi tu ne fais pas de la photo ?”. “Ah bon, j’ai dit, oui…” ». Le problème, c’est que M. Rémond n’a jamais fait de photo, et une telle identité ne figure pas, de toute évidence, dans ses ressources identitaires. Aussi hésite-t-il un peu, se rend dans un premier club où le niveau est trop élevé, et au bout de quelques mois trouve enfin un cours où l’«on repart de zéro » et où il rencontre « un petit retraité qui s’y connaît et qui est très sympathique ». Apparemment, le germe a bien pris : l’identité proposée avec insistance par son épouse est devenue identité pour soi, et M. Rémond me montre fièrement une photo qu’il a prise de ses petits enfants et m’explique comment il a procédé.

11Le partenaire peut parfois consentir à un véritable sacrifice pour que le conjoint rentrant parvienne à s’occuper. C’est ce qui apparaît dans le récit de Mme Gontran, qui travail lait encore lorsque son mari a cessé son activité professionnelle : « Avant de prendre sa retraite, il me disait toujours : “Je voudrais…”, ça revient toujours de sa jeunesse, “je voudrais acheter un terrain”. Moi, ce que j’aurais aimé, c’est acheter une petite maison à la montagne. Alors, j’ai réfléchi après… Vous me direz : “C’est pas le même prix !”… Je me suis dit : “Il va se trouver en retraite, il faut qu’il ait quelque chose”. Comme je sais qu’il aime beaucoup travailler dans le jardin, et qu’il aime beaucoup s’occuper d’arbres, et ainsi de suite… il a la main très verte, il greffe et tout, donc je me dis : “Il faut qu’il ait quelque chose pour qu’il puisse s’occuper”. Donc on a acheté ce terrain-là ». De même, Mme Jourdan a consenti, pour que son mari ne s’ennuie pas, à l’achat d’une maison qui nécessitait un certain nombre de travaux de remise en état, alors qu’elle aurait préféré emménager dans une maison neuve. Et Mme Béart, que son mari a quittée au moment de sa retraite, était pourtant prête à renoncer à certaines tâches ménagères : « Je me disais : “À la retraite, comme il aime cuisiner, je le laisserai cuisiner”, quoique un homme qui cuisine, il en met un peu partout. Mais je me disais : “Je ferai le sacrifice de ça” ». Nous verrons plus loin que le désir de trouver une occupation au mari est l’un des éléments qui intervient dans l’établissement d’une nouvelle répartition ménagère. Nous verrons également que les hommes qui, rentrés à la maison avant leur femme, prennent en charge, avec l’accord de celle ci, une partie des tâches ménagères, restituent la plupart de ces tâches à leur épouse lorsqu’elle-même cesse son activité professionnelle : « T’inquiète pas, tu retrouveras ton travail » disait ainsi M. Witt à sa femme. Dans ce cas, chacun des époux endosse successivement le rôle de partenaire et facilite le passage à la retraite du rentrant.

12Aider le conjoint rentrant à franchir le cap de la retraite, cela peut consister, pour le partenaire, non seulement à lui proposer des activités, mais aussi à l’y accompagner pour l’encourager, et à réduire ses propres activités pour être davantage avec lui. Il en est ainsi pour Mme Gilles : « On s’est inscrits un peu à la fac pour… Disons que ça faisait plaisir à mon mari, moi j’en éprouvais pas tellement le besoin ». Mme Billard, à la retraite deux ans avant son mari, a développé un grand nombre d’activités alors que son conjoint travaillait encore, mais a supprimé la plupart d’entre elles quand celui-ci a cessé son activité professionnelle. Elle explique pour quoi : « De tous temps, tu 14 n’as jamais aimé être seul à la maison, donc j’étais obligée de me trouver là quand tu rentrais, au moins de ne pas te laisser trop longtemps seul. Donc, depuis qu’il est à la retraite… peut-être que, dans deux ans, je me sentirai plus libre parce qu’il sera vraiment habitué, mais disons que j’ai toujours tendance à me dire : “Faut quand même qu’il s’habitue bien à sa retraite, faut que ça se passe bien”, donc y’a tout un rouage à respecter. Certainement qu’après, il arrivera à se trouver des occupations très personnelles, qui fera que je ne serai pas tout le temps obligée d’être à la maison ». Dans le même temps, elle a cherché à développer des activités en commun avec son mari, afin qu’il ne s’ennuie pas : « J’avais une grosse appréhension de le voir entrer en retraite. J’avais très peur que ça se passe mal. J’avais l’impression que tu ne saurais pas du tout t’occuper. C’est pour cette raison que la première année, j’avais pris un abonnement à l’Opéra de Paris, ce qui fait qu’on était souvent partis. Cette année, j’en ai pas repris, parce que, justement, j’ai vu que ça s’était bien passé ». De même, M. Delbard, à la retraite avant sa femme, a profité des cinq années entre leurs deux cessations d’activité pour s’occuper de sa petite exploitation agricole, avant de réduire quelque peu cette activité : « Alors, je l’ai fait de façon à être un peu plus avec elle, à être un peu plus ensemble, et l’aider, elle, à prendre sa retraite, car je pense, j’ai toujours pensé qu’elle aurait sans doute plus de mal que moi je n’ai eu à être en retraite. […] Moi, j’ai été conscient qu’il fallait que je restreigne un petit peu ces activités-là pour l’aider à s’adapter. Et on a quand même fait un petit peu plus de choses ensemble ».

13L’aide active à apporter au conjoint qui cesse son activité professionnelle apparaît aussi en creux dans certains propos, dans lesquels se lit la culpabilité de celui – ou plutôt de celle dans les exemples dont nous disposons – qui a failli à procurer ce sou tien. « Je m’en rends compte [“à quel point la retraite est difficile pour lui”], et je me rends compte aussi de mon incapacité de lui trouver quelque chose parce que moi-même je trouve que la vie n’est pas passionnante, alors… » reconnaît Mme Travert, tandis qu’une lectrice de Notre Temps écrit : « Mon mari, licencié économique à 59 ans, est au chômage depuis six mois. […] Je sais que sa situation n’est pas facile car il aurait préféré partir à la retraite “en beauté”. Je gagne plus que lui. En outre, il a vécu un problème identique autrefois car son père est resté très longtemps au chômage. J’ai essayé de l’intéresser à des distractions, mais rien ne lui convient. Je ne sais comment faire » (n° 217, janvier 1988). Et M. Viaux, qui a quitté son épouse après sa mise en pré-retraite, lui a reproché en particulier de n’avoir pas bien réagi à son licenciement, de ne pas l’avoir épaulé lors de cette épreuve : « Je me suis trouvé tout seul confronté à mes problèmes de fric, de subsistance », raconte-t-il.

La perception de l’aide

14« Les hommes n’étaient généralement pas conscients du soutien de leurs femmes pendant la période d’adaptation à la retraite. Quand il leur a été demandé comment leurs épouses les avaient aidés à ce moment-là, 56 % ont répondu qu’ils n’avaient pas été aidés 15 » écrivent N. Keating et P. Cole (1980, p. 88). Cette remarque suggère d’aborder la question de la perception par le conjoint rentrant de l’aide octroyée par le partenaire.

15Dans notre échantillon, rares sont ceux qui, comme M. Letellier adressent à leur conjoint un satisfecit pour l’aide qu’il leur a apporté au moment de leur retraite : « Je me suis aperçu que finalement on se coupe très vite du monde actif et je dois avouer qu’on se crée très rapidement une barrière, on s’enferme chez soi ; l’extérieur… bon, bien sûr, on suit les journaux, on suit la télé, on suit les informations, mais on se coupe… ça devient quelque chose d’abstrait, et je dois dire que, à la limite, c’est presque ma femme qui, au bout du temps prescrit [il s’agit du temps de repos prescrit par son médecin : il a eu un problème de santé au moment de sa retraite], m’a un peu mis dehors, m’a forcé à y aller. Bon, je m’y suis remis très vite ». On aura noté de quelle façon cette aide est en quelque sorte atténuée par l’emploi de « presque » et « à la limite ». Comme s’il y avait une répugnance à avouer que l’on a été aidé, que l’on n’a pas su se débrouiller seul. Est-ce cet effet de présentation de soi qui empêche M. Doux de reconnaître les efforts de sa femme – elle a abandonné une partie de ses activités individuelles au profit d’activités communes –, ou réellement ne s’en est-il pas aperçu, tant il a vécu cette aide comme allant de soi ? Toujours est-il qu’il affirme que son passage à la retraite ne pouvait lui poser de problème – « tout ça dépend des caractères, moi j’ai un caractère assez jovial. Ça s’est très bien passé », et qu’il n’a pas remarqué que son épouse se montrait particulièrement attentive, puisque « elle ne fait jamais d’effort, elle fait ça parce qu’elle a bon cœur ».

16Il est vrai que Mme Doux a œuvré avec délicatesse : « J’y suis allée tout à fait… très doucement et sur la pointe des pieds, j’ai aménagé ça tout doucement. Par exemple, quand j’ai prévu les premiers voyages, j’ai prévu des voyages assez rapprochés les uns des autres au départ. Alors je lui dis : “Il faut d’abord que tu te reposes”, il en avait grand besoin, c’est vrai, et je lui dis : “On va se trouver peut-être un peu perdus tous les deux, je crois qu’il faut qu’on s’évade” ». Et elle ajoute : « Je lui avais dit : “J’aimerais beaucoup que nous partions un petit peu”, parce qu’il n’avait pas la possibilité facilement, et il était d’accord, il aime beaucoup voyager. Ça, c’était tout à fait d’accord. Mais je ne lui ai jamais dit, comme je vous ai dit, que j’avais peur qu’il ait ce vide. Je l’ai aiguillé par là, sans vraiment lui dire : “C’est pour cette raison-là” ». Dans L’esprit du don, J. Godbout et A. Caillé insistent sur l’« implicite » du don, l’une de ses propriétés fondamentales étant justement qu’il ne doit pas être présenté comme tel au donataire, sous peine de se dissoudre (1992, p. 262). Dans cette optique, l’aide – que l’on peut considérer comme une forme de don – doit, pour être efficace, ne pas apparaître comme telle, et il faut parfois faire preuve d’esprit stratégique pour la faire accepter, comme en témoigne à son tour Mme Allais qui explique ce que sont pour elle les « concessions » : «” Tiens, si on sortait ?”, c’est ça les concessions, mais essayer de faire ça adroitement, de pas bloquer la personne en face, qui n’a vraiment pas envie de sortir, qui veut rester chez lui, qui veut rester chez lui parce qu’il a fait tant d’années de travail, et puis qu’il en a marre et puis “oui, je suis bien chez moi”. […] Bon alors, les concessions, c’est ça, et puis c’est faire en sorte d’être toujours de bonne humeur, c’est ça les concessions. Si on voit qu’il est pas bien, c’est “tiens, on descendrait bien chez Untel, tiens, on irait bien au cinéma”. C’est des petites concessions ça, c’est pas beaucoup, mais c’est susciter l’envie de sortir, susciter l’envie de manger ou de faire à manger certaines choses qu’on est pas habitués : “Tiens, si je faisais ci ; tiens, si je faisais ça ; tiens, si tu participais ; tiens, si tu m’aidais à faire un gâteau ; tiens, si tu m’aidais à faire à manger” ».

17Cependant, au-delà des effets de présentation de soi et de la difficulté à coder comme aide des comportements qui cherchent à ne pas apparaître comme tels, il faut bien constater que, dans un certain nombre de cas, l’aide au passage à la retraite constitue un malentendu entre les conjoints, une mauvaise interprétation par le partenaire des sentiments et des besoins du conjoint rentrant, ce qui peut l’amener à proposer une aide pas vraiment désirée, voire tout à fait inadaptée. Ainsi, M. Rémond, qui aujourd’hui n’est pas mécontent d’être inscrit à un club photo sur les conseils insistants de sa femme, semblait tout à fait satisfait de travailler dans son atelier et ne pas souffrir d’un manque d’activités ou d’un sentiment d’enfermement. Et si Mme Travert soutient que son mari s’ennuie, lui affirme « que le problème de s’occuper ne se pose pas » : « Je trouve ça amusant, explique-t-il, de me dire tous les jours : “Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui ?”, et de m’apercevoir tous les soirs que j’ai résolu le problème. Je trouve ça très amusant ». De même, alors qu’elle fait attention à recevoir moins d’amies à la maison depuis que son mari est à la retraite pour respecter son « besoin de solitude », lui déclare : « Les copines de ma femme viennent toujours la voir, et moi je m’enferme dans mon bureau ou dans mon atelier, mais ça ne me dé range pas du tout. Au contraire, pour moi, c’est une journée de supra-liberté. Étant donné que je n’ai pas à me tracasser de ma femme, à me dire : “Est-ce qu’elle est heureuse, est-ce que je dois faire quelque chose ?”, donc là il n’y a pas de problème ».

Une aide sexuée ?

18Il convient de se demander, pour terminer, si l’aide au passage à la retraite est sexuée. En effet, la majorité des exemples présentés pro viennent de discours féminins. Est-ce à dire que l’aide au passage à la retraite est spécifique aux partenaires féminins – et donc profite plutôt aux conjoints rentrants masculins ? S’il ne nous appartient pas de trancher, à partir d’un matériau qualitatif, pareille question, il paraît raisonnable de faire l’hypothèse que l’aide au passage à la retraite apparaîtrait – dans une enquête quantitative – comme une pratique non pas exclusivement, mais majoritairement féminine : on sait que les femmes ont longtemps été considérées – et se sont longtemps considérées – comme les spécialistes du soutien affectif et de la relation d’aide. Ce qui ne signifie pas que l’aide masculine n’existe pas : nous en avons présenté quelques cas. Elle est repérable, mais elle semble moins souvent que dans les discours féminins présentée explicitement comme un soutien à la transition de l’autre. Par exemple, le fait, pour les hommes en retraite avant leur femme et qui ont pris en charge un certain nombre de tâches ménagères, de « rendre » la plupart de ces tâches à leur épouse quand celle-ci cesse son activité professionnelle, est plus souvent présenté comme une chose « normale » que comme un moyen pour faire en sorte qu’elle ne s’ennuie pas. La différence entre les sexes n’est pas seulement dans les attitudes, mais aussi dans les discours sur ces attitudes.

Guider la reconstruction identitaire du conjoint

19Si l’aide est, comme nous l’avons suggéré, une forme de don, et si l’on considère que le don est toujours susceptible de basculer dans un autre registre, dans lequel l’oubli de soi n’est plus de mise – la justice chez L. Boltanski (1990), le calcul de la dette chez J. -C. Kaufmann (1992 a) –, on peut se demander si aider son conjoint à passer le cap de la retraite, ce n’est pas aussi, dans certains cas, le guider dans sa reconstruction identitaire afin de la corriger ou de l’orienter. Ces interventions ne sont pas seulement le fait du partenaire d’ailleurs, mais aussi du conjoint rentrant : aussi élargirons nous notre propos par rapport aux développements précédents, en traitant maintenant non seulement de la contribution du partenaire à la reconstruction identitaire du rentrant, mais aussi de l’action du rentrant sur la construction identitaire du partenaire. Ces interventions visent à rendre l’autre conforme à certaines attentes quant à son rôle de retraité d’une part, son rôle de conjoint d’autre part – que nous distinguerons par souci de présentation analytique.

Le guider dans son rôle de retraité

20Si chercher une occupation pour son conjoint est susceptible de faciliter l’adaptation de celui-ci à la retraite, c’est aussi une attitude qui trouve son principe dans la perception qu’a le partenaire de ce que doit être un retraité. On le constate plus particulièrement dans les cas où le conjoint rentrant ne semble pas particulièrement demandeur, par exemple lorsque Mme Rémond insiste pour que son mari entreprenne une activité extérieure, parce qu’elle trouve qu’il n’est « pas normal » qu’il passe des heures dans son atelier, alors que lui semble tout à fait satisfait de son sort. Mme Letellier, qui a incité son mari à s’investir dans le bénévolat, reconnaît qu’elle a eu quelque inquiétude : « Je savais que s’il était resté toute la journée, il fait des mots-croisés, il lit beaucoup… M’enfin, c’était pas suffisant pour un homme qui a besoin… qui est encore jeune. Il aurait eu soixante-dix ans, ça aurait été plus normal ! Encore que, à soixante-dix ans… ».

21C’est le repli du conjoint (masculin, dans nos exemples) sur la maison qui semble plus spécialement gêner le partenaire (féminin), désireux alors de corriger cette tendance. Car, en se repliant, le conjoint renvoie une certaine image de la retraite (celle de la retraite traditionnelle) et de l’âge (la retraite, c’est la vieillesse) à laquelle le partenaire peut souffrir de se trouver associé, comme l’explicite cette lectrice de Notre Temps déjà citée : « J’ai quitté la vie active pleine d’espoir. Avec mon mari, retraité un an avant moi, nous devions faire des tas de choses ensemble. Or il a complètement décroché. Il passe ses journées devant la télé, et rien ni personne n’arrive à l’en faire bouger. […] En un an, je suis passée du statut de “cadre dynamique ne faisant pas son âge” à celui de “grand-mère tricotant au coin du feu”. mes enfants me disputent pour que j’améliore mon physique qui en a pris un coup mais, voyant mon mari effondré devant sa télé, je ne me sens pas encouragée » (n° 276, décembre 1992). Or, c’est contre ces images de la retraite et de l’âge que certains se reconstruisent, comme nous l’avons vu en examinant les modèles et contre-modèles identitaires.

22Intervenir sur la reconstruction identitaire du conjoint, c’est donc parfois agir au nom d’une certaine définition de la retraite contre une autre. C’est ce qui transparaît dans le discours de Mme Billard : « Mon mari a une tendance pessimiste, alors le fait qu’on passe quand même beaucoup plus de temps ensemble, et qu’il est moins pris par son travail, son pessimisme éclate beaucoup plus. Et moi, je ne veux pas qu’il se laisse aller dans ce courant-là. Je veux absolument lui dire : “Mais non, il faut aller de l’avant !” Donc, c’est à ce moment-là qu’il y a parfois des petits conflits. […] Quand il y a un sujet de conflit, c’est ça, il dit : “On devient vieux”, je lui dis : “Non, le temps passe, on ne devient pas vieux” ». Des interventions directes pour éviter que la reconstruction identitaire du conjoint ne s’engage dans des voies jugées dangereuses – car conduisant à des formes de retraite stigmatisées – nous en trouvons d’autres illustrations chez Mme Delbard – « Je suis vraiment insupportable, je le reconnais, parce que, quand mon mari commence à prendre des habitudes, je lui dis : “Tu deviens comme des vieux !”, et je fais tout pour qu’il change d’attitude » –, et chez Mme Louis – « J’ai lutté aussi contre les horaires, parce que ça, j’ai trouvé autour de moi des choses épouvantables dans les couples de retraités, c’est-à-dire : on se lève à telle heure, on mange à telle heure… Alors ça, y’a rien à faire, je me battrai jusqu’au bout pour les horaires. C’est terrible, y’a des gens retraités, la plupart, on mange à sept heures le soir, et c’est pas à sept heures dix. Quelqu’un débarque chez eux, c’est la tête, c’est épouvantable, c’est une affaire d’État. Et mon mari aurait tendance à faire ça ».

23La sensibilité à l’image renvoyée par le conjoint est aussi au principe de la lutte que certains mènent pour qu’il soigne sa présentation de soi : « Je ne tiens pas du tout à ce qu’il se néglige ; d’ailleurs, je lui dis : “C’est pas parce qu’on est en retraite qu’on doit en profiter pour ne pas s’habiller, traîner dans la maison n’importe comment” » dit Mme Billard, alors que Mme Lecour exprime les mêmes exigences, son mari ayant parfois tendance à « laisser le gars se reposer une journée ».

24Le fait de chercher à rendre son conjoint conforme à telle ou telle image du retraité apparaît tout particulièrement dans les cas de mariages hétérogames – le conjoint disposant du capital culturel le plus élevé orientant son partenaire vers des activités que, seul, celui-ci n’aurait sans doute pas pratiquées. Mme Doux explique ainsi qu’intéresser son mari à un certain nombre de sorties culturelles lui a demandé de longues années et de nombreux efforts, efforts qu’elle poursuit activement – et avec succès – depuis qu’il est à la retraite. Il en est de même pour M. et Mme Billard : le père de Mme Billard était cadre supérieur, celui de M. Billard était ouvrier agricole puis s’est s’installé sur une petite exploitation. M. Billard profite encore du rapport privilégié de son épouse à la culture : « Je suis un petit peu les activités que ma femme me propose. Je suis bien content qu’elle m’ait inscrit à l’opéra, moi je ne connaissais pas l’opéra, j’y étais jamais allé. C’est une découverte, c’est intéressant. Tout ce qu’elle me propose, en général je ne dis pas non ». Et il reconnaît que, sans doute, il ne se serait pas dirigé vers le même type d’activités s’il avait été seul : « Je vais à l’université du troisième âge à cause de mon épouse qui y était déjà l’année précédente. C’est elle qui m’a entraîné. Moi, je ne sais pas si j’y serais allé si j’avais été tout seul. C’est pas évident. J’aurais peut-être été davantage vers des activités de quartier, comme les centres socio-cuturels ». Terminons par ce dialogue entre M. et Mme Delbard – son père à elle possédait une petite entreprise de travaux publics, son père à lui était un petit agriculteur, et elle a davantage de capital scolaire que son mari – qui témoigne également de ce que « la reconstruction du monde dans le mariage » (Berger, Kellner, 1988, p. 15) n’est pas instantanée, limitée aux quelques mois qui suivent l’union, mais se poursuit encore des années plus tard, et tout particulièrement après la retraite, quand il devient possible d’avoir davantage d’activités en commun :

M. : C’est elle qui m’a donné le goût des expositions.
Mme : De toutes façons, pour tout ce qui est art, théâtre, c’est moi qui entraîne.
M. : Je fais confiance à ton jugement, on a les mêmes goûts…
Mme : Y’a quelques années, tu ne m’aurais pas suivie… Il avait l’impression, quand il entrait dans un musée, il allait complètement étouffer, et tout le reste… et finalement, non, on a fait des expos, on est allés voir Picasso…

Le guider dans son rôle de conjoint

25Guider la reconstruction identitaire du conjoint consiste certes à agir sur son positionnement par rapport aux modèles identitaires de la retraite, mais aussi à faire en sorte qu’il dispose des qualités d’un bon conjoint. Nous ne nous arrêterons pas ici sur les actions menées pour obtenir une bonne « distance conjugale » – nous y reviendrons – pour fixer notre attention sur trois points qui illustreront notre propos : l’autorité, la conversation, les dépenses.

26M. Legrand remarque, dans son enquête sur les pré-retraités que « l’homme a tendance à exercer au sein du ménage l’autorité dont il était investi dans son travail et à vouloir diriger la vie domestique » (1986, p. 31). Quand pareille situation se présente, l’épouse peut rappeler à son conjoint qu’il est temps pour lui d’abandonner ses habitudes professionnelles et d’adopter un autre comportement. Ce qu’a fait par exemple Mme Doux : « Quand on est pris entre la direction et les ouvriers, il faut savoir être un peu sévère, il faut savoir commander, et il sait commander… même moi, l’habitude est prise. Alors quelquefois, je lui dis : “Eh, attention, tu n’es plus sur les chantiers !”, il ne s’en rend pas compte ». M. Nevers, lui, a parfaitement retenu les leçons de son épouse : « Il faut modérer son esprit de commandement. Quand vous aviez un poste de responsabilité, de commandement, vous avez tendance à commander, sans le vouloir » dit-il. Signalons que si Mme Doux et M. Nevers interprètent cette propension à exercer son autorité dans la maison comme une inertie ou une rémanence de l’autorité professionnelle dans la sphère domestique, A. Fengler va plus loin et la considère comme un besoin de compensation de cette autorité professionnelle désormais disparue : « l’homme retraité a perdu son aptitude à être pourvoyeur de revenus et son statut professionnel et peut alors essayer de compenser cette perte en affirmant son pouvoir dans la maison » écrit-il (1975, p. 145).

27Mme Roland a fait des « remarques » à son mari qu’elle trouve peu loquace. Il a bien entendu le message, et cherche à en tenir compte dans sa reconstruction de soi : « Je crois que si je ne fais pas attention, je peux être capable de passer une journée presque sans rien dire, alors quand vous êtes tout seul dans un endroit, ça n’a pas d’importance, mais quand vous vivez avec votre femme dans la maison, c’est gênant… Pour elle, je dirais que c’est un effort qu’il est souhaitable que je fasse pour que cette communication existe ».

28C’est à propos des dépenses que M. Louis a entrepris de guider la reconstruction identitaire de son épouse : les revenus du ménage ont en effet beaucoup baissé au moment de la retraite de M. Louis – « J’avais une note de frais qui représentait 50 % de salaire supplémentaire » explique-t-il –, ce qui l’a conduit à inciter sa femme à modifier son comportement antérieur : « Alors là, la gestion des comptes, ça c’est mon problème premier, étant donné que le revenu, c’est le mien uniquement et que ma femme, elle n’est pas gestionnaire pour deux sous ».

29Un exemple extrême d’intervention sur la reconstruction identitaire du conjoint nous est offert par Mme Doux qui a su faire un usage stratégique de la cessation d’activité de son mari, qu’elle a perçue comme « une occasion de repartir presque à zéro, et puis de repartir dans le bon sens ». Il ne s’agissait pas pour elle, en effet, d’infléchir telle ou telle caractéristique de son conjoint, mais de faire en sorte qu’il emprunte la voie de la reconstruction conjugale plutôt que celle de la déconstruction, autrement dit qu’il réa lise sa reconstruction identitaire avec elle plutôt qu’avec sa rivale – puisque, depuis quelque temps, M. Doux avait une maîtresse. Elle explique qu’avant sa cessation d’activité, « il arrivait difficilement à rompre, et la retraite a fait qu’il a fallu qu’il choisisse. […] Ça l’a obligé à choisir, parce qu’il est certain qu’à ce moment-là, il n’avait plus les coudées franches pour aller et venir. Donc il fallait qu’il aille ou à droite, ou à gauche, mais il ne pouvait plus cacher son jeu ni pour moi, ni pour l’autre. Donc cette retraite, en fait, m’a rendu service parce que j’étais arrivée à un point où je voulais les choses claires et franches et définies, je ne pouvais plus supporter cela ». On se sou vient de quels soins Mme Doux a entouré son époux après sa retraite, et comment elle lui a proposé plusieurs voyages successifs qui l’éloignaient ainsi de sa maîtresse.

30Cet aperçu de l’intervention de chaque conjoint – et en particulier du partenaire – dans le processus de reconstruction identitaire de l’autre permet de comprendre ce qu’a d’insuffisant la perspective, apparemment raisonnable proposée par L. Ade-Ridder et T. Brubaker : « On peut faire l’hypothèse que la qualité de la relation conjugale dépend du degré de congruence entre l’image de soi du retraité et la confirmation de cette image de soi par le conjoint » écrivent-ils (1983, p. 29) avant de proposer un schéma des « relations théoriques de la qualité du mariage à la retraite » : image de soi du retraité Ÿ confirmation par le conjoint de l’image de soi du retraité Ÿ changement dans la qualité du mariage. D’une part, cette perspective est trop linéaire, oublie que l’identité sociale se construit dans l’interaction, et réduit le processus interactif à un modèle simpliste qui le dénature : le conjoint ne se contente pas de confirmer l’image de soi (l’identité pour soi, dans notre vocabulaire) du néo-retraité, il participe à son élaboration, parfois même par des actes de proposition (attribution d’identités pour autrui). D’autre part, elle est centrée sur le nouveau retraité (le conjoint rentrant). Or, on peut penser que la qualité des relations conjugales ne dépend pas seulement de la confirmation de l’« image de soi » du rentrant, mais aussi des conséquences de sa cessation d’activité sur son partenaire : lui aussi peut voir son « image de soi » se troubler ; lui aussi va, à l’occasion du retour de son conjoint à la maison, se reconstruire.

Notes

1 Ce chapitre est paru, dans une version proche, dans Dialogue, n° 127, 1er trimestre 1995, p. 109-122.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search