Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Première partie. Devenir retraité, redevenir conjoint

Chapitre III. La perte de l’identité professionnelle et la reconstruction de soi du conjoint rentrant

Texte intégral

Face à la retraite…

1« Il y a beaucoup de gens qui n’existent que par leur boulot, qui n’ont aucune vie active en dehors de leur boulot et qui, du jour où on leur dit : “Monsieur, vous posez vos affaires-là, demain c’est terminé”, ils s’effondrent » explique M. Viaux. Au cours de cette recherche, nous avons entendu à plusieurs reprises des propos ana logues, complétés parfois par une anecdote : celle d’un ami devenu dépressif après sa cessation d’activité, ou d’un collègue décédé quelques mois après sa retraite – le lien entre les deux événements semblant ne faire aucun doute. Représentation dont nous soulignerons plus loin l’utilité, la croyance en une possible « crise » de la retraite se profile également derrière un certain nombre de problématiques de recherches, certaines déclinant leur questionnement selon la variable sexe, d’autres selon la classe sociale.

Hommes et femmes face à la retraite

2Les travaux américains ont plutôt privilégié la variable sexe, cherchant à comparer la sensibilité des hommes et des femmes à la cessation de leur activité professionnelle. Comme le montre M. Szinovacz (1982 b), longtemps les recherches sur les conséquences de la retraite se sont centrées sur les hommes : minoritaires par rapport aux épouses qui restaient au foyer et moins nombreuses que les hommes sur le marché du travail, les femmes exerçant une activité professionnelle étaient, de plus, considérées comme moins investies dans leur travail et comme trouvant, après leur retraite une occupation « naturelle » dans les tâches ménagères, « avantage » dont ne disposaient pas les hommes. Pour elles, la vraie rupture n’était pas tant la retraite que le départ des enfants, étudié sous la dénomination de « syndrome du nid vide ». Aussi la fin de l’activité professionnelle était-elle considérée comme un cap plus difficile à franchir pour les hommes : il convenait donc de s’intéresser à eux en priorité.

3Cependant, depuis le début des années quatre-vingt (Szinovacz, 1982b), les recherches portant sur la retraite des femmes se sont développées. Non seulement du fait de l’augmentation du nombre de femmes confrontées à la fin de leur activité professionnelle – c’est vers le milieu des années soixante-dix qu’aux États-Unis, les femmes ayant travaillé et passant à la retraite de viennent plus nombreuses que les femmes restées au foyer –, mais aussi parce que les présupposés antérieurs sur la retraite des femmes commencent à être remis en cause par certains travaux : les femmes peuvent connaître davantage de problèmes que les hommes après leur retraite (Jaslow, 1976 ; Fox, 1977); elles peuvent ne pas manifester un enthousiasme débordant pour les activités ménagères (Szinovacz, 1980). Activités ménagères qui perdent alors leur statut de « refuge naturel », comme le souligne M. Szinovacz : « L’hypothèse selon laquelle les femmes peuvent remplacer facilement leur activité professionnelle par un engagement accru dans les tâches ménagères et familiales néglige le fait que de nombreuses femmes choisissent de travailler de façon à échapper à un rôle de maîtresse de maison à plein temps, ou parce qu’elles ne sont pas suffisamment occupées par les tâches ménagères et familiales une fois que les enfants ont atteint l’âge scolaire ou ont quitté le foyer parental. Dans ce cas, les occupations ménagères ont peu de chance d’être un substitut adéquat aux activités professionnelles. Devoir assumer la responsabilité complète d’un rôle insatisfaisant, ou du moins insuffisant, peut s’avérer aussi difficile pour les femmes que la perte de leur statut au moment de la retraite l’est pour les hommes » (Szinovacz, 1983, p. 99). La non-évidence du rôle ménager est confirmée par les conclusions que C. Attias-Donfut, S. Renaut et A. Rozenkier tirent de l’enquête longitudinale menée sous la direction de P. Paillat. Observant l’évolution d’un « indice d’activité de loisirs », ils constatent que l’écart entre les hommes et les femmes se réduit quelque peu au moment du passage à la retraite : les femmes « connaissent alors des transformations plus profondes que les hommes, comme si la libération du temps était plus significative pour elles. Rappelons, à ce su jet, ce que les enquêtes de budget temps confirment régulièrement, la plus faible disponibilité de temps libre des femmes au cours de leur vie active, en raison principale ment des contraintes domestiques et familiales. La retraite serait alors, de ce point de vue, une rupture encore plus forte pour les femmes que pour les hommes » (1989, p. 133). Il semble donc bien établi aujourd’hui que la retraite peut constituer pour les femmes une transition délicate et que leur reconstruction identitaire ne va pas de soi quand elles refusent de se contenter du rôle de maîtresse de maison. C’est ce qu’illustrent ces extraits d’entretiens cités par P. Pitaud (1983, p. 96) : « J’étais désemparée, j’étais désœuvrée les premiers temps. Vraiment je n’avais plus que du temps de libre. Je ne savais plus quoi faire de mes dix doigts » (Institutrice, 60 ans) ; « Moi j’avais peur de de venir immobile » (Serveuse, 67 ans). Ce sont des propos analogues que l’on retrouve dans certains de nos entretiens : « J’ai eu des maux de tête terribles, on m’a passé le scanner, etc. parce que je me suis retrouvée dans ma maison, je n’avais pas l’habitude de rester dans ma maison, inactive, et ça a été un passage quand même assez… pas pénible, non, puisque je l’ai voulu, c’est donc que c’était bon, mais je me suis retrouvée du jour au lendemain à ne plus rien faire… pour moi, c’était à ne plus rien faire. Et c’était dur » se souvient Mme Rémond, ancienne commerçante ; « Ça, m’occuper de la maison, ça ne me comble pas, et je ne pense pas que ça me comblera jamais, parce qu’en fait, je me suis mise à travailler pour y échapper » déclare Mme Delbard, ancienne institutrice.

4Cependant, de ces propos et de ces exemples, il ne faut pas conclure que toutes les femmes qui cessent leur activité professionnelle sont des adversaires du travail ménager, qu’elles luttent pour y échapper, et qu’elles traversent de ce fait une période de transition délicate. Certaines femmes, après leur retraite, s’installent avec plaisir dans le rôle de maîtresse de maison : « Vous savez, quand vous êtes dans l’enseignement, vous êtes très accaparée, alors que lorsque je suis arrivée chez moi, je me suis dis : “Je vais davantage m’occuper de mon mari, davantage m’occuper de ma maison, de mes loisirs” » déclare par exemple Mme Lancien. Et plusieurs femmes évoquent spontanément le départ de leurs enfants pour relativiser la transition de la retraite. Ainsi, Mme Witt, ancienne employée de banque : « Je vous avoue que j’ai eu plus de mal quand mes filles sont parties de la maison, ça a été le grand vide… que là, la retraite, pas du tout, ça a été… […] Je crois que ma dépression de 87 vient de là, comme je suis une mère-poule, un peu ». Pour d’autres, ne pas vouloir se laisser enfermer dans le rôle ménager ne signifie pas forcément refuser d’assumer la plus grande partie des tâches ménagères ou souhaiter s’en décharger sur le conjoint. Les attitudes féminines nous semblent souvent plus ambivalentes que ne le suggère parfois M. Szinovacz qui, dans son zèle à dénoncer ceux qui voient dans les travaux ménagers le devenir – et la bouée de sauvetage – de la femme en fin d’activité professionnelle, se laissent aller à l’excès inverse en généralisant le refus féminin des tâches domestiques, comme dans cette remarque conclusive de Women’s retirement : « Il est clair, écrit-elle, que les femmes ne prennent pas leur retraite pour devenir des femmes au foyer à plein temps au sens traditionnel. Cependant, il se peut qu’elles se retrouvent dans ce rôle, à moins que les deux conjoints ne négocient avant leur retraite la répartition des tâches qui se mettra en place après » (1982 c, p. 225). Pareille description laisse accroire que les femmes retraitées s’occupant des tâches ménagères sont piégées bien malgré elles. Ce qui est sans doute le cas de Mme Delbard – « Moi, déjà, je suis une femme, alors vous savez, j’ai déjà toute la maison, c’est déjà pas rigolo, parce que ça, c’est le genre de truc que je ne supporte pas. Et un rôle que j’avais évité quand j’étais à l’école, et qui me revient […] Je ne supporte pas d’être réduite à ça ». Mais pas de M me Witt qui, avant sa cessation d’activité, s’inquiétait de l’importance de la participation ménagère de son mari, en retraite quatre ans avant elle : « La soupe était faite quand j’arrivais le soir, je n’avais pas besoin de la faire. Y’avait même des moments où je me disais… c’est pour ça que je m’inquiétais plutôt avant que je sois en retraite, s’il continuait le rythme qu’il faisait pendant que moi, j’étais encore à travailler, qu’est-ce que j’aurais, moi, à faire ?». S’il est pertinent de supposer que les femmes peuvent, à l’instar des hommes, connaître une transition délicate entre leur vie professionnelle et leur vie de retraitée, par contre la tendance à généraliser les difficultés féminines et à faire du refus féminin du travail ménager la règle ne nous semble pas rendre compte du réel. La propension des femmes à consacrer du temps aux tâches ménagères varie d’ailleurs suivant leur milieu social, comme le montrent les travaux d’E. Maurin (1989, p. 45).

Ouvriers, cadres et bourgeois face à la retraite

5C’est précisément au milieu social que la sociologie de langue française s’est plus particulièrement intéressé, reléguant au second plan – sauf exceptions (Pitaud, 1983) – la variable sexe, sans parvenir pour autant à clairement identifier un lieu de l’espace social où l’on se rait particulièrement exposé aux difficultés de la retraite. Pour A.-M. Guillemard, ce sont les personnes les plus démunies en ressources qui doivent craindre la retraite : « Le moment de la retraite est alors le moment de la consécration des inégalités sociales. Les contrastes sont rendus encore plus apparents, dans cette dernière phase de la vie, entre les plus démunis et les autres. Ainsi telle existence qui se définissait en termes de simple reproduction de la force de travail au niveau de la vie active, apparaît comme une non-existence, une mort sociale au niveau de la situation de retraite, alors que le cadre salarié, plus favorisé, verra généralement un certain niveau de son activité sociale préservé » (1972, p. 233). D’autres auteurs, comme C. Lalive d’Epinay s’inquiètent plutôt de l’avenir post-professionnel des cadres. Dans Vieillesses (1983), il conclut que « plus le statut social est élevé, moins la condition sociale de retraité sera appréciée. Pour les hommes de la classe supérieure, l’hypothèse de la retraite comme “mort sociale” semble fondée pour eux seulement » (1983, p. 201). Il précise son propos dans Vieillir ou la vie à inventer (1991), consacrant un chapitre aux classes dirigeantes, dans lequel il distingue les cadres supé rieurs des bourgeois : « Les premiers sont les fils de leurs œuvres ; ils ont accédé aux fonctions dirigeantes. Les seconds font en revanche partie des classes supérieures depuis plusieurs générations. Ce qui est conquête pour les uns est patrimoine familial pour les autres » (p. 161). Il reprend cette distinction plus loin lorsqu’il évoque les difficultés rencontrées au moment de la retraite : « Le sentiment de ne plus avoir sa place dans la société, d’être mis à l’écart, a été souvent exprimé mais pas dans tous les mi lieux. Cette impression est particulièrement aiguë et douloureuse dans les classes supérieures. Ici la retraite porte atteinte au statut de la personne, c’est-à-dire à ce qu’elle peut attendre de son entourage. Or c’est bien entendu parmi les classes supérieures que la position professionnelle apporte le plus d’éléments gratifiants – pouvoir et considération. Pourtant dans ce milieu déjà, on a relevé des différences notables. D’abord l’exercice de professions libérales indépendantes est plus fréquent dans la bourgeoisie alors que les cadres supérieurs sont le plus souvent des salariés. Les premiers disposent ainsi d’une large latitude de choix au moment de la retraite ; beaucoup adoucissent la transition en choisissant de réduire progressivement leur temps de pratique. Les cadres supérieurs échappent moins aisément à ce que d’aucuns ont appelé la “retraite couperet”. […] La crise de statut provoquée par la retraite est ainsi particulièrement ressentie par les cadres supérieurs. Non seulement ils ont moins de marge que les bourgeois pour la contourner, mais en plus ces derniers bénéficient d’une considération qui s’adresse à leur famille autant qu’à l’individu et qui transcende le cadre de l’exercice professionnel. Le cadre supérieur, qui consacre sa vie à sa carrière, “self-made-man” dont la position sociale doit tout à sa réussite sociale, peut avoir le sentiment de tout perdre lorsque sonne pour lui l’heure de la retraite » (p. 235-236). Quant à R. Lenoir, il ne semble pas fondamentalement en désaccord avec C. Lalive d’Épinay, mais ce sont les « fractions salariées des classes moyennes » qu’il voit en difficulté : « Contrairement à ce qui n’est le plus souvent pour les classes supérieures qu’une “fausse sortie”, qu’un “changement de rythme”, la mise à la retraite, pour la plupart des fractions salariées des classes moyennes, constitue objectivement une “coupure” et est ressentie subjectivement comme une “rupture”, les expressions “retraite guillotine” ou “retraite couperet” ne s’appliquent jamais aussi bien qu’à ceux qui doivent leur position sociale au travail et à leur acharnement au travail » (1979, p. 73).

Une crise de la retraite ?

6Il ne nous appartient pas bien sûr – notre matériau ne nous le permet pas – de trancher dans ces débats. L’impression qui s’impose cependant, à la lecture des entre tiens que nous avons réalisés, c’est que peu nombreux sont ceux qui connaissent au moment de leur cessation d’activité un profond désarroi, qui vivent la retraite comme une « crise ». Erreur de perspective due à l’auto-élimination de ceux qui, vivant une période difficile, ne souhaitent pas répondre aux questions du sociologue ? Ou l’ampleur de la « crise » de la retraite est-elle fréquemment surestimée ? Un certain nombre d’éléments plaident en faveur de cette seconde hypothèse. Tout d’abord, la conclusion que J. Poitrenaud, F. Bourlière et J. Vallery-Masson tirent du recensement des principales enquêtes quantitatives longitudinales réalisées entre le dé but des années cinquante et la fin des années soixante-dix : « Pour la majorité des sujets, elle [la retraite] n’entraîne pas, en soi, de désordres psychologiques ou somatiques » (1982, p. 353). Ensuite, la confirmation de ces résultats par l’enquête menée sous la di rection de P. Paillat : d’une part, F. Clément – qui a traité la question de la santé – écrit que « le passage de la vie active à la retraite n’a pas d’effet marqué » (1989, p. 87) et précise qu’il n’a pas observé de surmortalité dans l’année suivant la cessation d’activité ; d’autre part, analysant les « impressions des nouveaux retraités », P. Paillat constate que les « impressions négatives » – c’est-à-dire que « l’enquêté n’a exprimé que des points de vue négatifs » – sont minoritaires et diminuent avec le temps : pour les hommes, 24 % dans le premier mois d’inactivité (contre 13 % d’« impressions ambivalentes » – l’enquêté a exprimé à la fois des points de vue positifs et négatifs – et 61 % d’« impressions positives » – l’enquêté n’a exprimé que des points de vue positifs), qui tombent à 8 % au cours du dernier entretien, trois ans après (contre 15 % d’impressions ambivalentes et 76 % d’impressions positives) ; pour les femmes, 30 % d’impressions négatives dans le premier mois d’inactivité (contre respectivement 14 % d’impressions ambivalentes et 53 % d’impressions positives), puis 12 % au cours du dernier entretien (contre 17 % et 69 %) (Paillat, 1989 b, p. 168-169).

7Ces résultats conduisent à relativiser le phénomène de « crise » de la retraite. Et puisque, d’après J. Poitrenaud, F. Bourlière et J. Vallery-Masson, il existe deux grandes théories des conséquences médico-psychiques de la retraite, « la première, désignée sous le nom de théorie de la “crise”, selon laquelle l’arrêt de travail aurait surtout des effets né fastes dans l’état actuel de notre société industrielle ; la seconde, appelée théorie de la “continuité”, qui en quelque sorte, est l’antithèse de la première » (1982, p. 344), nous nous positionnerons plutôt dans la seconde perspective. Et nous chercherons à déterminer quels sont les mécanismes qui expliquent que la fin de l’activité professionnelle ne conduit pas, la plupart du temps, à un effondrement de soi et de son monde, effondrement que nous avons pu observer par exemple dans le cas des femmes abandonnées par leur conjoint à l’heure de la retraite et que nous décrirons plus loin. Ces mécanismes, nous les étudierons en deux temps, en suivant le chemine ment du processus de reconstruction de soi : tout d’abord « les prémices de la reconstruction de soi » (avant la cessation d’activité); puis « la reconstruction de soi après la retraite ».

Les prémices de la reconstruction de soi

8Dans Éléments de théorie et de méthode sociologiques (1965), R. Merton montre comment celui qui souhaite appartenir à un groupe social (le « groupe de référence ») différent du sien (le « groupe d’appartenance ») doit, par un mécanisme de « socialisation anticipatrice » (ou « socialisation anticipée ») abandonner progressivement les valeurs de son groupe d’appartenance pour adhérer à celles de son groupe de référence : « Arrêtons-nous aux fonctions de la socialisation anticipée : l’acquisition des valeurs et des orientations d’un groupe auquel on veut s’intégrer. Elle prépare l’individu à sa future position. C’est le rôle explicite de l’éducation et de l’instruction mais cette préparation se fait aussi de façon inconsciente, implicite, et en dehors de toute organisation sociale. […] Le passage “officiel” d’une position à l’autre apparaît soudain, mais il est précédé d’une longue période de préparation qui passe inaperçue » (1965, p. 293). Par analogie, nous nous demanderons si, quand approche la fin de son activité professionnelle, le futur retraité ne se socialise pas, par anticipation, à la retraite ; processus que l’on peut décomposer analytiquement en deux mécanismes : la désocialisation professionnelle anticipée (la mise à distance de son identité professionnelle); la socialisation anticipatrice à la retraite.

La désocialisation professionnelle anticipée

9Le premier mécanisme, qui consiste en un abandon progressif de son identité professionnelle, c’est-à-dire à prendre ses distances par rapport au rôle assumé pendant de longues années et dans lequel certains se sont fortement investis, est clairement repérable dans nombre d’entretiens. Des expressions telles que « à la fin, j’en avais un petit peu marre » ou « j’avais relevé un peu le pied » sont souvent utilisées.

10Quelles raisons viennent donc justifier ce désengagement ? La fatigue, la lassitude, tout d’abord : « Il arrive un âge où, la nature étant ce qu’elle est, on supporte beaucoup moins les chocs, les efforts relativement violents, les choses comme ça […] C’est vrai que ces cinq dernières années ont été longues, très longues » affirme M. Roy, qui était professeur d’EPS ; « Ça devenait un petit peu pesant, surtout quand on arrive à 56 ans, on est plutôt plus vers la fin que vers le début, donc je voulais respirer un peu » explique M me Roland, ancienne documentaliste dans un lycée. La détérioration des conditions de travail est souvent évoquée : par exemple à cause de l’accélération du progrès technique dont parle M. Delbard, agent immobilier – « en 1984-1985, tout a été mis sur ordinateur, ça ne me disait rien » –, ou du fait de l’évolution de la concurrence que déplore M. Rémond, ancien artisan – « et puis c’est arrivé depuis quelques années, c’est la cavalcade… On n’a plus le temps de discuter avec les clients… fallait toujours, toujours cravacher ; les concurrents, eux, c’était vitesse grand V ». Le rythme de travail peut être devenu trop intense – « on était de plus en plus poussés à travailler vite » explique M. Lancien, cadre moyen dans une entreprise –, ou au contraire trop peu sou tenu – « j’avais de moins en moins de travail… Entre janvier et avril l’année dernière, j’ai dû faire à tout casser même pas ce que je faisais en trois semaines avant. C’est long aussi à tourner en rond toute la journée ; on sentait bien que c’était la fin » se souvient M. Guillot, technicien. Au banc des accusés, également, la dégradation des relations avec les partenaires, les clients, les collègues. Voici par exemple comment Mme Lancien – qui pourtant aimait son métier d’institutrice – résume en une formule lapidaire ce qu’elle vient de développer longuement : « Depuis trois ans surtout, les rapports se sont détériorés avec les parents, les enfants, les collègues ». Ce qui est proche du constat dressé par le docteur Gardin, pour qui « le métier avait beaucoup changé », « du point de vue des rapports avec les gens qui se sont dégradés peu à peu ».

  • 1 « Le gâchis des préretraites », L’Expansion, n° 408, 20 juin/3 juillet 1991, p. 126.

11Il importe peu ici de savoir si ces jugements ont ou non un fondement objectif. Ce qu’il convient de noter, c’est que ces constats sont un prélèvement sélectif d’éléments du réel qui permettent de prendre de la distance par rapport à l’identité professionnelle qu’il va bientôt falloir abandonner. Comme le dit fort lucidement M. Billard, ancien ingénieur : « On a l’impression qu’on pourra pas suivre ; à tort ou à raison, parce qu’on a toujours suivi quand même. Donc, s’il n’y avait pas l’âge, je crois qu’on serait capables quand même de suivre ». Nous partageons son analyse – c’est bien la perception subjective du réel qui importe –, sauf sur un point : ce n’est pas tant l’âge, qui empêche de « suivre », que l’approche de la retraite, qui déclenche un mécanisme de désocialisation professionnelle anticipée. Certains dirigeants d’entreprises ont d’ailleurs constaté ce phénomène, si l’on en croit C. Dollé, journaliste à L’Expansion : « Mieux gérer le départ des aînés est une chose. Mieux organiser la carrière de ceux qui restent en est une autre. “L’effet pervers le plus grave des politiques passées a été d’installer dans la tête de nos cadres l’idée que la retraite entre 55 et 60 ans est un droit acquis” sou- ligne Michel Lemaire, DRH de Saint-Gobain. Passé la cinquantaine, nombre d’entre eux ne témoigneraient plus de la même ardeur au travail. “Or, poursuit Michel Lemaire, nous avons achevé l’essentiel de nos restructurations. Nous n’avons plus de raisons de mettre les gens en préretraite. Nous devons aujourd’hui « désintoxiquer » nos cadres et leur faire comprendre qu’à 50 ans il ne leur reste pas cinq ans à travailler, mais au moins dix ans”1 ».

12Parfois, l’anticipation de la perte de l’identité professionnelle apparaît de façon plus explicite, comme une opération qu’il faut mener à bien si l’on veut éviter la « crise » de la retraite tant redoutée. Ainsi, M. Millet déclare : « La retraite, je l’avais prévue sur le plan professionnel, c’est-à-dire que j’avais appris par expérience qu’on était important – je suis prétentieux en disant ça, mais j’étais gérant d’une société, et j’étais sur le plan national quelqu’un qu’on questionnait –, et j’avais appris par expérience des autres qu’il fallait s’attendre, mais alors très brutalement, pour ne pas déchanter, que le jour où vous êtes hors circuit, vous êtes plus rien […] Alors j’avais bien analysé ça, en me disant : faut être bien réaliste, attends-toi bien à ce que, d’un seul coup, tu vas avoir une rupture brutale, et tu vas devenir sans doute quelqu’un qui va plus être consulté, et ça, faut bien se mettre ça dans sa tête, ne pas en sentir un dépit, et se préparer à créer un remplacement ». On peut d’ailleurs considérer que le simple fait d’avoir le sentiment d’aborder une transition difficile indique que l’on s’est engagé dans le processus de désocialisation : « Je vivais quand même beaucoup pour ma profession. J’y passais beaucoup de temps, donc tout le monde se disait : “Comment va-t-elle réagir quand elle va prendre sa retraite ?”, d’ailleurs moi-même je disais : “Ça c’est sûr, je vais m’ennuyer” » se souvient M me Breton. Or, dans ces deux cas, la « crise » de la retraite n’a pas eu lieu : « Je dirais, quitte à vous surprendre, que c’est plutôt l’inverse : ça s’est mieux fait que je ne le pensais » (M. Millet); « Je dirais que je l’ai vécue très bien, contrairement à ce que je pensais au départ » (M me Breton). La « crise de la retraite » sonne comme une mise en garde et rappelle que les changements de statut peuvent s’avérer délicats et sont donc à prendre au sérieux. Elle contribue ainsi à la désocialisation professionnelle, et agit comme une prédiction destructrice : R. Merton a en effet montré que le fait de prévoir certains phénomènes a pour conséquence de les atténuer, voire d’empêcher leur réalisation. Ainsi, lorsque « certains de gagner un match, une guerre ou un prix convoité, les hommes deviennent trop sûrs d’eux, cette assurance les pousse à la léthargie et celle-ci éventuellement à la défaite » (Merton, 1965, p. 162) ; la « crise de la retraite » constitue un autre exemple de prophétie destructrice puisque, à l’inverse, elle stimule l’attention, pointe le danger, et permet ainsi d’y échapper.

La socialisation anticipatrice à la retraite

13A. Monnier a montré, en comparant les réponses d’actifs âgés (futurs retraités) et de retraités, qu’en ce qui concerne la poursuite d’une activité rémunérée et le changement de résidence après le départ en retraite, « les actifs ont, quelques années avant leur retraite, une idée relativement précise de leur avenir, idée conforme à l’expérience vécue par les retraités » (1980, p. 126). La désocialisation professionnelle anticipée semble donc s’accompagner d’une socialisation anticipatrice à la retraite. Cependant, ce second mécanisme apparaît de façon moins nette dans les entretiens. D’une part, le questionnement rétrospectif n’était pas la meilleure méthode pour obtenir du matériau sur ce point : il n’est pas facile de se rappeler à quel moment on a eu l’idée de développer telle ou telle activité, ni comment l’on anticipait, il y a quelque temps, la période que l’on est en train de vivre aujourd’hui. L’idéal eût été d’interroger des personnes bientôt à la retraite, non seulement sur leur projection de soi dans l’avenir, mais aussi sur les canaux – média, amis, collègues – par lesquels transitent l’information qu’ils utilisent pour construire cette projection : « On en a beaucoup parlé [de la retraite] aussi, dans la société, avec d’autres personnes qui sont parties en retraite avant moi, et que je revoyais de temps en temps, on en a parlé sous différents aspects, et il y avait de la part de ces gens-là des conseils aussi pour éviter de s’ennuyer » dit par exemple M. Lancien. D’autre part, il semble que ces anticipations restent le plus souvent floues et ouvertes, et qu’elles ne se précisent qu’après la retraite. Pour certains, la période qui va s’ouvrir n’est pas vraiment l’objet de craintes, ils se représentent vaguement et sans trop d’inquiétude ce que sera leur vie – « je me disais : “Y’aura pas de problèmes”. Je crois que j’ai pas vraiment réfléchi. Je savais que je voulais faire certaines choses, c’est tout » déclare M. Louis. Ce sont ceux – et en particulier celles – qui appréhendent la retraite qui semblent formuler les projets les plus explicites – « je savais que de toutes façons, je m’inscrirais à l’université inter-âges, j’ai une amie très chère qui était collègue avec moi et qui avait pris sa retraite deux ans plus tôt, c’est une fille extrêmement dynamique et qui elle-même déjà participait à toutes ces choses-là, donc je savais que de ce côté-là… je savais pas exactement quoi, mais je savais que je ferais quelque chose, ça c’est évident parce que ça, je ne pourrais pas rester chez moi attendre que le temps passe, faire du tricot, de la couture… » déclare Mme Roland –, voire s’inscrivent dès avant leur cessation d’activité dans certaines activités en prévision de leur retraite.

Analyse des prémices de la reconstruction de soi

14Les prémices de la reconstruction de soi – désocialisation professionnelle anticipée et socialisation anticipatrice à la retraite – peuvent être présentés à partir du schéma de construction identitaire de C. Dubar, en les décomposant en un processus relationnel – transaction avec les autres – et un processus biographique – transaction avec soi-même :

  • un processus relationnel : « on » (la famille, mais surtout les collègues, la hiérarchie) avertit le retraité de son prochain changement de statut, on lui rappelle qu’il va franchir une étape, qu’une période de sa vie s’achève et qu’une nouvelle époque va bientôt commencer. Ces signaux, avertissements, rappels se présentent sous diverses formes : la préparation du dossier de retraite ; les questions des collègues ou des amis : « Qu’est-ce que tu vas faire à la retraite ?»; un stage de préparation à la retraite ; l’inquiétude des proches quand l’intéressé reste trop investi dans son activité professionnelle ; la décharge progressive de certaines responsabilités professionnelles – voici comment Mme Travert raconte les derniers temps de l’activité professionnelle de son mari, ingénieur : « Les deux dernières années, il ne faisait plus du tout de voyages, et puis le service dans lequel il travaillait fermait. Donc y’avait plus de décisions à prendre ; il fallait de la présence, quoi, c’est tout. Alors il s’en désintéressait beaucoup ».
  • un processus biographique : une fois qu’il a pris conscience de son prochain changement statutaire, le futur retraité peut entamer une « négociation avec soi-même », d’une part pour se détacher de son identité professionnelle qu’il se prépare à regarder, sans nostalgie, comme une partie de son passé, d’autre part pour construire sa nouvelle identité de retraité, même si cette construction semble, dans la plupart des cas de notre échantillon, très imparfaitement entamée au moment de la cessation d’activité professionnelle.

15Il arrive cependant que ce double processus soit bloqué : parce que la transaction relationnelle n’a pu avoir lieu – c’est le cas pour M. Allais ; ou parce que la négociation biographique a été refusée, par exemple par Mme Delbard.

16M. Allais, qui a connu une trajectoire professionnelle ascendante – ouvrier de venu en fin de carrière chef d’équipe –, est mis en pré-retraite alors qu’il espérait obtenir un poste à l’étranger. C’est pour lui un choc, brutal : « Bref toutes les choses se déroulaient au mieux, et voilà que du jour au lendemain on dit : “55 ans : pré-retraite. Terminé”. Puis rien du tout. Bref j’estime que mon entreprise a failli à son devoir vis-à-vis de moi ». On voit que ni le processus relationnel, ni le processus biographique n’ont permis d’amorcer le désengagement ; au contraire, ils ont encouragé le maintien de l’investissement identitaire professionnel – ses supérieurs hiérarchiques laissant penser à M. Allais qu’il obtiendrait le poste à l’étranger, et lui s’y préparant.

17Mme Delbard, institutrice venue tard à l’enseignement, après avoir élevé ses cinq enfants, a vécu son activité professionnelle comme un épanouissement personnel et une libération des contraintes domestiques : « C’est un métier que j’avais choisi, puisque j’ai fait ça après avoir élevé mes enfants. C’était quelque chose quand j’étais jeune que j’aurais aimé faire… C’était quelque chose que j’aimais, et que j’aimais de plus en plus, parce que j’étais de plus en plus à l’aise avec les enfants et, en fait, c’était quand j’étais au maximum de ce que je pouvais faire que j’ai dû partir ». Comme dans le cas précédent, on a un exemple d’une trajectoire professionnelle ascendante – du moins sur le plan des satisfactions – brutalement interrompue. Cependant, Mme Delbard, elle, savait que son départ était proche : le processus relationnel était engagé – « tout le monde me disait : “Qu’est-ce que vous allez faire [une fois à la retraite] ?”» –, mais elle refusait la négociation biographique, se cramponnant à son identité professionnelle – « Je répondais : “J’ai pas le temps d’y penser, j’y penserai après” ».

La reconstruction de soi après la retraite

18La reconstruction de soi est loin d’être achevée quand sonne l’heure de la retraite et si, dans la plupart des cas de notre échantillon, le détachement de l’identité professionnelle semble réalisé, la construction de sa nouvelle identité est encore à venir. En suivant toujours le modèle de C. Dubar, nous distinguerons les deux composantes de ce processus : la négociation biographique et la transaction relationnelle.

La négociation biographique

19Le néo-retraité emprunte, pour mener à bien cette « négociation avec soi-même », deux voies principales : il se positionne par rapport à des modèles sociaux d’identification ; il part à la recherche de ses « ressources identitaires ».

Les modèles sociaux d’identification du retraité

20Dans La socialisation (1991, p. 120-121), C. Dubar invite à repérer les « modèles sociaux d’identification » qui à un moment donné, pour une génération don née, servent « à identifier les autres et à s’identifier soi-même ». C’est ce que nous nous proposons de faire maintenant, en déterminant les modèles et les contre-modèles identitaires auxquels ont recours les retraités pour se définir et se construire.

21Le premier modèle – ou plutôt contre-modèle – utilisé, est celui du travailleur actif. Le retraité se construit d’abord comme celui qui n’est plus soumis aux contraintes de la vie active : « On n’aime pas tellement la rigueur, les choses bien ordonnancées, peut-être parce que, dans le travail, on a été tellement poussés, il fallait que ce soit rigoureux dans bien des cas, et y’a peut-être le phénomène inverse, on veut oublier tout ce qui représente quand même pas mal de contraintes » explique par exemple M. Lancien. « Il faut éviter de se mettre dans un cadre tel que les contraintes sont plus astreignantes que ce qu’étaient celles de l’activité professionnelle […] La liberté une fois acquise, il faut savoir la gérer » renchérit M. Roy, d’accord sur ce point avec Mme Chaulieu : « Pour moi, la retraite, c’est la liberté, c’est tout. C’est la liberté d’aller et de venir. C’est plus les contraintes du travail, c’est plus les contraintes d’aller le matin au boulot ».

22Mais il ne suffit pas au retraité de se définir comme non-actif, le cadre est trop large : il lui faut se positionner par rapport aux grands modèles de la retraite. Il le fait en général en marquant son refus – ou au contraire son admiration, mais les prises de position négatives sont plus fréquentes – du mode de vie de tel ou tel retraité qu’il connaît ou a connu. Certains se démarquent ainsi avec force du modèle-repoussoir de la retraite traditionnelle, qu’ils observent chez des parents ou amis. Mme Allais, par exemple, raconte : « J’ai une sœur et un beau-frère qui ont fait ça au moment de la retraite : “À telle heure on fait ci, à telle heure on fait ça”, alors ils ont été prisonniers… alors j’ai dit à mon mari : “Faut pas qu’on fasse ça, parce que c’est pas bon”. Faut que ça nous prenne… Si vous voulez, comme tout de suite là, on peut très bien aller marcher : “Tiens, on va aller faire un tour…” ». M. Lecour tient un discours analogue en prenant l’exemple d’amis : « Moi, j’ai horreur du programme. Là, encore une fois, on a des amis, et ça je suis ferme là-dessus, on a des amis qu’on connaît très bien. Et on se dit souvent avec ma femme : “C’est du millimétré”, c’est tout… vous savez, du… comment qu’on dit… tout est préparé à l’avance, tout est calibré. Y’a pas d’imprévu, c’est réfléchi à l’avance, c’est pas mon genre… enfin, c’est pas notre genre, ma femme vous le dira ». Mme Rémond mobilise ses beaux-parents, « des gens qui vivaient repliés sur eux-mêmes ». M. Roland, lui, s’en tient à la dénonciation de la retraite « classique » sans exemplifier sa critique : « On a souhaité l’un et l’autre éviter d’être totalement dans le vide, c’est-à-dire de se lever le matin, et finalement de se retrouver avec l’image classique : la télé, les chaussons, le fauteuil, ça non ». Certaines femmes, en particulier, se positionnent contre l’image de la femme retraitée confinée dans les tâches ménagères : « Je ne pour rais pas rester chez moi attendre que le temps passe, faire du tricot, de la couture… je n’aime pas ces choses-là, ça viendra peut-être, mais pour le moment, j’en ai pas envie du tout… ça sera pour plus tard quand je serai handicapée physique, peut-être » (Mme Roland).

23D’autres fois, et parfois concurremment, c’est le nouveau modèle, celui du retraité poly-actif qui est utilisé comme référence négative dans la construction de soi : « Dieu sait si j’en connais des retraités qui sont débordés par leurs activités, par crainte de s’ennuyer, ils se précipitent dans tout ce qui se présente et résultat, ils ne touchent plus terre, et ils se plaignent d’être débordés. Moi j’ai essayé de ne pas subir cette loi-là » explique M. Roy. Et M. Lecour déclare : « Moi, je veux pas tout avaler non plus, hein. J’ai trop d’exemples de collègues qui ont œuvré dans ce sens-là, malheureuse ment y’en a pas mal qui ont cassé leur pipe ».

  • 2 La prise en considération de ce désir de se construire contre les « vieux », et donc avec les plus (...)

24Le néo-retraité se construit donc contre le modèle de l’actif, par rapport aux différents modèles de la retraite, mais aussi en opposition aux « vieux2 ». On a vu comment M me Roland rejetait tricot et couture à « plus tard, quand je serai handicapée physique peut-être ». Voici l’opinion de M. Chaulieu : « On a pas mal d’amis qui sont retraités, presque tous d’ailleurs. Je préfère aller avec des plus jeunes. Les femmes sur tout, les hommes moins. Mais les femmes ! Déjà, au point de vue santé, c’est toujours gnagnagna… les autres, c’est les problèmes de leur petit-fils, c’est le drame… On dirait qu’ils ne savent pas vieillir. Y’a que : “De mon temps, de mon temps, patati, patata”. De toutes façons, y’a rien de pareil, qu’est-ce que vous voulez comparer ? Mais c’est pénible. C’est pour ça que je ne veux pas faire partie d’associations du “troisième âge”, comme on dit ». Associations du troisième âge qui inspirent cette réflexion à M. Allais, qui s’y est égaré une fois : « J’ai vu aussi ce qu’était la vieillesse rassemblée ». Étudiant les pré-retraités, M. Legrand note également ce « refus de l’assimilation aux personnes âgées », qui les pousse « à adopter des pratiques de distinction » (1988, p. 84-85).

Le néo-retraité à la recherche de ses ressources identitaires

25Ces modèles sociaux d’identification par rapport auxquels se positionnent les nouveaux retraités ne fournissent cependant que des points de repère, un cadre à la transaction biographique. Elle doit se préciser, s’affiner en explorant la voie des ressources identitaires : puis-je trouver en moi-même, en fouillant mon passé, des « identités d’aspiration » (Dubar, 1991, p. 124) – ce que j’ai fait autrefois et que j’ai dû malheureusement abandonner, ce que je n’ai jamais pu faire à mon grand regret – sur la base desquelles me reconstruire ?

26Il est tout d’abord possible de se reconstruire en continuité avec son activité professionnelle. Ainsi, M. Roy, ancien professeur d’EPS a pris des responsabilités dans une association sportive et donne des cours de gymnastique à l’université inter-âges. Il commente : « J’ai choisi de reprendre une activité bénévole dans le même type de celle que j’ai pratiquée toute ma carrière », et constate : « J’ai passé ma vie sur les stades, je continue de vivre sur les stades dans mes activités bénévoles ». On peut considérer que c’est ce type de reconstruction de soi que proposent des associations comme Ecti (Échanges et consultations techniques internationaux), Egée (Entente des générations pour l’emploi et l’entreprise) ou Agir (Association générale des intervenants retraités), qui proposent aux retraités ayant certaines compétences de les mettre bénévolement au service d’entreprises en difficulté ou de pays du Tiers-Monde. Cependant, il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir ainsi prolonger son identité professionnelle, comme le fait remarquer, amer, M. Allais : « J’étais un peu choqué, à certaines périodes, quand on voyait certaines personnes parler de la retraite, tel écrivain célèbre qui disait : “La retraite, pas question, je mourrai le stylo à la main”. Tant mieux pour eux, ces braves gens qui ont la possibilité de continuer une activité professionnelle jusqu’au dernier moment, et en étant lucides et actifs jusqu’au bout. Par contre, celui qui travaille devant les hauts-fourneaux ne peut pas tenir le même raisonnement ».

27Celui-là a alors la possibilité de renouer avec une identité passée et appréciée, contrariée ou refoulée par la vie professionnelle. Ainsi, M. Delbard a été successive ment exploitant agricole, puis cadre dans un organisme para-agricole, en fin agent immobilier, avant de décider de partir en pré-retraite : « J’avais envie de faire autre chose… : c’était revenir un peu à l’agriculture. Depuis 22 ans, j’ai une petite résidence secondaire à 15 kilomètres de Nantes où je me ressourçais… Maintenant, j’ai acheté quelques hectares supplémentaires, et je fais quelques moutons ». M. Lecour, ancien ouvrier qui a connu une ascension sociale – il a terminé sa carrière comme chef d’atelier –, bricole beaucoup chez lui, chez ses enfants, chez ses voisins : « Je suis un manuel qui a dérivé sur de l’administratif…, du papier…, enfin bon de la gestion… Bon, je l’ai voulu, j’ai activé, j’ai fait ce qu’il fallait, mais avant tout, je suis un manuel, c’est-à-dire je reste… moi je suis… la tête et faire travailler mes mains, faire de la menuiserie, du bois, faire travailler la ferraille… ».

28Cette appropriation d’une identité passée n’a pas toujours ce caractère d’évidence et semble parfois plus conjoncturelle, comme dans le cas de M. Breton : « Le hasard a voulu qu’on réveille en moi un petit peu… pas une passion, mais presque, que j’avais en étant jeune. La MGEN (Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale) envoie à tous les retraités un petit papier disant qu’il y a un club de retraités et propose comme activités le bridge, les cartes en général, la reliure… Je me suis dit : “Tiens, mais j’ai joué au bridge autrefois, je vais retourner jouer au bridge”. J’avais cessé de jouer au bridge, et puis là, j’ai trouvé des gens sympathiques, et puis du club de la MGEN, je suis passé à un autre club… ». Si bien qu’aujourd’hui, M. Breton passe trois après-midi et une soirée par semaine à jouer au bridge, et il participe à des tournois.

29Ce que l’on a fait autrefois peut ainsi servir de point d’appui pour se reconstruire en continuité avec ce que l’on a été dans le passé, voire ce que l’on a l’impression d’être au plus profond de soi, et s’assurer ainsi un sentiment de fidélité à soi-même.

30Il n’est pas indispensable, d’ailleurs, que la nouvelle identité figure dans les identités déjà expérimentées : elle peut exister à l’état virtuel, sous la forme d’un manque, qu’il s’agit alors de combler. Pour le dire autrement, les ressources identitaires ne sont pas seulement des « pleins » – ce qu’on a été autrefois avec bonheur –, mais aussi des « creux » – ce que l’on regrette de n’avoir pas pu être.

31Écoutons par exemple Mme Billard, qui nous explique comment elle a cherché à développer un aspect d’elle-même qu’elle avait le sentiment d’avoir « laissé en friche » : « J’ai toujours été tiraillée par deux choses : un côté un peu intellectuel avec mon métier d’enseignante, et par ailleurs un côté un peu artistique : dessin, musique… et bon, j’estime à mon âge que mon métier je l’ai fait à fond et que maintenant il me semble que je peux faire l’autre côté aussi… Pour moi ça aurait été un échec si je n’avais pas pu le faire, si je n’avais pas eu le temps de le faire. C’est très important de pouvoir développer ce second côté de sa personnalité ». M. Roy ne la contredirait pas : « J’ai fait mon service militaire en Allemagne. J’ai passé un an là-bas, et j’ai jamais été fichu d’apprendre un mot d’allemand, ce que j’ai toujours regretté d’ailleurs, c’est idiot d’avoir passé un an à l’étranger sans avoir profité de l’occasion pour apprendre l’allemand. J’ai dit : “Tiens, puisqu’il y a des cours d’allemand à l’université du troisième âge, je vais y aller” ».

32C’est ce même phénomène que l’on retrouve au principe de l’investissement, par certains hommes, de l’identité grand-paternelle, qui vient en quelque sorte compenser une identité parentale négligée – négligence dont ils prennent conscience aujourd’hui à la lumière des nouvelles représentations des rapports pères-enfants qu’ils peuvent observer par exemple entre leurs fils ou gendres et leurs petits-enfants : «[mes petits-enfants], je les entoure, je suis attentif beaucoup plus que je pouvais entourer mes enfants […] En toute honnêteté, la charge de l’éducation des enfants, c’est ma femme qui l’a supportée. Je ne pouvais pas, j’étais pas disponible […] J’ai délaissé mes enfants. Quand ma fille aînée, elle dit : “Papa, c’est quelqu’un qu’était jamais là”, c’est dur à entendre […] Maintenant, les petits-enfants, quand ils sont là, moi si vous voulez, je me rattrape » confie M. Allais.

33Il en est de même de l’identité bénévole qui, souvent, éveille un « écho » biographique. Ainsi M. Lecour explique que, s’il envisage de devenir visiteur de prison, c’est qu’il se sent proche des petits délinquants qu’il a côtoyés dans sa jeunesse et dont il aurait pu lui-même rejoindre les rangs : « Moi, j’étais dans une génération où il y avait des tentations. J’ai connu des gens qui ont fait des coups durs. Moi, je n’ai pas été de ceux-là, mais j’étais un enfant dur, un enfant intrépide […] Toute ma jeunesse, on n’était pas considérés comme des voyous, mais enfin, on était des turbulents, des brise-fer… et puis bon, ça pouvait déboucher des fois… Donc je me suis toujours après, plus tard… bon, y’a quand même des jeunes qui ont fait des conneries, ils ne méritent pas toujours le sort qu’ils ont ». A contrario, M. Mouchel exprime son incapacité à adopter une identité bénévole, la transaction biographique ayant échoué sur ce point : « Je suis allé faire un petit tour au bureau de volontariat… Je ne me sens pas l’âme d’aller visiter des malades dans les hôpitaux, je ne me sens pas l’âme… On m’a demandé si je voulais m’occuper de rédiger un journal pour les Thaïlandais ; je regrette, mais moi je ne suis pas un spécialiste de la Thaïlande, je n’apporterais pas de compétence… Je ne peux pas, et je n’ai pas envie du tout de me tourner vers un pays inconnu ».

34Ce dernier exemple nous rappelle que la « négociation avec soi-même » n’est pas toujours facile, et peut ne pas être couronnée de succès. Tout se passe comme si certains disposaient de ressources identitaires nombreuses - M. Roy qui, autrefois, a fait de la photographie et de l’informatique mais, pour l’instant, est suffisamment occupé par ses activités sportives, précise : « Je ne dis pas que le jour où je ne pourrai plus sup porter d’être dehors, je ne risquerai pas un petit coup, soit sur la photo, soit sur l’informatique » –, alors que d’autres semblent en être dépourvus, ou ne pas parvenir à les mobiliser : « À la fin, on [lui et ses collègues partant en pré-retraite] commençait à en avoir un peu ras-le-bol, et puis on était contents de partir. Mais je suis tombé dans une période, aussi, je suis tombé le 15 janvier, je me suis retrouvé tout seul à la maison, et c’était la période d’hiver. Alors là, j’ai pas trop trouvé quoi faire. Alors bon, je me suis inventé quelque chose, c’est de creuser ma cave » se souvient M. Boulet. M. Gilles, en retraite depuis huit mois, s’interroge toujours : « En fait, moi, je ressens la cessation d’activité comme vraiment une rupture de rythme. C’est totalement différent, à telle enseigne que maintenant, je me prends à tourner en rond et à me dire : “Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ?”. Je le ressens comme ça, manifestement y’a un manque en matière d’activités ». Ces exemples invitent à revenir sur l’hypothèse de C. Lalive d’Épinay, selon laquelle « plus on est porteur de l’ethos du travail et du devoir – par distinction de l’ethos de l’épanouissement personnel – et plus la mise à la retraite est difficile à négocier » (1990, p. 750), pour la discuter sur deux points. D’une part, l’ethos du travail et du devoir peut être transférée aux activités de retraite – c’est le cas pour MM. Delbard et Lecour, mais aussi pour nombre de retraités qui développent bricolage, jardinage ou travaux dans la maison. Aussi, écrire que, « dans le domaine des comportements, la cassure de la retraite est beaucoup plus marquée pour quelqu’un dont le temps libre était la portion congrue que pour celui qui a fortement investi dans ses loisirs tout au long de sa vie active » (p. 750), c’est oublier que tous les retraités – et en particulier ceux qui sont porteurs de l’ethos du travail – ne souhaitent pas « investir dans les loisirs », et que la « cassure » avec l’activité professionnelle peut être « gommée » par la réactivation d’une identité passée. D’autre part, il n’est pas certain que l’ethos de l’épanouissement facilite le passage à la retraite : l’injonction à déployer ses « dons et potentiels » peut être tyrannique – au même titre que celle à être « authentique » (Sennett, 1979) – et angoissante pour celui qui craint de ne pas y parvenir.

35Toutes les activités ne participent pas de la même façon à la construction de l’identité : certaines servent de point d’ancrage à la reconstruction identitaire, d’autres sont jugées secondaires, utiles surtout parce qu’elles structurent l’emploi du temps. Ce que nous avons voulu suggérer à travers les développements précédents, c’est que le processus de négociation biographique est essentiel pour comprendre pourquoi on développe les premières. Mais on peut aussi s’investir progressivement dans des activités qui, au départ, ne semblaient pas particulièrement attractives, n’éveillaient aucun écho biographique et dans lesquelles on s’est engagé un peu par hasard ; hasard souvent suscité par les autres, et alors intervient la transaction relationnelle.

La transaction relationnelle

36Avant de contribuer à la socialisation à la retraite et à la construction d’une nouvelle identité, la transaction relationnelle joue un rôle capital dans la désocialisation professionnelle si celle-ci n’est pas encore réalisée. On le voit bien dans le cas de Mme Delbard, cette institutrice qui « aimai (t) de plus en plus » son métier. Dans les premiers temps qui suivent sa cessation d’activité, elle s’accroche encore à son identité professionnelle. Mais elle ne va pas tarder à s’apercevoir que l’identité pour soi qu’elle cherche à prolonger n’est plus ratifiée par autrui. Mme Delbard ne peut s’empêcher de retourner dans son ancienne école : elle rend visite aux collègues, aide à la bibliothèque, fait des ateliers de peinture, surveille les enfants à la piscine. Mais bientôt elle se rend compte – car on le lui fait comprendre, en particulier les institutrices qui se trouvent autant concurrencées qu’aidées par leur ancienne collègue – qu’elle n’est « plus dans le coup », que sa « place est prise par une autre », qu’elle est « en trop », qu’elle n’a « plus du tout le même rôle qu’avant ». Lucidement, elle reconnaît : « C’est une des choses qui m’a aidée à prendre conscience que finalement, il fallait que je trouve un dérivatif ailleurs ». Ses collègues ne sont d’ailleurs pas les seules à l’« aider » en ce sens : « Les gens vous disent facilement : “Ah bien oui, mais vous, vous n’êtes pas au courant !” Moi je vois, mes enfants, c’est ce qu’ils me disent maintenant ; je vois, cette année, il y a eu des choses qui ont été modifiées dans l’Éducation Nationale, et bien mes enfants me disent : “Oui, mais toi, c’était pas pareil quand t’étais là…” ». Remarques contre lesquelles elle s’insurge encore, même si elle en reconnaît désormais en partie le bien-fondé : « M’enfin, c’est quand même pas aussi rapide, faut pas exagérer ».

37Au-delà de cette aide au désengagement identitaire, les autres peuvent jouer un rôle d’amorce dans le processus de reconstruction de soi, si l’activité qu’ils proposent au néo-retraité – ou, dit autrement, l’identité qu’ils lui attribuent au cours du processus relationnel – est investie par celui-ci – c’est-à-dire s’il adopte cette identité comme identité pour soi.

38Parfois, l’identité proposée est immédiatement acceptée comme identité pour soi tant elle vient combler un désir qui ne parvenait pas à s’exprimer par des actes. Il en est ainsi pour M me Allais, ancienne ouvrière, que sa fille, employée à la bibliothèque universitaire, incite à s’inscrire à l’université inter-âges. En évoquant cette activité, Mme Allais s’enthousiasme : « Eurêka ! C’est parti tout de suite. On s’est dit : “Pourquoi pas ? Mais pourquoi on irait pas ?” […]. Alors, je suis contente, ah oui !… J’en suis en chantée […]. Alors là, je m’en trouve très bien. Alors là, je suis enchantée, là. On apprend des choses ». Ces manifestations de satisfaction, la rapidité avec laquelle Mme Allais, qui n’a aucun diplôme, s’est investie dans l’identité d’étudiante ne devient compréhensible que si l’on sait que sa vie est hantée par un drame : le départ de la maison de sa mère en 1942, lui laissant la charge de ses frères et sœurs. Elle a dû alors inter rompre ses études ; elle a été, dit-elle, « sacrifiée ». D’où la nostalgie d’une autre vie, dans laquelle elle aurait pu terminer ses études et ne souffrirait pas de cette illégitimité culturelle qu’elle trahit dès le premier contact téléphonique – « mais vous savez, moi, je n’ai pas d’instruction » – et pendant tout l’entretien. Cette existence autre, elle en rejoint la trajectoire sur les bancs de l’université ; là, elle trouve confirmation de l’idée, qui ne l’a jamais quittée, qu’elle aurait pu être une autre femme : « Quand ils [les autres étudiants] posent des questions à la fin, on se rend compte… Nous, on les pense, mais moi je ne pourrais pas poser la question comme ça. Mais par contre, je sais que ça fonctionne encore, parce que la question posée, je l’avais pensée. J’ai un reste de timidité, quoi ». MM. Guillot et Boulet ont également profité de l’aide d’autrui pour amorcer leur transaction identitaire. M. Guillot, ancien ouvrier qualifié, connaît, au début de sa retraite, un « passage à vide » : incapable de rien faire, il « tourne en rond » dans la maison. C’est à cette époque que sa fille achète un pavillon et sollicite son père pour « pas mal de travaux ». Ravi de cette perche identitaire ainsi tendue, M. Guillot la saisit, et depuis, multiplie les activités manuelles. Quant à M. Boulet, nous l’avions laissé en train de creuser sa cave pour occuper les journées d’hiver. Cependant, à l’approche des beaux jours, « j’ai un ami, qui a un bateau qui m’a emmené faire des sorties de pêche en mer, alors vous savez, quand on est parti faire de la pêche en mer, on pense plus à grand chose après, c’est fini… ».

39Dans d’autres cas, l’identité proposée n’est que lentement investie et adoptée comme identité pour soi, à travers un mécanisme décrit par A. Strauss : « Il se produit une forme de transformation relativement subtile lorsque quelqu’un a joué de façon inattendue un rôle important dans lequel il a exceptionnellement bien réussi. Peu importe que ce rôle suscite l’admiration ou le mépris de celui qui l’a ainsi joué, l’important est qu’il n’aurait jamais pensé être capable de le jouer, qu’il n’aurait jamais envisagé d’être pourvu de ce “moi” potentiel » (1992, p. 102). Il se produit comme une « découverte de soi », qui transparaît dans les discours. Ainsi, M. Billard, qui a cessé son activité d’ingénieur au moment où son fils avait besoin de main-d’œuvre pour la construction de sa maison, raconte : « J’avais des problèmes de dos parce que je faisais beaucoup de voiture ; j’étais convaincu que c’était foutu, que j’avais des vertèbres tassées. Et, tout doucement, je me suis mis à porter des agglos, et ça n’a pas aggravé mon cas du tout […]. Au contraire, je suis maintenant beaucoup plus robuste que je ne l’étais au début de la retraite. C’est vraiment une leçon […]. Je pourrais presque remercier mon fils parce qu’il m’a rendu un service. J’aurais jamais eu l’idée de le faire pour moi ». Même surprise chez ce lecteur de Notre Temps qui est « devenu différent » grâce à la randonnée, à laquelle pourtant au départ il ne « croyait guère » : « J’ai été intéressé par la lettre de Régine (NT 276) qui se plaignait du manque de dynamisme de son mari, “effondré toute la journée devant la télévision”, comme si la retraite vous mettait en état d’hibernation pour le reste de vos jours… Au début de ma retraite, je me suis enfoncé dans la même attitude. Et puis un jour, hasard et volonté (molle) m’ont aidé. Hasard : je me suis trouvé en contact avec un groupe de randonneurs. Volonté : j’ai accepté – très timidement – de me joindre à eux. Commencer de la randonnée à 61 ans, je n’y croyais guère. Cela fait six ans que je tiens bon. Je suis en montagne tous les vendredis. Durant ce jour, j’oublie tout. Je suis devenu différent » (n° 279, mars 1993).

40On voit donc combien l’attribution d’identités par autrui peut être importante pour l’adoption d’identités qui, sans cela, n’auraient pas été revendiquées. Comme le soulignent P. Berger et T. Luckmann, les autres jouent un rôle de premier plan dans le processus de construction de soi et de son monde : les amis, les enfants, comme nous avons pu le constater sur les exemples proposés. Mais aussi celui qui devient, après la retraite, l’autre par excellence : le conjoint.

Notes

1 « Le gâchis des préretraites », L’Expansion, n° 408, 20 juin/3 juillet 1991, p. 126.

2 La prise en considération de ce désir de se construire contre les « vieux », et donc avec les plus jeunes, nous semble manquer dans l’article de F. Héran, « Trouver à qui parler : le sexe et l’âge de nos interlocuteurs ». Définissant l’homolalie par « le fait de parler à son semblable », il constate à la fois une homolalie d’âge et que « tout en vieillissant dans l’absolu, nos relations ne cessent de rajeunir par rapport à nous » (1990, p. 365). Cependant, dans son analyse, il insiste sur un effet de structure : « Mais rapportée aux possibilités qu’offre la structure par âges de la population, cette ouverture des personnes âgées aux plus jeunes perd de son mystère. Elle tient avant tout à des effets de masse : les jeunes sont trop nombreux pour être ignorés de leurs aînés […] les relations des personnes âgées sont les plus diversifiées de toutes, mais on sait maintenant que cette ouverture est loin d’être volontaire » (p. 366). Effet de structure que nous ne contestons pas, mais qui ne suffit pas, à notre avis, pour expliquer le rajeunissement relatif des relations sociales avec l’âge : il n’est pas certain que « cette ouverture (soit) loin d’être volontaire », ni que « le goût des rencontres entre soi persiste à tout âge » (p. 365).

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search