Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Chapitre II. Les plaintes et complaintes conjugales à l’heure de la retraite

Texte intégral

La redécouverte du conjoint

1Dans Stigmate (1975), E. Goffman explique que, lorsque nous rencontrons un inconnu, nous émettons, de façon inconsciente un certain nombre d’hypothèses sur ce qu’il est, nous lui attribuons une identité sociale virtuelle, c’est-à-dire que nous l’appréhendons à travers un schéma de typification (Berger, Luckmann, 1986 ; Schutz, 1987). Cette identité sociale virtuelle constitue en fait une anticipation de son comportement, un certain nombre d’attentes implicites. S’il échoue à satisfaire à nos exigences, et donc invalide nos hypothèses sur ce qu’il est, il est « diminué à nos yeux » (1975, p. 12).

2Nous pouvons réutiliser avec profit ce schéma théorique. Car le processus de typification ne se limite pas aux inconnus, ou pour le dire autrement, tous les autres, même les plus proches nous sont en partie inconnus : « Dans les constructions du sens commun, l’Autre apparaît, dans le meilleur des cas, comme une personnalité partielle, et il n’entre dans la pure relation-Nous qu’avec une partie de sa personnalité » écrit A. Schutz (1987, p. 25). Ainsi du conjoint au moment de la retraite : nous émettons un certain nombre d’hypothèses sur ce qu’il sera, nous projetons certains espoirs sur son comportement. Et comme le remarque A. Strauss, « nous ne sommes surpris qu’en cas d’attentes déçues » (1992, p. 25) : les attentes implicites se dévoilent alors, les reproches traduisant l’écart entre ce qu’est l’autre et ce qu’il aurait dû être, entre son identité sociale réelle et son identité sociale virtuelle (Goffman, 1975).

3En effet, après la cessation d’activité, les risques d’attente déçue ne sont pas négligeables. La retraite peut être d’abord pour le conjoint l’occasion de développer un nouveau comportement, jusque-là insoupçonné, et jugé condamnable : « Tant que nous étions en activité, mon mari et moi n’avions jamais le temps de jouer aux cartes en semble. Depuis que nous sommes à la retraite, c’est devenu un passe-temps parmi d’autres. Mais je suis toutes les fois exaspérée car mon mari – qui, par ailleurs, est le plus honnête qui soit – ne peut s’empêcher de tricher. Je trouve cela enfantin » (Notre Temps, n° 200, août 1986). Le conjoint peut aussi, en cessant son activité, modifier son comportement passé : « Mon mari a changé depuis sa retraite. On dirait qu’il fait exprès de venir à table habillé de façon négligée, en maillot de corps aussi bien, alors qu’il sait que cela m’est désagréable » (Notre Temps, n° 211, juillet 1987). Enfin, il ne faut pas négliger le fait que les attentes par rapport au conjoint à la retraite ne sont pas forcément les mêmes que les attentes par rapport au conjoint actif : « Qu’est-ce que j’attendais de la retraite ? Je pensais qu’enfin mon mari aurait tout le loi sir de s’occuper de moi, de faire des projets avec moi, de prendre le temps de vivre à deux », écrit Mme Albion.

4Ces attentes déçues vont nous donner l’occasion de proposer un « tour d’horizon » des plaintes et complaintes conjugales au moment de la retraite. Nous classerons ces récriminations des retraités envers leur conjoint en fonction du sexe du plaignant : certaines ne semblent l’a panage d’aucun sexe, d’autres sont typiquement masculines, d’autres encore plus particulièrement féminines.

Une plainte commune

  • 1 Nous verrons plus loin la solution adoptée par cette lectrice de Notre Temps.

5Le drame conjugal d’un certain nombre de retraités, hommes et femmes, c’est la différence de goûts. Illustrons ce propos d’une version féminine – « Mon mari et moi n’avions aucun goût commun. Pendant des années je ne m’en suis pas rendue compte, trop prise par l’éducation de mes neuf enfants et séparée de lui toute la journée. Mais à l’âge de la retraite je me suis retrouvée dans un pénible tête-à-tête. J’ai toujours aimé le cinéma, le théâtre, la musique. Il n’a jamais aimé que la pêche, la marche à pied, le ski… Je crois que je l’aurais quitté si j’avais eu mes propres revenus » (Notre Temps, n° 269, mai 1992)1, et d’une version masculine – « Voyez, y’a des livres là, y’a des musiques ; pour ma femme, ça représente un bordel pour elle… moi c’est mon passe-temps, pour elle c’est un bordel » (M. Grafin).

6La question de l’éventuel nouveau lieu d’habitation peut aussi être l’occasion de l’expression de la différence dans les goûts : « Depuis qu’il a pris sa retraite, mon mari ne rêve que de retourner vivre dans sa Savoie natale. D’accord, c’est un terrien qui ne s’est jamais adapté à Paris où il a mené une vie dure. Là-bas, il a ses amis d’enfance, ses racines, une belle maison à flanc de montagne. Vue superbe l’été, isolement à effet dépressif – pour moi – quand il neige… » (Notre Temps, n° 219, mars 1988).

7La différence peut également se manifester sur d’autres points : le rythme quotidien (les heures de lever, la propension à faire ou non la sieste), les exigences de rangement, les habitudes de voyage (partir à l’improviste ou « préparer sa valise trois jours à l’avance »), voire la technique utilisée pour faire les courses. Citons seulement un témoignage illustrant ce dernier point, celui de M. Jeantot : « Au début, j’allais faire les courses avec elle à Continent, ça m’énervait. Je lui disais : « Tu prends ton caddie, tu passes dans une allée, tu regardes, et puis bon… » Elle, elle était dans une allée : « Ah, il me faut du beurre ! », elle cavalait à l’autre bout du magasin ; « Ah, il me faut ceci ! », elle retraversait le magasin. C’était sans arrêt des allers-retours. Je lui disais : « Ecoute, tu ne peux pas passer dans les allées tranquillement ! » Elle était toujours énervée, toujours pressée ».

Les plaintes masculines

8Les hommes qui se plaignent de leurs épouses se rangent en deux camps : pour les uns, leur femme est trop peu dynamique ; pour les autres, elle l’est trop. Ce dernier camp rassemble les contempteurs du dynamisme moderniste, et ceux du dynamisme traditionnel.

Une épouse trop peu dynamique

9Dans ce registre, certains hommes se montrent intarissables : à les en croire, leur femme est – au choix, mais il est possible de cumuler – puérile, préoccupée seulement par son ménage, étouffante et sexuellement décevante. Puérile, tout d’abord, comme les épouses de MM. Boivin et Jeantot : « Que ce soit une sortie au restaurant ou un voyage, elle vous fait des réflexions à retardement, comme un enfant qui n’est jamais sorti, qui découvre la vie, parce qu’elle a 60 ans, elle découvre la vie, toujours… » dit l’un ; « Et puis, au lieu de dire quelque chose, elle disait n’importe quoi aux gens, alors à chaque fois je la reprenais » renchérit l’autre. Ménagère modèle, elle n’est pas pour autant assurée de faire recette : « Y’avait que le ménage… faire ses carreaux, faire le ménage tous les matins… alors ça, c’était… […] C’est la seule chose qui l’intéressait : s’occuper de son intérieur et aller faire un tour en ville » raconte encore M. Jeantot, alors que Jean-Claude confie son amertume à Notre Temps : « Pas moyen d’avoir ne serait-ce qu’une heure de tête-à-tête avec ma femme. Elle est toujours en train de briquer quelque chose. “Je n’ai pas fini mon travail”, me crie-t-elle de la cuisine quand je lui dis : “Viens un peu avec moi…” Je ne suis pas le seul à me plaindre de ce zèle féminin qui nuit à l’intimité du couple. J’ai même connu un homme que sa femme servait au lit, le soir, pour ne pas salir la cuisine qu’elle passait son temps à laver. Un autre a mangé des steaks hachés crus, plus souvent qu’à son tour, afin que la plaque de cuisson soit toujours propre et impeccable… Le ciel nous préserve de l’épouse superménagère » (n° 294, juin 1994). Souvent, l’épouse est accusée de chercher à étouffer son mari – « pour moi c’est une lutte permanente », confie M. Boivin, à qui sa femme reproche de ne pas prendre sa retraite et d’être trop peu présent à la maison –, d’essayer de lui transmettre son manque de vitalité - M. Viaux raconte que sa femme lui disait : « C’est plus de ton âge de faire de la moto ». L’accusation de manque de dynamisme se retrouve sur le plan des relations sexuelles : « Sur le plan sexuel, ça ne l’intéressait plus, elle était toujours malade » explique M. Jeantot ; « J’ai 62 ans. J’aime faire l’amour. Ma femme n’est plus très intéressée » écrit un retraité de Nantes.

Une épouse trop dynamique, version moderniste

10À l’inverse, certains reprochent à leur conjointe de ne pas être suffisamment présente à la maison. Écoutons Jean, de Paris : « Ma femme n’a jamais eu de vie professionnelle mais elle a toujours pratiqué beaucoup d’activités extérieures : elle joue du violon, dirige une chorale, s’occupe de la paroisse, a des ami (e) s partout, etc. Quant à moi, retraité depuis un an, je ne parviens pas à trouver ma place dans mon ménage. J’ai le sentiment d’être « sur la touche » de tous les côtés. J’admire ma femme, mais je préférerais qu’elle soit davantage avec moi… Comment le lui faire comprendre sans avoir l’air d’être jaloux de ses activités ?» (Notre Temps, n° 200, août 1986). Mme Germain, elle, se souvient : « Il m’a dit : “Oui, depuis que tu es à la retraite, on ne te voit plus, tu es toujours partie”; quand elle s’absentait, elle le retrouvait ivre en rentrant.

Une épouse trop dynamique, version traditionnelle

11Ce dynamisme que l’on peut qualifier de « moderniste » – il ne serait pas dés avoué par les tenants de la retraite-épanouissement –, n’est pas le seul à s’attirer les foudres masculines : le dynamisme « traditionnel » – investissement par la femme des rôles de mère et de grand-mère – est, lui aussi, critiqué. Mère, elle l’a suffisamment été, souvent au détriment de son rôle d’épouse : les plaintes masculines sont nombreuses sur ce point. Quand elle entreprend de le demeurer de façon un peu trop insistante après le départ des enfants, les critiques masculines la rappellent à l’ordre : « Dès qu’il y a quelqu’un sur la route, elle s’inquiète. C’est une inquiète. Elle dit : “Je me tracasse pour celui qui est parti en vacances à tel endroit, et puis pour tel autre qui est sur la route” », explique M. Gildas. Quant à M. Gérard il doit « mettre le holà » à l’aide financière que sa femme procure à leurs enfants mariés, alors que M. Germain se plaint de ce que son épouse conduise tous les matins au lycée leur plus jeune fils, alors qu’il aurait préféré que celui-ci soit pensionnaire. Si certaines sont moins mères, c’est parfois pour devenir davantage grands-mères, ce qui ne fait pas plus l’affaire de leur conjoint, comme l’explique René, de Limoges : « Depuis que je suis à la retraite, j’ai l’impression que ma femme me fuit. En fait, elle n’en a que pour nos petits-enfants. On dirait qu’ils n’appartiennent qu’à elle. Si elle ne les voit pas un mercredi ou un dimanche, elle ne dort plus et je dois supporter sa mauvaise humeur. […] Mais j’existe, moi aussi ! […] » (Notre Temps, n° 218, février 1988).

12Ainsi, à en croire leurs conjoints, certaines épouses sont trop présentes dans la maison et ne parviennent pas à s’en extraire non plus que de leur rôle de ménagère ; d’autres en sont trop souvent absentes pour courir les associations ou les universités inter-âges ; d’autres encore ont une attitude de présence-absence : présence pour les enfants et les petits-enfants ; absence pour le mari.

Les plaintes féminines

13Les doléances féminines sont autant de variations sur trois thèmes principaux : « mon mari n’est jamais là »; « mon mari se replie sur la maison »; « mon mari m’impose ses décisions ».

Un mari absent

14Nous avons déjà fait place aux propos désabusés de Mme Albion, qui espérait que la retraite serait l’occasion d’être davantage avec son mari, alors que celui-ci s’est lancé dans une activité extérieure absorbante. Ils ne sont pas uniques, comme le montre ce récit d’une vie à deux temps : « J’ai eu le privilège de ne pas avoir à travailler en dehors de chez moi ; je dis bien “privilège” car je l’ai ressenti comme cela. J’étais heureuse de faire plaisir à mon mari, à nos enfants. Préparer un bon plat, faire un gâteau savoureux, avoir une maison pimpante, agréable à vivre et accueillante aux amis, organiser les fêtes et les anniversaires, cela était tout mon bonheur. Une fois mes enfants mariés, j’ai attendu avec une très grande impatience la retraite de mon mari pour l’avoir un peu à moi toute seule ! Je rêvais d’une retraite vécue côte à côte, la main dans la main… Il faut croire qu’à mon âge j’ai gardé un cœur de midinette ! En fait, depuis qu’il est à la retraite, je ne vois guère plus mon mari qu’avant, il a de multiples activités (clubs, mairie, sport) auxquelles je ne peux, ni ne veux participer. Je suis affreusement déçue et je constate que, vivre l’âge de la retraite à deux, n’est pas du tout ce que je croyais » (Notre Temps, n° 174, avril 1984). Pour cette femme, comme pour d’autres, la retraite est attendue comme une plénitude de la vie à deux, l’avènement d’une « vraie » vie de couple, la récompense après tant d’efforts et de sacrifices, le moment de recevoir un peu (de tendresse, d’affection) après avoir tant donné. Mais le don peut ne pas faire retour. Risque alors de s’opérer ce « passage de l’amour à la justice » dont parle L. Boltanski, et que l’on observe si bien dans la lettre de Mme Marcelle P… : à l’enchantement de la vie conjugale d’avant la retraite, placée sous le règne de l’amour, succèdent les griefs, caractéristiques de l’état de justice que l’on reconnaît à « la question canonique de ce registre : “Pourquoi n’ai-je pas reçu selon mon dû ?”» (1990, p. 238).

Un conjoint trop replié

15Dans d’autres cas, ce ne sont pas ses trop fréquentes absences que les femmes reprochent à leur conjoint, mais sa présence étouffante et peu stimulante. Citons sur ce point une lettre exemplaire : « J’ai quitté la vie active pleine d’espoir. Avec mon mari, retraité un an avant moi, nous devions faire des tas de choses ensemble. Or il a complètement décroché. Il passe ses journées devant la télé, et rien ni personne n’arrive à l’en faire bouger. En deux ans, il a réussi à décourager nos enfants qui ne viennent plus en vacances chez nous, à éloigner les petits-enfants qu’il ne supporte plus. J’ai fait partie d’un club de gymnastique avec ma fille mais j’ai dû abandonner parce qu’il ne cessait de râler. En un an, je suis passée du statut de “cadre dynamique ne faisant pas son âge” à celui de “grand-mère tricotant au coin du feu”. Mes enfants me disputent pour que j’améliore mon physique qui en a pris un coup mais, voyant mon mari effondré devant sa télé, je ne me sens pas encouragée » (Notre Temps, n° 276, décembre 1992). L’attitude de repli du mari, son manque de dynamisme est donc susceptible de susciter la réaction féminine. Pour manifester son mécontentement, la femme peut se placer de deux points de vue, le premier traditionnel, le second moderniste. En tant que mère et grand-mère, elle craint qu’un tel comportement puisse nuire aux bonnes relations avec les enfants et les petits-enfants. En tant que « jeune retraitée » des année quatre-vingt-dix, sensible au discours sur l’épanouissement, elle a conscience que l’attitude de son mari est susceptible de mettre en échec son projet de réalisation de soi. Directement, par les pressions qu’il exerce parfois pour que son épouse adopte son rythme de vie à lui, en diminuant par exemple ses activités extérieures – « il ne supportait pas d’être tout seul à la maison », raconte Mme Raphaël avant de confier : « Je me disais : “Mais la retraite, c’est pas ça, il va devenir un boulet pour moi” ». Indirectement par l’image de la vieillesse qu’il renvoie et qui risque d’emporter sa compagne si elle n’y prend garde («mon physique en a pris un coup »). D’où les tentatives féminines pour « le faire sortir un peu » ou « lui trouver une occupation à l’extérieur ». Et, de la même façon que certains hommes regrettent que leur épouse n’éprouve plus de désir sexuel, il est des femmes qui souffrent du manque d’ardeur de leur mari : « Merci à Notre Temps de donner la parole aux moins jeunes sur les questions sexuelles. Voilà pas si longtemps, on croyait que cela ne concernait plus personne après 60 ans… J’ai 63 ans et je n’ai pas l’impression d’être une vieille femme. Pourtant, depuis un certain temps, mon mari n’a plus aucun désir, et nous n’avons pas de relations sexuelles. Quand je lui ai demandé pourquoi, il m’a répondu : “Je ne peux plus…” J’ai dit : “Cela se soigne…” Il m’a alors déclaré : “On peut vivre sans ça”. Je lui en ai beaucoup voulu. Mais, à mon âge, on ne fait pas sa valise pour aller voir, ailleurs, comment ça se passe. Je me suis repliée sur moi-même. Je me sens seule. Tout à coup, plus vieille… » (Notre Temps, n° 297, sept. 1994).

16La lutte peut se jouer également sur le terrain des tâches ménagères, certaines femmes n’étant pas prêtes à accepter l’assignation au domestique que leur conjoint a prévu pour elles, qu’elles aient travaillé et ne souhaitent pas retomber dans un rôle au quel elles ont échappé non sans efforts – « très naïvement, mon mari avait pensé que si je me mettais en retraite, j’allais tout prendre en charge, parce que j’ai toujours exigé… on a eu une femme de ménage pas mal de temps, mais j’ai toujours exigé qu’au niveau courses, au niveau… il prenne sa part, du moins une certaine part, qui était inférieure à la mienne. Alors il avait pensé que, du fait que je m’arrêtais, on ferait d’une part l’économie de la femme de ménage, et qu’il n’allait plus rien avoir à faire (Mme Noël, professeur), – ou qu’elles aient été femmes au foyer et qu’elles en aient épuisé les plaisirs – lui il ne voyait pas de problèmes, il trouvait ça très bien, il était à la retraite, à la maison, il n’avait plus qu’à attendre que je lui apporte ses pantoufles, son journal… » (Mme Blanchot ; femme au foyer, elle a commencé à travailler à 53 ans après avoir quitté son mari).

Un mari trop autoritaire

17Ces conflits autour des tâches ménagères et les reproches formulés par certaines femmes à l’encontre de leur conjoint trop replié qui cherche à les entraîner dans leur repli domestique et à les couper de leurs activités extérieures et de leurs amies, conduisent à évoquer un autre grief féminin : l’abus de pouvoir des hommes. C’est un tel problème qui se trouve posé, en filigrane, dans la lettre suivante : « Depuis quelque temps, mon amie constate que son mari devient de plus en plus jaloux. Il va jusqu’à la détourner de son entourage. Est-ce un cas unique et explicable ? Doit-elle lui en faire la remarque ? Feindre d’ignorer sa manie ? Elle s’ennuie avec un tel homme et se demande comment s’y prendre » (Notre Temps, n° 185, avril 1985). Les plaintes à l’encontre des décisions unilatérales du mari se lisent aussi dans la lettre de Francette : « Voilà quarante ans que j’ai la même coiffure… J’en ai plus qu’assez, et je voudrais en changer. Mais chaque fois que j’en parle devant mon mari, il s’énerve, me dit qu’il m’a toujours aimée comme cela et qu’il ne veut pas que je change. À 66 ans, je suis exaspérée de ne pouvoir agir comme je l’entends. Comment faire comprendre cela à un mari buté ? Je n’ai pourtant rien dit quand il a rasé sa moustache que j’aimais beaucoup » (Notre Temps, n° 185, avril 1985). De tels griefs peuvent en particulier se manifester à propos de la gestion des finances conjugales : « Je lis, d’une confidence à l’autre, les difficultés de certaines femmes, démunies pécuniairement, du fait de l’égoïsme d’un compagnon. Je connais cela. Mon mari dispose non seulement de sa retraite mais de la mienne, et me redonne un peu d’argent au compte-gouttes » (Notre Temps, n° 264, décembre 1991). Ou encore à l’occasion du choix du nouveau lieu de résidence : « Depuis qu’il a pris sa retraite, mon mari ne rêve que de retourner vivre dans sa Savoie natale. […] Je l’aime assez pour accéder finalement à sa demande mais, en ce moment, j’ai plutôt l’impression de céder à son exigence, et d’être en dépendance vis-à-vis de lui. Je supporte très mal cela. J’en suis révoltée. Je lui reproche de ne tenir aucun compte de mes aspirations, et nos discussions n’aboutissent à rien. Pourquoi, soudain, ne pense-t-il plus assez à moi ?»(Notre Temps, n° 219, mars 1988).

18Ces plaintes et complaintes conjugales à la retraite, nous allons les retrouver tout au long de cet ouvrage. Nous aimerions qu’elles s’éclairent à la lumière des analyses proposées. Et que dans le même temps, elles nous aident à comprendre la vie conjugale au début de la retraite, ce qui la rend conflictuelle ou au contraire harmonieuse. Car il nous faut rassurer le lecteur. Tous les retraités ne sont pas déçus lorsqu’ils « redécouvrent » leur conjoint après la retraite ; tous ne connaissent pas, après leur cessation d’activité, les déconvenues d’une vie conjugale qui ne satisfait pas leurs attentes. Aussi, afin de ne pas donner l’impression erronée que la vie conjugale à la retraite est un enfer, citerons-nous pour terminer ce tour d’horizon le témoignage que Raymonde a adressé à Notre Temps : « Je m’étonne toujours quand je vois des époux retraités qui ne se supportent pas. Il y a vingt-deux ans, mon mari partait à la retraite. Il avait 50 ans. Il était mécanicien sur des locomotives de grandes lignes. Pour nous, ce fut une nouvelle vie. Plus besoin de réveil. Nous étions à table tous les deux ensemble, les soirées aussi. Nous pouvions prévoir de sortir ou d’inviter des amis. Il n’y avait plus d’horaires. En vingt-sept ans de carrière, nous n’avions pas fêté souvent Noël ensemble ou avec les enfants. Nous aimions tous deux la lecture, la musique, les balades en forêt. La retraite fut la période la plus heureuse de notre vie à deux » (n° 294, juin 1994).

Notes

1 Nous verrons plus loin la solution adoptée par cette lectrice de Notre Temps.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search