Version classiqueVersion mobile

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Chapitre I. Approche théorique et méthodologique de la retraite conjugale

Texte intégral

1La vie conjugale à l’heure de la retraite : tel est donc l’objet de ce livre. Un objet auquel la sociologie de la famille n’a accordé jusqu’à présent qu’un faible intérêt. Un objet dont il convient de préciser les contours en soulignant les incertitudes de la retraite conjugale contemporaine. Comment l’appréhender ? D’un point de vue théorique, nous proposerons d’inscrire l’étude de la retraite conjugale dans une perspective constructiviste, de nous pencher en fait sur le processus de (re) construction conjugale au moment de la retraite – et sur les processus de reconstruction identitaire qui lui sont liés. D’un point de vue méthodologique, nous aurons recours à un matériau de type qualitatif, composé de deux corpus d’entretiens et d’un corpus de lettres.

La sociologie de la famille et le couple âgé

2Dans quelle mesure les sociologues de la famille se sont-ils intéressés au couple âgé ? Tournons-nous tout d’abord vers les États-Unis : les travaux sur la famille et le couple âgé y sont suffisamment nombreux pour permettre la publication d’ouvrages collectifs (Brubaker, 1983 ; Szinovacz, Ekerdt, Vinick, 1992) et de synthèse (Brubaker, 1985). Cependant, T. Brubaker regrette que cet objet de recherche reste sous-représenté dans le champ des études sur la famille : « Bien que la plupart des recherches sur la famille se soient intéressées aux premières phases du mariage, il n’en demeure pas moins que les gens vivent plusieurs années dans les dernières phases du cycle de vie familial » (Brubaker, 1985, p. 17) écrit-il. Il est vrai que les découpages du cycle de vie généralement retenus ne sont guère équilibrés et donnent à penser que la première partie de l’existence est bien plus riche et intéressante que la seconde.

3En France, le couple âgé ne semble pas avoir les faveurs des sociologues de la famille. C’est plutôt dans des ouvrages traitant de la retraite que quelques développements lui sont consacrés (Pitaud, 1983 ; Delbès, 1989). Pour trouver des travaux prenant pour objet le couple après la retraite, il faut quitter le champ disciplinaire de la sociologie : un colloque sur le couple âgé, à Nanterre (1985) ; des articles de psychologues et psychologues sociaux (Blain, 1984 ; Lemaire, 1984 ; Levet-Gautrat, 1990) ou de médecins intéressés par les sciences sociales (Grand, Grand-Filaire et Pous, 1991).

4Comment expliquer cette absence d’intérêt de la sociologie de la famille pour le couple âgé ? F. de Singly (1991b) relève la dualité théorique qui a longtemps prévalu dans l’approche sociologique des relations conjugales, certains auteurs privilégiant la variable classe sociale, d’autres la variable sexe. Or, ni pour les uns, ni pour les autres, le couple âgé ne constituait un champ d’investigation à privilégier. D’une part la classe sociale n’existe, chez les retraités qu’à l’état « résiduel ». Que l’on songe par exemple à la nomenclature des PCS : elle se préoccupe essentiellement des actifs, les retraités étant regroupés dans une seule catégorie, définis d’abord par leur condition de retraité, leur activité antérieure n’étant prise en compte que de façon subsidiaire. Il semble qu’au-delà – et en deçà – d’un certain âge, le milieu social, variable centrale de la sociologie française cède la place à un autre critère de distinction : l’âge. Cela est particulièrement net dans le recueil synthétique de données statistiques publié par l’INSEE et consacré aux personnes âgées (Les Personnes âgées, 1990), dans lequel l’âge apparaît comme le déterminant essentiel des pratiques. D’autre part, les rapports de sexe sont appréhendés avant tout à travers la question du travail (professionnel et domestique), et risquent donc d’être moins visibles après la retraite.

5Cependant, les couples âgés ne sont pas totalement absents des travaux des sociologues français de la famille. On peut même dire que, dans une certaine mesure, ils sont très présents, mais comme personnages secondaires, le premier rôle revenant aux relations intergénérationnelles. Grâce aux travaux pionniers de L. Roussel (Roussel et Bourguignon, 1976) et d’A. Pitrou (1978), on a en effet redécouvert l’importance des liens et des échanges entre générations ; si bien que les recherches portant sur les « solidarités familiales » ont aujourd’hui produit des résultats d’une grande richesse (Déchaux, 1990 ; Attias-Donfut, 1995), permettant de jeter les bases d’une conceptualisation de l’« économie cachée de la parenté » (Déchaux, 1994). Dans une telle perspective, le couple âgé apparaît comme un acteur essentiel de la grande chaîne de solidarité entre générations, mais il est perçu comme une entité qui ne laisse jamais transparaître la complexité des relations conjugales.

6Pour ne plus appréhender le couple âgé seulement comme une boîte noire dont le fonctionnement interne reste invisible, nous nous proposons ici de le mettre sur le devant de la scène sociologique, de régler sur lui la focale de notre objectif : nous pourrons ainsi distinguer ses protagonistes et observer comment ils interagissent. Il va sans dire que nous ne considérons pas pour autant les relations intergénérationnelles comme secondaires, mais nous les laisserons, dans notre étude, à l’arrière-plan. Nous faisons le pari qu’une perspective centrée sur le conjugal peut s’avérer fructueuse. Et ce pari nous semble d’autant plus légitime que les conditions de la vie conjugale après la retraite se sont profondément transformées ces dernières années, ce qui est, pour les conjoints, facteur d’incertitude.

Les incertitudes de la vie conjugale à la retraite

7Ces transformations se traduisent en effet par un accroissement du flou : non pas du fait d’une absence de repères, d’une disparition des normes, comme on le dit parfois, mais au contraire parce que coexistent plusieurs modèles et que cette pluralité détruit l’évidence des manières d’être et de faire. Ce sont ces incertitudes que nous allons présenter maintenant de façon plus précise, incertitudes quant à ce que doit être la vie à la retraite d’une part, incertitudes sur le plan des relations conjugales d’autre part. Mais il convient de rappeler auparavant les changements qui ont marqué la dernière partie de la vie.

Les transformations de la dernière partie de la vie

8Dans un article récent, C. Delbès et J. Gaymu indiquent qu’« après guerre, moins de 40 % seulement des hommes survivaient jusqu’à 73 ans, âge auquel en moyenne, ils cessaient leur activité professionnelle, ils avaient alors 8 années d’espérance de vie. Aujourd’hui, plus de 80 % peuvent espérer connaître le statut de retraité ; atteint désormais à 60 ans, il s’étend sur plus de 18 ans » (Delbès, Gaymu, 1992, p. 43). On le voit, la période de la vie qui commence avec la cessation d’activité professionnelle a été profondément transformée, sous l’effet conjugué de deux facteurs. D’une part, la baisse de l’âge auquel on cesse définitivement son activité professionnelle, baisse favorisée ces vingt dernières années par le développement des préretraites (Gaullier, 1990) et marquée symboliquement par le passage à 60 ans de l’âge légal de la retraite (ordonnance du 26 mars 1982) : entre 1968 et 1988, l’âge moyen de cessation d’activité des hommes est ainsi passé de 65,8 à 60,4 ans (Delbès et Gaymu, 1992, p. 44, tableau 1) ; ou encore, entre 1970 et 1990, le taux d’emploi masculin des 55-64 ans a baissé de 74 % à 43 % (Guillemard, 1993). D’autre part, l’allongement de l’espérance de vie : si l’espérance de vie à la naissance a augmenté fortement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce n’est qu’à partir de 1970 que l’essentiel de cette augmentation a été due à l’allongement de l’espérance de vie après 60 ans : entre 1970 et 1991, cette dernière a crû de 3 ans pour les hommes et de 3,5 ans pour les femmes (Bourgoin, Nizard, 1995). Parallèlement, même s’il faut rester prudent du fait des difficultés méthodologiques posées par son estimation (Delbès, Gaymu, 1992, p. 44), l’espérance de vie sans incapacité a augmenté pour les plus de 65 ans à un rythme équivalent à celui de l’espérance de vie : pour les hommes, l’espérance de vie à 65 ans a augmenté de 1,6 an entre 1981 et 1991 alors que l’espérance de vie sans incapacité au même âge a crû de 1,3 ans ; pour les femmes, l’évolution est de 1,8 an pour l’espérance de vie et 2,3 ans pour l’espérance de vie sans incapacité (Robine, Mormiche, 1993, p. 4, tableau 2). Prenant acte de cette évolution de l’état de santé des personnes âgées, P. Bourdelais proposait récemment que de nouvelles catégories statistiques entérinent ces transformations des âges de la vie, invitant les démographes à abandonner l’âge de 60 ans comme seuil d’entrée dans la vieillesse pour un seuil évolutif, prenant en compte l’amélioration de l’état de santé (Bourdelais, 1993).

9En conséquence de ces évolutions s’ouvre aujourd’hui avec la cessation d’activité professionnelle une période de la vie inédite : l’horizon de la mort recule, et il convient de gérer le temps qui devient ainsi disponible. X. Gaullier a décrit ces transformations en notant que le cycle de vie n’est plus à trois temps – « la jeunesse et la formation, puis aussitôt la vie adulte et la production, et enfin la retraite et l’inaction » (1990, p. 118) –, mais à quatre temps – « une nouvelle étape dans le parcours de vie, un nouvel âge dans le cycle de vie » (1988, p. 30) s’intercalant entre la vie professionnelle et la vieillesse. Pendant ce « nouvel âge » de la vie, nous dit X. Gaullier, « il y a du temps à vivre, étant encore jeune, “en pleine possession de ses moyens”, un temps qui permet d’être soi » (1990, p. 134). Quant à F. Cribier, elle revient sur l’invention et la diffusion du terme de Troisième Âge : « la retraite elle-même, si elle constitue la coupure la plus visible, est-elle vraiment restée le début de quelque chose qui serait la vieillesse, et ne se dessine-t-il pas, pour les générations nées après la Grande Guerre, un âge de la vie qui va de la cinquantaine ou du départ des enfants jusqu’à l’entrée dans ce que les jeunes retraités appellent désormais “la vraie vieillesse” ? Le succès rapide et ambigu du terme de Troisième Âge dans le grand public vient je crois de ce qu’il a annexé une longue phase de la vie de retraite à l’âge adulte, alors que le grand âge est plus loin de nous que jamais » (1992, p. 5). En fait, on assiste actuellement à une recomposition des limites entre les âges, qui consiste en un déplacement de la frontière marquant l’entrée dans la vieillesse, frontière qui tend à se fixer non plus au mo ment de la cessation d’activité, mais plus tard, lorsque se manifestent les premiers graves problèmes de santé.

10Ce qu’il convient de noter pour notre propos, c’est que cette nouvelle période de la vie est, plus souvent et plus longtemps qu’auparavant, une période de vie conjugale, comme le montre l’évolution de différents indicateurs : l’âge moyen du veuvage qui, en 1962, était de 66 ans pour les hommes et de 62 ans pour les femmes a reculé de plus de 4 ans en 30 ans (Delbès, Gaymu, 1992, p. 48); il y a aujourd’hui plus de femme mariées de 60 ans et plus que de femmes veuves (Gaymu, 1993, p. 1886, tableau 6); la probabilité pour une femme de fêter son soixante-quinzième anniversaire avec son mari est passée de 8 % pour la génération 1875 à 22 % pour la génération 1905 et à 41 % pour la génération 1935 (Delbès, Gaymu, 1992, p. 50, tableau 3).

Ancienne retraite, nouvelle retraite

11Nous l’avons vu, une nouvelle représentation de la retraite tend à s’imposer, qui l’arrache à la vieillesse et lui confère des attributs de jeunesse et de dynamisme. Cependant, l’ancienne représentation qui l’assimilait à la vieillesse n’a pas disparu, si bien que les conceptions de la vie à la retraite sont plurielles et contradictoires. C’est ce qu’observe A.-M. Guillemard dans Le déclin du social : « Les constructions sociales successives de la vieillesse, qui ont correspondu au jeu des forces sociales, aux définitions que ces dernières ont pu imposer et aux dispositifs politiques que leurs rapports ont engendrés, se télescopent et brouillent la signification sociale de cet âge de la vie » (1986, p. 338). Des analyses de cet auteur se dégagent trois images de la retraite, inégalement réparties dans les différents mi lieux sociaux, et qui reflètent les trois formes qu’ont prises successivement les interventions publiques sur les rapports entre vieillesse et société : un droit à l’inactivité et un repos bien mérité ; le moment de la « libre expression de soi »; une situation de relégation sociale, d’inutilité. C. Lalive d’Épinay distingue, lui, un ethos du travail et du devoir, concurrencé désormais par un autre ethos, « qui place au centre l’épanouissement de l’individu » (1990, p. 750). Ces deux ethos renvoient à deux types de vie à la retraite : « l’ethos du devoir dévalorise la retraite en y voyant une situation un peu honteuse d’oisiveté et de mise sur la touche ; en revanche, l’ethos de l’épanouissement personnel valorise les activités de temps libre comme moyens et sources de l’éclosion des dons individuels » (1990, p. 750).

12Cette pluralité des représentations de la retraite explique la non-évidence des pratiques, comme on peut le constater sur quelques exemples. Certains retraités expriment un malaise, une vague culpabilité, le sentiment de ne pas se sentir pleinement en accord avec ce qu’ils font parce qu’ils jugent leurs activités insuffisantes : «Je pense qu’on est en train un petit peu de gâcher les bonnes années. Moi j’ai dit l’année dernière que c’était ma jeunesse qui commençait […] J’ai plus de problèmes avec les enfants, j’entreprendrais bien beaucoup de choses… Mais j’ai l’impression qu’on n’en fait pas beaucoup plus… Mais mon mari a peut-être moins besoin que moi de… on a une impression de creux, de temps dont on disposerait pour faire quelque chose, et qu’on n’utilise pas suffisamment » déclare Mme Travert. Le contexte de l’entretien est d’ailleurs propice à l’expression d’une telle culpabilité, la personne interrogée ressentant parfois le besoin de justifier sa non-conformité au nouveau modèle face à un enquêteur considéré comme un spécialiste de la vie des retraités, jeune de surcroît, et donc très certainement partisan de la retraite poly-active et défenseur du « principe de non-oisiveté » – pour reprendre la formule d’A.-M. Guillemard (1980, p. 87). Ainsi, lorsque je lui demande si elle a de « nouvelles activités », M me Millet répond : «Je m’attendais à ce que vous me posiez cette question… Non, j’avoue que, en dehors de la maison… Ça peut paraître bizarre que je n’ai pas d’activité autre que le ménage… mais non… j’ai pas le temps… et si j’avais envie de faire quelque chose, mon mari ne m’empêcherait pas… mais la maison est très grande à entretenir, et ça m’occupe longuement, je ne chôme pas. Je sais que ce serait plus enrichissant que d’être toujours en train de faire le ménage, mais je serais malheureuse autrement. » Pour d’autres retraités, le malaise provient, au contraire, du fait qu’ils considèrent que leurs activités sont trop nombreuses et dispersées : « J’ai beaucoup d’occupations. Trop même, avec ce sentiment commun à certains retraités de n’avoir plus le temps de rien. Ce qui n’est jamais que l’envers inconscient de ne plus savoir gérer son temps » écrit un lecteur de Notre Temps (n° 256, mars 1991).

  • 1 Cité par G. Clément, « Le marché des bénévoles », Le Monde, 13 novembre 1992. Le même article indi (...)

13Par ailleurs, on trouve des personnes déchirées entre des impératifs contradictoires : ne plus admettre de contraintes, être actifs et utiles. D’où l’hésitation de certains à s’engager dans des actions bénévoles : « Moi, je me suis posée la question : j’aurais trois ou quatre associations où je pourrais aller facilement. Je pour rais aller à l’association contre le cancer, je pourrais aller à l’association contre la mu coviscidose, tout ça pour différentes raisons, je pourrais aller certainement au Secours Populaire, au Secours Catholique, et volontairement je ne me suis pas manifestée, parce que je veux me garder du temps pour moi » déclare par exemple Mme Mouchel. Cette attitude d’engagement prudent et limité, soucieuse de ne pas accepter à la retraite des contraintes aussi lourdes que celles de la vie professionnelle, et que l’on retrouve assez souvent dans les entretiens, permet sans doute de comprendre ces propos de Mme Arles, déléguée générale du Centre National du Volontariat : « On recherche beaucoup de comptables ou de secrétaires. Des retraités pourraient occuper ces fonctions, mais très souvent ceux-ci ne désirent pas continuer dans une association l’activité qu’ils avaient dans leur vie professionnelle1 ». La pluralité des modèles est également au principe des difficultés éprouvées par certains à être à la fois de « bons grands-parents » et des « retraités qui en profitent » : «Mon mari et moi avons pris chez nous notre petite-fille, Sabine, dont les parents travaillent. Mon fils l’amène le matin et la reprend le soir. C’est une enfant adorable, caressante, qui nous aime beaucoup et à laquelle nous sommes très attachés. Mais forcément, cela a changé notre vie. Nous aimions beaucoup les voyages, et voilà que nous sommes privés de la possibilité de partir à notre guise. L’obligation d’être présents pour Sabine nous a tenus jusqu’ici, mais à présent qu’elle a 4 ans et va à la maternelle, la question se pose pour nous de concilier le bien de l’enfant et notre liberté. Les avis sont partagés. On nous dit : « Ce ne serait pas bien, vous devez la garder le plus longtemps possible… » Du coup, je me sens coupable… D’autres prétendent que c’est abusif de mobiliser ainsi des grands-parents, alors qu’ils ont bien mérité la liberté que leur vaut la retraite. J’aimerais avoir votre avis car nous ne savons quel parti prendre, partagés comme nous le sommes entre notre amour pour Sabine et notre intérêt très vif pour les voyages (Notre Temps, n° 202, octobre 1986).»

  • 2 Nous verrons plus loin que le mari de cette lectrice de Notre Temps est, selon elle, responsable d (...)

14Cependant cette pluralité des représentations de la retraite n’est pas le seul élément à prendre en compte pour expliquer la non-évidence de la vie à la retraite, aujourd’hui : il faut, en outre, préciser que la représentation « montante » – celle de la retraite comme occasion de s’épanouir et de développer sa personnalité – ne fixe qu’un cadre très large aux pratiques. D. Desouches, journaliste à Notre Temps le note fort bien : « Les retraités nouveaux savent très bien ce dont ils ne veulent pas dans ce domaine. La difficulté, en revanche, c’est qu’ils ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent » (n° 275, novembre 1992). En voici deux illustrations : «J’ai 56 ans, et j’ai été mis en préretraite il y a quelques mois. C’est dur pour un homme de se retrouver du jour au lendemain sans travail et ne sachant comment occuper ses journées. […] On parle beaucoup de volontariat… J’ai travaillé toute ma vie dans un service de comptabilité et je ne vois vraiment pas ce que je pour rais faire pour aider les autres, qu’en pensez-vous ? » (Notre Temps, n° 177, juillet-août 1984); « En un an je suis passée du statut de « cadre dynamique ne faisant pas son âge » à celui de « grand-mère tricotant au coin du feu » […] J’ai voulu faire du bénévolat, mais on me parle de liste d’attente » (Notre Temps, n° 276, décembre 1982)2.

Anciens mariages, nouveaux mariages

15Incertitude donc sur ce que doit être aujourd’hui la vie à la retraite. Flou également en ce qui concerne les rapports de sexe, et donc les relations conjugales. Les règles de la vie conjugale n’ont plus aujourd’hui le caractère d’évidence, d’« allant de soi », qu’elles avaient autrefois. F. de Singly note ainsi que « l’évidence des rôles et des positions a laissé la place à la négociation entre les conjoints, entre les parents et leurs enfants » (1992 c, p. 3), et J.-C. Kaufmann insiste sur la spécificité des couples contemporains en rappelant qu’« il y a quelques décennies, le jour du mariage, hommes et femmes entraient à la fois dans un logement, une institution et des rôles domestiques. Chacun savait ou était censé savoir ce qu’il devait faire, la femme avait été en théorie préparée par sa mère » (1992a, p. 73).

  • 3 On sait que l’égalité, par exemple en matière de répartition des tâches domestiques, est davantage (...)

16« Il y a quelques décennies »… C’est-à-dire lorsque les retraités des années 1990 se mariaient. Ces quelques décennies ont en effet été marquées par l’arrivée massive des femmes sur le marché du travail, par les revendications féministes, par les lois sur la contraception, l’avortement, le divorce, par de profonds bouleversements dans les rapports de sexe (dans les pratiques et surtout dans les représentations3), par la valorisation de l’autonomie de chacun des conjoints dans le couple (de Singly, 1993). M. Bozon trace, de quelques traits suggestifs, deux modèles du mariage, et souligne ainsi quelle a été l’évolution : « Pour ces parents nés entre les deux guerres, et en particulier pour les femmes, le mariage évoquait très nettement une idée de sacrifice, de dévouement à la famille, d’abandon de la carrière et de l’autonomie personnelle de la femme, et était associé à une forte division sexuelle du travail. […] L’attitude des enfants du baby-boom se caractérise par un rejet du mariage-sacrement et du mariage-sacrifice, et chez les filles en particulier par un refus de l’“altruisme” familial et de l’ascétisme de leurs mères » (1988, p. 11-12).

17Ceux qui cessent aujourd’hui leur activité professionnelle se sont mariés à une époque où prévalait l’ancien modèle ; ils passent le cap de la retraite – ce « nouveau mariage » comme nous en ferons plus loin l’hypothèse – alors que c’est le nouveau modèle qui prévaut. Il serait bien sûr naïf de poser la question sous la forme d’un choix alternatif – vont-ils persévérer dans le choix de l’ancien modèle, ou se convertir à l’air du temps ? –, mais on peut dès-à-présent, avant de revenir sur les orientations théoriques qui sous-tendent une telle hypothèse, considérer que les deux modèles ont pu donner lieu à des constructions syncrétiques, assemblages imparfaits qui génèrent l’incertitude des conduites et ouvrent le champ des possibles.

18À ce stade, nous en prendrons un seul exemple : Mme Blanchot a quitté son mari peu de temps après la retraite de celui-ci : elle ne supportait plus sa condition de femme au foyer, elle voulait sa liberté. À la fin de l’entretien, elle se laisse aller à des considérations sur les problèmes conjugaux de ses enfants : «Mon problème, maintenant, ce sont mes enfants. Ils ne sont pas mariés, ils vivent en ménage la plupart, alors quelquefois y’a des séparations… Je crois vraiment que le mariage, c’est difficile ; la cohabitation, c’est pas facile ; surtout maintenant où les femmes… [elle s’interrompt brusquement] enfin c’est stupide ce que je vous dis, je suis en train d’épouser en fin de compte les thèses de mon père. » On conclura, au choix, qu’elle reste viscéralement attachée à l’ancien modèle – on le voit bien, quand elle se laisse aller… –, qu’elle s’est convertie au nouveau modèle – malgré quelques relents nostalgiques vite contrôlés –, ou encore qu’elle se débat avec des visions contradictoires qui renvoient à différents moments de sa construction identitaire.

19Cet accroissement du flou sur le plan des relations conjugales et sur celui de la définition de la vie à la retraite rend a priori d’autant plus problématique la vie conjugale à ce moment de l’existence. Cependant, parler comme nous l’avons fait d’un accroissement du flou dans les consciences individuelles, de contradictions dans les représentations, c’est postuler – en adoptant le vocabulaire de N. Elias – que les structures psychiques peuvent évoluer avec les structures sociales, et supposer qu’à partir de ces représentations multiples, les néo-retraités « construisent » leur vie conjugale à la retraite.

Une problématique constructiviste

La construction du monde et la construction de soi

20Ces présupposés théoriques renvoient à la perspective constructiviste développée par P. Berger et T. Luckmann dans La construction sociale de la réalité : ces deux auteurs montrent d’une part comment l’individu participe à la construction du monde dans lequel il vit ; ils considèrent d’autre part que la socialisation est un processus continu, jamais achevé, et qui ne se limite donc pas aux premières années de la vie.

21Tout d’abord, selon P. Berger et T. Luckmann, la socialisation ne doit pas être conçue comme une imprégnation ou une inculcation passives, mais comme une appropriation, « une appréhension du monde en tant que réalité sociale et signifiante » : « l’individu « prend en charge » le monde dans lequel les autres vivent déjà » (1986, p. 178). Et il “prend en charge” non seulement le monde dans lequel il vit, mais aussi, dans le même temps, son identité sociale : « L’appropriation subjective de l’identité et l’appropriation subjective du monde social sont des aspects simplement différents du même processus d’intériorisation, médiatisé par les mêmes autres significatifs » (1986, p. 182). Ainsi l’individu participe conjointement à la construction de ce qu’il est et à la construction du monde dans lequel il vit. Ce qui ne signifie pas que lui soit octroyé un rôle de démiurge : « (son monde) est plutôt découvert par lui comme un donné extérieur, un monde tout fait qui est tout simplement pour qu’il puisse aller de l’avant et vivre en lui, bien qu’il le modifie continuellement par le fait de vivre en lui » (Berger, Kellner, 1988, p. 8). Ainsi l’apport propre de l’individu est le plus souvent marginal ; s’il participe à la construction du monde, c’est avant tout en soutenant sa réalité, en le validant de façon permanente, à ses yeux et à ceux des autres.

22Dans cette double appropriation, de soi et du monde, deux éléments jouent un rôle essentiel : les autres et les routines. D’une part, cette double construction s’effectue avant tout au cours des interactions, et en particulier avec les « autres significatifs », ceux qui ont le plus d’importance pour l’individu : « Les autres significatifs sont, dans la vie de l’individu, les agents principaux de la maintenance de sa réalité subjective » écrivent P. Berger et T. Luckmann (1986, p. 206). Ainsi, la réalité – du monde et de sa propre identité – est continûment soutenue et validée, construite et reconstruite. Et si les agents principaux de ce mécanisme sont les autres significatifs, l’instrument privilégié en est la conversation : « Le plus important véhicule de la conservation de la réa lité est la conversation. On peut concevoir la vie quotidienne de l’individu en terme d’action d’un appareil de conversation qui continuellement maintient, modifie et reconstruit sa réalité subjective » (1986, p. 208). D’autre part, cette réalité est également soutenue par tout un ensemble d’habitudes, de routines, répétées régulièrement sans qu’il soit nécessaire d’en réinterroger le sens tant elles vont de soi, et qui aident à vivre dans un monde non-problématique : si P. Berger et T. Luckmann évoquent ce rôle des habitudes – « Toute activité humaine est sujette à l’accoutumance […] L’accoutumance implique l’importante acquisition psychologique du rétrécissement des choix » écrivent-ils (1986, p. 77) –, c’est surtout J. -C. Kaufmann qui en sou ligne l’importance. Pour lui, les habitudes jouent un rôle essentiel dans la construction et la maintenance du monde – « La familiarité avec les êtres et les objets ne vient pas « comme ça », simplement avec le temps : elle est le résultat d’une construction sociale, de l’accumulation des micro-évidences » (1992 a, p. 67) –, et aussi dans la construction de l’identité sociale – « Jour après jour, nous incorporons ou redoublons des milliers de petits gestes et de petites idées qui s’agglutinent au fonds de manières qui nous constituent en tant qu’individus. Chaque élément pris séparément peut paraître insignifiant. Enchaîné à d’autres, il est pourtant toujours porteur de sens et de normes d’actions » (1992b, p. 25).

  • 4 Pour T. Parsons, la « famille d’orientation » d’Ego est celle où il est né, et doit être distingué (...)

23L’individu prend donc en charge ce qu’il est dans le même temps qu’il s’approprie le monde dans lequel il vit. Cependant, il ne vit pas dans un seul monde, mais successivement et simultanément dans des mondes différents. P. Berger et T. Luckmann notent qu’il passe du monde de la socialisation primaire au monde de la socialisation secondaire. Mais ces deux mondes sont eux-mêmes pluriels : monde de la famille d’orientation4, monde de l’école, etc., pour le premier ; monde de l’activité professionnelle, monde de la vie privée, etc., pour le second. À un moment donné de son existence, un individu se partage entre plusieurs mondes juxtaposés – son entreprise, sa famille, son club de football, etc. – qui pour lui ont une importance variable. Si certains des mondes dans lesquels l’individu est appelé à vivre lui préexistent, sont « déjà-là » – par exemple l’école, ou l’entreprise –, et s’il doit avant tout les « découvrir comme des donnés extérieurs », apprendre à y vivre, d’autres réclament une participation plus active : il contribue davantage à leur constitution – ce qui ne signifie pas qu’il les « invente », mais qu’il peut s’en donner l’illusion. C’est le cas, en particulier, du monde de la vie privée. En effet, comme le rappellent P. Berger et H. Kellner, s’il est une réalité sur laquelle l’individu peut peser – du moins le croit-il –, s’il est un petit atelier dans lequel il peut, en combinant les diverses représentations qu’il a intériorisées, bricoler un petit univers à lui, c’est bien « la sphère privée de l’existence » : « c’est surtout et, en règle générale, seulement dans le domaine privé que l’individu peut prendre une tranche de réalité et la façonner en son monde » (1988, p. 11).

24Les différents mondes auxquels participe un individu évoluent au cours de son existence : de nouveaux mondes font leur apparition, d’autres dans lesquels il avait pris l’habitude de vivre disparaissent. Ce sont là des ruptures, qui provoquent une plus forte activation des processus de construction de soi et de la réalité – de la même façon qu’une blessure de l’épiderme a pour conséquence un travail de régénération tissulaire, les cellules se reproduisant pour remplacer celles qui ont été détruites et parvenir à la cicatrisation. P. Berger et H. Kellner soulignent l’importance de l’un de ces moments-charnières : le mariage, qui marque l’entrée dans un nouveau monde, celui de la vie conjugale, et qu’ils considèrent comme une « rupture “nomique”». En effet, la hiérarchie des autres significatifs est alors bouleversée : le conjoint devient « l’autre par excellence », et contribue, en particulier par sa conversation, à une nouvelle construction de soi – car « l’identité de chacun prend maintenant un nouveau caractère, ayant constamment à s’harmoniser avec celle de l’autre » (Berger et Kellner, 1988, p. 13) – et à une nouvelle appréhension du monde – car il faut « harmoniser deux définitions individuelles de la réalité » (p. 15). Au moment du mariage, on observe donc une reconstruction identitaire de chaque conjoint, une redéfinition commune de la réalité du monde, et aussi une construction du monde de la vie privée par constitution d’un système d’habitudes (Kaufmann, 1992 a, p. 43-75).

  • 5 P. Berger et H. Kellner considèrent que les futurs conjoints sont étrangers non pas « parce qu’ils (...)

25La retraite constitue un autre de ces moments-charnières de la vie, à la fois rupture anomique et rupture anomique. Rupture anomique, puisque l’individu quitte alors le monde de sa vie professionnelle : les autres qui l’habitaient avec lui ne sont plus là pour en valider la réalité, ni l’identité qui était la sienne dans ce monde ; le système d’habitudes qui lui permettait d’y vivre – et qui était aussi constitutif de lui-même – s’efface brutalement. Rupture nomique, puisqu’on peut faire l’hypothèse que d’autres mondes vont compenser cette perte : des mondes nouveaux peuvent apparaître – une association bénévole, par exemple –, ou des mondes déjà présents peuvent prendre de l’importance. Parmi eux, le monde de la vie privée peut prétendre jouer le rôle principal, devenir le premier des mondes, et le conjoint mériter, plus encore qu’auparavant, le titre d’« autre par excellence ». En ce sens, on peut faire l’hypothèse que la retraite est l’occasion d’un nouveau mariage : elle est aussi « un acte dramatique dans lequel deux étrangers5 se rencontrent et se redéfinissent » (Berger, Kellner, 1988, p. 9), un moment privilégié de la construction de soi et de son monde – et en particulier de son monde conjugal. Elle constitue un moment-clé pour appréhender les processus de reconstructions identitaire et conjugale.

26La retraite peut donc être considérée comme un « incident critique » (ou un « moment critique ») au sens d’A. Strauss, qui écrit : « Pour introduire la pluralité dans l’évolution de la personne, je vais évoquer maintenant quelques périodes critiques qui, lorsqu’elles surviennent, obligent à reconnaître que “je ne suis plus le même qu’avant” […] Ces incidents critiques constituent des moments décisifs dans le déroulement de la vie et de la carrière d’une personne » (1992, p. 99). Ou encore comme une situation d’« affrontement avec l’incertitude » pour reprendre une expression que C. Dubar emploie pour caractériser l’entrée des jeunes sur le marché du travail qui, précise-t-il, constitue « sans doute aujourd’hui l’enjeu identitaire le plus important des individus de la génération de la crise » (1991, p. 122-123), avant d’ajouter en note : « c’est dans l’expérience de la retraite, qualifiée par A.-M. Guillemard, de « mort sociale » et donc au moment de la sortie du marché du travail que se jouent les stratégies identitaires les plus délicates de la génération de l’entre-deux-guerres (A.-M. Guillemard, 1972) ». C’est pourquoi la retraite constitue une opportunité que le sociologue désireux d’étudier les transitions identitaires se doit de saisir.

27« La socialisation n’est jamais totale ni achevée » écrivent P. Berger et T. Luckmann (1986, p. 188), prenant ainsi le contre-pied des théories qui considèrent que les actions humaines ne sont que le déploiement de caractéristiques précocement acquises, de cette conception « qui veut que l’essentiel de la personnalité soit stabilisé relativement tôt et ne subisse plus ensuite que des variantes de l’organisation de la personnalité initiale » (Strauss, 1992, p. 97). La distinction qu’ils opèrent entre socialisation primaire et socialisation secondaire leur permet d’envisager la possibilité d’un « problème de consistance entre les orientations originales et nouvelles » (Berger et Luckmann, 1986, p. 192) : en effet, lors de la socialisation secondaire, « des identités et des réalités alternatives surgissent en tant qu’options subjectives » (p. 233). Un problème de consistance peut aussi résulter de la seule socialisation primaire, du fait par exemple de « l’hétérogénéité du personnel chargé de son exécution » (p. 228). Ainsi les individus peuvent être porteurs de représentations contradictoires : d’une part parce que la réalité intériorisée au cours de la socialisation primaire n’est pas forcément cohérente ; d’autre part parce que les réalités nouvelles auxquelles chacun se trouve confronté par la suite – c’est-à-dire au cours de la socialisation secondaire – peuvent entrer en conflit non seulement entre elles, mais aussi avec ce qui a été précédemment incorporé.

28Ces deux phénomènes sont d’ailleurs soulignés dans un certain nombre de travaux sociologiques. Le premier peut être illustré par un article de F. de Singly sur « la lutte conjugale pour le pouvoir domestique » : l’auteur y montre que dans les « couples à faible cristallisation » – c’est-à-dire hétérogames –, la rivalité conjugale pour l’action pédagogique peut créer des « situations d’éducation qui semblent s’approcher du cadre du double bind : la nature de la règle et la nature du rapport à cette règle, toutes deux imposées, ne coïncident pas ; respecter l’une conduit à enfreindre l’autre, et réciproquement » (1976, p. 100).

29Les travaux abordant le second phénomène, celui de la contradiction entre socialisations primaire et secondaire, sont nombreux, en particulier les études sur les migrants. Ci tons par exemple R. Bastide : « Au fur et à mesure que le migrant s’adapte à son nouveau milieu, il est refaçonné par lui ; son éducation ancienne n’est pas détruite pour cela. Son moi se divise alors en deux. Deux hommes habitent en lui, qui vont se battre dans le tréfonds de son être » (1965, p. 190). Si les migrants culturels sont ainsi déchirés, les migrants sociaux ne le sont pas moins, comme en atteste une recherche de J.-P. Terrail : « L’univers dans lequel pénètre l’enfant d’ouvrier [l’école] ne lui est donc pas simplement étranger, il lui est hostile. Il ne suffit pas à cet égard de souligner la différence des cultures là où certains ne voient qu’inégalité de degré dans les savoirs transmis par les parents, dans le nombre de mots acquis à la maison, etc. Car cette différence ne peut être vécue dans la juxtaposition mais comme opposition, antagonisme, répression des mots et des pratiques familiales. Les choses seraient d’ailleurs sans doute plus faciles s’il ne s’agissait pour ces enfants que d’acquérir une culture propre ment étrangère » (1990, p. 239).

30Les contradictions intériorisées sont également au principe de certaines analyses de La misère du monde (Bourdieu, 1993). La souffrance sociale doit être comprise, nous dit P. Bourdieu, comme le produit de « double-binds inscrits dans des lieux sociaux habités par des contraintes ou des exigences contradictoires », par exemple « des conflits de devoirs ou des divisions de l’image de soi liées par exemple à des contradictions entre la définition idéale et la définition réelle de leur position ou de leur fonction » (Bourdieu, 1991, p. 3). Cette sensibilité aux contradictions individuelles est aussi particulièrement aiguë chez J.-C. Kaufmann, comme en témoignent les analyses de La trame conjugale. « La plongée analytique dans une biographie peut prendre la forme d’une mise en évidence de complexités et de contradictions de plus en plus nombreuses. […] il est possible aussi d’isoler les logiques sociales différentes composant une personne » (Kaufmann, 1992a, p. 98) écrit-il. Ailleurs, il parle d’un « patrimoine de schémas incorporés », « profondément contradictoire », soulignant que « derrière le masque de l’unité identitaire le fractionnement est infini et multiforme : pour chaque aspect même minuscule engageant nos actions ou nos pensées, nous avons en réserve des expériences innombrables et très différentes » (Kaufmann, 1994).

31À partir de ces réalités multiples et contradictoires, de ces morceaux éclatés dont il est constitué, l’individu construit sans relâche une unité, dans sa confrontation quotidienne avec les autres. Ceux-ci sont partie prenante dans cette construction, co-producteurs de cette identité : c’est pourquoi nous ne pouvons restreindre l’identité individuelle au déploiement d’attributs déposés au départ. Nous allons maintenant pro poser un modèle théorique rendant compte de cette construction biface de l’identité – à partir de ce que l’on est, mais aussi avec les autres.

Le modèle théorique de C. Dubar

32Ce modèle théorique, nous l’emprunterons à C. Dubar. Dans La socialisation, il se propose en effet de « comprendre les identités et leurs éventuelles déchirures comme des produits d’une tension ou d’une contradiction interne au monde social lui-même » (1991, p. 114). Comme il l’expose dans « Formes identitaires et socialisation professionnelle » (1992), sa démarche consiste à rassembler dans une même approche et à articuler deux traditions théoriques qui s’opposent sur la question de l’identité : la première, issue d’E. Durkheim, privilégie l’axe temporel et considère que l’identité est précocement acquise, au cours des premières années de la vie, et déroule ensuite ses potentialités ; la seconde, qui s’inspire plutôt de M. Weber, insiste sur l’axe spatial, et postule que l’identité se construit d’abord dans les interactions avec autrui. « Le moment actuel semble à nouveau opportun pour tenter d’articuler ces deux traditions » annonce C. Dubar (1992, p. 509), et il propose de définir l’identité comme « le résultat à la fois stable et provisoire, individuel et collectif, subjectif et objectif, biographique et structurel, des divers processus de socialisation qui, conjointement, construisent les individus et définissent les institutions » (1991, p. 113).

33L’identité sociale présente en effet une double face : elle doit être à la fois identité pour soi et identité pour autrui. L’identité pour soi est l’identité revendiquée – par des actes d’appartenance qui expriment « quel type d’homme (ou de femme) vous voulez être ». Elle est « l’histoire qu’on se raconte sur ce qu’on est », une projection de soi dans l’avenir. L’identité pour autrui est l’identité attribuée par ceux avec qui l’on entre en interaction – par des actes d’attribution qui visent à définir « quel type d’homme (ou de femme) vous êtes ».

34L’identité pour soi se construit dans une sorte de « négociation avec soi-même » pour reprendre l’expression d’A. Strauss (1992, p. 154). N’importe quelle identité pour soi ne peut être adoptée : en effet, l’individu a déjà une identité, il a déjà eu d’autres identités par le passé. Il ne peut pas ne pas en tenir compte : une identité nouvelle revendiquée doit présenter – à ses propres yeux – une cohérence biographique, c’est-à-dire prendre sens par rapport au passé. La recherche de cette cohérence biographique constitue la transaction interne. Notons à ce propos que la cohérence biographique ne suppose pas nécessairement la continuité avec les identités passées, mais seulement que l’identité pour soi revendiquée prenne sens par rapport à elles : il est ainsi possible de se construire en rupture avec ce qu’on a été jusqu’alors, tout en assurant à cette entreprise une cohérence biographique.

35Cependant, il n’est jamais certain que « l’histoire qu’on se raconte sur ce qu’on est » soit ratifiée par ceux avec qui l’on est en interaction : l’identité pour soi peut ne pas être reconnue par autrui. De même, l’identité attribuée par autrui peut ne pas coïncider avec ce que l’on pense être, avec ce que l’on souhaite être, avec l’identité pour soi. Il est alors nécessaire de chercher à réduire l’écart entre identité pour soi et identité pour autrui : cette négociation identitaire constitue la transaction externe (ou relationnelle).

36Pour fixer les idées, nous reprendrons dans ses grandes lignes le tableau récapitulatif des deux processus biographique et relationnel que propose C. Dubar (1991, p. 118) :

37L’identité sociale naît donc, écrit C. Dubar, de l’« articulation entre deux transactions : une transaction « interne » à l’individu et une transaction « externe » entre l’individu et les institutions avec lesquelles il entre en interaction » (1991, p. 111). Dans cette dernière formule, nous remplacerions volontiers « institutions » par « autruis ». Car nous cherchons à appliquer la construction théorique de C. Dubar à une autre sphère que celle pour laquelle elle a été conçue, non plus au monde professionnel, mais au monde de la vie privée. Il nous faut donc nous approprier sa grille théorique, l’acclimater à notre terrain et à nos préoccupations. C’est ce que nous voudrions faire en discutant deux problèmes théoriques auxquels nous serons plusieurs fois confrontés : celui du rôle des transactions externe et interne ; celui de l’importance respective des différents « fragments » d’identité que l’individu construit dans ses différents mondes.

38Parmi toutes les contradictions qui habitent l’individu, il en est une qui intéresse particulièrement notre propos, puisque le conjoint a toutes chances de devenir au moment de la retraite, davantage encore que lors du mariage, l’autre par excellence. Cette contradiction, c’est la tension entre le moi individuel et le moi conjugal. F. de Singly définit le moi conjugal comme « la manière dont l’identité personnelle se modifie lors de la formation du couple » (1988a, p. 3) : il est donc, selon notre grille théorique, le résultat de l’articulation entre transaction interne et transaction externe avec le conjoint. Mais le moi conjugal n’est jamais fixé une fois pour toutes ; il évolue, en particulier parce qu’il risque toujours d’être soumis aux revendications indépendantistes du moi individuel, réclamant une nouvelle négociation biographique. Si devenir conjoint, c’est « devenir en quelque sorte “étranger à soi-même”», il n’en demeure pas moins que « le moi conjugal n’étouffe pas le « je » initial », comme l’écrivent F. de Singly et G. Charrier (1988, p. 47-48). La retraite constituant, nous en avons fait l’hypothèse, un « nouveau mariage », elle est l’occasion d’une réactivation de la transaction externe conjugale, et est donc susceptible de raviver la tension entre le moi individuel et le moi conjugal.

39Cette tension, centrale pour la construction du conjugal, n’est qu’un cas particulier des contradictions qui habitent l’individu et qui sont toujours susceptibles d’activer la transaction biographique : il y a toujours des parts de lui-même qui ne sont pas satisfaites dans une situation donnée, et qui peuvent resurgir. C’est ainsi que, pour J.-C. Kaufmann, « l’individu apparaît alors comme doté d’un “capital” d’habitudes (un patrimoine social comme il y a un patrimoine génétique) qu’il incorpore en couches successives mais qui ne sont réactivées, sélectivement, qu’en rapport avec le contexte d’interaction et le fil de la recomposition identitaire du moment » (1992 b, p. 23). Cependant, supposer que sommeille en chacun un « patrimoine identitaire » ou un « capital dormant » – formules que nous reprenons à J.-C. Kaufmann – ne doit pas conduire à confiner la transaction externe dans un rôle secondaire, de simple « révélateur » – au sens photographique – d’aspects de la personnalité jusqu’alors cachés, et qui semblaient attendre un contexte favorable pour surgir. Des notions telles que « réserve », « patrimoine », « capital » nous semblent à cet égard critiquables car elles suggèrent l’image d’un stock dans lequel l’individu viendrait puiser – ou plutôt dans lequel le contexte désignerait les éléments pertinents du moment. Or, d’une part, parmi les éléments du passé à prendre en compte, il n’y a pas seulement des « pleins » – identités assumées autrefois, gestes intériorisés –, mais aussi des « creux » – frustrations, regrets. Si bien que nous utiliserons, de préférence à « réserve », le terme de « ressources ». D’autre part, comme nous chercherons à le montrer, les autres ne se contentent pas d’« éclairer » telle ou telle ressource identitaire de l’individu qui apparaît alors en pleine lumière, ils peuvent aussi lui proposer, lui conférer certaines identités ; identités qu’il peut accepter au cours d’une transaction biographique, même si elles ne font pas partie de ses ressources. En effet, si l’on considère que le contexte ne fait que « révéler » ce qui est déjà présent, on voit mal ce qui différencie l’approche constructiviste de celles qui mettent l’accent sur le poids des premières expériences, la théorie de l’habitus de P. Bourdieu, par exemple. Aussi nous semble-til nécessaire, pour conserver à la perspective constructiviste sa spécificité et sa richesse, d’accorder à la transaction externe une place aussi importante qu’à la transaction interne, et de considérer que l’identité sociale se construit dans l’articulation entre ces deux transactions qui, l’une et l’autre, à tour de rôle, peuvent avoir la préséance.

40Le second problème qu’il nous semble intéressant d’évoquer est celui de la hiérarchisation des différents « fragments » d’identité d’un individu, c’est-à-dire des identités qui sont construites dans les différents mondes auxquels il participe. Certains mondes sont prioritaires, et certaines identités davantage investies que d’autres. C’est ce que rappelle C. Dubar : d’une part, en pointant l’existence d’« espaces d’identification prioritaires (lieu où est reconnu le “statut principal” au sens de Goffman) au sein desquels les individus se sentent suffisamment reconnus et valorisés » (1991, p. 127); d’autre part en faisant l’hypothèse que « l’investissement privilégié dans un espace de reconnaissance identitaire » est lié à la « légitimation des savoirs et compétences associés aux identités », mais aussi « des images de soi que l’on privilégie à un moment donné de sa biographie » (p. 127-128).

41Deux remarques sur ce point. Tout d’abord, les femmes sont en général davantage investies dans le monde conjugal que les hommes, en particulier lorsqu’elles sont restées au foyer. C’est ce que constatent F. de Singly et G. Charrier en travaillant sur la mémoire conjugale : « […] le fait de se considérer comme conjoint, comme membre de l’équipe conjugale, pour regarder le monde, y compris le monde du travail salarié, est plus rare parmi les hommes que parmi les femmes. Celles-ci conservent plus comme point de repère leur appartenance conjugale. Le mariage leur donne davantage le sens de leur orientation dans le monde » (1988, p. 50-51). Ensuite, il faut noter que l’on peut jouer un rôle sans pour autant le revendiquer comme constitutif de son identité : du point de vue de la construction identitaire, il faut faire la distinction entre les activités qui sont pour le retraité un moyen de « meubler le temps » et celles grâce auxquelles il dit « se réaliser », « épanouir sa personnalité » – la différence n’étant d’ailleurs que de degré, et la frontière pas infranchissable, puisqu’il est toujours possible de se « prendre au jeu ».

42Nous voilà munis d’une grille théorique de la (re)construction identitaire. Elle constituera notre principal outil d’analyse : nous considérerons en effet que la reconstruction conjugale est constituée de deux processus de reconstruction identitaire en interaction mutuelle. Pour compléter cette première approche, nous serons parfois amenés à changer de perspective et à aborder la reconstruction du monde conjugal selon d’autres points de vue : à partir du problème de la « bonne distance », ou en observant l’évolution du lien conjugal et de ses composantes. Pour ne pas alourdir cette présentation théorique, nous introduirons ces approches complémentaires en temps utile.

Présentation du matériau

43Cette recherche se propose donc d’analyser des processus. Ne pouvant observer nous-même, en temps réel, le passage à la retraite conjugale, nous avons recueilli les discours de ceux qui en ont fait l’expérience. Ces discours constituent trois corpus différents : un corpus d’entretiens avec des conjoints jeunes retraités, un corpus d’entretiens avec des personnes séparées au moment de la retraite ; un corpus de lettres adressées au mensuel Notre Temps.

Les entretiens avec des conjoints jeunes retraités

44Pour constituer le premier corpus, nous avons recherché des couples à la retraite conjugale depuis peu de temps, c’est-à-dire dans lesquels le dernier conjoint à avoir cessé son activité professionnelle l’avait fait récemment. Or, si l’on ne tient pas compte de la cessation d’activité croisée (l’un des conjoints, plutôt la femme, reprenant une activité professionnelle au moment où son partenaire cesse la sienne), il est quatre chemins qui mènent à la retraite conjugale, et nous avons tenu à ce que ces quatre cas de figure soient représentés dans notre échantillon : une cessation d’activité unique, celle de l’homme, la femme étant restée au foyer (ou, cas plus exceptionnel – mais nous disposons d’un exemple –, cessation d’activité de la femme, l’homme étant resté au foyer) ; deux cessations d’activité successives, l’homme cessant son activité professionnelle après son épouse ; deux cessations d’activité successives, la femme prenant sa retraite après son mari ; deux cessations d’activité simultanées, lorsque les deux conjoints prennent leur retraite en même temps. Pour rendre cette définition opérationnelle, il conviendrait bien sûr de la préciser. A. O’Rand, J. Henretta et M. Krecker (1992), qui ont travaillé sur un matériau quantitatif, considèrent par exemple que les deux cessations d’activité sont simultanées lorsque moins de dix-huit mois les séparent. De notre point de vue, nous serions tenté de dire que deux cessations d’activité sont simultanées si le premier conjoint rentrant « suspend » reconstructions identitaire et conjugale jusqu’à la retraite prochaine de son partenaire.

  • 6 Une liste récapitulative des couples rencontrés figure en annexe. Les entretiens ont été réalisés, (...)

45Une question importante était de savoir à quel moment de leur retraite conjugale rencontrer ces couples. Nous avons postulé que, bien que continus, les processus de construction de soi et de son monde conjugal passaient par des phases plus actives que d’autres, et que le début de la retraite conjugale était l’une d’elles. Il convenait donc de fixer le moment d’observation pas trop longtemps après la cessation d’activité du dernier conjoint rentrant à la maison, pour que l’évidence des habitudes n’ait pas déjà renvoyé dans la zone obscure de la mémoire le souvenir de leur mise en place, et afin de recueillir des anecdotes encore fraîches, particulièrement précieuses pour l’analyse. Mais il fallait également prendre garde à ne pas réaliser les entretiens trop tôt, la reconstruction pouvant être comme suspendue pendant quelques semaines du fait d’un décalage entre la date officielle de la retraite, et le moment où on a vraiment l’impression d’entrer dans cette nouvelle période de la vie : certains s’accordent par exemple quelques semaines de « vacances » – qui sont encore des vacances, et pas déjà la retraite – au moment de leur cessation d’activité ; c’est le cas de Mme Delbard – « disons que, si vous voulez, c’était les vacances, alors pour moi, j’ai un peu confondu… le grand vide, il a été au mois de septembre ». Nous avons donc décidé de rencontrer des couples qui vivaient en retraite conjugale depuis au moins six mois, et moins de deux ans. Ils constituent l’essentiel du corpus (25 couples). Nous avons également retenu dans notre échantillon 4 couples en retraite conjugale depuis un peu plus longtemps – entre deux et six ans –, couples rencontrés lors d’une recherche antérieure et dont les propos sont particulièrement riches6.

46Pour composer notre corpus, nous avons fixé une condition supplémentaire : que la retraite des personnes rencontrées constitue pour elles une rupture avec leur monde professionnel. Autrement dit, nous souhaitions qu’il ne leur soit pas possible de simplement continuer, à un rythme un peu plus lent, leur activité antérieure, comme certains agriculteurs dont la cessation d’activité peut s’étendre sur plusieurs années (Caradec, 1991, p. 16, p. 50-52), ou comme ces membres des différentes fractions de la classe dominante dont R. Lenoir décrit la fin d’activité professionnelle : « […] la mise à la retraite, outre qu’elle intervient souvent plus tard, n’implique pas automatiquement le retrait de toutes les positions occupées dans les différents champs auxquels ils participent, le prolongement de leur vie professionnelle ou quasi professionnelle variant selon la structure du capital qu’ils détiennent » (1979, p. 73). Les retraités que nous avons rencontrés n’appartiennent ni aux milieux défavorisés, ni aux « beaux quartiers » (Pinçon, Pinçon-Charlot, 1989) : dans la nomenclature des PCS, ils trouveraient leur place parmi les « professions intermédiaires », les « cadres et professions intellectuelles supérieures », ou encore dans les franges supérieures des catégories « ouvriers » et « employés ».

47Les personnes contactées l’ont été essentiellement à partir de questionnaires, certains distribués à la permanence retraite de la Caisse Régionale d’Assurance Maladie de Caen, où les retraités se rendent quelques mois avant leur cessation d’activité pour constituer leur dossier, d’autres envoyés aux nouveaux inscrits de l’université inter-âges. Ces questionnaires nous ont permis à la fois de constituer une liste de personnes volontaires pour participer aux entretiens, et d’obtenir sur elles des informations permettant de vérifier si leur situation correspondait à nos critères. Dans quelques cas, les couples rencontrés ont été contactés par l’intermédiaire d’assistantes sociales d’entreprises ou par relations personnelles. Pour la plupart des couples rencontrés, un entretien individuel a été réalisé avec chaque conjoint. Dans plusieurs cas, ces entretiens individuels ont été complétés par un entretien en commun ; parfois, devant la réticence des conjoints à être interrogés séparément, seul un entretien en commun a été réalisé.

Les entretiens avec des conjoints séparés au moment de la retraite

  • 7 Ces données proviennent de La situation démographique en 1985. Mouvement de la population, INSEE, (...)

48Notre second corpus est composé d’entretiens avec des personnes pour qui l’heure de la retraite a sonné le glas de leur vie conjugale. Même si toutes les séparations conjugales ne conduisent pas au divorce, surtout à ces âges, les données statistiques du ministère de la Justice fournissent un ordre de grandeur du phénomène et montrent en particulier que les divorces impliquant des personnes de plus de 60 ans ont augmenté de 44 % en 10 ans (alors que l’augmentation du nombre total de divorces n’était que de 15 %) : en 1982, 4518 hommes ou femmes de plus de 60 ans ont divorcé (soit 2,4 % de l’ensemble des personnes ayant divorcé); en 1992, ils sont 6499 (3 % de l’ensemble des personnes ayant divorcé). Si l’on fixe le seuil à 55 ans, le nombre de divorces au-delà de cet âge est passé de 9403 (5,0 % de l’ensemble des divorces) en 1982 à 13518 en 1992 (6,3 % de l’ensemble). Le phénomène ne concerne cependant qu’une très faible proportion des couples âgés : la somme des taux de divorce par durée de mariage indique que 1,1 % des mariages de plus de 30 ans et de moins de 35 ans (et 0,9 % des mariages de plus de 35 ans) ont été rompus en 19927.

49En accordant à ces séparations une place disproportionnée par rapport à leur importance numérique, nous ne cherchons pas à renforcer l’opinion de ceux qui croient qu’« il y en a vraiment beaucoup aujourd’hui » comme nous l’avons entendu dire à maintes reprises lorsque nous parlions de notre recherche – et sans doute n’était-ce pas là une simple formule de politesse destinée à souligner combien notre travail était justifié : nous reviendrons plus loin sur cette croyance et sur ses effets. Le choix de réunir un corpus d’entretiens avec des personnes séparées à l’heure de la retraite, se justifie tout d’abord par le fait que, dans une étude de processus, il importe peu que les cas étudiés soient nombreux ou non dans la réalité sociale : l’essentiel réside dans l’intérêt des mécanismes qu’ils permettent de saisir. Or, les cas extrêmes peuvent être des analyseurs puissants de phénomènes qui, sinon, se raient plus difficilement perceptibles : c’est ainsi que E. Goffman a analysé les rituels des interactions quotidiennes en puisant nombre de ses observations dans les hôpitaux psychiatriques et en s’intéressant aux « faux pas » qui fragilisent ces interactions, « faux pas » à propos desquels il écrit : « À l’écoute de ces dissonances, le sociologue peut porter des généralisations sur ce qui fait que les interactions avortent et, par implication, sur les conditions nécessaires à leur bonne marche » (1974, p. 89). C’est aussi la raison pour laquelle M. Pollak, convaincu que « toute expérience extrême est révélatrice des constituants et des conditions de l’expérience « normale », dont le caractère familier fait souvent écran à l’analyse » (1990, p. 10), s’est penché sur l’expérience concentrationnaire. De la même façon, quelques cas de séparation conjugale au moment de la retraite constituent un matériau précieux pour une meilleure compréhension de la construction de soi et du monde conjugal à ce moment de l’existence. Nous avons donc réalisé 31 entretiens (auxquels s’ajoutent 3 lettres détaillées) auprès de personnes à la retraite ou proches de la retraite, séparées de leur conjoint (ou, dans quelques cas, vivant une grave crise conjugale et se posant la question de la séparation).

50Donnons quelques informations sur la sélection des personnes que nous avons rencontrées. Plutôt que de sélection, il faudrait d’ailleurs parler d’auto-sélection : les personnes séparées au moment de la retraite, malgré la légère augmentation du phénomène, restent peu nombreuses, n’appartiennent à aucune association prenant en charge la défense de leurs droits, ne figurent dans aucun fichier, ne constituent pas un réseau que l’on pourrait pénétrer par la « méthode de proche en proche » (Blanchet, Gotman, 1992, p. 58). La mobilisation du réseau personnel d’interconnaissance et des informateurs-relais locaux (assistantes sociales, conseillers conjugaux, responsables de clubs du troisième âge, directeurs de foyers-logements), sur Caen et sur Rennes, s’étant révélée d’un rendement limité (six entretiens obtenus au total : trois par le réseau d’interconnaissance, trois par les informateurs-relais), la seule solution restante consistait à passer des petites annonces. Libellée comme suit : « Sociologue recherche pour thèse personnes séparées ou ayant connu de grosses difficultés conjugales au moment de la retraite », une petite annonce fut publiée à plusieurs reprises : quatre fois dans les journaux de petites annonces locales (dans la rubrique « messages divers » de la page « Annonces matrimoniales »), dans le Calvados, tout d’abord, puis dans les régions Basse-Normandie et Bretagne ; quatre fois dans la page « Vivre aujourd’hui » du quotidien régional Ouest-France (accompagnée la dernière fois d’un article consacré à cette recherche); une fois dans le mensuel pour les retraités Notre Temps. Le meilleur pourvoyeur d’entretiens fut, sans conteste, Ouest-France.

51Si toute recherche sociologique est confrontée au problème des refus, il faudrait, dans le cas du recrutement par petites annonces, renverser la formulation habituelle, non plus se demander : « Pourquoi ont-ils refusé ? », mais : « Pourquoi ont-ils accepté ? ». Trois grands types de motivations peuvent être dégagés : si l’on répond à l’annonce de l’étudiant en thèse de sociologie, ce peut être parce que l’on veut rendre service, témoigner ou faire le point.

52Rendre service : à l’assistante sociale qui a joué le rôle d’intermédiaire et a été d’un grand secours lors des épreuves passées ; à l’étudiant qui a besoin d’un « coup de main »; parce que le chercheur est celui à qui il va être possible de « rendre le don » reçu – « On m’a aidé quand ça n’allait pas » me dit Mme Astruc. Mais c’est aussi tout un système de valeurs qu’il convient parfois d’invoquer : que ce soit une morale de l’entraide, de tradition chrétienne ou syndicale, qui se traduit au quotidien par un engagement militant ou associationniste, et pour qui rendre service va de soi ; ou une éthique de la réussite personnelle, projetée sur l’étudiant en thèse – « Si ça peut vous aider dans votre thèse, je suis pas contre les gens qui veulent évoluer dans un certain domaine, au contraire », déclare M. Gérard. Être sensibilisé aux études, mieux avoir des liens personnels avec la sociologie aide à franchir le pas, semble-t-il : souvent, les études des enfants sont évoquées ; deux femmes ayant accepté de participer ont des enfants qui ont fait ou font des études de sociologie ; la nouvelle amie de M. Boivin a une licence de sociologie.

53Il y a aussi ceux qui veulent témoigner, crier leur colère, et surtout faire en sorte que leur expérience douloureuse ne soit pas inutile, qu’elle serve à d’autres : « Je souhaite vous permettre de réaliser et d’obtenir votre thèse en sociologie. Ceci aiderait parmi tant d’ouvrages à décrire et comparer des situations tragiques » écrit M me Sablon dans sa lettre de prise de contact.

54Différente est l’attitude de ceux – sans doute faudrait-il dire de celles – pour qui accepter l’entretien est l’occasion de « faire le point », un défi lancé à eux-mêmes pour se prouver qu’ils sont « capables d’en parler », une étape dans le combat qu’ils mènent, eux qui ont connu ce qu’E. Goffman appelle une « expérience négative » (1991, p. 370), pour reconstruire un cadre dans lequel le réel pourra reprendre sens : « C’est pour ça aussi que je vous ai appelé : parce que je veux comprendre », déclare Mme Trost. Et si l’explication du sociologue est, dans ce cas, souvent sollicitée – « Qu’en pensez-vous ?», « Et vous avez vu beaucoup de cas comme le mien ?»–, ce qui compte avant tout, comme dans la psychothérapie ou la confession, c’est ce que dit le « patient », c’est sa parole, qui le libère et le construit.

55Les 34 témoignages recueillis (31 par entretiens, 3 par courrier) portaient sur 31 histoires conjugales puisque, dans 3 cas, nous avons pu rencontrer les deux conjoints. Sur ces 31 couples, 27 étaient déjà séparées, 4 connaissaient de « grosses difficultés conjugales » (selon le libellé de l’annonce), l’un des conjoints au moins envisageant la séparation. Les femmes, plus volontiers que les hommes, ont ré pondu à notre annonce (25 femmes contre 9 hommes) : plus grande aisance de la parole féminine dans le discours sur l’affectif, plus fort engagement féminin dans le conjugal qui rend particulièrement traumatisante la séparation, sentiment d’être la « victime ».

56Si l’on s’en tient maintenant aux personnes effectivement séparées (27 couples), on peut donner quelques indications quantitatives sur notre échantillon : la séparation a eu lieu en moyenne après 33 ans de mariage, avec une variance de 5 ans. En prenant en compte les personnes séparées rencontrées et leurs conjoints, l’âge moyen des hommes au moment de la séparation était de 58 ans, l’âge moyen des femmes de 57 ans (la variance étant dans les deux cas de 4 ans). En ne retenant toujours que les 27 cas de séparations effectives, on constate que dans la moitié des cas l’entretien a eu lieu moins de trois ans après la rupture.

57Si l’on cherche maintenant à positionner la séparation conjugale par rapport à la retraite, deux cas sont à distinguer : celui où les deux conjoints ont travaillé ; celui où la femme est restée au foyer et donc où seule la cessation d’activité du mari est à prendre en compte :

58Il nous a semblé pertinent de ne pas éliminer de notre échantillon les cas de séparation ayant eu lieu peu de temps avant la retraite, en faisant l’hypothèse – confortée par la mise en évidence d’un mécanisme de « socialisation anticipatrice » à la retraite – que l’horizon de la fin de l’activité professionnelle a pu jouer dans la rupture.

Le courrier des lecteurs de Notre Temps

59Toujours avec le souci méthodologique d’obtenir du matériau sur les difficultés conjugales rencontrées au moment de la retraite, difficultés susceptibles d’attirer notre attention sur les points sensibles de la reconstruction conjugale, nous avons eu recours à un troisième corpus : le courrier des lecteurs de Notre Temps. Il s’agit des lettres publiées dans la rubrique « En confidence », de D. Sédières, dans laquelle les lecteurs font part de leurs problèmes familiaux. La présentation en est ainsi libellée : « Avez-vous des petits problèmes ou des soucis personnels, de couple, de famille ? Alors, n’hésitez plus. Écrivez-nous. Danièle Sédières répond à vos lettres dans cette rubrique. Elle fait, avec vous, le tour de la question, vous aide à y voir plus clair. Elle répond également personnellement à votre courrier ». N’ayant pu avoir accès à l’ensemble des lettres reçues par Notre Temps, nous avons dépouillé, sur près de dix ans (fin 1984 – début 1994), celles qui ont été publiées, et nous avons retenu celles qui formulaient des plaintes à l’encontre du conjoint, soit une cinquantaine de cas.

60Enfin, ce matériau sera complété, le cas échéant, par des extraits de lettres, réactions à un article paru sur notre recherche dans Ouest-France, ainsi que par des témoignages de retraités recueillis au cours d’observations participantes lors de diverses manifestations, en particulier une excursion d’une semaine sur les canaux bretons effectuée en avril 1991 avec un groupe d’une trentaine de personnes retraitées.

61Notre voyage dans le monde conjugal des néo-retraités peut maintenant commencer. Au cours d’une première étape, nous analyserons la reconstruction conjugale en montrant comment interagissent les processus de reconstruction identitaire des deux conjoints (première partie : « Devenir retraité, redevenir conjoint »). Puis, nous aborderons la question de la reconstruction conjugale par le biais du problème de la « bonne distance » (deuxième partie : « Le problème de la “bonne distance” conjugale »). Nous terminerons en étudiant la reconstruction conjugale en négatif, à travers l’examen des cas de séparation au moment de la retraite (troisième partie : « Quand la retraite sonne le glas de la vie conjugale »). Auparavant, un court chapitre présentant les « plaintes et complaintes conjugales à l’heure de la retraite » se veut une invitation au voyage.

Notes

1 Cité par G. Clément, « Le marché des bénévoles », Le Monde, 13 novembre 1992. Le même article indique que « selon les responsables nationaux du centre, les plus de cinquante-cinq ans ne représentent plus que 35 % des offres de service ».

2 Nous verrons plus loin que le mari de cette lectrice de Notre Temps est, selon elle, responsable de sa triste situation de « grand-mère tricotant auprès du feu ».

3 On sait que l’égalité, par exemple en matière de répartition des tâches domestiques, est davantage affirmée dans les discours que mise en pratique (pour un passage en revue des travaux sur la question, cf. Kaufmann, 1992a, p. 112-113).

4 Pour T. Parsons, la « famille d’orientation » d’Ego est celle où il est né, et doit être distinguée de sa « famille de procréation » qu’il crée en se mariant.

5 P. Berger et H. Kellner considèrent que les futurs conjoints sont étrangers non pas « parce qu’ils viennent d’un arrière-plan social très différent », mais parce qu’ils « proviennent généralement de différents contextes de relations interpersonnelles » (1988, p. 9). Nous expliquerons plus loin en quoi les futurs conjoints retraités peuvent être des étrangers l’un pour l’autre.

6 Une liste récapitulative des couples rencontrés figure en annexe. Les entretiens ont été réalisés, pour la plupart, en 1992 et 1993.

7 Ces données proviennent de La situation démographique en 1985. Mouvement de la population, INSEE, 1987 et de Couet C., Tamby I., La situation démographique en 1992. Mouvement de la population, INSEE, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search