Desktop versionMobile Version

Le couple à l'heure de la retraite

 | 
Vincent Caradec

Avant-propos

Volltext

1« Ulysse aimait-il Pénélope ? » titrait récemment J. Duvignaud (1992). Il n’est jamais inutile, en effet, pour interroger notre modernité, de s’autoriser un « détour », et en particulier de se pencher sur les mythes qui hantent notre imaginaire.

  • 1 Du moins selon Aristarque et Aristophane, qui considéraient la fin du chant XXIII et le chant XXIV (...)

2Suivons donc son exemple : ouvrons l’Odyssée, replongeons-nous quelques instants dans les aventures du noble Ulysse, et portons notre regard vers la fin de son périple. Car après avoir erré sur les mers déchaînées par Poséidon, après avoir connu la volupté dans les bras de Circé, après avoir bravé Charybde et Scylla, vaincu le cyclope Polyphème, et goûté, enchaîné, au chant irrésistible des sirènes, Ulysse, le vainqueur de Troie, après tant d’années d’absence, parvient enfin à Ithaque, son royaume. Là l’attend la fidèle Pénélope, tissant sa toile. Lorsque les époux se sont enfin retrouvés et reconnus, après qu’ils ont échangé quelques mots, « la chambrière Eurynomé, une torche à la main, précéda ses maîtres gagnant leur lit. Elle les introduisit dans la chambre ». Ainsi s’achève l’Odyssée1.

3De même que les contes de fées abandonnent leurs héros enfin réunis au seuil de leur vie conjugale et familiale –« ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » –, Homère se désintéresse des retrouvailles conjugales d’Ulysse et de Pénélope. Il est vrai qu’il n’appartient pas au poète – et surtout pas au poète épique – de s’aventurer dans les méandres peu glorieux de la vie quotidienne : il y perdrait son âme, et ses « ailes de géant » l’empêcheraient de s’y mouvoir. Romanciers et sociologues, que le prestige reconnu à leur activité ne contraint pas à se maintenir à de pareilles hauteurs, hésitent moins à se saisir de la banalité de la vie quotidienne, les uns pour la décrire, les autres pour l’analyser.

4Aussi proposerons-nous de suivre Ulysse et Pénélope là où les a abandonnés le poète : quelle fut leur vie conjugale après le retour d’Ulysse à Ithaque ? Quel regard chacun d’entre eux porta-t-il sur l’autre après une si longue séparation : Pénélope re trouva-t-elle Ulysse tel qu’elle s’était imaginée qu’il serait ? Et elle, l’épouse à la que nouille, répondit-elle aux attentes du noble Ulysse, qui avait tant voyagé et tant vécu ? Comment par- vinrent-ils à réorganiser leur vie conjugale ? Y parvinrent-ils, d’ailleurs ? Homère n’a-t-il pas inter rompu son récit, non par peur de tomber dans le mortel ennui de la vie quotidienne comme nous le supposions, mais parce qu’il fut effrayé lorsqu’il entrevit les difficultés conjugales qui attendaient Ulysse, et face auxquelles celui-ci se trouvait plus démuni que devant les armées troyennes ? Car se faufiler entre Charybde et Scylla ne prépare pas forcément à la navigation dans les eaux conjugales.

  • 2 Précisons dès-à-présent que « retraite » sera utilisé, dans tout le texte, comme terme générique p (...)

5Aujourd’hui, le « vaste processus de “désenchantement” du monde » (Weber, 1964a, p. 117) a éloigné les dieux, et fait disparaître les héros de la stature d’Ulysse. Les « héros » de notre temps, ce sont ces « hommes sans qualités » que nous sommes tous. Certains, comme Ulysse, ont fait un « beau voyage » : pendant plus de trente ans, ils ont parcouru les chemins de la vie professionnelle avant de rentrer, eux aussi, en leur Ithaque : c’est la retraite2. Là ils vont retrouver leurs épouses. Celles-ci ont pu les attendre, gardant le foyer pendant l’absence de leur conjoint ; mais elles ont pu choisir de faire aussi un beau voyage (professionnel), qui, également, s’achève : avant, après, ou dans le même temps que celui de leur époux. Quoi qu’il en soit, ils se retrouvent bientôt tous deux à la retraite : c’est ce que nous appellerons la retraite conjugale.

Anmerkungen

1 Du moins selon Aristarque et Aristophane, qui considéraient la fin du chant XXIII et le chant XXIV comme inauthentiques. Nous utilisons la traduction et les notes de M. Dufour, dans l'édition Garnier-Flammarion.

2 Précisons dès-à-présent que « retraite » sera utilisé, dans tout le texte, comme terme générique pour désigner la cessation définitive d'activité professionnelle, quelle qu'en soit la forme : retraite proprement dite, préretraite, licenciement, mise en invalidité. Nous préciserons seulement dans le cas où le type de cessation d'activité est susceptible d'éclairer les comportements. Par ailleurs, en français, le terme « retraite » désigne à la fois le moment de la fin de l'activité professionnelle, et la période commençant alors. Nous l'utiliserons dans l'un et l'autre sens, laissant au contexte le soin de faire la distinction.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search