Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire ou faire-faire ?

 | 
Jean-Claude Kaufmann

Cinquième partie. Dynamique familiale et externalisation

Travail domestique, partage du temps et nouveaux services

Michel Lallement

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Tombé en désuétude au cours de la dernière décennie, le partage du travail est devenu récemment un thème fétiche pour tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, tentent de réfléchir et de remédier à la lancinante question du chômage et de la pauvreté. Deux facteurs ont favorisé ce retour inattendu : les difficultés pour juguler la montée de la précarité sur le marché du travail et la part toujours croissante des services dans les systèmes d’emplois contemporains. Cette tendance de fond est venue transformer le paysage social composé, il y a plus d’un siècle maintenant, par les mouvements d’industrialisation et d’urbanisation. De ce séisme provoqué par la révolution industrielle, la sociologie classique avait enregistré les conséquences sur la famille. Talcott Parsons, par exemple, en fournit une analyse précise lorsqu’il interroge les retombées de la modernisation sur la division du travail familiale. Pour Talcott Parsons (1970), le principe de différenciation qui gouverne le changement social se traduit concrètement par un clivage croissant entre rôles domestiques et rôles professionnels. Avec l’industrialisation, la famille cesse de cumuler activités de production et de consommation pour se spécialiser dans la dernière fonction. Aux entreprises industrielles, elle délègue les tâches productives et à quelques institutions collectives spécialisées la charge de services non marchands (éducation, soins).

2Aux vues des évolutions qui ont marqué la seconde moitié du XXe siècle, le diagnostic parsonien mérite, on en conviendra aisément, une nouvelle attention. Dans les lignes qui suivent, nous nous demanderons d’abord si le schéma s’est avéré aussi linéaire que ne le suggérait le père du structuro-fonctionnalisme. Sans prétendre délivrer une réponse définitive et tranchée, on se propose ensuite d’approfondir le débat et de reprendre le problème des relations entre famille et services à la lumière de deux faits marquants de ces dernières décennies : la tendance à la réduction/flexibilisation du temps de travail d’une part, la prépondérance désormais établie des activités de services au sein des économies contemporaines d’autre part.

Compromis fordiste et convenus familiaux

3A en juger au prisme des résultats que livrent les diverses enquêtes sur l’usage social du temps au sein des sociétés contemporaines, les relations entre activités domestiques et offre de services extérieurs à la famille sont loin d’être aussi élémentaires que ne le supposait Talcott Parsons. Depuis le début du siècle, en effet, un double mouvement d’extériorisation et d’internalisation n’a cessé de modifier les frontières entre travail domestique et autres formes de travail. La montée de dépenses nouvelles, comme celles consacrées à la santé ou aux loisirs, est révélatrice de la première tendance. Depuis 1960, les dépenses de loisir ont ainsi été multipliées par 5,5 en volume contre 3,2 pour l’ensemble de la consommation (Léger, 1994). La production de flux inverses est également conséquente. De 1920 à 1960, le volume hebdomadaire de travail domestique des femmes américaines ne cesse d’augmenter et passe de 51 heures à 54 heures. De même pour la Grande-Bretagne où l’inflexion est plus significative encore : les femmes consacraient 50 heures de leur semaine aux activités domestiques en 1937, le chiffre passe la barre des 60 heures au début des années 60. Une certaine déconsidération des services domestiques marchands, l’augmentation de leurs prix relatifs et la prise en charge, au sein des classes aisées, de travaux auparavant dévolus au personnel domestique sont autant de facteurs à avoir poussé en ce sens (Archambault, 1985).

4Le mouvement d’internalisation dont il est ici question n’est pas spécifique à la période précédant la Seconde Guerre mondiale. En France, comme dans de nombreux autres pays industrialisés, il a directement bénéficié du compromis fordiste dont les effets vertueux se sont fait sentir jusqu’au début des années 70. Le compromis fordiste dont il est ici question ne renvoie pas à un principe microsociologique d’organisation du travail mais à un idéal-type, d’ampleur macroscopique, qui repose, très schématiquement, sur un double principe vertueux : un bouclage de la production de masse sur la consommation de masse et une forte synergie entre Etat et marché (Boyer, 1987 ; Laville, 1994). Considérer que la logique qui sous-tendait un tel compromis est parvenue aujourd’hui à épuisement serait un euphémisme. Aussi, afin de mieux cerner les permanences et les novations actuelles, se propose-t-on de repérer quelques éléments qui, au cours des années de croissance glorieuse, ont pu contribuer à l’entretien de flux de services entre la famille et son environnement.

5L’entrée massive et continue des femmes sur le marché du travail est le premier trait caractéristique du fordisme mais aussi de sa crise actuelle. Impulsé par le développement de la société salariale, tiré par la croissance des services, le travail des femmes a logiquement provoqué une diminution du temps global consacré aux activités domestiques. La socialisation professionnelle d’une partie de la population féminine s’est ainsi traduite par une extériorisation de tâches domestiques. On constate, par exemple, que le nombre de repas pris hors du domicile n’a cessé de s’accroître depuis vingt ans au profit des restaurants et cantines d’entreprise puis, dans les années 80, de la restauration rapide (Manon, 1994). Les résultats des dernières enquêtes budget-temps abondent en ce sens : les femmes actives consacrent toujours moins de temps aux activités domestiques que les femmes inactives. Le temps consacré aux activités professionnelles n’est pas, par contre, intégralement compensé par une diminution des activités domestiques et une extériorisation des services. La responsabilité en revient pour partie aux hommes, qui n’ont que timidement contribué à l’allégement des charges domestiques qui redoublent l’activité professionnelle. En 1975, les femmes actives ayant des enfants effectuaient environ cinq heures de travail domestique par jour. Dix ans plus tard, ce volume horaire avait diminué d’à peine une demi-heure, le gain étant imputable pour moitié à l’aide de l’époux et pour l’autre moitié à la modernisation des appareils ménagers destinés à la confection des repas et à l’entretien du linge. Si l’on s’intéresse au travail ménager stricto sensu (i.e. le travail domestique à l’exclusion de la couture, du bricolage, des trajets et des soins aux personnes) la différence est encore plus ténue : sur la période 1975-1985, l’activité ménagère des hommes actifs de 18 à 64 ans a augmenté de 11 minutes (pour atteindre 1 heure et 5 minutes) alors que celle des femmes n’a diminué que de 6 minutes (pour atteindre 3 heures et 9 minutes).

6Second facteur caractéristique des premières décennies d’après-guerre, la synergie entre croissance des gains de productivité et nouvelles formes de rémunérations salariales a eu des retombées vertueuses sur le pouvoir d’achat des ménages. La structure des budgets de consommation s’est modifiée en conséquence et au bénéfice direct des biens d’équipements ménagers. L’accès de moins en moins discriminant à la machine à laver, à la voiture, à la télévision ou encore aux équipements de loisir (camping, caravanes...) s’est traduit par une moindre utilisation de services extérieurs, au premier rang desquels la blanchisserie, les transports en commun, le cinéma ou les pensions de vacances familiales (Archambaud, op. cit.). La croissance, depuis 1950, du taux d’accédants à la propriété, et aux maisons individuelles en premier lieu, s’inscrit dans la logique d’une telle évolution. Le sens de la propriété emporte avec elle des pratiques nouvelles qui bouleversent les usages sociaux du temps : activités d’entretien, de décoration et de jardinage prennent une place grandissante dans la vie des propriétaires et expliquent d’ailleurs, en grande partie, l’extraordinaire développement du marché du bricolage au cours de ces vingt dernières années.

7Si le fordisme a favorisé l’accès à de nouveaux biens de consommation, l’évolution du mode de vie a été payée au prix fort : celui d’une monétarisation des rapports sociaux. Dernier trait propre à la période qui nous intéresse, la dérive « consommationniste » s’apparente directement, aux yeux d’André Gorz (1988), à une entreprise de destruction du lien social, de dissolution du sens du travail. Dans la logique fordienne, « originellement proposées aux travailleurs pour leur faire accepter la fonctionnalisation du travail, les consommations compensatoires deviennent (...) le but en vue duquel le travail fonctionnalisé est recherché par des non-travailleurs : on ne désire plus les biens et services marchands en tant que compensation au travail fonctionnel, on désire obtenir du travail fonctionnel pour pouvoir se payer les compensations marchandes » (Gorz, 1988, p. 65). Cette emprise de la régulation marchande explique cette course sans fin après la croissance et, du même coup, ce qui constitue aux yeux de Gorz la contradiction majeure de notre société : alors que le temps de travail effectif n’a jamais été aussi bas (il a bénéficié d’une forte réduction après-guerre), le niveau de production de nos richesses - grâce à des gains constants de productivité - n’a jamais été aussi élevé. Ne sommes-nous donc pas dans une conjoncture historique particulièrement bien adaptée, dans ces conditions, à la mise en place d’un autre rapport social au temps, et au temps de travail en premier lieu ? Si les réponses d’André Gorz ne sont pas toujours pleinement satisfaisantes (cf. infra), cette question n’en reste pas moins pertinente à un double titre. Elle oblige d’abord à revenir dans le détail sur les évolutions récentes du temps de travail et à réfléchir aux impacts à en attendre sur les contenus familiaux ; elle ouvre ensuite sur un nouvel espace d’interrogations : quel rôle tiennent les emplois de services dans une société où le moteur de la productivité est beaucoup moins efficace qu’auparavant ? peut-on se satisfaire d’une course à l’emploi au prix d’une dégradation de la qualité des relations sociales ?, etc.

Flexibilité et désynchronisation des temps sociaux

8Facteur déterminant, et non des moindres, de l’évolution des modes de vie, des activités domestiques et des recours aux services extérieurs à la famille, la variable « temps de travail » mérite à elle seule un examen attentif. Car, en la matière, les mutations de ces dernières décennies sont imposantes : la France est en effet passée d’un temps de travail annuel moyen de plus de 2 000 heures en 1960 à 1 650 heures depuis le milieu des années 80. Ramenés à l’aune d’une vie entière, les chiffres parlent avec plus d’éloquence encore : le temps de travail représentait 42 % de notre vie éveillée en 1900 contre 18 % en 1980 (Sue, 1994, p. 176).

9Il paraît fort difficile de contester le sens d’une telle évolution. Mais il serait tout aussi hasardeux d’anticiper trop rapidement la fin d’une temporalité sociale dominante structurée par notre rapport au travail. Plus que jamais nous vivons un paradoxe de taille : alors que les exclus du système productif sont aussi les plus démunis pour s’intégrer durablement à des réseaux de sociabilité extérieurs à l’univers de l’emploi, l’insertion professionnelle demeure toujours la première garantie d’une véritable insertion sociale (CERC, 1993). En d’autres termes, l’accès aux loisirs et aux pratiques culturelles reste l’apanage de ceux qui bénéficient de conditions d’emploi satisfaisantes : preuve que le travail professionnel ne doit pas être considéré comme le simple envers du loisir ou de l’activité domestique mais qu’il convient de le tenir avant tout pour la condition sine qua non à la construction d’un « ailleurs du travail ». Dans le quotidien, l’emprise continue des valeurs fondatrices du travail professionnel se lit clairement au travers de la temporalité qui rythme la vie des chercheurs d’emploi. Contrairement aux chômeuses qui s’investissent davantage dans les activités domestiques suite à une perte d’emploi, les hommes participent encore moins aux tâches ménagères après avoir quitté l’univers productif. Suggérant que, pour les hommes, la participation aux tâches domestiques accentue le processus de déqualification sociale entamé avec la perte d’emploi, Eric Maurin (1989) montre que le mode de vie des chômeurs demeure plus généralement influencé par celui des actifs occupés : les chômeurs dorment moins que les inactifs, restent moins longtemps à table et sont également de moins grands consommateurs de télévision.

10Placées au miroir des résultats les plus récents de la sociologie des loisirs (Sue, 1994), ces quelques remarques militent en faveur d’une conclusion dissonante : la réduction tendancielle du temps de travail révèle moins une mutation vers un nouveau temps social dominant qu’un approfondissement, certes absurde et contradictoire, des tendances antérieures de la société industrielle. Administrer une preuve supplémentaire à cette thèse ne pose guère de problème lorsque l’on observe le rôle toujours décisif du système productif sur les cadres temporels de la pratique sociale. Cela ne signifie pas pour autant que rien n’ait changé dans les années récentes. Tout au contraire, alors que les Français avaient largement admis, au cours des « Trente Glorieuses », le principe d’un temps de travail normé sur une durée hebdomadaire à l’aide de règles collectives, les années quatre-vingt et quatre-vingt dix inaugurent un mouvement d’individualisation et de flexibilisation des horaires. On constate par exemple, depuis 1984, que davantage de salariés entament leur journée de travail plus tôt le matin ou la finissent tard le soir, que le travail du samedi et du dimanche est une pratique également plus courante (la proportion de salariés travaillant au moins une fois dans l’année le samedi passe de 44 % à 47 % entre 1984 et 1991, et de 18 % à 21 % pour le dimanche) (Bué, Dussert, 1993). Il en va de même avec la pratique des horaires « irréguliers » qui a tendance à se généraliser : en 1991, 52 % des actifs seulement vivaient sur le même modèle horaire de travail tous les jours. Ce pourcentage était respectivement de 65 % en 1978 et de 59 % en 1984. Cette variabilité est, de surcroît, vécue différemment selon les catégories sociales : elle est le gage d’une plus grande liberté chez les cadres alors que la flexibilité est davantage contrainte chez les ouvriers (développement du travail en équipes alternantes par exemple).

11Si l’on s’intéresse au nombre de jours travaillés par semaine, la thèse d’une variabilité accrue est également vérifiée. En 1991, près de 15 % des salariés vivaient et travaillaient sur un nombre de jours variable d’une semaine à l’autre (contre 11 % en 1984). Parmi ces salariés, on trouve pour l’essentiel des professions intermédiaires et des employés en rapport avec le public (travailleurs de la santé, travailleurs sociaux, infirmières, policiers et militaires, agents des PTT, employés des transports et de l’hôtellerie). Dernier résultat intéressant : la flexibilité appelle la flexibilité. « La semaine de travail flexible va souvent de pair avec des horaires journaliers également flexibles. Parmi les salariés dont les semaines de travail sont irrégulières, un tiers ont des horaires différents selon les jours, fixés par l’entreprise et plus d’un sur cinq travaille en équipes alternantes » (Bué, Dussert, op. cit., p. 3).

12La généralisation de tels emplois du temps est certainement à mettre au compte des impératifs d’une concurrence internationale qui transforment bien souvent la flexibilité du travail en pratique obligée afin d’assurer le maintien des entreprises sur des marchés peu protégés. Mais cette explication ne saurait suffire. Il convient également d’apprécier l’impact de la montée des services sur les cadres de l’activité. Le phénomène ne peut être tenu pour insignifiant si l’on veut bien se remémorer un simple fait : l’emploi tertiaire représente à l’heure actuelle près des 2/3 des emplois totaux en France. Il n’est donc pas totalement illégitime de s’interroger sur les conséquences majeures du déversement progressif de l’emploi industriel vers le secteur tertiaire.

13On n’insistera pas ici sur toutes les limites, et elles sont nombreuses, des oppositions simples et tranchées entre industrie et service. Le tertiaire est, de surcroît, un univers dont il conviendrait de prendre la mesure de l’hétérogénéité afin d’expliquer que les enjeux et les conséquences d’une réduction et d’un aménagement du temps de travail ne sauraient être partout les mêmes (Taddéi, 1992). Contentons-nous, dans le droit fil des remarques de Bernard Perret et Guy Roustang (1993), de constater que le déversement d’emplois de l’industrie vers les services a eu d’abord des répercussions économiques : ralentissement global des gains de productivité et socialisation croissante des mécanismes de partage des richesses créees. La création d’emplois dans les services a été également un puissant stimulant pour le travail des femmes et a, par contrecoup, favorisé le développement de formules d’emplois atypiques comme celle du travail à temps partiel. La croissance des services a enfin, et surtout, contribué à brouiller plus encore les frontières instituées par la société industrielle. Avec la désynchronisation des temps sociaux, le temps de non-travail (loisirs, activités sportives, soins médicaux, achats...) des uns devient de plus en plus le temps de travail des autres (Boulin, 1992).

14Secteur concerné au premier chef par ces nouveaux rythmes temporels qui s’imposent peu à peu avec la généralisation d’activités de service, le commerce de détail français promeut depuis ces dernières années des pratiques particulièrement illustratives des mutations en cours. C’est pourquoi nous allons nous attarder quelque peu sur ce cas particulier. Le secteur du commerce est un creuset particulièrement privilégié pour la mise en place de nouvelles formes de gestion du temps dans la mesure où la répartition des achats alimentaires entre les différentes formes de commerce a rapidement évolué. Entre 1969 et 1991, la part des hyper et des supermarchés est en effet passée de 10 à 62 %. Or ces magasins ont, pour la plupart d’entre eux, accepté d’organiser la concurrence de leur secteur non seulement sur les prix mais également sur l’allongement des durées d’ouverture. Cette stratégie est d’autant plus aisée à mettre en oeuvre qu’il n’existe en France aucune règle juridique qui fixe les heures d’ouverture des magasins. En cela, avec la Suède et l’Espagne, la France se distingue de nombreux autres pays européens qui possédent eux une législation relative aux heures de fermeture.

15Argument concurrentiel pour les magasins, cet étalement progressif des heures et des jours d’ouverture correspond également à de nouveaux modes de gestion du temps des individus (Cette et al., 1992). Il trahit d’abord la volonté des ménages de gagner du temps en concentrant les achats sur un même lieu et dans une période courte. De là vient certainement le succès de la dimension ludique accordée aux achats et que certains magasins ont tenté d’exploiter (en créant des « centres de vie » par exemple). L’étalement des horaires est, plus précisément, conforme à la tendance des actifs (notamment des couples actifs avec enfants) à reporter les courses vers le week-end : l’enquête budget-temps de 1985 montre explicitement que les actifs, les professions intermédiaires et les cadres au premier chef, concentrent davantage leur temps d’achat hebdomadaire le week-end (le samedi essentiellement) que les inactifs. Ce mouvement consacre enfin la part importante du temps consacré aux courses en comparaison à d’autres activités de loisir : en 1986, un adulte français employait, en moyenne journalière, 25 minutes à ses achats contre 27 à la lecture, 9 aux spectacles et sorties, 17 aux promenades, 8 aux sports…

16C’est dans ce cadre général que s’est posé ces dernières années, au sein du commerce de détail, un problème aussi symptomatique que délicat : celui du travail du dimanche. Outre la stratégie expansive des nouveaux acteurs du commerce de détail, la redécouverte des magasins de proximité (les boulangeries-pâtisseries), l’accroissement du pouvoir d’achat et l’apparition de nouveaux biens culturels expliquent l’essor du travail dominical. Si tant est qu’aujourd’hui un salarié sur cinq et six non-salariés sur dix travaillent le dimanche. Les grandes surfaces alimentaires ont directement contribué, on l’a suggéré précédemment, à la remise en cause progressive du principe du repos dominical : en 1984, 9,3 % des salariés de ce secteur étaient concernés par le travail du dimanche, ils étaient 26,1 % en 1991. Bien qu’en voie de normalisation, cette pratique repose sur des aspirations contradictoires : les nombreux sondages sur le travail du dimanche montrent en effet que, si une majorité de Français est favorable à l’ouverture des magasins le dimanche, ils seraient beaucoup moins nombreux à accepter de travailler ce même jour (Chenonier et al., 1994).

Nouveaux services et « ménagérisation » de l’emploi : quelques éléments du débat actuel

17La monétarisation de nombreux services qui accompagne la tertiairisation de l’économie contemporaine n’est pas simplement porteuse d’un nouveau rapport social au temps. Elle signifie également une emprise croissante de la régulation marchande sur des domaines de la vie familiale qui y échappaient jusqu’alors. Se pose donc frontalement la question des conséquences probables d’un tel mouvement si ce n’est, plus généralement encore, celle de la légitimité des politiques qui, au nom d’un impératif catégorique (la création d’emplois), multiplient les dispositions en faveur des « petits boulots », des services d’intérêt public ou encore des services aux ménages.

18Régulièrement inscrites au programme d’action du ministère du Travail, les politiques d’incitation au développement de ce type de service débouchent souvent, aux yeux de leurs promoteurs en tous les cas, sur des bilans jugés plutôt « positifs ». Il est au demeurant significatif que, parmi les multiples projets qu’enregistre actuellement l’Agence Nationale pour l’Aide à la Création des Entreprises (ANCE), Ton voit poindre des propositions nouvelles comme celle de dame de compagnie, de cireur de chaussures, de laveur de véhicules, de retoucheuse à domicile, d’accompagnateur d’animaux, de créateur de cimetière animalier ou encore d’organisateur de soirées pour célibataires... (Lesné, 1994). La transformation de tâches domestiques en activités rémunérées semble donc devenue une des voies convenues de la lutte contre le chômage. Cette option ne va pas pourtant de soi. Non que le volume d’emplois qu’il soit possible de créer à l’aide de ces nouveaux services paraissent insuffisant au regard du nombre de chômeurs. Le problème est d’un tout autre ordre : les nouveaux emplois se nourrissent d’une démultiplication des inégalités sociales et des différenciations salariales que Ton serait en droit de contester. Vendre une part de son temps à Autrui ne suppose-t-il pas, en effet, que ce dernier ait l’occasion de percevoir, grâce à l’exercice d’une autre activité, une rémunération plus importante plutôt que de réaliser lui-même le service ?

19Telle est, en tous les cas, la thèse d’André Gorz, un des plus virulents détracteurs des nouveaux services aux particuliers, services que cherchent régulièrement à promouvoir les responsables de la politique de l’emploi française. Les analyses d’André Gorz sont aujourd’hui bien connues et elles ont influencé, tel est d’ailleurs un des objectifs avoués de l’auteur, des réflexions politiques qui ne se satisfont pas du marché comme seul cadre intégrateur possible. Le point de départ de Gorz est constitué par une opposition conceptuelle entre la sphère de l’hétéronomie (ensemble des activités spécialisées que les individus ont à accomplir comme des fonctions coordonnées de l’extérieur par une organisation préétablie) et celle, aux caractéristiques inverses, de l’autonomie. Cette opposition sert de base conceptuelle pour une utopie basée sur le partage du temps. A la segmentation sociale actuelle qui confine des individus dans la réalisation de tâches hétéronomes ou les privent de toute intégration sociale véritable, André Gorz propose de substituer un nouveau découpage des activités tel que chaque sociétaire puisse vouer une partie de son existence aux activités hétéronomes et puisse profiter pleinement du reste de son temps en activités épanouissantes.

20On comprendra mieux, sur ce fond problématique, la portée des critiques d’André Gorz à l’encontre des nouveaux services. Du plaidoyer développé dans Métamorphoses du travail, retenons avant tout un refus : celui d’accepter la dimension servile qui entache la relation de service. « Les prestations qui ne créent pas de valeur d’usage tout en faisant l’objet d’un échange marchand public sont des travaux serviles ou travaux de serviteur. C’est le cas, par exemple, du cireur de chaussures qui vend un service que ses clients auraient pu aussi bien se rendre eux-mêmes en moins de temps qu’ils n’en passent assis sur leur trône face à un homme accroupi à leurs pieds. Ils le paient non pour l’utilité de son travail mais pour le plaisir qu’ils éprouvent à se faire servir » (Gorz, op. cit., p. 175). Est ici fustigée une relation de dépendance interpersonnelle qui ne se situe pas toujours entièrement dans la sphère publique. André Gorz dénonce plus explicitement une forme de « ménagérisation » des services, autrement dit le transfert, sur une masse économiquement et socialement marginalisée, d’un travail traditionnellement réalisé dans un cadre domestique. Les nouveaux services aux particuliers sont donc, de ce point de vue, un support privilégié au développement d’une société inique au sein de laquelle un groupe social détiendrait le monopole des activités les plus lucratives tandis que le reste de la population serait condamné au statut de « serviteur ».

21Stimulantes, les thèses d’André Gorz ne sont dénuées ni de fondement ni de cohérence. Leur radicalité peut, par contre, paraître abusive. Pour André Gorz, en effet, la médiation marchande est nécessairement synonyme d’hétéronomie : un groupement d’habitants de quartier qui cuirait lui-même son pain et qui le vendrait basculerait dans l’hétéronomie. Le même travail réalisé avec le même plaisir, mais avec une visée d’autoconsommation, garantirait, à l’inverse, une véritable autonomie. Si cette ligne de démarcation, le rapport au marché en l’occurrence, peut prendre sens dans l’économie du système de pensée d’André Gorz, elle est par contre moins pertinente pour aider à la promotion effective de nouvelles formes d’insertion par l’économique. Ici, les clairs chemins de l’utopie se séparent de la route plus chaotique du réalisme social. Car il faut bien convenir que, parmi les actuelles solutions envisageables pour créer des emplois, toutes ne sauraient être marquées du sceau de la servilité. Les entreprises d’insertion, aujourd’hui laissées pour compte par l’Etat, en sont un bon exemple : en 1993, elles occupaient près de 14 000 salariés dont 80 % avaient, statistiquement, de sérieux espoirs d’intégrer ensuite une entreprise classique ou d’accéder à une formation qualifiante. Bien qu’orientées vers la production marchande, les activités de ces entreprises se sont révélées un support efficace pour enrayer le processus d’exclusion. Qu’il s’agisse encore des fermes de chômeurs ou des activités de service de proximité (garde des jeunes enfants, activités de loisirs, de soin, de formation...), il existe déjà de nombreuses expériences qui pourraient paraître aberrantes du point de vue de la stricte rationalité économique (sur le plan de la productivité notamment) et contestables du point de vue gorzien. Pourtant, non seulement elles constituent des gisements d’emplois mais elles sont surtout un moyen de recréer du lien social (Laville, 1992). Comme le rapportent encore Bernard Perret et Guy Roustang, « en matière de soin aux personnes, on pourrait théoriquement s’appuyer davantage sur les solidarités familiales et de voisinage, même si rien dans le développement de la société ne permet aujourd’hui de considérer une telle issue comme assurée. Plus vraisemblablement, la limitation de l’augmentation du pouvoir d’achat et l’accroissement du temps libre favoriseront le glissement vers l’autoproduction des services, dans le cas où cette activité productive peut s’apparenter à une forme de loisir. Le cas typique est celui de l’entretien des biens durables : la réparation des voitures reposerait d’ores et déjà pour moitié sur les garages et pour moitié sur le bricolage des particuliers » (p. 119). Plutôt donc que de chercher à radicaliser une opposition entre un temps de notre vie consacré à des activités hétéronomes et un autre à des activités autonomes, peut-on militer dans l’immédiat, avec davantage de réalisme, en faveur de la légitimation d’activités socialement utiles (bénévolat, actions collectives, entraide familiale ou locale, etc.), activités dont la logique intégrative n’interdit nullement qu’elles soient éventuellement finalisées dans une perspective marchande.

Conclusion

22Si elles restent encore largement différenciées entre groupes sociaux, voire d’une société à l’autre (Barrère-Maurisson, 1993), les stratégies familiales d’internalisation, de délégation et d’externalisation des services n’échappent pas à la contrainte de fond qui s’est imposée avec la fin du fordisme, celle d’une panne de l’intégration sociale par l’économique. L’illustration la plus spectaculaire en est la suivante : alors que l’emploi demeure la meilleure garantie contre l’exclusion, le travail (industriel, qualifié, rentable, stable...) n’est plus accessible à tous. C’est pourquoi le partage du travail, mélange de réduction et de flexibilité contrôlée du temps de travail, peut constituer une solution partielle aux grippages contemporains (Cette, Taddéi, 1994). La montée des services oblige par ailleurs à réviser certains mécanismes (comme la monétarisation de la demande sociale) hier efficaces mais aujourd’hui pervers ou obsolètes. De ce double mouvement, l’on peut attendre des retombées importantes : non seulement l’émergence de nouveaux flux de services entre la famille et son environnement mais, plus fondamentalement encore, un affaiblissement du degré d’étanchéité des frontières traditionnelles entre activités monétaires et activités domestiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Archambault E. (1985), « Travail domestique et emploi tertiaire : substitution ou complémentarité ? », in M. Vernières éd., L’emploi du tertiaire, Paris, Economica.

Barrère-Maurisson M.-A. (1993), « Le transfert de la production domestique de la famille aux services », communication au colloque « La société française et ses modes de vie actuels », GDR Modes de vie, Paris, IRESCO, 17 et 18 juin.

Boulin J.-Y. (1992), « L’organisation sociale du temps », Futuribles, n° 65-166.

Boyer R. dir. (1987), La flexibilité du travail en Europe, Paris, La Découverte.

Bué J., Dussert F. (1993), « Les horaires de travail sont moins réguliers et plus diversifiés en 1991 qu’en 1984 », Premières synthèses, n° 28.

CERC (1993), « Précarité et risque d’exclusion en France », Rapport du CERC, n° 109, La Documentation française.

Cette G., Cuneo P., Herbay J.-P, Préel B. (1992), « Ouverture dominicale : impact macro-économique », Futuribles, n° 164.

Cette G., Taddéi D. (1994), Temps de travail, mode d’emploi, Paris, La Découverte.

Chenonier V., Deltour E., Loones F., Radet A. (1994), « L’ouverture des magasins le dimanche », mémoire de travail CGSA 2, ENSAE.

Gershuny J. (1978), After industrial Society. The Emerging Self Service Economy, Mac Millan.

Gorz A. (1988), Métamorphoses du travail - Quête du sens, Paris, Galilée.

Laville J.-L. (1992), Les services de proximité en Europe, Paris, Syros.

Laville J.-L. ed. (1994), L’économie solidaire - Perspectives internationales, Paris, Desclée de Brouwer.

Léger J. (1994), « Les dépenses pour les loisirs depuis 1960 », INSEE Première, n° 306.

Lesné P. (1994), « Les déterminants sociaux de la création d’entreprise », mémoire de maîtrise de sociologie, université de Paris X.

Manon N. (1994), « Les Français dépensent davantage pour leur repas à l’extérieur ", INSEE Première, n° 295.

Maurin E. (1989), « Types de pratiques, types de journées et déterminants sociaux de la vie quotidienne », Economie et statistique, n° 223.

Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle (1993), Nouveaux services, nouveaux emplois, Paris, La Documentation française.

Parsons T. (1970), « Some Considerations on Social Changes » in Eisenstadt S. N., Readings in Social Evolution and Development, Pergamon Press.

Perret B., Roustang G. (1993), L’Economie contre la société - Affronter la crise de l’intégration sociale et culturelle, Paris, Seuil.

Stoclet D. (1983), « Les transferts entre marchand et domestique. Travail des femmes, loisir des hommes », Observation et diagnostic économique, février.

Sue R. (1994), Temps et ordre social - Sociologie des temps sociaux, Paris, PUF.

Taddéi D. (1992), « Le temps de travail dans les services », Futuribles, n° l65-166.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.