Version classiqueVersion mobile

Faire ou faire-faire ?

 | 
Jean-Claude Kaufmann

Deuxième partie. L'enfant, entre proximité et distance

Faire garder les enfants dans les familles à beau-parent

La délégation comme régulation conjugale

Didier Le Gall

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Comme l’ont mis en évidence les sociologues, les familles à beau-parent constituées à la suite d’une union féconde, souffrent d’un manque de supports institués (Cherlin, 1987). Elles doivent en effet affronter quotidiennement des problèmes d’ordre juridique, psychologique et pratique que ne connaissent pas les autres familles (Bastard, Cardia-Vonèche, 1987 ; Le Gall, 1992a), tels la définition du rôle beau-parental, le partage de l’autorité et le degré d’implication des conjoints, anciens et nouveaux, dans l’entretien des enfants résidant au foyer (Dhavernas, Théry, 1991). Les premières familles constituant la norme, les familles à beau-parent ne disposent guère de solutions pré-établies pour les aider à gérer ce qui leur est spécifique. En bref, faute de règles instituées, la recomposition familiale à la suite d’une désunion avec enfants issus de la précédente contraint bien souvent les acteurs à négocier et à ajuster leurs pratiques selon des modèles de conduites inédits.

2Dans de telles situations, il est clair que certaines des questions fondatrices de cet ouvrage prennent une résonance toute particulière. Qu’est-ce en effet qu’une activité spécifiquement familiale ? Dans quelles situations ces familles sont-elles plus prédisposées à déléguer, mais aussi et surtout, qui délègue ? Quant à la gestion des flux entre intérieur et extérieur, quel sens peut-elle avoir dans ces familles à géométrie variable où le champ des relations « déborde » constamment les frontières du foyer ?

3S’il ne nous est guère possible d’apporter des éléments de réponses définitifs à ces questions, nous nous proposons néanmoins de montrer ici que la délégation de cette activité familiale qu’est la garde des enfants se pose souvent dans des termes bien différents au sein des secondes familles, et que, par-delà les contraintes objectives de garde, la délégation apparaît parfois comme un mode de régulation conjugale. Pour ce faire, nous nous appuierons sur un matériau (entretiens semi-directifs) recueilli auprès de familles à beau-parent dans le cadre de deux recherches récentes (Le Gall, Martin, 1990,1991) et lors de travaux réalisés, sous notre direction, par des étudiants de l’université de Caen (1989-1994).

Des premières aux secondes familles

4Notre réflexion s’inscrit dans le droit fil des travaux portant sur la garde des enfants (Gokalp, 1982 ; Desplanques, 1985 ; Hatchuel, 1989), et rejoint ceux qui, plus globalement, s’intéressent aux échanges au sein de la parenté (Pitrou, 1978 ; Déchaux, 1990,1994 ; Marpsat, 1991). Grâce aux travaux déjà réalisés, nous disposons de données nous permettant d’avoir une idée relativement précise des pratiques des ménages en matière de garde d’enfants. Récemment encore, au terme d’une recherche s’attachant, par une analyse secondaire de l’enquête « Emploi du temps » 1985-1986 de l’INSEE, à saisir les grandes évolutions en matière de modes de garde des enfants une décennie après la publication du travail d’Agnès Pitrou, Véronique Beillan (1991) écrivait : « Il apparaît ainsi (...) que si le choix différentiel fait par les familles entre solidarité familiale et recours à une aide ″institutionnelle″ est largement fondé sur des contraintes d’ordre économique (les revenus), en revanche, celui qui est effectué entre solidarité familiale et extra-familiale (amis, voisins) semble davantage relever d’habitudes, de pratiques sociales et culturelles même s’il est difficile de ″dichotomiser″ de la sorte, ″l’économique″ et le "culturel". On retrouve avec cette étude sur la garde occasionnelle, les observations faites, dix ans plus tôt par Agnès Pitrou à propos de la garde régulière, à savoir, en particulier, que les ″classes supérieures″ disposent d’un choix plus varié de solutions à leurs problèmes de vie familiale que les ″classes populaires″, pour lesquelles l’aide échangée avec les amis, par exemple, est faible » (p. 106).

5En dix années, les pratiques en matière de garde n’ont guère évolué. Les parents constituent le mode de garde dominant, le réseau d’aide « extra-familial » étant moins sollicité. Le recours occasionnel aux amis et aux voisins reste surtout le fait des classes moyennes et supérieures, et l’utilisation de l’aide « institutionnelle » (services payants) est bien sûr limitée aux ménages qui ont des revenus suffisants : plus fréquemment donc, les cadres supérieurs et moyens, ainsi que les ménages les plus riches. Et les plus diplômés (cadres et professeurs notamment) sont ceux qui, dans l’ensemble, ont les modes de garde les plus diversifiés. A ce niveau, capital économique et culturel se recoupent, ce qui nous renvoie à une autre lecture possible : la délégation n’est pas indépendante de la conception que l’on a de la famille.

6En effet, et pour simplifier, quand l’idée que l’on se fait de la famille s’apparente au modèle nucléaire traditionnel, le mode d’organisation familiale est fondé sur une stricte partition des rôles de sexe. Si l’on excepte les familles des milieux aisés, que pour faire vite nous pouvons qualifier de « conservatrices », on trouve principalement ce mode d’organisation familiale, et donc cette complémentarité des rôles de sexe, au sein des milieux sociaux défavorisés et peu favorisés. Ressources modestes et rôle dévolu à la femme ne prédisposent alors guère à déléguer. Si la contrainte de se « décharger » ponctuellement des enfants s’impose, on sollicite en priorité la proche parenté, et parfois, mais plus rarement, les amis ou voisins avec lesquels on entretient des liens étroits. En revanche, dès lors que l’idée de famille ne se structure pas sur ce modèle - cas fréquent au sein des couches moyennes-, on constate que, bien que toujours plus impliquées dans l’institution matrimoniale que les hommes, les femmes ne perçoivent pas leur rôle comme exclusivement limité aux affaires familiales. Le recours à l’aide « extra-familiale » est alors plus aisément envisageable, et donc envisagé, sachant qu’il n’intervient le plus souvent que comme complément aux ressources que peut procurer la parenté dans ce domaine.

7Mais quel que soit l’angle de lecture privilégié, force est de constater que les approches quantitatives dont nous disposons pour apprécier les pratiques des ménages en matière de garde se limitent aux premières familles. Constat qui n’a cependant pas lieu de nous étonner : les familles à beau-parent ne font que depuis peu de temps en France l’objet d’analyses (Théry, 1987), et s’accorder sur une définition minimale de ces familles pour procéder à une enquête quantitative n’est pas chose aisée (Léridon, 1993), tout particulièrement en ce qui concerne la garde des enfants puisque, par définition, la parentèle que l’on est susceptible de solliciter, ne peut être l’exacte réplique de celle des premières familles.

8Quoi qu’il en soit, nous ne disposons pas d’éléments sur la délégation de cette activité familiale au sein des secondes familles. Dans une recherche récente (entretiens auprès de 816 personnes) sur Les réseaux de solidarité dans la famille (1994), J. Coenen-Huther, J. Kellerhals et M. von Allmen prennent cependant en compte ces familles. Le fait étant rare, il convient d’y faire mention. Mais il s’agit de familles dont l’homme, marié, a entre 50 et 57 ans. Si la sélection de cette génération déjà avancée en âge se justifie pleinement au regard de la perspective des auteurs, nous ne pouvons cependant en tirer des enseignements plus globaux, les problèmes de garde se posant majoritairement aux conjoints de ces familles avant qu’ils atteignent cet âge.

9Bref, la question : « Qu’en est-il de la délégation dans ces familles à beau-parent ? » reste entière. Sans prétendre y répondre, tentons néanmoins de faire, ne serait-ce qu’à titre exploratoire, quelques avancées dans ce domaine, sachant qu’en raison de la nature de notre corpus, il s’agit principalement de comprendre les termes dans lesquels se pose la délégation de cette activité dans ces familles.

En première approche : la recomposition familiale ne modifie pas les plus ou moins grandes prédispositions à déléguer

10Au terme d’une relecture de notre matériau (plus de 90 entretiens), il semble bien que la recomposition familiale ne modifie pas radicalement les habitudes en matière de délégation. Ce qui, dans un premier temps, ne nous surprend guère. Pour le comprendre, un bref retour à nos travaux portant sur les formes de recomposition conjugale et familiale à la suite d’unions fécondes défaites s’avère nécessaire (Le Gall, Martin, 1993 ; Le Gall, 1993,1994).

11Nous l’avons montré, les changements qui, de la désunion, mènent à la constitution d’une famille à beau-parent, autrement dit, la manière dont se déroule le processus de recomposition familiale, s’organisent selon des logiques qui présentent une certaine cohérence, et dépendent de trois facteurs principaux étroitement liés entre eux : le milieu social, la représentation de la famille et le type d’agencement des rapports post-divorce. Schématiquement, pour le cas majoritaire - une mère gardienne vit avec ses enfants et son nouveau conjoint-, disons que ces logiques oscillent entre les deux pôles extrêmes et opposés suivants :

12• Dans les milieux défavorisés, où les divorces sont souvent très conflictuels, les rapports parentaux s’émoussent peu à peu, aboutissant à la disparition des relations entre le père non-gardien et les enfants. La mère gardienne cherche rapidement, souvent presque aussitôt, à reformer un couple, ou mieux, à « refaire sa vie » comme certaines le disent parfois. A ce niveau, le souci d’éviter l’isolement, la volonté de re-stabiliser économiquement le foyer et le désir de s’inscrire dans ce qui est perçu comme une certaine « normalité » interviennent. Mais il est clair qu’il est bien question de « reconstituer » une famille qui, autant que possible, doit s’approcher de la norme familiale de référence : la famille nucléaire traditionnelle. Sauf cas rares, le projet de mise en couple accentue alors la logique de substitution déjà amorcée.

13Bien que l’on ne puisse dire que la place est « vacante », le beau-père bénéficie d’une certaine marge de manœuvre qui le prédispose à tenir un rôle de substitution, dont le champ de compétence recouvre alors quasiment celui du rôle de père. Et la place qu’occupe le beau-père est d’autant moins discutable que celui-ci pourvoit aux besoins de la famille et que la mère gardienne et ses enfants sont ligués contre le père défaillant. La famille à beau-parent s’organise alors sur le modèle de la précédente. Elle se donne à voir comme une première famille.

14• A l’autre pôle, dans les milieux favorisés, où les divorces sont beaucoup moins « brutaux », les conjoints essayent de mettre ensemble au point, et autant que possible, en bonne intelligence, les conditions de leur séparation. S’instaurent alors des mécanismes d’auto-régulation. La volonté de maintenir une communication minimale et acceptable transparaît clairement, même s’il existe des heurts. Le père non-gardien assume globalement sa responsabilité parentale et attache une importance à ce que son rôle ne soit pas « gommé » par la mise en couple de son ex-conjointe. Les nouvelles rencontres s’inscrivent alors dans ce fonctionnement où l’on privilégie la pérennité des rapports et non leur substitution.

15Les parents conservent un rôle que le divorce a ré-aménagé bien sûr, mais sans le supprimer. Les nouveaux partenaires se « positionnent », eux, progressivement dans la nouvelle donne familiale, mais en évitant toute ingérence. Il ne s’agit plus de « remplacer » une famille par une autre. Il n’est donc pas question, pour le beau-père, d’investir un rôle s’apparentant à celui de père, mais bien d’en composer un. La famille s’organise dans des formes quasi inédites.

16En résumé, plus le modèle nucléaire s’impose comme référence ultime, moins la pérennité et l’auto-régulation ont de chances de se profiler. Pour ceux qui adhèrent à cette norme, la force des représentations ne les conduit pas à envisager la « nouvelle famille » autrement que sur le mode des premières familles. On comprend alors aisément que, dans ce cas de figure, plus fréquent dans les milieux défavorisés et peu favorisés, il n’y ait guère de différence, en matière de garde d’enfants, avec les premières familles. La délégation reste rare, bien sûr parce que la nouvelle mise en couple ne s’est pas traduite par un reclassement social - les revenus sont toujours modestes-, mais aussi parce que la recomposition n’a pas radicalement réaménagé les rôles. Et si d’aventure, il y a eu « délégation contrainte » lors de la séquence monoparentale - i.e., placement du ou des enfants en institution-, assez souvent, le nouveau couple met tout en œuvre pour les récupérer. Dans ces milieux sociaux, se remettre en couple, c’est implicitement « reconstituer » une famille à l’identique. On comprend alors que la recomposition ne modifie guère les usages antérieurs, tout particulièrement en ce qui concerne la garde des enfants.

17De la même manière, la recomposition familiale ne semble pas inciter les plus détachés de cette norme à transformer leurs habitudes en matière de garde. Conscients qu’ils ne peuvent être dans la duplication, les « modernistes » s’attachent à développer des modèles de comportement adaptés à leur situation, c’est-à-dire rendant compatibles, « héritage » et projets d’avenir. Aussi, lorsque la mise en couple ne s’est pas traduite par un déclassement social - ressources plus faibles-, les habitudes antérieures prévalent, c’est-à-dire que le recours à la délégation est tout autant envisagé que dans le cadre de la première union.

18En résumé, et bien que le matériau dont nous disposons n’ait pas été spécifiquement recueilli pour apprécier ce qui nous intéresse ici, il semble bien que la recomposition familiale n’affecte pas de manière sensible les pratiques de garde qui étaient à l’œuvre dans le cadre de la première union. Si les transitions familiales ne peuvent pas ne pas modifier le positionnement des individus, il n’en reste pas moins que ce système de dispositions durables qu’est l’habitus, qui « fonctionne à chaque moment comme une matrice de perceptions, d’appréciations et d’actions » (Bourdieu, 1972, p. 178), ne s’en trouve pas, sauf exception, radicalement changé. De ce fait, au même titre que bon nombre d’autres pratiques domestiques (Kaufmann, 1992), les habitudes en matière de garde des enfants demeurent. Il conviendrait juste de moduler ce constat dans les cas où la mise en couple est l’occasion d’un déclassement ou d’un reclassement. Mais comme le rappelle F. de Singly : « La ré-élection matrimoniale se déroule dans des conditions où les femmes ne choisissent pas des hommes très dissemblables socialement des premiers élus » (1987, p. 108).

A pratique identique, changement qualitatif

19Nous pourrions nous en tenir à ce constat, en précisant néanmoins qu’il conviendrait d’effectuer une approche quantitative auprès d’un échantillon représentatif de familles à beau-parent afin de bien vérifier qu’entre la première et la seconde union, le recours à des tiers, quels qu’ils soient, pour garder les enfants n’est ni plus, ni moins, fréquent. Reste qu’une telle perspective part du présupposé suivant : la permanence en matière de recours à des tiers pour garder les enfants signifie qu’il y a identité de pratique entre première et seconde union. Or notre analyse qualitative nous incite fortement à pondérer ce genre d’interprétation. Une même tendance peut en effet cacher des changements plus qualitatifs. Et pour le comprendre, revenons d’abord à la séquence mono-parentale.

20Dans son article sur la garde des enfants, Véronique Beillan précise, dans une note de bas de page : « Les familles monoparentales n’ont pas de comportements spécifiques en la matière, leurs choix sont proches de ceux des couples ayant un ou deux enfants » (p. 103). Bien évidemment, il n’est pas question pour nous de contester ce résultat. Une remarque néanmoins s’impose. Suite à la désunion, les rapports à la parenté par alliance se sont modifiés, voire même n’existent plus dans certains cas. Autrement dit, pour les mères gardiennes dont les beaux-parents prenaient de temps à autre en charge leurs enfants, l’univers de la parenté qu’il leur est désormais possible de solliciter s’est de facto restreint. Dans ce cas de figure, si identité de comportement en matière de garde il y a, c’est qu’un changement majeur, certes souvent occulté, s’est produit, comme le révèle nombre de nos entretiens : « Mes beaux-parents ne prenant désormais mon fils que lorsqu’il est ponctuellement chez son père, ma mère le garde encore plus souvent qu’avant ». La tendance à déléguer est inchangée parce qu’il y a eu intensification du recours à sa propre parentèle. Phénomène que l’on se doit de prendre en compte car il n’est pas toujours sans conséquence sur les pratiques de garde ultérieures.

21Quand après une séquence monoparentale, la mère gardienne vit à nouveau en couple, nous l’avons noté, les prédispositions à déléguer ne semblent pas sensiblement modifiées. Pourtant, les enfants sont un peu plus âgés, et de ce fait, nécessitent un peu moins que l’on ait recours à des tiers pour les garder. Aussi, en l’absence d’une nouvelle naissance, on peut considérer que le maintien à l’identique des pratiques antérieures de garde correspond de fait à un accroissement du phénomène de délégation, les besoins en la matière étant moindres a priori. Comment alors expliquer ce phénomène ?

22Apparaît ici un aspect qui montre, si besoin était, que l’on ne peut comparer terme à terme les pratiques des premières et secondes familles, excepté à poser que toute nouvelle mise couple place les conjoints dans des conditions qui seraient strictement identiques à celles des premières familles. Ce qui serait une erreur magistrale, tout particulièrement en matière de délégation. En effet, comme en atteste bon nombre de nos entretiens, les formes de délégation au sein des secondes familles ne sont pas totalement « dégagées » de celles qui étaient à l’œuvre lors de la séquence monoparentale. Dès lors que la désunion s’est traduite par une intensification du recours à la parentèle de la mère gardienne, et que cette séquence s’est prolongée pendant quelques années, non seulement des liens de proximité se sont tissés entre petits-enfants et grands-parents, mais les mères gardiennes elles-mêmes éprouvent parfois quelques difficultés à signifier à leurs propres parents que les « rituels antérieurs », qu’elles ont sollicités et sur lesquels elles étaient heureuses de pouvoir compter, n’ont plus lieu d’avoir cours.

23Chantal, employée de banque, vit depuis trois ans avec Michel, technicien. Son ex-conjoint, instituteur, gardait leurs enfants le mercredi quand ils étaient mariés. Après leur séparation, Chantai s’est adressée à ses parents qui habitent à une dizaine de kilomètres de son domicile. Chaque mercredi elle emmenait ses enfants chez ses parents, ce qui, tout le temps où elle a vécu seule (cinq années), constituait pour elle une aide précieuse : « D’abord, je n’avais pas les moyens de me payer une babysitter tous les mercredis ; ensuite, avec mes parents j’avais confiance et je savais que les enfants les aimaient bien ».

24Aujourd’hui, l’aîné a 12 ans. Chantai comprend qu’il puisse préférer rester à la maison ou aller chez des copains plutôt que d’aller « s’enfermer » chez ses parents. Mais huit années de vie ont été ainsi structurées par cette demande d’aide pressante liée au divorce. « C’est compliqué. Que Mathieu ne veuille plus aller systématiquement chez mes parents, OK. Il arrive à un âge où c’est plutôt les copains... Mais mes parents ne l’ont pas vu grandir, ils le considèrent toujours comme un enfant. Et c’est vrai que je les laisse se débrouiller entre eux car je ne me sens pas le courage de dire à mes parents, eh bien voilà, les mercredis, c’est fini ! D’abord parce que c’est moi qui suis allée les trouver, et parce qu’au bout de huit années désormais, ben je comprends que de mettre fin à cette habitude, ça va provoquer un grand changement dans leur vie (...). Alors j’ai expliqué tout cela à Mathieu. Et je lui ai dit que c’est à lui de faire comprendre progressivement à sa mamie qu’il a aussi besoin de voir ses copains. Mais pour lui, c’est aussi la même chose. En fait, mon divorce, ça nous a tellement tous rapprochés que tout est difficile (...). Dès fois je m’en veux car je me dis que j’aurais dû mettre un terme à tout cela quand je me suis installée avec Michel, d’abord parce que mes parents auraient peut-être mieux accepté parce que je me remettais en couple, ensuite parce qu’à deux, nous avions les moyens de payer une baby-sitter ».

25Dans le cas présent, il apparaît clairement que la séquence monoparentale a créé une situation à laquelle il n’est pas aussi simple de mettre un terme. Mais il arrive aussi parfois, pour de toutes autres raisons, que les mères gardiennes ne délèguent pas moins.

Au-delà des contraintes objectives de garde : la délégation comme mode de régulation

26Si l’on excepte les recompositions familiales qui se sont opérées sur le mode de la substitution – une famille « effaçant » l’autre –, et dont le projet conserve comme modèle la famille nucléaire traditionnelle, toutes les autres sont confrontées au phénomène de la « circulation des enfants ». Autrement dit, les enfants ne sont pas toujours présents au foyer. De manière régulière, ils vont, plus ou moins longtemps, chez leur père non-gardien. La délégation est donc envisagée dans un contexte de gestion des enfants qui n’est pas comparable à celui qui existait dans le cadre de la première union.

27Emerge alors parfois un sentiment de culpabilité. On est contraint de devoir faire garder ses enfants alors qu’on les voit un peu moins en raison de cette alternance. Ainsi, une infirmière qui vit à nouveau en couple avec un célibataire sans enfant déclare : « J’ai changé mes horaires pour être plus souvent avec ma fille. Mais je la vois moins depuis que nous sommes séparés car son père la prend régulièrement. Ça me gêne toujours de la laisser à la personne qui la garde, mais je n’ai pas d’autre choix ». Dans ce cas de figure, il est clair que le divorce a créé une situation qui incite à limiter le recours à des tiers.

28Aujourd’hui, elle vit avec un conjoint dont les horaires fixes lui permettraient d’assumer une part de la garde, voire même de la dispenser de recourir aux services d’une assistante maternelle. Or force est de constater qu’aucun changement n’est intervenu à ce niveau. Et ce cas n’est pas unique. On le retrouve en effet assez fréquemment au sein des couches moyennes, tout particulièrement parmi les familles à beau-parent n’ayant pas une grande ancienneté, constituées d’une mère gardienne divorcée et de son nouveau conjoint sans enfant, et dont le projet du couple paraît privilégier l’autonomie de chacun par rapport à l’unité conjugale.

29Dans ce cas de figure, il est clair que le phénomène de délégation ne peut être appréhendé en référence aux seules contraintes objectives de garde que connaissent ces familles. Il est tout autant le reflet de pratiques antérieures liées à la situation monoparentale qu’il est un agent de régulation de la nouvelle situation.

30On aurait en effet grand tort d’oublier ce que ces mères gardiennes, elles, n’omettent pas de prendre en compte. En cohabitant, leurs conjoints sont d’emblée confrontés à du « familial », alors même qu’ils n’ont pas d’enfant. Si la « fusion amoureuse », pour parler en termes rousseliens (Roussel, 1989), est bien au principe de la constitution de l’union, celle-ci ne peut s’éprouver dans le cadre d’une séquence conjugale stricto sensu, les nouveaux conjoints passant sans transition d’une situation de conjugalité non-cohabitante (Le Gall, 1992 b) à une vie de famille. Ainsi, une enseignante, mère gardienne de deux enfants vivant avec un enseignant célibataire sans enfant, déclare : « Pour lui qui avait sa petite vie de célibataire dans son F2, ça été très dur de se trouver brutalement confronté à deux enfants, et à une conjointe qui apparaît avant tout comme une mère. Ça, c’est une chose que je peux comprendre ». Compréhension qui peut conduire à ne pas moins déléguer justement pour diminuer l’emprise du « familial » sur le « conjugal ».

31Il s’agit toujours de former un groupe social primaire organisé autour de deux adultes quand on se remet en couple. Mais quand le projet de mise en couple se structure sur le mode du « nous-couple » et non du « nous-famille », du fait même de la spécificité de la situation, la fusion amoureuse est parfois filtrée par un principe de raison.

32C’est dans cette optique qu’ailleurs (Le Gall, 1992 c), reprenant à notre compte, la belle expression d’André Béjin (1990), nous parlions d’« amour fou raisonnable ». Si la désunion reste le plus souvent une expérience douloureuse, les divorcés s’investissent néanmoins avec autant de passion dans une seconde union. Comme le dit F. De Singly, « un "échec" ne détruit pas leur croyance en l’amour » (1992, p. 53). Cependant, si l’exaltation amoureuse a toujours droit de cité, reste que l’expérience de la désunion, le souci de préserver les enfants et l’inquiétude liée à la capacité de son nouveau conjoint d’incarner un rôle beau-parental interfèrent désormais, et par contrecoup, « modèlent » les conduites amoureuses. Il devient alors délicat de s’abandonner aux seules raisons du cœur. L’amour fou devient raisonnable, comme nous avons déjà tenté de l’illustrer à partir d’aspects apparemment anodins (les premières confrontations, l’installation dans le logement, la gestion de l’intimité, etc.). Il semble bien que la permanence de certaines pratiques de garde soit, là aussi, commandée par un principe minimal de raison. Moins déléguer, c’est impliquer davantage son nouveau conjoint à l’égard de ses beaux-enfants. Or, quand le « contrat conjugal » implicite de départ n’implique pas d’emblée une « immersion » dans du familial, et que par ailleurs, on ne tient pas à ce que son ex-conjoint ait le sentiment d’être « concurrencé » dans son rôle parental, il convient alors d’assumer, comme on le faisait antérieurement, la « charge » de ses propres enfants, surtout en début d’union.

33Et même si les nouveaux conjoints, sans enfant ou parents non-gardiens, acceptent pleinement leurs beaux-enfants, il n’en reste pas moins que tout se passe comme si ces mères gardiennes évitaient de leur « imposer » leurs propres enfants. Plus directe, Françoise, biologiste, nous dit : « Si nous vivons ensemble, c’est parce que nous en avions le désir, et pas parce qu’il voulait prendre en charge mon fils. Je ne vois donc pas pourquoi, excepté ponctuellement, ce serait à lui de l’assumer ; ce qui ne veut pas dire qu’il refuserait de le prendre en charge, loin de là je crois ».

34Il semble donc bien que, dans ces situations, la délégation soit un facteur de régulation conjugale. Autrement dit, par delà les contraintes objectives de garde, elle est parfois envisagée pour que la dimension conjugale puisse avoir droit de cité. De ce point de vue, les options prises en matière de délégation sont aussi révélatrices de l’idée que l’on se fait de la famille que l’on constitue lorsque l’on « recompose ».

35Quant à la question : « Qui délègue ? », il est clair que pour le cas statistiquement majoritaire que nous avons retenu, c’est presque toujours à la mère gardienne que revient ce rôle, bien que le « contexte de décision » ne s’apparente ni à celui des premières familles, ni à celui des familles monoparentales. La décision redevient « plus conjugale » lorsque les conjoints sont « ensemble » parents et que leur couple a déjà une certaine ancienneté. Mais dans les familles « modernistes », cas fréquent parmi les couches moyennes à capital culturel élevé, c’est presque toujours à celui qui est parent que revient la décision de faire garder les enfants ; ce qui s’explique par le fait que le père non-gardien est très « présent » et que le beau-père évite soigneusement toute ingérence. Ainsi, dans les cas où un nouvel enfant est né, comme pour d’autres décisions à prendre (santé, école, etc.), tout se passe comme si la mère gardienne était confrontée à deux sphères de décision : l’une relevant du foyer qu’elle constitue, l’autre « débordant » les frontières de ce foyer.

Qu’est-ce que déléguer dans un contexte permanent de « circulation » des enfants ?

36Quand le ré-agencement des rapports post-divorce s’est progressivement effectué sur le mode de la pérennité, la famille à beau-parent apparaît comme élément d’une constellation familiale où les enfants « circulent » assez librement avec l’accord des parents. Tous les protagonistes se connaissent et se respectent dans leurs rôles, la communication et l’auto-régulation sont privilégiés et les enfants de premier lit ne sont jamais à demeure dans l’un des foyers. Assez fréquemment même, sans se préoccuper de ce que prévoit le jugement de divorce, les ex-conjoints optent pour ce qu’ils appellent une « garde alternée » : une situation qu’ils estiment parfaitement adaptée à leur cas, et dans laquelle les enfants partagent leur temps entre le domicile de leur père et celui de leur mère (Neyrand, 1994). Dans ce contexte particulier, certes assez rare, de gestion des enfants où la stabilité de l’ensemble repose sur une circulation permanente, quel sens peut encore avoir le fait de déléguer ? La gestion des enfants n’est-elle pas d’ailleurs conçue parfois pour se dispenser d’avoir à le faire ?

37Si certaines mères gardiennes semblent tout autant déléguer quand elles se remettent en couple afin de diminuer l’emprise du familial sur le conjugal, n’oublions pas que, quand la négociation entre ex-conjoints est possible, les conjoints de ces familles à beau-parent peuvent s’offrir des « moments à deux » sans qu’il soit nécessaire de faire garder les enfants, du moins au sens où l’on entend généralement cette expression, c’est-à-dire lorsque l’on sollicite délibérément un tiers, quel qu’il soit, pour s’occuper des enfants. Perspective qui est aussi envisageable, même si le nouveau conjoint est lui-même père non-gardien. Il suffit pour cela de procéder à une harmonisation des droits de visite.

38Marie, divorcée, mère de deux enfants vit depuis trois ans avec Marc, divorcé, père non-gardien d’un enfant. Quand ils se sont installés ensemble, les droits de visite respectifs n’étaient pas en phase. Autrement dit, la venue ponctuelle du fils de Marc correspondait au moment où les enfants de Marie étaient chez leur autre parent. Marc et Marie étaient alors alternativement, soit parent, soit beau-parent. La gestion successive des enfants, puis des beaux-enfants s’est rapidement avérée pesante. Après une année de vie en couple, les négociations s’engagent : « Outre le fait que nos enfants respectifs ne se voyaient quasiment jamais, et donc ne pouvaient véritablement se connaître, excepté pendant les vacances, nous, nous n’avions jamais un moment à nous, sauf quand je faisais appel à notre petite voisine, si on décidait d’aller au cinéma. Marc se refusait à faire garder son fils pour que l’on sorte car il le voyait finalement assez rarement (...). Alors j’ai proposé à Dominique (son ex-conjoint) de modifier légèrement le système sur lequel on fonctionnait depuis notre séparation, et Marc a fait la même chose de son côté. Moralité, aujourd’hui, on a deux soirées consécutives en tête à tête tous les quinze jours ».

39Si la mise en place délibérée et concrète de ce scénario reste rare, il se peut néanmoins qu’elle fasse des adeptes. Confronté à la même situation, un autre couple reconnaît clairement que : « De temps en temps, le départ des enfants, ça soulage ! ». Finalement, quand tout se passe au mieux, l’« ex » n’est pas perçu comme un « tiers » ; les enfants vont chez leur autre parent, c’est tout ! De ce point de vue, l’alternance dispense alors parfois d’avoir à déléguer pour s’aménager des « séquences conjugales ». Une « bonne » gestion de la circulation des enfants présente donc un avantage certain : la garde des enfants est régulièrement assurée sans que l’on ait véritablement le sentiment de déléguer.

40A l’extrême, l’« ex » peut être celui que l’on sollicite en cas d’« empêchement » pour garder les enfants, voire même, le nouvel enfant de la seconde union : « C’est déjà arrivé une ou deux fois que je le mette à contribution. Je lui (ex-conjoint) avais laissé, avec notre fils, mon petit dernier, et le chien en prime d’ailleurs, parce que je n’avais vraiment personne pour les garder. Non, ça se passe bien... Ce serait ridicule, je crois, ne serait-ce que pour les enfants, de se refuser à ce type de situation pour je ne sais quel prétexte ».

41On le voit, quand la recomposition familiale s’opère sur le registre de la pérennité et met en œuvre des mécanismes d’auto-régulation, autrement dit lorsqu’elle se déroule selon des modèles de comportement inédits qui tendent vers un « échange généralisé », la prise en charge des enfants hors du foyer ne relève pas toujours de la délégation au sens des premières familles. Quand les frontières du foyer sont « poreuses », la gestion et la prise en charge des enfants s’inscrit dans un espace plus large : celui de la constellation familiale qui, inéluctablement, modifie les représentations courantes que l’on a de la délégation en la matière. Les repères ne sont plus en effet tout à fait les mêmes.

42Ainsi, au début de la nouvelle union, on peut même se demander si confier ses enfants à son nouveau conjoint, ne s’apparente pas, dans l’esprit des mères gardiennes, à une forme de délégation. Elles ne peuvent certes considérer leur nouveau conjoint tout à fait comme un tiers. Cependant, certains signes tels la confrontation progressive des enfants au beau-père dans le cadre de la séquence de conjugalité non-cohabitante et le maintien, au moins dans les premiers temps, des usages antérieurs en matière de garde, nous incitent à penser qu’il y a là quelque chose de cet ordre. Parfois en effet, la garde des enfants hors du foyer par l’« ex » ne s’apparente pas à une forme de délégation, alors que, dans les premiers temps de l’union, leur prise en charge par le « nouveau » semble bien relever de ce registre. Cette étape fonctionne d’ailleurs souvent comme un rite de passage fortement redouté.

43Dans ces familles à géométrie variable, où le champ des relations « déborde » constamment les frontières du foyer, déléguer cette activité familiale qu’est la garde des enfants ne peut en effet avoir tout à fait le même sens que dans les premières familles. Bien sûr parce que ce n’est plus le foyer, mais la constellation familiale qui devient le cadre de référence, mais aussi et surtout parce que le « dé-placement » permanent dans un climat de confiance est, sinon la norme, du moins l’habitude. Situation qui, selon certaines mères gardiennes, prédisposent d’ailleurs leurs enfants à accepter plus facilement des tiers pour les garder. Ayant « traversé » les différentes séquences familiales sans qu’il y ait rupture « affective », puis intégré ce « mouvement » comme composante normale de leur vie, ils sont, de leur point de vue, « mieux préparés, plus sociables », voire « plus ouverts que d’autres enfants face à de nouvelles têtes ». Aussi, quand le recours à un tiers extra-familial s’avère nécessaire, non seulement la transaction s’en trouve facilitée, mais elle diminue le sentiment de culpabilité qu’éprouvent toujours certaines mères gardiennes.

44Quoi qu’il en soit, n’oublions pas que cette circulation généralisée se retrouve principalement au sein des familles les plus « modernistes », et donc reste assez rare, et que la délégation évolue au fil du temps, bien évidemment parce que, comme dans les autres familles, les enfants grandissent, mais aussi parce que la venue de nouveaux enfants « modifie » les rapports entre les divers protagonistes de la donne familiale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bastard Β., Cardia-Vonèche L. (1987), « Quelques réflexions sociologiques sur le remariage et les familles composées », Dialogue, n° 97.

Beillan V. (1991), « La garde des enfants : des pratiques socialement différenciées », Sociétés contemporaines, n° 8.

Béjin A. (1990), Le nouveau tempérament sexuel. Essai sur la rationalisation et la démocratisation de la sexualité, Paris, éd. Kimé.

Bourdieu P. (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Droz.

Cherlin A. (1987), « Le remariage comme institution incomplète (Remarriage as an incomplete institution) », The American Journal of Sociology, vol. 84, n°3, 1978 : 634-650), Dialogue, n° 97.

Coenen-Huther J., Kellerhals J., von Allmen M. (1994), Les réseaux de solidarité dans la famille, Lausanne, Réalités sociales.

Déchaux J.-H. (1990), « Les échanges économiques au sein de la parentèle », Sociologie du travail, n° 1.

Déchaux J.-H. (1994), « Les échanges au sein de la parenté accentuent-ils les inégalités ? », Sociétés contemporaines, n° 17.

Desplanques G. (1985), « Mode de garde et scolarisation des jeunes enfants », Economie et statistique, n° 176.

Dhavernas M.-J., Théry I. (1991), Le beau-parent dans les familles recomposées. Rôle familial, statut social, statut juridique, Rapport de recherche pour la CNAF, CRIV.

Gokalp C. (1982), « La garde des jeunes enfants », Population et société, n° 161.

Hatchuel G. (1989), Accueil de la petite enfance et activité féminine, collection des rapports du CREDOC, n° 61.

Kaufmann J.-C. (1992), La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Le Gall D. (1992a), « Réguler en l’absence de comportements par habitude. Le quotidien des familles composées », Régulation sociale et contextes sociaux européens (sous la dir. de D. Le Gall), Réseau européen de laboratoires : « Formes de sociabilité, rupture de solidarité et régulation sociale », CRTS, ministère de la Recherche et de la Technologie, université de Caen.

Le Gall D. (1992b), « La conjugalité non cohabitante : du quasi familial sans co-résidence », Du politique et du social dans l’avenir de la famille, Haut conseil de la population et de la famille, Paris, La Documentation française.

Le Gall D. (1992c), « Secondes amours. Aimer la raison ? », Revue internationale d’action communautaire, Montréal, éd. Saint-Martin, Québec, n° 27/67.

Le Gall D. (1993), Formes de régidation conjugale et familiale à la suite d’unions fécondes, habilitation à diriger des recherches en sociologie (sous la dir. de F. de Singly), université René Descartes, Paris V, Sorbonne.

Le Gall D. (1994), « Recompositions du familial à la suite d’unions fécondes défaites », in Identités à l’épreuve de l’incertitude, Maison de la recherche en sciences humaines, université de Caen Basse-Normandie.

Le Gall D., Martin C. (1990), Recomposition familiale, usages du droit et production normative, Rapport de recherche pour la CNAF, CRTS, université de Caen.

Le Gall D., Martin C. (1991), Composer avec le logement. Recomposition familiale et usage de l’espace domestique, Rapport de recherche pour le Plan construction et architecture, CRTS, université de Caen.

Le Gall D., Martin C. (1993), « Transitions familiales, logiques de recomposition et modes de régulation conjugale », Les recompositions familiales aujourd’hui, sous la dir. de M.-Th. Meulders-Klein et de I. Théry, Paris, Nathan.

Léridon H. (1993), « Recomposer les familles dans les sources statistiques », Les recompositions familiales aujourd’hui, sous la dir. de M.-Th. Meulders-Klein et de I. Théry, Paris, Nathan,.

Marpsat M. (1991), « Les échanges économiques au sein de la famille : héritage, aides financières, gardes des enfants et visites aux grands-parents », Economie et statistique, n° 239.

Neyrand G. (1994), L’enfant face à la séparation de ses parents. Une solution, la résidence alternée, Paris, Syros.

Pitrou A. (1978), Vivre sans famille : les solidarités familiales dans le monde d’aujourd’hui, Toulouse, Privat, ré-édition revue et augmentée, Les solidarités familiales, 1992.

Théry I. (1987), « Remariage et familles composées : des évidences aux incertitudes », L’Année sociologique, Paris, PUF, vol. 37.

Roussel L. (1989), La famille incertaine, Paris, O. Jacob.

Singly F. (de) (1987), Fortune et infortune de la femme mariée. Sociologie de la vie conjugale, Paris, PUF, ré-édition revue et augmentée, 1990.

Singly F. (de) (1992), « L’amour coupable », Revue internationale d’action communautaire, Montréal, éd. Saint-Martin, Québec, n° 27/67.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search