Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie IV. L'eau des joies et des dangers

Chapitre 14. L’eau de tous les dangers : mort et destruction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’eau salvatrice du baptême qui purifie l’enfant, l’eau thérapeutique qui soigne le malade, l’eau moralisatrice qui purifie des mauvaises pensées et des vilaines actions a aussi une image maléfique, négative.

L’eau du déluge de l’Ancien Testament, l’eau des glaces de l’enfer rappelle à qui l’oublierait qu’elle peut être un instrument de mort. En 590, les prélats qui se rendent au concile de Metz pour juger Egidius, l’évêque de Reims, coupable de complot contre le roi Childebert d’Austrasie, doivent affronter « de fortes pluies, d’immenses étendues d’eau, une température d’une rigueur intolérable ; les routes étaient détrempées de boue, les rivières sorties de leur lit1 ».

L’eau auxiliaire de la guerre et de la justice, cause de sinistres et responsable de pertes en vies humaines constitue le dernier volet de cette étude.

L’eau auxiliaire et cause de la guerre

La maîtrise de l’eau est un enjeu pour les pouvoirs qui se partagent le contrôle des villes et de leur arrière-pays, la motivatio...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540