Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie IV. L'eau des joies et des dangers

Chapitre 13. L’eau de tous les dangers : les « submersions d’eaulx »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De tous les fléaux naturels qui ont accablé le genre humain au Moyen Âge, un des plus redoutables et pourtant un des plus mal connus est celui qu’on appelait alors en latin « inundatio aquarum », « pluviae inundatio », « aquarum habundantia » (C. Dury), en vieux français les « débordements », « la foison d’eauwe » dans les villes du Nord, « les haussages de l’eaue », « l’impétuosité des eaux », les « desriffstellement que l’eaue avoit auxi comme de tout perdu son droit cours et droicte voye… » et d’autres périphrases similaires qui soulignent le cycle infernal. Le mot « desris », bien utilisé dans l’Ouest, a donné en français contemporain le verbe dériver. Les « gouffres, ravines, desbords », les « discors des granz aigues » mettent l’accent sur le danger immédiat et sur ses conséquences à brève échéance.

La colère de l’eau, elle-même instrument de l’ire divine, est à l’origine du drame. Le poète Abbon évoquant la crue de la Seine au moment du siège de Paris par les Normands en 886...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540