Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie IV. L'eau des joies et des dangers

Chapitre 12. L’eau des croyances et des plaisirs profanes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les documents figurés qui restituent à travers des miniatures, une image souvent idéalisée de la ville, montrent fréquemment des maisons de notables, des bâtiments officiels, des palais royaux et princiers, des jardins qui donnent sur un fleuve, un pont. La Vie de saint Denis, les Très Riches Heures du Duc de Berry, le livre d’Heures à l’usage de Paris (1440), les Grandes Chroniques de France de Jean Fouquet (1460) apportent ce type d’information que
complètent les archives des seigneuries, des inventaires de biens.

Les cultes thérapeutiques de l’eau se perdent dans le tréfonds des mémoires et l’Église, après avoir dénoncé par la voix de ses missionnaires, les vieux cultes chthoniens et naturistes, n’a pas trouvé mieux que de faire jaillir des sources, d’installer une chapelle ou une croix à côté, d’en faire un symbole de fertilité et de seconde naissance. Moins concernée que les campagnes par ces croyances populaires, liées aux forces naturelles, la ville conserve pourtant des lieux...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540