Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie II. Les réalisations de la fin du Moyen Âge

Chapitre 8. « Curage et purge »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’excrément est présent partout, dans la rue, dans le vocabulaire « deshonneste » des poissonnières, des chambrières, des marins, dans les plaisanteries scatologiques, dans « le comique des entrailles » des farces et des nouvelles qui se complaisent à montrer ce qui devrait être caché et à dire ce qu’il convient de cacher1. Le langage médiéval, si réservé, si prude lorsqu’il s’agit de sous-entendre plutôt que d’évoquer le suicide ou l’homosexualité, ignore les tabous pour tout ce qui touche aux fonctions organiques, n’hésite pas à décrire les matières fécales, à lancer à la figure des protagonistes les pires grossièretés du genre puante garce ou orde (ordure), à s’alléger, à chier ou à conchier dans une impasse ou sous un porche, à lascher ses eaulx en public ou à expédier son urine par la fenêtre2 !

Le bon peuple, à l’écho des rumeurs, a pourtant pris conscience du danger que font courir la présence, l’écoulement et l’élimination des eaux d’escouvement, des immondices dans l’isolat ...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540