Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie II. Les réalisations de la fin du Moyen Âge

Chapitre 7. L’usage domestique, hydrotherapie et étuves

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’eau provenant des installations publiques ou privées est indispensable à l’alimentation quotidienne comme breuvaige naturel ou transformé en boire bouli (Douai), aux soins corporels, à l’entretien de la maison et du linge familial.

Son usage dispendieux est une manifestation de vie saine, de bien-être, d’aisance que rappellent la littérature, les inventaires (à Dijon) et plusieurs expressions artistiques1. Chrétien de Troyes ne déclare-t-il pas un moment, dans le Chevalier à la Charrette, « qu’il faut savoir donner l’eau sans penser à la ménager2 ». L’examen de son utilisation dans la vie courante est aussi un aspect de la recherche historique, ethnologique et archéologique3.

« Le cuire et le boire »

Cette formule chartraine souligne la place qu’occupe l’eau dans la vie de tous les jours, pour la consommation courante, la cuisson et la préparation des aliments, à une époque où le bouilli est, pour la majorité des individus, une méthode simple et économique dans la préparation des ali...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540