Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie I. Le poids du passé : de l'Antiquité au XIIIe siècle

Chapitre 2. Une hydromorphologie urbaine évolutive

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les fleuves, leurs affluents et défluents1, servent avec les ponts à délimiter les seigneuries et leurs banlieues ou leurs mandements (Besançon, Boulogne), morcellent le paysage urbain. Les seigneurs, maîtres des eaux, sources de revenus variés sous forme de cens de jardins, de locations de pêcheries, d’exploitation souvent tracassière de péages et de bacs, de moulins banaux ou de l’exercice de droits de justice, se sont préoccupés du contrôle et de l’aménagement des zones humides. « Ordener les eaulx » entre dans les attributions seigneuriales normales et… dans les sources de conflits de voisinage !

Les rivières divagantes et leurs abords limoneux et marécageux ont fait l’objet de transformations précoces d’une ampleur et d’une portée considérable destinée à discipliner l’eau, à rectifier les chenaux d’accès, à désenvaser les fonds et les berges et à régulariser les débits. Il a fallu aussi supprimer des bras morts ou remblayer et éponger le sol instable, graveleux ou sablonneux des...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540