Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau dans la ville au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Partie I. Le poids du passé : de l'Antiquité au XIIIe siècle

Introduction de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le processus de formation des villes, leur croissance, leur fixation topographique, leurs institutions, leur paysage qui ne se distingue pas toujours du gros village, des fonctions plus administratives, artisanales et commerciales que rurales, un peuplement entrevu à travers des enquêtes fiscales, une mentalité et des comportements propres aux citadins restent des sujets d’étude passionnants mais délicats, tant en raison des lacunes documentaires, de la diversité des cas que des interrogations soulevées et des hypothèses avancées1.

Dans ces groupements urbains, l’attraction exercée par les cours d’eau est partout visible. L’eau occupe une place essentielle dans la vie privée et publique, dans l’économie avec la batellerie et les industries de transformation. La toponymie le rappelle avec, par exemple, le coteau ou les thermes de l’Esvière (Aquaria) à Angers, la porte Aiguière à Narbonne, les noms d’Aix-en-Provence et d’Aix-les-Bains (Aquae) ou tous ceux qui dérivent de condate qui si...

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540