Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Chanter les dieux

 | 
Pierre Brulé
, 
Christophe Vendries

Les musiciens du culte

Collegium tibicinum romanorum, une association de musiciens au service de la religion romaine

Valérie Péché

Testo integrale

  • 1 Voir notamment Wille G., Musica Romana. Die Bedeutung der Musik im Leben der Römer, Amsterdam, Ver (...)
  • 2 Plutarque, Numa, 17, 3.

1Il suffit de lire les écrits des Anciens ou de contempler les nombreux témoignages iconographiques qu’ils nous ont laissés pour s’apercevoir que les Romains ont, de tout temps, utilisé des tibicines dans leurs cérémonies religieuses1. Ces musiciens spécialistes de la tibia – instrument à anche et à double tuyau caractéristique du monde gréco-romain – forment une puissante association plus connue à Rome sous le nom de « collège des tibicines romains préposés au culte public » (collegium tibicinum romanorum qui sacris publicis praesto sunt). Son institution semble très ancienne : selon une croyance solidement établie, dont Plutarque s’est fait l’écho dans les Vies parallèles2, les joueurs de tibia (αὐλητα) auraient formé la première des neuf corporations d’artisans fondées par le roi sabin Numa Pompilius, au viie siècle avant notre ère.

  • 3 Voir Waltzing J.-P., Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains, volu (...)
  • 4 Voir Jannot J.-R., « Musique et musiciens étrusques », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptio (...)

2Le texte de Plutarque qui fait remonter les collèges industriels aux origines légendaires de la Cité a donné lieu à des avalanches de commentaires et d’interprétations ; loin d’être clair, il soulève plus de problèmes qu’il n’en résout3. Mais si on laisse de côté les détails de la légende, la haute Antiquité du collegium tibicinum romanorum n’a rien qui puisse surprendre. Dans la Rome primitive, les joueurs de tibia étaient déjà nécessaires au sacrifice et avaient leur place obligée aux côtés du prêtre officiant, et il est fort probable que cet usage ait été imité des Étrusques : du moins la tradition veut-elle que les premiers musiciens des sacra soient d’abord venus d’Étrurie4.

  • 5 Georgica, II, 190-193 : Inflauit cum pinguis ebur Tyrrhenus ad aras.
  • 6 Naturalis historia, XVI, 66, 172.

3Dans la littérature, nombreuses en effet sont les allusions concernant l’apport musical de ces subulones toscans (équivalent étrusque du latin tibicines) dans les cérémonies cultuelles romaines, qu’il s’agisse du « Tyrrhénien soufflant dans sa tibia près des autels » dont Virgile raille l’obésité5, ou des « tibiae sacrificae tuscorum » en ivoire utilisées à l’époque de Pline l’Ancien6.

  • 7 Ce qui vaut à l’instrument l’appellation de « tibiae turariae » chez Solin (5, 19).
  • 8 Suétone, Tiberius, 70, 6. Je cite, dans la mesure du possible, les traductions de la Collection de (...)

4De ces croyances plus ou moins explicitées on peut en tout cas tirer un fait certain : le rôle primordial joué par les tibicines dans la religion de la Cité depuis les premiers siècles de l’histoire romaine. À la fin de la République, et plus encore sous l’Empire, la liaison entre la musique et le monde divin est acceptée comme un article de foi et aucune solennité religieuse ne saurait se dérouler sans la présence de musiciens. On retrouve ces derniers assistant le prêtre et le magistrat dans les sacrifices d’animaux, d’encens7, de liquide ou dans les offrandes. Joueurs de tibia et actes religieux sont à ce point inséparables dans l’esprit des Romains que tout manquement à cet usage ancestral se doit d’être signalé. Lorsque Tibère se rend dans la Curie pour la première fois après la disparition d’Auguste, « comme pour satisfaire à la piété filiale en même temps qu’à la religion », et qu’il offre « aux dieux de l’encens et du vin, mais sans joueur de tibia » (ture quidem ac uino uerum sine tibicine supplicauit)8, le fait est assez singulier pour être remarqué par Suétone, car partout ailleurs en pareille occasion c’est à un tibicen que l’on fait appel.

5Si la permanence d’une telle tradition à Rome est éloquemment illustrée par les textes et l’iconographie, tout est obscur en revanche en ce qui concerne l’histoire et le fonctionnement du collège des tibicines préposés au culte public. La reconstruction des origines ou du moins de l’époque la plus haute possible pose un problème de taille qui concerne les sources.

6Tous les témoignages étendus, explicites et donc exploitables, datent de la fin de la République et de l’Empire, et il est extrêmement difficile de dépasser le iie siècle avant notre ère. Pour suivre la trace de ces musiciens il faut donc concentrer la recherche sur les périodes les mieux traitées de la documentation.

7Et encore ne doit-on pas trop se réjouir car les informations transmises au sujet du statut, de la fonction ou de la personne des membres du collège sont minces, éparses et pour le moins allusives.

8La déception est grande quand on cherche, par exemple, des descriptions détaillées dans la littérature : le tibicen y est présenté comme un être banal, et donc anonyme, dans une fonction ordinaire qui permet la bonne marche de la Cité. À aucun moment il ne suscite la verve des poètes, pas plus qu’il n’inspire de type théâtral aux auteurs comiques. La simple mention « tibicen » suffit à l’identifier. Il existe certes quelques rares exceptions qu’il convient toutefois de tempérer et d’utiliser avec prudence.

  • 9 Il existe effectivement à Rome des automatismes de pensée qui veulent que l’on charge les tibicine (...)

9Ainsi, lorsque Tite-Live consacre un chapitre entier de son Histoire romaine à l’exil des tibicines en 312 avant J.-C., il ne livre aucune évocation parlante des musiciens mais s’attache plutôt à isoler certains traits pittoresques de leur caractère. Le cliché masque ici la réalité. S’appuyant sur une tendance largement diffusée à Rome qui veut que tous les joueurs de tibia, sans exception, soient des amateurs de bonne chère et de vin9, l’historien décrit une troupe de joyeux drilles qui se laissent facilement tenter par la bouteille. Les gens de Tibur chargés de les renvoyer à Rome le savent bien qui ont recours à un stratagème « bien assorti au caractère de cette espèce d’hommes » :

  • 10 Tite-Live, Ab urbe condita, IX, 30, 7-9 : « Un jour de fête, sous prétexte de donner par la musiqu (...)

Die festo alii alios per speciem celebrandarum cantu epularum inuitant et uino, cuius auidum ferme id genus est, oneratos sopiunt atque ita in plaustra somno uinctos coniciunt ac Romam deportant. Nec prius sensere, quam plaustris in foro relictis plenos crapulae eos lux oppressit10.

  • 11 Voir notamment Fless Fr., Opferdiener und Kultmusiker auf stadtrömischen historischen Reliefs. Unt (...)
  • 12 Voir Fleischhauer G., Etrurien und Rom dans Musikgeschichte in Bildern, II : Musik des Altertums, (...)
  • 13 Les cérémonies des dieux autochtones requièrent des têtes couvertes, celles importées de Grèce des (...)
  • 14 Le corps des instruments destinés aux sacra paraît plus court et moins élaboré que celui des autre (...)

10Voilà un aspect bien anecdotique des membres du collegium tibicinum qui n’est pas, bien sûr, ni le plus important ni le plus vrai. Même déconvenue en ce qui concerne les sources iconographiques qui ne fournissent que des détails conventionnels11. Comme en témoigne l’autel des vicomagistri (magistrats desservants le culte des Lares d’Auguste) exposé au Palais des Conservateurs à Rome, le musicien est invariablement représenté derrière ou à côté de l’autel en train d’insuffler les deux tuyaux de son instrument, pendant que le ou les sacrifiants offrent dans le feu de l’encens et du vin12. La plupart des scènes conservées vont dans le même sens : d’un monument à l’autre rien ne change, ni dans l’habillement du tibicen (une tunique ou une toge dont le pan rejeté sur l’épaule gauche est ensuite ramené sous le bras droit pour venir ceinturer la poitrine en découvrant les jambes ; la tête voilée ou couronnée, selon le cas)13, ni dans ses gestes, ni même dans l’instrument qu’il utilise (très rarement représenté de façon détaillée par les artistes)14.

11En dépit de ce constat peu reluisant, nous pouvons fort heureusement compter sur les documents épigraphiques découverts à Rome qui offrent nettement plus de précisions et de garanties, même s’ils ne résolvent pas toutes les questions. Ces inscriptions honorifiques ou dédicatoires, gravées sur des édifices publics ou privés, constituent une des parties les plus précieuses de notre documentation car elles attestent de façon explicite l’existence du collegium tibicinum romanorum pour une période allant du Ier siècle avant J.-C. à l’an 200 de notre ère, et apportent des renseignements non négligeables sur les noms, le statut et les fonctions de ses membres (cf. tableau 1).

12Compte tenu de toutes ces observations, préciser les bornes de l’activité des tibicines du culte public romain s’avère, on le voit, une tâche délicate.

13Qui sont-ils ? Que font-ils ? Comment s’organisent-ils au sein du collège ?

14Autant de questions auxquelles il convient de répondre pour tenter de cerner la place que ces derniers occupent dans la vie musicale de la Rome de la fin de la République aux premiers siècles de l’Empire. En attendant que peu à peu les fouilles et les critiques des sources écrites réunissent un ensemble de données effectivement archaïques, j’ai jugé préférable d’axer cette étude sur les périodes les mieux traitées de la documentation : mon intervention portera donc globalement sur le collège des tibicines romains entre le Ier siècle avant et le iie siècle après notre ère. Au centre de l’attention ne se trouveront pas les diverses polémiques que continue de susciter l’origine de l’association, mais le rôle joué par ses membres dans le culte public, ainsi que le fonctionnement et l’évolution du collège.

Des musiciens préposés au culte public (qui sacris publicis praesto sunt)

  • 15 Cicéron, De domo sua ad pontifices, 48, 125.

15À Rome, il n’y a pas d’acte religieux sans le concours de la musique. Le rite majeur de la liturgie des cultes publics, le sacrifice, débute traditionnellement au son de la double tibia. Il commence par la préface (praefatio), moment attendu où les sacrifiants énoncent en détail les principaux titres de la divinité à honorer, en offrant dans le feu d’un foyer circulaire de l’encens et du vin, pendant qu’un tibicen accompagne la libation des modulations de son instrument. Ce rituel initial résume les rites qui vont suivre et en exprime l’intention. « Joueur de tibia, trépied, prières et antiques formules » (tibicen, foculus, preces, prisca uerba)15, tout le déroulement du sacrifice va reposer sur la force efficace de ces quatre éléments, à eux seuls porteurs de réussite ou d’échec.

  • 16 Mythe et épopée, III, Histoires romaines, Paris, Payot, 1981, p. 181.
  • 17 Voir Porte D., Le Prêtre à Rome, Paris, Payot, 1995, p. 29-42.
  • 18 Un témoignage, non point romain mais ombrien celui-là, atteste la présence du tibicen aux côtés du (...)
  • 19 Sans doute pour préserver pareillement de tout mot fatal involontairement perçu, Plutarque (Morali (...)

16Comme l’a fort justement fait remarquer Georges Dumézil, la musique jouée à l’occasion de la praefatio ne doit pas être considérée comme un « pur ornement » mais comme un outil indispensable à l’accomplissement du rite sacrificiel16. Il faut en effet savoir que le culte romain en son ensemble est cerné par un réseau de précautions destinées à assurer l’orthodoxie du geste et de la parole17. Le moindre manquement – interruption de la cérémonie ou inadvertance – entraîne ipso facto la nullité de l’acte et l’obligation de le recommencer. Afin d’éviter tout risque de ce genre, le silence rituel est requis des spectateurs par le héraut et un tibicen est chargé d’accompagner la prière pour couvrir tout bruit intempestif venant du dehors18 ; la musique, comme le rappelle Pline l’Ancien, ayant pour fonction d’isoler les participants des bruits extérieurs profanes19 :

  • 20 Pline l’Ancien, Naturalis historia, XXVIII, 3, 11 : « Les plus hauts magistrats ont coutume de réc (...)

Videmusque certis precationibus obsecrasse summos magistratus et, ne quod uerborum praetereatur aut praeposterum dicatur, de scripto praeire aliquem rursusque alium custodem dari qui adtendat, alium uero praeponi qui fauere linguis iubeat, tibicinem canere ne quid aliud exaudiatur20.

  • 21 Plutarque, Moralia, 55, 277 F.
  • 22 Sénèque, Consolatio ad Marciam, XIII, 1 : « Que la Grèce ne soit pas trop fière de ce père qui, ap (...)

17L’absence du musicien ou son mauvais office pendant l’offrande provoque la faillite de la prière entière et constitue une grave offense envers les dieux. On comprend donc mieux la « crainte mêlée de superstition » qui s’était emparée des prêtres romains contraints à sacrifier « sans tibia » (ἂναθλυα) lors de l’exil volontaire des tibicines à Tibur21 ; ou l’indignation outrée de Sénèque contre ce père qui, mis au courant de la mort de son fils alors qu’il accomplissait un sacrifice, « imposa le silence au joueur de tibia » (tibicinem tantum iussit tacere) avant la fin de la cérémonie. Incident infime s’il en est, mais qui aux yeux d’un Romain prend les proportions d’un méfait scandaleux et sacrilège : Ne nimis admiretur Graecia illum patrem qui, in ipso sacrificio nuntiata filii morte, tibicinem tantum iussit tacere et coronam capiti detraxit, cetera rite perfecit22.

18Que savons-nous au juste du répertoire joué par les tibicines préposés au culte public ? Autant dire rien ou peu de choses. Les textes n’évoquent jamais cet aspect particulier, pas plus que l’effet produit par la musique sur les auditeurs. Sans doute était-elle suffisamment puissante pour empêcher les bruits du dehors de venir perturber les invocations adressées à la divinité.

  • 23 Le Lyrisme à Rome, Paris, PUF, 1978, p. 35-37. Sur cette question particulière, je renvoie à l’art (...)

19À moins que l’accompagnement de la tibia suffît à créer une impression de continuité mélodique, sorte de voile musical tendu entre le public et les officiants, ou, comme l’a montré ailleurs Pierre Grimal, « appuy[ât] le texte, en soulign[ât] le rythme, en exprim[ât] l’intention23 ». Musique sacrée par excellence, la musique du culte romain s’identifiait en tout cas si bien aux rituels qu’elle accompagnait que les Romains lui en attribuaient le caractère austère et solennel, par opposition à la musique des religions orientales réputée sauvage et orgiastique. Un texte de Quintilien, fort significatif à cet égard, fait état de cette croyance solidement ancrée dans les esprits. Il s’agit d’un sujet de déclamation imaginé par l’auteur pour tester l’adresse d’un avocat débutant :

  • 24 De institutione oratoria, I, 10, 33 : « Et c’est même un sujet fictif de la déclamation qui n’est (...)

Est etiam non inerudite ad declamandum ficta materia, in qua ponitur tibicen, qui sacrificanti Phrygium cecinerat, acto illo in insaniam et per praecipita delato accusari, quod causa mortis extiterit24.

20L’invraisemblance de la situation (un tibicen préposé au culte public jouant de la musique d’origine orientale, idée qui répugnerait à tout Romain de bonne souche) n’en repose pas moins sur un postulat bien établi : la corrélation entre la musique entendue par le prêtre officiant et l’accès de folie dont il est sujet. En effet, que le mode phrygien possède un tel pouvoir n’étonne guère car on l’associe aux cultes orientaux dont on le rend précisément responsable de l’agitation et des excès. De cet exemple curieux nous pouvons au moins retenir une vérité psychologique d’importance pour notre sujet : il n’est pas douteux que l’effet produit par la musique de la religion d’État sur l’âme des Romains n’était pas du tout du même ordre !

21Cela dit, si l’on considère l’impeccable fonctionnement de la machine rituelle romaine et l’arsenal de précautions maniaques qui en garantissaient l’harmonieux déroulement, on ne peut s’empêcher de penser que la musique qui accompagnait le sacrifice devait être tout aussi soigneusement réglée et codifiée, et qu’à chaque rite correspondait une série d’airs définis.

22Les membres du collège, auxquels il incombait de conserver et de tenir à jour ce répertoire, avaient naturellement à en connaître l’intégralité sur le bout des doigts.

  • 25 De lege agraria, II, 34, 93 : Erant hostiae maiores in foro constitutae, quae ab his praetoribus d (...)
  • 26 Naturalis historia, XXII, 6, 11 : Inuenio apud auctores eundem praeter hunc honorem adstantibus Ma (...)
  • 27 Tiberius, 44, 3 : Fertur etiam in sacrificando quondam captus facie ministri acerram praeferentis (...)
  • 28 G. Fleischhauer, op. cit., p. 72-73, pl. 37.

23Très largement traitée par les artistes romains, la praefatio demeure l’un des thèmes de prédilection des images sacrificielles. Il est intéressant de noter que le tibicen y est presque toujours représenté seul. Doit-on pour autant en déduire que cet unique instrumentiste pose pour plusieurs musiciens que l’artiste n’aurait pas pu faire figurer faute de place ? Les textes semblent confirmer le témoignage de l’iconographie : Cicéron25, Pline l’Ancien26 ou Suétone, dans un registre moins solennel que les deux précédents27, ne parlent en ce cas que d’un joueur de tibia. Nous pouvons donc nous fier, sans trop de risques d’erreur, à des monuments comme le grand panneau de marbre conservé au palais des Conservateurs à Rome pour avoir une idée de la place occupée par le tibicen à ce moment précis de la cérémonie. Il s’agit d’un bas-relief daté entre 175 et 180 apr. J.-C., représentant l’empereur Marc Aurèle sacrifiant à Jupiter Capitolin28. La composition en est simple. Les deux registres renvoient à deux plans : celui des hommes et du rituel au registre inférieur, et au registre supérieur celui des dieux et des édifices cultuels qui situent l’action et en précisent la destination.

24Le temple à trois portes qui s’élève à l’arrière-plan correspond à celui de Jupiter, Junon et Minerve au Capitole, ce que confirme par ailleurs le décor du tympan figurant la triade, entre les chars du Soleil et de la Lune. La concentration des personnages serrés sur deux plans, autour de l’autel tripode sur lequel Marc Aurèle dépose de l’encens, veut donner une impression de foule compacte. Acteur principal de la cérémonie, l’empereur, la tête voilée, exécute l’acte religieux avec une dignité recueillie. En face de lui, la tête couronnée de feuillage, un tibicen enveloppe l’offrande des modulations de son instrument (restauré) – à l’origine une double tibia –, entouré par le camillus présentant le coffret à encens et le victimaire torse nu et portant la hache, tandis que dans le fond se profilent la silhouette du Flamine de Jupiter, facilement reconnaissable à sa coiffure ornée de l’apex, et la tête de l’animal qui va être immolé. De tous les personnages qui assistent l’empereur dans sa tâche se dégage une forte impression de solennité ; mais c’est le musicien qui sans doute est le mieux mis en relief : revêtu de la majesté de son office, il occupe la position centrale de la scène, juste à côté de l’autel.

  • 29 Pline l’Ancien, Naturalis historia, XVI, 66, 172.
  • 30 Ovide, Amores, III, 13, 11-12 : Huc, ubi praesonuit sollemni tibia cantu, it per uelatas annua pom (...)

25Indispensable pour l’accomplissement des rites sacrificiels, la présence du tibicen l’est également lors de la procession qui ouvre les grands jeux (ludi) célébrés par l’État romain. Il ne saurait en effet être question de se passer du concours des tibiae ludicrae29 qui accompagnent la pompa inaugurale de leurs « accents solennels » (praesonuit sollemni tibia cantu)30.

  • 31 Tibiae et pompa sont inséparables dans l’esprit des Romains. Macrobe (Saturnaliorum libri, III, 16 (...)
  • 32 Comme le remarque Vendries Chr., Instruments à cordes et musiciens dans l’Empire romain, Paris, L’ (...)
  • 33 De spectaculis, 10, 2 : « On part pour s’y rendre des temples et des autels, de la malédiction du (...)
  • 34 Chaque grand jeu comportait une journée sacralisée par une procession inaugurale où l’on promenait (...)
  • 35 Fasti, VI, 659 et 667 : Cantabat fanis, cantabat tibia ludis / […] Quaeritur in scaena caua tibia, (...)

26À cette occasion, les images des dieux bénéficiaires sont transportées en grande pompe du coeur religieux de la Cité au lieu du spectacle sur une musique tonitruante de tibiae31, auxquelles sont très souvent adjointes des trompettes ; plus rarement des instruments à cordes32 : Nam a templis et aris et illa infelicitate turis et sanguinis inter tibias et tubas itur, duobus inquinatissimis arbitris funerum et sacrorum, dissignatore et haruspice, écrit Tertullien33. Les joueurs de tibia qui s’avancent dans le cortège sont tous des membres du collegium tibicinum romanorum. Leur concours à de telles festivités n’a pas de quoi surprendre : les jeux étant avant tout une cérémonie religieuse34, il est naturel que l’on y emploie des musiciens dont la fonction est justement de cet ordre. Dans le sixième livre des Fastes, Ovide met parfaitement en évidence ce double rôle35 : à huit vers de distance, la reprise de la même idée (place de la tibia dans les cérémonies du culte et dans les ludi) montre qu’un même instrument peut présider à deux activités liées sans doute par leur origine et leur nature (la religion) mais distinctes dans la pratique et les mœurs.

  • 36 VII, 72-73. Voir Clavel-Lévêque M., L’Empire en jeux. Espace symbolique et pratique sociale dans l (...)
  • 37 Une description identique, plus fastueuse encore, sera reprise deux siècles plus tard par Tertulli (...)

27La pompa circensis des ludi romani, les plus anciens des jeux publics romains, nous est bien connue par la longue description qu’en fait Denys d’Halicarnasse (largement inspirée par les textes de Fabius Pictor)36. Elle mène du temple de Jupiter Capitolin au grand Cirque une foule nombreuse et bigarrée : citoyens répartis par classes d’âges, auriges, athlètes, danseurs, musiciens, porteurs de vase à encens et d’objets sacrés. Tout ce monde accompagne les civières soutenant les images des grands dieux au rythme solennel des tibiae – dont Denys note par ailleurs la dimension réduite et le caractère suranné – et des instruments à cordes. Le peuple romain, agglutiné tout au long de la Via Sacra, emboîte le pas à la procession et se rend à sa suite sur les lieux du spectacle37.

  • 38 De legibus, II, 9, 22 : « Aux jeux publics <on apaisera les dieux au cirque et au théâtre> ; […] quant à la partie qui ne comporte ni chars ni co</on> (...)

28Comme le recommande Cicéron, la musique de la pompa doit être interprétée avec la modération qui sied à tout rituel : Loedis publicis […], quod sine curriculo et sine certatione corporum fiat, popularem laetitiam et cantu et fidibus et tibiis moderanto eamque cum diuom honore iungunto38. Le moindre manquement ou incident risquant d’enrayer le mécanisme sacral et compromettre la précieuse paix avec les dieux est à proscrire, sous risque d’annulation de l’acte incomplètement achevé. Tout doit donc se dérouler correctement, rite ; chaque participant sachant exactement ce qu’il a à faire et à quel moment. Qu’un danseur s’arrête, qu’un « tibicen se taise soudainement » (tibicen repente conticuit) ou qu’un enfant consacré lâche le cordon du char pendant la célébration des ludi, et le rite n’aura pas été accompli comme il se doit (ludi sunt non rite facti) :

  • 39 Cicéron, De haruspicum responsis, 11, 23 : « Voyons, si le danseur s’est arrêté ou si le joueur de (...)

An si ludius constitit aut tibicen repente conticuit, aut puer ille patrimus et matrimus si tensam non tenuit […] ludi sunt non rite facti eaque errata expiantur et mentes deorum immortalium ludorum instauratione placantur39.

  • 40 Censorin, De die natali, XII, 2 : « Le tibicen est admis dans toutes les supplications dans les te (...)
  • 41 Comme l’indique une inscription (CIL I2, 988 = VI, 3696 = Dessau 4964), les tibicines participaien (...)
  • 42 Solin (5, 19) parle à ce propos de « tibiae praecentoriae destinées à jouer près des pulvinars » ((...)

29Sacrifices et jeux publiques, tels sont les deux pratiques cultuelles principales auxquelles prenaient part les membres du collegium tibicinum romain. Il en existait certes bien d’autres. Toutefois, sous peine de devenir interminable, mais également par manque d’informations suffisamment détaillées, cet exposé ne peut entreprendre de décrire la fonction exacte de la musique au moment de la « supplication », rite ancien lors duquel les Romains visitaient les temples afin d’appeler sur la Cité la faveur des dieux ou les remercier : tibicen omnibus supplicationibus in sacris aedibus adhiberetur40 ; pas plus qu’il ne peut préciser le rôle des tibicines dans les « lectisternes » et les « sellisternes » où selon le sexe, à la façon des humains, les images divines étaient installées pour le banquet sur des lits ou des chaises41 ; ni même dans les puluinaria, « coussins » sur lesquels on les disposait afin de les faire assister aux jeux ou de les offrir aux hommages des fidèles42. Une chose est sûre en tout cas, l’absolue nécessité de la musique jouée par les joueurs de tibiae dans les cérémonies du culte public les rendait indispensables et leur conférait dans la société une place à bien des égards plus enviable que leurs collègues professionnels du divertissement.

Des privilèges solidement établis

  • 43 CIL VI, 2584. Cippe en marbre d’un vétéran de la 5e cohorte prétorienne : […] frumento pub/lico co (...)
  • 44 Varron, De lingua latina, VI, 3, 17 : « On a appelé les Ides de juin Petites Quinquatries (Quinqua (...)

30C’est précisément en récompense des services rendus par le collège romain à l’État que, depuis des temps immémoriaux, ce dernier lui octroie des privilèges inscrits dans la constitution et justifiés au besoin par l’histoire mythique. Sous Auguste, nous voyons ainsi les tibicines préposés au culte public jouir de prérogatives nettement marquées. Outre le droit de prendre part aux distributions de blé43, l’État leur accorde celui de défiler dans les rues de Rome le jour des Ides de juin (13 juin), aux Quinquatrus minusculae. À cette occasion, les musiciens masqués et vêtus de longues robes, parcourent la ville en cortège et se dirigent vers le temple de Minerve (sans doute celui de l’Aventin), patronne du collège : Quinquatrus Minusculae dictae Iuniae Idus ab similitudine Maiorum, quod tibicines tum feriati uagantur per Vrbem et conueniunt ad aedem Mineruae44.

  • 45 Tite-Live, Ab urbe condita, IX, 30, 5 (la formule « iis qui sacris praecinerent » indique bien que (...)
  • 46 IX, 30, 5-10. Voir à ce sujet : Basanoff V., « L’épisode des joueurs de flûte chez Tite-Live et le (...)

31Permission leur est également accordée de célébrer annuellement un banquet sacré aux frais de la communauté, l’epulum Iouis, dans le temple de Jupiter Capitolin45, mais on ne nous dit pas si ce repas avait lieu à la même date. Selon un épisode fort curieux, extrait du neuvième livre de l’Histoire romaine de Tite-Live46, les censeurs de l’an 312 av. J.-C. auraient tenté de supprimer ce privilège (la décision est attribuée à la célèbre censure d’Appius Claudius Cæcus qui est racontée à la fin du chapitre précédent).

32En signe de protestation, les membres du collège auraient alors quitté la Ville pour émigrer tous ensemble à Tibur, privant le culte de leur précieux concours :

  • 47 Tite-Live, Ab urbe condita, IX, 30, 5-6 : « Les joueurs de tibia, mécontents de ce que les dernier (...)

Tibicines quia prohibiti a proximis censoribus erant in aede Iouis uesci, quod traditum antiquitus erat, aegre passi Tibur uno agmine abierunt, adeo ut nemo in urbe esset, qui sacrificiis praecineret47.

  • 48 Ibidem, IX, 30, 6.

33L’exil des tibicines avait de quoi alarmer le Sénat : le droit de migration – le ius exilii – permettait en effet d’échapper légalement à l’autorité des pouvoirs publics romains. Et bien que Tibur ne se trouvât qu’à quelques kilomètres de Rome, la distance demeurait infranchissable en droit pour exercer directement une pression d’autorité sur les musiciens ; c’est pourquoi l’État députa sur place des ambassadeurs « pour tâcher d’obtenir que ces hommes fussent rendus aux Romains » (ut darent operam, ut ii homines Romanis restituerentur)48.

  • 49 Ibid., IX, 30, 7.

34Les Tiburtins « ayant promis de faire tout ce qui dépendrait d’eux, firent venir les joueurs de tibia dans leur sénat, et les exhortèrent à retourner à Rome49 », mais leurs efforts de persuasion furent vains. Ne pouvant les y amener par des moyens légaux, ils décidèrent d’avoir recours à la ruse et d’exploiter leur faible pour le vin. Enivrés au cours d’un festin, les tibicines furent jetés dans des chariots et reconduits vêtus de leurs habits de fête au milieu du Forum, dans la somnolence de l’ivresse. À leur réveil, « le peuple accourut en foule, et l’on obtint qu’ils resteraient à Rome ». En contrepartie, conclut Tite-Live :

  • 50 Ibid., IX, 30, 10 : « Il leur fut accordé de promener chaque année, durant trois jours, par la vil (...)

Tunc concursus populi factus, impetratoque, ut manerent, datum, ut triduum quotannis ornati cum cantu atque hac, quae nunc sollemnis est, licentia perurbem uagarentur, restitutumque in aede uescendi ius iis, qui sacris praecinerent50.

  • 51 Valère Maxime, II, 5, 4 ; Ovide, Fasti, VI, 657-692 ; Plutarque, Moralia, 55, 277 E–278 B. Egaleme (...)
  • 52 Girard J.-L., « Minerve et les joueurs de flûte », Revue des études latines, n° 51, 1973, p. 37.

35leur magnifique cortège, au milieu des chants et de cette joie libre et folle dont la tradition n’est Valère Maxime, Ovide et Plutarque ont rapporté tous trois le même épisode dans des récits plus ou moins circonstanciés et divergents qui ont fait douter de son authenticité51 ; les principales différences portant sur la cause de l’exode à Tibur et l’explication du défilé-mascarade des Ides de juin. Cela dit, la ruse employée pour ramener les tibicines à Rome, toute rocambolesque qu’elle puisse paraître, doit nous avoir été transmise assez fidèlement par les sources. Et il n’est pas impossible qu’un affranchi ait joué un rôle d’intermédiaire dans l’opération, ainsi que l’affirment Ovide et Plutarque. Comme l’a fait remarquer Jean-Louis Girard, l’exil des musiciens est tout à fait plausible d’un point de vue chronologique : il n’y a rien d’étonnant, en effet, à ce que le censeur Appius Claudius Cæcus, « dont les dernières recherches historiques présentent les réformes comme inspirées par le désir d’affaiblir les grandes familles plébéiennes, rivales du patriciat, ait lutté contre les habitudes envahissantes de luxe, importées d’Étrurie, comme l’introduction des joueurs de [tibia] dans les banquets et leur multiplication dans les cortèges funèbres, et qu’il s’en soit pris à leur corporation52 ». Mais c’était sans compter sur le rôle joué par cette institution vénérable et nécessaire dans la religion d’État. L’initiative du censeur, à cet égard, était vouée à l’échec.

  • 53 E. Zeller, art. cit., p. 136 ; J.-P.Waltzing, I, op. cit., p. 201 ; A. Baudot, op. cit., p. 41.
  • 54 Ovide, Fasti, VI, 653-654 : « Pourquoi le tibicen erre-t-il à l’aventure dans la ville ? / Que sig (...)

36On a peut-être tort, en revanche, de chercher dans la conclusion de cet épisode autre chose qu’une légende étiologique inventée pour expliquer l’origine et le sens de la sortie carnavalesque que les membres du collège effectuaient le 13 juin de chaque année à l’occasion de la fête des Quinquatrus minusculae53. Certaines précisions fantaisistes, apportées par Ovide et Plutarque, semblent visiblement avoir été ajoutées après coup pour expliquer des détails de la mascarade ; tant il est vrai que les Romains de l’époque impériale ne comprennent plus le pourquoi de cette coutume qui veut que les joueurs de tibia, masqués et vêtus de longues robes, déambulent dans les rues de la Ville : Cur uagus incedit tota tibicen in Vrbe ? /Quid sibi personae, quid stola longa uolunt54 ?

Une corporation d’artisans s’occupant de ses propres intérêts

  • 55 Et dans les villes, des magistrats municipaux. La lex Coloniae Genetiuae Iuliae siue Ursonensis de (...)

37Bien que l’État ait octroyé des avantages au collegium tibicinum romanorum, cela ne signifie pas pour autant que ce dernier ait été un corps officiel stricto sensu ; il serait plus juste de parler à son sujet de corps « semiofficiel ». En effet, si l’on peut raisonnablement ranger les tibicines de la religion romaine parmi les décuries d’employés subalternes au service des magistrats (decuriae apparitorum)55, il ne faut pas oublier que ces décuries ont commencé dès la fin de la République à s’intéresser à leurs propres intérêts.

  • 56 Voir J.-P.Waltzing, I, op. cit., p. 54-55.
  • 57 Dans les scènes de funérailles et de sacrifices domestiques privés, par exemple, on trouve des jou (...)

38Les tibicines préposés au culte public ne sont pas exactement des « appariteurs », ces véritables fonctionnaires choisis parmi les affranchis que l’on voit se multiplier dans l’administration impériale sous Auguste : c’est pourquoi leur association porte toujours le nom de collegium (tout comme les corporations d’artisans) et peut se louer, si elle le souhaite, à des particuliers pour des funérailles56, entrant ainsi en concurrence avec d’autres associations de musiciens de métier ou avec des artistes indépendants57.

39En d’autres termes, le collegium tibicinum se propose un but privé tout en étant chargé d’un service public.

  • 58 Ovide fait sans doute ici l’amalgame avec la Loi des Douze Tables qui avait effectivement limité à (...)

40De ce point de vue, il est significatif qu’Ovide impute l’origine de l’exode à Tibur à l’interdiction qui aurait été faite à l’association d’employer plus de dix instrumentistes dans les funérailles58, ce qui en aurait considérablement réduit les revenus :

  • 59 Fasti, VI, 657-664 : « Au temps de nos anciens aïeux, le tibicen était d’un grand emploi, et fut t (...)

Temporibus ueterum tibicinis usus auorum
magnus et in magno semper honore fuit :
cantabat fanis, cantabat tibia ludis,
cantabat maestis tibia funeribus ;
dulcis erat mercede labor ; tempusque secutum,
quod subito gratae frangeret artis opus.
Adde quod aedilis, pompam qui funeris irent,
artifices solos iusserat esse decem
59.

  • 60 Op. cit. p. 42.
  • 61 II, 5, 4.

41Comme le souligne Alain Baudot, « les implications d’une telle hypothèse sont nettes : les membres de la corporation prêtaient leur concours à des priuati aussi bien qu’à l’État60 ». Cette thèse est par ailleurs corroborée par Valère Maxime qui indique expressément la participation des musiciens de la religion romaine à « des cérémonies de caractère public et privé » (inter publicas priuatasque serias actiones)61.

  • 62 Scholia in Suetonii Iulium Caesarem, 84.
  • 63 Iulius Caesar, 84, 7.

42La présence de tibicines aux funérailles est, il est vrai, très largement attestée à Rome : tibicines in omnibus funeribus adhibebantur, souligne avec raison un scholiaste de Suétone62. Membres d’associations professionnelles ou artistes indépendants dont on a loué les services pour la circonstance, ce sont eux qui ouvrent la pompa funebris, la procession funèbre qui conduit le défunt à sa dernière demeure. Celle de César, bruyamment et savamment orchestrée, fit date dans les annales. Pour l’occasion, rapporte Suétone, les histrions et les tibicines qui précédaient le cortège avaient revêtu de somptueux manteaux brodés d’or, rappelant les triomphes obtenus par le dictateur63.

  • 64 Apocolocyntosis, 12, 1.
  • 65 Voir G. Fleischhauer, op. cit., p. 54-55, pl. 25 ; A. Baudot, op. cit., pl. 3.
  • 66 Festus, p. 82 (éd. Lindsay) : « On appelle tibiae funèbres (tibiae funebres) les instruments sur l (...)

43La plupart du temps, les tibicines des funérailles sont remplacés ou assistés dans leur tâche par d’autres instrumentistes : le plus souvent des trompettes et des cornistes, dont le nombre varie en fonction de la fortune et du prestige du défunt. Le concert imaginé par Sénèque dans l’Apocolocyntosis à l’occasion de l’enterrement parodique de Claude en donne une assez bonne illustration : le vacarme des cors, des trompettes et des instruments à vent de tous genres était tel, ironise l’écrivain, que l’empereur lui-même manquât d’en être réveillé64 ! Sur le magnifique basrelief d’Amiternum (aujourd’hui San Vittorino), daté du Ier siècle avant notre ère et conservé au musée municipal de l’Aquila dans les Abruzzes, ce ne sont pas moins de quatre tibicines, un joueur de lituus et deux cornistes que l’on voit mener le cortège mortuaire d’un riche personnage, très certainement un ancien militaire65. Au centre de la composition, le regard est attiré par le lit funèbre sur lequel repose le mort, figuré dans l’attitude de certains Étrusques, la tête appuyée sur la main gauche ; de la main droite il tient le bâton de centurion et son casque est posé au-dessus d’un panneau constellé d’étoiles, signe d’une héroïsation céleste. Tout autour de lui, l’espace occupé à différents niveaux grouille de monde. Huit hommes, grands ou petits, selon qu’ils appartiennent au premier ou au second plan, portent le brancard qui supporte le lit funèbre sur leurs épaules. En tête marchent les musiciens : les joueurs de cors et de trompe haussés sur un sol au-dessus des tibicines dont la musique, à en croire Festus, ne devait en aucun cas venir souiller les oreilles du prêtre, afin d’en préserver la pureté : Funebres tibiae dicuntur, cum quibus in funere canitur, quas flamini audire putabatur illicitum66. De part et d’autre du défunt, un important cortège avance au rythme lent des instruments : des pleureuses ou des membres de la famille manifestant leur chagrin. Un petit esclave suit le dernier des porteurs ; il tient la situle d’eau lustrale et une branche servant à asperger les participants.

  • 67 Pline l’Ancien, Naturalis historia, X, 43, 122 : « Un cortège innombrable assista aux funérailles (...)

44Cette imagerie funéraire traditionnelle dans laquelle chaque élément concourt à montrer que les obsèques ont été célébrées dignement, est reprise de manière un peu plus inattendue, voire exotique, par Pline l’Ancien dans le dizième livre de son Histoire naturelle, où l’auteur met en scène la pompa funebris d’un oiseau : Funusque aliti innumeris celebratum exequiis, constratum lectum super Aethiopum duorum umeros, praecedente tibicine et coronis omnium generum ad rogum usque67.

45Comme on le voit, la sphère publique tout comme la sphère privée se montrent particulièrement accueillantes aux membres du collegium tibicinum romanorum. Mais que savons-nous au juste de ces hommes dont les services sont essentiels à l’épanouissement de la vie cultuelle de la Cité ? S’il faut en effet admettre la haute antiquité de leur association, il plus est difficile en revanche de dire comment elle naquit et quel fut son caractère primitif ; même quel fut son caractère durant toute la période républicaine, car jusqu’au Ier siècle avant notre ère tout est obscur dans l’histoire du collège.

46Toutefois, à défaut de témoignages précis, son institution peut se comprendre aisément et peut-être n’est-il pas nécessaire d’aller en chercher les raisons bien loin.

  • 68 Tite-Live, Ab urbe condita, VIII, 20 ; X, 21.
  • 69 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 162-195 ; Morel J.-P., « L’artisan », A. Giardina L’Homme romain, (...)

47À Rome, l’artisan est considéré comme un citoyen de second rang. Et avec lui l’artiste ou le technicien et, de manière plus générale, quiconque échange son travail contre un salaire. Pour ces hommes que Tite-Live traite dédaigneusement d’« opificum uulgus », de masse laborieuse68, l’intégration dans une structure collective reste le seul moyen de s’affirmer et d’exister69.

48Isolés, ils ne représentent rien. Associés, ils peuvent prétendre jouer dans la société un rôle que la bassesse de leur condition ne leur laisserait pas espérer, tout en oeuvrant à une meilleure défense de leurs intérêts communs.

49De cet esprit de corps, les collèges professionnels sont la manifestation la plus éclatante. L’appartenance à une association demeure pour l’artisan ou l’artiste le meilleur moyen d’acquérir une force et une dignité qui lui manquent lorsqu’il reste seul.

  • 70 Voir A. Baudot, op. cit., p. 22-23. C’est du moins ce que laissent supposer les noms contenus dans (...)

50À l’époque tardo-républicaine, le recrutement du collegium tibicinum demeure très fortement marqué par la prédominance des affranchis, ainsi qu’en témoignent les fragments de listes contenus dans les inscriptions épigraphiques découvertes à Rome (cf. tableau 2). Anciens esclaves dont la liberté a sans doute résulté de la consécration de leurs talents, ces liberti, aux noms aux consonances gréco-latines, constituent à la fin de la République et au début de l’Empire un des éléments les plus dynamiques de la société romaine. Néanmoins il serait faux de conclure que les musiciens des sacra sont majoritairement des affranchis. Ce qui peut être vrai dans la Rome du Ier siècle avant notre ère ne semble plus l’être un siècle plus tard : sous Auguste, il y a toutes les raisons de croire que c’est en hommes libres que certains de ces artistes exercent leurs talents70.

  • 71 Citons toutefois, à titre d’exemple, celle du synhodus magna psaltum, collège de joueurs d’instrum (...)

51Conformément à ce qui passe dans d’autres collèges professionnels, le collegium tibicinum romanorum s’appuie sur l’image de la Cité dont il reproduit le fonctionnement à petite échelle avec, à sa tête, des présidents élus pour une période de cinq ans et portant le titre de magistri quinquennales (avec la variante quinque annalis) et, à sa base, une assemblée de simples membres, vraisemblablement rangés par ordre alphabétique ou par ordre d’ancienneté, comme le laissent supposer les inscriptions. En l’état actuel de nos connaissances il n’est malheureusement guère possible de donner la composition exacte71. Même constat d’impuissance en ce qui concerne le décompte des musiciens : toute tentative en ce sens fait appel à des documents trop fragmentaires pour que nous puissions nous fier aux chiffres approximatifs que donnent les uns et que ne confirment pas les autres. Il est en effet quelque peu irritant de devoir extrapoler aussi souvent lorsqu’on parle des tibicines du culte public dont on connaît par ailleurs l’absolue nécessité dans des cérémonies officielles en constante augmentation.

  • 72 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 388.
  • 73 Ibidem, p. 389-396.
  • 74 Panciera S., « Inscriptiones latinae liberae rei publicae, n° 43 », Epigrafia. Actes du Colloque i (...)
  • 75 Ibidem, p. 285.
  • 76 CIL VI, 240 : découverte au début du xixe siècle près de l’arc de Constantin. Dans une autre inscr (...)

52À en croire les données fournies par l’épigraphie, il semblerait que le collegium tibicinum romanorum ait eu plusieurs présidents : de deux à dix attestés sous la République ; deux, et sans doute bien plus, en l’an 200 de notre ère72. Outre les fonctions civiles et religieuses qui incombaient à leur charge73, ces derniers ne devaient pas seulement au collège leur temps, leurs soins et leurs conseils, mais ils étaient également tenus de faire un certain nombre de libéralités afin de gagner les bonnes grâces de leurs collègues et de laisser un souvenir durable de leur mandat. Les noms de Lucius Valerius Statius et de Publius Rutilius Saburrinus, magistri quinquennales du collège, figurant en toutes lettres sur un bloc de peperino de provenance inconnue daté du milieu du Ier siècle avant notre ère (aujourd’hui exposé dans l’aile IV du cloître du Musée national romain)74, donnent à penser que l’inscription faisait partie d’un édifice dont les deux présidents avaient veillé à l’exécution75. De la même manière, une dédicace du Ier siècle, qui devait originellement figurer sur le mur d’un bâtiment édifié à proximité de l’arc de Constantin, nous apprend qu’Aulus Tuccius, quinquennalis en charge pour la seconde fois (iterum), fit construire l’édifice à ses frais (sua pecunia dono dedit) pour le collegium76.

  • 77 CIL VI, 1054.

53Nul doute qu’il fallait être suffisamment riche pour aspirer à la présidence, mais les contraintes matérielles donnaient bien évidemment lieu à de larges compensations honorifiques : à l’instar des consuls, les présidents du collège étaient éponymes et donnaient leurs noms à l’année. Sur le côté droit d’une base en marbre découverte à Rome, l’année de dédicace, l’an 200 de notre ère, est clairement indiquée par les noms des deux consuls en charge et par ceux de Caius Praecilius Serenus et de Tiberius Claudius Titianus, magistri quinquennales des tibicines romains77. La présidence était du reste un honneur, même aux yeux du public, comme en témoigne le soin avec lequel on mentionnait le titre sur tous les monuments concernant l’association ; les membres qui avaient rempli les plus hautes fonctions n’omettaient jamais de les citer dans leur cursus honorum.

  • 78 L’une d’entre elles a été trouvée près de l’arc de Constantin (CIL VI, 240), l’autre sur le Forum, (...)
  • 79 Op. cit., I, p. 218, note 2.
  • 80 Borne-fontaine monumentale de forme tronconique qui se trouvait en bordure de la Via Sacra, dans l (...)
  • 81 Voir Sénèque, Epistulae ad Lucilium, 56, 4. Péché V., Musiciens et instruments à vent de type tibi (...)
  • 82 CIL VI, 9935 = Dessau 7645. Cette inscription en marbre, datée du Ier siècle après J.-C., est cons (...)
  • 83 Bollmann B., « La distribuzione delle scholae delle corporazioni a Roma », dans La Rome impériale, (...)
  • 84 Voir J.-P.Waltzing, op. cit., I, p. 219 et 230-231 ; J.-P. Morel, art. cit., p. 300.

54La découverte dans le secteur du Forum d’un certain nombre d’inscriptions concernant le collège78 laisse supposer, ainsi que le suggère Jean-Pierre Waltzing79, que la maison corporative du collegium tibicinum romanorum, la schola, se trouvait en plein centre de Rome. Remarque supplémentaire : nous savons que le secteur de la Meta Sudens80, tout proche, abritait une forte concentration de fabricants d’instruments à vent qui devaient très certainement travailler pour les musiciens des sacra81. Une inscription nous a même conservé le nom de l’un d’entre eux : un certain Publius Curius Euporos, tibiarius de son état (c’est-à-dire « fabricant de tibiae »), dont l’atelier était installé sur la Via Sacra82. Cette localisation de la schola au coeur même de la Cité peut sans doute s’expliquer par la proximité du Forum et des grands temples dans lesquels les tibicines étaient appelés à intervenir. Sans doute aussi avait-elle quelque chose de prestigieux et de valorisant pour le collège83. C’est là que les membres se réunissaient pour élire leurs représentants, participaient collectivement à la vie de l’association, prenaient part aux sacrifices et aux banquets communs ou, tout simplement, goûtaient les plaisirs de la convivialité. Les fouilles entreprises jusqu’à ce jour n’ont malheureusement pas permis de découvrir de traces de bâtiment. Toutefois, à défaut de témoignages directs, les documents archéologiques et épigraphiques que nous possédons sur les scholae d’autres corporations nous décrivent des lieux bénéficiant de tous les soins où la richesse était parfois étalée de manière ostentatoire84.

  • 85 CIL VI, 240. Voir J.-P.Waltzing, op. cit., I, p. 208-210.
  • 86 CIL I2, 2984 b = RAL série VIII, 28, 1973, p. 129, pl. III, 2. S. Panciera, art. cit., p. 286, not (...)

55Comme tous les collèges professionnels, le collegium tibicinum possédait un culte privé et une divinité tutélaire. Outre le Genius collegii tibicinum romanorum85, entité invisible qui veillait sur le sort de l’association, les membres se plaçaient sous la protection de Minerve, déesse des arts, des sciences et de l’industrie, dont nous retrouvons le nom gravé sur une inscription dédicatoire d’époque tardo-républicaine trouvée à Rome86.

  • 87 Festus, p. 149 (éd. Lindsay) : « ce jour est celui de la fête des tibicines qui rendent un culte à (...)
  • 88 Varron, De lingua latina, VI, 3, 17 ; voir supra, note 44.
  • 89 Fasti, VI, 700-702 et 709-710.
  • 90 Ibidem, 696-698 : « Apprends encore que la troupe musicale me doit l’invention de son art ; la pre (...)

56Chaque année, à l’occasion des Quinquatrus minusculae, les musiciens déguisés et masqués se rassemblaient dans le temple de la déesse (probablement celui de l’Aventin) ; « is dies festus est tibicinum qui colunt Mineruam », écrit Festus87. Le défilé-mascarade qui se déroulait le 13 juin calquait son nom sur la grande fête des Quinquatrus88, réjouissances annuelles organisées le 19 mars (jour anniversaire de l’inauguration du temple de Minerve sur le Coelius) en l’honneur de la patronne des artisans romains. C’est donc bien en tant que gens de métier et non en tant que musiciens que les tibicines du culte public se rangeaient sous la tutelle de la divinité. La légende grecque qui fait honneur à Athéna / Minerve de l’invention mythique de la tibia, même si elle était bien connue à Rome, n’a dû jouer qu’un rôle secondaire dans ce choix. Dans ces conditions, on comprend mieux les difficultés éprouvées par Ovide à essayer de justifier le respect que les tibicines témoignaient à la déesse surtout si l’on songe que celle-ci aurait rejeté l’instrument parce qu’il lui déformait le visage89 : est que sub inuentis haec quoque turba meis. Prima terebrato per rara foramina buxo, ut daret, effeci, tibia longa sonos90.

  • 91 J.-P. Waltzing, op. cit, I, p. 256-300.
  • 92 Ibidem, p. 267.

57À la fin de la République, nous voyons l’association s’occuper d’un autre intérêt essentiellement religieux : elle enterre ses membres défunts, et sans doute en fut-il ainsi depuis les origines du collège91. Unis dans vie, les tibicines le restent après la mort, ils reposent côte à côte dans des tombeaux communs92 et reçoivent les mêmes honneurs funèbres. Un fragment d’architrave en peperino comportant la mention collegium tibicinum, suivie de trois noms d’affranchis, a été découvert à Rome en 1875 dans une antique sépulture du temps de Sylla, Via Napoleone III, près de l’église San Eusebio

  • 93 CIL I2, 989 = VI, 3877. Mustilli D., Il museo Mussolini, Roma, La Libreria dello Stato, 1939, p. 1 (...)
  • 94 J.-P. Waltzing, op. cit., IV, p. 132.
  • 95 D. Mustilli, op. cit., p. 11-12, pl. IX, 30 et 31. Avec eux ont également été retrouvés un ensembl (...)

58(figure 1)93. Détail intéressant, l’inscription, (conservée au musée du Capitole), était accompagnée de trois fragments de statues dont deux représentaient des tibicines acéphales, vêtus de courtes tuniques et tenant une double tibia dans la main gauche (figures 2 et 3)94. Selon toutes vraisemblances ces derniers faisaient partie d’une frise qui ornait la chambre funéraire du collège, une salle de forme rectangulaire aux dimensions réduites (5 m x 3,50 m, d’après les brèves descriptions des fouilleurs de l’époque), aujourd’hui détruite95.

  • 96 La Bolla d’oro, Roma, 1732, p. 35 et 39.
  • 97 Ibidem, p. 41 : « Au pied d’une urne en terre cuite se trouvait une tibia en ivoire cerclée d’arge (...)
  • 98 Il semble, vu la rareté de ce genre de documents, que les tibiae cultuelles en ivoire soient resté (...)

59À ce témoignage ajoutons, avec toutes les réserves d’usage, un vestige découvert au début du xviiie siècle par l’archéologue italien Francesco dei Ficoroni dans un colombaire de quatre-vingt-douze chambres situé Via Appia à Rome96. Parmi tous les objets mentionnés dans ses carnets de fouilles, Ficoroni fait état d’une « tibia en ivoire avec des bagues en argent » qui, selon lui, aurait appartenu à un instrumentiste prenant part aux funérailles : « A piè d’un’ Urna di terra cotta, vi era una tibia d’avorio co’ circoli d’argento […] e questa particolare tibia sarà stata probabilmente del Defonto Tibicine, che soleva servire ne’ funerali a suonare con suono mesto97. » Il n’est peut-être pas interdit de penser ici à un membre du collegium tibicinum romanorum. L’ivoire, on le sait, entrait dans la fabrication des instruments de musique du culte98.

60En somme, les tibicines préposés au culte public revêtent tous les caractères que les historiens nous ont appris à reconnaître dans les corporations d’artisans romains : désir de devenir plus forts pour défendre des intérêts communs, volonté de respectabilité, caractère religieux, but funéraire.

61Simples serviteurs de l’intérêt communautaire, leur fonction, loin d’être insignifiante, fait partie d’un ensemble soigneusement organisé dont ils ont conscience d’être des rouages indispensables. Les services qu’ils rendent à l’État et aux particuliers leur ont acquis une place légitime dans l’organisation sociale et des privilèges que des lois garantissent. Que leur statut légal soit celui d’affranchi ou d’homme libre, ils n’en atteignent pas moins des situations plus enviables que la plupart des musiciens qui exercent à Rome.

62Et sans doute sont-ils regardés avec plus de vénération que les tibicines qui œuvrent dans les spectacles profanes, la majesté des cérémonies religieuses rejaillissant naturellement sur leur office. En fait, plutôt que l’origine sociale, c’est la valeur professionnelle, la compétence qui déterminent pour ces musiciens de métier leur intégration au sein de l’association.

De l’évolution de la musique cultuelle à Rome

  • 99 Epidicus, 500-501.
  • 100 Tusculanae disputationes, IV, 2, 4.
  • 101 Odarum libri, I, 36, 1-3.
  • 102 Horace, Odarum libri, III, 11, 5-6. Voir également chez le même auteur (IV, 1, 21-24) l’associatio (...)
  • 103 Porphyrion, Commentum in Horatii Flacci Odarum libros, I, 36, 1-2 : « Personne n’ignore qu’aujourd (...)

63À en croire les témoignages iconographiques et épigraphiques, la participation aux cérémonies religieuses officielles – libations et sacrifices –, qui était la fonction la plus antique des musiciens des sacra, serait demeurée l’apanage des tibicines ; en attestent la présence constante et quasi exclusive des membres du collège dans les reliefs d’époque impériale ainsi que la permanence de la formule « collegium tibicinum qui sacris publicis praesto sunt » dans les inscriptions du Ier siècle avant J.-C. au iie siècle de notre ère. Et pourtant, dès la fin de la République il n’est pas rare, sans pour autant que cela soit systématique, de voir apparaître d’autres instrumentistes aux côtés des tibicines. L’association d’une lyre et d’une tibia notamment, devient assez fréquente. Il est vrai que l’emploi des instruments à cordes dans les cérémonies du culte n’a rien de bien nouveau. Dans son Epidicus, Plaute se fait déjà l’écho de cette innovation en adjoignant au sacrifice domestique d’un vieillard une « fidicina », une joueuse de lyre99. De la même manière, Cicéron mentionne l’emploi de l’instrument dans les « pulvinars des dieux et aux banquets des magistrats » (deorum puluinaribus et epulis magistratum fides praecinunt)100 et quelques années plus tard nous voyons Horace rendre grâce aux dieux « par l’encens, la lyre et le sang promis d’un veau » (et ture et fidibus […] et uituli sanguine)101. Mais ce qui est notable, c’est la présence de tibicines et de fidicines dans une même cérémonie. L’acclimatation paraît récente à Rome et elle a dû frapper l’auteur des Odes qui la souligne à deux reprises102, suivi par son scholiaste Porphyrion qui se croit obligé de préciser à son tour : fidicines hodieque Romae ad sacrificia adhiberi sicut tibicines nemo est qui nesciat103.

  • 104 Voir Turcan R., L’Art romain, Paris, Flammarion, 1995, p. 36.
  • 105 J. Quasten, op. cit., p. 15 ; F. Fless, op. cit., p. 82-83.
  • 106 Voir en particulier les exemples mentionnés par F. Fless, op. cit., p. 82, et Chr. Vendries, op. c (...)

64Le premier monument officiel de type romain à faire état de cette innovation se trouve au musée du Louvre. Il s’agit de la frise dite « autel de Domitius Ahenobarbus », datée de la fin du iie siècle avant notre ère, qui représente le « suouetaurile », triple sacrifice (d’un verrat, d’un bélier et d’un taureau) offert au dieu Mars, et les opérations du cens que clôturait rituellement la cérémonie sur le Champ de Mars104. Nous retrouvons là le témoignage iconographique d’un acte de dévotion collective, avec le défilé rituel des victimes et des victimaires, la gravité cérémonielle de l’officiant et la sonorisation de la cérémonie par le tibicen accompagné pour la toute première fois (cela mérite d’être souligné) par un joueur de lyre105. D’autres documents figurés vont dans le même sens : sur l’autel Borghèse sculpté dans les années 70-65 avant notre ère, c’est un cithariste qui officie auprès du tibicen lors d’un sacrifice en l’honneur d’Hercule Victor106.

  • 107 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 200 ; Pighi G. B., De ludis saecularibus populi romani quiritium l (...)

65Pour une grande majorité d’historiens, la pratique consistant à associer les deux instruments aurait été introduite dans les cérémonies cultuelles sur lesquelles le rite grec avait exercé une certaine influence107 : lectisternes, sellisternes, supplications et, plus particulièrement, processions.

  • 108 Denys, VIII, 72.
  • 109 F. Fless, op. cit., p. 79-84.

66Dans sa description de la pompa circensis, Denys d’Halicarnasse fait en effet par deux fois allusion à ces joueurs d’instruments à cordes dont, tientil à préciser, « l’usage est aboli parmi nos Grecs, bien qu’il eût pris naissance chez nous108 ». Les récents travaux de Friederike Fless sur les scènes cultuelles des reliefs historiques romains permettent aujourd’hui de reposer la question de l’influence grecque sur ce type de cérémonie. Ses conclusions tendent en effet à montrer que toutes les processions (relief de Domitius Ahenobarbus y compris) auxquelles prend part le couple tibicen/ fidicen se rattachent au rite de la pompa, type pompa circensis telle qu’elle est figurée sur les reliefs peu connus de Casali et Pesaro, où le joueur de lyre a sa place auprès des autres musiciens, en l’occurrence des tibicines et des trompettistes (aeneatores)109.

  • 110 De oratore, III, 51, 197.
  • 111 Je ne suis pas d’accord avec l’opinion communément répandue qui consiste à voir dans le collegium (...)
  • 112 Nous ne possédons malheureusement aucune preuve tangible de l’existence du collegium tibicinum et (...)

67Quoi qu’il en soit, à la fin de la République l’association d’un joueur de lyre et d’un joueur de tibia est un fait acquis ; en témoignent les « epularum sollemnium fides ac tibiae », les lyres et les tibiae des banquets solennels citées par Cicéron110. Et il n’est pas interdit de penser qu’à Rome le collegium tibicinum coexiste à la même période avec un collegium tibicinum et fidicinum, une corporation de joueurs de tibiae et de lyre « préposés au culte public » (qui sacris publicis praesto sunt)111, dont l’existence nous est attestée par une inscription tardive de l’an 102 après J.-C. (datée par la mention des consuls en exercice), conservée au musée du Capitole (figure 4)112 :

  • 113 CIL VI, 2191 = Dessau 4965 : « Au collège des tibicines et des fidicines romains qui sont préposés (...)

COLLEGIO • TIBICINVM
ET • FIDICINVM • ROMANORVM
QVI • S(acris) • P(ublicis) • P(raesto) • S(unt)
TI(berius) • IVLIVS • TYRANNVS
[i]MMVNIS • PERPETVVS • ET
[Ti(berius) I]VLIVS TYRANNVS • F(ilius)
H(onoris) C(ausa) • D(onum) • D(ederunt)
DEDICATVM • K(alendis) • MART(iis)
[V]RSO • SERVIANO • II • L(ucio) • FABIO • IVST(o) • COS(ulibus)113.

  • 114 Suétone, Augustus, 32.

68Rome, on le sait, et sans doute plus encore la Rome augustéenne, s’est toujours montrée particulièrement accueillante aux musiciens des sacra. En législateur soucieux de rétablir la sécurité publique à une époque où « se form[ent] des associations factieuses et criminelles qui se déguis[ent] sous le titre de collèges nouveaux114 », il y a toutes les raisons de croire qu’Auguste a manifesté un certain intérêt pour les collèges de musiciens du culte. Une inscription trouvée dans un colombaire situé Vigna Codini à Rome, et datant de son règne nous apprend qu’un groupe d’instrumentistes « préposé aux cérémonies religieuses officielles » (qui sacris publicis praestu sunt), le collegium symphoniacorum, fut autorisé en vertu de la loi Julia et obtint du Sénat le droit de s’associer « en vue des jeux » (ludorum causa) (figure 5) :

  • 115 CIL VI, 2193 : « Aux dieux Mânes. Au collège des symphoniaci qui sont préposés aux cérémonies publ (...)

DIS • MANIBUS
COLLEGIO • SYMPHONIA
CORVM • QVI SACRIS • PVBLI
CIS • PRAESTV • SVNT • QVIBVS
SENATVS C(oire) • C(onuocari) • C(ogi) • PERMISIT • E
LEGE IVLIA • EX • AVCTORITATE
AVG(usti) • LVDORVM CAVSA115.

  • 116 Bélis A., « Les termes grecs et latins désignant des spécialités musicales », Revue de philologie, (...)

69Quelle est la portée de ce texte ? Il faut d’abord bien voir que le terme symphoniaci par lequel les musiciens sont désignés est un terme générique recouvrant à Rome des « professionnel[s] appartenant à une compagnie, sumfoniva, au sein de laquelle il[s] exécute[nt] une musique d’ensemble, qu’il[s] soi[en]t aulète[s], chanteur[s], ou cithariste[s]116 ». La musique, dans la période qui s’étend de la fin de la République au début du règne de Tibère, se caractérise en effet par un enrichissement généralisé des moyens qui se traduit par l’émergence d’ensembles « symphoniques » pris au sens large, c’est-à-dire mêlant les trois grandes familles d’instruments : cordes, vents et percussions, ce qui pourrait sans doute expliquer le choix du terme générique symphoniaci, plus conforme à la réalité de cette nouvelle association.

  • 117 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 114.

70Mais pourquoi légitimer de manière aussi solennelle son existence ? La question est liée ici au problème complexe de la suppression des collèges qui apparaît dès la fin de la période républicaine. Comme l’a très bien résumé Jean-Pierre Waltzing, « la République ne connut que des collèges d’artisans libres et privés » dont le « nombre grandit insensiblement, sans provoquer l’intervention du pouvoir, parce qu’ils s’occupaient tranquillement de leurs [propres] intérêts117 ». Mais à partir de l’an 64 tout change :

  • 118 Ibidem, p. 114-115.

« Devenues turbulentes, la plupart des corporations d’artisans, comme les autres collèges privés, furent supprimées et interdites à deux reprises, par le Sénat et César. Elles purent se rétablir une première fois grâce à la lex Clodia, et une seconde fois à la faveur de l’anarchie qui suivit la mort de César. Suétone compte les associations factieuses parmi les abus que la guerre civile avait engendrés et que la paix même ne put détruire. Auguste se chargea de régler définitivement le droit d’association et eut l’autorité nécessaire pour faire respecter ses lois118. »

  • 119 La plupart des historiens s’accordent à reconnaître dans cette corporation le successeur du colleg (...)

71Et c’est justement par une loi, la lex Iulia de collegiis, qu’il supprima les collèges et légiféra le droit d’association pour l’avenir. Il semble bien qu’en inaugurant cette politique, l’empereur ait fait table rase de toutes les corporations en désignant plus ou moins directement celles qui pouvaient se rétablir immédiatement après en avoir demandé l’autorisation au Sénat (quibus senatus coire cogi conuocari permisit e lege Iulia ex auctoritate Augusti). Ce dernier examinait alors si les conditions requises étaient remplies : l’association devait naturellement avoir un caractère inoffensif et être utile à l’intérêt public. Le collegium tibicinum, dissout avec les autres collèges, attendit donc la promulgation par Auguste de la lex Iulia pour se réorganiser et il est fort probable que, dans le même temps, une nouvelle association de musiciens du culte ait été créée, adoptant le nom symphoniaci qui correspondait mieux à la diversité des instrumentistes réunis en son sein119.

  • 120 Voir J.-P.Waltzing, op. cit, I, p. 239-240 ; IV, p. 134.
  • 121 Comme le fait remarquer A. Baudot (op. cit., p. 42-43, note 60), l’auteur rattache ces jeux au ban (...)

72Le « collegium symphoniacorum qui sacris publicis praesto sunt » se dit autorisé par le Sénat, « ludorum causa » (en vue des jeux) ; il devait donc cette faveur au service qu’il rendait. Mais que faut-il au juste entendre par là ? On s’est demandé s’il ne s’agissait pas de jeux propres au collège et directement liés aux autres activités que l’association avait le droit d’exercer par autorisation de l’État, à l’image de ce qui se passait déjà pour le collegium tibicinum120. Dans un passage extrait du De die natali, Censorin affirme en effet, en parlant des tibicines, que suite à l’exode de 312 avant J.-C., ces derniers avaient obtenu le privilège de défiler à travers la ville le jour des Quinquatrus minusculae, mais également d’organiser des « jeux ouverts à tous » (ludos publice facere)et un banquet au Capitole (ac uesci in Capitolio)121 :

  • 122 De die natali, XII, 2 : « permission est accordée aux tibicines de faire des jeux en public et des (...)

tibicinibus […] esset permissum aut ludos publice facere ac uesci in Capitolio, aut Quinquatribus minusculis, id est Idibus Iuniis, urbem uestitu quo uellent personatis temulentisque peruagari122.

  • 123 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 239.

73Bien que nous ne sachions pas au juste en quoi consistaient exactement ces jeux particuliers, il n’est pas impossible, comme le soutient Jean-Pierre Waltzing, que « c’était quelque chose d’analogue aux jeux compitalices et aux ludi piscatorii, c’est-à-dire des réjouissances populaires avec un sacrifice et un banquet en l’honneur de Jupiter Capitolin123 ».

  • 124 Thèse soutenue par A. Baudot, op. cit., p. 42-44.
  • 125 Les jeux sont alors offerts en guise de remerciement par les magistrats au moment de leur prise de (...)
  • 126 G. B. Pighi, op. cit., p. 166 = Sev. Va 71-72.
  • 127 A. Baudot, op. cit., p. 43.

74Mais peut-être est-il plus simple de penser ici que le collegium symphoniacorum fut permis à cause de la part toujours plus importante que ses musiciens prenaient aux processions des ludi organisés par l’État124. À une époque où les spectacles tendent à perdre leur caractère de fête religieuse125, le Sénat, et à travers lui l’empereur, a sans doute voulu rappeler de façon explicite le double rôle joué par les membres de l’association dans la vie publique romaine ; c’est-à-dire non seulement sa participation aux cérémonies religieuses officielles, ce que semble indiquer la mention qui sacris publicis praesto sunt que l’on trouve précisément gravée en toutes lettres dans l’inscription (alors que bien souvent le lapicide ne fait figurer que les initiales s.p.p.s.), mais aussi la contribution essentielle que ses musiciens apportaient aux ludi, de plus en plus nombreux sous l’Empire. En 204, lors de la pompa des jeux de Septime Sévère, dont le déroulement calque ceux d’Auguste, ce ne sont pas moins de quinze musiciens : tibicines, lyricines, cornistes, joueurs de trompette et de trompe, qui accompagnent la procession126. Alain Baudot rappelle fort justement que, « dans la mesure où les Romains d’alors, comme le prouvent les efforts d’Auguste en ce domaine, sont moins sensibles aux manifestations de la piété traditionnelle qu’aux plaisirs des spectacles, il est de bonne politique d’insister sur ces derniers127 ». Et c’est bien ce que semblent faire les commanditaires de l’inscription en donnant comme raison (causa) essentielle de l’autorisation du collegium symphoniacorum romanorum la participation de ses membres aux ludi.

Tableau 1 : Témoignages épigraphiques

Tableau 2 : Prosopographie des tibicines romani

Légende des illustrations

75Figure 1. Fragment d’épistyle comportant la mention collegium tibicinum.

76Époque de Sylla. Peperino. Rome, musée national du Capitole. Cliché Archivio fotigrafico dei Musei Capitolini, 4435.

77Figure 2. Fragment de statue de tibicen. Époque de Sylla. Rome, musées du Capitole. Cliché Deutsches archäologisches Institut Rom/Faraglia, 1.29.150.

78Figure 3. Fragment de statue de tibicen. Époque de Sylla. Rome, musées du Capitole. Cliché Archivio fotographico dei Musei Capitolini/Savio, 1698.

79Figure 4. Base comportant l’inscription collegium tibicinum et fidicinum romanorum.

80102 apr. J.-C. Rome, musées du Capitole. Cliché Archivio fotigrafico dei Musei Capitolini, NCE 1499.

81Figure 5. Inscription funéraire : collegium symphoniacorum. ier siècle apr. J.-C.

82Rome, musées du Capitole. Cliché Museo della Civiltà Romana/Savio, MCR 3560.

Note

1 Voir notamment Wille G., Musica Romana. Die Bedeutung der Musik im Leben der Römer, Amsterdam, Verlag P. Schippers N. V., 1967, p. 27-29.

2 Plutarque, Numa, 17, 3.

3 Voir Waltzing J.-P., Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains, volume I, Bruxelles-Louvain, Peeters, 1895-1900, p. 61-78.

4 Voir Jannot J.-R., « Musique et musiciens étrusques », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, janvier-mars 1988, p. 322.

5 Georgica, II, 190-193 : Inflauit cum pinguis ebur Tyrrhenus ad aras.

6 Naturalis historia, XVI, 66, 172.

7 Ce qui vaut à l’instrument l’appellation de « tibiae turariae » chez Solin (5, 19).

8 Suétone, Tiberius, 70, 6. Je cite, dans la mesure du possible, les traductions de la Collection des Universités de France (Belles Lettres), quelquefois retouchées.

9 Il existe effectivement à Rome des automatismes de pensée qui veulent que l’on charge les tibicines de certains défauts dont celui de boire et de manger plus que de raison.

10 Tite-Live, Ab urbe condita, IX, 30, 7-9 : « Un jour de fête, sous prétexte de donner par la musique plus de solennité aux repas, chacun les invite séparément : le vin, pour lequel les hommes de cette profession sont ordinairement passionnés, ne leur fut pas épargné. Quand l’ivresse les eut assoupis, on les met sur des chariots et on les transporta à Rome. Ils ne s’en aperçurent que le lendemain quand le jour les surprit, appesantis par le vin, sur les chariots abandonnés au milieu du forum ».

11 Voir notamment Fless Fr., Opferdiener und Kultmusiker auf stadtrömischen historischen Reliefs. Untersuchungen zur Ikonographie, Funktion und Benennung, Mainz, Verlag Philipp von Zabern, 1995, p. 79-84.

12 Voir Fleischhauer G., Etrurien und Rom dans Musikgeschichte in Bildern, II : Musik des Altertums, 5, Leipzig, Deutscher Verlag für Musik, 1964, p. 56-57, pl. 26 ; Baudot A., Musiciens romains de l’Antiquité, Montréal, Presses de l’Université de Montréal/Klincksieck, 1973, pl. 2.

13 Les cérémonies des dieux autochtones requièrent des têtes couvertes, celles importées de Grèce des têtes nues et couronnées de laurier.

14 Le corps des instruments destinés aux sacra paraît plus court et moins élaboré que celui des autres tibiae. C’est du moins ce qui ressort de l’étude des scènes cultuelles si fréquemment représentées à Rome de la République à l’Empire. Les artistes curieusement ne se soucient presque jamais de restituer le détail des tuyaux des tibiae sacrificae qui sont le plus souvent figurés par des contours, alors qu’ils le font plus volontiers lorsqu’il s’agit des instruments des spectacles ou des cultes orientaux. S’agit-il d’une économie de moyens ou d’une réalité organologique ? La question reste posée.

15 Cicéron, De domo sua ad pontifices, 48, 125.

16 Mythe et épopée, III, Histoires romaines, Paris, Payot, 1981, p. 181.

17 Voir Porte D., Le Prêtre à Rome, Paris, Payot, 1995, p. 29-42.

18 Un témoignage, non point romain mais ombrien celui-là, atteste la présence du tibicen aux côtés du magistrat principal de la cité d’Iguvium, Vofionus Grabovius, au Ier siècle avant J.-C. Il s’agit des tables eugubines, conservées à Gubbio, qui présentent les rituels de la cité ombrienne : Tabulae Iguuinae, IV, 28 : adkani kanetu = accentum canito (éd. J.W. Poultney, 1959).

19 Sans doute pour préserver pareillement de tout mot fatal involontairement perçu, Plutarque (Moralia, 10) rapporte que « lorsqu’on procédait à une consultation divinatoire, on s’entourait de fracas d’instruments en bronze ». De la même manière, les prêtres de Mars avaient les oreilles bouchées à la cire (Acron, Pseudacronis scholia in Horatium Epodon librum, II, 2, 104).

20 Pline l’Ancien, Naturalis historia, XXVIII, 3, 11 : « Les plus hauts magistrats ont coutume de réciter des prières propitiatoires, suivant les formules déterminées. Pour éviter qu’aucun des termes ne soit sauté ou interverti, quelqu’un lit d’abord la formule d’après le texte, tandis qu’un autre en surveille l’exactitude et qu’un troisième enfin est commis à faire observer le silence ; pendant ce temps, un joueur de tibia se fait entendre pour qu’aucune autre parole ne puisse être perçue ».

21 Plutarque, Moralia, 55, 277 F.

22 Sénèque, Consolatio ad Marciam, XIII, 1 : « Que la Grèce ne soit pas trop fière de ce père qui, apprenant en plein sacrifice la mort de son fils, se borna à faire taire le joueur de tibia et à ôter la couronne de sa tête, et acheva la cérémonie ».

23 Le Lyrisme à Rome, Paris, PUF, 1978, p. 35-37. Sur cette question particulière, je renvoie à l’article de Charles Guittard dans le présent volume.

24 De institutione oratoria, I, 10, 33 : « Et c’est même un sujet fictif de la déclamation qui n’est pas dépourvu d’habileté, que celui où l’on imagine qu’un joueur de tibia, ayant exécuté un air sur le mode phrygien pendant un sacrifice, le sacrificateur fut pris d’un accès de folie et se jeta dans un précipice, si bien que le musicien fut réputé auteur de sa mort ».

25 De lege agraria, II, 34, 93 : Erant hostiae maiores in foro constitutae, quae ab his praetoribus de tribunali, sicut a nobis consulibus de consili sententia probatae ad praeconem et ad tibicinem immolabantur. « On voyait de grandes victimes exposées sur le forum, que ces prêteurs, du haut du tribunal, comme nous faisons, nous autres consuls, agréaient, de l’avis de leur conseil, et qu’on immolait avec héraut et joueur de tibia. » De la même manière : De domo sua ad pontifices, 47, 123.

26 Naturalis historia, XXII, 6, 11 : Inuenio apud auctores eundem praeter hunc honorem adstantibus Mario et Catulo cos. Praetextatum immolasse ad tibicinem foculo posito. « Je vois dans les auteurs que, outre cet honneur, ce même centurion, revêtu de la prétexte, en présence des consuls Marius et Catulus, accomplit le sacrifice au son de la tibia, le réchaud allumé. »

27 Tiberius, 44, 3 : Fertur etiam in sacrificando quondam captus facie ministri acerram praeferentis nequisse abstinere, quin paene uixdum re diuina peracta ibidem statim seductum constupraret simulque fratrem eius tibicinem ; atque utrique mox, quod mutuo flagitium exprobrarant, crura fregisse. « On rapporte qu’un jour, pendant que [Tibère] sacrifiait, séduit par la beauté du servant qui lui présentait le coffret à encens, il ne put se maîtriser, et, sans presque attendre la fin de la cérémonie, l’entraîna aussitôt à l’écart, sur le lieu même, pour abuser de lui, ainsi que de son frère, joueur de tibia ; on ajoute que plus tard il leur fit briser les jambes à tous deux, parce qu’ils s’étaient mutuellement reproché leur déshonneur. »

28 G. Fleischhauer, op. cit., p. 72-73, pl. 37.

29 Pline l’Ancien, Naturalis historia, XVI, 66, 172.

30 Ovide, Amores, III, 13, 11-12 : Huc, ubi praesonuit sollemni tibia cantu, it per uelatas annua pompa uias. « Quand la tibia a fait retentir ses accents consacrés, la procession annuelle s’avance vers lui [l’autel] par les rues tendues [de voile]. » Il s’agit très certainement de la pompe des ludi falisci qui avaient lieu annuellement à Faléries et comprenaient des jeux scéniques et des jeux du cirque.

31 Tibiae et pompa sont inséparables dans l’esprit des Romains. Macrobe (Saturnaliorum libri, III, 16, 7-8) rapporte, par exemple, que lors d’un repas auquel est convié un certain Sammonicus, ce dernier tout en louant le repas servi par son hôte, « y relève quelque chose de honteux, car il montre la vénération qui entoure le poisson [un esturgeon], au point qu’il était apporté au son des tibiae, par des serviteurs couronnés de fleurs, avec une pompe convenant moins à un objet de gourmandise qu’à une divinité » (ut a coronatis inferretur cum tibicinis cantu, quasi quaedam non deliciarum, sed numinis pompa).

32 Comme le remarque Vendries Chr., Instruments à cordes et musiciens dans l’Empire romain, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 200 : « La tradition romaine eut tôt fait d’éliminer les joueurs de cordophones des pompae afin d’y placer des instruments à vent […] plus conformes par leur sonorité et leur symbolique guerrière et civique à l’atmosphère de ce type de procession ».

33 De spectaculis, 10, 2 : « On part pour s’y rendre des temples et des autels, de la malédiction du sang et de l’encens, parmi tibicines et trompettistes, avec les deux maîtres ignobles des funérailles et des sacrifices, l’ordonnateur et l’haruspice ».

34 Chaque grand jeu comportait une journée sacralisée par une procession inaugurale où l’on promenait les images des dieux et pendant laquelle on offrait un sacrifice. Les jeux de scène ou de cirque concluaient en principe ce sacrifice. Voir Scheid J., La Religion des Romains, Paris, Armand Colin, 1998, p. 91-92.

35 Fasti, VI, 659 et 667 : Cantabat fanis, cantabat tibia ludis / […] Quaeritur in scaena caua tibia, quaeritur aris. « La tibia faisait entendre ses sons dans les temples, lors des ludi […] La tibia manque à la scène ; elle manque aux autels. »

36 VII, 72-73. Voir Clavel-Lévêque M., L’Empire en jeux. Espace symbolique et pratique sociale dans le monde romain, Paris, Editions du CNRS, 1984, p. 40-43.

37 Une description identique, plus fastueuse encore, sera reprise deux siècles plus tard par Tertullien dans le De spectaculis, 8, 2-3.

38 De legibus, II, 9, 22 : « Aux jeux publics <on apaisera les dieux au cirque et au théâtre> ; […] quant à la partie qui ne comporte ni chars ni compétitions physiques, que la joie du peuple s’exprimant par le chant, les lyres et les tibiae soit réglée avec mesure et qu’elle se joigne à l’honneur rendu aux dieux ».

39 Cicéron, De haruspicum responsis, 11, 23 : « Voyons, si le danseur s’est arrêté ou si le joueur de tibia s’est tu subitement, si l’enfant qui a encore père et mère a cessé de tenir le chariot ou s’il a lâché la courroie […] les jeux n’ont pas été célébrés rituellement, ces fautes sont expiées et les dispositions des dieux immortels sont apaisées par le renouvellement des jeux ».

40 Censorin, De die natali, XII, 2 : « Le tibicen est admis dans toutes les supplications dans les temples ».

41 Comme l’indique une inscription (CIL I2, 988 = VI, 3696 = Dessau 4964), les tibicines participaient au banquet sacré de Jupiter.

42 Solin (5, 19) parle à ce propos de « tibiae praecentoriae destinées à jouer près des pulvinars » (praecentorias facias, quarum locus est ad puluinaria praecinendi).

43 CIL VI, 2584. Cippe en marbre d’un vétéran de la 5e cohorte prétorienne : […] frumento pub/lico collegio tibicin/um.

44 Varron, De lingua latina, VI, 3, 17 : « On a appelé les Ides de juin Petites Quinquatries (Quinquatrus Minusculae) par analogie avec les Grandes, parce qu’alors les joueurs de tibia en congé circulent dans la Ville et se rassemblent au temple de Minerve ». Egalement Censorin De die natali, XII, 2 : voir infra, note 122.

45 Tite-Live, Ab urbe condita, IX, 30, 5 (la formule « iis qui sacris praecinerent » indique bien que ce repas était le privilège des musiciens auxiliaires de la religion) : voir infra, note 47 ; Valère Maxime, II, 5, 4 ; Censorin, De die natali, XII, 2. Egalement Aurelius Victor, De uiris illustribus, XXXIV, 1 : epulandi decantandique ius tibicinibus in publico ademit. J. Scheid, op. cit., p. 79.

46 IX, 30, 5-10. Voir à ce sujet : Basanoff V., « L’épisode des joueurs de flûte chez Tite-Live et les Quinquatrus, Fête de Minerve », Revue internationale des droits de l’Antiquité, n° 2, 1949, p. 65-81.

47 Tite-Live, Ab urbe condita, IX, 30, 5-6 : « Les joueurs de tibia, mécontents de ce que les derniers censeurs leur avaient interdit les banquets sacrés du temple de Jupiter, auxquels ils avaient été admis de temps immémorial, se retirèrent tous à Tibur, en sorte qu’il ne resta personne pour jouer pendant les sacrifices ».

48 Ibidem, IX, 30, 6.

49 Ibid., IX, 30, 7.

50 Ibid., IX, 30, 10 : « Il leur fut accordé de promener chaque année, durant trois jours, par la ville, pas perdue. On leur rendit aussi le droit de participer aux banquets de Jupiter lorsqu’ils joueraient pendant les sacrifices ».

51 Valère Maxime, II, 5, 4 ; Ovide, Fasti, VI, 657-692 ; Plutarque, Moralia, 55, 277 E–278 B. Egalement Quintilien, De institutione oratoria, V, 11, 9. Voir à ce propos : Burckhardt H., « Ein Musikerstreik vor über zweitausend Jahren », Zeitschrift für Schulmusik, n° VII, 1934, p. 105-106 ; Müller-Graupa E., « Die Legende vom ersten Streik in Rom », Gymnasium, n° XLI, 1930, p. 132-139 ; Plankl W., « Ein Musikstreik in Rom », Wiener Blätter für der Freunde der Antike, n° II, 1924, p. 123-125 ; Quasten J., Musik und Gesang in den Kulten der heidnischen Antike und christlichen Frühzeit, Münster Westfalen, Aschendorffsche Verlagsbuchhandlung, 1973, p. 21-25 ; Spruit J. E., « Historie en legende rond het collegium tibicinum te Rome », Mens en Melodie, n° 20, 1965, p. 134-139 ; Zeller E., « Eine Arbeitseinstellung in Rom », Festschrift zur Begrüssung der 24. Versammlung deutscher Philologen, Leipzig, 1865, p. 35 suiv. ; Zeydel (E. H.), « A Strike of the Tibicines », The Classical Weekly, n° XV, 1921-1922, p. 51 suiv. ; Wille G., op. cit., p. 34-36 ; ainsi que l’article de Jean-Marie Pailler dans le présent volume.

52 Girard J.-L., « Minerve et les joueurs de flûte », Revue des études latines, n° 51, 1973, p. 37.

53 E. Zeller, art. cit., p. 136 ; J.-P.Waltzing, I, op. cit., p. 201 ; A. Baudot, op. cit., p. 41.

54 Ovide, Fasti, VI, 653-654 : « Pourquoi le tibicen erre-t-il à l’aventure dans la ville ? / Que signifient ces masques, cette longue robe ? » La même question est posée par Plutarque (Moralia, 55, 277 E).

55 Et dans les villes, des magistrats municipaux. La lex Coloniae Genetiuae Iuliae siue Ursonensis de l’an 44 avant J.-C. nous apprend ainsi qu’un tibicen est adjoint au magistrat en charge lors des sacrifices : CIL I2, 594, table I, 3, 14-15 ; 17, 18-19 : praeconem / haruspicem, tibicinem habere ius potestas/ que esto ; et qu’il perçoit un salaire de 300 sesterces au même titre que le héraut : CIL I2, 594, table I, 4, 1 : in tibicines sing(ulos) HS CCC / in praecones sing(ulos) HS CCC.

56 Voir J.-P.Waltzing, I, op. cit., p. 54-55.

57 Dans les scènes de funérailles et de sacrifices domestiques privés, par exemple, on trouve des joueuses de tibia (tibicinae) qui remplissent cette fonction.

58 Ovide fait sans doute ici l’amalgame avec la Loi des Douze Tables qui avait effectivement limité à dix le nombre des musiciens de métier (membres du collège y compris) participant aux funérailles ; voir Cicéron, De legibus, II, 59.

59 Fasti, VI, 657-664 : « Au temps de nos anciens aïeux, le tibicen était d’un grand emploi, et fut toujours d’un grand honneur. La tibia faisait entendre ses sons dans les temples, lors des ludi, dans les lugubres funérailles. L’artiste était content du prix de son labeur ; mais un temps vint où tout à coup cet art tomba en décadence. Il faut ajouter qu’un édile avait fixé à dix joueurs seulement le nombre de ceux qui pourraient participer à la pompe funèbre ».

60 Op. cit. p. 42.

61 II, 5, 4.

62 Scholia in Suetonii Iulium Caesarem, 84.

63 Iulius Caesar, 84, 7.

64 Apocolocyntosis, 12, 1.

65 Voir G. Fleischhauer, op. cit., p. 54-55, pl. 25 ; A. Baudot, op. cit., pl. 3.

66 Festus, p. 82 (éd. Lindsay) : « On appelle tibiae funèbres (tibiae funebres) les instruments sur lesquels on joue lors des funérailles et dont l’écoute est interdite au flamine ». La précaution maniaque des Romains tolérait toutefois que ce prêtre pût suivre les funérailles jusqu’à proximité du lieu d’incinération, au seuil duquel il devait s’arrêter.

67 Pline l’Ancien, Naturalis historia, X, 43, 122 : « Un cortège innombrable assista aux funérailles de l’oiseau ; le lit funèbre fut porté sur les épaules de deux Ethiopiens, précédé d’un joueur de tibia et de couronnes de toute espèce, jusqu’au bûcher ».

68 Tite-Live, Ab urbe condita, VIII, 20 ; X, 21.

69 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 162-195 ; Morel J.-P., « L’artisan », A. Giardina L’Homme romain, Paris, Seuil, 1992, p. 297-298 et 300.

70 Voir A. Baudot, op. cit., p. 22-23. C’est du moins ce que laissent supposer les noms contenus dans les inscriptions à partir du Ier siècle de notre ère.

71 Citons toutefois, à titre d’exemple, celle du synhodus magna psaltum, collège de joueurs d’instruments à cordes, connu sous la République : trois magistri, un curator, trente et un decuriones, tous affranchis, sauf trois ingenui ; voir Chr. Vendries, op. cit., p. 321-322.

72 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 388.

73 Ibidem, p. 389-396.

74 Panciera S., « Inscriptiones latinae liberae rei publicae, n° 43 », Epigrafia. Actes du Colloque international d’épigraphie latine en mémoire de Attilio Degrassi pour le centenaire de sa naissance, Rome, EFR, 1991, p. 284-286, pl. XIII, n° 1.

75 Ibidem, p. 285.

76 CIL VI, 240 : découverte au début du xixe siècle près de l’arc de Constantin. Dans une autre inscription mise au jour en 1873 entre les thermes de Dioclétien et la Via del Venti Settembre, ce sont les membres du collège qui font la dédicace d’une table de marbre : CIL VI, 3877a = 32449.

77 CIL VI, 1054.

78 L’une d’entre elles a été trouvée près de l’arc de Constantin (CIL VI, 240), l’autre sur le Forum, entre la colonne de Phocas et l’arc de Septime Sévère (CIL VI, 3696). Une troisième inscription, datée de 102 après J.-C. et concernant le collegium tibicinum et fidicinum, a été mise au jour près du Septizonium de Septime Sévère (CIL VI, 2191) ; voir infra, note 113.

79 Op. cit., I, p. 218, note 2.

80 Borne-fontaine monumentale de forme tronconique qui se trouvait en bordure de la Via Sacra, dans la ive regio de Rome.

81 Voir Sénèque, Epistulae ad Lucilium, 56, 4. Péché V., Musiciens et instruments à vent de type tibiae dans le théâtre à Rome du iiie siècle avant J.-C. au iie siècle après J.-C., thèse de doctorat, École Pratique des Hautes Études (4e section), 1998, p. 88-90 ; Chr. Vendries, op. cit., p. 324.

82 CIL VI, 9935 = Dessau 7645. Cette inscription en marbre, datée du Ier siècle après J.-C., est conservée au musée du Capitole à Rome (inv. NCE 2656). Voir V. Péché, op. cit., pl. XXXIX.

83 Bollmann B., « La distribuzione delle scholae delle corporazioni a Roma », dans La Rome impériale, démographie et logistique, Rome, 1997, p. 218-219 et fig. 1 (carte de localisation).

84 Voir J.-P.Waltzing, op. cit., I, p. 219 et 230-231 ; J.-P. Morel, art. cit., p. 300.

85 CIL VI, 240. Voir J.-P.Waltzing, op. cit., I, p. 208-210.

86 CIL I2, 2984 b = RAL série VIII, 28, 1973, p. 129, pl. III, 2. S. Panciera, art. cit., p. 286, note 114, propose la restitution suivante : Con[leg(ium) tib]icinum roman(orum) Miner(vae) d(ono) d(edit).

87 Festus, p. 149 (éd. Lindsay) : « ce jour est celui de la fête des tibicines qui rendent un culte à Minerve ».

88 Varron, De lingua latina, VI, 3, 17 ; voir supra, note 44.

89 Fasti, VI, 700-702 et 709-710.

90 Ibidem, 696-698 : « Apprends encore que la troupe musicale me doit l’invention de son art ; la première, j’ai percé le buis de quelques trous, et tiré des sons de la longue tibia ».

91 J.-P. Waltzing, op. cit, I, p. 256-300.

92 Ibidem, p. 267.

93 CIL I2, 989 = VI, 3877. Mustilli D., Il museo Mussolini, Roma, La Libreria dello Stato, 1939, p. 12, pl. X, 34 ; J. Quasten, op. cit., p. 24-25, pl. 8 ; F. Fless, op. cit., p. 83, note 43.

94 J.-P. Waltzing, op. cit., IV, p. 132.

95 D. Mustilli, op. cit., p. 11-12, pl. IX, 30 et 31. Avec eux ont également été retrouvés un ensemble de blocs en peperino et un fragment de frise en relief représentant six personnages debout, étendus ou assis sur des sortes de tabourets (et non Orphée entouré d’animaux, comme le suggère J. Quasten, op. cit., p. 25-26). Le vêtement porté par le personnage qui figure à droite de la scène est identique à ceux qui drapent les statues des deux tibicines. La pierre très corrodée (qui présente encore des traces de stuc peint en rouge) ne permet malheureusement plus de lecture détaillée de l’ensemble.

96 La Bolla d’oro, Roma, 1732, p. 35 et 39.

97 Ibidem, p. 41 : « Au pied d’une urne en terre cuite se trouvait une tibia en ivoire cerclée d’argent […] et cette tibia appartenait probablement au défunt tibicen qui devait s’en servir pour accompagner les funérailles de son chant triste. »

98 Il semble, vu la rareté de ce genre de documents, que les tibiae cultuelles en ivoire soient restées des instruments exceptionnels, et il est permis de penser qu’elles furent concurrencées à l’époque de Pline l’Ancien par les tibiae en buis (nunc sacrificae Tuscorum e buxo). À ma connaissance, Virgile est l’un des rares auteurs latins à faire allusion à la tibia en ivoire (ebur). Son apparition est limitée à une scène de culte dans laquelle un tibicen d’origine étrusque, comme le veut la tradition, enveloppe la libation des modulations de son instrument (Georgica, 2, 193). C’est également près des autels que nous retrouvons une tibia eburna mentionnée par Properce (IV, 6, 7-8).

99 Epidicus, 500-501.

100 Tusculanae disputationes, IV, 2, 4.

101 Odarum libri, I, 36, 1-3.

102 Horace, Odarum libri, III, 11, 5-6. Voir également chez le même auteur (IV, 1, 21-24) l’association de la lyre, de la tibia phrygia et de la syrinx dans le culte de Cybèle.

103 Porphyrion, Commentum in Horatii Flacci Odarum libros, I, 36, 1-2 : « Personne n’ignore qu’aujourd’hui encore on se sert à Rome des joueurs de lyre aussi bien que des joueurs de tibia pour célébrer des sacrifices ».

104 Voir Turcan R., L’Art romain, Paris, Flammarion, 1995, p. 36.

105 J. Quasten, op. cit., p. 15 ; F. Fless, op. cit., p. 82-83.

106 Voir en particulier les exemples mentionnés par F. Fless, op. cit., p. 82, et Chr. Vendries, op. cit., p. 201 et 204.

107 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 200 ; Pighi G. B., De ludis saecularibus populi romani quiritium libri sex, 2e éd. revue et augmentée, Amsterdam, Verlag P. Schippers N.V., 1965, p. 268 ; Wille G., op. cit., p. 29. D’autres, comme A. Baudot (op. cit., p. 38), préfèrent la rapprocher du caractère apollien qu’Auguste, « peut-être sous l’influence de certains courants pythagoriciens, se flatte de donner à son règne ». Les différentes hypothèses sont évoquées par Chr. Vendries, op. cit., p. 203-205.

108 Denys, VIII, 72.

109 F. Fless, op. cit., p. 79-84.

110 De oratore, III, 51, 197.

111 Je ne suis pas d’accord avec l’opinion communément répandue qui consiste à voir dans le collegium tibicinum et fidicinum « le successeur de la Corporation des joueurs de hautbois des premiers temps de l’histoire romaine » (A. Baudot, op. cit., p. 40) ; les témoignages épigraphiques (voir tableau 1) attestent de manière explicite l’existence des deux associations au iie siècle de notre ère.

112 Nous ne possédons malheureusement aucune preuve tangible de l’existence du collegium tibicinum et fidicinum romanorum à l’époque tardo-républicaine, « même s’il y a toutes les raisons de croire, comme le suggère Christophe Vendries (op. cit., p. 203), qu’il était déjà constitué ».

113 CIL VI, 2191 = Dessau 4965 : « Au collège des tibicines et des fidicines romains qui sont préposés aux cérémonies publiques, Tiberius Iulius Tyrannus, membre exempté de charges à perpétuité, et son fils, Tiberius Iulius Tyrannus, ont érigé [ce monument] en témoignage de considération.

Consacré le 1er mars sous le consulat d’Ursus Servianus, consul pour la deuxième fois, et de Lucius Fabius Iustus ». Une inscription funéraire, tout aussi tardive semble-t-il, atteste également pour Rome l’existence d’un collegium fidicinum romanorum : CIL VI, 2192 = ILS 4967 ; voir Chr. Vendries, op. cit., p. 323, note 6.

114 Suétone, Augustus, 32.

115 CIL VI, 2193 : « Aux dieux Mânes. Au collège des symphoniaci qui sont préposés aux cérémonies publiques, auxquels le Sénat a permis de s’associer, de se réunir, de se rassembler conformément à la lex Iulia avec l’autorisation d’Auguste en vue des jeux ».

116 Bélis A., « Les termes grecs et latins désignant des spécialités musicales », Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, vol. LXII, n° 2, 1988, p. 249.

117 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 114.

118 Ibidem, p. 114-115.

119 La plupart des historiens s’accordent à reconnaître dans cette corporation le successeur du collegium tibicinum et fidicinum, c’est-à-dire du collegium tibicinum des premiers temps de l’histoire romaine : voir notamment Fleischhauer G., Die Musiker Genossenschaften im hellenistisch-römischen Altertum. Beiträge zum Musikleben der Römer, thèse dactylographiée, Halle-Wittenberg, 1959, p. 83 ; G.Wille, op. cit., p. 34 ; S. Panciera, art. cit., p. 286, note 115 ; A. Baudot, op. cit., p. 40. Anachronisme de taille lorsque l’on sait que le collegium symphoniacorum est mentionné pour la première fois au début du Ier siècle de notre ère et que le collegium tibicinum et fidicinum est toujours en activité en 102 après J.-C. ! (Voir Tableau 1.)

120 Voir J.-P.Waltzing, op. cit, I, p. 239-240 ; IV, p. 134.

121 Comme le fait remarquer A. Baudot (op. cit., p. 42-43, note 60), l’auteur rattache ces jeux au banquet du Capitole, les distingue de la fête des Quinquatrus minusculae et semble les différencier des ludi scaenici.

122 De die natali, XII, 2 : « permission est accordée aux tibicines de faire des jeux en public et des repas au Capitole ou, à l’occasion des Quinquatrus minusculae, c’est-à-dire aux Ides de juin, de déambuler dans la ville vêtus comme bon leur semble, masqués et ivres ».

123 J.-P. Waltzing, op. cit., I, p. 239.

124 Thèse soutenue par A. Baudot, op. cit., p. 42-44.

125 Les jeux sont alors offerts en guise de remerciement par les magistrats au moment de leur prise de fonction et ne sont plus liés à un sacrifice et à un culte. L’engouement qu’ils susciteront explique à la fois leurs connexions politiques, l’allongement de la durée de chacun d’eux et leur multiplication sous l’Empire.

126 G. B. Pighi, op. cit., p. 166 = Sev. Va 71-72.

127 A. Baudot, op. cit., p. 43.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-1.png
File image/png, 4,1M
Legenda Figure 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-2.png
File image/png, 3,4M
Legenda Figure 3
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-3.png
File image/png, 4,6M
Legenda Figure 4
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-4.png
File image/png, 4,5M
Legenda Figure 5
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-5.png
File image/png, 3,6M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-6.png
File image/png, 16k
Legenda Tableau 2 : Prosopographie des tibicines romani
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-7.png
File image/png, 8,3k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-8.png
File image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23716/img-9.png
File image/png, 21k

Autore

Conservateur des antiquités et objets d’art du département de l’Eure

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540