Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chanter les dieux

 | 
Pierre Brulé
, 
Christophe Vendries

Prélude*

Pierre Brulé et Christophe Vendries

Texte intégral

  • * Que soient remerciés ici tous ceux qui ont permis la réalisation de cette rencontre, en particulie (...)

1Que ne pense-t-on plus souvent à faire « chanter les dieux » ? Les travaux sur les religions de l’Antiquité gréco-romaine se multiplient ces derniers temps mais, il faut bien le reconnaître, sans y intégrer la dimension sonore et musicale des rites. Seul, le livre ancien de J. Quasten (Musik und Gesang in den Kulten der Heidnischen Antike und Christlichen Frühzeit, Münster, 1930) s’efforça de proposer une tentative d’approche autour de ce thème mais les religions de l’antiquité n’y constituent qu’un préliminaire pour introduire l’étude du christianisme.

  • 1 Castaldo D., Il pantheon musicale. Iconografia nella ceramica attica tra VI e IV secolo, Ravenne, (...)

2Trop rares sont les travaux qui abordent cet aspect et l’on ne peut que souhaiter la multiplication des ouvrages comme celui de Daniela Castaldo à propos du « panthéon musical » dans la céramique attique1 (dont on aura ici un aperçu à travers sa contribution) ou celui de F. Fless à partir de l’examen des reliefs romains (Opferdiener und Kultmusiker auf stadtrömischen historischen Reliefs, Mainz, 1996). Pourtant, les textes et l’iconographie offrent au chercheur une documentation abondante qui reste en grande partie à explorer ou à redécouvrir.

3Pour plagier Diogène, disons qu’il existe un lien indissoluble entre musique et piété. Chacun chez les Anciens le dit à sa façon : Aristide Quintilien dans son traité sur La Musique (II, 13) écrit : « les hymnes et les cérémonies qui s’adressent aux dieux se parent de musique » et c’est à travers la musique que Firmicus Maternus fustige les rituels païens (L’Erreur des religions païennes, IV, 2 et VI, 5), que ce soit à propos du rôle de la tibia dans le culte syro-phénicien ou, accompagnée des cymbales, dans les mystères de Bacchus.

4Soucieux d’offrir un regard croisé sur les textes, l’épigraphie et l’iconographie, les organisateurs de ce colloque international (le premier du genre sur ce sujet) conjuguant leur intérêt respectif, qui pour la religion, qui pour la musique ont souhaité structurer les échanges autour de trois pistes d’enquête :

  • Le « dieu musicien » et son attribut musical avec des interventions sur le panthéon de la Grèce examiné à partir de l’imagerie des vases (D. Castaldo) ou des évocations plus précises concernant les mythes fondateurs de la musique : Hermès et sa lyre (Cl. Leduc), Apollon « sonore » (Ph. Montbrun pour l’étude de « l’arclyre » et A. Bélis pour le répertoire des péans et hymnes delphiques), Dionysos (examiné respectivement par Th. Menier et G. Sauron), Athéna et Marsyas et la question de l’aulos (avec le duo Z. Papadopoulou et V. Pirenne-Delforge).
  • Le rituel : à commencer par l’acte essentiel de la liturgie : le sacrifice, étudié sur les reliefs étrusques (J.R. Jannot), galloromains (les autels tauroboliques avec Chr.Vendries) ; la prière (Cl. Calame propose un examen des formes chorales chez Aristophane et Ch. Guittard nous parle des carmina dans la religion romaine) et les processions (avec le bel exemple des Molpes de Milet remis en perspective par St. Georgoudi) dont celle du mariage (traité par P. Brulé).
  • Les musiciens du culte : thème centré autour de l’étude des aulètes avec le cas des musiciens de Messène à l’époque hellénistique (L. Piolot) et celui des tibicines à Rome dont l’importance particulière est mise en exergue par la mise au point de V. Péché et J.-M. Pailler.
  • 2 M. Detienne et V. Huet ont participé à ce colloque sans toutefois souhaiter publier le texte de le (...)

5Fort du dialogue entre hellénistes et romanistes, gageons que cette publication regroupant seize communications2 saura susciter un intérêt particulier autour de la dimension historique, sociale et anthropologique de la musique dans les sociétés antiques.

6Et comme on ne pouvait se quitter sans musique, les accents de la lyre, de la kithara et les voix de l’ensemble Kerylos dirigé par Annie Bélis ont résonné dans l’amphithéâtre Massiac de l’université de Lorient, venant à point nommé nous rappeler, selon le bon mot de Censorinus (Le jour natal, 12, 2), combien « la musique est agréable aux dieux immortels » mais aussi à nous autres, simples mortels.

Notes

* Que soient remerciés ici tous ceux qui ont permis la réalisation de cette rencontre, en particulier Mme V. Sauvaire (secrétariat recherche de l’UBS) et Mme Cassin pour l’université de Rennes 2.

1 Castaldo D., Il pantheon musicale. Iconografia nella ceramica attica tra VI e IV secolo, Ravenne, Longo, 2000.

2 M. Detienne et V. Huet ont participé à ce colloque sans toutefois souhaiter publier le texte de leur communication.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540