Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914)

 | 
Marie-Danielle Demélas
, 
Nadine Vivier

Conclusion

Marie-Danielle Demélas et Nadine Vivier

Texte intégral

1Les recherches récentes réunies dans ce volume donnent une vision renouvelée de la question des propriétés collectives, question jadis déformée par les passions avant d'être naguère oubliée, surtout en Europe. Les doctrines économiques libérales avaient jeté l'anathème sur ces terres qu'elles jugeaient insuffisamment productives et faisant obstacle au progrès ; cette opinion était confortée par les analyses marxistes, qui pour la plupart, n'y voyaient aussi qu'une agriculture de subsistance archaïque, ne fournissant aux pauvres qu'une aumône. Les propriétés collectives se maintenaient par pure routine et les habitants qui les défendaient livraient un combat d'arrière-garde.

2Aujourd'hui, ces anathèmes doctrinaux ont perdu de leur force, les passions autour des biens collectifs sont retombées. Force est de constater que dans une partie de l'Amérique latine, les terres collectives ont été remises en vigueur au xxe siècle, après plus d'un siècle de revendication des communautés. Les historiens ont pu se dégager du carcan idéologique, sans doute influencés aujourd'hui par de nouvelles valeurs. Ces terres suscitent de nouveau une réflexion théorique. Les transformations techniques de l'agriculture ont été si importantes qu'elles aboutissent à une réflexion globale sur la gestion de l'environnement, le concept de développement et d'agriculture durables. L'utilisation collective de certaines terres retrouve des justifications économiques et sociales dans les écosystèmes montagnards.

3La confrontation des études par pays présentées ici nous permet de dégager quelques lignes directrices. Les attaques contre les propriétés collectives, fondées sur une argumentation doctrinale (juridique ou économique), commencent dans la seconde moitié du xviiie siècle ; elles sont aiguillonnées par la Révolution française qui pousse au partage, surtout en dehors de ses frontières, puis elles se poursuivent à travers le xixe siècle, ne trouvant parfois leur aboutissement qu'au xxe siècle. Chemin faisant, une distinction a souvent été opérée entre les terres non boisées qu'il fallait partager et les forêts maintenues dans le giron de la propriété collective et dont la gestion a été confiée à un organisme spécialisé. Bien que ces attaques aient été guidées par un même mobile, elles s'appliquaient à des situations agraires et sociales si diverses que les rythmes et les résultats ne pouvaient qu'être variés.

4Pour l'Europe occidentale, si on veut essayer de modéliser, on peut avancer l'idée que se dessine une géographie des propriétés collectives, où les régions se différencient par leurs conceptions de la propriété, leur mode de gestion et les attitudes des populations. Les contours s'ébauchent de trois grandes aires géographiques :

  • une Europe anglo-saxonne et prussienne où le seigneur détenait les terres, en surveillait la gestion et réglait tout litige selon le droit coutu-mier, indépendant du droit national. Ces terres collectives ont disparu, partagées au profit des propriétaires, ce qui a provoqué le départ des petits journaliers ;
  • une bande méridienne, courant de l'Allemagne du Nord à l'Italie du Nord incluse, aire qui rappelle l'ancien royaume de Lothaire, où les terres collectives étaient la possession d'un corps juridique, une communauté strictement définie, encore appelée corporation. Elle gérait les terres, en surveillait la jouissance qui appartenait à ses membres ;
  • un domaine qui couvre Belgique, France, péninsule ibérique et Mezzogiorno où les terres collectives relevaient soit du roi soit des municipalités. Les habitants qui résidaient dans les communes avaient la jouissance des terres dont la gestion était assurée par les conseils municipaux. Il semble bien que cette situation ait été la plus propice aux litiges, aux accaparements par quelques-uns. Ces régions ont aussi connu les résistances les plus fortes contre toute attaque car les terres étaient un élément de la puissance financière des municipalités.

5Mais cette partition de l'espace, pour stimulante qu'elle soit, n'est qu'une ébauche aux contours flous, en particulier dans le cas de la France qui se trouve au confluent des trois systèmes.

6En Amérique latine, la synchronie du processus de désamortissement est due, dans un premier temps, à une même appartenance à l'espace juridique et économique hispanique. Ensuite, lors de la création des nouveaux États, les projets libéraux s'imposèrent à la plupart des dirigeants, à quelques exceptions notables que justifiaient soit la conscience que l'État ne disposait pas encore des moyens de se dispenser du recours aux contribuables indiens (cas du maréchal Santa Cruz en Bolivie), soit la volonté de calmer l'agitation rurale (en Amérique centrale).

  • 1 La lutte d’Emiliano Zapata, de 1911 à 1919, à la tête du soulèvement des communautés paysannes du (...)

7Toutefois, le processus que cet ouvrage a entrepris de décrire et d'expliquer ne s'achève pas, en Amérique latine, au début du xxe siècle. L'histoire des terres collectives se prolonge au xxe siècle, avec les grandes réformes agraires du Mexique et des pays andins. La révolution mexicaine, dans laquelle la part prise par les villages zapatistes fut indéniable, rétablit la première la propriété collective des villages indiens1. Par un glissement de sens significatif — comme si les terres collectives n'avaient jamais été que celles des communautés indigènes — le terme d'ejido, qui désignait à l'origine les terrains collectifs appartenant à tous les villages, espagnols, métis ou indiens, devint synonyme de terres indiennes.

8Dans les Andes, la révolution bolivienne de 1952, qui promulgua la réforme agraire de 1953, vint clore, d'une façon particulièrement radicale, un long processus. Comme tout au long du xixe siècle, la décision politique avait suivi la révolte paysanne, et les affrontements violents qui s'étaient déroulés dans la région rurale la plus peuplée du pays n'étaient pas étrangers à la vigueur de cette réforme. Celle-ci parvint à détruire, en très peu de temps, les fondements de la richesse et du pouvoir des hacendados des régions les plus densément peuplées. D'autre part, certaines des communautés qui avaient résisté depuis des siècles obtenaient enfin satisfaction. Celle-ci ne fut pas sans mélange, toutefois.

9En Équateur, et au Pérou, le même processus fut suivi dans les années 1960, avec les mêmes réserves. En effet, les communautés enfin reconnues auraient appelé une nouvelle définition avant de se voir attribuer des terres. Leurs membres, auxquels s'étaient mêlés des nouveaux venus, avaient perdu beaucoup de cohésion, et les querelles séculaires entre communautés n'avaient pas pris fin. Aujourd'hui encore, les conflits de bornage restent préoccupants.

10On pourrait hâtivement conclure que, dans les provinces d'Amérique latine où les terres collectives avaient joué un grand rôle, des siècles d'histoire rurale marqués par les affrontements entre la propriété privée et les terres collectives, se sont achevés par la préservation et la reconnaissance de ces dernières. Mais cette apparente victoire survint bien tard, au moment où commençait un processus d'exode rural sans précédent. Désormais, sur les hautes terres de méso-Amérique et des Andes, beaucoup de paysanneries ont disparu sans retour.

11Ce tableau des avancées de la recherche récente met aussi en évidence les questions non abordées, les champs à explorer. Ils ont été évoqués tout au long de l'ouvrage, rappelons ceux qui paraissent essentiels : un effort de quantification des propriétés collectives, une réflexion sur leur rôle économique, et sur les conséquences sociales des attaques.

12Il faudra d'abord, tenter un effort de quantification. Quel pourcentage des terres mises en valeur ont représenté les différentes sortes de propriété collective ? Dans le cas de l'Amérique latine, la plupart des historiens, des sociologues et des anthropologues ne se sont intéressés qu'aux terres des collectivités rurales, principalement indiennes. Suivant les régions et les modes de peuplement, d'autres collectivités propriétaires existaient pourtant, mais il faudra encore de nombreuses recherches pour parvenir à dresser un tableau de la répartition de ces autres terres communes qui, elles, ont définitivement disparu.

13L'importance économique attribuée à ces terres devrait être reconsidérée. Alors que leur disparition était présentée comme une étape préalable à la modernisation de l'agriculture, il semble bien plutôt que ce n'était qu'un aspect secondaire de la transformation économique, mais ces terres cristallisaient l'attention et les discordes, car elles avaient acquis une valeur sociale symbolique. Devaient-elles être mises en valeur efficacement par des propriétaires détenteurs des capitaux nécessaires, ceci même au détriment des pauvres ? Ou bien étaient-elles destinées à aider les populations défavorisées, journaliers ou Indiens ?

14C'est le dossier des conséquences sociales des attaques qui est le plus incomplet et exigerait d'être ouvert d'un œil neuf, à la recherche d'une hypothétique objectivité. Quels furent les bénéficiaires et les perdants de la disparition des terres collectives ? Qui s'y opposa et pourquoi ? Les résistances et les conflits engendrés ont été minimisés, méprisés comme combat d'arrière-garde. Leurs mobiles devraient faire l'objet d'une analyse précise et nuancée. Une autre piste connexe mériterait d'être explorée : celle des droits d'usage collectifs, exercés sur les terres privées aussi bien que collectives, droits qui se sont maintenus longtemps, parfois jusqu'à aujourd'hui.

Notes

1 La lutte d’Emiliano Zapata, de 1911 à 1919, à la tête du soulèvement des communautés paysannes du sud du Mexique, a des buts agraires. Son programme demande la restitution des terres collectives aux villages (plan d’Ayala).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540