Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914)

 | 
Marie-Danielle Demélas
, 
Nadine Vivier

Deuxième partie. La propriété collective en Amérique latine

Attaques et résistances. Les communautés indiennes en Bolivie au xixe siècle

Marie-Danielle Demélas

Texte intégral

1En Bolivie comme dans l'ensemble de l'Amérique espagnole, il existait diverses formes de propriété collective, mais cette étude se limitera à suivre l'évolution des terres de communautés indiennes depuis l'indépendance. Il est vrai qu'elles représentaient, au début du xixe siècle, la plus grande partie des surfaces exploitées dans les zones les plus peuplées du haut-plateau et des vallées, de même que leurs membres fournissaient, par le tribut auquel ils étaient soumis, la majeure partie des ressources fiscales.

  • 1 On désigne par le terme ayllu un lignage élargi se réclamant de mêmes ancêtres et de mêmes cultes, (...)

2On dispose toutefois de peu d'informations synthétiques et précises sur la propriété communale dans les Andes. Si l'on cherche à en reconstituer l'origine, il reste encore beaucoup à faire pour savoir quelles étaient les modalités de dominium (si ce mot peut avoir un sens dans ce contexte) et d'usage de la terre avant la conquête espagnole. En dépit de nombreux travaux menés sur les communautés indiennes, on ne perçoit pas plus clairement le processus complexe qui transforma les ayllus1 en collectivités jouissant de biens de mainmorte dans le cadre colonial puis républicain. On connaît bien, en revanche, les changements introduits dans la seconde moitié du xvie siècle qui établirent un cadre juridique et administratif imposé par l'Espagne, mais réinterprété par des groupes ethniques autochtones qui ne perdirent jamais une certaine capacité de négociation à leur profit. Si la règle du jeu fut imposée d'outre-mer, ce furent les sociétés andines qui eurent à l'appliquer, et à l'interpréter.

Un modèle d'affrontement entre les haciendas et les communautés

3Dans les années qui suivirent l'indépendance, lorsque commença de s'affirmer la volonté de libérer les biens de mainmorte, la propriété éminente de l'État sur les terres collectives restait aussi bien établie que leur usage immémorial par les membres des communautés en échange non seulement du tribut, mais aussi de services que la faiblesse et la pauvreté de l'État républicain ne lui permettaient pas d'assurer.

4Le processus de libération des biens de mainmorte en Bolivie, représentait alors un exemple particulièrement significatif parmi les autres tentatives andines. En effet, à la différence de l'Équateur et du Pérou, la terre n'offrait en Bolivie aucune perspective pour l'exportation, et il n'y existait pas d'économie de plantation destinée au marché mondial. Quand ils ne servaient pas seulement à satisfaire les nécessités d'une autosuffisance (ce qui représentait encore la plus grande partie de leur fonction au xixe siècle), les biens fonciers alimentaient des centres urbains et des campements miniers dont les habitants se comptaient en milliers ou dizaine de milliers, pas davantage. Ils servaient, enfin, à affirmer un rang et permettaient un mode de vie seigneurial. Soumise à de telles limites, la propriété agraire dépendait de conditions avant tout locales.

  • 2 Klein Herbert S., 1993.
  • 3 Craintes exprimées par le consul C. M. Ricketts, in Pentland J. B., 1975, p. 13.

5En outre, dans le Haut-Pérou (ancienne dénomination de la Bolivie), les propriétés ecclésiastiques et nobiliaires avaient été peu nombreuses2. Les biens des couvents furent expropriés en 1826 par le maréchal Sucre sans rencontrer d'opposition. Le transfert de propriété auquel donna lieu son décret semble avoir été de peu d'importance, sans comparaison possible avec les conséquences de l'expulsion des jésuites, en 1767 ; et malgré quelques craintes exprimées par des observateurs britanniques, cette première abolition de mainmorte ne suscita pas de protestation notable3. Quant au petit nombre de majorats, dont beaucoup appartenaient à des aristocrates royalistes résidant à la cour vice-royale de Lima, il semble qu'ils furent confisqués en représailles et considérés comme propriété de l'État.

6Dans les premières années de la jeune République Bolivar, bien qu'il subsiste beaucoup d'incertitudes sur les transferts de propriété qui résultèrent alors des changements politiques (confiscations aux dépens des royalistes et récompenses des patriotes...), on peut considérer qu'il ne restait plus que deux types d'acteurs en présences, outre l'État — les propriétaires d''haciendas et les communautés indiennes. L'enjeu de leur confrontation était la survie des communautés ou leur absorption par les haciendas et la transformation des membres de communauté en péons. Sur cette base, s'opposaient deux modèles proposés à la jeune république : ou l'on projetait de consolider une société originale dans laquelle coexisteraient des haciendas privées et des communautés encore puissantes, ou, en détruisant les structures collectives, on formerait une société seigneuriale, comparable à celle de certaines régions de l'Europe orientale en cette époque de « second servage ».

  • 4 Platt Tristan, 1982.

7La question était aussi politique qu'économique et sociale : la république devait-elle maintenir ce pacte qui liait depuis trois siècles l'État aux communautés ou bien, afin de mettre en pratique les principes sur lesquels se fondait la modernité politique, faudrait-il viser à une atomisation sociale de laquelle émergeraient seulement quelques individus éclairés formant une classe politique peu nombreuse4 ? Les effets pervers de ce dernier choix aboutiraient à la servitude des anciens membres de communautés transformés en colonos, péons d'hacienda soumis aux services gratuits et au servage pour dettes.

  • 5 Colección Documental de la Independecia del Perú, 1977, p. 536.
  • 6 « A fin de que ninguno se quede sin terreno propio. » Décrets de Bolívar (8 avril 1824 à Trujillo, (...)

8Les projets bolivariens ne procédèrent pas à une interprétation aussi critique de leurs propres objectifs, et peut-être ne furent-ils même pas conscients de ces conséquences prévisibles. Les Indiens, dont la participation très active au processus d'indépendance dans le Haut-Pérou ne fut pas prise en compte, furent traités comme une population marginalisée qu'il fallait intégrer à la nation en lui accordant des lots de terre en propriété individuelle. Celle-ci était considérée comme la base la plus stable de la citoyenneté, l'état de propriétaire était jugé comme le plus favorable à l'exercice des droits civiques et le corps politique était conçu comme un ensemble d'associés administrant le pays comme ils géraient leur propre fonds5. Toutefois, la persistance et l'importance des biens de mainmorte rendaient impossible la mise en œuvre de ce programme à la fois politique et agraire. C'est ainsi que le décret signé par Bolivar à Trujillo (Pérou) le 8 avril 1824 décida d'un premier désamortissement ; toutes les terres de communautés devaient être partagées entre les Indiens « afin que nul ne reste sans terrain propre » (art. 4)6.

  • 7 Les plus importantes sont les décrets de Bolívar de 1824 et 1825, la loi d’Andrés Santa Cruz du 28 (...)
  • 8 Comme les projets de 1863 (Achá José María de, 1863), de 1874 (Comisión de hacienda, 1874) ou de 1 (...)

9Ainsi, la république fut fondée sur la volonté de démembrer les communautés et ne plus reconnaître que la propriété individuelle, en transformant les Indiens en paysans. Cette ambition forma la base de toutes les lois agraires du xixe siècle7, dont les auteurs se distinguaient seulement par le sort, plus ou moins favorable, qu'ils réservaient aux membres des communautés : tantôt ils projetaient la division des terres en petits lots attribués aux Indiens, tantôt ils décidaient que l'ensemble des terres de communautés reviendrait à l'État qui les vendrait aux enchères8. Si quelques critiques furent émises contre la disparition des terres collectives qui détruirait sans contrepartie la base des sociétés andines, elles restèrent sans effet.

  • 9 Comme le démontre Piel Jean, 1982, p. 179-206.
  • 10 Lema Ana María (coord.), 1994.

10Cependant, après l'échec de la présidence du maréchal Sucre en 1828, la Bolivie abandonna le modèle social bolivarien, et le maréchal Santa Cruz qui lui succéda pour dix ans entreprit de fonder l'État sur la seule base démographique et fiscale sûre, celle que formaient les communautés indiennes. Ses décrets de 1831 redéfinissaient l'identité socio-ethnique des Boliviens : tout usufruitier de terres appartenant à l'État fut enregistré comme Indien et soumis au tribut. Les rares études menées sur cette période enregistrent ainsi un accroissement subit du pourcentage (déjà élevé) de la population indigène, augmentation qui dépendait bien davantage des critères fiscaux la définissant que d'un croît démographique9. Au même moment, on note dans l'air du temps des aspirations à une espèce de castification de la société bolivienne comme solution à l'instabilité suscitée par l'indépendance10.

Bilan de recherches récentes

  • 11 Qui a le mérite d’être l’une des premières sur ce thème et de traiter de l’ensemble du processus p (...)
  • 12 Travaux de Condarco Morales Ramiro, Rivera Cusicanqui Silvia, Klein Herbert S., Albó Xavier, Calde (...)
  • 13 Travaux de LARSON Brooke, Rodríguez Ostria Gustavo et Jackson Robert.
  • 14 Travaux de Langer Eric D.

11Au cours des deux dernières décennies, la façon dont les communautés indigènes en Bolivie ont survécu aux processus de désamortissement a suscité beaucoup d'intérêt et donné lieu à de nombreux travaux dont il nous faut rendre compte. Jusqu'à présent, aucune synthèse ne s'est risquée à traiter de l'ensemble de cette question, à l'exception du travail d'Erwin P. Grieshaber11, peut-être prématuré, mais des recherches importantes ont été menées que l'on peut ordonner selon des critères régionaux. Quatre zones ont été étudiées : celle qui a donné lieu au plus grand nombre d'études correspond à la partie du haut-plateau comprise dans le département de La Paz12 ; viennent ensuite les bassins du département de Cochabamba13, et de celui de Chuquisac14, auxquels on pourrait ajouter les travaux menés sur la région de Potosi par T. Platt, consacrés au groupe ethnique des Machas, au nord du département.

  • 15 Le niveau d’analyse le plus pertinent n’est pas forcément le plus proche. De nombreux acteurs loca (...)

12Je tenterai de rendre compte des résultats de ces recherches, en soulignant la difficulté d'aboutir à des conclusions générales : les critères significatifs choisis par chacun et l'usage de sources de différentes natures ne permettent pas de comparaison terme à terme. Les uns ont privilégié les rapports préfectoraux, les autres les registres notariaux, ou ont eu accès à des fonds privés ; certains ont suivi les conclusions d'inspecteurs (revisita-dores), les autres se sont intéressés aux conflits suscités par les transferts de propriété. L'impossibilité dans laquelle on se trouve de pouvoir considérer toutes ces études comme les morceaux d'un même puzzle provient du niveau d'analyse imposé par les sources. Quel est le plus significatif ? Celui de la communauté, de la province, du département, ou du pays tout entier ? Quand le chercheur, qui a consulté la correspondance des autorités provinciales se plaignant de troubles permanents causés par les ventes de terres communales, découvre que le ministre de l'Intérieur atteste devant la Chambre que l'ordre public reste inaltérable, il a quelques raisons d'être perplexe15.

  • 16 Après 1899, la victoire du parti libéral permit la réalisation d’un cadastre ; en 1904 fut achevé (...)

13D'autre part, la conception même du droit de propriété devient source de difficulté. Ainsi, durant la dictature de Melgarejo, les ventes de terres de communautés et celles de terres vacantes ont été enregistrées sous une même rubrique au prétexte qu'il s'agissait dans tous les cas de terres appartenant à l'État. Enfin, l'absence d'un cadastre à cette époque obligerait les historiens à une reconstitution minutieuse des propriétés, province par province, qui n'a toujours pas été tentée et qui dépasse les forces d'un seul individu16.

Convergences...

  • 17 Klein H. S., 1993, p. 51.

14Tous les auteurs confirment que la propriété communale s'est maintenue avec une vigueur exceptionnelle sur le haut-plateau bolivien jusqu'à la seconde moitié du xixe siècle. Comme le résume Herbert Klein, on peut dire qu'avant la guerre du Pacifique (1879-1883) et l'expansion minière de la fin du siècle, la moitié des terres et les trois quarts de la main-d'œuvre agricole du département de La Paz dépendent de communautés17.

15Convergences également des chercheurs sur les raisons de cette permanence : d'une part, la force des communautés, aptes à réagir très rapidement à n'importe quelle attaque, d'autre part la faiblesse de l'État républicain. Sans moyens pour assurer les recensements, les inspections (revisitas) et réaliser le cadastre préalable à toute réforme, il fut également incapable de subvenir à ses nécessités sans les revenus importants et réguliers tirés du tribut, jusqu'à ce que la reprise de la production minière, à partir des années 1870, l'alimente en taxes douanières.

  • 18 « Melgarejo no hizo más que seguir la corriente de las ideas dominantes », Barragán y Eyzaguirre J (...)

16L'accord entre les historiens s'établit également à propos de la chronologie du processus de désamortissement. Il commence réellement avec la dictature de Melgarejo et ses décrets de 1866 et de 1868 qui autorisent la vente des terres de communautés et des terres vacantes au profit de l'État. Bien que ce général soit présenté souvent comme l'archétype du soudard, les mesures prises par Melgarejo s'inscrivent dans le droit fil de la pensée libérale de son époque. Comme l'écrivait l'un de ses contemporains, « Melgarejo ne fit rien d'autre que suivre le courant des idées dominantes18 ».

  • 19 Santivañez José María, 1871, p. 41 sqq.
  • 20 Langer E., 1991, p. 69.

17Cependant, cette première vague de ventes massives reste mystérieuse. La source la plus sûre constituée par les archives du département de La Paz pour les années 1866-1870 a disparu, de même que le rapport du ministre devant la chambre des députés qui traçait le bilan de ces ventes, à Oruro, en 1870. Un économiste contemporain de l'opération, José Maria Santivanez, qui eut accès à ce document, indique qu'il se serait produit 356 ventes de terres communales entre le 2 mars et le 31 décembre 1860, et que 650000 membres de communautés auraient été dépouillés. Mais ce dernier chiffre paraît invraisemblable, la Bolivie comptant alors moins de deux millions d'habitants. Le même auteur fournit quelques informations sur les massacres qui se seraient produits dans la province d'Omasuyos, en conséquence de la résistance des communautés : le 28 juin 1869, à San Pedro, au bord du lac Titicaca, 600 Indiens auraient été tués, et quelques centaines auraient également trouvé la mort à Guaicho, entre le 2 et le 5 janvier 187019. Le 7 août 1870, le ministre de la Guerre signale, dans son rapport annuel, que la répression aurait causé la mort de 400 Indiens à Ancoraimes. Un autre rapport du ministre de l'Intérieur reconnaît enfin 82 ventes de terres « vacantes » dans le département de Chuquisaca, entre 1866 et 1870, la plus grande partie situées dans la province de Yamparaez20.

  • 21 On nomme créole dans les Andes tout individu né en Amérique descendant d’Espagnols.

18Malgré le succès de ce premier désamortissement, les adversaires nombreux qu'a suscité cette politique tentent un rapprochement avec les dirigeants des communautés indiennes pour renverser Melgarejo. Ils annoncent, en décembre de 1870, qu'en cas de victoire contre le dictateur, les communautés rentreraient en possession de leurs terres. Dès lors, celles-ci adoptent une double stratégie : au service de l'opposition créole21, elles passent à l'attaque des forces gouvernementales, mais afin de s'assurer de l'avenir, elles occupent aussitôt leurs terres sans attendre la conclusion de l'offensive. Le tyran vaincu, la nouvelle assemblée doit reconnaître l'état de fait ; les terres reviennent aux communautés non par la grâce de l'État mais en vertu d'un rapport de force imposé par les communautés du haut-plateau. Comme l'écrit E. Langer :

  • 22 « Parece que en la Convención de 1871 se consintió el poder avasallador de los indios movilizados (...)

« Il semble que la Convention de 1871 ait subi la pression des Indiens du haut-plateau mobilisés lorsqu'elle décréta que toutes les terres de communauté vendues aux enchères sous le régime de Melgarejo devraient être rendues aux Indiens. Tandis que cette loi entrait en vigueur dans le nord du pays (où la loi ne faisait que légitimer une situation de fait), ailleurs, comme dans le département de Chuquisaca, les acheteurs de terres communales parvinrent à conserver leurs acquisitions au travers de manipulations légales22 ».

19L'épisode démontrait que le désamortissement avait largement contribué à la chute du régime, et les communautés indiennes du département le plus peuplé du pays s'étaient affirmées comme une force importante dans le jeu politique national.

  • 23 Surtout le décret du 29 décembre 1874 qui supprimait l’existence de terres communales (art. 59).

20Durant les années 1870, la situation semble avoir été celle d'un statu quo précaire. Si les communautés du haut-plateau avaient récupéré leurs terres et leur autonomie, bon nombre de celles des vallées et des bassins les avaient perdues faute de pugnacité ; certaines des premières poussèrent plus avant leur mouvement et passèrent à l'offensive contre des haciendas voisines ou contre d'autres communautés avec lesquelles elles entretenaient des conflits séculaires. Pendant ce temps, la classe politique au pouvoir, après s'être débarrassée de Melgarejo, poursuivait les mêmes objectifs que lui et, en dépit des promesses faites à ses alliés indiens, elle complétait, avec les lois de désamortissement de 1874, l'édifice juridique destiné à venir à bout des propriétés collectives23.

21Le coup fatal leur fut porté en 1880. Cette année-là, la Convention réunie après un nouveau coup d'État destiné à chasser du pouvoir un autre général, Hilarion Daza, usa du prétexte de chercher des ressources destinées à poursuivre la guerre contre le Chili pour édicter les lois décisives du 1er octobre 1880.

22Celles-ci imposaient le partage de toutes les terres collectives après qu'une revisita [inspection] les eut mesurées, estimées et eut délivré un titre de propriété à chaque membre de communauté. La remise de ce titre était payante et fut à l'origine d'un endettement soudain des anciens membres de communautés. Ces étapes franchies, le rachat des terres, lopin par lopin, par des propriétaires d'haciendas devenait possible. Au cas où une communauté s'opposerait au partage, il suffisait qu'un seul de ses membres réclamât son dû pour qu'on procédât à la vente aux enchères de toutes ses terres.

  • 24 Grieshaber Erwin P., 1991, p. 114 y 126.

23Au cours des quatre ou cinq années qui suivirent, les ventes de communautés se multiplièrent. Elles diminuèrent après 1885-1886, pour prendre une vigueur nouvelle dans les premières années du xxe siècle. Dans les années 1920, on pouvait conclure que la majeure partie des terres de communautés avaient été vendues, bien qu'il en subsistât encore quelques-unes qui tinrent bon jusqu'à la réforme agraire de 1953, l'une des plus radicales qu'ait connu l'Amérique latine. E. Grieshaber précise qu'entre 1880 et 1920, 12 158 parcelles de terres communales furent vendues, correspondant à 7616 actes de vente ; 40 % eurent lieu entre 1880 et 1886, et 38 % entre 1905 et 191524. Le même auteur souligne que « les deux moments de plus fortes ventes correspondirent à des changements politiques ». Le premier, à l'issue de la guerre du Pacifique, permit la venue au pouvoir des conservateurs, le second suivit la guerre civile de 1899 qui donna la présidence au parti libéral. À chaque mutation, les vainqueurs s'empressèrent d'asseoir leur nouvelle fortune sur de la terre.

24Toutes les études soulignent le fait que les ventes n'ont jamais correspondu à la valeur des terrains estimée par les revisitas préalables à la délivrance de titres de propriété individuelle. À chaque vente, les Indiens avaient vendu leur fonds à bas prix, parfois même à prix très bas. Le transfert de propriété s'était effectué à force de pressions, d'abus et de violences que confirmèrent les rapports des autorités qui réclamèrent souvent l'intervention de la force publique pour achever la revisita et procéder aux ventes.

  • 25 Langer E., 1991, p. 73-74.

25Dans le département de Chuquisaca, E. Langer attribue à trois facteurs la rapidité avec laquelle on procéda à ces ventes : des conflits entre héritiers, car l'introduction de la propriété privée générait immanquablement des conflits au sein de la famille ; des dettes contractées à l'égard de commerçants et de propriétaires de la province ou du canton ; et des dettes envers le fisc, notamment celles qu'avaient générées la nouvelle contribution cadastrale destinée à privatiser les terres. Cette dernière situation est révélatrice de la pénurie monétaire dans laquelle vivaient les communautés25. Le même auteur souligne aussi comme conséquence inattendue de ce processus de désamortissement la disparition du rôle des caciques, qui étaient naguère chargés du recouvrement du tribut, et qui perdaient de fait toute responsabilité.

  • 26 Id., p. 76.
  • 27 Grieshaber E. P., 1991, p. 114.

26Les communautés vendues correspondaient à toutes les catégories, mais si les plus petites disparurent définitivement, les plus importantes parvinrent à manifester une capacité de résistance durable et parfois couronnée de succès. Dans le département de Chuquisaca, des communautés moyennes et grandes survécurent à toutes les attaques, et se maintenaient encore en 195326. Leur succès s'explique peut-être davantage par leur capacité de s'intégrer au marché national que par leur cohésion interne. La communauté de Tarabuco (près de Sucre), par exemple, sut commercialiser avec profit son importante production d'avoine. D'autres, en revanche, échappèrent à la disparition par le peu d'avantages qu'elles offraient à des acheteurs, comme celles de la province de Cinti protégées par leur éloignement des centres urbains et des voies de communication. Il semble même qu'aucun inspecteur chargé d'effectuer la revisita n'ait pénétré dans cette zone. En revanche, les communautés situées à proximité de la ville de Sucre ne purent résister aux pressions des citadins et disparurent toutes. La même constatation peut être faite pour les terres communales du département de La Paz, où la proximité d'un centre urbain et d'un axe important de communication représentait toujours un facteur négatif pour la survie des communautés27.

  • 28 Id., p. 116.
  • 29 Ministerio de Hacienda, Tierras de origen. Ventas, op. cit., p. 28-30.

27À combien peut-on estimer le nombre des membres de communautés en 1880 ? Le rapport que le secrétaire d'État, Ladislao Cabrera, présenta à la Convention le 7 juin 1880 chiffrait à 88 595 le nombre des tributaires, le montant du tribut s'élevant à 511 053 bolivianos, des chiffres qui semblent sous-estimés28. Et quel fut le sort des membres de communautés disparues ? Il semble que la plupart restèrent au même endroit, cultivant les mêmes terres (et occupant probablement les mêmes lopins) mais cette fois en tant que colonos au service d'un hacendado. Les rapports des autorités locales firent également allusion à l'accroissement du nombre des errants, certains venant chercher des ressources dans les centres urbains de Cochabamba et de La Paz, d'autres émigrant au Pérou. Enfin, dans les départements de La Paz et de Chuquisaca, un petit nombre put acquérir des terres de communautés en rachetant les lopins d'autres membres, réalisant de la sorte certains projets libéraux, mais en nombre trop réduit pour former une paysannerie propriétaire capable de jouer un rôle national29.

28Les acheteurs peuvent être divisés en plusieurs catégories. Selon les moments, ils étaient ou non directement liés au parti au pouvoir. Entre 1866 et 1870, ils ne semblent pas avoir appartenu à de vieux lignages de grands propriétaires ; il s'agit plutôt d'hommes nouveaux, employés de l'État et militaires proches de Melgarejo qui profitent de leur position pour s'emparer de terres, ou récupérant sous cette forme les salaires que ne leur versait plus un Trésor exsangue. Après la chute du caudillo, la plupart des acheteurs du département de La Paz durent restituer leurs acquisitions et ne furent plus mêlés, semble-t-il, au processus de désamortissement. Mais à Chuquisaca, où les communautés n'avaient pas contribué à la chute du dictateur, les ventes furent confirmées et les nouveaux acquéreurs ne furent pas inquiétés.

  • 30 E. Langer observe le même phénomène dans le sud, in Persistancia y cambios…, op. cit., p. 69.
  • 31 Au sujet de cette « oligarchie », consulter Demélasm.-D. et Piel J., 1983, p. 53-64 ; et Demélasm. (...)

29La composition du groupe des acheteurs des années 1880 peut se diviser en deux catégories. La plupart des acquéreurs de lots petits ou moyens forment une espèce de nébuleuse qui intègre les propriétaires et les commerçants de la ville voisine de la communauté, métis et parfois Indiens sur lesquels on possède peu d'informations30. La seconde catégorie, moins nombreuse mais qui représente la plus vaste superficie acquise, rassemble une poignée d'hommes qui cumulent des propriétés situées dans des écosystèmes différents, depuis les champs de coca des vallées tropicales jusqu'aux pacages du haut-plateau, qui possèdent aussi des actions dans des banques et des mines ; qui exercent des fonctions officielles ou politiques, préfets et sous-préfets, députés et sénateurs. Et parmi les acheteurs du début du xxe siècle, on note même des présidents de la République, comme le général Pando, Ismael Montes, et Bautista Saavedra. En somme, des individus qui appartiennent tous à cette oligarchie très peu nombreuse mais active qui domine le département de La Paz dans les années 1880-193031.

Et divergences...

30Les désaccords entre historiens apparaissent lorsqu'il s'agit d'interpréter les causes de la survie des communautés. Pour Grieshaber, qui décrit non seulement cette permanence mais parle aussi d'accroissement, la raison de ce phénomène résidait dans la faible attraction exercée par les terres communales durant l'époque de marasme économique qui précéda un nouvel essor de l'expansion minière à la fin du xixe siècle. Toutefois, cette hypothèse ne résiste pas à l'observation des sources locales qui montrent la récurrence des conflits ruraux pendant tout le xixe siècle : les propriétaires d'haciendas ont exercé une pression permanente sur les communautés pour acheter ou usurper leurs terres pendant tout le siècle, mais celles-ci leur ont opposé une résistance vigoureuse jusqu'à la guerre du Pacifique. Pour entendre le processus de désamortissement, on ne peut négliger la capacité d'initiative des communautés ni leur participation active à la vie politique nationale.

  • 32 Klein H. S., 1993, p. 51-52.
  • 33 Cette évolution a également été bien étudiée par LARSON Brooke, 1978.

31D'autre part, des divergences entre chercheurs se manifestent à propos des formes régionales du désamortissement. Jusqu'à ce que G. Rodriguez Ostria ait infirmé cette hypothèse, on supposait la validité de deux modèles : celui des vallées et des bassins, greniers du pays dont la prospérité aurait été à l'origine d'une division précoce des terres communales et l'émergence d'une petite paysannerie en même temps qu'un renforcement des haciendas ; celui du haut-plateau, où le partage des communautés n'aurait commencé qu'avec l'affirmation de La Paz comme capitale économique du pays et l'ouverture de voies ferrées, à la fin du xixe siècle32. Au xviiie siècle, les communautés des vallées auraient donc disparu en tant que force majoritaire dans les campagnes33. Toutefois, l'argumentation convaincante de G. Rodriguez Ostria plaide pour la réintégration des vallées dans un même processus national : malgré leur faiblesse et la force des ambitions des propriétaires d'haciendas, les terres collectives des vallées représentèrent aussi un secteur important jusqu'à l'attaque décisive de 1880.

  • 34 Cette question, moins difficile à entendre qu’il n’y paraît si l’on s’intéresse aux conflits encor (...)

32La complexité de la formation et de la composition des communautés dans les départements de Cochabamba et de Chuquisaca a sans doute rendu leur étude difficile. Pour Chuquisaca (mais les mêmes conclusions devraient pouvoir s'appliquer à Cochabamba), E. Langer distingue les petites communautés, qu'il considère comme des survivances de groupes de mitmaq (des colons installés dans la vallée par les Incas), et les communautés moyennes qui pourraient être des résidus de groupes ethniques locaux ou résulter de la fusion de plusieurs groupes, certains d'entre eux originaires du haut plateau et des bords du lac Titicaca. Quant aux plus grandes, il s'agirait de colonies agricoles de communautés encore plus vastes dont le noyau d'origine se trouvait dans la région d'Oruro ou de Potosi. Certaines conservaient des liens avec les groupes du haut-plateau, d'autres avaient perdu tout contact. Mais aucune loi républicaine ne prit en considération l'existence de terres dispersées dans des terroirs très éloignés, appartenant à un même groupe ethnique ; alors qu'il aurait fallu résoudre cette question épineuse, la législation républicaine ignora cette spécificité andine, à l'origine d'interminables conflits entre les communautés des bassins qui se disaient indépendantes, et celles du haut-plateau qui se considéraient comme les véritables propriétaires34.

  • 35 Mesa Gisbert Carlos, 1985. Lavaud J.-P., 1991.

33De ce bilan rapide résultent quelques certitudes quant à l'unité et à la volonté de désamortissement des gouvernants durant un siècle, remarquablement constante et uniforme en dépit de l'instabilité de la vie politique bolivienne35. Les chercheurs s'accordent également sur la chronologie du processus, et une majorité semble attribuer les difficultés rencontrées par les ambitions libérales et la réalisation tardive de leurs objectifs à la capacité de résistance des communautés. Mais les formes de cette résistance, sa direction, sa stratégie, constituent autant de domaines inconnus.

34Ce sont ces derniers aspects du processus de désamortissement que je souhaiterais développer, en me fondant sur des recherches menées dans les fonds d'archives du département de La Paz.

L'originalité des résistances collectives

35Un événement imprévu et soudain, la guerre du Pacifique (1879-1883), produisit des conséquences inattendues et profondes sur la vie des communautés. Mais, en accélérant ou en cassant — selon les provinces — des évolutions en cours, elles prirent des formes différentes, parfois opposées.

Un rejet polymorphe

  • 36 « No se puede fundar un estado nacional sin destrucción previa de la comunidad indígena. » Redacto (...)
  • 37 « ¡ Seguimos el ejemplo de la nobleza de Francia [en la noche del 4 de agosto de 1789] ¡ Devolvemo (...)

36Malgré leurs divergences partisanes et régionales, les dirigeants créoles poursuivaient tous un projet de désamortissement au prétexte de progrès national. Devant la Convention de 1880, un député de La Paz bien connu, José Rosendo Gutiérrez, déclarait : « On ne peut fonder un État national sans détruire au préalable la communauté indigène36 ». Et feignant de croire que le partage des terres collectives représenterait une amélioration du sort des Indiens, le député de Cochabamba Nataniel Aguirre s'exclamait : « Suivons l'exemple de la noblesse de France [dans la nuit du 4 août] ! Restituons ses droits [de propriété] à l'Indien !37 »

  • 38 Le paiement du tribut était exigé en monnaie forte, le boliviano, et non en pesos, ce qui entraîna (...)

37Les lois de 1880 supprimèrent donc le tribut, remplacé désormais par un impôt foncier ; mais dans l'immédiat, le tribut fut augmenté de 20 % et l'on ordonna une revisita de toutes les propriétés afin d'établir un cadastre et de donner (ou bien plutôt de vendre) un titre de propriété à chaque membre de communauté38. En cas de désaccord au sein de la propriété, les terres pourraient être vendues aux enchères publiques à la demande de l'un de ses membres (art. 6 de la loi du 1er octobre 1880). Peu après l'intervention des experts chargés de la revisita dans chaque canton, commença la vente des terres collectives.

38Les registres notariaux du département de La Paz montrent que la majorité des transactions furent réalisées entre 1881 et 1883. Les prix de vente furent souvent ridicules, et toujours inférieurs à l'estimation qui en avait été faite au cours de la revisita. Les acheteurs justifièrent cette anomalie en arguant du fait qu'ils auraient désormais à payer le tribut à la place de leurs nouveaux péons ; jamais ils ne s'exécutèrent.

  • 39 Ahlp, Expedientes prefectura, 1883, Huaicho, 8 de octubre de 1869. Sur la pratiques de ces rites e (...)

39Comment avait-on obtenu ces ventes précipitées ? À la différence des départements de Chuquisaca, d'Arequipa ou du Cuzco, il ne semble pas que les communautés vendirent leurs terres à des créanciers. Mais elles dénoncèrent les abus des autorités subalternes ou les usurpations de la part de citadins, et elles révélèrent souvent qu'elles avaient été victimes de ventes négociées entre un patron et un faux cacique. En effet, comme la personnalité juridique des communautés n'avait pas été reconnue par la République, il leur fallut désigner des syndics {apoderados) appelés à jouer un grand rôle, qui représentaient leur collectivité en cas de conflit avec les autorités, les hacendados, ou d'autres communautés ; mais ces hommes étaient traités par les représentants de l'État comme des individus auxquels on confirmait la possession des terres collectives selon les mêmes formes et rituels qu'un propriétaire individuel39. Situation ambiguë et parfois lourde de conséquences pour les communautés grugées par un syndic indélicat.

  • 40 Les années 1878-1880 furent catastrophiques pour les campagnes. En 1878, une sécheresse exceptionn (...)
  • 41 Les catégories d’originarios (originaires), d’agregados (agrégés) et de forasteros (forains, venus (...)

40Le recours à de tels expédients démontre tant la force des propriétaires de la région que la faiblesse conjoncturelle des communautés40. Après 1880, le sort de ces dernières dépendit en partie du choix de leur dirigeant et d'une difficile unité. Déjà soumises à de fortes pressions, les communautés étaient divisées entre originaires qui tentaient de préserver leurs biens, certains qui parvenaient à les accroître, et les plus nombreux, agrégés et forains condamnés au servage41. C'est alors qu'une partie — une partie seulement — organisa sa résistance.

  • 42 AHLP, Ministerio de Hacienda, prefectura de La Paz, 1885, fos 296-305.
  • 43 Dans le seul canton d’Achacachi, en 1893, 744 péons sont considérés comme rebelles par leur patron (...)
  • 44 AHLP, Minutas con el Ministerio de Hacienda, prefectura, 1885. Cette année-là, les cantons de Ayo- (...)
  • 45 La grande et puissante communauté Jesús de Machaca, qui se souleva le 12 mai de 1921, avait revend (...)

41À partir de 1883, celle-ci acquit une telle importance que le ministre de l'Intérieur ordonna de freiner les revisitas, et jusqu'à la fin du siècle la législation indigène évolua en fonction des risques de soulèvement dans les campagnes. La diversité des recours employés par les communautés fut extrême : rappel au respect de la loi et soulèvements, négociations et affrontements, tout cela à tous les niveaux ; la résistance se manifestait dans une communauté absorbée par une hacienda aussi bien que dans l'ensemble d'un canton ou de tout le haut-plateau en relation avec des communautés péruviennes42. Les communautés qui subsistaient passaient à l'attaque d'haciendas ; celles qui avaient perdu leur autonomie empêchaient la venue du nouveau patron sur leur terre ou refusaient d'accomplir les services gratuits43. Une communauté agissait parfois seule, mais le plus souvent toutes celles d'un canton présentaient la même action en justice. Individuellement, elles s'opposaient au partage des terres et contestaient les droits de l'acquéreur, mais les communautés de provinces entières exigeaient qu'on suspendît les revisitas et qu'on annulât l'augmentation du tribut44, en faisant appel aux garanties et protections offertes par les lois des Indes à l'époque coloniale45.

  • 46 Selon les Informes del administrador del Tesoro público de La Paz, de 1885 à 1890 (il manque ceux (...)
  • 47 Informe del prefecto de La Paz, La Paz, imp. « El Comercio », 1894, p. 4. « Disminución de las ren (...)

42La résistance fut plus efficace que la soumission au nouvel ordre légal. Ainsi les communautés de Mohoza, que la guerre civile de 1899 rendit fameuses, interdirent durant dix ans la venue des revisitadores dans leur vallée et, du même coup, rendirent impossible la vente de leurs terres. En 1882, elles présentaient déjà une plainte collective au nom de 1 338 membres. Refusant du même coup le paiement du tribut, elles avaient épargné 66 900 pesos46. D'autres suivirent leur exemple à tel point qu'en 1893, le préfet dut reconnaître : « Diminution des rentrées fiscales, abandon du service public, émotions populaires et perturbations de l'ordre, menaces de soulèvement, d'un côté ; et de l'autre, aucun des bénéfices que s'étaient proposé les législateurs en faveur de la race indigène : tel a été en général le résultat des revisitas dans le département de La Paz47 ».

Alliances conjoncturelles

43Au même moment, s'accroissaient les tensions entre le parti conservateur au pouvoir et ses rivaux libéraux. À la fin des années 1880, déjà certains mouvements provinciaux montraient une alliance entre Indiens et libéraux. En mai 1896, deux jours après l'échec électoral du candidat libéral, le général Pando, les Indiens tentent d'assiéger la ville de La Paz, et lorsque, en décembre 1898, la rébellion fédérale organisée par les libéraux éclate dans la capitale du nord, la participation au mouvement des anciennes communautés devient évidente.

  • 48 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (Paris) [Amae], Bolivie, politique intérieure, dossi (...)
  • 49 Id., dépêche du 1er février 1899, f° 155 v

44Dans la cité, on construit des barricades. « Cela s'effectua méthodiquement et dans l'ordre — écrivait le chargé d'affaires français en poste à La Paz — car les Indiens [...] avaient été enrôlés et organisés en équipes de sapeurs depuis plusieurs mois48 ». Le général Pando défile entouré d'Indiens ayma-ras vociférant : « Vive Pando ! Vive la Fédération ! Vive la propriété communale49 ! ». Tandis que l'axe de la guerre civile s'étend de La Paz à Sucre, les routes du haut-plateau sont contrôlées par des patrouilles indiennes qui participent aux combats.

  • 50 Id., dépêche du 29 janvier 1899, f° 143 v.
  • 51 Id., dépêche du 31 janvier 1899, f° 151 v
  • 52 AHLP, Proceso de Mohoza, cuerpo n° 8, p. 24, séance du 24 juillet 1901.

45Mais à la fin du mois de janvier 1899, les alliés indiens manifestent déjà leurs propres visées, hostiles aux Blancs. Ils attaquent l'un des fournisseurs d'armes du parti libéral50, et quelques jours plus tard, ils attaquent et pillent la compagnie minière de Corocoro51. En février, les communautés d'Ayo-Ayo assassinent un bataillon de l'armée conservatrice et en mars, celles de Mohoza égorgent dans leur église 130 soldats de l'armée fédérale52. Le général Pando déclare : « La race indienne a déclaré, motu propio, la guerre à tous les Blancs », et décide de se débarrasser de pareils alliés.

  • 53 AMAE, Bolivie, politique intérieure, dossier général, tome I (1894-1899), dépêche du 19 mai 1899, (...)
  • 54 AHLP, Proceso de Mohoza, cuerpo n° 4, réquisitoire, f° 129 v.

46Le 10 avril, les troupes de Pando remportent une victoire décisive sur les conservateurs ; le 13, la junte libérale ordonne aux autorités locales de licencier tous les Indiens, et en mai un bataillon capture les auteurs du massacre de Mohoza53. Le procès des accusés donnera lieu à ce bilan de la stratégie communale : « Les Indiens de Mohoza ont été animés par l'idée d'exterminer les Blancs au prétexte d'appuyer la révolution libérale54 ». Au cours de cette « cause célèbre », nul ne fit allusion au processus de désamortisse-ment, qui fournissait pourtant la clé des troubles ruraux de la période et de la volte-face politique des communautés.

Les dirigeants des communautés

  • 55 Demélas M.-D., 1985, n° 44, p. 91-111.

47Mon enquête s'achève par quelques notes concernant les hommes qui avaient mené cette alliance conjoncturelle avec les libéraux et organisé la résistance des communautés dépouillées de leurs terres55. Un fichier prosopographique réalisé à partir des archives de la préfecture de La Paz révèle que depuis le début du processus de désamortissement, s'était constitué un groupe de syndics (apoderados) qui furent dès lors à la tête de toutes les formes de résistance menées par les communautés, jusqu'à s'affirmer comme les chefs de la guerre civile de 1899. Vers 1885, ils apparaissent comme les dirigeants d'une partie de la communauté (parcialidad ou ayllu), puis de la communauté entière ; ils accèdent à la représentation des communautés de tout un canton, puis de toute une province. Durant la guerre civile, ils s'auto-désignent généraux, colonels, gouverneurs. L'un d'entre eux, Juan Lero, se déclare Président de la république de Penas, sa province, et organise le jugement et l'exécution du corregidor, comme l'avait fait, plus d'un siècle auparavant, le chef de la Grande rébellion andine, Tupac Amaru.

48Que représentaient ces hommes dans leur communauté d'origine ? Des enquêtes entreprises par les autorités préfectorales, dix ans avant la guerre civile, révèlent qu'aucun d'entre eux n'appartenait à de grands lignages de caciques. Il s'agissait plutôt d'hommes issus du commun des Indiens, parfois même qualifiés de vagabonds (vagos) par les autorités, des hommes sans ressources propres qui vivaient de derramas, des contributions volontaires que s'imposaient les communautés lorsqu'il s'agissait de financer des dépenses collectives, le coût d'un procès ou la construction d'un bâtiment, aussi bien que l'achat d'armes.

  • 56 Condarco Morales Ramiro, 1983.

49Selon des documents cités par Ramiro Condarco Morales, on remarque que ces dirigeants ne poursuivaient pas tous les mêmes objectifs56. Si certains voulaient, certes, anéantir les Blancs pour recréer des chefferies indiennes, d'autres défendaient un projet national et républicain mais sur la base d'une séparation entre les deux composantes, blanche et indienne, de la nation, ressuscitant ainsi les deux républiques de l'ancien régime espagnol.

Diversité régionale

50Dans le département de La Paz, centre de la résistance au désamortis-sement à la fin du xixe siècle, on observe d'importantes différences. Dans presque toutes les provinces, apparurent des mouvements de refus du partage et de la vente des terres, et fut également général le recours aussi bien aux moyens légaux de résistance qu'à la violence pour récupérer les terres perdues. Mais l'efficacité et la durée de ces mouvements ne sont pas comparables entre les provinces du nord du département qui abandonnent rapidement la lutte et celle situées plus au sud, qui parviennent à se réorganiser après un échec et à poursuivre leur résistance jusqu'à la révolution de 1952 qui imposera une réforme agraire permettant la restitution des terres collectives et la reconnaissance des communautés.

  • 57 Informe del prefecto y comandante general del departamento, La Paz, imp. « El Telégrafo », 1898, p (...)

51Une des explications de ces différences locales se trouve dans la situation et la richesse des communautés. Au nord de La Paz, peu d'entre elles survécurent aux lois de 1880 et beaucoup furent achetées par d'importantes personnalités du parti libéral. En outre, durant les dernières décennies du xixe siècle, la frontière nord du pays fut fréquemment troublée par des violences fomentées par des parentèles rivales et des bandes de contrebandiers qui imposèrent leur désordre à cette zone, affaiblissant d'autant ce qu'il restait de communautés57.

52La pauvreté relative des provinces du sud et la plus forte cohésion de leurs communautés les protégèrent d'une pareille disparition. Il faut ajouter à cela l'existence de liens entre les membres de communautés et les péons d'haciendas de cette zone, à la différence des provinces du nord où ces derniers, soumis à leur patron, passaient à l'attaque des terres communales.

  • 58 Grieshaber (Erwin P.), 1991, p. 135.

53Au xxe siècle, ces tendances se confirmèrent, comme le montrent les travaux d'Eric Langer sur la rébellion de 1927 dans le département de Chuquisaca, et ceux d'Erwin Grieshaber et de Roberto Choque pour la période 1914-1921 dans le département de La Paz. Dans ce dernier cas, la continuité avec la période antérieure est particulièrement évidente et Grieshaber cite même le cas d'une nouvelle forme de résistance apparue dans les communautés d'Omasuyos qui consistait à faire signer devant notaire un document par lequel chaque membre de communauté s'engageait à ne pas vendre son terrain, sous peine de devoir reverser à la communauté le prix qu'il en aurait obtenu58.

***

54Bien qu'elles fussent considérées comme un obstacle au progrès du pays et une entrave au développement d'un marché de la terre et de la main-d'œuvre, les communautés occupaient une position centrale dans les projets de société des dirigeants créoles. Mais la plupart de ceux qui se risquèrent à les faire disparaître se heurtèrent à des résistances qui adoptaient toutes les formes à leur portée, depuis la pétition et les procès, jusqu'aux révoltes et la participation à des guerres civiles.

55D'autre part, aucune des grandes propriétés qui parvinrent à se constituer ou à s'accroître aux dépens des terres collectives ne se transformèrent en propriétés modèles, nulle ne fut à l'origine de grandes fortunes fondées sur la commercialisation des produits de l'hacienda. Bien que leur propriétaire tirât des revenus de ces acquisitions et de leur exploitation, les haciendas restèrent à la fin du xixe et au début du xxe siècle ce qu'elles avaient été pendant des siècles dans le centre des Andes : la base économique permettant la reproduction d'un lignage et la permanence de son pouvoir régional, offrant à certains de ses membres la possibilité de jouer un rôle politique national. L'enjeu du désamortissement bolivien relevait moins d'un registre agraire que social et politique.

56Ceci dit, le champ de ces recherches reste encore largement ouvert, notamment dans deux directions, celle des secteurs économiques dépendant des communautés indiennes dont les plus prospères avaient étendu leur champ d'action bien au-delà de leur canton, et dont le dynamisme réduit à néant le cliché d'une survivance archaïque ; et celle des terres collectives non-indiennes — ejidos et dehezas des villages et des cités — sur lesquelles nos connaissances sont des plus réduites.

Bibliographie

Sources

Archives du ministère des Affaires Étrangères (AMAE), Paris, correspondance consulaire.

Archives nationales de Bolivie (ANB), Sucre, revisitas, informes del MI, folleteria.

Archives historiques de La Paz (AHLP), fondos de la prefectura de La Paz, proceso de Mohoza.

Bibliothèque de l'Unversité San Andrés de La Paz, Registre notarial des ventes du département de La Paz, 1880-1883.

Bibliographie

Achâ José Maria de, Decreto sobre la propiedad de tierras de indigenas, La Paz, imp. del Estado, 1863.

Acosta Claudio, Ley agraria o proyecto del H. Senor Acosta, La Paz, « El Progreso », 1878.

Albô Xavier, Carter William E., « La comunidad aymara : un mini-estado en conflicto », in Albô X. (ed.), Raices de América : ElMundo Aymara, Madrid, Unesco, 1988.

Barragan Y Eyzaguirre José Maria, Reclamo de los compradores de terrenos del Estado, La Paz, 1871.

Caillavet Chantal, « Rituel espagnol et pratique indiennes », in Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines, Bordeaux, ed. CNRS, 1990.

Calderôn Jemio Raûl Javier, « Conflictos sociales en el altiplano paceno entre 1830 y 1860. Notas preliminares », in Data, Revista del Instituto de estudios andinos y amazonicos, La Paz, n° 1, 1991, p. 139-158.

Choque Roberto, « La rebelion de Jesûs de Machaca (1921) » Avances, n° 2, La Paz, 1979.

Coleccion Documental de la Independecia del Perû, t. I, vol. IX, Lima, 1977. Comision de hacienda, Proyecto de ley sobre lapropiedad de tierras de origen, Sucre, tip. El Progreso, 14 septembre 1874.

Condarco Morales Ramiro, Zârate, el « temible » Wilka. Historia de la rebelion

indigena de 1899, La Paz, 1966, réed. 1983.

Demelas M.-D., L'invention politique. Bolivie, Equateur, Pérou au xixe siècle, Paris ERC, 1992.

Demelas M.-D. et Piel J., « Jeux et enjeux du pouvoir dans les Andes. Les cas des départements du Cuzco et de La Paz (1880-1920) », in Les frontières du pouvoir en Amérique Latine, Publications de l'Université de Toulouse, 1983.

Demelas M.-D., « Jacquerie indienne, politique créole. La guerre civile de 1899 », in Caravelle, Toulouse, 1985, n° 44, p. 91-111.

Flores Alberto, Arequipa y el sur andino, siglos xviii-xx, Lima, ed. Horizonte, 1977.

Grieshaber Erwin P., « Resistencia indfgena a la venta de tierras comulaes en el depar-tamento de LaPaz, 1881-1920 », in Data, n° 1, La Paz, 1991, p. 114 y 126.

Grieshaber Erwin P., « Survival of Indian Communities in Nineteenth-century Bolivia : A Regional Comparison », Journal of American Studies, Londres, 12, 2, p. 223.

Grieshaber Erwin P., « Survival of Indian Comunities in 19th century, Bolivia », Ph D. University of North Carolina, 1977.

Irurozqui Victoriano Marta, Elites en Litigio. La venta de tierras de comunidad en Bolivia, 1880-1899, IEP, Lima, 1993.

Izko Xavier, « Los ayllus de Sakaka y Kirkyawi (Bolivia) : dos frontera étnicas en litigio (s. xvi-xx) », in Data, La Paz, n° 1, 1991.

Jackson Robert (ed.), Liberals, the State and Indian Peasants, New Mexico University Press, 1997.

Klein Herbert S., « La estrûctura de las haciendas a fines del siglo xix en Bolivia : las provincias del norte del lago Titicaca », in Data, Revista del Instituto de estudios andinos y amazonicos, La Paz, n° 1, 1991, p. 51-60.

Klein Herbert S., Haciendas and 'Ayllus'. Rural Society in the Bolivian Andes in the Eighteenth andNineteenth Centuries, Stanford University Press, 1993.

Langer Eric D., « Liberalismo y abolicion de las comunidades indfgenas en Bolivia (siglo xix) », Historia y Cultura, La Paz, n° 14, 1989.

Langer Eric D., « Persistencia y cambio en las comuniades indfgenas del sur de Bolivia en el siglo xix », Data, Revista del Instituto de estudios andinos y amazonicos, La Paz, n° 1, 1991, p. 61-83.

Langer Eric D., Economic Change and Rural Resistance in Southern Bolvia, 1880-1930, Stanford University Press, 1989.

Larson Brooke, Colonialism and Agrarian Transformation in Bolivia : Cochabamba, 1550-1900, Princeton, 1988.

Larson Brooke, Economic Decline and Social Change in an Agrarian Hinterland : Cochabamba in the Late Colonial Period, Ph. D., University of Columbia, New York, 1978.

Lavaud Jean-Pierre, L'instabilitépolitique en Amérique latine ; le cas de la Bolivie, Paris, L'Harmattan, 1991.

lema Ana Maria (coord.), BarragAn, Huber, Jiménez, Lema, Medinaceli, Qayum, Soux, Bosquejo del estado en que se halla la riqueza nacional de Bolivia con sus resultados, presentado al examen de la Naciôn por un Aldeano hijo de ella.

Ano de 1830,La Paz, Plural editores-UMSA, 1994.

Manrique Nelson, Yawar Mayu. Sociedades terratenientes serranas, 1879-1910, Lima, IFEA-DESCO, 1988.

Mesa Gisbert Carlos, Entre urnasy fusiles, La Paz, 1985.

Pentland J. B., Informe sobre Bolivia, 1826, Potosf, Casa de la Moneda, 1975.

Piel Jean, « La tributacion indfgena en Larecaja desde la independencia hasta 1880 », Historia Boliviana, Cochabamba, 2/2, 1982, p. 179-206.

Platt Tristan, « The Andean Experience of Bolivian Liberalism, 1825-1900 : Roots of Rebelion in 19th century Chayanta (Potosf) », in Stern S. J. (ed.), Resistance, Rebelion and Consciousness in the Andean World, 18th to 20th century, Madison, 1988, p. 280-326.

Platt Tristan, Estado bolivianoy ayllu andino. Tierray tributo en el Norte de Potosi, Lima, IEP, 1982.

Rivera Cusicanqui Silvia, « La expansion del latifundio en el altiplano boliviano : elementos para la caracterizacion de una oligarqufa regional », Avances, La Paz, n° 2, 1978.

Sanchez Albornoz Nicolas, Indios y tributos en el Alto Perû, Lima, IEP, 1978. Santivanez José Maria, Reivindicaciàn de terrenos de comunidad, Cochabamba, 1871.

Notes

1 On désigne par le terme ayllu un lignage élargi se réclamant de mêmes ancêtres et de mêmes cultes, formant partie d’une communauté indigène.

2 Klein Herbert S., 1993.

3 Craintes exprimées par le consul C. M. Ricketts, in Pentland J. B., 1975, p. 13.

4 Platt Tristan, 1982.

5 Colección Documental de la Independecia del Perú, 1977, p. 536.

6 « A fin de que ninguno se quede sin terreno propio. » Décrets de Bolívar (8 avril 1824 à Trujillo, et 4 juillet 1825, au Cuzco).

7 Les plus importantes sont les décrets de Bolívar de 1824 et 1825, la loi d’Andrés Santa Cruz du 28 septembre 1831, celles des présidents Achá (1863), Melgarejo (1866-1867), Moralès (1871), Frías (1874), et Daza (1878), ainsi que la loi du 1er octobre 1880, oeuvre de la Convention.

8 Comme les projets de 1863 (Achá José María de, 1863), de 1874 (Comisión de hacienda, 1874) ou de 1878 (Acosta Claudio, 1878). Ce dernier projet était le plus défavorables aux membres des communautés contraints à servir comme péons des haciendas.

9 Comme le démontre Piel Jean, 1982, p. 179-206.

10 Lema Ana María (coord.), 1994.

11 Qui a le mérite d’être l’une des premières sur ce thème et de traiter de l’ensemble du processus pour le xixe siècle, mais avec le risque de considérer la question à une échelle trop éloignée du niveau local, de se fonder sur des sources offcielles discutables et sur des hypothèses qui ne tiennent pas compte des affontements entre haciendas et communautés.

12 Travaux de Condarco Morales Ramiro, Rivera Cusicanqui Silvia, Klein Herbert S., Albó Xavier, Calderón Jemio Raúl Javier, Demélas Marie-Danielle.

13 Travaux de LARSON Brooke, Rodríguez Ostria Gustavo et Jackson Robert.

14 Travaux de Langer Eric D.

15 Le niveau d’analyse le plus pertinent n’est pas forcément le plus proche. De nombreux acteurs locaux ont intérêt à altérer la vérité soit pour la dramatiser (le propriétaire d’hacienda qui souhaite se placer sous la protection de l’armée) soit pour dissimuler la gravité de la crise (le sous-préfet qui ne contrôleplus la situation).

16 Après 1899, la victoire du parti libéral permit la réalisation d’un cadastre ; en 1904 fut achevé celui de la province de La Paz ; en 1905, celui des provinces de Sicasica, Pacajes, Larecaja et Inquisivi (Informe del prefecto de La Paz, 1905).

17 Klein H. S., 1993, p. 51.

18 « Melgarejo no hizo más que seguir la corriente de las ideas dominantes », Barragán y Eyzaguirre José María, 1871, p. 3.

19 Santivañez José María, 1871, p. 41 sqq.

20 Langer E., 1991, p. 69.

21 On nomme créole dans les Andes tout individu né en Amérique descendant d’Espagnols.

22 « Parece que en la Convención de 1871 se consintió el poder avasallador de los indios movilizados del Altiplano cuando decretaron que todas las tierras de la comunidad subastadas durante el régimen de Melgarejo tenían que ser devueltas a los indios. Mientras esta ley era indiscutiblemente seguida en el norte (donde la ley legitimizaba una situación de facto), en Chuquisaca por lo menos, compradores de tierras de ayllus, a menudo mantuvieron sus tierras a través de manipulaciones legales. » Langer E., 1991, p. 69-70.

23 Surtout le décret du 29 décembre 1874 qui supprimait l’existence de terres communales (art. 59).

24 Grieshaber Erwin P., 1991, p. 114 y 126.

25 Langer E., 1991, p. 73-74.

26 Id., p. 76.

27 Grieshaber E. P., 1991, p. 114.

28 Id., p. 116.

29 Ministerio de Hacienda, Tierras de origen. Ventas, op. cit., p. 28-30.

30 E. Langer observe le même phénomène dans le sud, in Persistancia y cambios…, op. cit., p. 69.

31 Au sujet de cette « oligarchie », consulter Demélasm.-D. et Piel J., 1983, p. 53-64 ; et Demélasm.-D., 1992 (conclusion). E. Grieshaber précise que « sur un total de 2657 acheteurs (non-Indiens), 50 (1,9 %) firent l’acquisition de 49,1 % des propriétés mises en vente. […] Les acheteurs issus de l’élite concentrèrent leurs achats sur le haut-plateau à l’ouest de La Paz et dans les zones les plus proches de la cité […]. » in Data, op. cit., p. 115.

32 Klein H. S., 1993, p. 51-52.

33 Cette évolution a également été bien étudiée par LARSON Brooke, 1978.

34 Cette question, moins difficile à entendre qu’il n’y paraît si l’on s’intéresse aux conflits encore vivaces entre certains communes de montagnes européennes, se posa avec beaucoup d’acuité lors de la réforme agraire de 1953 et ne semble toujours pas résolue.

35 Mesa Gisbert Carlos, 1985. Lavaud J.-P., 1991.

36 « No se puede fundar un estado nacional sin destrucción previa de la comunidad indígena. » Redactor de la Convención nacional del año 1880, tomo I, La Paz, 1926, sesión del 5 de julio, p. 427.

37 « ¡ Seguimos el ejemplo de la nobleza de Francia [en la noche del 4 de agosto de 1789] ¡ Devolvemos sus derechos al indio ! » Id., sesión del 14 de julio [sic], p. 167.

38 Le paiement du tribut était exigé en monnaie forte, le boliviano, et non en pesos, ce qui entraînait une augmentation de 20 %.

39 Ahlp, Expedientes prefectura, 1883, Huaicho, 8 de octubre de 1869. Sur la pratiques de ces rites en Amérique espagnole, consulter Caillavet C., 1990, p. 32-34.

40 Les années 1878-1880 furent catastrophiques pour les campagnes. En 1878, une sécheresse exceptionnelle entraîna une disette suivie d’épidémies. L’année suivante, le gel détruisit les récoltes.

41 Les catégories d’originarios (originaires), d’agregados (agrégés) et de forasteros (forains, venus d’ailleurs) entre lesquelles se divisait les membres ordinaires des communautés semblent avoir correspondu à des modes particuliers d’usufruit de la terre. Au début du XIXe siècle, on nommait ainsi originaire le chef de famille qui jouissait d’une terre grevée d’un tribut annuel de 7 à 24 pesos, et agrégé ou forain celui qui versait 3 à 5 pesos l’an. Bien que membres d’une même famille, et fils d’un même père, certains pouvaient être originaires, d’autres agrégés ou forains. Il semble même que dans le cours de la vie, ce statut pouvait varier.

42 AHLP, Ministerio de Hacienda, prefectura de La Paz, 1885, fos 296-305.

43 Dans le seul canton d’Achacachi, en 1893, 744 péons sont considérés comme rebelles par leur patron, sur un total de 1465 (AHLP, Minutas con el Ministerio de Hacienda, prefectura, 1893).

44 AHLP, Minutas con el Ministerio de Hacienda, prefectura, 1885. Cette année-là, les cantons de Ayo-Ayo, Caravi, Taquingora, San Andrés de Machaca, Mohoza, Copacabana, Paria, Turuguara, Topoco, Ancoraimes, Huaicho, Santiago de Huata et Umala présentèrent des plaintes collectives. En 1890, on enregistra 190 plaintes collectives d’Indiens réclamant la suspensions des revisitas (Informe del prefecto de La Paz, 1891).

45 La grande et puissante communauté Jesús de Machaca, qui se souleva le 12 mai de 1921, avait revendiqué la propriété de ses terres collectives en vertu d’une cédule royale datant de 1582. Choque Roberto, 1979.

46 Selon les Informes del administrador del Tesoro público de La Paz, de 1885 à 1890 (il manque ceux de 1887 et de 1889).

47 Informe del prefecto de La Paz, La Paz, imp. « El Comercio », 1894, p. 4. « Disminución de las rentas fiscales, detrimento del servicio público, tumultos y perturbaciones del orden, amenazas de levantamiento por un lado ; y por otro ninguno de los beneficios que se propusieron los legisladores en favor de la raza indíge a : he aqui por lo general el resultado de las revisitas en el departamento de La Paz ».

48 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (Paris) [Amae], Bolivie, politique intérieure, dossier général, tomo I (1894-1899), dépêche du 28 décembre 1898, f° 123 v.

49 Id., dépêche du 1er février 1899, f° 155 v

50 Id., dépêche du 29 janvier 1899, f° 143 v.

51 Id., dépêche du 31 janvier 1899, f° 151 v

52 AHLP, Proceso de Mohoza, cuerpo n° 8, p. 24, séance du 24 juillet 1901.

53 AMAE, Bolivie, politique intérieure, dossier général, tome I (1894-1899), dépêche du 19 mai 1899, f° 192 v.

54 AHLP, Proceso de Mohoza, cuerpo n° 4, réquisitoire, f° 129 v.

55 Demélas M.-D., 1985, n° 44, p. 91-111.

56 Condarco Morales Ramiro, 1983.

57 Informe del prefecto y comandante general del departamento, La Paz, imp. « El Telégrafo », 1898, p. 4, 6, et 7.

58 Grieshaber (Erwin P.), 1991, p. 135.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540