Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914)

 | 
Marie-Danielle Demélas
, 
Nadine Vivier

Deuxième partie. La propriété collective en Amérique latine

Les terres de communautés au Guatemala au xixe siècle

Hans-Jurgen Prien

Texte intégral

  • 1 Rojas Lima Flavio, 1992, p. 212.
  • 2 Grangin Greg, 1997, p. 213.

1À la fin de l'époque coloniale, les formes de la propriété autant que celles de l'accès à la terre devinrent de plus en plus conflictuelles. Dans ce contexte, on oublie fréquemment que les orientations en faveur du libéralisme économique figuraient déjà dans la constitution de Cadix, promulguée en 1812. Il y était pourtant énoncé que les propriétés de la Couronne ainsi que les terres communales passeraient au régime de la propriété privée. En même temps que les députés adoptaient ces propositions et d'autres qui relevaient d'une même inspiration libérale, ils décrétaient l'égalité des Indiens et des Européens, une disposition théorique qui ne pouvait guère avoir d'effet dans le contexte américain1. Issu de ces antécédents, le problème central de l'histoire du Guatemala au xixe siècle peut s'interpréter comme celui des efforts réalisés par les libéraux pour créer un marché de la terre et un État fondé sur leur hégémonie politique et militaire, voire culturelle2.

  • 3 Casaus Arzú Marta, 1999, p. 787, 790.

2Si l'on met l'accent sur la question des biens et des terres de mainmorte, le problème des terres des communautés indiennes présentait deux aspects : l'un culturel, l'autre économique. Si le libéralisme de la seconde moitié du xixe siècle prétendait fonder l'exclusion des Indiens de la nation dans le cadre d'une dichotomie barbarie-civilisation, il semblait logique de dépouiller ceux-ci de leurs terres communales afin de les contraindre à se convertir en petits propriétaires, « la propriété communale constituant l'un des principaux freins au progrès3 ». Autrement dit, devenus petits propriétaires, les Indiens échapperaient à la barbarie.

Les prémisses du libéralisme

3Au Guatemala, les libéraux de la première génération s'étaient emparés du pouvoir au sein de la fédération centraméricaine après une guerre civile (1826-1829). Sous l'influence des idées européennes, ils se proposèrent d'imposer le progrès au pays.

  • 4 Miceli Keith L., 1974, p. 72.
  • 5 Lorsque le général libéral Francisco Morazán, qui s’était soulevé au Honduras, parvint à s’emparer (...)
  • 6 Bendaña R., 1985, p. 250. Dans la même intention, Gálvez encouragea plusieurs réformes de l’éducat (...)

4Le gouverneur Mariano Gàlvez, élu chef de l'État en 1831, jugea nécessaire d'effectuer une rupture d'avec le passé colonial afin de transformer le Guatemala en un État éclairé4. Ce projet impliquait la suppression des privilèges de certains groupes, au premier rang desquels le clergé. Pour cette raison, le gouvernement procéda au désamortissement des gigantesques propriétés foncières de l'Église catholique et des ordres religieux au cours des années 1825-18385. Sous le gouvernement de Gàlvez, les terres de l'Église furent distribuées aux agriculteurs qui en firent la demande afin de promouvoir une production capitaliste, conformément aux idées de l'époque6.

  • 7 Escuela facultativa de Ciencias Económicas de Occidente y Comité interamericano de desarrrollo agr (...)

5En 1825, l'assemblée contituante avait promulgué la première loi agraire, sur un total de 18 qui furent édictées jusqu'en 1866. Conséquence de cette première décision, un autre problème apparut lorsque l'on transféra les terres collectives à des propriétaires privés. La possibilité de leur acquisition par les membres des classes démunies fut automatiquement écartée. Ainsi fut préservée une hiérarchie sociale fondée sur la propriété de la terre7. Il se produisit également des abus :

  • 8 Rojas Lima F., 1992, p. 212.

« en s'appuyant sur l'héritage de la constitution de Cadix, sur le décret fédéral de 1825 et sur les idées des courants libéraux [...], de nombreux particuliers commencèrent à dénoncer comme terres disponibles (baldias) les anciens communaux des Indiens8 ».

6Aussi les terres collectives des villages indiens ne restèrent pas inviolables bien longtemps.

  • 9 Piedra-Santa A., p. 34 : « Ejido (du latin Exitu) : terre commune à tous les vecinos d’un village  (...)
  • 10 Rojas Lima F. citant Pineda De Mont Manuel, 1979, p. 677.
  • 11 Mccreery D., 1983, p. 55 sq.

7Ensuite, la propriété communale fut menacée directement par la déclaration de l'Assemblée nationale d'avril 1836 en vertu de laquelle le gouvernement pouvait autoriser les municipalités à vendre leurs ejidos9, leurs communaux (propios) et jusqu'aux biens des confréries10. En raison des clauses protectrices des lois des Indes, ces ventes étaient peu fréquentes ; elles auraient, en outre, été difficiles à réaliser. À travers les nouvelles dispositions, on essaya de mettre fin à la protection dont bénéficiaient ces fonds. Ce qui eut pour conséquence de permettre à tous ceux qui les avaient acquises dans des conditions jugées jusqu'alors illégales de pouvoir légaliser leur possession en payant 10 % de la valeur de ces terres au gouvernement11.

  • 12 Id., p. 56, se référant à Pineda De Mont M., 1979, p. 679-680. Dans ce contexte, il faut rappeler (...)
  • 13 Mccreery D., p. 56, citant Ingersoll H. M. B., 1972, notamment le chapitre 2. Woodward Ralph C., 1 (...)
  • 14 Voir les exemples cités par Mccreery D., p. 56. En revanche Robert A. (1967) minimise les effets d (...)

8En août 1836, les libéraux firent un pas de plus en annonçant une nouvelle loi qui transformerait tous les ejidos en propriétés privées. En outre, le gouvernement n'accorderait plus désormais ddejidos à des communautés12. Une menace très concrète s'éleva de la sorte contre les ejidos. Afin de mettre fin aux contestations, le gouvernement institua des commissions de contrôle chargées de répartir les terres individuellement. Bien que la loi fût suspendue par l'Assemblée nationale en novembre 1837, sa promulgation fut reçue favorablement par tous ceux qui en attendaient un bénéfice. Un an plus tard, elle contribua au déclenchement de la rébellion de Rafael Carrera13. En fait, la loi avait favorisé l'usurpation des terres indigènes par les ladinos (métis) et y compris par les gouverneurs de province14.

La réaction conservatrice (1839-1871)

9Ces mesures qui menaçaient la survie des communautés traditionnelles suscitèrent des protestations de la part des ladinos et des Indiens des hautes terres orientales dont le principal dirigeant fut Rafael Carrera, un métis pauvre qui avait épousé une Indienne.

  • 15 Kurtenbach Sabine, Guatemala, 1998, p. 25.

« Il s'agit jusqu'à présent de la seule rébellion dans laquelle s'unirent Indiens et métis pauvres ; elle est restée profondément gravée dans la mémoire de l'oligarchie guatémaltèque et a orienté pour longtemps sa perception des conflits sociaux15 ».

  • 16 Mccreery D., p. 78.
  • 17 Cambranes, 1985, p. 89. Cet auteur cite en exemple le conflit de San Juan Sacatepéquez, en mai 184 (...)

10Le soulèvement rural sous la direction de Carrera (1837-1839) ne fut pas seulement provoqué par les lois agraires mais aussi par une série de mesures prises par le gouvernement libéral. Ses partisans désignèrent Carrera comme le « Roi des Indiens » ou encore le « Fils de Dieu » ou « Notre-Seigneur16 ». Mais on discute encore de son apport réel en faveur du sort des paysans. On affirma aussi que la sympathie que Carrera et les conservateurs manifestèrent à l'égard des requêtes et des plaintes formulées par la population paysanne était plus symbolique que suivie d'effets. Mais ce qui apparaissait le plus évident chaque fois qu'un conflit éclatait, c'était l'impossibilité d'établir un accord entre exploités et exploiteurs et de donner satisfaction aux plaignants17.

  • 18 Id., p. 85.

11Aussi, l'une des premières conséquences de la rébellion fut, paradoxalement, de remettre en vigueur certains aspects de la législation coloniale. En effet, en dépit du fait que les indigènes bénéficiaient du statut de citoyens depuis la Constitution fédérale de 1824, et qu'ils furent reconnus tels par la Déclaration des droits de l'État et de ses habitants, ils étaient tenus dans un rang inférieur. C'est pourquoi l'Assemblée nationale de 1839 créa une Commission permanente pour la protection et la promotion des Indiens qui remit en vigueur toutes les lois protectrices de l'époque coloniale qui n'entraient pas en contradiction avec la législation républicaine18.

  • 19 Mccreery D., 1983, p. 57.

12Il faut souligner qu'en se fondant sur l'accord de Guadalupe conclu en 1844 avec les conservateurs, Carrera avait créé la magistrature de juge protecteur des intérêts des Indiens et de la paysannerie indigène, mais que ni Carrera ni les conservateurs ne manifestèrent beaucoup d'activité en faveur des indigènes après le milieu des années 1840. L'assemblée dominée par les conservateurs ne conçut pas de nouvelle loi agraire avant 1863, et celle-ci ne prévoyait que des aménagements mineurs des lois libérales de 1825 et de 1829. Ces mesures eurent si peu d'importance pour le régime que l'Assemblée, qui les oublia et ne les redécouvrit pas avant 1870, ne fit rien pour promulguer la loi avant le retour des libéraux au pouvoir19.

  • 20 Sanford A. Mosk, p. 163.
  • 21 Id., p. 69 sq, en référence à la lettre du corregidor de Retahueu, Nazaro de Toledo, au ministre d (...)

13Les menaces pesant sur les propriétés collectives s'inscrivaient dans un contexte rural nouveau dans lequel les cultures traditionnelles commençaient de disparaître. Si l'exportation de la cochenille, qui avait représenté avec le pastel le principal produit d'exportation depuis la période coloniale20, augmenta encore au cours de la première moitié du xixe siècle, « cet accroissement fut cependant de courte durée car peu après 1850 la cochenille commença à souffrir de la forte concurrence des colorants chimiques21 ». Bien que la production de cochenille fût exclusivement entre les mains des indigènes, ce furent les ladinos qui, en tant qu'intermédiaires et commerçants, en avaient tiré le plus de profit.

  • 22 Mccreery D., p. 161, 164 sq. Cambranes (p. 90) observe : « Après l’indépendance, beaucoup de ladin (...)

14Dans le même temps, la culture du café se développait. Elle offrait des profits substantiels et, dès 1863, le secteur le plus agressif et dynamique de la classe dirigeante fut convaincu de ce que le développement du Guatemala, à travers l'augmentation de la production de café, exigerait l'expropriation de la propriété communale, sacrifiant ainsi les intérêts de la majorité de la population en faveur d'une minorité active et ambitieuse. Ainsi, à partir des années 1860, l'exportation de café bouleversa la situation des campagnes. Les villages indigènes qui affermaient des terres aux métis pour produire du café les perdaient à jamais car ces ladinos ne payaient presque jamais leur fermage en prétendant qu'ils disposaient, eux aussi, d'un droit d'usufruit des terres communales. Dans d'autres villages, les ladinos s'emparaient de leur administration et réservaient une grande partie des ejidos pour eux ou les vendaient à leur profit22.

15Sous la présidence de Carrera (1844-1848, et 1849-1865), il se produisit un rapprochement entre les créoles de l'oligarchie blanche et les métis jusqu'alors exclus, ces derniers pouvant dès lors accéder à une promotion dans le domaine économique et dans l'armée.

Libéralisme tardif et positivisme (1871-1944)

  • 23 Torres Rivas Edelberto, 1984, p. 139-173.

16La paix, l'éducation et la prospérité matérielle représentèrent la devise des libéraux de la République du café. Et, en vertu des principes libéraux, on considéra la propriété privée comme la condition indispensable du progrès23. Avec la victoire militaire des libéraux en 1871, prit fin l'ère conservatrice et cléricale qui avait duré depuis 1839.

  • 24 Gudmunson, op. cit., p. 53, se réfère à l’œuvre de l’agronome allemand Louis Wolfram, 1887.

« Les conservateurs croyaient que l'on pouvait accroître la production agricole sans que fût nécessaire une appropriation privée de la terre, opinion que ne partageaient évidemment pas des hommes comme Justo Rufino Barrios ou l'agronome Wolfram24 ».

17Le modèle idéologique des libéraux venait de France et le modèle politique de Mexico. Les libéraux souhaitaient un État plus fort et moderne.

  • 25 Piedra-Santa A., op. cit., p. 38.

« C'était l'époque où l'État s'efforçait d'ouvrir des voies de communication vers la côte, et l'on croyait que le chemin de fer apporterait la félicité au pays. De la même façon, on était persuadé que l'immigration de paysans étrangers entraînerait automatiquement la prospérité, c'est pourquoi l'on autorisa la concession gratuite de terres aux immigrants et des voies de communication aux entrepreneurs25 ».

  • 26 Mosk Sanford A., Economía, op. cit., p. 164 sq. Selon cet auteur, la propagande en faveur du café (...)

18À partir de 1845, on put noter un encouragement en faveur de la culture de café tant de la part de la Société économique que de celle du gouvernement, politique qui atteignit son apogée dans les années 186026. Les efforts pour augmenter la production de café continuèrent sous la présidence de Rufino Barrios qui était également producteur de café, et il encouragea systématiquement l'exportation de café, de bananes et la culture du coton, le développement des infrastructures et l'immigration européenne.

  • 27 Calvert, 1985, p. 66 souligne également l’importance de la culture du coton, qui ne se développa c (...)

19Pour remplir ce programme, il fallait de nouvelles terres. Celles des communautés indiennes apparurent comme des réserves tout indiquées pour la culture de café. Cependant, en procédant à la confiscation des terres communales, Barrios agit avec plus de prudence que dans le cas des biens ecclésiastiques, car il voulait éviter une rébellion comparable à celle des années 1830. La majorité des indigènes ne fut pas touchée par cette mesure, car elle vivait dans des zones d'altitude trop élevée pour cette culture. De même l'on procéda à l'indemnisation des villages qui avaient perdu des terres en zone fertile et tempérée en leur attribuant de nouveaux terrains sur le haut-plateau. En outre, le gouvernement organisa rapidement l'affermage de terres communales à des particuliers pour la culture de produits d'exportation, comme cela avait été déjà le cas pour la production de cochenille27.

20Pour résumer, on peut affirmer que Rufino Barrios, entre 1873 et 1885, rendit possible, à travers la législation qu'il imposa, une accumulation primitive de capital permettant que les terres, le travail et les revenus des

  • 28 Kurtrnbach S., Guatemala, p. 36.

21Mayas devinssent accessibles aux besoins de la nouvelle économie du café et aux convoitises d'une bureaucratie en expansion28.

  • 29 Kurtenbach S., p. 27 et 43. Kaller, p. 240, commente que les élites, au nom de la fiction de l’Éta (...)
  • 30 Casaus Arzú M., p. 795.
  • 31 Naylor R. A., p. 629.

22En 1877, le gouvernement radicalisa les mesures de redistribution des terres. Le président Barrios continua de subvertir les règles de la propriété communale en renouvelant le processus de privatisation. On mit fin au cens emphytéotique, et l'on incita les familles qui avaient loué des terres communales et en avaient payé le loyer aux autorités municipales indigènes, à réclamer à l'État des titres de propriété privée29. Cela équivalait pour l'État à confisquer les terres des communautés indiennes. En outre, on déclara terres vacantes tous les terrains sur lesquels on ne cultivait ni café, ni canne à sucre, ni cacao, ni fourrage. Ces terres furent divisées et vendues. Leurs acheteurs étaient tenus de payer des impôts à l'État, mais ceux-ci étaient réduits quand les terres étaient consacrées à des cultures d'exportation, et notamment à la production de café. Le gouvernement commença de la sorte un vaste processus de redistribution de terres aux dépens des indigènes et favorable au secteur exportateur formé de riches métis et d'investisseurs étrangers30. Comme on peut l'imaginer, les partisans du nouveau régime figuraient parmi les premiers servis31.

  • 32 Kurtenbach S., p. 37.
  • 33 Fuentes Mohr A., 1968, p. 198. Piedra-Santa A., p. 33, 37 et 38.
  • 34 Id., p. 198.

23Ainsi le régime établi depuis 1871 mit fin à la paix relative dans laquelle avait vécu jusqu'alors la paysannerie, d'une part parce que la nouvelle législation qui exigeait l'enregistrement des titres de propriété permit à beaucoup d'usurper des terres de communautés, d'autre part parce que la demande de main-d'œuvre suscitée par la culture de café et sa cueillette provoqua une pénurie de travailleurs à laquelle on remédia en réintroduisant les formes coloniales de travail forcé32. Celles-ci furent également employées pour l'entretien des routes33. Bien que l'utilisation du travail forcé n'eût jamais cessé au Guatemala et se fût prolongée depuis l'époque pré-hispanique, elle s'intensifia pendant la période libérale, en contradiction flagrante avec « la philosophie libérale et ses postulats de la liberté de l'individu, du libre contrat, de la valeur du travail, de la libre concurrence, de la réduction de l'État, etc.34 ».

  • 35 Rojas Lima F., p. 215.

24Cambranes remarque qu'à la fin du xixe siècle, les projets défendus par les colons étrangers et leurs alliés nationaux ressemblaient fort à ceux des colonisateurs espagnols qui, en leur temps, avaient utilisé de même l'appropriation de terres à leur profit et employé des mesures coercitives pour obtenir de la main-d'œuvre indienne des services gratuits. En réaction, la paysannerie s'opposa avec violence à l'expansion des plantations de café sur ses terres expropriées, et ce n'est qu'en renforçant le système de militarisation de la main-d'œuvre des grandes propriétés et en créant des milices privées que les libéraux parvinrent à juguler ces résistances35. La violence des rapports sociaux qui a marqué les campagnes guatémaltèques jusqu'à la fin du xxe siècle était inscrite dans cette politique.

Bibliographie

Bibliographie

Bendana R., Guatemala, historia général de la Iglesia en América latina, t. VI,

América central (CEHILA), ed. Sfgueme, Salamanque, 1985.

Calvert Peter, Guatemala, a Nation in Turmoil, Boulder, Westview Press, 1985.

Casaus Arzû (Marta), « Los proyectos de integracion social del indio y el imaginario nacional de las élites intelectuales de Guatemala, s. XIX y XX », in Revista

deIndias, 1999, vol. LIX, n° 217.

Castellanos Cambranes Julio, Coffe and Peasants : the Origins of the Modern

Plantation Economy in Guatemala, 1853-1892, Stokholm, 1985.

Escuela facultativa de Ciencias Economicas de Occidente y Comité interamericano de desarrrollo agrfcola, Tenencia de la Tierra y desarrollo socio-econâmico del sector agricola en Guatemala, ed. Universitaria, Guatemala, 1971.

Fuentes Mohr Alberto, « Guatemala », in Véliz Claudio (éd.), Latin America and the Carribean. A Handbook, Londres, 1968.

Grangin Greg, « The Strange Case of “La Mancha negra”. Maya-State Relations

in Nineteenth Century Guatemala », in HAHR, 77, 2 (1997).

Ingersoll H. M. B., War in the Mountain : A Study of a Reactionary Peasant Insurgency in Guatemala, 1837-1873, Ph D., George Washington University, 1972.

Jones Chester Lloyd, Guatemala. Past and Present, Minneapolis, 1940.

Kurtenbach Sabine, Guatemala, 1998.

McCreery David, Rural Guatemala, 1760-1940, Stanford university, 1996.

Miceli Keith L., « Rafael Carrera, Defender and Promoter of the Peasant Interests in Guatemala, 1837-1848 », in The Americas, 31/1 (1974), 72-95.

Mosk Sanford A., « Economfa cafetalera de Guatemala durante el periodo 18501918 », in Arriola Jorge Luis (éd.), Economia de Guatemala.

Naylor Robert A., « Guatemala, Indian Attitudes Toward Land and Tenure », in Journal of Latin-American Studies, 9/4 (1967), p. 619-639.

Pineda de Mont Manuel, Recopilaciôn de las leyes de Guatemala, 3 vol., Guatemala,

1869-1872. Réédité en un seul volume en 1979.

Rojas Lima Flavio, Los indios de Guatemala. El lado oculto de la historia, Mapfre, Madrid, 1992.

Torres Rivas Edelberto, « Guatemala : medio siglo de historia polftica », in Casanova Pablo Gonzalez coord., América latina : historia de medio siglo, vol. 2, Siglo xxi, Mexico, 1984, p. 139-173.

Wolfram Louis, Principios elementares de la economia social sobre la civilizaciôn de lospueblosy losprogresos de la agricultura, Guatemala, tip. La Estrella, 1887.

Woodward Ralph C., « Social Revolution in Guatemala. The Carrera revolt », in Applied Enlightenment, Nineteenth Century Liberalism, 1830-1939, Middle American Research Institute Publication, n° 23, New Orleans, 1972.

Notes

1 Rojas Lima Flavio, 1992, p. 212.

2 Grangin Greg, 1997, p. 213.

3 Casaus Arzú Marta, 1999, p. 787, 790.

4 Miceli Keith L., 1974, p. 72.

5 Lorsque le général libéral Francisco Morazán, qui s’était soulevé au Honduras, parvint à s’emparer de la ville de Guatemala, le 29 avril 1839, il imposa José Francisco Barrundia pour chef d’État, luimême se réservant les fonctions de président de la Fédération. Inspiré par les idées du libéralisme économique du « laissez faire, laissez passer », il se heurta au pouvoir de l’Église catholique. Le 28 juin de la même année, il dissout tous les ordres religieux, et nationalisa toutes leurs propriétés. L’entrée dans les ordres fut interdite, les dîmes abolies, la publication des bulles pontificales interdites, et le congrès décida que les églises appartenant aux ordres religieux deviendraient le siège de paroisses aux mains du clergé séculier. En outre, l’archevêque Cassaus y Torres fut exilé en même temps que 176 religieux « pour avoir refusé de signer la déclaration d’indépendance ». Bendaña R., 1985, p. 245-254.

6 Bendaña R., 1985, p. 250. Dans la même intention, Gálvez encouragea plusieurs réformes de l’éducation et du système fiscal, il diversifia l’agriculture, fonda le premier atelier de typographie et les premières industries, implanta un nouveau code civil et confia au chanoine Juan José Aycinena la rédaction d’une Loi de garanties qui représente un modèle dans le domaine des droits de l’homme.

7 Escuela facultativa de Ciencias Económicas de Occidente y Comité interamericano de desarrrollo agrícola, 1971, p. 86 sq. Un autre auteur se montre moins critique : NAYLOR Robert A., 1967, p. 628.

8 Rojas Lima F., 1992, p. 212.

9 Piedra-Santa A., p. 34 : « Ejido (du latin Exitu) : terre commune à tous les vecinos d’un village ».

10 Rojas Lima F. citant Pineda De Mont Manuel, 1979, p. 677.

11 Mccreery D., 1983, p. 55 sq.

12 Id., p. 56, se référant à Pineda De Mont M., 1979, p. 679-680. Dans ce contexte, il faut rappeler que chaque village nouvellement fondé recevait jusqu’alors une lieue carrée de terre commune (1 lieue = 5,572 km).

13 Mccreery D., p. 56, citant Ingersoll H. M. B., 1972, notamment le chapitre 2. Woodward Ralph C., 1972. Miceli Keith L., 1974, p. 72-95.

14 Voir les exemples cités par Mccreery D., p. 56. En revanche Robert A. (1967) minimise les effets de cette législation en arguant de ce que la force des résistances culturelles indigènes permit la survie des terres collectives.

15 Kurtenbach Sabine, Guatemala, 1998, p. 25.

16 Mccreery D., p. 78.

17 Cambranes, 1985, p. 89. Cet auteur cite en exemple le conflit de San Juan Sacatepéquez, en mai 1847, au cours duquel les chefs indigènes furent sévérement sanctionnés par les autorités conservatrices afin de protéger les intérêts des ladinos. Agca, B1, foliador n° 28538, dossier n° 18. Campranes ajoute (p. 90) : « De nombreux documents témoignent de ce que les représentants du gouvernement conservateur forçaient les Indiens à des services personnels et que leurs plaintes en justice n’étaient pas prises en considération ». Il affirme enfin que la plupart des mesures prises par les conservateurs en faveur des Indiens étaient inapplicables.

18 Id., p. 85.

19 Mccreery D., 1983, p. 57.

20 Sanford A. Mosk, p. 163.

21 Id., p. 69 sq, en référence à la lettre du corregidor de Retahueu, Nazaro de Toledo, au ministre de l’Intérieur, du 21 mars 1863. Agca, foliador n° 28593.

22 Mccreery D., p. 161, 164 sq. Cambranes (p. 90) observe : « Après l’indépendance, beaucoup de ladinos s’étaient établis sur des terres de communautés et, comme le notait un corregidor en 1866, ils n’avaient jamais été inquiétés depuis par les autorités conservatrices ». Piedra-Santa affirme également (Introducción, p. 36) : « Le café suscita une forte demande de terres, beaucop d’entre elles étant occupées sans avoir été payées ». Gutmundson (op. cit., p. 46) observe simplement : « Les fermiers et les métayers, presque toujours métis, devaient payer les fermages et s’engageaient à produire des cultures commerciales ».

23 Torres Rivas Edelberto, 1984, p. 139-173.

24 Gudmunson, op. cit., p. 53, se réfère à l’œuvre de l’agronome allemand Louis Wolfram, 1887.

25 Piedra-Santa A., op. cit., p. 38.

26 Mosk Sanford A., Economía, op. cit., p. 164 sq. Selon cet auteur, la propagande en faveur du café commença en 1845 avec le publication d’une brochure de Manuel Aguilar.

27 Calvert, 1985, p. 66 souligne également l’importance de la culture du coton, qui ne se développa cependant qu’après la seconde guerre mondiale.

28 Kurtrnbach S., Guatemala, p. 36.

29 Kurtenbach S., p. 27 et 43. Kaller, p. 240, commente que les élites, au nom de la fiction de l’État-nation moderne exercent leur violence contre la « culture primitive » des indigènes dans le but de les « désindianiser » comme l’écrit Bonfil Batalla.

30 Casaus Arzú M., p. 795.

31 Naylor R. A., p. 629.

32 Kurtenbach S., p. 37.

33 Fuentes Mohr A., 1968, p. 198. Piedra-Santa A., p. 33, 37 et 38.

34 Id., p. 198.

35 Rojas Lima F., p. 215.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23672/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540