Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914)

 | 
Marie-Danielle Demélas
, 
Nadine Vivier

Première partie. La propriété collective en Europe occidentale

Les biens communaux en Allemagne attaques, disparition et survivance (1750-1900)

Stefan Brakensiek

Volltext

  • 1 Bloch M., 1930, étude concernant la vaine pâture.
  • 2 Abel W., 1967, p. 307-311.

1Marc Bloch a décrit la disparition des droits d'usages communautaires en termes de « lutte pour l'individualisme agraire ». Comme nous le savons, cette lutte ne fut que partiellement couronnée de succès en France1. Au contraire, en Allemagne, on dit que les communaux ont disparu de façon bien plus radicale au tout début du xixe siècle. Dans de nombreuses régions du pays, la privatisation des terres collectives, le remembrement et l'abolition des droits d'usage auraient clos toutes les revendications des collectivités sur les terres2.

  • 3 Schlitte B., 1886 ; Dagott E., 1934 ; Dipper C., 1980, p. 50-92 ; Achilles W., 1993, p. 101-109, 1 (...)
  • 4 Behrend H., 1964 ; Ast-Reimers I., 1965 ; Prange W., 1971.

2Mais est-il vrai que la disparition des communaux en Allemagne ait eu lieu de façon aussi rapide et globale ? Comme nous le verrons, cette affirmation n'est fondée que sur le cas de la Prusse. La réalité est bien différente dans d'autres régions. L'ensemble du territoire allemand n'a pas connu un processus uniforme3. C'est ainsi que l'on peut déceler, par exemple, plus de similarités entre les régions voisines du nord de l'Allemagne et du Danemark qu'au sein de l'ensemble de l'Allemagne4. Je ne pourrai donner ici qu'un résumé relativement simplifié de ce processus dans trois régions. Tout d'abord, nous observerons le Sud-Ouest, caractérisé par ses villages nucléaires, son open-field, ses obligations seigneuriales légères, un vif sens de l'égalité entre les paysans, et des communautés fortes. Dans un second temps, nos regards se tourneront vers le Nord-Ouest à l'habitat dispersé, aux fortes disparités sociales dans la population rurale, au contrôle étroit par les seigneurs et princes, et aux communautés comparativement plus faibles. Enfin, nous nous pencherons sur les provinces prussiennes, au Nord-Est, une région où la paysannerie est étroitement subordonnée à ses maîtres et où les communautés luttent pour obtenir une faible marge de manœuvre.

Le débat public autour des communaux

  • 5 Frauendorfer S., 1957, p. 155-198 ; Abel W., 1967, p. 288-299 ; Müller H.-H., 1975 ; Achillesw., 1 (...)

3Qu'y a-t-il de commun à l'ensemble du territoire allemand ? Vers le milieu du xviiie siècle, débute comme ailleurs en Europe, un intense débat concernant la privatisation des communaux et la possibilité d'enclore les terres. Le public éclairé a une opinion très négative sur les propriétés et les usages collectifs. Il rejette tous ces usages comme étant des pillages pernicieux. À un moment où les progrès de la productivité agricole en Angleterre sont érigés en modèle, les partisans de la réforme agraire en Allemagne voient dans le partage des communaux et dans les enclosures, les moyens nécessaires pour rattraper l'Angleterre. Ils espèrent que de telles réformes stimuleront l'amélioration des méthodes agraires aussi bien sur les petites exploitations que sur les grandes. Partage des communaux et enclosures s'inscriraient dans un programme global de développement qui ne pourrait être initié et mené à bien que par l'État, étant donné l'ignorance de la population rurale, et l'archaïsme économique. L'idée est d'autant plus convaincante que ces deux mesures seraient bénéfiques sans introduire de changement substantiel dans les domaines politique ou social, c'est-à-dire sans coût pour les privilégiés. Ainsi, l'introduction de l'individualisme agraire présente, en Allemagne, les caractères d'une réforme imposée d'en haut5.

  • 6 Brakensiek S., 1991, p. 394-419 ; Brakensiek S., 1994.
  • 7 Schneider K.-H., 1989 ; Prass R., 2000.

4Pourtant, il apparaît évident, dès que l'on se penche sur la question, que le partage des communaux n'a pas pu aboutir dans un temps court et à la seule initiative des autorités. En réalité, le processus a duré plus d'un siècle, de 1770 à 1900. Cela est dû à l'existence de législations différentes selon les États allemands, ainsi qu'à la volonté, ou non, de coopération des communautés villageoises concernées6. Ces conditions seront présentées afin d'identifier les facteurs qui ont accéléré ou retardé la réforme. Dans chaque village, les décisions concernant les modalités de partage des communaux, et leurs résultats, dépendaient de l'attitude de nombreuses personnes : les employés de l'État, les propriétaires, les paysans aisés et les manouvriers7.

  • 8 Middendorff R., 1927 ; Meyer G., 1965 ; Golkowsky R., 1966 ; WRASE S., 1969 ; Prangew., 1971 ; Zim (...)
  • 9 Brakensiek S., 1991, p. 108-126, 419-424.

5Les premières mesures législatives encourageant à la privatisation des communaux et donnant les lignes directrices, sont prises dans les trois dernières décennies du xviiie siècle. Des commissions sont constituées dans la plupart des États allemands, avec pour mission d'accomplir ces réformes en quelques années8. Toutefois, les obstacles se révèlent rapidement bien plus considérables que prévu. Dans quelques petites régions, les communaux sont privatisés dès avant 1800 : ce processus, important au niveau local, reste marginal pour l'ensemble du territoire allemand. Il montrait pourtant que la division des communaux était possible et avait des effets bénéfiques. Encouragés par ces exemples, les partisans de la réforme ont réclamé de nouvelles mesures9.

  • 10 Zimmermann C., 1998.
  • 11 Frauendorfer S., 1957, p. 350-362 ; 386-402 ; Prass R., 1997, p. 276-291 ; Radkau J., 2000, p. 90- (...)

6Le débat public subit au cours du xixe siècle des changements fondamentaux. À partir des années 1830, certains intellectuels commencent à glorifier les anciens usages collectifs car ils voient en eux une institution par laquelle l'égalité des hommes libres se serait transmise des Germains jusqu'aux temps modernes. Après la révolution de 1848, des observateurs imaginent dans les communaux l'instrument d'une politique sociale, capable de stabiliser les masses prolétariennes. Cette idée se renforce durant la période d'industrialisation intense. Les anciennes propriétés collectives, et les coopératives agricoles constituées récemment, sont amalgamées et présentées comme une forme alternative de capitalisme, caractérisée par des entrepreneurs conscients de leurs responsabilités sociales, et des travailleurs qui ne seraient pas des prolétaires. L'idéal est incarné dans le Arbeiterbauer10, le paysan-travailleur, celui qui possède une maison, quelques parcelles de terre et des droits d'usage. Il doit travailler à l'usine pendant que sa femme cultive les terres. Les conservateurs croient qu'un tel Arbeiterbauer serait à l'abri des atteintes du socialisme et du syndicalisme. Ainsi, durant le xixe siècle, le courant en faveur de la réforme agraire perd de sa force ; des critiques s'élèvent contre ses désastreuses répercussions sur l'ordre social et contre le mépris des autorités pour la beauté des paysages traditionnels qui ne sont pas pris en considération par des procédures trop uniformes11.

  • 12 Lette W. A. et Rönne L., 1853 ; Meitzen A., vol. 1, 1868, p. 391-417 ; Schlitte B., 1886, p. 155-2 (...)

7En même temps que le débat public perd de sa simplicité, des instances administratives, dotées d'un personnel qualifié, sont créées dans la plupart des États allemands pour régir l'agriculture. La législation concernant tous les aspects juridiques du partage des communaux est alors élaborée. Au xviiie siècle, on avait tenté de contrôler ces réformes par quelques décrets. Si on compare ces textes assez brefs avec la législation kafkaïenne du xixe siècle, on est frappé par cette expansion du processus de réglementation12.

  • 13 Brakensiek S., 1991, p. 84-93 ; Prass R., 1997, p. 50-68, 157-190.

8Les répercussions de ces transformations sur la société rurale sont difficiles à exagérer. Au xviiie siècle, les paysans avaient tendance à ignorer les appels aux changements émanant d'écrits théoriques. L'inobservation des mesures gouvernementales était en général sans conséquence ; dans la plupart des régions où les paysans s'y opposaient, les partages n'avaient pas lieu. En revanche, au xixe siècle, la présence constante de représentants de l'administration de l'agriculture change la perception que les populations rurales peuvent avoir des réformes. L'agent du changement est omniprésent et ne peut plus être ignoré13. En conséquence, l'opinion se transforme dans les villages : peut-être le partage des communaux présente-t-il des avantages ? Comment les diverses régions d'Allemagne répondent-elles à cette question ? C'est ce que nous essaierons de voir maintenant.

L'Allemagne du Sud-Ouest

  • 14 Hippelw., 1977 ; Zimmermann C., 1983 ; Warde P., 2002.
  • 15 Blickle P., 1991 ; Kaschubaw., 1991.
  • 16 Knapp T., 1919, p. 80-104 ; Bader K. S., 1962, p. 54-62, 116-182 ; Wehrenberg D., 1969 ; STROBEL A (...)

9Ce développement sur les biens communaux du Sud-Ouest de l'Allemagne repose principalement sur les travaux de Wolfgang von Hippel, Clemens Zimmermann et surtout Paul Warde14. La région se caractérise par un émiettement du pouvoir seigneurial, un village pouvant être soumis à plusieurs suzerains. Sur la plupart des territoires les seigneurs ne détenaient que quelques prérogatives, avaient du mal à exercer leur autorité souveraine, l'homme du peuple (Gemeiner Mann) n'était pas confronté à un trop fort pouvoir des nobles ou des princes15. L'Allemagne du Sud-Ouest était essentiellement une région de peuplement concentré en villages nucléaires. Le système de l'open-field y était courant, soumettant l'agriculture à de strictes règles communautaires. L'utilisation des champs appropriés et des communaux était un sujet important sur lequel s'est fondée l'unité sociale et politique de la communauté villageoise, au début de la période moderne. De plus, les communaux étaient l'expression matérielle et légale d'une économie morale centrée sur la reproduction du ménage16.

  • 17 Ellering B., 1902 ; Jänichen H., 1970, p. 199-214.

10Les communaux s'étendaient sur de grandes surfaces boisées, tandis que les landes et pâtures étaient réduites à quelques parcelles. Mais les usages collectifs ne se limitaient pas aux propriétés collectives. Beaucoup de propriétés privées, champs, prairies et bois, y étaient soumises et pouvaient être utilisées par les autres habitants : bestiaux envoyés sur les chaumes et jachères, envoyés aussi sur les prairies au printemps, puis après la coupe de l'herbe ; ramassage du bois mort et pâturage des bêtes dans les forêts privées. D'autre part, les autorités locales louaient des parcelles de communaux à mettre en culture. Ainsi, biens communaux et droits collectifs concernaient une large part de l'agriculture17.

  • 18 Wunder H., 1986 ; Wunder H., 1987.
  • 19 Bader K. S., 1962 ; Sabean D. W., 1998, p. 37-62. L’héritage égal couvre de plus grandes régions, (...)

11Dans la plupart des villages, l'institution politique de la commune (Gemeinde) gérait les communaux et les droits d'usage. La Gemeinde était de toute façon une institution à double-face. Représentant d'un côté le niveau inférieur de l'organisation administrative avec toutes les conséquences de la genèse de l'État moderne (devoir de fixer les actes administratifs par écrit, connaissance rudimentaire du droit administratif, exercice de la justice basse), elle fut d'un autre côté très libre dans l'exercice de ces devoirs18. Les affaires propres à la Gemeinde furent gérées par un conseil communal présidé par un maire, organisme qui se recrutait parmi les membres d'une petite élite locale. Les actions de ce conseil, notamment quand il s'agissait de modifications concernant la propriété foncière communale, ne furent soumises qu'au contrôle de l'assemblée communale, composée des hommes mariés, chefs de ménage. Contrairement à d'autres régions, l'héritage égal prévalant dans le Sud-Ouest faisait que les différences sociales n'étaient pas fortement marquées, et le nombre des hommes exclus de l'assemblée était donc remarquablement faible19.

  • 20 Ellering B., 1902 ; Hook K., 1927 ; Kaschubaw. et Lipp C., 1982, p. 5-7, 151-153.

12La croissance de la population augmentait naturellement la demande de terres, si bien que des défrichements ont grignoté les terres communales durant l'époque moderne. Cette clôture de parcelles prises sur les communaux n'entraînait pas forcément leur privatisation ; souvent l'assemblée communale dirigeait le mouvement et louait les parcelles aux habitants intéressés. À la fin du xixe siècle, ces champs cultivés individuellement constituaient une part significative des terres appartenant à la collectivité, en particulier là où avait été introduit l'élevage à l'étable20.

  • 21 Warde P., 2002, p. 200-210.

13Les usages collectifs étaient englobés dans de plus larges desseins politiques étant donné qu'ils étaient gérés par une institution participative telle que la Gemeinde. Beaucoup de villageois espéraient que la commune les utiliserait pour assurer la subsistance des ménages, comme un droit naturel de tous les habitants21.

  • 22 Zimmermann C., 1983, p. 161-168 ; Zimmermann C., 1989 ; Warde P., 2002.
  • 23 Schlitte B., 1886, p. 1180-1215, 1241-1292 ; Dagott E., 1934, p. 119-128 ; Hippel W., vol. 1, 1977 (...)

14Ceci ne signifie pas que tous les habitants avaient un égal droit de jouissance. Comme l'élevage du gros bétail était en gros réservé aux paysans aisés, ceux-ci avaient un certain intérêt dans la préservation des pâturages communaux. Les propriétaires de petites exploitations par contre visaient plutôt le glanage, le ramassage de bois de chauffage et la mise en pâture des oies et des chèvres. Normalement, les plus riches fermiers étaient favorisés par cette exploitation des communaux, ce qui les incitait à résister à la privatisation. Au contraire, les pauvres, à la fin du xviiie siècle, voyaient dans le partage des communaux un moyen de devenir propriétaires22. Cette ambition était étayée par une idéologie économique favorisant l'expansion de la population, et poussant les gouvernements à accorder le plein droit de jouissance aux pauvres, jusqu'ici désavantagés dans ce domaine. En bien des endroits, cette politique réussit, en particulier en Wurtemberg, alors que le pays de Bade s'attacha surtout à la privatisation des communaux23.

  • 24 Sabean D. W., 1990.
  • 25 Zimmermann C., 1989, p. 145-168 ; Sabean D. W., 1990, p. 38-60.

15David Sabean met en valeur la transformation des sociétés rurales d'Allemagne du Sud-Ouest en une société de classe à partir du milieu du xviiie siècle, en dépit d'une tradition égalitaire24. Au cours de ce processus, les communaux devenaient de plus en plus un objet de conflit. Comme certains groupes privilégiés réussissaient à restreindre l'accès aux communaux, un différent surgit au sein de l'assemblée communale entre les désavantagés et ceux qui avaient le droit de pleine jouissance. Quand au xixe siècle, l'égalité juridique a progressé pour les ayants droit, on a cherché une solution, soit sur la base de l'égalité traditionnelle d'accès aux communaux, soit par la séparation en deux corps, la Gemeinde au sens politique d'une part, et la Realgemeinde, association privée des ayants droit à la jouissance, d'autre part25.

  • 26 Zimmermann C., 1999.

16Lorsque les gouvernements ont promulgué des lois en faveur du partage des communaux et des enclosures, dans la seconde moitié du xviiie siècle, ils en ont rarement imposé l'application si l'élite du village manifestait une opposition. Il ne fait aucun doute que les liens existant entre les communaux et les institutions politiques relativement fortes qu'étaient les Gemeinde, a rendu le Sud-Ouest de l'Allemagne très résistant aux innovations venues d'en haut. Si un individu rompait l'unité de la commune, de violents conflits éclataient. Ce fut le cas dans les villages où un seigneur ou un régisseur adepte du progrès décidait d'introduire des transformations26.

  • 27 Brakensiek S., 1991, p. 399-404 ; Kopsidis M., 1996.

17Les réserves des populations rurales envers le partage des communaux tenaient à leur scepticisme, totalement justifié, sur la rentabilité à court terme des lourds investissements entraînés par une telle opération. Ce scepticisme n'était pas l'expression d'un conservatisme des ruraux, comme il a été si fréquemment répété jusqu'à aujourd'hui. Pour que les réformes agraires réussissent, il était essentiel que les produits agricoles puissent être vendus à des prix attractifs. Les paysans ne pouvaient être prêts à accepter les risques que lorsque les perspectives de profit devenaient réelles27.

  • 28 Prass R., 1997, p. 127-144.

18Les réticences envers ces réformes imposées d'en haut n'ont pas empêché une large diffusion des améliorations, en particulier celles liées à la stabulation du bétail. Les villageois n'étaient pas aveuglément attachés à leurs usages, même lorsque leurs droits légaux reposaient sur les coutumes. Au contraire, ils introduisaient des innovations dans les modes d'utilisation des ressources communes. C'est pourquoi, dans un grand nombre de ces villages du Sud-Ouest, les communaux sont restés jusqu'au xxe siècle, un élément essentiel de l'agriculture moderne28.

  • 29 Schlitte B., 1886 ; Scharnberg H.-H., 1964.

19Si l'on prend en considération la faiblesse des superficies de landes et pâtures communales, leur privatisation ne pouvait revêtir qu'un intérêt mineur, en comparaison des autres régions d'Allemagne. Pourtant, il faut souligner avec d'autant plus de force, l'impact révolutionnaire qu'eut le remembrement des parcelles extrêmement dispersées jusque-là. Mais ces mesures n'interviennent que vers la fin du xixe siècle29.

  • 30 Prass R., 1997.
  • 31 Hook K., 1927 ; Troßbach W., 1991 ; Mahlerwein G., 2001, p. 246-262.

20Il existe de bonnes raisons d'affirmer que ces conclusions ne sont pas valables seulement pour le Sud-Ouest de l'Allemagne. L'étude récente de Reiner Prass sur la privatisation des communaux et le remembrement aux alentours de Gôttingen, dans une région située bien plus au nord, suggère une attitude similaire de la population là où la communauté rurale, agglomérée en villages nucléaires, avait une forte cohérence30. C'était aussi le cas dans de larges régions centrales comme la Hesse31.

Allemagne du Nord-Ouest

  • 32 Wittich W., 1896 ; Schotte H., 1912 ; Mooserj., 1984, p. 95-122 ; Schneider K. H. et Seedorf H. H. (...)
  • 33 Müller-Willew., 1938 ; Müller-Willew., 1955 ; Müller-Willew., 1983 ; Brakensiek S., 1994, p. 143-1 (...)
  • 34 Wittich W., 1896, p. 117-146 ; Meyer zum Gottesberge, 1933 ; Mooser J., 1979 ; Hauptmeyer C.-H., 1 (...)

21Alors que la pratique de transmission égalitaire dominait dans l'Allemagne du Sud-Ouest et du centre, le Nord se caractérisait par la transmission à un seul héritier. Ici, les différences sociales étaient plus marquées au sein de la population rurale et le servage profondément enraciné. Bien que les paysans soient parvenus à obtenir la possession héréditaire de leur exploitation, avec des corvées relativement limitées, ils étaient obligés non seulement de payer des impôts en argent et en nature (céréales et bêtes), mais ils devaient obtenir la permission du seigneur pour se marier, vendre une part de leur ferme ou demander un prêt32. Une grande partie de l'Allemagne du Nord-Ouest n'a pas été touchée par la création de villages nucléaires au Moyen Âge. L'essentiel des établissements de population se firent au début de la période moderne, sous forme de hameaux traditionnels et de fermes isolées33. Les systèmes de culture variaient beaucoup, l'assolement triennal étant une exception. Dans le Nord-Ouest, les Gemeinden à fonctions multiples telles que nous les connaissons dans d'autres régions de l'Allemagne n'existaient que très rarement. Nous trouvons par contre différents corps locaux assurant séparément les fonctions tenues ailleurs par la seule commune : les paroisses avaient à leur charge l'entretien des églises et des écoles ; les coopératives s'occupaient de l'exploitation en commun des prés et des forêts ; le voisinage assurait l'assistance sociale. Les fonctions des communes (Bauerschaften) se définissaient essentiellement par les exigences de l'État territorial, lequel leur adressait ses décrets et leur réclamait les impôts. En raison de cette fragmentation des fonctions, la commune en tant qu'acteur politique était plutôt faible34.

  • 35 Jäger H., 1961 ; Schneider K. H. et Seedorf H. H., 1989, p. 80-101 ; Brakensiek S., 1991, p. 189-2 (...)

22Les plaines côtières possédaient de vastes étendues de marais et landes, utilisées collectivement. De ces sols majoritairement pauvres, on ne pouvait obtenir une récolte que par de gros efforts. Les terres cultivées étaient réduites à de petits champs cultivés sans assolement. La culture en continu du seigle dépendait de l'exploitation des terres incultes alentour : la couche superficielle de l'humus était prélevée dans les landes, compostée avec du fumier et importée dans les labours. Cette production céréalière supposait un rapport de un à dix entre terres cultivées et incultes. Aussi, dans les basses terres allemandes, les communaux ne connaissaient que cette utilisation extensive. Leur partage n'intervint pas avant le début du xixe siècle, mais il s'effectua rapidement avant 185035.

  • 36 Mooser J., 1984, p. 122-131 ; Brakensiek S., 1991, p. 94-126, 292-328.

23Dans les bassins plus fertiles et le pays de collines (Hûgelland) du Nord-Ouest, les conditions étaient totalement différentes. Ici, l'industrie du lin offrait des ressources à une population en croissance. Agriculture et industrie du lin étaient si étroitement liées que la production agricole tirait bénéfice de la croissance de la population. Les propriétaires aisés obtenaient la main-d'œuvre nécessaire, variable selon les saisons, en embauchant les petits fermiers ou métayers. De plus, ils tiraient profit de l'affermage des terres et des maisons à leurs fermiers qui vivaient essentiellement de cette industrie du lin. Dans ces régions, apparaissait une société tournée vers le marché. Ici, le partage des communaux pouvait connaître un succès rapide grâce à des facteurs favorables : les communaux étaient suffisamment fertiles pour que leur mise en culture soit envisagée, les systèmes de culture ne présentaient pas d'insurmontables obstacles. La population en croissance offrait la main-d'œuvre nécessaire et un marché pour la production agricole. L'organisation du travail était suffisamment souple pour assumer en même temps le maintien des exploitations des agriculteurs aisés et le défrichement des landes. Dans ces conditions, le partage des communaux commence dès avant 1770 et obtient des résultats tangibles avant la fin du xviiie siècle, et ce n'est pas seulement dû à l'efficacité exceptionnelle de la bureaucratie36.

  • 37 Schlitte B., 1886, p. 446-484, 531-610 ; Dipper C., 1980, p. 74-76 ; Schneider K. H. et Seedorf H. (...)

24Le remembrement n'eut pas lieu avant les trois dernières décennies du xixe siècle. En règle générale, les réformes agraires furent menées en trois étapes séparées et indépendantes : d'abord les terres en usage commun furent divisées, puis le plus souvent après 1848, les droits seigneuriaux furent convertis, enfin les parcelles dispersées appartenant à des exploitations agricoles furent remembrées en des parcelles plus rentables37.

  • 38 Brakensiek S., 1991, p. 116-117, 432-434.

25Lors de ce processus, les réalités sociales se transformèrent rapidement. Les répercussions des réformes furent très différentes selon les classes sociales. L'aristocratie perdit beaucoup plus qu'elle ne gagna. Bien que les indemnités compensant la perte des droits seigneuriaux aient permis à la noblesse l'agrandissement et la modernisation de ses domaines, ceci était loin de compenser la perte de leur domination sur les terres et les gens38.

  • 39 Frauendorfer S., 1963, p. 350-362, 413-448 ; Achillesw., 1993, p. 293-302.

26Il faut souligner le fait que, en Allemagne du Nord-Ouest, les réformes agraires n'ont jamais menacé les paysans. Bien que vivant dans le servage, leur dominium utile était si fortement enraciné, que lors de l'abolition de l'ordre féodal dans la première moitié du xixe siècle, le dominium directum des seigneurs fut estimé secondaire et dédommageable par de l'argent. Il ne fait aucun doute que les paysans ont gagné à ces réformes, en particulier les fermiers aisés. Ils avaient toujours été les principaux bénéficiaires des communaux et les avaient contrôlés. Même s'ils n'ont pas procédé immédiatement à l'amendement de leur portion, la réforme renforça leur position économique et sociale. Tandis que l'abolition du servage personnel leur permettait de devenir pleinement membres de la société civile, l'agrandissement de leurs exploitations leur donnait les moyens matériels d'utiliser cette liberté récemment acquise. Dans la brève période qui va de 1770 à 1848, les paysans sont passés du statut de sujets soumis et souvent méprisés à celui de membres respectés d'un ordre considéré par bien des contemporains comme garantissant la stabilité sociale en un temps d'agitation politique39.

  • 40 Brakensiek S., 1991, p. 114-116, 140-143, 158-168, 432-434.

27L'individualisme agraire eut des résultats contradictoires. Dans le contexte des conflits de classe au village, les paysans aisés pouvaient utiliser le partage des communaux, supposé conduire à une économie plus moderne, comme un instrument de réaction, sociale et politique. En agissant ainsi, ils étaient en accord avec une grande partie de l'élite sociale et politique allemande à partir de 1848. Jusqu'à la première Guerre mondiale, les riches fermiers ont réussi à préserver leur hégémonie sur les villages du Nord-Ouest et le partage des communaux en a été un instrument essentiel40.

  • 41 Mooser J., 1984, p. 246-280 ; Brakensiek S., 1991, p. 66-73, 123-124, 143-153, 165-168, 424, 432-4 (...)

28Ce partage eut des conséquences très importantes pour le prolétariat. Bien que l'usage des pâturages et bois communaux n'ait jamais été accordé légalement aux « petits », il était impossible de les exclure. C'est pourquoi, ces « sans terre » ressentirent le plus durement les réformes qui ont creusé le fossé entre fermiers et manouvriers. Aux yeux du prolétariat rural appauvri, les communaux étaient indispensables à leur propre survie. Mais le plus souvent, en Allemagne du Nord-Ouest, ils ne disposaient d'aucun moyen d'action contre le « cartel du progrès » formé des autorités et des fermiers aisés qui réclamaient le partage. Et les sans terre ne pouvaient rien espérer des conseils municipaux, tenus par les gros fermiers. Dans ces conditions, la résistance au partage fut rarement exprimée, sauf sous forme de sabotages anonymes41.

Allemagne du Nord-Est

  • 42 Wunder H., 1995.
  • 43 Peters J., 1995.

29Depuis dix ans, allant de pair avec la chute du mur de Berlin, les historiens s'efforcent de démontrer que la différence entre l'Allemagne de l'Ouest et celle de l'Est n'était pas si fondamentale qu'on ne le disait naguère42. Ils essaient d'atténuer l'idée selon laquelle la domination politique et sociale de l'aristocratie foncière prussienne était responsable de la faiblesse de la société civile et de l'évolution antidémocratique de l'Allemagne de la première moitié du xxe siècle. Et il est difficile de nier que quelques-uns de ces arguments communément admis conduisaient à des absurdités. Ainsi par exemple, l'absence de grande révolte paysanne à l'Est est interprétée comme la conséquence d'une profonde soumission que l'on pourrait suivre du xvie siècle jusqu'à Hitler et Staline. Cette interprétation ne se contente pas de simplifier à outrance, elle nie en plus toutes ces résistances des « petits » que l'on retrouve aussi bien à l'Ouest qu'à l'Est dans l'Allemagne du début de l'époque moderne43.

  • 44 Suter A., 1997.

30Néanmoins, il reste de nettes différences dans les structures politiques et sociales44. Aux xviiie et xixe siècles, la population dans les principales régions de Prusse n'était pas aussi dense qu'ailleurs en Allemagne. Ceci était dû à l'importance des sols pauvres, au début assez tardif des défrichements dans ce pays colonisé au Moyen Âge, et aux effets désastreux des guerres et épidémies du xviie siècle. Aussi n'est-il pas étonnant que l'urbanisation ait été plus faible qu'à l'Ouest. La majeure partie de la population vivait dans de petits villages, des hameaux ou bien dans les nombreux domaines.

  • 45 Heitz G., 1972 ; Vogler G., 1986 ; Troßbach W., 1993, p. 6-12, 26.
  • 46 Harnisch H., 1986 ; Harnisch H., 1989 ; Enders L., 1993.

31Au cours des xvie et xviie siècles, le servage a été introduit dans les pays du Nord-Est. Un grand nombre de ruraux ont perdu leur liberté personnelle. Là où les paysans avaient obtenu la concession de droits héréditaires sur leur exploitation, le seigneur choisissait tout de même leur héritier. Les enfants qui n'obtenaient aucune part de l'héritage devaient se contenter d'une petite métairie ou de devenir manouvriers du seigneur. Ceci dit, il ne faut pas aller trop loin dans la simplification des structures historiques de la région en question, car on trouve également des paysans qui n'ont jamais été assujettis à ce régime néo-féodal. Néanmoins, on constate que la corvée était plus lourde en l'Allemagne du Nord-Est qu'ailleurs en Europe occidentale. Cela obligeait les tenanciers (Laβbauerrn) aussi bien que les paysans ayant des droits héréditaires, à entretenir des animaux de trait pour cultiver les terres du seigneur et les leurs. Dans ce système, le domaine seigneurial et les fermes constituaient une entité économique. C'est pourquoi le seigneur, qu'on appelle le Junker, autorise ses sujets à envoyer leurs bestiaux paître sur les communaux, bien que ni les paysans ni les communes ne soient les propriétaires légaux de ces terres45. Dans ces conditions, la Gemeinde ne pouvait avoir autant de pouvoir que dans le Sud-Ouest. Bien que fréquemment présente dans la vie quotidienne, la commune des paysans ne disposait pas de titres constitutifs, fixés par écrit, qui auraient pu servir d'instrument juridique en cas de conflit46.

  • 47 Koselleck R., 1975, p. 487-559, p. 493-498.

32Au début du xixe siècle, les autorités prussiennes, plus que leurs homologues des autres régions d'Allemagne, pensent que les réformes libérales créeront une société de marché, des marchés libres pour toutes choses : marchandises, terre, travail. On espérait stimuler l'esprit d'entreprise de tous, y compris celui des paysans. L'administration de l'agriculture fut mise en place dans un cadre régional sous la forme des Generalkommissionen. La Prusse joua un rôle pionnier en créant cette institution avec ses agents, ses règlements, sa hiérarchie47.

  • 48 Meitzen A., vol. 1, 1868, p. 391-417 ; Schlitte B., 1886, p. 168-199 ; Dagott E., 1934, p. 21-58.

33La législation de la Prusse concernant le droit d'initiative du partage des communaux fut unique en Allemagne par son radicalisme. Jusqu'en 1807 l'initiative était une mesure gouvernementale octroyée aux ayants droit, sans leur consentement préalable. L'édit sur le partage des communaux de 1821 se démarquait de cette pratique absolutiste. Toutefois, il autorisait encore tout ayant droit à quitter la collectivité à tout moment, et en ce cas, la Generalkommission pouvait engager une procédure aboutissant au démantèlement des communaux. Au contraire, dans les autres États allemands, le processus était soumis à l'approbation de la majorité des ayants droit48.

  • 49 Knapp G. F., 1887, vol. 1, p. 126-146 ; Frauendorfer S., 1963, p. 199-204 ; 221-223 ; Harnisch H., (...)

34Dans les provinces orientales de la Prusse, en comparaison des autres régions allemandes, la transformation des relations seigneurs-paysans commença tôt et fut profonde. Quelles furent les raisons du succès de cette réforme libérale ? Elle est l'œuvre d'une élite de la bureaucratie dont les membres avaient les mêmes origines sociales et la même formation. Il s'agit d'une génération de diplômés des universités de Kônigsberg et Halle au tout début du xixe siècle, imprégnés de libéralisme. Ils eurent pour mission la transformation de la société rurale : abolition des droits féodaux, partage des communaux, remembrement des terres. Ils réussirent, en partie parce qu'ils achevèrent l'essentiel avant le milieu du siècle, époque où les objectifs changèrent et où les privatisations furent entravées49.

  • 50 Wehler H.-U., 1987, p. 409-428.

35On a beaucoup parlé de ces succès. Ils sont réels mais on a négligé de parler des réactions de la société rurale. La majorité de la population, surtout la plus aisée, avait toutes les raisons d'accepter car l'individualisme agraire allait de pair avec les autres réformes qui donnaient la liberté personnelle et la propriété privée. La question décisive résidait dans la définition administrative de l'ayant droit : acceptait-on le tenancier possédant un attelage (spannfdhiger Laβbauerrn), ou bien le possesseur de droits héréditaires sur son exploitation ? Lors de la privatisation, les droits d'usage traditionnels de ces groupes de la paysannerie furent pris en compte. Tous les paysans qui possédaient des droits héréditaires sur leur exploitation, ainsi que la majorité des tenanciers obtinrent des compensations. Le reste des campagnards ne toucha rien. La réforme agraire ne se limita pas au partage des communaux et à l'indemnisation des droits seigneuriaux, il y eut simultanément une transformation radicale. L'assolement triennal, largement répandu jusque-là, fut remplacé soit par la polyculture, soit par la Koppelwirtschaft connue au Danemark, en Holstein et Mecklembourg. Il en résulta un accroissement des superficies cultivées, même sur les exploitations paysannes, ce qui permit l'introduction d'une polyculture plus productive50.

  • 51 Harnisch H., 1984, p. 106-252, 268-310.

36On peut affirmer que le partage des communaux fut un élément essentiel du processus qui transforma la société rurale. Il fournit les matériaux de base pour le véritable compromis historique entre les paysans et la seigneurie foncière. Grâce à cette privatisation, les droits seigneuriaux pouvaient être démantelés sans qu'il y ait des gens totalement perdants. Les travaux d'Hartmut Harnisch sur le développement économique et social des provinces orientales de la Prusse traitent de ce sujet. Il affirme que les Junker ont pu accroître nettement leurs domaines et pourtant ceci n'a pas conduit à la disparition des moyennes exploitations. Bien que les propriétaires aient reçu plus d'un million d'hectares de terres cultivées provenant des tenures paysannes, la majorité des fermiers a pu subsister, grâce à un dur labeur par lequel ils cultivèrent les landes communes qu'ils avaient obtenues lors des réformes agraires. Au cours de ce processus, les différences sociales au village se creusèrent, car ceux qui n'avaient rien tiré des réformes, intégraient forcément le groupe croissant des ouvriers agricoles51.

***

  • 52 Teuteberg H.-J., 1977 ; Harnisch H., 1984 ; Pierenkemper T., 1989.

37En conclusion, on peut dire que les lois et l'action de la bureaucratie ont joué un rôle primordial dans le processus de privatisation des communaux, un constat auquel l'historiographie allemande a tenu depuis toujours. Bien des différences dans le rythme des réformes ne s'expliquent que par l'intervention de l'État. En revanche, d'importantes différences apparaissent, selon les États, quant au déclenchement de la réforme, son évolution et ses résultats sociaux et économiques52. Si nous voulons comprendre ce qui s'est passé, nous devons prendre en considération le comportement des populations rurales. Plusieurs facteurs justifient la grande variété de leurs réactions : la stratification sociale dans les villages, l'implication des diverses couches de population dans le marché (marché foncier, marché des biens et celui du travail), la force des communautés et la signification d'une tradition égalitaire. Bien que les différentes sociétés rurales allemandes aient connu des transformations fondamentales au xixe siècle, cela n'aboutit pas à une standardisation mais à différents types de sociétés de classes.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Abel wilhel M, Geschichte der deutschen Landwirtschaft, Stuttgart, 1967.

Achilles Walter, Deutsche Agrargeschichte im Zeitalter der Reformen und der Industrialisierung, Stuttgart, 1993.

Ast-Reimers Ingeborg, Landgemeinde und Territorialstaat. Der Wandel der Sozialstruktur im 18. Jahrhundert dargestellt an der Verkopplung in den königlichen Ämtern Holsteins, Neumünster, 1965.

Bader Karl Sigismund, Dorfgenossenschaft und Dorfgemeinde, Köln, 1962.

Behrend Harald, Die Aufhebung der Feldgemeinschaften. Die große Agrarreform im Herzogtum Schleswig unter Mitwirkung der Schleswig-Holsteinschen Landkommission 1768-1823, Neumünster, 1964.

Blickle Peter, « Kommunalismus. Begriffsbildung in heuristischer Absicht »,

Blickle Peter (ed.), Landgemeinde und Stadtgemeinde in Mitteleuropa. Ein struktureller Vergleich, München, 1991, p. 5-38.

Bloch Marc, « La lutte pour l’individualisme agraire dans la France du xviiie siècle », Annales d’Histoire économique et sociale, n° 2, 1930, p. 329-381, 511-556.

Brakensiek Stefan, Agrarreform und ländliche Gesellschaft. Die Privatisierung der Marken in Nordwestdeutschland 1750-1850, Paderborn, 1991.

Brakensiek Stefan, « Agrarian Individualism in North-Western Germany, 1770-1870 », German History, n° 12, 2e semestre 1994, p. 137-179.

Brakensiek Stefan, « Gemeinheitsteilungen in Europa. Neue Forschungsergebnisse und Deutungsangebote der europäischen Geschichtsschreibung », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 2e semestre 2000, p. 9-15.

Dagott Erich, Die Entwicklung der Gemeinheitsteilung in Deutschland, Königsberg, 1934.

Dipper Christof, Die Bauernbefreiung in Deutschland 1790-1850, Stuttgart, 1980.

Dipper Christof, « Landwirtschaft im Wandel. Neue Perspektiven der preußischdeutschen Agrargeschichte im 19. Jahrhundert », Neue Politische Literatur, n° 38, 1993, p. 29-42.

Ellering Bernhard, Die Allmenden im Grossherzogtum Baden. Eine historische, statistische und wirtschaftliche Studie, Tübingen, 1902.

Enders Lieselott, « Die Landgemeinde in Brandenburg. Grundzüge ihrer Funktion und Wirkungsweise vom 13. bis zum 18. Jahrhundert », Blätter für deutsche Landesgeschichte, n° 129, 1993, p. 195-256.

Frauendorfer Sigmund von, Ideengeschichte der Agrargeschichte und Agrarpolitik im deutschen Sprachgebiet, vol. 1 : Von den Anfängen bis zum Ersten Weltkrieg, München/Basel/Wien, 1957.

Golkowsky Rudolf, Die Gemeinheitsteilungen im nordwestdeutschen Raum vor Erlaß der ersten Gemeinheitsteilungsordnungen, Hildesheim, 1966.

Gudermann Rita, Morastwelt und Paradies. Ökonomie und Ökologie in der Land wirt schaft am Beispiel der Meliorationen in Westfalen und Brandenburg (1830-1880), Paderborn, 2000.

Harnisch Hartmut, Kapitalistische Agrarreform und Industrielle Revolution. Agrarhistorische Untersuchungen über das ostelbische Preußen zwischen. Spätfeudalismus und bürgerlich-demokratischer Revolution von 1848/49 unter besonderer Berücksichtigung der Provinz Brandenburg, Weimar, 1984.

Harnisch Hartmut, « Landgemeinde, feudalherrlich-bäuerliche Klassenkämpfe und Agrarverfassung im Spätfeudalismus », Harnisch Hartmut et Heitz Gerhard (eds.), Deutsche Agrargeschichte des Spätfeudalismus, Berlin, 1986, p. 76-88.

Harnisch Hartmut, « Die Landgemeinde in der Herrschaftsstruktur des feudalabsolutistischen Staates. Dargestellt am Beispiel von Brandenburg-Preußen », Jahrbuch für Geschichte des Feudalismus, n° 13, 1989, p. 201-245.

Hauptmeyer Carl-Hans, « Dorf und Territorialstaat im zentralen Niedersachsen », Lange Ulrich (ed.), Landgemeinde und frühmoderner Staat. Beiträge zum Problem der gemeindlichen Selbstverwaltung in Dänemark, Schleswig-Holstein und Niedersachsen in der frühen Neuzeit, Sigmaringen, 1988, p. 217-235.

Hauptmeyer Carl-Hans, « Die Landgemeinde in Norddeutschland », Blickle Peter (ed.), Landgemeinde und Stadtgemeinde in Mitteleuropa. Ein struktureller Vergleich, München, 1991, p. 359-381.

Heitz Gerhard, « Zum Charakter der “zweiten Leibeigenschaft” », Zeitschrift für. Geschichtswissenschaft, n° 20, 1972, p. 24-39.

Hippel Wolfgang, Die Bauernbefreiung im Königreich Württemberg, 2 vol., Boppard, 1977.

Hook Karl, Die Allmenden (Ortsbürgernutzungen) in Hessen, Heppenheim, 1927.

Jäger Helmut, « Die Allmendteilungen in Nordwest- Deutschland in ihrer. Bedeutung für die Genese der gegenwärtigen Landschaften », Geografiska. Annaler, n° 4, 1961, p. 138-150.

Jänichen Hans, Beiträge zur Wirtschaftsgeschichte des schwäbischen Dorfes, Stuttgart, 1970.

Jürgens Arnulf, « Die Aufhebung der Leibeigenschaft vornehmlich im. Münsterland », Westfälische Forschungen, n° 40, 1990, p. 112-149.

Kaschuba Wolfgang et LIPP Carola, Dörfliches Überleben. Zur Geschichte materieller und sozialer Reproduktion ländlicher Gesellschaft im 19. und 20. Jahrhundert, Tübingen, 1982.

Kaschuba Wolfgang, « Kommunalismus als sozialer “Common Sense”. Zur Konzeption von Lebenswelt und Alltagskultur im neuzeitlichen Gemeindgedanken », Blickle Peter (ed)., Landgemeinde und Stadtgemeinde in Mitteleuropa. Ein struktureller Vergleich, München, 1991, p. 65-91.

Knapp Georg Friedrich, Die Bauernbefreiung und der Ursprung der Landarbeiter in den älteren Teilen Preussens, 2 vol., 2e edition, München, 1927.

Knapp Theodor, Neue Beiträge zur Rechts- und Wirtschaftsgeschichte des württembergischen. Bauernstandes, Tübingen, 1919.

Kopsidis Michael, Marktintegration und Entwicklung der westfälischen. Landwirtschaft 1780-1880. Marktorientierte ökonomische Entwicklung eines bäuerlich strukturierten Agrarsektors, Münster, 1996.

Koselleck Reinhart, Preußen zwischen Reform und Revolution. Allgemeines Landrecht, Verwaltung und soziale Bewegung von 1791 bis 1848, 2e edition, Stuttgart, 1975.

Lette Wilhelm Adolph et Rönne Ludwig von, Die Landes-Kultur-Gesetzgebung des Preußischen Staates, 3 vol., Berlin, 1853.

Mahlerwein Gunter, Die Herren im Dorf. Bäuerliche Oberschicht und ländliche. Eiltenbildung in Rheinhessen 1700-1850, Mainz, 2001.

Meitzen August, Der Boden und die landwirthschaftlichen Verhältnisse des preußischen. Staats nach dem Gebietsumfang vor 1866, 4 vol., Berlin, 1868-1869.

Meyer Gerhard, Die Verkoppelung im Herzogtum Lauenburg unter hannoverscher Herrschaft, Hildesheim, 1965.

Meyer zum Gottesberge Ruth, « Die geschichtlichen Grundlagen der westfälischen. Landgemeindeordnung vom Jahre 1841 », Jahresbericht des Historischen Vereins für die Grafschaft Ravensberg, n° 47, 1933, p. 1-198.

Middendorff Rudolf, « Der Verfall und die Aufteilung der gemeinen Marken im Fürstentum Osnabrück bis zur napoleonischen Zeit », Mitteilungen des Vereins für Geschichte und Landeskunde von Osnabrück, n° 49, 1927, p. 1-157.

Mooser Josef, « Gleichheit und Ungleichheit in der ländlichen Gemeinde. Sozialstruktur und Kommunalverfassung im östlichen Westfalen vom späten 18. bis in die Mitte des 19. Jahrhunderts », Archiv für Sozialgeschichte, n° 19, 1979, p. 231-262.

Mooser Josef, Ländliche Klassengesellschaft 1770-1848. Bauern und Unterschichten, Landwirtschaft und Gewerbe im östlichen Westfalen, Göttingen, 1984.

Müller Hans-Heinrich, Akademie und Wirtschaft im 18. Jahrhundert. Agrarökonomische Preisaufgaben und Preisschriften der Preußischen Akademie der. Wissenschaften (Versuch, Tendenzen und Überblick), Berlin, 1975.

Müller-Wille Wilhelm, « Der Feldbau in Westfalen im 19. Jahrhundert », Westfälische Forschungen, n° 1, 1938, p. 302-325.

Müller-Wille Wilhelm, « Agrarbäuerliche Landschaftstypen in Nordwestdeutschland », Tagungsbericht und wissenschaftliche Abhandlungen des Deutschen. Geographentags vom 25.-30. Mai 1953 in Essen, Wiesbaden, 1955, p. 179-186.

Müller-Wille Wilhelm, « Der Landbau im altniederdeutschen Tiefland », Müller-Wille Wilhelm, Probleme und Ergebnisse geographischer Landesforschung und Länderkunde. Gesammelte Beiträge (1936-79), vol. 1, Münster, 1983, p. 92-139.

Peters Jan (ed.), Konflikt und Kontrolle in Gutsherrschaftsgesellschaften. Über Resistenz- und Herrschaftsverhalten in ländlichen Sozialgebilden der Frühen Neuzeit, Göttingen, 1995.

Pierenkemper Toni (ed.), Landwirtschaft und industrielle Entwicklung. Zur ökonomischenBedeutung von Bauernbefreiung, Agrarreform und Agrarrevolution, Stuttgart, 1989.

Prange Wolfgang, Die Anfänge der großen Agrarreform in Schleswig-Holstein bis um 1771, Neumünster, 1971.

Prass Reiner, Reformprogramm und bäuerliche Interessen. Die Auflösung der traditionellen. Gemeindeökonomie im südlichen Niedersachsen, 1750-1883, Göttingen, 1997.

Prass Reiner, « Die Reformen im Dorf. Gemeinheitsteilungen im. Beziehungsgeflecht dörflicher Gesellschaften », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, n° 2, 2000, p. 71-84.

Radkau Joachim, Natur und Macht. Eine Weltgeschichte der Umwelt, München, 2000.

Saalfeld Diedrich, « Ländliche Wirtschafts- und Sozialgeschichte vom Beginn des 16. bis zur Mitte des 17. Jahrhunderts », Heuvel Christine van den et Boetticher Manfred von (eds.), Geschichte Niedersachsens 3/1 : Politik, Wirtschaft und Gesellschaft von der Reformation bis zum Beginn des 19. Jahrhunderts, Hannover, 1998, p. 637-688.

Sabean David Warren, Property, Production and Family in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, 1990.

Sabean David Warren, Kinship in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, 1998.

Scharnberg Hans-Heinrich, Die Rechts- und Ideengeschichte der Umlegung mit besonderer Berücksichtigung ihrer staatlichen Förderung durch Zwang gegen Widerstrebende, Kiel, 1964.

Schlitte Bruno, Die Zusammenlegung der Grundstücke in ihrer volkswirtschaftlichen Bedeutung und Durchführung, 3 vol., Leipzig, 1886.

Schneider Karl Heinz et Seedorf Hans Heinrich, Bauernbefreiung und. Agrarreformen in Niedersachsen, Hannover, 1989.

Schneider Karl-Heinz, « Agrarreformen und bäuerliche Gemeinde », Niedersächsisches Jahrbuch für Landesgeschichte, n° 61, 1989, p. 215-233.

Schotte Heinrich, « Die rechtliche und wirtschaftliche Entwicklung des westfälischen. Bauernstandes bis zum Jahre 1815 », Kerckerinck zur Borg Engelbert. Freiherr von (ed.), Beiträge zur Geschichte des westfälischen Bauernstandes, Berlin, 1912, p. 5-106.

Strobel Albrecht, Agrarverfassung im Übergang. Studien zur Agrargeschichte des badischen Breisgaus vom Beginn des 16. bis zum Ausgang des 18. Jahrhunderts, München, 1972.

Suter Andreas, « Informations- und Kommunikationsweisen aufständischer. Untertanen », Peters Jan (ed.), Gutsherrschaftsgesellschaften im europäischen Vergleich, Berlin, 1997, p. 55-68.

Teuteberg Hans-Jürgen, Die deutsche Landwirtschaft beim Eintritt in die Phase der. Hochindustrialisierung. Typische Strukturmerkmale ihrer Leistungssteigerung im Spiegel der zeitgenössischen Statistik Georg von Viebahns um 1860, Köln, 1977.

Troßbach Werner, « Die ländliche Gemeinde im mittleren Deutschland (vornehmlich 16.-18. Jahrhundert) », Blickle Peter (ed.), Landgemeinde und. Stadtgemeinde in Mitteleuropa. Ein struktureller Vergleich, München, 1991, p. 263-288.

Troßbach Werner, Bauern 1648-1806, München, 1993.

Vogler Günter, « Die Entwicklung der feudalen Arbeitsrente in Brandenburg vom 15. bis 18. Jahrhundert », Harnisch Hartmut et Heitz Gerhard (eds.), Deutsche Agrargeschichte des Spätfeudalismus, Berlin, 1986, p. 278-309.

Warde Paul, « Common Rights and Commonland in South-West Germany 1500-1800 », Moor Martina de, Shaw-Taylor Leigh et Warde Paul (eds.), The Management of common land in north west Europe, ca. 1500-1850, Turnhout, 2002, p. 195-224.

Wehler Hans-Ulrich, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 1 : Vom Feudalismus des. Alten Reiches bis zur Defensiven Modernisierung der Reformära 1700-1815, München, 1987.

Wehrenberg Dietmar, Die wechselseitigen Beziehungen zwischen Allmendrechten und Gemeinfronverpflichtungen vornehmlich in Oberdeutschland, Stuttgart, 1969.

Wittichw erner, Die Grundherrschaft in Nordwestdeutschland, Leipzig, 1896.

Wrase Siegfried, Die Anfänge der Verkoppelungen im Gebiet des ehemaligen. Königreichs Hannover, Göttingen, 1969.

Wunder Heide, Die Bäuerliche Gemeinde in Deutschland, Göttingen, 1986.

Wunder Heide, « Peasant communities in medieval and early modern Germany », Les communautés rurales – Rural Communities, vol. 5, Paris, p. 9-52, 1987.

Wunder Heide, « Das Selbstverständliche denken. Ein Vorschlag zur vergleichenden Analyse ländlicher Gesellschaften in der Frühen Neuzeit, ausgehend vom “Modell ostelbische Gutsherrschaft” », Peters Jan (ed.), Gutsherrschaft als soziales Modell. Vergleichende Betrachtungen zur Funktionsweise frühneuzeitlicher. Agrargesellschaften, München, 1995, p. 23-49.

Zimmermann Clemens, Reformen in der bäuerlichen Gesellschaft. Studien zum aufgeklärten Absolutismus in der Markgrafschaft Baden 1750-1790, Ostfildern, 1983.

Zimmermann Clemens, « Entwicklungshemmnisse im bäuerlichen Milieu. Die. Individualisierung der Allmenden und Gemeinheiten um 1780 », Pierenkemper. Toni (ed.), Landwirtschaft und industrielle Entwicklung. Zur ökonomischen. Bedeutung von Bauernbefreiung, Agrarreform und Agrarrevolution, Stuttgart, 1989, p. 99-112.

Zimmermann Clemens, « Arbeiterbauern : Die Gleichzeitigkeit von Feld und Fabrik (1890-1960) », Sozialwissenschaftliche Informationen, n° 3/27, 1998, p. 176-181.

Zimmermann Clemens, « La modernisation des campagnes allemandes (xixe-xxe siècle). Les apports de l’historiographie récente en Allemagne », Histoire et Sociétés Rurales n° 6/11, 1999, p. 87-108.

Anmerkungen

1 Bloch M., 1930, étude concernant la vaine pâture.

2 Abel W., 1967, p. 307-311.

3 Schlitte B., 1886 ; Dagott E., 1934 ; Dipper C., 1980, p. 50-92 ; Achilles W., 1993, p. 101-109, 129-162.

4 Behrend H., 1964 ; Ast-Reimers I., 1965 ; Prange W., 1971.

5 Frauendorfer S., 1957, p. 155-198 ; Abel W., 1967, p. 288-299 ; Müller H.-H., 1975 ; Achillesw., 1993, p. 91-101 ; Prass R., 1997, p. 28-49 ; Radkau J., 2000, p. 237-254.

6 Brakensiek S., 1991, p. 394-419 ; Brakensiek S., 1994.

7 Schneider K.-H., 1989 ; Prass R., 2000.

8 Middendorff R., 1927 ; Meyer G., 1965 ; Golkowsky R., 1966 ; WRASE S., 1969 ; Prangew., 1971 ; Zimmermann C., 1983 ; Schneider K.-H. et Seedorf H. H., 1989, p. 80-101 ; Brakensiek S., 1991, p. 46-74.

9 Brakensiek S., 1991, p. 108-126, 419-424.

10 Zimmermann C., 1998.

11 Frauendorfer S., 1957, p. 350-362 ; 386-402 ; Prass R., 1997, p. 276-291 ; Radkau J., 2000, p. 90-98.

12 Lette W. A. et Rönne L., 1853 ; Meitzen A., vol. 1, 1868, p. 391-417 ; Schlitte B., 1886, p. 155-222 ; Brakensiek S., 1991, p. 46-83.

13 Brakensiek S., 1991, p. 84-93 ; Prass R., 1997, p. 50-68, 157-190.

14 Hippelw., 1977 ; Zimmermann C., 1983 ; Warde P., 2002.

15 Blickle P., 1991 ; Kaschubaw., 1991.

16 Knapp T., 1919, p. 80-104 ; Bader K. S., 1962, p. 54-62, 116-182 ; Wehrenberg D., 1969 ; STROBEL A., 1972 ; Troßbach W., 1993, p. 20-31, 101-112 ; Warde P., 2002.

17 Ellering B., 1902 ; Jänichen H., 1970, p. 199-214.

18 Wunder H., 1986 ; Wunder H., 1987.

19 Bader K. S., 1962 ; Sabean D. W., 1998, p. 37-62. L’héritage égal couvre de plus grandes régions, mais il existe aussi des zones de transmission intégrale, en Forêt noire.

20 Ellering B., 1902 ; Hook K., 1927 ; Kaschubaw. et Lipp C., 1982, p. 5-7, 151-153.

21 Warde P., 2002, p. 200-210.

22 Zimmermann C., 1983, p. 161-168 ; Zimmermann C., 1989 ; Warde P., 2002.

23 Schlitte B., 1886, p. 1180-1215, 1241-1292 ; Dagott E., 1934, p. 119-128 ; Hippel W., vol. 1, 1977, p. 561-577.

24 Sabean D. W., 1990.

25 Zimmermann C., 1989, p. 145-168 ; Sabean D. W., 1990, p. 38-60.

26 Zimmermann C., 1999.

27 Brakensiek S., 1991, p. 399-404 ; Kopsidis M., 1996.

28 Prass R., 1997, p. 127-144.

29 Schlitte B., 1886 ; Scharnberg H.-H., 1964.

30 Prass R., 1997.

31 Hook K., 1927 ; Troßbach W., 1991 ; Mahlerwein G., 2001, p. 246-262.

32 Wittich W., 1896 ; Schotte H., 1912 ; Mooserj., 1984, p. 95-122 ; Schneider K. H. et Seedorf H. H., 1989, p. 22-31 ; JÜRGENS A., 1990 ; Saalfeld D., 1998.

33 Müller-Willew., 1938 ; Müller-Willew., 1955 ; Müller-Willew., 1983 ; Brakensiek S., 1994, p. 143-149 ; gudermann R., 2000, p. 20-45.

34 Wittich W., 1896, p. 117-146 ; Meyer zum Gottesberge, 1933 ; Mooser J., 1979 ; Hauptmeyer C.-H., 1988 ; Schneider K.-H., 1989 ; Hauptmeyer C.-H., 1991.

35 Jäger H., 1961 ; Schneider K. H. et Seedorf H. H., 1989, p. 80-101 ; Brakensiek S., 1991, p. 189-211, 243-292.

36 Mooser J., 1984, p. 122-131 ; Brakensiek S., 1991, p. 94-126, 292-328.

37 Schlitte B., 1886, p. 446-484, 531-610 ; Dipper C., 1980, p. 74-76 ; Schneider K. H. et Seedorf H. H., 1989 ; Achillesw., 1993, p. 154-162.

38 Brakensiek S., 1991, p. 116-117, 432-434.

39 Frauendorfer S., 1963, p. 350-362, 413-448 ; Achillesw., 1993, p. 293-302.

40 Brakensiek S., 1991, p. 114-116, 140-143, 158-168, 432-434.

41 Mooser J., 1984, p. 246-280 ; Brakensiek S., 1991, p. 66-73, 123-124, 143-153, 165-168, 424, 432-434.

42 Wunder H., 1995.

43 Peters J., 1995.

44 Suter A., 1997.

45 Heitz G., 1972 ; Vogler G., 1986 ; Troßbach W., 1993, p. 6-12, 26.

46 Harnisch H., 1986 ; Harnisch H., 1989 ; Enders L., 1993.

47 Koselleck R., 1975, p. 487-559, p. 493-498.

48 Meitzen A., vol. 1, 1868, p. 391-417 ; Schlitte B., 1886, p. 168-199 ; Dagott E., 1934, p. 21-58.

49 Knapp G. F., 1887, vol. 1, p. 126-146 ; Frauendorfer S., 1963, p. 199-204 ; 221-223 ; Harnisch H., 1984, p. 58-101 ; Wehler H.-U., 1987, p. 404-405.

50 Wehler H.-U., 1987, p. 409-428.

51 Harnisch H., 1984, p. 106-252, 268-310.

52 Teuteberg H.-J., 1977 ; Harnisch H., 1984 ; Pierenkemper T., 1989.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23655/img-1.png
Datei image/png, 1,6M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540