Version classiqueVersion mobile

Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914)

 | 
Marie-Danielle Demélas
, 
Nadine Vivier

Première partie. La propriété collective en Europe occidentale

Les terres en jouissance collective en Angleterre 1700-1850

Jeanette M. Neeson

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article poursuit un double but. Il veut d’abord donner une description, à la veille des enclosures parlementaires, de l’étendue et de la localisation des terres communes, de leur propriété, leur mode de jouissance et leur réglementation. D’autre part, il se penche sur deux questions actuelles posées par l’historiographie des terres communes : celles de la nature variée de ces terres dans les Lowlands en Angleterre, et de la durabilité des terres collectives.

Description des terres en jouissance collective

Etendue et nature

Il est probable que vers 1600, la moitié des terres arables de l’Angleterre (32,2 millions d’acres) ait été plus ou moins en jouissance collective1. En 1750, cette proportion est tombée à un tiers ou un quart selon les estimations, et la plupart sont encloses en 18302. Ces terres en jouissance commune étaient soit les common fields, soit les communaux incultes. Les terres des common fields, composées de parcelles de propriété privée mais non encloses, étaient liv...

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search