Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Quatrième partie. Bilan et élargissements

De la Séparation à la spoliation… en « nouvelle France »

Lucie K. Morisset

Texte intégral

1Cet article, comme d’autres que rassemble cet ouvrage, porte sur les « biens d’Église » et, plus particulièrement, sur les bâtiments, c’est-à-dire les églises. Les églises du Québec, au titre de patrimoine. Car, au chapitre des bilans, les successives Séparations en France ont eu des effets notables sur les conceptions et sur le devenir du patrimoine au Québec ; c’est le cas, précisément, des églises paroissiales québécoises, dont on verra ici qu’elles étaient justement, déjà bien avant la première Séparation en France, possédées collectivement et encadrées civilement. Comme du patrimoine.

2Mais voilà que, pourtant, on les démolit : à Montréal, seulement, Saint-Jacques, bâtie en 1856, Saint-Henri, bâtie en 1868, Saint-Aloysius, de 1909, Sainte-Hélène, de 1910, Sainte-Catherine-d’Alexandrie, de 1924, Sainte-Anne, Saint Mary, Saint-Antoine-de-Padoue, Saint-Georges, Saint-François-d’Assise ne sont plus (fig. 13 - cahier 2). En bref, pendant qu’en France, on visite des monuments, au Québec, on abat des églises. Comment a-t-on pu en arriver à ça ?

Les faits

3On compte au Québec quelque 7 millions d’habitants et 2000 églises catholiques. Les Québécois – ce qui n’est pas usuel dans le Commonwealth – ont toujours été majoritairement catholiques : on dit que 80 % d’entre eux, comme les Bretons, fréquentaient l’église de façon hebdomadaire en 1960. Aujourd’hui, ce n’est guère plus de 5 % d’entre eux qui pratiquent « régulièrement ». Cette situation n’est pas que québécoise : comme ailleurs, les églises sont vides et les effectifs religieux continuent de chuter radicalement. Au Québec comme ailleurs, donc, on regroupe des paroisses et on désaffecte des églises. Ce qui n’explique pas nécessairement qu’on démolisse celles-ci ; si l’état de l’Église demeure sensiblement le même de part et d’autre de l’Atlantique, ce sort paraît surtout, en effet, réservé aux églises du Québec.

4Quant aux églises qu’on ne ferme ni ne démolit, elles sont administrées, comme celles de la France de l’Ancien Régime, par des fabriques, soumises à une loi spécifique, la Loi sur les fabriques, qui régit entre autres la construction ou la démolition d’une église. Contrairement aux églises de France, en effet, les églises du Québec ne bénéficient pas de la mante protectrice de l’État ou des communes ; seules la Loi sur les fabriques et la Loi sur les biens culturels – autrefois « monuments historiques » – pourraient les protéger. À peine soixante églises, cependant, sont classées.

5Cela ne suffit pourtant pas à expliquer qu’on les démolisse, d’autant que la collectivité québécoise a investi considérablement, depuis quelque temps, dans leur conservation. En 1995, le gouvernement du Québec a mis sur pied un « Programme de soutien à la restauration du patrimoine religieux » – ciblé, principalement, sur les églises – et créé une association pour l’administrer, la Fondation du patrimoine religieux. Celle-ci a depuis puisé au trésor public et distribué plus de 150 millions de dollars (environ 100 millions d’euros) pour restaurer des églises, avec pour principal critère d’attribution des fonds celui voulant que les églises bénéficiaires restent ouvertes au culte. Cette curieuse exigence « patrimoniale », bien sûr, n’a pas empêché les églises de fermer : ainsi, par exemple, Saint-Jean-de-la-Croix, à Montréal, abrite-t-elle maintenant des appartements en copropriété. La volonté gouvernementale de conserver des églises était pourtant patente ; la question reste donc entière : comment peut-on expliquer qu’on abatte des églises ?

6Le problème relève, en fait, de la Séparation de l’Église et de l’État. Et tout indique qu’il soit survenu dans la foulée de la Séparation française de l’Église et de l’État. Explorons donc ses effets.

Le Québec et la Séparation

  • 2 Guy Laperrière, Les congrégations religieuses. De la France au Québec, 1880-1914, tome 3, Vers des (...)
  • 3 Laperrière recense une augmentation de 1055 religieux au Québec de 1901 à 1911, et, pendant la mêm (...)

7Guy Laperrière a témoigné d’un impact non négligeable, au Québec, des mesures de la Séparation française, à compter de 1880 et tout autant sous la pression des lois de 1901, de 1904 et de 1905 : l’immigration. Si la moitié des religieux français « néo-québécois » migrèrent pendant les deux décennies qui précédèrent la loi de 1901, 33 % d’entre eux le firent de 1901 à 1904 seulement2. De 1901 à 1911, ils auraient compté pour une large part de l’accroissement du personnel catholique masculin au Québec3. C’est dire que, si seulement la chose était possible, une nouvelle vague comme celle-là soulagerait considérablement les problèmes que connaît l’Église québécoise maintenant et que, sans doute, on fermerait moins d’églises ; 1300 des 2000 églises catholiques que compte aujourd’hui le Québec ont d’ailleurs été construites après 1905.

  • 4 Philippe Sylvain, « Forbin-Janson, Charles-Auguste-Marie Joseph de », Dictionnaire biographique du (...)
  • 5 Frédéric Gerbié, Le Canada et l’émigration française, Québec, C. Darveau, 1884, p. 129.
  • 6 Maurice Landrieux, La paroisse canadienne dans la province de Québec, Lettre pastorale, Dijon, Uni (...)
  • 7 Auguste Gosselin, « L’Église du Canada », Revue du clergé français, 1895, p. 1, 26 et 29.

8Rétrospectivement, ces chiffres n’étonnent guère. À compter de la fin du xixe siècle, et plus encore après 1905, une véritable campagne de séduction attirait les religieux français auprès des « chers Canadiens aux cœurs d’or et aux clochers d’argent4 ». « Rien », faisait-on valoir sur les tribunes françaises, « n’est plus cher aux [Québécois] que leur église5 ». De là à transposer en Amérique une mission rendue difficile dans le contexte de la Séparation française, il n’y avait qu’un pas : bientôt, on apprenait en France que l’Église, au Québec, devait « sauv[er] la race, la langue, avec la foi6 ». On ne peut donc se surprendre de ce que la vieille désignation coloniale de l’Ancien Régime, la « Nouvelle-France », refît surface précisément à cette époque : à défaut de retrouver la France d’avant les Séparations, il s’agirait de la refonder. Ainsi la Revue du clergé français évoqua-t-elle, au Québec, une « autre France, fille de l’ancienne, une Église, issue de la fille aînée de l’Église, un autre clergé français. […] voilà bien, si je ne me trompe, l’image fidèle, en miniature, de l’ancienne France. » Et pour couronner l’éloge, la Revue ne laissait aucune équivoque quant aux relations, au Québec, de l’Église et de l’État : « Il serait difficile d’imaginer un état de choses plus favorables à la liberté de l’Église […]7. ». Enfin, comme pour mettre en perspective la situation de l’enseignement congréganiste en France, on précisait qu’au Québec :

  • 8 Ibid., p. 25, 37-38.

[les évêques] ont le contrôle de l’éducation et de l’instruction publique ; les institutions, même établies par l’État pour les catholiques, les écoles normales par exemple, sont sous la direction d’un ecclésiastique […] Quant à l’enseignement secondaire […], on peut dire que, pour les catholiques de cette province, il est exclusivement dominé par le clergé […] l’enseignement collégial ou universitaire, pour les catholiques, est lui-même sous le contrôle du clergé8.

  • 9 Cette citation de l’abbaye de Notre-Dame-du-Lac des Deux-Montagnes et l’Ordre de Citeaux au Canada (...)

9Comme Guy Laperrière l’a lui-même remarqué, c’est précisément en 1906, en célébrant avec les Trappistes d’Oka le vingt-cinquième anniversaire de leur implantation québécoise, que l’archevêque de Montréal, Paul Bruchési, signala « [ce] bel exemple que [le Québec] donn [e] de l’union qui existe entre l’Église et l’État9 ». Que les débats français et les frayeurs qu’ils provoquèrent aient migré au Québec, comme de nombreux religieux, ne fait donc pas de doute ; que cette « autre France » ait porté l’espoir de (re) trouver une France « d’avant les Séparations » n’étonne pas non plus.

La très relative autorité de l’Église au Québec

10Toutefois, cette Église on créditait pratiquement que l’autorité de l’État n’en détenait pas tant, surtout en ce qui concerne les églises-bâtiments. Depuis le xviiie siècle, en effet, la gouvernance de l’État et des autorités civiles sur l’Église, en ce qui concerne les églises, avait été assurée par plusieurs mesures législatives, dont cette Loi sur les fabriques que j’ai évoquée. C’est que l’Église canadienne détenait une prérogative peu commune : parce qu’il fallait bien payer pour toutes les églises que la nouvelle colonie demandait de construire, on avait, dès le début du xviiie siècle, institué à cette fin un impôt foncier au Canada. Cet impôt, dit « cotisation », était calculé en fonction d’une « répartition » des coûts de construction ou de réparation d’une église selon la valeur des immeubles de la paroisse, opération comptable orchestrée et encadrée par des syndics, des commissaires civils et des marguilliers. Codifié par la couronne britannique en 1791, c’est ce système qui engendra la Loi des fabriques, en consacrant la paroisse comme circonscription fiscale et en remettant le « temporel », en l’occurrence les églises, entre les mains des citoyens et de leur gouvernement, qui seul avait le droit de percevoir des taxes, notamment puisque celles-ci grevaient la propriété des citoyens. On a donc légiféré qu’au Québec, aucune paroisse ne pouvait être érigée – parce qu’il s’agissait d’une circonscription fiscale – ni aucune église réparée ou construite, ni aucun presbytère, ni aucun cimetière, sans le consentement d’une majorité de paroissiens propriétaires – c’est-à-dire, sans l’approbation d’une majorité des citoyens concernés. Le seul pouvoir laissé aux autorités ecclésiastiques (l’évêque) dans le domaine temporel relevait du choix de l’emplacement de l’église ; tout ce qui pouvait s’ensuivre devait être soumis à l’examen des commissaires civils, au nom du gouvernement, et à l’assentiment d’une assemblée générale des citoyens.

  • 10 Voir l’ouvrage qu’il publia sous le pseudonyme de Jean D’Erbrée, La franc-maçonnerie dans la provi (...)
  • 11 Voir, au sujet du personnage, Yves Roby, « Hamon, Édouard », Dictionnaire biographique du Canada, (...)
  • 12 Hormis le jugement lui-même de cette retentissante affaire, dite « Joseph Guibord » (du nom du par (...)
  • 13 Cité dans Louis Rousseau, « Rousselot, Benjamin-Victor », Dictionnaire biographique du Canada, vol (...)

11Ainsi, bien avant, et après la « première Séparation », comme en 1905, les églises du Québec relevaient des autorités civiles, un peu de la même façon que celles de France finirent par incomber aux autorités civiles françaises. Justifié par la « protection des droits du peuple », cet encadrement civil des biens temporels de l’Église, au Québec, ne laissait pas de surprendre les religieux français en quête de « Nouvelle-France ». La vague d’immigration française, et notamment bretonne, qui survint au Québec au début du xxe siècle n’était en effet pas la première ; le premier évêque de l’Église canadienne sous domination britannique, Jean-Olivier Briand, était lui-même breton. À plusieurs reprises, particulièrement après l’imposition du serment à la constitution civile du clergé, d’autres religieux bretons sont ainsi venus consolider ou renouveler les rangs vacillants de l’Église au Québec, où ils ont aussi apporté leurs déceptions et leurs espoirs, qui parfois tranchaient avec le portrait des rapports de force paisibles de l’État et de l’Église dans l’ancienne colonie. Édouard Hamon, prêtre jésuite d’origine bretonne, transposa ainsi au Québec une obsession de la franc-maçonnerie 10 assez caractéristique de celle des « victimes » de la Révolution et se fit remarquer en prônant, à Québec, « l’union intime des chefs du peuple avec les représentants de l’autorité divine11 » – inféodant bien sûr les premiers aux seconds. D’autres affrontèrent carrément l’encadrement civil de l’Église canadienne : Benjamin-Victor Rousselot par exemple, natif de Cholet (près de Nantes) et collègue d’Ernest Renan au séminaire de Saint-Sulpice, dut se faire imposer par un tribunal civil d’inhumer dans le cimetière catholique de Montréal un homme à qui il avait refusé la sépulture12. Non moins convaincu, comme il le disait, « qu’il est ridicule qu’un laïque ordonne à un prêtre13 », Rousselot se relia par conséquent sur la réfection de l’église Notre-Dame de Montréal en imposant un modèle : la Sainte Chapelle de Paris (fig. 14-15 - cahier 2). L’effort n’était pas fortuit, puisque le même Rousselot persista dans son effort de « francisation », de la matière sinon des idées, à Saint-Jacques, dès qu’il en obtint la cure (fig. 16 cahier 2), après le détachement de cette paroisse de celle de Notre-Dame, en 1882.

12Néanmoins, quels qu’en fussent les inconvénients, cette « Nouvelle-France » dotée d’une Église apparemment un peu trop soumise à l’autorité civile comportait de réels avantages, particulièrement pour les religieux français qui y arrivaient dépouillés de tous biens, à commencer par cette « cotisation » qui permettait d’obliger les citoyens à payer pour les constructions des églises et des presbytères. Bref, on pouvait pressentir une « Nouvelle-France » plutôt confortable, comme le faisait valoir, à l’époque, un juriste :

  • 14 Jean-Baptiste Brousseau, Étude incidente sur la loi civile de la province de Québec en rapport ave (...)

Ça me fait plaisir […] de voir notre si aimable curé [Rvd Messire Dupré] si grandement, si superbement, si princièrement logé dans un presbytère doré, muni de tout ce que l’art moderne a inventé pour rendre la vie douce ! Seulement, ça me fait peine de constater que, pour obtenir ce résultat, la fabrique de Sorel a dû encore une fois écorcher la loi et le coffre14 !

Un terreau néanmoins avenant

  • 15 Louis-François Richer-Laflèche, Des biens temporels de l’Église et de l’immunité de ces biens deva (...)
  • 16 Alfred Archambeault, « L’autorité sociale. Sa nature, sa nécessité, son origine, son exercice », Q (...)
  • 17 Maurice Landrieux, La paroisse canadienne dans la province de Québec, Lettre pastorale, Dijon, Uni (...)
  • 18 Louis-Adolphe Pâquet, La vocation de la race française en Amérique, sermon prononcé à Québec, le 2 (...)
  • 19 Ibid.

13Ainsi le discours de propagande et les déclarations sur l’union de l’Église et de l’État québécois devinrent-ils, en quelque sorte, prémonitoires : naturellement, l’immigration des expatriés français portait la migration du débat sur les pouvoirs civils de l’Église, de la France au Québec (fig. 17 cahier 2). C’est incontestablement inspirés par la situation française que les plus vindicatifs entreprirent de réclamer « l’immunité des biens temporels de l’Église devant les pouvoirs civils15 » ; d’autres, l’évêque de Joliette Alfred Archambeault, par exemple, annoncèrent vouloir profiter de la « leçon française » pour faire en sorte que « l’Église et l’État restent à jamais unis16 ». Dans le sillon de ce qui paraît dans les discours comme une onde de choc provoquée par la Séparation en France, l’idée s’épanouit peu à peu, dans l’esprit des théologiens et des canonistes au Québec, de faire la preuve de la souveraineté de l’Église et de ce que « ses » biens échappaient à l’autorité civile. Parce que c’est au Québec qu’on devait (et pouvait) « sauve [r] la race, la langue, avec la foi17 » en recréant « l’alliance étroite entre la patrie et Dieu18 », pour peu que « tous ceux à qui la Providence a départi le même sang, la même langue, les mêmes croyances […] resserrent entre eux ces liens sacrés19 ».

  • 20 Louis-Adolphe Pâquet, Droit public de l’Église, tome III, L’Église et le pouvoir civil, Québec, Im (...)

14« C’est sur le terrain de la loi », écrirait alors un théologien, « que se placent les théoriciens du vol pour préconiser soit l’aliénation, soit la nationalisation, soit la dévolution des biens ecclésiastiques20 ». L’Église s’engagea donc dans la même arène.

  • 21 George VI, chap. 87 : Loi reconnaissant l’indépendance des institutions religieuses.

15Tranquillement, presque subrepticement, elle obtint ainsi de la législation qu’elle « glisse » vers cette « alliance » que la loi de Séparation inspirait de revendiquer, en conférant à l’évêque des pouvoirs civils, d’abord de constituer seul des paroisses, à Montréal notamment, ensuite de donner la garantie de l’État sur des bons d’emprunts, par exemple. Puis, en 1937, comme pour donner un contre-exemple à la situation française, le législateur québécois leva toutes les obligations d’inventaire qui étaient faites aux institutions religieuses, prétendument pour reconnaître « l’indépendance21 » de celles-ci.

16Ce n’était pas d’indépendance, mais de pouvoirs civils qu’il s’agissait. En 1965, quand le Parlement jugea pertinent de modifier la Loi des fabriques, il en reçut le projet de loi, non pas de quelque commission parlementaire, mais de l’Assemblée épiscopale de la province de Québec.

Au bout de la Séparation, la spoliation

  • 22 Paroles de Daniel Johnson, rapportées dans Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, l’ (...)
  • 23 Il s’agit de René Binette. Ses propos sont rapportés dans Débats de l’Assemblée législative du Qué (...)

17À l’Assemblée, l’opposition à la nouvelle loi, paradoxalement, fusa de la droite, qui argua que « contrairement à la tendance actuelle, contrairement à une foule de législations adoptées par le gouvernement actuel, [on donnait à] l’Église de la part de l’État une délégation de pouvoirs qu’elle n’avait pas autrefois22 ». Le député qui parrainait la loi s’expliqua : « c’est une loi œcuménique23 », dit-il. Dans les faits, la loi transférait tous les pouvoirs des citoyens à l’évêque : constructions d’églises, réparations d’églises, cotisations, aliénations qui jadis tenaient de l’assentiment de la majorité des citoyens revenaient aux autorités ecclésiastiques. Puis, chose curieuse, la nouvelle loi forçait les fabriques à se débarrasser de leurs œuvres de loisirs, c’est-à-dire, notamment, les « centres de loisirs » et patronages que les religieux français, précisément, avaient semés un peu partout dès leur installation au Québec, encouragés sans doute par les dispositions de la Loi des fabriques qui permettaient de recourir aux cotisations pour tous les immeubles construits sur les terrains de la fabrique.

  • 24 Propos de René Binette, ibid., 15 juillet 1965.
  • 25 Ibid.

18Chose curieuse, en effet, car ces œuvres de loisirs, parmi lesquelles les fameux « bingos » qu’évoquait un député à l’Assemblée – une forme de loto communautaire (fig. 18 - cahier 2) – restaient extrêmement populaires et contribuaient sans doute au financement des activités ecclésiales ; il est donc difficile de comprendre l’argument de l’Assemblée épiscopale selon lequel ces œuvres « grev[aient] les budgets des fabriques24 » ou qu’elles devaient être supprimées en raison de vagues « engagements financiers25 ». En revanche, les supprimer requérait du Parlement qu’il abroge l’imprescriptibilité des biens des fabriques ou, en d’autres mots, que l’on considère que les biens sous leur administration ne soient plus hors commerce, comme l’avaient usuellement toujours été les biens d’Église…

19Pour en revenir à la question que je soulevais en introduction de cet article, c’est ainsi qu’on a pu en arriver à ça. Les dix églises vendues et démolies à Montréal (parmi d’autres) que j’évoquais alors l’ont été, non pas depuis que tous admettent que les églises se vident et qu’il faut les sauver, mais dans les huit années qui ont suivi l’adoption de la nouvelle Loi des fabriques. Dans le cas de Sainte-Anne, disparue en 1969, c’est même l’évêque qui a fait démolir l’église pour vendre le terrain.

Mais pourquoi ?

  • 26 Paroles de Daniel Johnson, op. cit.

20On pourrait, à prime abord, rester perplexe quant aux motivations qui inspirèrent au parlement, comme on le dénonça à l’Assemblée, de donner « à l’Église des pouvoirs qu’elle n’avait pas autrefois26 ». Il faut alors savoir que l’époque est celle, au Québec, dite de la « Révolution tranquille » : un nouveau gouvernement avait entrepris de moderniser l’État. Or, les Séparations de l’État et de l’Église, c’est bien connu, se jouent généralement sur le terrain de l’éducation : c’est ainsi que ce gouvernement avait soulevé l’objection véhémente de l’Assemblée épiscopale en créant un ministère de l’Éducation et un réseau d’écoles publiques, à l’encontre de la situation qui prévalait jusque-là, en vertu de laquelle l’éducation était entre les mains de l’Église, comme le vantait au début du siècle la Revue du clergé français et comme elle avait été consolidée, évidemment, depuis l’immigration des communautés enseignantes françaises. C’est cette situation que le gouvernement de la Révolution tranquille, dit « l’Équipe du tonnerre », désirait renverser, en retirant de surcroît les soins hospitaliers aux communautés religieuses. Écoles et hôpitaux sont donc passés du camp de l’Église à celui de l’État. L’État aura, en échange sans doute, donné les églises. Peut-être n’y a-t-il même pas pensé.

21Selon toute vraisemblance, ainsi, le gouvernement du Québec, en 1965, sépara l’Église de l’État – au terme d’un processus « d’union » amorcé dans la foulée de l’ultramontanisme et encouragé par « l’anti-Séparationnisme » transporté au Québec de la France. Mais s’agissait-il vraiment de Séparation ?

  • 27 Nous empruntons ces chiffres à Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François R (...)
  • 28 Louis Rousseau, « Le Saulnier, Candide-Michel », Dictionnaire biographique du Canada, vol. VI, 182 (...)

22Dans tous les cas, si le gouvernement ne considéra guère les bâtiments-églises, l’Église, elle, devait certainement y songer. Il est des signes qui ne mentent pas. Une fois tarie la filière française de recrutement, les effectifs religieux et la pratique religieuse catholiques au Québec ont repris le mouvement de déclin que les vagues d’immigration françaises avaient quelque temps freiné, depuis le tout début du xixe siècle. À la fin des années 1960, le taux de fréquentation des églises catholiques à Montréal frôlait les 30 %27, soit juste un peu moins que le niveau qu’il atteignait en 183028. De surcroît, pendant les quatorze années que l’Assemblée épiscopale consacra à la préparation de la Loi des fabriques, de 1951 à 1965, le nombre de demandes se multipliait à la Commission des monuments historiques, non pas pour des classements ou des restaurations, mais pour des subventions au chauffage d’églises, la paroisse ou l’évêque n’en ayant apparemment plus les moyens ; pendant ce temps, aussi, les fabriques déficitaires et les dettes paroissiales augmentaient, de ça, de là, sans cesse.

  • 29 Louis-Adolphe Pâquet, op. cit., p. 197.

23Un théologien que j’ai cité précédemment, Louis-Adolphe Pâquet, proposait en 1912 que l’Église apprenne à profiter de la stabilité économique des biens immeubles, quitte à « assujeti [r] de larges patrimoines29 » ; si, pour reprendre ma question initiale, on a pu en arriver à abattre ce que les Québécois considèrent encore comme leurs « châteaux », c’est que l’Église vend les églises, et encaisse pour se renflouer l’actif foncier que les citoyens ont constitué grâce aux impôts prélevés sur leurs propriétés.

24En d’autres mots, la Séparation, en France, a provoqué au Québec des effets tout à fait contraires, en renversant la situation québécoise. Parce qu’on a expatrié au Québec un débat et des espoirs qui n’étaient jusque-là, pour l’essentiel, que français. Ainsi, tandis que la Séparation en France a finalement sauvé un grand nombre d’églises, elle a provoqué, somme toute, la spoliation de celles du Québec, par surcroît sous le couvert, en 1965, de la Séparation de l’Église et de l’État.

Et quant à la Séparation (au Québec)…

25Le legs des religieux français immigrés au Québec, ou celui, à tout le moins, de la migration des idéaux nés de la Séparation française, se serait-il pour autant alors évanoui, à travers cette brèche dans l’union de l’Église et de l’État à laquelle on aspirait en « Nouvelle-France » ? Certes, le sort des œuvres de loisirs, dont la sécularisation aura servi de prétexte à la vente des églises, de même que celui de quelques-unes des églises confiées à ces religieux migrants, au lendemain de la loi de 1965 et depuis (fig. 19 cahier 2), tend à dissiper leur héritage. Mais celui-ci semble beaucoup plus vaste : bien que les œuvres de loisirs aient été prises en charge par l’État et plusieurs églises vendues et démolies, le fantôme né des lois de Séparation rôde toujours, au Parlement et dans le patrimoine.

  • 30 Propos de Louise Beaudoin, alors ministre de la Culture et des Communications, rapportés dans Comm (...)

26C’est trente ans après avoir adopté la Loi des fabriques de 1965, qui donna les églises à l’Église pour séparer l’Église de l’État, que le gouvernement du Québec a créé cette Fondation du patrimoine religieux destinée à distribuer, comme je l’ai évoqué, plus de 150 millions de dollars en dix ans pour restaurer des églises, pour peu qu’on y maintienne la vocation cultuelle. En d’autres mots, on pourrait croire qu’au Québec, contrairement à la France de 1905 que les religieux avaient fui, on subventionne le culte. Ce critère d’attribution – et, partant, de sélection patrimoniale – ne devrait pourtant pas étonner : la Fondation du patrimoine religieux du Québec a en effet été formée des représentants des principales religions au Québec, avec pour conséquence que ses choix, qui représentent ceux de 5 % de la population, sont assumés collectivement par les 95 % restants qui ne pratiquent pas, au nom du patrimoine. D’un patrimoine qu’on a manifestement, en 1965, privatisé. Ainsi les fonds du ministère de la Culture et des Communications ont-ils pu aller, non pas nécessairement aux églises classées, mais à d’autres dont la Fondation avouait elle-même qu’elles étaient de « moindre valeur patrimoniale ». Faisant écho au commentaire du député qui avait parrainé la Loi des fabriques de 1965, celui de la ministre de la Culture et des Communications qui mit sur pied la Fondation du patrimoine religieux, pourtant, explique tout : elle jugeait en effet « l’idée géniale »… « parce qu’elle [était] œcuménique30 ». Il ne faut donc guère se surprendre qu’au Québec, aujourd’hui, on parle des églises comme du « patrimoine religieux », à l’encontre aussi bien de l’investissement civil qu’elles ont convoqué que de la notion même de « patrimoine ». Ni que le même manège se poursuive : pour ne prendre que cet exemple, Notre Dame-du-Chemin, à Québec, avait reçu, pour être restaurée, 50 000 $ en fonds publics, tout juste avant d’être vendue et démolie, sur ordre de la fabrique qui fut peu après supprimée par l’évêque (fig. 20a et b - cahier 2). D’autres exemples révèlent au demeurant que ce sont de plus en plus souvent les autorités ecclésiastiques, et non plus les fabriques, qui vendent les églises que les citoyens ont payées, grâce aux pouvoirs civils qu’on leur a donnés et avec la plus value apportée par les subventions données au nom du patrimoine. Bel incitatif, certes ; mais quant à la Séparation de l’Église et de l’État…

27Le premier véritable signe en ce sens au Québec, depuis 1905, est en réalité survenu en juin 2005, quand le gouvernement a annoncé cesser de soutenir financièrement l’enseignement religieux dans les écoles publiques. L’Assemblée épiscopale s’est, évidemment, opposée ; aussi le gouvernement a-t-il promis de surseoir à l’exécution de sa décision pendant encore trois ans. En bref, alors qu’on commémore en France le centenaire de la Séparation, on pourrait, au Québec, célébrer le 40e anniversaire de la consommation de l’union de l’Église et de l’État.

  • 31 Commission de la Culture, Patrimoine religieux québécois. Document de consultation, Québec, Assemb (...)

28Quant aux églises, le gouvernement a néanmoins décidé à nouveau de se préoccuper de leur sort, en mettant sur pied, aussi en juin 2005, une vaste consultation publique, menée dans les quatre coins du Québec par la Commission de la culture de l’Assemblée nationale. Mais les églises, comme le révèlent les documents de la consultation, sont dorénavant submergées par une mer de « patrimoine religieux » dans laquelle, sous prétexte de religion (et non de patrimoine, précisément), on jette aussi les couvents, une « pléiade de biens mobiliers31 », des archives, des croix de chemins, des œuvres d’art, etc. C’est dire que la reprise civile des églises du Québec est encore loin.

Épilogue

29Il a coulé de l’eau sous les ponts depuis que l’évêque de Dijon a constaté qu’au Québec – si on ne pouvait le faire en France – il importait de sauver « la race, la langue, avec la foi ». Dans cette « nouvelle France », les églises, retirées à la collectivité, « désécularisées » et « dépatrimonialisées » ont donné beaucoup à l’Église. Celles qu’on a vendues en 1965, au lendemain, non pas de la Séparation mais du concordat, ont apporté plus de 5 millions de dollars. Dans les quatre dernières années seulement, c’est au moins le même montant qui est passé directement dans les caisses des autorités épiscopales ; dans les dix dernières années, l’Église a vendu pour plus de 8 millions de dollars d’églises. Et rien ne laisse croire, avec les 150 millions investis pendant ce temps dans la « restauration », que ce soit fini.

30Dans la mesure où la « race et la langue », à tout le moins, semblent désormais sauvées, la Séparation de l’Église et de l’État au Québec, si elle devait advenir, demande encore que l’on fasse un choix. Qu’on décide si l’investissement de la collectivité québécoise n’est que de l’argent pastoral, ou si les églises sont patrimoniales. Bref, qu’on fasse le choix du patrimoine. Celui qui a été fait en France en 1905 et qu’au Québec, cent ans plus tard, il reste à faire.

Notes

2 Guy Laperrière, Les congrégations religieuses. De la France au Québec, 1880-1914, tome 3, Vers des eaux plus calmes. 1905-1914, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, p. 440.

3 Laperrière recense une augmentation de 1055 religieux au Québec de 1901 à 1911, et, pendant la même période, l’arrivée de 1184 religieux français immigrés. Ibid., p. 441.

4 Philippe Sylvain, « Forbin-Janson, Charles-Auguste-Marie Joseph de », Dictionnaire biographique du Canada, vol. VII, 1836-1850, Toronto, Presses de l’Université de Toronto [en ligne].

5 Frédéric Gerbié, Le Canada et l’émigration française, Québec, C. Darveau, 1884, p. 129.

6 Maurice Landrieux, La paroisse canadienne dans la province de Québec, Lettre pastorale, Dijon, Union typographique, 1926 [1922], p. 5.

7 Auguste Gosselin, « L’Église du Canada », Revue du clergé français, 1895, p. 1, 26 et 29.

8 Ibid., p. 25, 37-38.

9 Cette citation de l’abbaye de Notre-Dame-du-Lac des Deux-Montagnes et l’Ordre de Citeaux au Canada et dans les États-Unis (Montréal, Beauchemin, 1907, p. 107) nous est donnée par Guy Laperrière, op. cit., p. 397.

10 Voir l’ouvrage qu’il publia sous le pseudonyme de Jean D’Erbrée, La franc-maçonnerie dans la province de Québec, s. l., [l’auteur], 1883, 274 p.

11 Voir, au sujet du personnage, Yves Roby, « Hamon, Édouard », Dictionnaire biographique du Canada, vol. XIII, 1901-1910, Toronto, Presses de l’Université de Toronto [en ligne].

12 Hormis le jugement lui-même de cette retentissante affaire, dite « Joseph Guibord » (du nom du paroissien décédé) et portée devant les tribunaux par sa veuve, Henriette Brown, on peut lire à ce sujet Edmond Lareau, Histoire du droit canadien, tome II, Domination anglaise, Montréal, A. Périard, 1889, p. 449-451.

13 Cité dans Louis Rousseau, « Rousselot, Benjamin-Victor », Dictionnaire biographique du Canada, vol. XI, 1881-1890, Toronto, Presses de l’Université de Toronto [en ligne].

14 Jean-Baptiste Brousseau, Étude incidente sur la loi civile de la province de Québec en rapport avec la construction, les réparations, etc., des églises, presbytères et autres édifices dépendant des fabriques catholiques, avec commentaires sur son observation par la fabrique de la paroisse de St. Pierre de Sorel, Sorel, [s. n.], 1888, p. 12-13.

15 Louis-François Richer-Laflèche, Des biens temporels de l’Église et de l’immunité de ces biens devant les pouvoirs civils, Trois-Rivières, 1889, 66 p.

16 Alfred Archambeault, « L’autorité sociale. Sa nature, sa nécessité, son origine, son exercice », Québec, Imprimerie de l’Action sociale, 1909, p. 40.

17 Maurice Landrieux, La paroisse canadienne dans la province de Québec, Lettre pastorale, Dijon, Union typographique, 1926 [1922], p. 5.

18 Louis-Adolphe Pâquet, La vocation de la race française en Amérique, sermon prononcé à Québec, le 23 juin 1902, [BeQ], passim

19 Ibid.

20 Louis-Adolphe Pâquet, Droit public de l’Église, tome III, L’Église et le pouvoir civil, Québec, Imprimerie de l’Action sociale, 1912, p. 205.

21 George VI, chap. 87 : Loi reconnaissant l’indépendance des institutions religieuses.

22 Paroles de Daniel Johnson, rapportées dans Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, l’Assemblée, 15 juillet 1965.

23 Il s’agit de René Binette. Ses propos sont rapportés dans Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, l’Assemblée, 14 et 15 juillet 1965.

24 Propos de René Binette, ibid., 15 juillet 1965.

25 Ibid.

26 Paroles de Daniel Johnson, op. cit.

27 Nous empruntons ces chiffres à Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard, Histoire du Québec contemporain, tome II, Le Québec depuis 1930, p. 653.

28 Louis Rousseau, « Le Saulnier, Candide-Michel », Dictionnaire biographique du Canada, vol. VI, 1821-1835, Toronto, Presses de l’Université de Toronto [en ligne].

29 Louis-Adolphe Pâquet, op. cit., p. 197.

30 Propos de Louise Beaudoin, alors ministre de la Culture et des Communications, rapportés dans Commission permanente de la culture, « Étude des crédits du ministère de la Culture et des Communications », Les travaux parlementaires. Journal des débats, 23 avril 1996.

31 Commission de la Culture, Patrimoine religieux québécois. Document de consultation, Québec, Assemblée nationale du Québec, juin 2005, p. 15.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540