Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Quatrième partie. Bilan et élargissements

Église et État dans la Grèce contemporaine

Maria Ménégaki

Texte intégral

1La question du rapport entre l’Église et l’État constitue un des éléments fondamentaux et permanents de la civilisation grecque contemporaine. Dans l’État néohellénique, dont la formation doit beaucoup à l’influence des Lumières et de la Révolution française, et par conséquent au classicisme grec et à l’idéal laïc, hellénisme et culte orthodoxe sont pourtant liés à tel point qu’on parle couramment de « civilisation helléno-orthodoxe ».

2Afin de comprendre ce paradoxe ainsi que le régime du rapport entre l’Église et l’État dans la Grèce actuelle, il nous semble utile de nous référer brièvement au passé historique.

Aperçu historique

  • 1 Maria Ménégaki, « Les fêtes républicaines de la Révolution française et l’Antiquité grecque », Com (...)
  • 2 Nikolaos Svoronos, « Vers la Grèce moderne : l’hellénisme, fondement de l’Empire byzantin » Encycl (...)

3L’Église en tant qu’organisme social régi par la loi et fondé sur une confession religieuse précise ne rentre pas dans la tradition de la Grèce classique1. Par le mot « Ekklhsiva tou Dhvmou » on entendait le rassemblement des membres de la cité ayant droit de discuter sur les affaires publiques. Du Ier au Ve siècle après Jésus-Christ se poursuivit une âpre lutte entre l’hellénisme et le christianisme, qui se termina par la victoire complète de l’idée monarchique et chrétienne sur l’idéal démocratique, la philosophie et la culture hellénique2. Le triomphe fut tel que les Hellènes abandonnèrent leur nom ethnique pour adopter celui de Romains (Rwmioiv). En 529 après Jésus-Christ. l’empereur Justinien donna le coup de grâce à la culture grecque en fermant l’École philosophique d’Athènes qui avait succédé à l’Académie de Platon.

  • 3 Le christianisme a su combattre son adversaire en utilisant ses propres armes : langue grecque, rh (...)

4Cette rupture totale avec la tradition hellénique et païenne dura jusqu’au xie siècle. L’hellénisme se détachant de sa tradition se lia à la nouvelle religion : la christianisation pénétra dans l’espace de l’Hellade et s’étendit dans toute l’aire géographique dominée par l’élément hellénique après la campagne et les conquêtes d’Alexandre le Grand, à savoir en Asie Mineure, en haute Syrie, au Pont-Euxin, dans la péninsule balkanique et même, aux environs du xie siècle, en Italie du sud et en Sicile3.

5Les premières communautés chrétiennes, créées par l’apôtre Paul dans les limites de la Grèce actuelle, sont celles de Philippes (actuellement Kavala), de Salonique, Verria, Athènes, Nikopolis (actuellement Préveza) ainsi que celle de Patras créée par l’apôtre Andréas, patron de la ville. Cette expansion s’acheva au xe siècle avec la christianisation des païens du sud du Péloponnèse (Magne) qui avaient longtemps résisté.

  • 4 Au début du viie siècle l’évolution était déjà accomplie : l’empereur romain devint basileus-autoc (...)

6Entre temps, aux environs du ve siècle, dans les régions orientales de l’Empire romain, au pouvoir romain commença à se substituer celui de l’Empire byzantin, dont les habitants étaient en majorité Grecs et qui possédait une culture grecque, une tradition et une mémoire collective grecques, de sorte que vers 1204, peu avant la prise de Constantinople par les croisés, l’Empire byzantin s’était transformé en un État essentiellement grec4. À partir de ce moment, l’Église chrétienne d’Orient, devenue Église orthodoxe, assuma un rôle important qui explique dans une large mesure son statut dans la Grèce actuelle.

  • 5 Il s’arrogeait même le droit de destituer ou d’expulser le patriarche œcuménique.

7L’Empire byzantin fut une monarchie théocratique fondée sur le principe de la soumission de l’Église à l’État et marquée d’une forte interaction entre ces deux domaines. À la tête de l’Église se trouvait le patriarche œcuménique mais en réalité c’était l’empereur qui gérait personnellement les affaires ecclésiastiques5. En revanche, au cours de l’histoire de l’Empire, certains patriarches ont joué, eux aussi, un rôle temporel assez important et ont même contribué à l’éviction ou à l’intronisation de tel ou tel empereur.

  • 6 Constantinople était occupée par les croisés en 1204 et puis reprise par les Paléologues en 1261. (...)

8À partir du xve siècle, l’Empire byzantin succomba à la poussée des Ottomans, couronnée par la prise de Constantinople en 1453. Dans ce nouveau cadre, l’hellénisme s’efforça de sauvegarder son identité nationale et l’Église orthodoxe y contribua largement grâce au pouvoir politique, social et économique dont fut investi le patriarche. En effet, l’Église avait joué un rôle important dans la pénétration de l’islamisme en Orient aux dépens des Latins6. Grâce à son ascendant sur l’État, augmenté au fur et à mesure que le régime féodal devenait insupportable pour les populations de l’Empire, elle facilita la conquête turque et par la suite elle exerça son influence afin de détourner les orthodoxes de toute tentative de révolte contre le sultan. La conquête de Constantinople par Mehmet II fut interprétée par l’Église comme un événement voulu par Dieu.

  • 7 Le premier patriarche choisi par Mehmet II fut Georgios Scholarios, dit Gennadios, pour avoir comb (...)

9Le sultan, de sa part, érigea les Grecs au rang du second peuple de son Empire. Tous les chrétiens orthodoxes furent assimilés au « millet » grec et le patriarche en fut le chef et siégea à Constantinople à côté du sultan7. Pendant les 360 ans à peu près que dura l’occupation turque, le patriarche exerça sur les rayas (esclaves) un pouvoir spirituel, politique et judiciaire se transformant ainsi en ethnarque. Celui-ci et le haut clergé étaient responsables à l’égard du sultan en ce qui concerne les rapports entre les conquérants et les rayas. Ils essayaient de convaincre ces derniers que les Ottomans étaient envoyés par Dieu et qu’ils leur devaient obéissance et gratitude.

  • 8 Ce texte, publié à Constantinople en 1798, porte le nom du patriarche de Jérusalem Anthimos, morib (...)
  • 9 Voir Adamantios Koraïs, Didascalie fraternelle aux Grecs qui vivent dans l’Empire ottoman (en grec (...)

10Pendant la Révolution française, le patriarche Grégoire V adressa aux chrétiens orthodoxes une encyclique, intitulée Didascalie paternelle. Dans ce texte, il exhortait les Grecs à se tenir à l’écart de pareils modernismes qui conduisent à la catastrophe des nations, à ne pas suivre l’exemple des Français et à rester fidèles au pouvoir turc « délégué par Dieu » et « bénéfique8 ». Le penseur grec Adamantios Koraïs riposta par une Didascalie fraternelle où il réfutait ce texte, exaltait les idéaux de la Révolution française et incitait le peuple grec à suivre la voie de l’émancipation nationale9.

  • 10 Le patriarche fut tout de même mis à mort par le sultan en tant que responsable envers lui de la r (...)
  • 11 Voir C. Th. Dimaras, Histoire de la littérature néohellénique, coll. de l’Institut Français d’Athè (...)

11Au déclenchement de la guerre d’indépendance, en 1821, le même patriarche, Grégoire V, adressa aux fidèles une encyclique condamnant l’insurrection et excommuniant son chef Alexandre Ypsilantis10. Jusqu’au terme du combat, le patriarcat de Constantinople, composé de Grecs – comme c’est le cas jusqu’à nos jours – soutint l’État ottoman et chercha à ramener les insurgés à la « légitimité ». Cette attitude du patriarcat œcuménique ne put cependant rompre une longue tradition qui, depuis la formation de l’Empire byzantin, confondait aux yeux du peuple grécité et orthodoxie, de sorte que les idées des Lumières, qui prévalaient dans les rangs de l’intelligentsia grecque de la diaspora11, n’ont pas eu d’impact chez le peuple ressuscité. Il est vrai, d’ailleurs, que le bas clergé ainsi que certains évêques rompant avec la politique proturque du haut clergé et du patriarcat se sont engagés dans la Révolution grecque et ont sacrifié leur vie à l’« autel » de la liberté.

Statut juridique actuel

  • 12 Il est à noter que la seule constitution qui ne contienne aucune référence à la religion est celle (...)
  • 13 Cette clause provoqua la réaction de Koraïs qui estimait que de cette façon était violé le princip (...)
  • 14 C’est seulement dans la dernière constitution de 1975 que la liberté de conscience est expliciteme (...)

12La Grèce, une fois libérée et constituée en État indépendant par les traités de 1830 et 1832, régla ses comptes avec le patriarcat en instituant ce qu’on appelle l’« autocéphalie » : précisément avec l’avènement de la monarchie absolue, en 1833, le roi Othon de Bavière, bien que catholique romain, fut proclamé par les évêques chef de l’Église de Grèce, laquelle se séparait de cette façon du patriarcat œcuménique de Constantinople. Quant au statut de l’Église, celui-ci occupa les esprits dès les premiers jours de la Révolution de 1821 et même avant12. Toutes les constitutions grecques de 1821 jusqu’à nos jours sont introduites par l’invocation de la « Sainte Consubstantielle et Indivisible Trinité », tandis que leur premier article stipule que « la religion dominante en Grèce est celle de l’Église orientale orthodoxe du Christ13 » ; en d’autres termes la confession orthodoxe constitue la religion officielle, c’est une religion d’État. En conséquence, l’Église orthodoxe jouit d’une protection spéciale et de prérogatives refusées aux autres cultes. Le même article prévoit tout de même que les autres cultes sont « tolérés », selon le principe de la liberté de conscience inspiré par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 178914.

  • 15 On parle du successeur car le roi Othon était catholique. Le dernier roi non orthodoxe, Georges Ie (...)

13À partir de 1844, date de l’instauration de la monarchie constitutionnelle, le roi cessa d’être le chef de l’Église, administrée désormais par le Synode des évêques, mais le principe de la liberté de conscience ne s’appliqua pas pour autant au chef de l’État : la constitution prévoyait que le successeur du trône, le régent et le commissaire du roi devaient professer la religion de l’Église orthodoxe orientale et que le roi à son avènement devait prêter serment de protéger en premier lieu la religion orthodoxe et puis la constitution et les lois15.

  • 16 Curieusement, le cas de membres de l’Assemblée nationale éventuellement athées n’est point envisag (...)

14En 1975, après la chute de la dictature septennale des colonels et l’avènement du régime républicain, les clauses concernant la religion du chef de l’État – désormais président de la République – ainsi que son obligation de jurer protection de la religion dominante ont disparu de la constitution ; mais il n’en reste pas moins que celui-ci en assumant ses fonctions doit prêter serment selon la formule orthodoxe de préserver la constitution, les lois, la liberté des Hellènes, etc. Étant donné que la constitution ne prévoit aucune autre formule pour celui qui éventuellement professerait un autre culte ou qui serait tout simplement athée, les juristes demeurent perplexes devant la question de savoir si un citoyen grec non chrétien orthodoxe aurait le droit d’accéder à la dignité de président de la République hellénique. Notons d’ailleurs que les députés sont également soumis à l’obligation du serment religieux ; mais pour le cas de députés hétérodoxes, il est explicitement prévu que le serment sera prononcé selon la formule de leur propre culte16.

  • 17 Le parti socialiste, bien que se déclarant l’apôtre de l’émancipation sociale et de l’égalité des (...)

15La constitution de 1975, votée sous le gouvernement conservateur de Constantinos Karamanlis, fut révisée à deux reprises (1993, 2001) sous le gouvernement socialiste d’Andréas Papandréou qui avait inscrit dans le programme de son parti la Séparation définitive de l’Église et de l’État ainsi que la « socialisation » de la fortune ecclésiastique et monastique. Aucun de ces deux grands partis (qui représentent plus de 85 % du peuple grec) n’a osé trancher ces questions touchant aux intérêts de l’Église orthodoxe. Les problèmes juridiques soulevés quant à la religion et aux compétences du président de la République sont représentatifs des conséquences de cette attitude timorée17.

16Le serment religieux est également obligatoire en justice civile et pénale sauf si on se déclare athée, ce qui est très rare, car cela, jusqu’à une date très récente, devait être attesté par la carte d’identité.

Mécanismes de contrôle

17L’État exerce son contrôle sur l’Église orthodoxe à travers diverses institutions. Les affaires religieuses concernant l’intérieur du pays sont gérées par le ministère de l’Éducation nationale qui est en même temps ministère des Cultes. Les affaires extérieures, c’est-à-dire les relations de l’État grec avec les différents patriarcats, les autres Églises orthodoxes et le Mont Athos (assimilé à un territoire étranger) sont assumées par le ministère des Affaires étrangères qui comprend une direction des Affaires religieuses.

18En outre, les évêques sont élus par leurs pairs mais la nomination est publiée par un décret présidentiel. Les actes d’ordre administratif de l’Église sont soumis au contrôle en annulation du conseil d’État. Dans le conseil épiscopal assistent un juge et un représentant des services fiscaux. Afin que les fidèles d’un autre culte puissent faire construire un temple, il faut l’avis favorable du métropolite local ainsi que l’approbation du ministère de l’Éducation nationale et des Cultes.

Institutions de « protection »

  • 18 Notons que jusqu’en 2002 même la répartition des circonscriptions électorales était calquée sur ce (...)
  • 19 Étant donné que dans les documents d’état civil (certificat de naissance, de mariage etc.) sont in (...)

19Ce contrôle est tout de même largement compensé par la protection spéciale dont jouit l’Église orthodoxe. Grâce aux institutions de l’État, toute la vie des Grecs est imprégnée par cette religion18. D’ailleurs, ceux-ci n’ont pas la possibilité de choisir eux-mêmes leur religion puisqu’ils sont baptisés dès l’âge d’un ou deux ans et même avant. Le nom de l’enfant, lié au baptême, est donné par le parrain ou la marraine. Très peu sont au courant de la loi en vertu de laquelle le nom doit être déclaré à la mairie dès la naissance de l’enfant. Au contraire, nombreux sont ceux qui font baptiser leurs enfants pour la seule raison qu’ils craignent de leur créer des problèmes à l’école au cas où ils ne seraient pas baptisés19.

20Jusqu’à une date très récente, le mariage était exclusivement un mystère religieux et le divorce était délivré par les tribunaux conjointement avec l’Église. Le parti socialiste, malgré ses promesses électorales, n’osa pas toucher à ce privilège de l’Église. Il institua tout juste le mariage civil à titre facultatif et ceci sur l’argument de faciliter l’union entre hétérodoxes.

21Quant aux obsèques civiles, elles ne sont pas officiellement établies par l’État. Très récemment, certaines personnes, membres du parti communiste, ont eu un enterrement civil selon leur dernier vœu. Mais celui qui a fait date, c’est l’enterrement de l’ex-secrétaire général du parti communiste grec, Charilaos Florakis. Pour la première fois dans l’histoire de la Grèce, toutes les autorités (président de la République, Premier ministre, chefs de tous les partis) se sont rendues, non à la cathédrale selon le rituel de tradition mais au siège du parti communiste pour célébrer les funérailles de Florakis où à la place de chants religieux on a entonné l’hymne de l’Internationale et d’autres chansons « révolutionnaires ».

  • 20 Voir Jean Konidaris, Manuel de droit ecclésiastique, (en grec), Athènes, Sakkoulas, 2000, p. 91. C (...)
  • 21 Les prières et l’assistance à la messe sont également obligatoires à l’armée.
  • 22 Il est à remarquer que la presse quotidienne, aussi bien nationale que régionale, à la seule excep (...)

22Enfin, le domaine où l’État accorde une grande priorité à la religion dominante est celui de l’éducation. La dernière constitution de la monarchie, celle de 1952, stipulait que la civilisation helléno-chrétienne devait constituer la base de l’orientation idéologique de l’enseignement primaire et secondaire. Cette clause fut éliminée dans la constitution de la République de 1975. Cependant, dix années plus tard, en 1985, une loi spéciale du gouvernement socialiste stipule explicitement qu’aux objectifs de l’enseignement appartient celui qui consiste à inspirer aux élèves une foi profonde aux « purs éléments » de la tradition chrétienne orthodoxe20. La leçon de religion est obligatoire depuis l’école primaire jusqu’à la dernière classe du lycée. On dirait que c’est l’équivalent du catéchisme puisque pratiquement seul le dogme orthodoxe y est enseigné. En plus, l’année scolaire est inaugurée par un Te Deum chanté dans tous les établissements scolaires du pays, tandis que tous les jours avant l’entrée en classe on est rassemblé dans la cour de l’école pour une prière en commun. Le règlement prévoit que les enseignants doivent conduire les élèves à l’église aussi souvent que possible mais au moins deux fois par an21. D’ailleurs, les jours de congé des écoles, ainsi que ceux des fonctionnaires et travailleurs en général, sont calqués sur les fêtes du calendrier grégorien22.

  • 23 Sans pour autant avoir le statut du fonctionnaire selon le droit administratif. Un grand constitut (...)
  • 24 Récemment nous avons été témoins de scandales financiers et judiciaires concernant la mauvaise ges (...)

23Les ministres de la religion dominante, considérés comme participant à une mission de service public, sont rémunérés aux dépens du budget public tout comme les fonctionnaires de l’État23. Malgré cela, l’Église maintient et gère toute seule une énorme fortune mobilière et immobilière, jouissant même de privilèges fiscaux24. Elle perçoit, en outre, un revenu important de la célébration des mariages, baptêmes, funérailles, ayant même imposé des tarifs suivant le « rang » de la cérémonie (nombre de lustres allumés, décoration, chorale, présence de prélats etc.).

24L’Église chrétienne orthodoxe grecque constitue donc aujourd’hui une puissance économique considérable, avec toutes les conséquences qui en découlent ; par exemple l’influence sur l’opinion publique et par extension sur la vie sociale et politique en général.

Remarques de conclusion

  • 25 Le professeur Michalis Stathopoulos pense que certaines dispositions – comme par exemple celle qui (...)
  • 26 La Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a pris une décision (en février 1999 (...)

25Tout ce qui vient d’être mentionné, présente l’image d’un État grec sinon théocratique25, au moins intimement lié à l’Église orthodoxe. Aucun gouvernement n’a osé porter atteinte à ce régime en vigueur depuis 200 ans environ. La pression exercée par l’Union Européenne aura peut-être raison un jour de cette sclérose séculaire26. L’affaire des cartes d’identité en est la preuve.

  • 27 Cette liberté personnelle est garantie par la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi (...)

26Depuis la période de la seconde guerre mondiale était imposée par les occupants allemands la mention de l’appartenance religieuse sur la carte d’identité afin que les juifs soient repérés. En 1993 le parlement grec a confirmé presque unanimement cette loi. Plus tard (2000), on a dû se conformer aux directives de l’Union Européenne concernant la protection des données personnelles27 et abolir l’obligation de déclarer sa foi aux autorités civiles. L’Église souleva une tempête de protestations contre cette décision : pétitions, manifestations de rues par des prêtres et des laïcs, discours publics de l’archevêque d’Athènes, etc. Tout cela est resté sans suite. Pour la première fois, le précepte européen l’emporta sur la peur du « coût politique ».

27D’ailleurs, l’Église orthodoxe refuse obstinément de suivre tant soit peu les progrès de la civilisation. La traduction des textes de la Sainte Écriture en langue parlée est interdite sans l’autorisation de l’Église de Grèce et du patriarcat de Constantinople. Ainsi les fidèles, qui dans leur écrasante majorité étaient analphabètes dans le passé et actuellement ne savent pas la langue des Écritures (langue pure), ne peuvent pas avoir un accès direct au contenu des textes sacrés. L’Église ignore l’égalité des sexes : les femmes ne peuvent pas devenir prêtresses, n’ont même pas le droit d’entrer dans la sacristie, elles sont seulement chargées de travaux subalternes (nettoyer le temple, décorer l’Épitaphe, éteindre les bougies). Pendant la cérémonie des mariages, on lit toujours l’épître de l’apôtre Paul disant que les femmes doivent se soumettre à leurs maris.

28Quant à la liberté de conscience, nous hésitons à affirmer qu’elle est tout à fait respectée. Non seulement parce que les autres cultes ne jouissent pas des mêmes prérogatives que le culte officiel, mais aussi à cause du climat créé avec l’appui de l’État qui fait que les non orthodoxes, et surtout les indifférents en matière de religion, sont vus comme des êtres un peu bizarres.

Bibliographie

Bibliographie

Abdelfattah Amor, Questions relatives aux droits de l’homme : questions relatives aux droits de l’homme, y compris les divers moyens de mieux assurer l’exercice effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales, rapport, Genève, 7 novembre 1996.

Balanos Dimitri, Les idées religieuses de Adamantios Koraïs (en grec), Athènes, 1920.

Baubérot Jean, « Modèle de société et politique des cultes en Europe. Problématique générale », in Blandine Chélini-Pont (éd.), Modèle de société et politique des cultes en Europe, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2004.

Christophilopoulou Catherine, Le régime et les institutions de l’Empire byzantin (en grec), Athènes, Hérodotos, 2004.

Gil-Robles Alvaro, « Rapport sur la visite en République hellénique du 2 au 5 juin 2002 », Strasbourg, 17 juillet 2002.

Karellas Georges, Histoire constitutionnelle de la Grèce (en grec), Athènes, 1975.

Kitsikis Dimitri, « La Grèce entre l’Occident et l’Orient », Encyclopædia Universalis, Corpus 10, p. 892-894.

Konidaris Jean, Manuel de droit ecclésiastique (en grec), Athènes, Sakkoulas, 2000.

Koraïs Adamantios, Didascalie fraternelle aux Grecs qui vivent dans l’Empire ottoman (en grec), Rome, en l’An premier de la Liberté (1798).

Mauer Georg von, Das griechische Volk in öffentlicher, kirchlicher und privatrechtlicher Beziehung vor und nach dem Freiheitskampfe, Heidelberg, 1835.

Ménégaki Maria, « Les fêtes républicaines de la Révolution française et l’Antiquité grecque », Comparaison, n° 6, Athènes, Gutenberg, juillet 1995, p. 99-109.

Paradissis Jean-Jacques, « La place de l’Église dans les institutions publiques en Grèce », DEA de Droit Public Comparé des États Européens, Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), 2000-2001.

Saripolos Nicolaos, Droit constitutionnel (en grec), t. 3, Athènes, 1923.

StathopouloS Michalis, Rapports entre l’État et l’Église (en grec), Athènes, Sakkoulas, 1993.

Svoronos Nikolaos, « Vers la Grèce moderne : l’hellénisme, fondement de l’Empire byzantin » Encyclopædia Universalis, Corpus 10, p. 890-892.

Tsatsos Dimitri, Droit constitutionnel (en grec), t. 2, Athènes, Sakkoulas, 1993.

Notes

1 Maria Ménégaki, « Les fêtes républicaines de la Révolution française et l’Antiquité grecque », Comparaison, n° 6, Athènes, Gutenberg, juillet 1995, p. 99-109.

2 Nikolaos Svoronos, « Vers la Grèce moderne : l’hellénisme, fondement de l’Empire byzantin » Encyclopædia Universalis, Corpus 10, p. 892. Par hellénisme nous entendons bien sûr la recherche de la vérité et l’explication de l’univers par le moyen de la raison, la connaissance, la science, alors que christianisme signifie l’explication du monde par l’apocalypse.

3 Le christianisme a su combattre son adversaire en utilisant ses propres armes : langue grecque, rhétorique, dialectique, logique. Mais, quant à l’essentiel de sa vision du monde, il lui resta toujours opposé. Ainsi chaque fois qu’on parle en Europe d’une Renaissance ou d’un retour aux Lumières, cela implique nécessairement l’éloignement du christianisme et le rapprochement de l’idéal classique.

4 Au début du viie siècle l’évolution était déjà accomplie : l’empereur romain devint basileus-autocratôr et le grec la seule langue officielle de l’Empire. Toutes les manifestations de l’État et de la société étaient désormais grecques et chrétiennes. Voir Catherine Christophilopoulou, Le régime et les institutions de l’Empire byzantin (en grec), Athènes, Hérodotos, 2004.

5 Il s’arrogeait même le droit de destituer ou d’expulser le patriarche œcuménique.

6 Constantinople était occupée par les croisés en 1204 et puis reprise par les Paléologues en 1261. D’après certains historiens, c’est grâce à la conquête turque que le culte orthodoxe fut sauvé de son intégration à l’Église catholique. Cf. Dimitri Kitsikis, « La Grèce entre l’Occident et l’Orient », Encyclopædia Universalis, op. cit., p. 894.

7 Le premier patriarche choisi par Mehmet II fut Georgios Scholarios, dit Gennadios, pour avoir combattu l’union de l’Église orthodoxe avec l’Église catholique.

8 Ce texte, publié à Constantinople en 1798, porte le nom du patriarche de Jérusalem Anthimos, moribond au moment de la publication, et dès le premier moment il fut attribué au patriarche de Constantinople Grégoire V.

9 Voir Adamantios Koraïs, Didascalie fraternelle aux Grecs qui vivent dans l’Empire ottoman (en grec), Rome, en l’An premier de la Liberté (1798). Koraïs (Smyrne 1743-Paris 1833), éminent philologue, commentateur et éditeur des classiques, est une figure imposante des Lumières grecques.

10 Le patriarche fut tout de même mis à mort par le sultan en tant que responsable envers lui de la révolte des rayas. C’est pour cela qu’il fut honoré plus tard comme un héros de la Révolution grecque ; sa statue se dresse actuellement devant les Propylées de l’Université d’Athènes.

11 Voir C. Th. Dimaras, Histoire de la littérature néohellénique, coll. de l’Institut Français d’Athènes, Athènes 1965, p. 161 sq.

12 Il est à noter que la seule constitution qui ne contienne aucune référence à la religion est celle élaborée par le précurseur de la Révolution grecque, Rigas Ferraios (1757-1798), et inspirée de la constitution française de 1793. Au cours de la Révolution, les insurgés ont voté les constitutions d’Epidaure (1822), et de Trizène (1827) dans lesquelles prédomine la conception que l’Église est soumise à l’État suivant la tradition byzantine. Voir Georges Karellas, Histoire constitutionnelle de la Grèce (en grec), Athènes, 1975, p. 231 sq.

13 Cette clause provoqua la réaction de Koraïs qui estimait que de cette façon était violé le principe de l’égalité entre les cultes et par extension entre les citoyens. Voir Dimitri Balanos, Les idées religieuses de Adamantios Koraïs (en grec), Athènes, 1920, p. 34. La seule innovation de la dernière constitution, celle de 1975, est que cette clause est passée de l’article 1er à l’article 3.

14 C’est seulement dans la dernière constitution de 1975 que la liberté de conscience est explicitement stipulée.

15 On parle du successeur car le roi Othon était catholique. Le dernier roi non orthodoxe, Georges Ier de Danemark, couronné en 1864, était protestant ; il fut tout de même obligé de prêter le serment orthodoxe prévu par la constitution.

16 Curieusement, le cas de membres de l’Assemblée nationale éventuellement athées n’est point envisagé par la loi fondamentale des Grecs. D’ailleurs chaque nouvelle législature est inaugurée par un Te Deum chanté dans la salle de l’Assemblée nationale par l’archevêque et le Synode des métropolites. La cérémonie du serment religieux est répétée à chaque nouvelle nomination de ministre.

17 Le parti socialiste, bien que se déclarant l’apôtre de l’émancipation sociale et de l’égalité des sexes, n’a pas songé non plus à réviser la clause discriminatoire de l’article 31 selon laquelle la candidature à la présidence de la République est permise à celui qui est citoyen grec depuis cinq années du côté du père (et non de la mère).

18 Notons que jusqu’en 2002 même la répartition des circonscriptions électorales était calquée sur celle des paroisses.

19 Étant donné que dans les documents d’état civil (certificat de naissance, de mariage etc.) sont insérés des détails concernant la religion de l’individu.

20 Voir Jean Konidaris, Manuel de droit ecclésiastique, (en grec), Athènes, Sakkoulas, 2000, p. 91. Cf. Dimitri Tsatsos, Droit constitutionnel (en grec), t. 2, Athènes, Sakkoulas, 1993, p. 605 ; Michalis Stathopoulos, Rapports entre l’État et l’Église (en grec), Athènes, Sakkoulas, 1993, p. 38, 53.

21 Les prières et l’assistance à la messe sont également obligatoires à l’armée.

22 Il est à remarquer que la presse quotidienne, aussi bien nationale que régionale, à la seule exception de l’organe officiel du parti communiste, note, au-dessous de la date de parution, le nom du saint ou de la sainte auxquels chaque jour du calendrier est dédié.

23 Sans pour autant avoir le statut du fonctionnaire selon le droit administratif. Un grand constitutionnaliste du début du siècle, Saripolos, les qualifie de « fonctionnaires indirects ». V. Nicolaos Saripolos, Droit constitutionnel (en grec), t. 3, Athènes, 1923, p. 321.

24 Récemment nous avons été témoins de scandales financiers et judiciaires concernant la mauvaise gestion des finances de l’Église, la corruption de juges, la protection de cercles de marchands de drogue, etc.

25 Le professeur Michalis Stathopoulos pense que certaines dispositions – comme par exemple celle qui pénalise le prosélytisme « évoquent le fanatisme médiéval et l’intolérance des temps révolus qui conduisaient à des guerres de religion » (op. cit., p. 53).

26 La Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a pris une décision (en février 1999) selon laquelle l’obligation pour les députés de prononcer un serment religieux est contraire à l’article 9 de la convention de Rome comme portant atteinte à la liberté de conscience. Cf. Jean-Jacques Paradissis, « La place de l’Église dans les institutions publiques en Grèce », DEA de droit public comparé des États européens, Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), 2000-2001.

27 Cette liberté personnelle est garantie par la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi que par la Convention européenne des droits de l’homme. Voir le rapport de Amor Abdelfattah sur : « Questions relatives aux droits de l’homme : questions relatives aux droits de l’homme, y compris les divers moyens de mieux assurer l’exercice effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales », Genève, 7 novembre 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540