Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Quatrième partie. Bilan et élargissements

Les repercussions de la Séparation française en Pologne

Małgorzata Nossowska

Texte intégral

1Pour parler des répercussions, des échos et de l’intérêt que la loi sur la Séparation de 1905 a inspirés en Pologne, il faut absolument commencer par deux questions générales touchant à la fois le contexte et le fond du problème présenté. La première concerne la place que la France occupait dans l’esprit des Polonais, la deuxième le moment historique où s’était trouvée la Pologne et ses conséquences.

2La France a toujours attiré l’attention des Polonais plus que d’autres pays en tant que centre culturel, artistique, mondain. Que cette sympathie soit réciproque ou non, la France a toujours été, à tort ou à raison, le modèle auquel se référaient les élites, qui suscitait une grande curiosité et constituait comme une référence naturelle pour tout ce qui était important et progressiste. Ce qui se traduisait par un grand intérêt porté à presque tout ce qui se passait au bord de la Seine, par de nombreuses associations plus ou moins formelles, mais aussi, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, par des récits détaillés publiés dans des journaux en vogue sous forme d’éditoriaux, d’analyses de problèmes ou de correspondances de France.

3Ce rapport à la France a pris une nouvelle dimension dans le dernier quart du xixe siècle. Effacée de la carte d’Europe, la Pologne n’existait pas depuis 1795, partagée entre les trois puissances voisines – l’Autriche, la Russie et la Prusse. Tout au cours du xixe siècle, toutes les forces de la nation, spirituelles, intellectuelles, physiques, étaient engagées dans la réalisation d’un seul objectif : récupérer l’indépendance perdue, les armes à la main. Les problèmes sociaux et économiques, la définition du régime et des réformes à entreprendre étaient remis à ce beau jour « après », lorsque la patrie serait déjà libre. Néanmoins, après la défaite de l’insurrection de 1863-64, ce qui est devenu plus important qu’une indépendance immédiate récupérée par l’action armée, c’était de réviser les principes selon lesquels fonctionnait la société polonaise, revaloriser les anciens et prendre de nouveaux défis, trouver de nouvelles réponses aux anciennes questions, moderniser la vie sociale, économique, éducative ; préparer la société à construire un État propre et indépendant et à trouver pour cet État les meilleures solutions systémiques et sociales.

4Dans ces recherches, on a fait particulièrement attention à la France en train de s’organiser dans les nouvelles structures du système de la IIIe République. On a attentivement observé les solutions politiques et sociales, on a cherché des éléments devant aider la métamorphose de la société française et on a essayé d’y distinguer ceux qui pourraient être transplantés en Pologne.

5Un rôle spécial a été joué par la presse en pleine efflorescence à l’époque, rassemblant des élites intellectuelles, remplissant différentes fonctions et pas seulement celles d’informer : la presse est alors l’un des principaux facteurs façonnant la vision du monde des lecteurs, reflétant mais aussi formant leurs idées, leurs opinions, leurs goûts. La spécificité des conditions polonaises faisait que la presse devait relever encore d’autres défis et non seulement informer et divertir le plus vaste groupe de lecteurs. La presse polonaise était consciente de cette mission et, mis à part les journaux presque entièrement commerciaux faisant rarement autre chose que transmettre l’information dans le sens large du mot et le divertissement, les hebdomadaires et d’autres périodiques sont devenus un forum socioculturel à l’échelle nationale. Indépendamment des opinions représentées, de la spécificité thématique ou de catégories de lecteurs différentes, la presse avait l’ambition, en général bien réalisée, de transformer ses rédactions en des postes et des foyers de la culture nationale. Conformément aux principes du journalisme, la presse devait être une source bien définie d’information courante mais aussi un centre de discussion, un outil de propagation de l’éducation, de la culture et de la conscience nationale, déterminant le niveau et les directions du développement de la littérature et de l’art, formant l’opinion publique selon l’intérêt national, différemment perçu par différentes revues. En un mot, la tâche la plus importante que la presse s’imposait était celle de remplacer les institutions nationales non-existantes. Le motif du didactisme est également évident dans les informations de France et portant sur la France, transmis indirectement à travers la construction des articles, le choix des sujets, le caractère nettement évaluant de la plupart des analyses, ou bien directement, avec les propres mots des envoyés qui parlaient d’un objectif supplémentaire, non seulement informatif, de leurs textes. Informer, éduquer et diriger les lecteurs dans et à travers la complexité du monde français, tel était le principe des chroniques ainsi que des descriptions et des articles monographiques.

  • 1 X, « Francja przy ko´n cu 1890 roku », Ateneum, 1891, t. I, s. 473.
  • 2 K. Kelles-Krauz, « Listy z Francji », Przeglàd Tygodniowy, 10 septembre 1898, s. 410.

6La place de l’Église dans la société moderne était l’une des questions les plus importantes auxquelles il fallait faire face, surtout dans une société aussi catholique que la polonaise. Une société où l’Église jouait non seulement un grand rôle spirituel et religieux mais aussi national et patriotique en tant que centre de la culture et de la tradition à l’époque des partages. L’intérêt porté à ce problème est très net déjà dès le début des années quatre-vingt, à la suite de la réforme du système d’enseignement, de la mise en vigueur de la loi Ferry, de la discussion sur la laïcisation de l’école et sur la place de l’Église dans l’éducation et l’enseignement. La réforme de l’éducation et son développement constituaient pour les observateurs polonais la pierre de touche des relations entre la IIIe République et l’Église catholique, reflétant en même temps les tendances politiques et les contradictions secouant la République. La rivalité et la lutte contre l’influence de l’Église catholique exercée sur la société française constituaient, selon les observateurs polonais, l’un des axes de la politique intérieure de la IIIe République, et le motif du danger de la part de l’Église y était constamment présent. Un correspondant anonyme de la revue Ateneum écrit en 1891 : « L’histoire de cette lutte est l’histoire de la IIIe République. Des prises successives de celle-ci avec son adversaire renaissant sans cesse ne sont que des épisodes d’un même duel contre toujours le même adversaire1. » Kazimierz Kelles-Krauz s’aligne sur cette idée en écrivant dans Przeglàd Tygodniowy2 en 1898 : « La lutte active ou passive contre l’Église catholique est en effet jusqu’à présent le principal axe de la politique intérieure de la France, remplaçant souvent tout autre programme. ».

  • 3 X, « Francja przed wyborami 1889 roku », Atenem 1889, t. IV, s. 66.

7C’est ainsi que l’on percevait l’action de la République contre les congrégations religieuses en général et contre les congrégations enseignantes en particulier dans les années 1901-1904 : le prélude du règlement définitif du litige concernant la place de l’Église dans l’État. Ces actions, peut-être plus que la loi de Séparation elle-même, ont attiré l’attention des observateurs polonais. En effet, la Séparation définitive de l’Église et de l’État et la rupture du concordat ont été pour eux une conséquence logique du chemin pris par la IIIe République tout au début de son existence. Indépendamment de leurs opinions sociopolitiques, les observateurs polonais étaient plus ou moins unanimes dans leur évaluation des moyens, des objectifs et des méthodes d’action des principaux acteurs de la scène politique de France. Selon nos observateurs, l’anticléricalisme est devenu un composant du patriotisme républicain, et l’Église l’ennemi intérieur nº 1. La République a procédé contre l’Église avec tout le poids de l’ordre établi par elle-même, reposant sur l’autonomie et la rupture de tous les liens n’ayant aucun rapport avec ses objectifs naturels. Le correspondant de la revue Ateneum écrit en 18893 que le seul véritable antagonisme est celui de deux idéologies extrêmement différentes. La République s’est trouvée face à l’idéologie visant à soumettre l’intérêt de l’État à d’autres intérêts, indépendants, considérés non comme égaux mais comme supérieurs à tous les autres. Le correspondant les voyait comme deux idéologies inconciliables, deux ordres idéologiques complètement différents ne pouvant fonctionner l’un à côté de l’autre ; il a considéré le programme de laïcisation de l’État comme primordial pour l’avenir des institutions républicaines.

  • 4 K. Kelles-Krauz, « Kongregacje religijne we Francji », « Przeglàd Tygodniowy », 19 janvier 1901, s (...)

8Cependant, la position des observateurs polonais par rapport à la politique intérieure de la IIIe République envers l’Église était différente et dépendait de leurs propres idées sociopolitiques ainsi que de celles représentées par les revues pour lesquelles ils travaillaient. Le groupe des revues que l’on pourrait appeler, d’une manière générale, progressistes –certaines de tendance socialiste, d’autres liées à un courant plus radical du positivisme – ont, à travers les textes de leurs commentateurs de la vie politique française (Janina Krakow, Kazimierz Kelles-Krauz, E. Belial), décidément appuyé les démarches du gouvernement, en voyant dans l’Église l’ennemi de l’ordre social et politique moderne, le foyer de l’obscurantisme et de mauvaises influences. Ils étaient partisans de limiter ou même priver l’Église de toute influence sur l’État. Ils considéraient même la catéchisation purement religieuse de la société comme néfaste, freinant le progrès et détournant des idéaux républicains. Kazimierz Kelles-Krauze, en caractérisant la situation des congrégations, les a décrites comme une puissance sociale faisant obstacle sur la voie du développement « chaque fois que la nation veut tirer des conclusions socio-économiques de la notion abstraite de la république4 ».

9Contrairement à ceux-ci, les commentateurs liés à des milieux modérés et conservateurs (représentés par Bluszc, Czas, Tygodnik Ilustrowany) voyaient une menace pour les attudes et les valeurs morales dans le fait d’écarter l’influence de l’Église dans la vie sociale. Ils soulignaient également la grosse différence entre les valeurs républicaines d’égalité, de liberté et de tolérance et la pratique du gouvernement absolument contraire, l’anticléricalisme étant pour eux la manifestation de la restriction de la liberté des citoyens.

  • 5 K. Daniłowicz-Strzelbicki, « Z listów do “Bluszczu” », Blvszcz 26 avril 1903, s. 202.

« […] Cet état, ces gens qui ont toujours aux lèvres une phrase ronflante toute faite sur la liberté, la tolérance, qui disent d’eux-mêmes avec orgueil qu’ils ont été les premiers à apprendre la liberté au monde, ces gens-là sont justement les tyrans les plus farouches, les moins tolérants, les plus sectaires », « la République interdit à ses citoyens de sentir et de penser comme ils veulent et, en prêchant la liberté, au nom de cette liberté commet les violences les plus illégales5 ».

10Le problème de liberté dans le contexte de la laïcisation a été fortement souligné dans les commentaires autour de la loi de 1905 ainsi que, auparavant, autour de l’instruction par des religieux. C’est en effet l’école qui, selon les observateurs polonais, était la meilleure représentation de la politique de la IIIe République envers l’Église et de la place que celle-ci devait occuper dans la société moderne. La laïcisation de l’école a paru à tous les observateurs un pas vers une mise en œuvre plus profonde, plus générale, des idéaux républicains : liberté, tolérance, égalité. Priver l’Église de sa position privilégiée a été une démarche compréhensible et justifiée non seulement par des raisons politiques. Les correspondants accordaient à l’État le droit de priver l’Église de l’influence sur l’éducation, par contre le remplacement de l’idéologie catholique par l’idéologie d’État a inspiré l’opposition de la part de certains d’entre eux. L’école devrait être libre de toutes les influences et contraintes idéologiques, et des établissements scolaires privés (y compris ceux tenus par des religieux) devraient se développer sans obstacles et restrictions de la part de l’État. C’est la condition nécessaire pour que l’éducation puisse se développer vers la direction souhaitable conformément à certaines valeurs universelles. Janina Krakow, Kazimierz Kelles-Krauz et E. Belial, correspondants permanents de Przeglàd Tygodniowy, ne partageaient pas ces doutes. Selon eux, l’État avait le droit de se débarrasser d’un concurrent gênant et même de remplacer les influences de celui-ci par les siennes. L’une des principales tâches de l’école était en effet l’éducation de citoyens éclairés, ce qui ne serait pas possible sans inculquer aux enfants les principes de l’État républicain, sans rendre l’éducation civique.

  • 6 Czas, 22 juillet 1904.
  • 7 Czas, 30 juillet 1904.
  • 8 Czas, 4 août 1904.

11Les événements fermant l’époque du concordat n’ont apporté rien d’inattendu et n’ont pas provoqué de grandes polémiques. D’autant plus que l’attention de tous – élites, opinion publique, presse – était tournée vers les événements politiques extrêmement importants pour l’indépendance et l’avenir de la Pologne : la guerre russo-japonaise (1904-1905) qui a dévoilé la faiblesse de l’un des occupants et, comme conséquence directe, la révolution de 1905-1907 en Russie et sur le territoire polonais. Ces deux événements ont relégué au second plan tous les problèmes de la politique extérieure, même les plus essentiels. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas eu de commentaires ou qu’on n’ait pas noté de nouvelles actions du gouvernement, mais ces commentaires n’apportent rien de nouveau, ni de nouvelles positions, ni de nouveaux arguments des deux côtés, ni de nouvelles analyses. Toutes les parties concernées avaient déjà déterminé leurs opinions et les soutenaient immuablement. Pour des raisons évidentes, la presse catholique s’opposait constamment à toutes les décisions du gouvernement et prophétisait, avec une véhémence excessive, la chute prochaine de la société française privée du soutien religieux. Le point de vue plus conservateur de certaines revues formant des opinions est bien visible déjà dans les titres des récits, par exemple « La lutte contre l’Église6 », ou bien dans des expressions employées, comme « la position déloyale du gouvernement7 », « la France plongée dans le gouffre8 ». Le journal le plus en vogue publié sur le territoire polonais, en affirmant que l’idée de l’État laïque avait un bel avenir, soulevait des craintes bien connues : que cette idée doive s’affermir au nom de la liberté en tant que la valeur la plus importante. C’est avec une grande prudence et distance que presque tous les milieux, sauf les plus radicaux, ont vu la rupture du concordat, sans pour autant défendre la position privilégiée de l’Église, mais plutôt en soulevant le problème de liberté et en exprimant des craintes concernant sa restriction. L’avenir a bien montré que l’idée du concordat en tant que moyen de régler les relations entre l’État et l’Église était chère à la majorité des élites ainsi qu’à société. La constitution de mars 1921 déterminant le régime de la IIe République polonaise, en reconnaissant l’égalité de toutes les religions, a en effet souligné la position particulière de l’Église catholique, avec laquelle les relations étaient justement réglées par un concordat.

***

12Pour conclure, on peut dire que la place de l’Église dans l’État et la société modernes était l’un des plus importants problèmes auxquels ont dû faire face les élites polonaises. Aussi suivait-on attentivement le processus de laïcisation de l’État en France, en restant ainsi fidèle à la sympathie traditionnelle et à la conviction que l’influence de la vie sociale et politique française sur d’autres nations restait importante. Pour nos élites, elle était comme un creuset unique, un chaudron de magicien d’où sortaient des idées toujours nouvelles, adoptées plus tard, à tort ou à raison, par d’autres pays et nations. La loi sur la Séparation de l’Église et de l’État, perçue comme une partie et une conséquence inévitable de la politique intérieure menée dès le début de la IIIe République, était évaluée, sans grande surprise, conformément aux opinions représentées par les différents groupes sociaux et politiques : avec enthousiasme par les milieux radicaux et socialistes, et extrêmement négativement par les revues liées à l’Église catholique. En général, c’est le soutien à l’idée de la Séparation idéologique de l’État et de l’Église qui dominait, avec certaines craintes cependant que l’idéologie catholique ne soit remplacée par celle d’État, ce qui pourrait ébranler le principe de liberté, l’une des bases de la République. C’est pourquoi les commentaires concernant la loi de 1905 étaient prononcés sur le ton d’un enthousiasme modéré et exprimaient une inquiétude pour les conséquences sociales du conflit qui avait éclaté au sujet du concordat, mais aussi la conviction que le système réglant les relations entre l’État et l’Église, mis en place depuis cent ans, était à revoir dans les nouvelles circonstances politiques et sociales. À peu près tous les commentateurs et observateurs exprimaient la conviction commune qu’il était nécessaire de repenser la place de l’Église et le rôle de cette institution dans la vie religieuse et spirituelle mais aussi dans la vie sociale.

Notes

1 X, « Francja przy ko´n cu 1890 roku », Ateneum, 1891, t. I, s. 473.

2 K. Kelles-Krauz, « Listy z Francji », Przeglàd Tygodniowy, 10 septembre 1898, s. 410.

3 X, « Francja przed wyborami 1889 roku », Atenem 1889, t. IV, s. 66.

4 K. Kelles-Krauz, « Kongregacje religijne we Francji », « Przeglàd Tygodniowy », 19 janvier 1901, s. 25.

5 K. Daniłowicz-Strzelbicki, « Z listów do “Bluszczu” », Blvszcz 26 avril 1903, s. 202.

6 Czas, 22 juillet 1904.

7 Czas, 30 juillet 1904.

8 Czas, 4 août 1904.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540