Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Quatrième partie. Bilan et élargissements

L’influence d’Ernest Renan dans le débat entre Église et État dans le Brésil du xixe siècle

Jean-Yves Mérian

Texte intégral

1La guerre de la Triple Alliance (1864-1870) qui détruisit le Paraguay, eut des conséquences importantes au Brésil. Les grandes réformes engagées avaient été retardées ou suspendues : abolition progressive de l’esclavage, politique d’immigration européenne, réformes des institutions politiques, modernisation de l’État, nouveaux rapports entre l’Église et l’État. Cela n’empêcha pas cependant les idées nouvelles venues de France surtout, d’Angleterre et d’Allemagne aussi, de progresser. La grave crise qui marqua les relations entre l’État et l’Église entre 1872 et 1875 ne fut pas un épiphénomène mais le signe révélateur d’une crise ancienne et profonde de la société. Certes les positivistes et les francs-maçons eurent une influence déterminante dans la formation des opposants aux ultramontains, mais selon nous la diffusion des écrits d’Ernest Renan, à partir de 1864, fut un événement majeur dans les débats.

2À partir des années 1850, le pape Pie IX avait entrepris une œuvre difficile de réaffirmation de l’autorité du Vatican dans un contexte de vives contestations chez certains intellectuels d’origine catholique, comme Renan, ou qui se reconnaissaient dans d’autres courants philosophiques, comme le positivisme ou l’évolutionnisme.

3Cette crispation de la papauté existait par rapport à l’Europe où l’industrialisation entraînait l’émergence d’une classe de prolétaires qui s’éloignait des choses de la religion et prêtait une oreille favorable aux thèses républicaines voire socialistes. Dans les années soixante, les intellectuels, en France notamment se rallient nombreux à une conception rationaliste de l’univers d’où le surnaturel est exclu. Le positivisme d’Auguste Comte et de Littré gagne des adeptes, Taine et Renan deviennent des auteurs de référence. Une morale indépendante de toute base religieuse se construit autour de Charles Renouvier, qualifié de « Kant républicain »

4La diffusion des travaux de Charles Darwin sur L’origine des espèces, traduits en 1862 par Clémence Royer et surtout les recherches documentées d’Ernest Renan sur l’histoire du christianisme remettent en cause les interprétations traditionnelles de la Bible admises par l’Église. La publication de la Vie de Jésus en 1863 apparut comme un tournant, une réponse aux nombreux textes de Pie IX, notamment celui publié le 8 décembre 1854 qui déclara le dogme de l’Immaculée conception. Il s’agissait d’un acte d’autorité qui ne s’appuyait ni sur les évangiles ni sur les avis des pères de l’église, théologiens reconnus pour la qualité de leurs jugements et leur sagesse. Ce dogme, comme l’on sait, prit une grande importance après les « apparitions miraculeuses » de la Vierge Marie à Lourdes en 1858.

5Les textes de Darwin, de Comte, de Renan, de Spencer, des auteurs rationalistes… parvenaient très rapidement au Brésil. Il fallait alors moins d’un mois aux bateaux à vapeur pour relier l’Europe à Recife ou à Rio de Janeiro. Il y avait au Brésil un analphabétisme endémique. Un esclave sur mille savait lire et écrire, 15 % dans le meilleur des cas chez les hommes libres et moins de 10 % chez les femmes libres pratiquaient la lecture. Soit moins de 800 000 Brésiliens.

6Cependant il existait une « élite », ou qui se prétendait telle, qui s’intéressait dans les principales villes – Rio de Janeiro, Recife, São Luís do Maranhão, São Paulo, Salvador – à tout ce qui se publiait en France. Les mouvements littéraires artistiques, culturels en général étaient fortement influencés par les auteurs français romantiques, réalistes puis naturalistes. On lisait en français dans le meilleur des cas, sinon dans des traductions publiées à Lisbonne, Porto et Rio de Janeiro. Une élite donc participait aux débats qui se tenaient à Lisbonne et surtout à Paris. C’est dans la presse que l’on trouvait l’essentiel des textes et des débats. Il n’existait alors aucune université, seulement des facultés de droit à Recife et à São Paulo, de médecine à Rio de Janeiro et à Salvador, une école technique supérieure à Rio de Janeiro. Les collèges secondaires, malgré l’instauration progressive de l’enseignement public en 1838, étaient pour l’essentiel dirigés par des ordres religieux. Les jésuites qui avaient été expulsés du Brésil en 1760 à l’époque du gouvernement du marquis de Pombal au Portugal, avaient été autorisés à ouvrir à nouveau des collèges à partir de 1844 dans les principales villes brésiliennes. Or, les jésuites représentaient après 1850 le fer de lance du clergé ultramontain, au service de Pie IX, au Brésil comme en Europe.

7Les idées nouvelles, notamment les thèses positivistes, évolutionnistes, déterministes, les écrits de Renan sur les origines du christianisme, étaient bannis de ce type d’établissement.

8Heureusement il y avait la presse quotidienne ou hebdomadaire, d’opinion, satirique, humoristique… qui présentait aux lecteurs essentiellement urbains les thèses débattues en Europe. C’est ainsi que la Revue des deux mondes et le Journal des débats qui publièrent les articles regroupés en 1857 sous le titre Études d’histoire religieuse et en 1859 dans Essais de morale et de critique, parvenaient régulièrement au Brésil. Les articles étaient très commentés.

9Cependant, nous nous intéresserons plus particulièrement à la période postérieure à 1863, année de référence pour l’influence de Renan sur les intellectuels brésiliens.

10Mais il n’est pas inutile pour comprendre la nature et la portée des débats de revenir sur la période qui précéda.

11Au Brésil, la constitution de 1824 avait officialisé le catholicisme comme religion d’État, reprenant le Padroado qui régissait les rapports entre le Portugal et le Vatican. De ce fait l’Église était soumise au contrôle de l’État. Le soutien de l’Église au gouvernement impérial ne s’était jamais démenti durant près de quarante ans. Le contrôle social qu’exerçait l’Église brésilienne sur la société esclavagiste (l’Église et les ordres religieux possédaient d’ailleurs d’immenses domaines et des dizaines de milliers d’esclaves) était une aide précieuse aussi bien pour les politiques que pour les grands propriétaires terriens, une garantie de statu quo. L’Église ne remettait pas en cause l’existence de l’esclavage et s’accommodait même du trafic illégal entre l’Afrique et le Brésil qui se poursuivit de 1831 à 1850 et souvent en profita. Une fraction de ce clergé fréquentait cependant les loges maçonniques, sans risque puisque les francs-maçons étaient aussi catholiques et que le premier Empereur Dom Pedro I avait fréquenté le Grand Orient. Dom Pedro II sympathisait avec les francs-maçons qui avaient une influence certaine dans les deux partis, conservateur et libéral, qui dirigeaient sans concurrence le Parlement et les gouvernements, jusqu’à l’apparition en 1870 d’un parti républicain aux forces encore réduites.

12Les ordres religieux avaient malgré tout un rôle fondamental dans l’enseignement secondaire mais aussi dans les séminaires qui préparaient non seulement de futurs prêtres mais aussi de futurs dirigeants politiques. Ce n’est qu’à partir de 1860 que les ultramontains commencèrent sous l’influence du Vatican à mettre en cause le Padroado, institution qui donnait à l’empereur un droit d’intervention dans la nomination des évêques et le droit de décider de l’application des textes publiés par le Vatican, sur le territoire brésilien. En d’autres termes, toutes les décisions du pape n’étaient validées et ne prenaient effet qu’après avoir reçu le placet, l’approbation explicite, de l’empereur.

13C’est la contestation par le Vatican et par la hiérarchie catholique de l’autorité de l’Empereur après la publication du Syllabus en 1864 qui entraîna la grave crise que nous évoquerons plus loin.

  • 1 Joaquim Nabuco, Um Estadista do Império, 2e édition, Paris, éd. Garnier, 1927, tome 1, p. 309.

14Il y avait eu certes des signes avant-coureurs. À partir de 1850, Nabuco de Araújo1, le père de Joaquim Nabuco, futur grand abolitionniste, comme ministre de la Justice, avait entrepris de réformer la gestion des biens du clergé, souvent dilapidés par des ordres religieux décadents et corrompus et le fonctionnement de certains couvents et monastères. L’Église séculière posait autant de problèmes que l’Église régulière comme l’a bien montré Gilberto Freire dans Casa Grande e Senzala (1933) traduit en français sous le titre Maîtres et esclaves.

15La moralisation de l’Église, la formation de futurs prêtres étaient une nécessité, ce qui supposait une réforme des séminaires et la fermeture de certains couvents. La hiérarchie catholique y voyait un abus de pouvoir. Régalien, Nabuco considérait ces mesures comme étant de salubrité publique, et nécessaires à la santé morale du pays.

16La question de l’ouverture de facultés de théologie fut plus délicate encore, car les évêques considéraient indispensable le contrôle par le pouvoir ecclésiastique et refusaient l’idée que l’on puisse ouvrir au Brésil des facultés théologiques indépendantes et laïques. Ce projet de 1855 fut reporté sine die en raison du conflit qui traduisait bien la méfiance qui régnait déjà de part et d’autre et qui allait s’accentuer en 1864.

17L’autre question qui se posait de façon pressante était celle de la citoyenneté des immigrants non catholiques. L’Église brésilienne, Église d’État, avait à ce titre la responsabilité de l’état civil, assurait les mariages et avait aussi la haute main sur les cimetières. La pleine citoyenneté, en réalité, n’était reconnue qu’aux catholiques alors que les immigrants d’autres confessions étaient de plus en plus nombreux, en particulier dans le sud : Prussiens luthériens, slaves orthodoxes, juifs… ce phénomène s’amplifiait au fur et à mesure que la colonisation des terres s’organisait.

18L’Église brésilienne tenait à de bonnes relations avec l’État qui garantissait son hégémonie. Apparemment, il n’y avait pas de risque de crise majeure. Les intérêts conjoints étaient plus nombreux que les raisons de conflit. Seuls quelques cercles de jeunes intellectuels, des francs-maçons et des libres-penseurs étaient sensibles, au début des années soixante aux idées nouvelles. Seuls, quelques chroniqueurs audacieux défendaient les idées nouvelles de Darwin, Spencer et Comte, et bien peu connaissaient Renan jusqu’à la publication de la Vie de Jésus en 1863.

19Les deux mondes s’ignoraient apparemment jusqu’à ce que Pie IX, inquiet des progrès de l’idéologie scientiste et positiviste qui s’insinuait dans les élites bourgeoises des villes européennes et aussi des villes sud-américaines, inquiet des progrès des idées laïques, conscient aussi de la mauvaise santé morale du clergé dans de nombreux pays, décida de condamner l’évolution du monde moderne dans son encyclique Quanta cura publiée le 8 décembre 1864. Il adjoignit à cette encyclique le Syllabus errorum, un catalogue de 80 propositions condamnant la liberté de foi et de conscience, le rationalisme, le libéralisme, le socialisme, mais aussi la franc-maçonnerie, comme contraires à la religion catholique.

20Instruction était donnée aux évêques et aux prêtres de combattre ce qui était présenté comme un fléau pour l’Église. Ce texte ne fut admis ni en France ni en Allemagne ni en Autriche, il ne reçut pas le placet de l’empereur du Brésil, ce qui signifie qu’il aurait dû rester sans effet. Le zèle de certains prélats au Brésil, puis de certains évêques, quelques années plus tard allait démontrer, au contraire, les dangers du sectarisme et de l’intolérance pour la paix sociale, dès lors que l’Église voulait affirmer sa suprématie sur l’État.

21Voulant accroître son autorité morale et spirituelle, Pie IX convoqua en décembre 1869 le Concile Vatican I, à Rome, et le 18 juillet 1870, il fit proclamer Urbi et orbi le dogme de l’infaillibilité du Pape.

22Le conflit franco-prussien détourna l’attention de ceux qui, en conscience, s’opposaient à ce choix dogmatique ; « la plus grande insolence qui se soit jusqu’ici perpétrée au nom de Jésus-Christ », déclara Monseigneur Dupanloup, évêque d’Orléans, chef de file du parti gallican, qui pourtant n’était pas en phase avec les idées de Renan. Mais les réactions ponctuelles ont vite été étouffées. La liberté de conscience céda face à la crainte de marginalisation ou d’excommunication.

23Au Brésil, la question se posa avec acuité et les partisans d’une Séparation entre l’Église et l’État, les laïcs et les anticléricaux trouvèrent dans l’intransigeance du Pape des raisons supplémentaires d’agir.

24C’est dans ce contexte qu’il faut aborder la réception des idées contenues dans les œuvres de Renan, en n’oubliant jamais que pour les intellectuels brésiliens inspirés par Spencer et surtout par Auguste Comte, la question religieuse n’était que l’une des facettes du débat pour un changement du régime et l’instauration d’un nouvel ordre politique et moral.

25Ernest Renan, contrairement à Auguste Comte, ne proposait aucune doctrine philosophique et politique, aucun système clos de référence, ce qui explique sans doute qu’il ait eu moins de disciples que Comte et Littré.

26Les réactions, aussi bien au Syllabus de 1864 qu’à la déclaration d’infaillibilité du Pape en 1870, ne connurent pas la même virulence dans toutes les provinces de l’immense Brésil. C’est à Rio de Janeiro et surtout à Recife que le débat fut le plus vif et intéressant dans la perspective que nous avons choisie.

27Ernest Renan avait repris l’exégèse et certaines thèses du philosophe allemand David Strauss. Mais surtout il s’appuyait sur une étude de documents historiques et de nombreuses sources jusqu’alors ignorées pour écrire son histoire des origines du christianisme. Sa démarche était fondée sur une conception scientifique de l’histoire. Le « scandale » que provoqua la publication de la Vie de Jésus était le prolongement d’une polémique, qui avait surgi lors de son premier cours au Collège de France, où il occupa à l’âge de 39 ans, la chaire d’hébreu en 1862. Il avait osé prononcer cette phrase jugée sacrilège par les ultramontains alors très influents : « Jésus, cet homme admirable ». Il fut, pour cette raison, révoqué et ne retrouva son poste qu’en 1870.

28Dans la préface de la réédition de 1867, il ne laissa aucun doute sur ces positions :

  • 2 Ernest Renan, Vie de Jésus, introduction, 13e édition, 1867. Folio classique, éd. Jean Galmier, Pa (...)

La question du surnaturel est pour nous tranchée avec une entière certitude, pour cette seule raison qu’il n’y a pas lieu de croire à une chose dont le monde n’offre aucune trace expérimentale. Nous ne croyons pas aux miracles, comme nous ne croyons pas aux revenants, au Diable, à la sorcellerie, à l’astrologie2.

29Pour lui, aucun texte, même les Évangiles, ne devait échapper aux règles communes de la critique. En affirmant une méthode qui consistait à rejeter, en matière religieuse, une quelconque intervention divine, un quelconque mystère en éliminant les textes apocryphes pour n’accepter que les faits scientifiquement explicables et prouvés par l’examen de documents authentiques, Ernest Renan séduisait au-delà des cercles positivistes brésiliens. Son rejet des dogmes contestables du catholicisme ne s’accompagnait d’aucune polémique antireligieuse et il ne manquait pas d’affirmer l’importance du christianisme dans l’histoire de l’humanité tout en soulignant ce qui, pour lui, devait prévaloir : l’esprit scientifique.

  • 3 Ibid., p. 56.

La science seule est pure car la science n’a rien de pratique. Elle ne touche pas les hommes, la propagande ne la regarde pas, son devoir et de prouver non de persuader ni de convertir3.

30C’est en se livrant à un examen objectif, rationaliste des faits que l’on pouvait espérer, selon lui, libérer la société de l’ignorance et des fanatismes. Les ultramontains brésiliens, les jésuites surtout, dans les journaux et revues qu’ils animaient, à Recife comme à Rio de Janeiro, prirent rapidement conscience du danger qui représentait l’œuvre de Renan, plus subtile que les écrits dogmatiques des disciples d’Auguste Comte. C’est l’absence de dogmatisme, l’affirmation de la supériorité de l’esprit critique, qui éveillèrent l’esprit des intellectuels comme Joaquim Nabuco ou même de l’empereur Dom Pedro lui-même. Joaquim Nabuco dans Minha Formação, déclarait :

  • 4 Joaquim Nabuco, Minha Formação, Rio de Janeiro, éd. Jackson, 1964, p. 264.

C’est Renan qui a opéré, en moi, la Séparation de l’imagination et du raisonnement en matière religieuse. La religion s’est transformée, avec lui, en une forme littéraire séductrice, une tentation épurée de l’esprit, et non, comme auparavant, une prison, une entrave morale absolue. […] C’est ainsi que je suis passé du doute sur le fait que Jésus-Christ aurait été un homme à l’idée qu’il n’avait été rien d’autre qu’un homme4.

31Recife était une ville où s’était développée depuis 1862 une grande activité intellectuelle autour de la Faculté de Droit. Ce mouvement connu sous le nom d’Escola do Recife était un espace où se côtoyaient et parfois s’affrontaient de jeunes intellectuels qui allaient dominer la vie culturelle et politique du Brésil durant le dernier quart du xixe siècle : le philosophe Tobias Barreto, les penseurs et dirigeants politiques Joaquim Nabuco, Rui Barbosa, Clóvis Bevilacqua, le critique et sociologue Sylvio Romero, les poètes romantiques Castro Alves et Fagundes Varella…

32Les ouvrages des penseurs européens, en traduction française y arrivaient un mois après leur parution en France. Certains événements donnèrent matière à polémique et les références à Renan étaient constantes dans la presse dans les débats entre libéraux et ultramontains, surtout après la publication du Syllabus en 1864.

33En 1867, le général José Ignácio Abreu de Lima, héros des luttes de l’indépendance des colonies espagnoles aux côtés de Bolivar affronta le chanoine Joaquim Pinto de Campos à propos de la diffusion de Bibles par les protestants, qualifiés par les ultramontains de « Bibles falsifiées ». Il n’est pas étonnant que Renan condamné pour la Vie de Jésus, ait été une référence pour les rationalistes.

34En 1869, par vengeance, l’Église refusa au général une sépulture catholique ; la sécularisation des cimetières n’intervint au Brésil qu’en 1890, après l’instauration de la République. Il fut enterré dans le cimetière des Anglais.

  • 5 Antônio Salgado Júnior, História das Conferências do Casino, Lisbonne 1930, p. 12-13.

35Les jeunes intellectuels de Recife étaient aussi attentifs aux débats qui se déroulaient à Lisbonne5, en particulier ceux menés par le « Cénacle » où se faisaient connaître Antero de Quental, Eça de Queirós, Ramalho Ortigão, Oliveira Martins, Teófilo Braga, Guerra Junqueiro. En 1870, les Conferências Democráticas do Casino Lisbonense étaient commentées à Recife comme à Lisbonne. Après avoir toléré les premières conférences, le gouvernement portugais, le 16 juin 1871, interdit la conférence de Salomão Sáraga : Os Historiadores Críticos de Jesus, sous le prétexte que cette conférence était une insulte à la religion. À son corps défendant, Ernest Renan était utilisé par les anticléricaux dans leurs polémiques. Cela est très net dans un article de Tobias Barreto qui refuse d’assimiler l’anticléricalisme et la critique des excès ultramontains.

36Dans le journal des francs-maçons de Recife, A Verdade, au début 1873 il écrivit :

  • 6 Tobias Barreto, « Alexandre Herculano » in A Verdade, Recife, 1873, apud : Ensaios de Filosofia e (...)

Le Portugal n’a pas un philosophe, n’a pas un théologien, n’a pas un critique véritablement au fait des vraies idées et tendances du monde actuel. Où donc cette demi-douzaine de jeunes prétentieux est-elle allée trouver une force et une conscience assez grandes pour se livrer à de tels excès ? Suffirait-il de lire quelques pages de Renan pour aller ensuite au Casino faire des conférences sur les historiens critiques de Jésus ? Suffirait-il de chercher dans l’arsenal de Michelet quelques phrases plus percutantes, plus imprégnées de voltairisme, pour se présenter devant le public, pour attaquer la religion de l’État, au moyen de discours mal conçus6 ?

37Le sentiment antiportugais de Tobias Barreto est évident, mais il ne doit pas cacher l’essentiel. Ce qui était en débat, c’était la Séparation de l’Église et de l’État, le statut de l’Église catholique. Et Tobias Barreto avait bien perçu que les écrits de Renan n’étaient pas antireligieux et qu’on faisait de ses livres un usage tendancieux.

38C’est dans ce contexte que Dom Pedro II réalisa son premier voyage en Europe. Il quitta Rio le 25 mai 1871, laissant la régence à sa fille, la princesse Isabelle. La question religieuse n’était pas alors la plus préoccupante. L’abolition de l’esclavage était au centre du débat politique. Parmi les partisans de l’abolition s’affrontaient ceux qui souhaitaient une abolition complète et immédiate et ceux, plus nombreux, qui acceptaient une abolition progressive, graduelle, qui affecterait moins l’économie du pays. La majorité des propriétaires souhaitait être indemnisée.

  • 7 Jeunes affranchis mineurs.

39Il revint au conservateur Vicomte de Rio Branco, chef du gouvernement, mais aussi grand maître du Grand Orient de faire voter en septembre 1871 la loi du « Ventre Livre » qui assurait la liberté pour tout enfant né d’une mère esclave. Ce grand progrès ne manquait pas d’ambiguïté puisque les Ingênuos7 demeuraient jusqu’à la majorité sous la tutelle du maître avec obligation de travailler.

  • 8 Lídia Besouchet, « Renan e o Imperador do Brasil », in La Bretagne, le Portugal et le Brésil, écha (...)

40Cependant, aux yeux de ses interlocuteurs européens, hommes politiques et hommes de lettres, Dom Pedro II pouvait, grâce à cette loi, passer pour un souverain ouvert et libéral, un humaniste épris de progrès. C’est à cette occasion qu’il rencontra la reine Victoria, Disraeli, Thiers, mais aussi Wagner, Alphonse Karr, et en France, grâce à l’entremise de son ami Gobineau, qui avait été le représentant de la France au Brésil en 18691870, les écrivains et hommes de science les plus prestigieux. Pasteur, Claude Bernard, Berthelot, Alexandre Dumas, Taine, et surtout Renan avec qui se renforça une amitié jusqu’alors épistolaire qui allait demeurer jusqu’à leur mort8. Ce n’est pas seulement l’historien des religions qui attirait l’empereur, mais le prestige des ouvrages que Renan avait écrits sur les civilisations anciennes, sa connaissance de philologue, du grec et de l’hébreu. L’empereur lui-même traduisit plusieurs textes de la Bible, à partir de l’hébreu et du grec.

41Il est difficile d’affirmer que Renan eut une influence déterminante sur l’attitude que l’empereur allait adopter à la fin de 1872 dans le grave conflit qui agita le Brésil, connu sous le nom de Questão Religiosa, et qui dura jusqu’en 1875. Leurs rencontres lors de son voyage en France ne pouvaient que conforter les convictions de D. Pedro. Renan avait écrit que la base du libéralisme était apparue le jour où Jésus avait séparé ce qui était de l’ordre du temporel de ce qui était de l’ordre du spirituel : « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

42Dom Pedro était profondément convaincu de la nécessité d’une prééminence du pouvoir de l’État, de son pouvoir, sur celui de l’Église. Il n’entendait pas accepter une quelconque ingérence de celle-ci dans des domaines qu’il considérait comme relevant de son autorité. Il n’avait pas oublié les enseignements de Bonifácio de Andrade, le père de la Constitution de 1824, ni ceux du Régent, le père Feijó, qui préconisait déjà en 1837, la Séparation de l’Église et de l’État et même le mariage des prêtres.

43Il avait alors pour principal conseiller le sénateur Nabuco de Araújo que nous avons cité ci-dessus. D’ailleurs avant son départ pour la France il avait laissé à sa fille, la régente Dona Isabel des recommandations très claires sur l’attitude de fermeté à adopter dans la question de la gestion des biens de l’Église, qui faisait l’objet d’une controverse avec l’épiscopat et le Vatican.

44Aux discussions sur les rapports entre l’Église et l’État, s’ajoutaient celles plus scientifiques sur les religions dans une perspective historique, comme l’atteste la correspondance entre l’Empereur et Renan. À son retour au Brésil, en 1872, Dom Pedro n’hésita pas à affronter les ultramontains en décernant à Renan la décoration de commandeur de l’ordre impérial de la Rose, distinction rare, ce qui provoqua des polémiques très vives dans la presse et dans les classes dirigeantes brésiliennes.

45Il revint au Brésil en 1872 et peu de temps après son retour, l’effervescence des débats nés de la déclaration de l’infaillibilité du pape et de l’attitude intransigeante du clergé conservateur déclencha une grave crise politique et sociale à Rio de Janeiro, Recife, Belém, São Luís do Maranhão.

46Tout partit de l’hommage rendu au Visconde de Rio Branco pour l’anniversaire de la loi du Ventre Livre, le 21 septembre 1872. L’Empereur était présent et le discours fut prononcé par le prêtre maçon Dom Almeida Martins, qui enfreignait les ordres de l’évêque de Rio de Janeiro, qui le lui avait interdit.

47Pour cette infraction, il lui fut interdit de prêcher et de confesser. L’affrontement prit de l’ampleur, des menaces d’excommunication furent lancées contre les ministres francs-maçons. Mais les événements les plus graves se produisirent à Recife et à Belém do Pará. À la fin de l’année 1872, le père Dom Vital Maria de Oliveira, récemment nommé évêque de Recife, appliqua, contre la volonté du gouvernement impérial, le Syllabus dans toute sa rigueur.

48En décembre 1872, il ordonna par lettre pastorale l’exclusion des confréries catholiques de tous les adeptes des loges maçonniques. Il s’agissait d’une rébellion de frei Vital puisque les bulles papales n’avaient pas reçu le placet de l’Empereur. Le conflit se prolongea tout le long de l’année 1873 mettant en danger l’ordre public dans la ville. Le gouvernement se montra inflexible contre cet évêque et aussi contre l’évêque de Belém Dom Antônio da Costa Macedo qui suivit le même chemin.

49Ils furent arrêtés et emprisonnés le 2 janvier 1874 et furent lourdement condamnés à la prison et aux travaux forcés, peine par la suite ramenée à six ans de prison simple. Ils apparurent alors comme des martyrs de l’Église qui dorénavant cesserait de soutenir l’Empire.

  • 9 Viveiros De Castro, « Contribuição para a Biografia de Dom Pedro II », in Revista do IHGB, Rio de (...)

50Selon certains historiens9, la sévérité avec laquelle furent traités les évêques brésiliens s’explique par l’influence personnelle de DOM Pedro qui jugeait nécessaire de mettre un terme aux prétentions du pape. Nous n’y voyons aucune influence personnelle de Renan qui avait des positions d’intellectuel plus que d’homme politique. Cette attitude est à mettre en rapport avec celle adoptée à la même époque par Bismarck dans l’Empire allemand. La Kulturkampf chère à Bismarck, la laïcité souhaitée pour l’Empire allemand se heurtaient à la volonté du pape.

51Plusieurs lettres importantes de Gobineau à Dom Pedro II, entre février et avril 1874, témoignent de l’attention prêtée par l’empereur à l’évolution des rapports entre l’Empire allemand, l’Église catholique et le pape Pie IX.

52Dom Pedro appliquait avec fermeté les idées qu’il partageait avec Renan sur la séparation des pouvoirs. À Gobineau, qui s’inquiétait de la tournure des événements, il écrivit en septembre 1874 :

  • 10 Georges Readers, Dom Pedro e o Conde de Gobineau, correspondência inédita, coll. Brasiliana, vol. (...)

Le gouvernement ne fait que maintenir l’indépendance du pouvoir temporel de ce qui relève du pouvoir spirituel. Pour l’empereur, la résistance des évêques constituait une triple offense contra la souveraineté nationale contre la majesté de l’Empire et contre la dignité de l’Empereur10.

  • 11 Joaquim Nabuco, op. cit., vol. 3, p. 391.

53Ce fut un choc rude, mais le pape Pie IX soucieux des intérêts de l’Église au Brésil ne chercha pas la rupture. Il envoya une lettre autographe à l’empereur, lui proposant de faire cesser la perturbation dans l’Église contre le pardon des évêques11. Il ne pouvait cependant pas désavouer publiquement des évêques qui étaient coupables d’appliquer à la lettre les consignes contenues dans le Syllabus.

54Dans un souci d’apaisement, Dom Pedro décida d’amnistier les évêques le 17 septembre 1875, Dom Vital partit pour la France. Quelques mois plus tard il fut reçu en héros au Vatican par le Pape.

55Nabuco de Araújo résume très bien l’ambiance qui régnait alors à Rio de Janeiro entre la hiérarchie catholique et l’empereur. L’attitude du pape était dictée par des considérations diplomatiques certes, mais l’empereur lui-même ne considérait pas que la situation fût mûre pour une Séparation de l’Église et de l’État dès lors que l’Église reconnaissait la prééminence de l’État pour tout ce qui ne concernait pas le dogme et la foi.

56Nabuco de Araújo, déclara en 1873 au Parlement, se référant à l’expérience de Thiers en France :

  • 12 Ibid., vol. 3, p. 400.

Vous le savez, Messieurs, notre population est formée presque entièrement de catholiques.
Les catholiques se comptent par millions, les autres religions par milliers. Comment pourrait-on proclamer aujourd’hui la Séparation del’Église et de l’État ? Quelle utilité ? Quelle nécessité ? Mais aussi, quels dangers ? Quelle révolution sociale et politique12.

57Cette question de la Séparation fut remise à plus tard, de même que le mariage civil, la sécularisation des cimetières, la sécularisation de l’état civil…

***

58L’influence d’Ernest Renan sur l’empereur Dom Pedro II et sur les intellectuels de son temps se poursuivit bien au-delà de la période de crise de 1872-1875. Ses nouvelles œuvres étaient diffusées sans délais comme le prouve la correspondance entre Gobineau et Dom Pedro. Maître à penser, Renan ne connut pas le même destin d’Auguste Comte dont les disciples participèrent de façon décisive au reversement de l’Empire, en 1889. Il revint au nouveau régime républicain de définir de nouvelles relations entre l’État et l’Église catholique. C’est à Rui Barbosa, plus proche de Renan que des positivistes orthodoxes, qu’il revint de rédiger en juillet 1890 les décrets de Séparation de l’Église et de l’État et la définition d’un État laïc. Mais alors ce n’était plus la Vie de Jésus qui inspirait les intellectuels mais l’Avenir de la Science qui venait de paraître à Paris où Renan faisait la synthèse de ses idées sur l’éducation laïque.

Notes

1 Joaquim Nabuco, Um Estadista do Império, 2e édition, Paris, éd. Garnier, 1927, tome 1, p. 309.

2 Ernest Renan, Vie de Jésus, introduction, 13e édition, 1867. Folio classique, éd. Jean Galmier, Paris, Gallimard, 2004, p. 38.

3 Ibid., p. 56.

4 Joaquim Nabuco, Minha Formação, Rio de Janeiro, éd. Jackson, 1964, p. 264.

5 Antônio Salgado Júnior, História das Conferências do Casino, Lisbonne 1930, p. 12-13.

6 Tobias Barreto, « Alexandre Herculano » in A Verdade, Recife, 1873, apud : Ensaios de Filosofia e Crítica, Recife, Tipografia Mercantil, 1875.

7 Jeunes affranchis mineurs.

8 Lídia Besouchet, « Renan e o Imperador do Brasil », in La Bretagne, le Portugal et le Brésil, échanges et rapports, v. 1, Rennes, université de Haute-Bretagne, 1973, p. 331-358.

9 Viveiros De Castro, « Contribuição para a Biografia de Dom Pedro II », in Revista do IHGB, Rio de Janeiro, 1925, p. 477.

10 Georges Readers, Dom Pedro e o Conde de Gobineau, correspondência inédita, coll. Brasiliana, vol. 109, São Paulo, Cia Editora Nacional, 1938.

11 Joaquim Nabuco, op. cit., vol. 3, p. 391.

12 Ibid., vol. 3, p. 400.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540